venise 2014 » Le Blog d'Ecran Noir

Le documentaire The Look of Silence récompensé

Posté par vincy, le 15 janvier 2016

Le documentaire de Joshua Oppenheimer, The Look of Silence, a reçu le prix du meilleur films à la 9e cérémonie des Cinema Eye Honors. Il a aussi été récompensé dans la catégorie meilleur réalisateur. C'est la deuxième fois que Oppenheimer réalise ce doublé, deux ans après The Act of Killing.

Les autres prix ont été décernés à Amy (montage), Meru (image et prix du public), Cartel Land (image), Heart of Dog (musique), Kurt Cobain: Montage of Heck (design graphique) et The Wolfpack (premier film).

Amy, Cartel Land et The Look of Silence sont en lice pour l'Oscar du meilleur documentaire. The Look of Silence a déjà remporté de nombreux prix à Angers (public, Grand prix du jury), Austin, Denver, Milwaukee (meilleur documentaire), DocsBarcelona et Nuremberg (public), Göteborg (documentaire scandinave), Sofia (meilleir documentaire), SXSW Film Festival (prix du public) et Venise (5 prix dont celui de la critique et un grand prix spécial du jury). Il est nommé par la Producers Guild pour son palmarès de l'année et aux Independent Spirit Awards.

Les Cinema Eye Honors, qui se tiennent à New York sont considérés désormais comme les Oscars du documentaires.

Oscars 2016: 9 finalistes pour la catégorie du meilleur film en langue étrangère

Posté par vincy, le 18 décembre 2015

Ils étaient 80. Ils ne sont plus que 9. La "short-list" pour l'Oscar du meilleur film en langue étrangère s'est considérablement affinée. Ils ne seront que 5 le 14 janvier lorsque les nominations aux Oscars seront révélées.

Six d'entre eux ont été choisis par les membres de l'académie et les trois autres ajoutés par le comité spécial en charge de cette catégorie. Première constatation : l'Europe domine la sélection. Seuls les films de Jordanie et de Colombie font de la résistance. Deuxième constat: le Festival de Cannes place quatre films, dont trois provenant de la Quinzaine des réalisateurs aux côtés du Grand prix du jury de la compétition. Troisième chose à retenir: ni Ours, ni Palme, ni Leopard ni même Lion d'or dans cette sélection. Quatrième détail important: hormis El Club (Chili), les quatre nominés au Golden Globe du meilleur film en langue étrangère sont dans la liste. Y compris The Fencer, film qui n'a eu aucun prix jusqu'à présent et n'a été dans aucun festival majeur. Enfin, quatre des finalistes sont des nouveaux talents, qui entrent la cour des grands dès leur premier film.

Allemagne: Le labyrinthe des mensonges de Giulio Ricciarelli (Toronto 2014, Prix du Public aux Arcs) - premier long métrage
Belgique: Le tout nouveau testament de Jaco Van Dormael (Quinzaine des réalisateurs 2015)
Colombie: L'étreinte du serpent de Ciro Guerra (Quinzaine des réalisateurs 2015, Prix CICAE Cannes 2015) - en photo
Danemark: Krigen (A War) de Tobias Lindholm (Venise 2015)
Finlande: The Fencer de Klaus Härö
France: Mustang de Deniz Gamze Ergüven (Quinzaine des réalisateurs 2015, 20 prix dans le monde) - premier long métrage
Hongrie: Le fils de Saul de Laszlo Nemes (Cannes 2015, Grand prix du jury) - premier long métrage
Irlande: Viva de Paddy Breathnach (Telluride 2015)
Jordanie: Theeb de Naji Abu Nowar (Venise 2014, Meilleur réalisateur sélection Orrizzonti) - premier long métrage

Youth, Mustang, Michael Caine et Charlotte Rampling, lauréats des European Film Awards 2015

Posté par vincy, le 13 décembre 2015

michael caine youth

Présenté en avant-première mondiale à Cannes, Youth de Paolo Sorrentino est le grand vainqueur des European Film Awards 2015 avec trois prix majeurs: film, réalisateur et acteur. Michael Caine repart également avec le prestigieux Prix honorifique de l'académie. Doublé également réalisé par Charlotte Rampling, meilleure actrice et prix pour l'ensemble de sa carrière.

Reconnaissons que ce palmarès a de la classe. Dommage, cependant, que ces "Oscars" européens ne soient toujours pas aussi attendus que leurs confrères américains, après 28 ans d'existence. Cette année, le cinéma britannique et le cinéma méditerranéen se taillent une part du lion, avec des films comme The Lobster (réalisateur grec, production anglaise), Youth (film italo-français, tourné en angais avec des comédiens anglo-saxons), 45 Years, Amy, Le chant de la mer, Les mille et une nuits, et La Isla Minima qui repart avec le prix du public. Sans oublier le film franco-turc Mustang, qui s'octroie un prix supplémentaire dans son déjà bien rempli palmarès. On pourrait noter que la France est peu présente, mais la plupart des films primés sont des coproductions françaises. En revanche le cinéma scandinave et le cinéma d'Europe centrale repartent avec quelques maigres lots de consolations (la meilleure comédie pour le Roy Andersson, le meilleur court métrage, et deux prix techniques).

Au jeu d'influence, Cannes domine largement Berlin et Venise. 9 prix ont récompensé des films vus sur la Croisette.

Pour Paolo Sorrentino, c'est tout de même une sacrée consécration, deux ans après son prix du meilleur film pour La Grande Bellezza, rejoignant ainsi Almodovar, Von Trier et Haneke au club des double-primés dans cette catégorie. Idem pour la catégorie meilleur réalisateur: il réussit ce même doublé qu'en 2013, et rejoint Almodovar et Haneke dans le cercle des cinéastes multi-récompensés.

Meilleur film: Youth, de Paolo Sorrentino (Italie)
Meilleure comédie: Un pigeon perché sur une branche philosophait sur l'existence, de Roy Andersson (Suède, Lion d'or à Venise en 2014)
Prix FIPRESCI - découverte de l'année: Mustang, de Deniz Gamze Ergüven (France)
Meilleur documentaire: Amy, d'Asif Kapadia (Royaume Uni)
Meilleur film d'animation: Le chant de la mer, de Tomm Moore (Irlande)
Meilleur court métrage: Piknik, de Jure Pavlovic (Croatie)

Meilleur réalisateur: Paolo Sorrentino, Youth (Italie)
Meilleure actrice: Charlotte Rampling, 45 Years (Royaume Uni)
Meilleur acteur: Michael Caine, Youth (Italie)
Meilleur scénario: Yorgos Lanthimos & Efthimis Filippou, The Lobster (Grèce)
Meilleure image - Prix Carlo di Palma: Martin Gschlacht, Goodnight Mommy (Autriche)
Meilleur montage: Jacek Drosio, Body (Pologne)
Meilleurs décors: Sylvie Olivé, Le Tout nouveau testament (Belgique)
Meilleurs costumes: Sarah Blenkinsop, The Lobster (Grèce)
Meilleur compositeur de musique de film: Cat's Eyes, The Duke of Burgundy (Royaume Uni)
Meilleur son: Vasco Pimentel & Miguel Martins, Les mille et une nuits (Portugal)

Prix pour l'ensemble de sa carrière: Charlotte Rampling; Christoph Waltz
Prix honorifique: Sir Michael Caine

Prix de la coproduction européenne - Prix Eurimages: Andrea Occhipinti

Prix du public: La Isla Minima, d'Alberto Rodríguez (Espagne)

Independent’s Spirit Awards: Carol, Spotlight, Beasts of No Nation, Anomalisa et Tangerine grands favoris

Posté par vincy, le 25 novembre 2015

Carol est en tête des nominations aux Independent's Spirit Awards avec 6 nominations, devançant ainsi Beasts of No Nation et Spotlight (5 chacun), Tangerine et Anomalisa (4 chacun).

Pour ces Oscars du cinéma indépendants, qui seront remis le 27 février, le choix est donc ouvert entre le film de Todd Haynes en compétition à Cannes (avec prix d'interprétation et Queer Palm à la clé),  le film de guerre de Cary Joji Fukunaga, doublement récompensé à Venise, l'histoire vraie primée par un Pulitzer adaptée par Thomas McCarthy, lui aussi doublement primé à Venise et et grand gagnant des Gotham Awards, le micro-budget filmé avec un iphone de Sean Baker, prix du jury à Deauville, et le dessin animé de Charlie Kaufman, Grand prix à Venise.

En clair, comble de l'ironie, le festival de Sundance, temple des révélations du cinéma indépendant américain, a été clairement ignoré cette année. Bien sûr certains des films présentés à Sundance grappillent quelques nominations, mais on peut en dire autant de films présentés ailleurs comme Mediterranea et It Follows (Semaine de la critique à Cannes), Room (Telluride et Toronto), Love & Mercy (Toronto et Berlin), The Look of Silence (Venise)... Quatre des cinq films en langue étrangères viennent tout droit de la Croisette. L'autre de la Lagune. Les cinq sont des coproductions ou productions françaises, dont Bande de filles, réalisée par Céline Sciamma, et Mustang et Le Fils de Saul, signés de deux réalisateurs ayant fait leurs études en France.

Autre particularité, le renouvellement. Les cinq acteurs principaux en finale n'ont jusque là jamais été nominés en premier ou en second rôle, et aucun ne fait parti du gratin hollywoodien. Côté seconds rôles masculins, en revanche, trois d'entre eux ont déjà été cités par le passé. Pour les actrices, on note d'abord la double nomination pour les deux interprètes de Carol, Cate Blanchett et Rooney Mara. On salue aussi la première nomination pour deux comédiennes transsexuelles (Kitana Kiki Rodriguez et Mya Taylor). Certes, Brie Larson a déjà été nominée et Cate Blanchett a été récompensée en 2007 (second rôle) et 2013 (rôle principal), en plus d'une nomination en 2004 (second rôle). Mais pour les trois autres, c'est bien une première toutes catégories confondues. En second-rôle, on constate ce même renouvellement puisque seule Jennifer Jason Leigh a déjà été nominée (2 fois en tant qu'actrice, une fois comme second rôle, une fois comme productrice/réalisatrice et une fois comme scénariste), en plus de partager son trophée pour un prix récompensant un casting (2009).

Meilleur film
Anomalisa
Beasts of No Nation
Carol
Spotlight
Tangerine

Meilleur réalisateur
Sean Baker, Tangerine
Cary Joji Fukunaga, Beasts of No Nation
Todd Haynes, Carol
Charlie Kaufman & Duke Johnson, Anomalisa
Tom McCarthy, Spotlight
David Robert Mitchell, It Follows

Meilleur scénario
Charlie Kaufman, Anomalisa
Donald Margulies, The End of the Tour
Phyllis Nagy, Carol
Tom McCarthy & Josh Singer, Spotlight
S. Craig Zahler, Bone Tomahawk

Meilleur premier film
The Diary of a Teenage Girl
James White
Manos Sucias
Mediterranea
Songs My Brothers Taught Me

Meilleur premier scénario
Jesse Andrews, Me and Earl and the Dying Girl (This is not a Love Story)
Jonas Carpignano, Mediterranea
Emma Donoghue, Room
Marielle Heller, The Diary of a Teenage Girl
John Magary, Russell Harbaugh, Myna Joseph, The Mend

Meilleur acteur
Christopher Abbott, James White
Abraham Attah, Beasts of No Nation
Ben Mendelsohn, Mississippi Grind
Jason Segel, The End of the Tour
Koudous Seihon, Mediterranea

Meilleure actrice
Cate Blanchett, Carol
Brie Larson, Room
Rooney Mara, Carol
Bel Powley, The Diary of A Teenage Girl
Kitana Kiki Rodriguez, Tangerine

Meilleur second rôle masculin
Kevin Corrigan, Results
Paul Dano, Love & Mercy
Idris Elba, Beasts of No Nation
Richard Jenkins, Bone Tomahawk
Michael Shannon, 99 Homes

Meilleur second rôle féminin
Robin Bartlett, H.
Marin Ireland, Glass Chin
Jennifer Jason Leigh, Anomalisa
Cynthia Nixon, James White
Mya Taylor, Tangerine

Meilleur documentaire
(T)error
Best of Enemies
Heart of a Dog
The Look of Silence
Meru
The Russian Woodpecker

Meilleur film étranger
Un pigeon perché sur une branche philosophait sur l'existence...
L'étreinte du serpent
Bande de filles
Mustang
Le fils de Saul

Meilleure image
Beasts of No Nation
Carol
It Follows
Meadlowland
Les chansons que mes frères m'ont apprises

Meilleur montage
Heaven Knows What
It Follows
Manos Sucias
Room
Spotlight

Prix John Cassavetes (Meilleur film avec un budget inférieur à $500,000)
Advantageous
Christmas, Again
Heaven Knows What
Krisha
Out of My Hand

Prix Robert Altman Award (Meilleur casting)
Spotlight

Prix Kiehl’s Someone to Watch
Chloe Zhao (productrice, réalisatrice, scénariste Les chansons que mes frères m'ont apprises)
Felix Thompson (réalisateur, scénariste King Jack)
Robert Machoian & Rodrigo Ojeda-Beck (réalisateurs, scénaristes, God Bless the Child)

Prix des Producteurs -Piaget
Darren Dean (Tangerine)
Mel Eslyn (Lamb)
Rebecca Green & Laura D. Smith (It follows)

Les nominations des European Film Awards: The Lobster, Mustang et des béliers

Posté par vincy, le 7 novembre 2015

the lobster

Pour une fois les European Film Awards sont moins nordiques et même moins orientaux. Le cinéma britannique et la production française sont les grands gagnants des nominations 28e European Film Awards, révélées au Festival de Séville ce samedi 7 novembre et qui seront remis à Berlin le 12 décembre.
On notera aussi que le Festival de Cannes reste le grand pourvoyeur de nominations de l'année. Même si la Palme d'or, Dheepan, a été complètement snobée une fois de plus (après avoir été recalé des Oscars).
Côté français, de Vincent Lindon à Mustang (y compris en meilleur film), en passant par La famille Bélier, tout le spectre de la production est représenté. Mais on notera que dans les catégories "reines", avec Moretti et Sorrentino, le cinéma italien marque plus de points. Evidemment, si on prend en compte le financement de tous ces films, la France est omniprésente dans chacune des catégories...
Mais c'est bien le cinéma britannique qui domine la liste cette année, de l'animation au documentaire en passant par les comédiens. The Lobster, prix du jury à Cannes et film le plus nominé aux British Film Independent Awards cette année, truste la plupart des catégories avec quatre nominations, soit une de moins que Youth, qui part favori. On notera, par mauvais esprit évidemment, qu'entre le homard, les béliers, le pigeon et un mustang, l'animal est au coeur de la liste...

Film européen: Un pigeon perché sur une branche..., Mustang, Béliers, The Lobster, Victoria, Youth
Réalisateur: Roy Anderson (Un pigeon perché sur une branche...), Yorgos Lanthimos (The Lobster), Nanni Moretti (Mia Madre), Sebastien Schipper (Victoria), Paolo Sorrentino (Youth), Ma?gorzata Szumowska (Body)
Actrice: Margherita Buy (Mia Madre), Laia Costa (Victoria), Charlotte Rampling (45 Years), Alicia Vikander (Ex-Machina), Rachel Weisz (Youth)
Acteur: Michael Caine (Youth), Tom Courtenay (45 Years), Colin Farrell (The Lobster), Christian Friedel (13 Minutes), Vincent Lindon (La loi du marché)
Comédie: Un pigeon perché sur une branche..., La famille Bélier, Le tout nouveau testament
Animation: Adama, Shaun le mouton, Le chant de la mer
Documentaire: A Syrian Love Story, Amy, Dancing with Maria, The Look of Silence, Toto and his Sisters
Prix Fipresci de la découverte: Summer Downstairs, Goodnight Mommy, Slow West, Mustang, Limbo
Scénariste: Roy Andersson (Un pigeon perché sur une branche...), Andrew Haigh (45 Years), Radu Jude et Florin Lazarescu (Aferim!), Alex Garland (Ex-Machina), Yorgos Lanthimos et Efthimis Filippou (The Lobster), Paolo Sorrentino (Youth)

81 films dans la course pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère

Posté par vincy, le 9 octobre 2015

oscars81 pays (deux de moins que l'an dernier) sont en course pour l'Oscar du meilleur film en langue étrangère.
Pour la première fois, le Paraguay présente un film.
La Chine a changé de candidat. Initialement ce devait être Le dernier Loup de Jean-Jacques Annaud.
Peu de grands pays sont absents. Le Nigéria a annoncé qu'il n'avait pas de candidat correspondant aux critères qualitatifs "pour gagner". L'Ukraine a un souci administratif et a demandé un délai pour soumettre leur candidat.

La 88e cérémonie des Oscars aura lieu le 28 février 2016. Les nominations seront annoncées le 14 janvier.

Voici la liste complète fournie par l'Académie.

Afrique

Afrique du sud: Thina Sobabili: The Two of Us, d'Ernest Nkosi (premier film)
Algérie: Crépuscule des ombres, de Mohamed Lakhdar Hamina
Côte d'Ivoire: Run, de Philippe Lacôte (Un certain regard 2014)
Ethiopie: Lamb, d'Yared Zeleke (Un certain regard 2015)
Maroc: Aida, de Driss Mrini

Amériques

Argentine: El Clan, de Pablo Trapero (Ours d'argent de la mise en scène, Venise 2015)
Brésil: Une seconde mère, d'Anna Muylaert (Prix du public section Panorama Berlin 2015, Prix spécial du jury Sundance 2015)
Canada: Félix et Meira, de Maxime Giroux (Toronto 2014, San Sebastian 2014)
Chili: El Club, de Pablo Larraín (Grand prix du jury Berlin 2015)
Colombie: L'étreinte du Serpent, de Ciro Guerra (Prix CICAE, Semaine de la critique 2015)
Costa Rica: Presos (Imprisoned), d'Esteban Ramírez
Guatemala: Ixcanul, de Jayro Bustamante (Prix Alfred Bauer Berlin 2015)
Mexico: 600 Miles, de Gabriel Ripstein (Prix du meilleur premier film Berlin 2015)
Paraguay: El tiempo nublado (Cloudy Times), d'Arami Ullón (documentaire)
Pérou: NN, d'Héctor Gálvez
République Dominicaine: Les dollars des sables, de Laura Amelia Guzmán, Israel Cárdenas
Uruguay: Una noche sin luna (A Moonless Night), de Germán Tejeira (Meilleur film étranger Zurich 2014)
Venezuela: Dauna. Lo que lleva el río (Gone with the River), de Mario Crespo

Asie

Afghanistan: Utopia, d'Hassan Nazer
Bangladesh: Jalal’s Story, d'Abu Shahed Emon (Pusan 2014)
Cambodge: The Last Reel, de Sotho Kulikar (Tokyo 2014)
Chine: Go Away Mr. Tumor, de Han Yan
Corée du sud: Sado (The Throne) de Lee Joon-ik
Hong Kong: Po Feng (To the Fore), de Dante Lam
Inde: Court de Chaitanya Tamhane (Prix Luigi de Laurentis du premier film, Prix Orizzonti du meilleur film, Venise 2014)
Irak: Memories on Stone, de Shawkat Amin Korki (Meilleur film arabe Abu Dhabi 2014)
Iran: Muhammad: The Messenger of God, de Majid Majidi
Israel: Baba Joon, d'Yuval Delshad (5 "Oscars" israéliens, dont meilleur film, Toronto 2015)
Japon: Hyakuen no koi (100 Yen Love), de Masaharu Take (Tokyo 2014)
Jordanie: Theeb, de Naji Abu Nowar (Prix FIPRESCI Abu Dhabi 2014, Meilleur réalisateur Orizzonti Venise 2014)
Kazakhstan: Stranger, d'Ermek Tursunov (Toronto 2015)
Kirghizistan: Sutak (Heavenly Nomadic), de Mirlan Abdykalykov (Karlovy Vary 2015)
Liban: Void, de Naji Bechara, Jad Beyrouthy, Zeina Makki, Tarek Korkomaz, Christelle Ighniades, Maria Abdel Karim, Salim Haber
Malaisie: Men Who Save the World, de Liew Seng Tat (Locarno 2014)
Nepal: Talakjung vs Tulke, de Basnet Nischal
Pakistan: Moor, de Jami (Pusan 2015)
Palestine: Les 18 fugitives, d'Amer Shomali, Paul Cowan (documentaire animé, Meilleur film documentaire arabe Abu Dhabi 2014)
Philippines: Heneral Luna, de Jerrold Tarog
Singapour: 7 Letters, de Royston Tan, Kelvin Tong, Eric Khoo, Jack Neo, Tan Pin Pin, Boo Junfeng, K. Rajagopal (Pusan 2015)
Taiwan: The Assassin, d'Hou Hsiao-hsien (Prix de la mise en scène Cannes 2015)
Thaïlande: How to Win at Checkers (Every Time), de Josh Kim (premier film)
Turquie: Sivas, de Kaan Müjdeci (Prix spécial du jury, Venise 2014)
Vietnam: Jackpot, de Dustin Nguyen

Europe

Albanie: Bota, d'Iris Elezi, Thomas Logoreci (Karlovy Vary 2014)
Allemagne: Le Labyrinthe du silence, de Giulio Ricciarelli (Prix du public Les Arcs 2014)
Autriche: Goodnight Mommy, de Veronika Franz, Severin Fiala (Venise 2014, Grand prix Sitges 2014)
Belgique: Le tout nouveau Testament, de Jaco Van Dormael (Quinzaine des réalisateurs 2015)
Bosnie-Herzegovine: Our Everyday Story, d'Ines Tanovic (Montréal 2015)
Bulgarie: The Judgment, de Stephan Komandarev
Croatie: Soleil de plomb, de Dalibor Matanic (Prix du jury Un certain regard 2015)
Danemark: A War, de Tobias Lindholm (Venise 2015, Zurich 2015)
Espagne: Loreak (Flowers), de Jon Garaño, Jose Mari Goenaga (San Sebastian 2014)
Estonie: 1944, d'Elmo Nüganen (Berlin 2015)
Finlande: The Fencer, de Klaus Härö (Munich 2015)
France: Mustang, de Deniz Gamze Ergüven (lire aussi Pourquoi Mustang est un très bon choix pour les Oscars 2016)
Géorgie: Moira de Levan Tutberidze (San Sebastian 2015)
Grèce: Xenia, de Panos H. Koutras (Un certain regard 2014)
Hongrie: Le fils de Saul, de László Nemes (Grand prix du jury Cannes 2015)
Irlande: Viva, de Paddy Breathnach (Telluride 2015)
Islande: Rams (Béliers), de Grímur Hákonarson (Prix Un certain regard 2015)
Italie: Non essere cattivo (Don’t Be Bad), de Claudio Caligari (7 prix à Venise 2015)
Kosovo: Babai, de Visar Morina (Meilleur réalisateur Karlovy Vary 2015)
Lettonie: Modris, de Juris Kursietis (San Sebastian 2014, Toronto 2014)
Lituanie: Summer, d'Alanté Kavaïté (meilleur réalisation Sundance 2015)
Luxembourg: Baby (A)lone, de Donato Rotunno
Macédoine: Honey Night, d'Ivo Trajkov
Montenegro: You Carry Me, de Ivona Juka (Karlovy Vary 2015)
Norvège: The Wave (La Vague), de Roar Uthaug (Toronto 2015)
Pays-Bas: The Paradise Suite, de Joost van Ginkel (Toronto 2015)
Pologne: 11 Minutes, de Jerzy Skolimowski (Venise 2015)
Portugal: Les 1001 nuits – Volume 2: le désolé, de Miguel Gomes (Quinzaine des réalisateurs 2015, Meilleur film Sydney 2015)
République Tchèque: Home Care, de Slavek Horak (Karlovy Vary 2015)
Royaume Uni: Under Milk Wood, de Kevin Allen (Edimbourg 2015)
Roumanie: Aferim!, de Radu Jude (Meilleur réalisateur Berlin 2015)
Russie: Sunstroke, de Nikita Mikhalkov (Shanghai 2015)
Serbie: Enclave, de Goran Radovanovic (Prix du public Moscou 2015)
Slovaquie: Koza (Goat), d'Ivan Ostrochovský (Berlin 2015)
Slovénie: The Tree, de Sonja Prosenc (Karlovy Vary 2014)
Suède: Un pigeon sur une branche philosophait sur l'existence, de Roy Andersson (Lion d'or Venise 2014)
Suisse: Iraqi Odyssey, de Samir (documentaire, Abu Dhabi 2014, Berlin 2015)

Océanie

Australie: Arrows of the Thunder Dragon, de Greg Sneddon

Les 10 films soumis au vote du public pour les European Film Awards 2015

Posté par vincy, le 2 septembre 2015

La 28e édition des European Film Awards a sélectionné les films qui sont en lice pour le prix du public. Les votes sont ouverts en ligne sur le site officiel de l'Académie européenne du cinéma. Le gagnant sera connu le 12 décembre.

L'Académie a choisi parmi les films sortis entre juillet 2014 et juillet 3025 des films ayant connu des succès nationaux et à l'étranger.

- Un pigeon perché sur une branche philosophait sur l'existence de Roy Andersson (Lion d'or à Venise) - Suède
- Snow Therapy de Ruben Östlund (Prix du jury Un certain regard à Cannes) - Norvège
- Leviathan d'Andrei Zvyagintsev (Prix du scénario à Cannes) - Russie
- La isla mínima d'Alberto Rodríguez (Prix du jury à San Sebastian) - Espagne
- Samba d'Olivier Nakache et Éric Toledano - France
- Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ? de Philippe de Chauveron - France
- Imitation Game de Morten Tyldum - Royaume Uni
- Le sel de la Terre de Wim Wenders et Juliano Ribeiro Salgado (Prix spécial du jury Un certain regard à Cannes) - Allemagne
- Victoria de Sebastian Schipper (Ours d'argent à Berlin) - Allemagne
- White God de Kornél Mundruczó (Prix Un Certain regard à Cannes - Hongrie

En 2014, le film polonais Ida de Pawel Pawlikowski avait remporté les suffrages des votants européens.

Alejandro Gonzalez Inarritu sacré par la Directors Guild pour Birdman

Posté par vincy, le 8 février 2015

inarritu

Et un de plus. A force de récolter tous les principaux prix ces dernières semaines, Birdman d’Alejandro Gonzalez Inarritu tue le suspens pour les Oscars. En remportant le prix de la Directors Guild of America (Guilde des réalisateurs), le cinéaste mexicain est en train d’étouffer la concurrence à deux semaines de la cérémonie des Oscars. Boyhood a eu les faveurs de la critique tout au long de l’année, faisant consensus partout dans le pays. Mais les puissantes Guildes (Producteurs, Acteurs et maintenant Réalisateurs) et les Golden Globes ont préféré opter pour la comédie dramatique du réalisateur mexicain.

Cela promet des Oscars peu flamboyants, sauf si American Sniper, énorme succès au box office américain, joue les trouble-fêtes par surprise. C’est unanimité autour d’un film qui a franchit péniblement les 30M$ (Boyhood ne les a pas dépassés ceci dit) démontre que les professionnels ont décidé de privilégier l’originalité plutôt que le succès, chose assez rare ces dernières années.

Birdman, qui avait été en compétition à Venise (mais ignoré au palmarès de la Mostra) est avant tout la consécration de son auteur. C’est aussi un coup double pour le cinéma mexicain : Inarritu succède en effet à un autre mexicain, son ami Alfonso Cuaron qui avait été couronné pour Gravity il y a un an. Les deux ont en commun un sens de l’audace.

Birdman est un objet filmique quasiment surréaliste. « Je n’ai jamais rêvé d’être parmi vous ce soir, de vous parler, jamais » a expliqué le réalisateur,  profondément ému. On le comprend : le prix de la DGA est un sacre aussi important que l’Oscar du meilleur réalisateur pour un cinéaste. Par sept fois seulement depuis 1948, un réalisateur primé par le Directors Guild Award n’a pas reçu l’Oscar du meilleur réalisateur. « Réaliser un film c’est s’attaquer à l’imprévisible » a-t-il ajouté, remerciant par ailleurs ses acteurs et ses producteurs associés.

Richard Linklater (Boyhood), Clint Eastwood (American Sniper), Morten Tydlum (The Imitation Game) et Wes Anderson (The Grand Budapest Hotel) étaient « en concurrence » avec lui pour ce prix.

Birdman sacré par la Producers Guild of America

Posté par vincy, le 25 janvier 2015

michael keaton birdman

Birdman a gagné le Prix Darryl F. Zanuck de la Producers Guild of America samedi 24 janvier. Elu meilleur film, il reste le concurrent le plus sérieux aux Oscars face au favori Boyhood. Les deux films se partagent l'essentiel des prix depuis novembre.
Le prix a été décerné à Alejandro Gonzales Inarritu, John Lesher et James W. Skotchdopole. Birdman succède à Gravity et 12 Years a Slave, vainqueurs ex-aequo l'an dernier (une première dans l'histoire du prix). C'est donc la seconde fois consécutive qu'un film réalisé par un cinéaste mexicain remporte ce prix.

Inarritu a avoué, en recevant son prix, que "notre seule ambition était de fait une exploration du langage cinématographique risquée et expérimentale autour de la complexité d'un artiste joué par l'incroyable Michael Keaton." Il a ajouté: "Je me sens humble. Tous les films nominés portaient une telle voix individuelle, une expression propre à eux, que seuls les gens qui les ont fait pouvaient les faire".

Birdman était en compétition avec American Sniper, champion du box office américain depuis 10 jours, Boyhood, Foxcatcher, Gone Girl, Grand Budapest Hotel, Nightcrawler, Une merveilleuse histoire du temps et Whiplash.

Pour le film d'Inarritu, c'est un sérieux avantage dans la course aux Oscars où il est nominé 9 fois: en 25 ans, 18 des films récompensés par la PGA ont reçu la statuette suprême un mois après. C'est le cas des sept derniers films oscarisés. La dernière fois qu'il n'y a pas eu consensus entre la PGA et les Oscars datent de 2006 (Little Miss Sunshine pour la PGA, Les Infiltrés pour les Oscars). Les producteurs représentent environ 8% des votants aux Oscars.

Birdman et Boyhood en tête des nominations des Independent Spirit Awards

Posté par vincy, le 26 novembre 2014

michael keaton birdman

Birdman d'Alejandro Inarritu domine les nominations des Independent Spirit Awards, première sélection majeure de la saison des palmarès aux Etats Unis. Le film, qui avait fait l'ouverture du dernier Festival de Venise (mais qui a été snobé par le jury) est en lice pour six nominations. Les autres sérieux concurrents sont Boyhood (5 nominations), Love is Strange, Whiplash et A Most Violent year.

Notons la nomination de Marion Cotillard pour The Immigrant dans la catégorie meilleure actrice. Aucun film français n'a été retenu pour le prix du meilleur film étranger. Mais Mommy de Xavier Dolan représentera la francophonie.

Meilleur film : Birdman (or The Unexpected Virtue of Ignorance) ; Boyhood ; Love Is Strange ; Selma ; Whiplash

Meilleur réalisateur: Damien Chazelle (Whiplash) ; Ava DuVernay (Selma) ; Alejandro G. Iñárritu (Birdman (or The Unexpected Virtue of Ignorance) ; Richard Linklater (Boyhood) ; David Zellner (Kumiko, the Treasure Hunter)

Meilleur scénario : Big Eyes ; A Most Violent Year ; Nightcrawler (Nightcall) ; Only Lovers Left Alive ; Love Is Strange

Meilleur premier film: A Girl Walks Home Alone at Night ; Dear White People ; Nightcrawler (Nightcall) ; Obvious Child ; She’s Lost Control

Meilleur premier scénario: Appropriate Behavior ; Little Accidents ; The One I Love ; She’s Lost Control ; Dear White People

Prix John Cassavetes (film budgété à moins de 500000$) : Blue Ruin ; It Felt Like Love ; Land Ho! ; Man From Reno ; Test

Meilleure actrice: Marion Cotillard (The Immigrant) ; Rinko Kikuchi (Kumiko, the Treasure Hunter) ; Julianne Moore (Still Alice) ; Jenny Slate (Obvious Child) ; Tilda Swinton (Only Lovers Left Alive)

Meilleur acteur : André Benjamin (Jimi: All Is by My Side) ; Jake Gyllenhaal (Nightcrawler) ; Michael Keaton (Birdman) ; John Lithgow (Love Is Strange) ; David Oyelowo (Selma)

Meilleur second rôle féminin : Patricia Arquette (Boyhood) ; Jessica Chastain (A Most Violent Year) ; Carmen Ejogo (Selma) ; Andrea Suarez Paz (Stand Clear of the Closing Doors) ; Emma Stone (Birdman)

Meilleur second rôle masculin : Riz Ahmed (Nightcrawler) ; Ethan Hawke (Boyhood) ; Alfred Molina (Love Is Strange) ; Edward Norton (Birdman) ; J.K. Simmons (Whiplash)

Meilleure photo : The Immigrant ; Birdman ; It Felt Like Love ; A Girl Walks Home Alone at Night ; Selma

Meilleur montage : Boyhood ; Whiplash ; Nigthcrawler (Nightcall) ; A Most Violent year ; The Guest

Meilleur documentaire : 20000 Days on Earth ; CitizenFour ; Stray Dog ; The Salt of the Earth ; Virunga

Meilleur film étranger : Snow Therapy (Force mejeure) ; Ida ; Leviathan ; Mommy ; Norte, the End of History ; Under the Skin

Prix Robert Altman (réalisateur, casting et directeur de casting) : Inherent Vice

Prix spécial : Foxcatcher

Prix Piaget du meilleur producteur : Chad Burris : Elisabeth Holm ; Chris Ohlson

Prix Kiehl du nouveau talent : A Girl Walks Home Alone at Night ; H. ; The Retrieval