« Ciao Italia! »: Le cinéma s’invite dans une exposition sur l’immigration italienne

Posté par vincy, le 27 mars 2017

L'exposition Ciao Italia!, récit d'un siècle d'immigration et de cultures italiennes en France entre 1860 et 1960, s'ouvre le 28 mars au Musée national de l'Histoire de l'immigration. On connaît tous un ami issu aux origines italiennes, sans compter la cuisine (pizza, pasta...) ou des mots italiens devenus courants en Français qui ont imprégné la culture française.

Sur l'émigration des Italiens, l'exposition montre quelques extraits dès le début du parcours: un film de 1915, L'emigrante de Febo Mari, et Toni de Jean Renoir (1935). Le 7e art infuse ainsi tout au long de ce voyage dans le temps, avec un extrait de Thérèse Raquin de Marcel Carne ou l'affiche de Il piccolo vetraio (Les vitriers) de Giorgio Capitani.

A côté de l'exposition, le musée proposera d'ailleurs des projections comme la webserie de Svevo Moltrasio et Federico Iarlori, Ritals et macaronis, ou le documentaire suisse de Pierre-François Sauter, Calabria.

De l'emigrante à la dolce vita

Mais si l'on parle de cette exposition, c'est parce qu'elle s'achève sur une consécration du cinéma. 1960 pourrait symboliser le début d'une époque, ou la fin d'un cycle. Les Italiens en Français sont davantage Français qu'Italiens, la culture des deux pays est reliée par De Gaulle avec le concept de "latinité", les deux peuples sont cousins, les deux nations sœurs. Terminés les commentaires xénophobes, les violences racistes, les sales jobs donnés aux transalpins (on vous recommande de lire la prose ambigüe d'Albert Londres sur le sujet dans Marseille porte du Sud). 1960 c'est Fellini et La dolce vita. L'Italie n'est plus le pays pauvre qui fournit des travailleurs. C'est le pays cool où l'on vit "Plein soleil", sans "Mépris", où "Rome est ville ouverte" et où l'on "Voyage à deux" avec une Vespa ou en cabriolet. C'est Martini et Campari.

Le dernier chapitre de l'exposition est donc consacré au cinéma, avec, en vedette les chanteurs-acteurs Yves Montand et Serge Reggiani, tous deux d'origine italienne, l'affiche de L'avventura produit par le magnat de la presse italien installé en France Cino del Duca, et bien sûr Lino Ventura, qui toujours conservé sa nationalité italienne, star française populaire, que l'on voit rouler des mécaniques "à l'italienne" avec Aldo Maccione dans L'aventure c'est l'aventure de Claude Lelouch. L'italianité a longtemps été cette image du macho frimeur sur la plage que Lelouch a filmé comme on cadre un ballet d'échassiers un peu ridicules. Heureusement l'italien c'est surtout Marcello. Mastroianni rejoignant Anita dans la fontaine de Trevi. C'est la dernière image qu'on emporte, même si elle n'a aucun rapport avec le sujet. L'extrait du film démontre que l'Italie et son cinéma, ses artistes, ses millions d'immigrés ont infusé dans nos esprits français.

Le biopic sur Yves Montand en « work in progress »

Posté par vincy, le 23 mars 2012

Le Film français a confirmé aujourd'hui que Jean-Louis Livi produira bien un "biopic" sur Yves Montand. Le scénario définitif ne sera pas prêt avant 2 mois (juste à temps pour le marché du film de Cannes) mais le réalisateur est déjà choisi : Christophe Ruggia (Le gone du Chaâba, Dans la tourmente).

Avec un budget de 13 millions d'euros, le producteur a du déjà réduire ses ambitions : à l'origine, le film devait être un dyptique. L'histoire débutera en Italie dans les années 20 et s'achèvera en 1981, lors du concert de Montand au Metropolitan de New York, soit dix ans avant sa mort et quatre ans avec celle de Signoret. Le scénario s'articulera autour les femmes qui entouraient l'acteur-chanteur-militant (la mère, la soeur, Edith Piaf, Marilyn Monroe et Simone Signoret) mais il explorera également les rapports avec son frère, Julien.

Cela fait trois ans que Livi, neveu d'Yves Montand, travaille sur ce projet. Le film pourrait se tourner début 2013 pour une sortie prévue en 2014. Le scénario, écrit par le réalisateur, Pierre Trividic, et Patrick Rotman s'inspire du documentaire de Rotman, Ivo Livi, dit Yves Montand, diffusé en novembre dernier (et joli succès à l'audimat).

Yves Montand sera incarné par Thierry Neuvic (l'amant de Cécile de France dans Au-delà de Clint Eastwood) et Simone Signoret par Céline Salette (L'apollonide). Livi cherche une star hollywoodienne, comme Naomi Watts ou Scarlett Johansson, pour incarner Marilyn.

Pour ses 55 ans de carrière, Catherine Deneuve recevra le 39e prix Chaplin

Posté par vincy, le 12 janvier 2012

Catherine Deneuve sera la récipiendaire du 39e Chaplin Award le 2 avril prochain, à New York. Avec un peu de chance, on a évité le poisson d'avril, qui, ironiquement, est le titre d'un de ses rares films américains, April Fools, avec Jack Lemmon (photo).

Le Film Society of Lincoln Award décernera son prix cinématographique le plus prestigieux lors d'un gala qui reviendra sur l'ensemble de sa carrière à travers des extraits de films et des interviews, en plus d'un hommage en présence de la star, 55 ans après son premier film, Les collégiennes. Avec l'Oscar d'honneur, c'est la récompense américaine la plus distinguée tous palmarès confondus.

Le prix Chaplin fut inauguré en 1972 avec son premier gagnant, Charlie Chaplin lui-même. Pour donner une idée de l'immense honneur qui est attribué à l'actrice française, il suffit de voir qui a remporté ce prix : Sidney Poitier, Michael Douglas, Tom Hanks, Meryl Streep, Diane Keaton, Jessica Lange, Dustin Hoffman, Michael Caine, Susan Sarandon, Francis Ford Coppola, Jane Fonda, Al Pacino dans les années 2000 ; Mike Nichols, Martin Scorsese, Sean Connery, Clint Eastwood, Shirley MacLaine, Robert Altman, Jack Lemmon, Gregory Peck, Audrey Hepburn, James Stewart dans les années 90 ; Bette Davis, Yves Montand, Alec Guiness, Elizabeth Taylor, Federico Fellini, Claudette Colbert, Laurence Olivier, Billy Wilder, Barbara Stanwyck, John Huston dans les années 80 ; Bob Hope, George Cukor, Paul Newman et Joanne Woodward, Alfred Hitchcock, Fred Astaire et Charlie Chaplin dans les années 70.

Si l’on considère Colbert comme actrice américaine (elle fut naturalisée), Deneuve est donc la première actrice non américaine, la troisième personnalité non anglo-saxonne, et la deuxième personnalité française, après Yves Montand, à recevoir ce prix. Elle a de nombreux liens avec les précédents primés, partageant l'affiche avec Montand et Jack Lemmon, ayant faillit joué avec Hitchcock, partageant le même mari que Jane Fonda (Roger Vadim), ayant été co-présidente du jury du festival de Cannes avec Clint Eastwood, devant la re-sortie dans les années 90 de Belle de Jour au travail de restauration de Martin Scorsese...

Et sa carrière continue. D'ici 2013, quatre films sont prévus dans son planning.

Le temps du silence pour Jorge Semprun (1923-2011)

Posté par vincy, le 8 juin 2011

Déporté. Résistant. Communiste. ministre sous un gouvernement socialiste. Espagnol. Français membre de l'Académie Goncourt. Engagé toujours. Citoyen à jamais. Ecrivain sur le tard (mais quel écrivain!). Dramaturge. Biographe (on lui doit un document magnifique sur son ami Yves Montand). Jorge Semprun était tout cela à la fois. Né à Madrid 13 ans avant de devoir s'exiler pour cause de Franco, son ennemi. Mort à Paris ce mardi soir.

C'était aussi un homme de cinéma. L'ami de Montand certes, mais aussi celui de Costa-Gavras.

Il a d'abord collaboré, en 1966, avec Pierre Schoendoerffer, écrivain et cinéaste : Objectif : 500 mllions, avec Bruno Cremer. La même année, il écrit le scénario du film d'Alain Resnais, La guerre est finie, avec Yves Montand et Genviève Bujold. semprun est cité pour l'Oscar du meilleur scénario. le film remporte le Prix Louis-Delluc.

En 1969, il signe Z pour Costa-Gavras, avec Montand, Irene Papas et Jean-Louis Trintignant. Toujours des films politiques, s'insurgeant contre les dictatures. Deuxième nomination à l'Oscar du meilleur scénario. Le film récolte l'Oscar du meilleur film étranger et deux prix à Cannes. L'année suivante il signe l'adaptation de L'aveu, toujours de Costa-Gavras, encore avec Montand, et aussi Simone Signoret.

L'attentat en 1972, avec Trintignant, Jean Seberg et Michel Piccoli, marque ses début,s avec le réalisateur Yves Boisset. Là encore, la rébellion, l'insurrection, l'actualité post-coloniale inspirent celui dont le parcours et la création ne font qu'un.

Il réalise un documentaire en 1974, Les deux mémoires. Cannes sélectionne Stavisky, d'Alain Resnais, avec Jean-Paul Belmondo. Huées qui seront réparées cette année avec une Palme d'or pour l'acteur. Charles Boyer recevra le prix d'interprétation masculine au festival. Le film n'est d'ailleurs pas raté et reste l'un des plus gros succès du cinéaste.

Costa-Gavras le réengage pour Section spéciale, en 1975, avec Michael Lonsdale et Louis Seigner. Cannes encore, avec un prix de la mise en scène.Semprun écrira ensuite Une femme à sa fenêtre (avec Romy Schneider et Philippe Noiret), Les routes du Sud, de Joseph Losey (avec Montand et Miou-Miou) ou encore K, d'Alexandre Arcady (avec Patrick Bruel et Marhe Keller).

Un seul de ses livres sera porté à l'écran, par Jacques Deray : Netchaiev est de retour, incarné par Vincent Lindon, en compagnie d'Yves Montand, dont ce sera l'avant-dernier film.

Semprun a été membre du jury du festival de Cannes en 1984. Jamais sa ferveur et son espoir de voir un monde plus humaniste ne l'avaient quittés, malgré les déchirures du siècle qu'il a subies et les blessures qu'il n'a pas pu panser. Il laisse des scénarios d'une grande intelligence, non dénué d'action et de tension humaine. Des histoires universelles qui reflétaient nos civilisations destructrices, et les forces qui s'y opposent.

Simone Signoret, ou la splendide indifférence

Posté par vincy, le 4 octobre 2010

Elle fut. La vie derrière soi. L'une des plus grandes comédiennes européennes durant cinq décennies. La première française à avoir raflé un Oscar. Elle a aussi obtenu un prix d'interprétation à Cannes et un César de la meilleure actrice.

La nostalgie n'est plus ce qu'elle était. Titre de son premier livre : prémonitoire. On célèbre bien les anniversaires de chanteurs électrocutés ou de divas suicidées, on commémore son ancien grand amour, Yves Montand. Mais pas elle. Ni d'ailleurs Gabin. Bourvil et De Funès ont reçu des célébrations discrètes. Mais les légendes du cinéma français sont des morts qui ne reçoivent plus.

Simone Signoret, puisque c'est elle dont on parle, s'est éteinte le 30 septembre 1985. Pas un film diffusé sur une chaîne de télévision. Ni Casque d'or, ni les Diaboliques, ni Dédée d'Anvers, ni La ronde, ni Thérèse Raquin, ni un de ses films américains ou Le Chat, La vie devant soi, L'étoile du nord, un Chéreau, un Costa-Gavras ou un Chris Marker. Rien.

Seule France 5  a osé programmer Elle s'appelait Simone hier dimanche 3 octobre, en plein après-midi. Le documentaire de Christian Lamet sera rediffusé à minuit le dimanche 10 octobre. On imagine le taux d'audience. Parmi les témoignages : Guy Bedos, Anne Sinclair, Fanny Cottençon et puis surtout Catherine Allégret, la fille de Signoret, et Benjamin Castaldi, le petit-fils.

Ce matin sur France Inter, dans l'émission de Pascale Clark, Catherine Allégret est revenue sur cette splendide indifférence médiatique qui entoure l'anniversaire de la mort d'une comédienne qui fut la Reine d'un 7e art français rayonnant.

Le ministère de la Culture n'enregistre que les anniversaires de naissances pour son recueil des célébrations nationales. Aussi, en l'absence de communication, d'un éventuel "buzz", ou même d'une politique de programmation artistique, l'étoile Signoret ne pouvait pas être aperçue. Allégret accuse la Cinémathèque française, pourtant présidée par Costa-Gavras qui l'a fait tourner quelques fois, d'être passée à côté d'une rétrospective d'envergure. Signoret est présente discrètement dans la nouvelle exposition de la Cinémathèque, "Brune / blonde". Elle pointe du doigt aussi Marin Karmitz, qui a pourtant bien connu la dame, de ne pas avoir organisé un quelconque événement.

On comprend la colère de la fille face à cette absence d'hommage. Lucide, elle l'a reconnu : qui connaît Simone Signoret ? Parmi les jeunes, une poignée, grâce à une éducation cinéphile singulière transmise par des parents ou acquise par passion. Mais dans un pays où 30% de la population a plus de 60 ans, l'argument tient peu d'un point de vue audience télévisée.

Allégret souligne aussi qu'une émission souvenir plus ambitieuse aurait pu être possible. Mais les montants des droits de diffusion d'extraits rendaient le projet trop coûteux. Rappelons que Benjamin Castaldi, fils de Catherine, petit-fils de Simone, est l'animateur le mieux payé de France avec 105 000 euros par mois. Il aurait peut-être pu en faire un cadeau pour sa mère.

Ironie suprême : les médias s'emballent autour du livre de Marilyn Monroe qui sort ces jours-ci. La seule femme qui avait détourné Yves Montand de Simone Signoret.