Wolf Brigade : Netflix diffusera le film de Kim Jee-woon

Posté par wyzman, le 18 juillet 2018

Il y a quelques heures, le très sérieux magazine Variety a annoncé la nouvelle : c'est Netflix qui a acquis les droits internationaux de Illang : The Wolf Brigade, le nouveau film du Coréen Kim Jee-woon jusque-là appelé Inrang et qui est le remake en live-action du film d'animation japonais Jon-Roh : The Wolf Brigade.

Une acquisition complexe

Déjà présenté comme un thriller d'action, Illang : The Wolf Brigade de Kim Jee-woon se déroulera en 2029, alors que l'on suit différentes équipes des forces spéciales mises en place pour réprimer une secte terroriste qui s'oppose à la formation d'un gouvernement commun entre la Corée du Nord et la Corée du Sud.

D'après le média américain, Netflix a ainsi acquis les droits à l'international de Illang : The Wolf Brigade tandis que les droits de diffusion sur le sol coréen devraient revenir à Warner Bros, ce qui prend en compte les sorties en salle de cinéma. Pour rappel, le dernier film de Kim Jee-woon, The Age of Shadows avait été distribué par Warner Bros. Déjà sélectionné pour l'édition 2018 du festival international de San Sebastian qui se tiendra du 21 au 29 septembre prochains, Illang : The Wolf Brigade doit sortir sur le sol sud-coréen le 25 juillet.

Doté d'un budget de 18 millions de dollars d'après les médias coréens, Illang : The Wolf Brigade disposait d'un feu vert depuis 2013. Mais il aura fallu attendre août 2017 pour que le tournage débute finalement. Le film a nécessité un grand travail au niveau des effets spéciaux. Ce qui a notamment plu à Netflix qui continue de vouloir percer sur les marchés internationaux grâce à des projets ambitieux et innovants.

Grâce à Illang : The Wolf Brigade, le géant du streaming poursuit donc son incursion dans le cinéma coréen. En effet, Netflix a d'ores et déjà acquis les droits de Love Alarm, une série créée au début de l'année, et commandé deux saisons de Kingdom, une série historique mêlée à de la science-fiction derrière laquelle sa cache Kim Seong-hun, le directeur du film Tunnel. Enfin, personne a oublié l'arrivée d'Okja dans la compétition cannoise en 2017.

en 2017.

Warner Bros envisage un téléphérique vers les lettres « HOLLYWOOD »

Posté par vincy, le 14 juillet 2018

Le studio Warner Bros a proposé cette semaine de construire un téléphérique (sans doute sponsorisé) pour aller voir de plus près les célèbres lettres géantes "Hollywood" accrochées à flanc de collines à Los Angeles.

Pour environ 100M$, le studio construirait un centre d'accueil touristique à proximité du "panneau" Hollywood. L'idée de "The Skyway", le nom du projet, serait d'en faire une attraction touristique familiale.

Il faut dire que les studios Warner Bros sont juste en bas des lettres. Propriétaire d'un immense terrain sur Forest Lawn Drive, la route qui sépare la montagne de la ville, la Warner a un accès court, rapide et direct sur le "panneau" à partir de ses studios.

Ce ne serait pas un mal puisque, inaccessible en voiture, ce panneau engendre des nuisances. Le communiqué explique que "Sa renommée a eu des effets négatifs, comme l'augmentation de la circulation dans les quartiers résidentiels alentour et des problèmes de sécurité". "L'idée d'un téléphérique a déjà été proposée par le passé et s'est récemment imposée comme une solution potentielle" rappelle le texte.

Le téléphérique serait long d'un mile (1,6 km) et le trajet durerait à peine 6 minutes dans chaque sens. Le studio compte demander l'approbation de la ville, des résidents alentours et des associations environnementales.

Les lettres géantes ne sont pas accessibles au public. On peut s'en approcher en empruntant un sentier sur le mont Lee, où vivent de nombreuses stars, et les atteindre "par l'arrière.

Le panneau avait été installé à l'origine, en 1923, afin de faire la promotion du projet immobilier "Hollywoodland", mais les quatre dernières lettres ont été retirées dans les années 1940. Elles ont été rénovées et repeintes en 2012. C'est, avec le Golden Gate de San Francisco, le lieu le plus photographié de Californie.

Joaquin Phoenix en Joker

Posté par vincy, le 12 juillet 2018

A la veille du Comic-Con, Warner Bros. Pictures a confirmé que Joaquin Phoenix incarnera le Joker dans un film indépendant de la franchise Batman.

Le film retracera les origines du Joker, le super-vilain le plus populaire de l'univers DC Comics. Réalisé par Todd Phillips (Very Bad Trip), le film se concentre sur l’histoire de l’ennemi juré de Batman, un homme rejeté par la société. Elle se déroulerait dans les 1980. Le réalisateur a cosigné le scénario avec Scott Silver. Il s'agirait davantage d'un drame sombre que d'un film de super-héros. Le tournage est prévu pour cet automne. Selon Variety, le budget est relativement modeste, aux alentours de 55M$.

Que Phoenix soit le Joker est une double surprise: d'une part l'acteur, primé à Cannes et à Venise, est connu pour son exigence dans ses choix. Il a été récemment à l'affiche de A Beautiful day, Don't worry He won't get far on foot et Marie-Madeleine. Il sera en salles d'ici la fin de l'année avec le nouveau film de Jacques Audiard, Les frères Sisters. C'est la première fois qu'il  porte une production aussi lourde sur son seul nom. d'autre part, le Joker, autrefois incarné par Jack Nicholson et Heath Ledger, avait été repris par Jared Leto dans le récent Suicide Squad.

Or ce nouveau film avec Joaquin Phoenix de la Warner sera apparemment un film indépendant de la franchise DC Extended Universe. Le studio préparerait un autre film autour du Joker.

Gal Gadot ne quitte plus son costume de Wonder Woman

Posté par vincy, le 7 juillet 2018

Après le carton de Wonder Woman (820M$ dans le monde), et les très bonnes critiques qui ont accompagné le blockbuster, Warner Bros a vite décidé de miser sur sa superhéroïne, alors que Marvel prépare pour mars prochain l'arrivée de Captain Marvel (Brie Larson). La suite est déjà en tournage depuis un mois. Wonder Woman 1984 se tourne entre le Royaume Uni, Washington et sa région et les Iles Canaries. Patty Jenkins a repris son rôle de réalisatrice et Gal Gadot redevient Diana Prince aka Wonder Woman.

Cette fois-ci l'histoire se déroule en 1984, en pleine Guerre froide. Le film est calé au 1er novembre 2019 aux Etats-Unis et au 30 octobre 2019 en France. Au casting, on retrouve Chris Pine, l'aviateur qui servait de faire-valoir romantique à l'amazone dans le premier fil. Kristin Wiig et Pedro Pascal (bientôt à l'affiche de Equalizer 2) complètent le générique.

Warner Bros et DC Comics n'entendent pas en rester là. En terme de rentabilité, Wonder Woman a surpris. Le DC Extended Universe (qui n'a que 5 films au compteur pour l'instant) souffre souvent de mauvaises critiques et surtout n'atteint pas les scores faramineux des Marvel. Après avoir renforcé son rôle (surtout dans les campagnes marketing) de Justice League à l'automne dernier, Gal Gadot est prévu pour être dans le premier film sur Flash (2020), avec Ezra Miller, et dans la suite de Justice League.  Wonder Woman est de loin celui qui a récolté le plus de recettes aux USA, devant Batman v Superman, Suicide Squad, Man of Steel et Justice League. On comprend la stratégie de surexploiter le personnage. Le prochain test sera Aquaman (en décembre) puis Shazam! (en avril 2019).

Mais Gal Gadot aura quand même l'occasion de profiter de sa nouvelle notoriété. Elle devrait être la partenaire de Dwayne Johnson dans le thriller de braquage Red Notice, prévu pour une sortie en juin 2020. Elle est aussi en discussion pour être dans le film de guerre de Justin Kurzel, Ruin, et dans de prochain film de Kornel Mundruczo, aux côtés de Bradley Cooper, Deeper.

----
Lire aussi Le carton de Wonder Woman pourrait ouvrir la voie aux super-héroïnes

Steven Spielberg s’attaque au film DC Comics Blackhawk

Posté par wyzman, le 18 avril 2018

Ce qui devait arriver arriva ! Alors que le réalisateur de Ready Player One vient tout juste de fêter les 10 milliards de dollars de recettes générés par ses films dans le monde, Variety révèle cette semaine qu'il produira par le biais de sa société Amblin Entertainment le prochain film de Warner Bros./DC Comics Blackhawk.

De ce que l'on sait pour le moment, Steven Spielberg officierait à coup sûr comme producteur et peut-être également comme réalisateur. Le scénario est écrit pas David Koepp (Jurassic Park, La Guerre des mondes). Quant au début du tournage de Blackhawk, celui-ci ne devrait pas avoir lieu avant un moment puisque comme le rappelle très justement Variety, Steven Spielberg doit en premier lieu tourner Indiana Jones 5 puis West Side Story, un projet qui lui tient à cœur. Pour rappel, le roman graphique Blackhawk raconte les péripéties du chef d'un groupe de pilotes qui ont combattu durant la Seconde guerre mondiale.

Retour de hype

Adaptation directe du roman graphique, Steven Spielberg n'a pas caché sa joie lorsque la nouvelle a été officialisée : "C'était merveilleux de travailler avec l'équipe de Warner Bros. pour porter Ready Player One à l'écran. Ils apportent un mélange de passion et de professionnalisme à tout ce qu'ils font et ont une histoire extraordinaire dans ce genre. Je suis ravi de les retrouver sur Blackhawk."

De son côté, Toby Emmerich qui est désormais à la tête de Warner Bros. Pictures ne tarit pas d'éloges sur l'auteur des Dents de la mer, E.T. et la saga Indiana Jones : "Nous sommes très fiers d'être le studio derrière le dernier succès de Steven Spielberg, et sommes ravis de travailler de nouveau avec lui sur cette nouvelle aventure d'action. Nous avons hâte de voir quel nouvelle barrière il va casser en présentant Blackhawk aux spectateurs du monde entier."

Les deux derniers films de Steven Spielberg ont été de vrais cartons. Pentagon Papers a ravi les critiques et décroché deux nominations aux Oscars tandis que Ready Player One est parvenu à rassembler plusieurs générations de geeks autour d'une oeuvre commune et intemporelle, amassant à ce jour 476 millions de dollars à travers le monde !

Cannes 2018: 2001 l’Odyssée de l’espace en 70mm et Christopher Nolan en master-class

Posté par vincy, le 28 mars 2018

Cannes Classics célèbrera le 50e anniversaire de 2001 : L’Odyssée de l’espace, le chef d'œuvre SF de Stanley Kubrick. Avec en guest-star Christopher Nolan pour présenter en avant-première mondiale "une copie neuve 70mm conforme à l’originale du chef-d’œuvre de Stanley Kubrick sorti en 1968" annonce le festival de Cannes.

La projection aura lieu le samedi 12 mai 2018. "Des membres de la famille de Stanley Kubrick assisteront également à la projection": sa fille, Katharina Kubrick et son coproducteur de longue date et beau-frère, Jan Harlan.

Pour sa première présence sur la Croisette, Christopher Nolan participera également à une master-class le dimanche 13 mai 2018, au cours de laquelle il évoquera sa filmographie et partagera sa passion pour l’œuvre singulière de Stanley Kubrick. "Un de mes premiers souvenirs de cinéma est d’être allé avec mon père voir 2001 : L’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick, en 70mm, au cinéma de Leicester Square à Londres. L’opportunité de participer à la recréation de cette expérience pour une nouvelle génération de spectateurs et de présenter au Festival de Cannes notre nouvelle copie 70mm non restaurée du chef-d’œuvre de Kubrick, dans toute sa splendeur analogique, est un honneur et un privilège" a confié le réalisateur de Interception et Dunkerque.

Le Festival indique que "pour la première fois depuis sa sortie initiale, une copie 70mm neuve a été tirée à partir d’éléments du négatif original. Il s’agit d’une recréation photochimique fidèle, sans retouche numérique, effet remasterisé ou modification de montage."

C’est donc bien la version originale qui sera projetée, "afin de recréer l’expérience cinématographique qu’ont vécue les premiers spectateurs du film il y a 50 ans."  Admirateur de tout temps du génie cinématographique de Kubrick, Christopher Nolan a travaillé en étroite collaboration avec les équipes de Warner Bros. sur le processus de re-masterisation.

Œuvre culte, 2001 : L’Odyssée de l’espace ressortira en salles aux États-Unis, en 70mm également, le 18 mai 2018.

Christiane Kubrick s'est déclarée "très heureuse que Cannes ait choisi de célébrer" le film. "Si Stanley était toujours parmi nous aujourd’hui, il est certain qu’il serait très admiratif des films de Christopher Nolan. C’est pourquoi, au nom de toute la famille de Stanley, je voudrais remercier personnellement Christopher d’avoir accepté de présenter cette projection très spéciale" ajoute-t-elle.

Pour Thierry Frémaux, directeur du festival, "Stanley Kubrick en Sélection officielle, c'est une grande fierté pour le Festival de Cannes". La présence de Nolan "crée un lien précieux entre le passé et le présent sans lequel le cinéma n'aurait pas d'histoire. Nous nous réjouissons d'avance de cette projection unique en 70mm qui prouvera, s'il en était besoin, que le cinéma a bel et bien été inventé pour le GRAND écran" affirme-t-il dans le communiqué. Stanley Kubrick n'a jamais été en compétition ou hors-compétition au Festival. En 2011, toujours à Cannes Classics, Orange Mécanique avait été sélectionné pour ses 40 ans.

En France, 2001 avait remporté un beau succès avec 3,4 millions de spectateurs lors de sa sortir. Le film avait remporté l'Oscar des meilleurs effets spéciaux et valu à Kubrick deux nominations (réalisation, scénario original).

Ava DuVernay réalisera New Gods pour Warner Bros.

Posté par wyzman, le 16 mars 2018

The Hollywood Reporter l'a annoncé il y a quelques heures seulement : la réalisatrice d'Un raccourci dans le temps mettra en scène les comics New Gods dans un premier film lié au DC Extended Universe. Pour celles et ceux qui ne seraient pas familiers de l'affaire, New Gods est une série de comics créée par Jack Kirby au début des années 1970 et appartenant à DC Comics. Les personnages de New Gods sont issus de deux planètes jumelles, New Genesis et Apokolips, actuellement en guerre mais qui n'en formaient qu'une par le passé.

Extrêmement dense, l'univers créé par Jack Kirby est souvent confondu avec le Ragnarök de Thor. Une confusion notamment liée au fait que Jack Kirby a travaillé sur les deux univers. Bien qu'aucune date de sortie n'a été annoncée, la rumeur d'un film New Gods porté par Ava DuVernay enflait depuis que la réalisatrice de 45 ans a révélé que Big Barda était son personnage préféré sur Twitter.

Première femme de couleur à réaliser un film au budget supérieur à 100 millions de dollars avec Un raccourci dans le temps, Ava DuVernay va avoir du pain sur la planche. Si ses deux premiers longs métrages, le drame historique Selma et le documentaire 13th, ont tous deux atterri aux Oscars, les choses semblent plus compliquées avec Un raccourci dans le temps, adaptation largement critiquée du roman de Madeleine L'Engle. Sorti le week-end dernier, le film n'a pour l'heure rapporté "que" 42 millions de dollars aux Etats-Unis.

Comme le rapporte très justement Variety, la mise en chantier d'un film New Gods est une excellente nouvelle pour les fans de DC Comics et Warner Bros. qui souhaitait agrandir son champ des possibles après le semi-échec de Justice League. Sorti en novembre dernier, le film réalisé par Zack Snyder et Joss Whedon est le volet du DC Extended Universe qui a le moins bien fonctioné. En effet, quand Batman v Superman et Wonder Woman amassaient respectivement 873 et 821 millions de dollars de recettes dans le monde, Justice League peinait à dépasser les 650 millions de dollars.

Tandis qu'Aquaman est attendu pour décembre 2018, Warner Bros. a déjà commencé à plancher sur Wonder Woman 2, annonçant au passage le retour de Patty Jenkins à la réalisation et sa sortie le 1er novembre 2019 aux Etats-Unis.

Edito: Gold Stream

Posté par redaction, le 25 janvier 2018

Les chiffres sont tombés: 7 nominations aux Oscars et 111 millions d'abonnés pour Netflix. La plateforme n'en finit pas de s'envoler. Le dernier trimestre a été porté par le carton de Bright, un film avec Will Smith à 90M$ exclusivement diffusé à ses abonnés, et les succès de The Crown, Mindhunter, Black Mirror et Stranger Things côté séries. Netflix a ainsi encaissé un profit de 186M$ au dernier trimestre. Et a annoncé un gros investissement dans les créations originales pour l'année qui vient, y compris sur des marchés locaux comme l'Allemagne. Au total, c'est pas loin de 8 milliards de dollars qui seront dépensés. A Sundance, c'est déjà l'un des acteurs les plus présents au marché du film cette semaine. Et sa dernière acquisition n'est rien d'autre que Rodolphe Belmer, ancien patron de Canal +, qui rendre au conseil d'administration du groupe pour développer le marché européen. Seul bémol, le chèque de 39M$ qu'il a fallu payer à Kevin Spacey pour l'abandon de sa présence dans House of Cards et le développement du biopic Gore.

La guerre est désormais du côté des contenus mais surtout de leur diffusion. La SVàD excite tout le monde. Turner et Warner Bros vont lancer FilmStruck, un service SVOD déjà disponible aux Etats-Unis et qui va s'exporter, d'abord au Royaume-Uni. Le groupe Disney prévoit de lancer son propre service en 2019, avec un catalogue qui pourrait gigantesque si le rachat de la Fox est autorisé, en plus de prendre la majorité des parts dans Hulu.

De leurs côtés, MoviePass (1,5 million d'abonnés en fichier) s'invite dans le business à Sundance en lançant MoviePass Ventures, afin d'acquérir des films. Le service de cartes de fidélité tout juste lancé trouble le jeu pour pouvoir devenir distributeur. Première acquisition avec The Orchard, American Animals, pour 3M$, réalisé par Bart Layton. Quel va être le rôle de ce nouvel entrant? Vraisemblablement, fournir ses fichiers d'abonnés au distributeur pour des campagnes marketing ciblées, en plus de tarifs réduits sur le film: de quoi faire monter les recettes pour un premier week-end.

Amazon change de stratégie. Le studio s'était construit en défendant un cinéma d'auteur (Manchester by the Sea, The Lost City of Z). Il veut désormais miser sur des films à 50 millions de $. Amazon veut des contenus qui élargissent son audience pour persuader ses "spectateurs" qui sont aussi des consommateurs de rejoindre on programme Prime. Pour la série Le Seigneur des anneaux, Amazon investit 250M$.

On en est là: les Américains envahissent l'espace et chamboulent les règles. Pendant ce temps, en Europe on se débat avec la chronologie des médias, Wild Bunch et Canal + vont très mal, France Télévisions réfléchit à un Netflix européen (aux allures d'usine à gaz), projet d'ailleurs abandonné par Canal +, et les Français se gavent de séries (plutôt américaines du coup, parfois britanniques) sur des plateformes numériques (toutes américaines).

La France veut devenir une superpuissance culturelle, avec une "soft power" qui réussit bien aux Etats-Unis et au Japon, et veut que la francophonie devienne le deuxième territoire linguistique du monde: c'est mal parti avec un tel retard. On connaîtra bientôt mieux le jargon de la Maison blanche et des prisons américaines que l'argot et les coutumes de l'Hexagone.

Quentin Tarantino trouve refuge chez Sony

Posté par vincy, le 17 novembre 2017

quentin tarantino

[Actualisation] Quentin Tarantino a un problème. Son producteur historique n'était autre qu'Harvey Weinstein, désormais aliéné par tout Hollywood, après avoir été accusé par des dizaines de femmes d'agressions sexuelles, de harcèlement sexuel et de viols. The Weinstein Company lutte actuellement pour sa survie. Elle est en faillite et ne peut pas, de toute façon, et hors des considérations morales, épauler le nouveau projet du cinéaste. Tarantino a d'ailleurs quitté les bureaux de la société.

Il devait donc se trouver un nouveau studio et un nouveau producteur. Ce sera finalement Sony Pictures, qui a su emporter la compétition en obtenant les droits mondiaux pour la distribution du film. Officialisé depuis juillet, son prochain film (pour l'instant intitulé #9 puisque c'est son neuvième), sur les meurtres de Charles Manson, avec Margot Robbie dans le rôle de Sharon Tate, l'une des victimes du tueur, est en préparation. La situation étaiturgente. Évidemment, avec 8 longs métrages ayant rapporté 650M$ de recettes en Amérique du nord et une Palme d'or à son actif, le cinéaste était en plus très courtisé.

Tarantino est le transfert de l'année inattendu. Normal qu'il excite les convoitises. Il sait aussi ce qu'il veut: un budget de 100M$ (l'équivalent de Django, son film le plus cher à date), un pourcentage sur les recettes, et le final cut sur son film.

Selon Deadline et Variety, outre Sony, Paramount et Warner Bros étaient les derniers sur les rangs, les seuls qui accepteraient ces (ses) conditions. Les nouveaux indépendants - Amazon Studios, A24, Annapurna et Lionsgate... - n'avaient aucune chance tant que les droits étaient mondiaux.

De tous, cependant, c'est sans doute la Warner qui pouvait être la meilleure option. Le studio a pour lui d'avoir accompagné Clint Eastwood tout au long de sa carrière avec une entière liberté. C'est aussi le studio qui cherche à le séduire à tout prix. Lors de l'audition du réalisateur, la Warner a reconstitué l'ambiance des sixties, logo de l'époque compris, soit la période durant laquelle se déroule le futur film.

Un autre front du côté de 007

Mais la Warner, comme Sony, la Fox, qui est en discussion pour se vendre à Disney, et Universal, sont en plus sur un autre front: les droits de James Bond. Ironie du sort, c'est actuellement Sony qui les possède. Stratégiquement, Sony voudrait garder 007, l'une de ses rares franchises. N'étant pas certain de conserver l'espion de sa majesté, le studio avait besoin d'un (gros) coup pour compenser l'éventuelle perte. Par conséquent, Sony avait aussi mis les bouchées doubles en abordant Tarantino par les sentiments: la stratégie de sortie du film, notamment au niveau international, qui représente environ 60 à 65% des recettes globales des films du cinéaste, un point fort du studio.

Tarantino doit désormais choisir sa star masculine. Leonardo DiCaprio, Brad Pitt et Tom Cruise, avec qui il n'a jamais travaillé, sont parmi ses choix pour le rôle de Manson. Le producteur David Heyman (Harry Potter) a été engagé pour la production.

Le tournage est prévu à Los Angeles pour l'été prochain avec une sortie programmée en 2019.

A Star Is Born avec Lady Gaga change de date de sortie

Posté par wyzman, le 23 septembre 2017

La nouvelle est tombée il y a quelques heures seulement : le film de Bradley Cooper A Star Is Born ne sortira finalement plus en septembre 2018 mais bien en mai de la même année, le 18 mai pour être plus précis. Le film devait originellement sortir le 28 septembre aux Etats-Unis mais, comme l'indique Variety, une sortie en mai pourrait être bénéfique pour le film de Warner Bros, qui reprend ainsi un créneau porteur pour les drames musicaux (Moulin Rouge) ou les remakes de grands classiques (Gatsby le magnifique).

A Star Is Born pourrait aini profiter d'une projection en avant-première et donc très médiatisée durant le festival de Cannes qui se tiendra justement du 9 au 20 mai. Plus encore, une sortie juste avant l'été permettrait de booster les entrées du musical qui représenterait une bonne alternative pour les cinéphiles lassés des autres blockbusters (Avengers: Infinity War, Star Wars: Han Solo et Deadpool 2).

Pour rappel, A Star Is Born est le troisième remake du film Une étoile est née de William A. Wellman sorti en 1937, puis revu par George Cukor (la version la plus célèbre avec Judy Garland et James Mason, en 1954) et Frank Pierson (avec Barbra Streisand, en 1976).

Le film suit les péripéties d'Ally, une jeune femme qui va réaliser son rêve grâce à l'alcoolique Jackson Maine : devenir une star de la country. Lady Gaga incarnera Ally tandis que Bradley Cooper revêtira les habits de Jackson. Sam Elliott, Andrew Dice Clay et Rebecca Field font également partie de la distribution. Relancée il y a cinq ans, l'idée de ce remake devait réunir Clint Eastwood, Tom Cruise et Beyoncé!

Aucune date de sortie française n'a été dévoilée pour le moment.