Sam Shepard (1943-2017) s’offre une balade au Paradis

Posté par vincy, le 31 juillet 2017

Triste jour que ce 31 juillet. Voilà que Sam Shepard, écrivain, dramaturge, réalisateur et acteur est mort. Né le 5 novembre 1943, il avait 73 ans. Si sa carrière est avant tout théâtrale, aussi bien comme auteur, metteur en scène et acteur, il avait tourné dans une soixantaine de films et téléfilms.

C'est Terrence Malick qui lui offre son premier grand rôle, dans Les Moissons du ciel en 1978. Quatre ans plus tard, il rencontre Jessica Lange sur le tournage de Frances. Ils vivront ensemble jusqu'en 2009. Durant les années 1980, il enchaîne les tournages. D'autant qu'il est à l'affiche d'un gros succès en 1983: L'étoffe des héros de Philip Kaufman. Il faut dire qu'à cet âge, ce coureur de jupons était sacrément beau gosse... Fool for Love de Robert Altman, Crimes du cœur de Bruce Beresford, Potins de femmes d'Herbert Ross, ... Il alterne les mélos et les thrillers, les films de guerre et les westerns. Souvent cantonné aux seconds-rôles, on le voit s'impliquer avec perfectionnisme dans des films comme Cœur de tonnerre de Michael Apted, L'Affaire Pélican de Alan J. Pakula, La neige tombait sur les cèdues de Scott Hicks, De si jolis chevaux de Billy Bob Thornton, The Pledge de Sean Penn, Opération Espadon de Dominic Sena, La chute du faucon noir de Ridley Scott, N'oublie jamais de Nick Cassavetes ou Don't Come Knocking de Wim Wenders, qu'il scénarise lui-même.

Cette éclectisme ne lui a jamais permis de devenir une star de cinéma. Il avait cette image du cowboy, du sudiste, de cet homme des campagnes. Ce qui ne l'empêchait jamais de varier les plaisirs. Ces dix dernières années, il a joué dans des productions très réalisées par des cinéastes d'une autre génération: Andrew Dominik (L'Assassinat de Jesse James, Cogan: la mort en douce), Jim Sheridan (Brothers), Baltasar Kormakur (Etat de choc), Doug Liman (Fair Game), Daniel Espinosa (Sécurité rapprochée), Jeff Nichols (Mud, Midnight Special), John Wells (Un été à Osage County)...

C'est sur les planches que Shepard aimait se mettre en lumière. Avec sa pièce L'enfant enfoui, il obtient le prestigieux prix Pulitzer. C'est aussi dans l'écriture qu'il s'épanouissait. Ainsi il a été le scénariste d'une Palme d'or (Paris, Texas), d'un film de Bob Dylan (Renaldo and Clara), ou d'un Antonioni (Zabriskie Point). Il aimait détourner les formes classiques, voire conventionnelles, pour bousculer le public avec un ton plus expérimental. Il aimait "péter les codes". En tant qu'acteur, paradoxalement, il était davantage de la retenue, une forme de minimalisme, mettant tout son "poids" dans les gestes, les regards, une sorte de virilité élégante. Il appréciait les personnages tourmentés.

Intellectuel et engagé, fermier et enseignant, il était à la fois une de ses figures de la mythologie américaine, à la Eastwood, et un artiste adulé à New York, malmené par les studios, exigeant et respecté. Il n'aimait pas être acteur au départ. Cela le rendait fou aussi que le business soit plus important que l'art. Il constatait le déclin de l'Empire Américain, s'accrochant à la mythologie de sa civilisation. Alors il écrivait. Continuellement. Pour ne pas se sentir inutile. De tous ses métiers, c'était celui qu'il revendiquait.

Sam Shepard ne voulait pas être une star, car il désirait continuer à jouer librement les personnages qui l'attiraient, et ne voulait pas être considéré comme une entité. Il aimait le folk-rock, les femmes, les vastes horizons, et son stylo. On l'imagine bien au crépuscule face à l'immensité d'un grand Ouest fantasmé.

Michael Nyqvist (1960-2017), l’homme qui a aimé sa vie

Posté par vincy, le 27 juin 2017

Michael Nyqvist, vedette internationale suédoise, né le 8 novembre 1960 est mort ce 27 juin 2017 d'un cancer du poumon. Il avait 56 ans.

L'acteur, d'une mère suédoise et d'un père italien, a été adopté alors qu'il était bébé, abandonné à un orphelinat, par une écrivain et un avocat. La belle histoire est qu'il a retrouvé ses parents biologiques. Diplômé de la Malmö Theatre Academy, il débute dans les années 1980 sur les planches. Au cinéma et à la télévision, il enchaîne les petits rôles. Il doit attendre 2000 pour être remarqué avec le rôle principal de Together (Tillsammans) de Lukas Moodysson, où il incarne un mari violent et alcoolique. En Scandinavie, il est déjà une star du petit écran depuis la diffusion en 1997 de la série Beck. Il est même considéré comme l'un des hommes les plus sexys dans son pays.

Mais c'est en 2009, à 49 ans, avec déjà près de 40 films, téléfilms ou séries au compteur, qu'il va se faire connaître à l'étranger grâce à la trilogie cinématographique, déclinée en 6 épisodes de série TV, Millenium, adaptation des best-sellers de Stieg Larsson. Les films révèlent aussi Noomi Rapace. Nyqvist incarne le journaliste obstiné Mikael Blomkvist.

Ce rôle lui a fait décrocher le personnage du salaud/ennemi/méchant (son air inquiétant va lui permettre de jouer souvent les vilains ou les intrigants) dans le 4e opus de Mission:Impossible, Mission impossible : Protocole Fantôme, de Brad Bird.

De là, les propositions vont pleuvoir. Il pouvait militaire ou évêque, flic ou homme ordinaire. On le voit dans le thriller Identité secrète (Abduction) de John Singleton, avec Taylor Lautner, Disconnect de Henry-Alex Rubin, Days and Nights de Christian Camargo, John Wick de Chad Stahelski, avec Keanu Reeves, Colonia de Florian Gallenberger, avec Emma Watson, Frank & Lola de Matthew Ross, avec Michael Shannon, ou I.T. de John Moore, avec Pierce Brosnan.

Récemment, il était à l'affiche de films variés comme La Ritournelle de Marc Fitoussi, avec Isabelle Huppert, La Reine garçon de Mika Kaurismäki ou A Serious Game de Pernilla August. Il sera aussi au générique de Radegund, film de Terrence Malick prévu dans les salles l'an prochain. Il venait de tourner Kursk de Thomas Vinterberg, avec Léa Seydoux, et Hunter Killer, de Donovan Marsh, avec Gerard Butler.

"Je pense que notre mission sur Terre est d'accepter ce que vous avez, et mon voyage a été d'accepter ma propre vie et de ne pas prétendre à autre chose. C'est ce pour quoi on lutte toute notre vie" disait-il.

Cannes en livres: « L’année du cinéma 2027  » pour délirer

Posté par vincy, le 21 mai 2017

Le pitch: 250 synopsis de films plus absurdes et drôles les uns que les autres, par des cinéastes réputés, inventés ou improbables. Tout est évidemment fictif.

Le style: C'est concis, ludique, mytho, parfois tiré par les cheveux ou hautement fantaisiste. Benoît Forgeard nous projette en 2027, mercredi après mercredi, avec "les films du futur à ne pas manquer". Tout un programme. Avec des étoiles pour juger de la qualité de ces films qui n'existent pas. Alors penchons-nous plutôt sur quelques chefs-d'œuvre à venir: Bien choisir ses lunettes (pour) de Bénabar, film financé par une grosse boîte d'optique, International Movie Database de Terrence Malick, avec Hugh Grant, adaptation du célèbre site web, Le cul de Bruno Dumont, où une fille hésite entre se lancer dans le porno et son amour pour la musique médiévale, A pleurer de rire qui rassemble les fragments inédits d'un film inachevé de Théo Angelopoulos, Le Pen, biopic de Mairlou Chambart avec Richard Anconina dans le rôle de l'homme politique, ou encore Trip to the End of the Night, film d'ouverture de Cannes 2027, adaptation du Voyage au bout de la nuit de Céline, par Guillaume Canet et avec Omar Sy en vedette. Et on n'oubliera pas le Casimir des frères Dardenne.

La remarque: Benoît Forgeard compile ici ses petites pastilles publiées dans un premier temps dans le magazine Sofilm.

L'année du cinéma 2027 de Benoît Forgeard. Coédité par Sofilm et Capricci le 3 novembre 2016.

Les ressorties de l’été 2016 (7) : La ligne rouge de Terrence Malick

Posté par MpM, le 10 août 2016

Alors que la rentrée cinéphile n'est plus très loin, on redécouvre cette semaine un incontournable du cinéma américain moderne, fresque monumentale au casting 5 étoiles doublée d'une réflexion poético-mystique sur les affres de la guerre, La ligne rouge de Terrence Malick qui succède à Macadam à deux voies de Monte Hellman, Silent running de Douglas Trumbull, La panthère noire de Ian Merrick, Fargo des frères Coen, cinq œuvres de jeunesse de Hou Hsiao-Hsien, et Tout ce que le ciel permet de Douglas Sirk.

A partir du 17 août, Ciné Sorbonne offre en effet une nouvelle jeunesse au film qui ressort pour la première fois (en version numérique 4k) depuis sa sortie en 1998. L'occasion de se replonger dans cette adaptation spectaculaire du roman éponyme de James Jones qui, à sa sortie, marqua le retour à la réalisation de Terrence Malick vingt ans après son précédent opus (Les moissons du ciel).

Couronné d'un Ours d'or à Berlin et accompagné d'un parfum de souffre (Malick s'est fâché avec ses producteurs avant même le tournage et a froissé certains acteurs qui ont vu leur rôle fondre au montage, voire tout simplement disparaître), La ligne rouge est une oeuvre forcément singulière dont les personnages - des soldats américains pris dans la terrible bataille de Guadalcanal - sont comme autant de fantômes du passé venant hanter le spectateur. Dans ce foisonnement de destins et de pensées (livrées en voix-off, un procédé qui deviendra central dans le travail du cinéaste) se livre le combat universel de l'homme pour sa survie et sa conservation, tiraillé entre sa conscience et son instinct, ses croyances et ses souvenirs, ses principes et une réalité sur laquelle il n'a aucune prise.

Dans un décor de paradis terrestre (destiné à être irrémédiablement perdu), les soldats se confrontent aux besoins et émotions les plus primaires : la peur, la haine, la soif, mais aussi cette forme de solidarité fraternelle qui transcende tout sur son passage, et permet à la fois l'héroïsme, le miracle et le sacrifice. La guerre, et donc la proximité permanente de la mort, devient comme le révélateur des pensées et aspirations les plus intimes de chacun qui rejaillissent alors sur le spectateur pris lui aussi dans ce tourbillon d'horreurs qui mène aux doutes et interrogations les plus viscérales.

L'être humain s'interroge sur le sens de ce qui l'entoure comme sur sa propre finalité, cruellement tenaillé par la question ultime : dans un tel univers, où le mal et le bien ne sont plus que des mots qui se confondent, une rédemption est-elle possible ?

Le film de Malick est à la fois âpre et sensoriel, éthéré et brutal, proposant une narration déconcertante d'où émerge à répétition une réplique fulgurante, un plan sublime, un regard douloureux. Et toujours cet antagonisme originel de la nature et de l'Homme, pris chacun dans des engrenages qui tour à tour se rejoignent et s'éloignent, s'entretiennent et se contrarient. Une vision prodigieusement pessimiste du monde, où l'homme est condamné à être déchiré entre beauté et monstruosité, horreur et félicité, pris au piège dans l'immense paradoxe de son existence finie.

____________

La ligne rouge de Terrence Malick
Sortie le 17 août en version numérique 4k
Distribué par Ciné Sorbonne

Venise 2016: Kusturica, Ford, Malick, Ozon, Brizé, Larrain, Escalante et Wenders en compétition

Posté par vincy, le 28 juillet 2016

La 73e édition du Festival de Venise, du 31 août au 10 septembre, a dévoilé sa sélection officielle. En compétition, on retrouve pas mal de films pressentis pour Cannes, mais pas forcément prêts ou recalés, et un certain nombre de poids lourds du cinéma mondial. Côté français, on note la présence de François Ozon et de Stéphane Brizé. On peut y ajouter deux coproductions françaises signées Wim Wenders et Christopher Murray. Le cinéma latino-américain est bien représenté par trois films, un an après le Lion d'or pour un film vénézuélien. Le chilien Pablo Larrain est cette fois-ci sélectionné avec un film américain, un biopic qu'on n'attendait pas si tôt. Il aura enchaîné El Club (Grand prix du jury à Berlin en 2015), Neruda (Quinzaine des réalisateurs 2016) et donc Jackie en compétition à Venise. Les Etats-Unis sont en force avec sept productions. En revanche, hormis un film philippin, l'Asie est complètement absente. Notons enfin la présence de deux documentaires, dont celui de Terrence Malick.

The Bad Batch d’Ana Lily Amirpour
Une vie de Stéphane Brizé
La La Land de Damien Chazelle ouverture
The Light between Oceans de Derek Cianfrance
El ciudadano ilustre de Mariano Cohn et Gaston Duprat
Spira Mirabilis de Massimo D’Anolfi et Martina Parenti documentaire
Ang Babaeng Humayo (The Woman who left) de Lav Diaz
La region salvaje d’Amat Escalante
Nocturnal Animals de Tom Ford
Piuma de Roan Johnson
Rai (Paradise) d’Andreï Konchalovsky
Brimstone de Martin Koolhoven
Na mlijecnom putu (On the Milky Road) d’Emir Kusturica
Voyage of time de Terrence Malick documentaire
El cristo ciego de Christopher Murray
Frantz de François Ozon
Questi giorni de Giuseppe Piccioni
Premier contact (Arrival) de Denis Villeneuve
Les beaux jours d’Aranjuez (3D) de Wim Wenders
Jackie de Pablo Larrain

Deauville 2015: Légendes, héros, femmes fortes et même un Vampire parmi les stars invitées

Posté par cynthia, le 29 août 2015

Moins d'une semaine avant le lancement de la 41 ème édition du festival du film américain de Deauville et c'est une pluie de stars est annoncée dans la ville.

Cette année, le festival rendra hommage, en sa présence, au comédien Ian McKellen. Connu par les jeunes pour son rôle de Magnéto dans la saga X-Men et de Gandalf dans la trilogie du Seigneur des anneaux, le comédien s'est imposé sur la scène londonienne comme l'un des meilleurs interprètes shakespeariens de sa génération. Squattant le septième art avec autant de talent, l'acteur compte à son palmarès une cinquante de prix et n'est pas avare quand il s'agit de s'engager pour défendre les droits LGBT. Il a brillé cet été dans les salles art et essai américaines avec Mr. Holmes.

Hommage également à la figure emblématique de la saga Pirate des Caraïbes (il a d'ailleurs annoncé il y a peu qu'il participe au prochain volet) et du Seigneur des anneaux (aussi), Orlando Bloom. L'acteur a su se démarquer de son image de beau gosse en jouant dans des films tel que Zulu, et en continuant d'être une source d'inspiration pour les magazines people. En attendant le prochain Pirates, il a tourné un drame indé, Digging for Fire, avec Rosemary DeWitt et un thriller, Unlocked, avec Noomi Rapace et Michael Douglas.

Le niveau fanatisme girly va atteindre son paroxysme avec Robert Pattinson qui vient présenter, en compagnie de Dane Dehann, Life, le biopic du sexy James Dean. Nous espérons qu'il a préparé sa crème solaire...il a besoin de prendre quelques couleurs. L'ex Vampire de Twilight enchaîne les films depuis un an et demi avec pas moins de sept tournages dans son agenda.

Autres célébrités charismatiques attendues sur le tapis rouge Keanu Reeves pour un hommage mérité, Jake Gyllenhaal (il va faire chaud à Deauville) venu présenter Everest, qui ouvre le Festival de Venise avant de faire l'ouverture de Deauville, ainsi que Tobey Maguire, qui présente Le Prodige ou encore Michael Bay qui recevra un hommage, sans doute pour son nombre d'entrées en salles, parce que si c'est pour son talent, on ne comprend pas.

Trois autres hommages seront rendus: Terrence Malick, amplement légitime, dont le nouveau film Knight of Cups fera son avant-première française, Orson Welles, pour la légende (lire aussi notre actualité du 7 août), et le producteur Lawrence Bender (Pulp Fiction, Kill Bill, Inglourious Basterds).

Et bien ça manque de femmes tout ça, vous ne trouvez pas? Heureusement Patricia Clarkson (La ligne verte, Le Labyrinthe, Shutter Island, Vicky Christina Barcelona, Dogville, Loin du Paradis) recevra un hommage également. Alison Brie viendra présenter sa comédie Jamais entre amis (lire aussi notre article du 14 août), Elisabeth Olsen (The Avengers Age of Ultron) sera également de la partie ainsi que Emily Blunt qui sera là pour promouvoir Sicario, le thriller de Denis Villeneuve en compétition au dernier festival de Cannes, qui fera la clôture du Festival normand (lire aussi notre actualité du 5 août).

Deauville 2015 rend hommage à Orson Welles et Terrence Malick

Posté par MpM, le 7 août 2015

Pour sa 41e édition, le festival de Deauville a décidé de marquer les esprits en rendant hommage à Orson Welles et Terrence Malick, deux "mastodontes" du cinéma américain qui comptent parmi les plus importants de la cinématographie mondiale.

Orson Welles, qui aurait eu cent ans cette année, est considéré comme l'inventeur d'une grammaire cinématographique nouvelle utilisant des innovations techniques comme le recours à la profondeur de champ ou les plongées/contre-plongées. Dans son communiqué, le festival de Deauville mentionne cette citation de Welles, qui pourrait résumer sa vision : "Il ne faut pas être timide avec la caméra. Il faut lui faire violence, la pousser jusque dans ces dernier retranchements, parce qu’elle est une vile mécanique. Ce qui compte, c’est la poésie."

Son film fondateur, Citizen Kane (1941), sera bien évidemment présenté, ainsi que deux de ses films les plus connus : La dame de Shanghai (1948) et La soif du mal (1958). Le documentaire This is Orson Welles de Clara et Julia Kuperberg complétera cette rétrospective pour le moins restreinte.

Terrence Malick, qui demeura pendant plusieurs décennies un cinéaste rare et mystérieux, sera également à l'honneur avec la projection exceptionnelle de ses trois derniers films : Tree of life (palme d'or à Cannes en 2011), A la merveille (2012) et Knight of cups (présenté à Berlin en février dernier et n'ayant pour le moment aucune date de sortie en France).

Là encore, on ne peut que déplorer le choix du festival de ne pas proposer l'intégralité de son oeuvre, ce qui aurait permis au festivaliers de comprendre l'apport de Terrence Malick au cinéma contemporain ainsi que la tournure expérimentale qu'a peu à peu pris sa démarche artistique.

Plus tôt dans la semaine, Deauville avait annoncé ses films d'ouverture et de clôture. On attend désormais de connaître la composition du jury présidé par Benoit Jacquot ainsi que les détails de la sélection.

Berlin 2015 : Panahi, Haigh, Guzman, Larrain, Schipper attendus au palmarès

Posté par MpM, le 14 février 2015

taxi

À moins de 24h de la proclamation du palmarès de la Berlinale 2015, les pronostics et classements des meilleurs moments de cette 65e édition vont bon train.

Pour l'AFP, l'événement le plus marquant de la quinzaine aura été la projection de Taxi de Jafar Panahi, nouveau film clandestin du cinéaste iranien toujours sous le joug d'une interdiction de travailler. Il y sillonne Téhéran à bord d'un taxi dans lequel il fait diverses rencontres. Un candidat solide à un grand prix, ne serait-ce que pour le symbole.

L'agence de presse relève également la prouesse technique de l'Allemand Sebastian Schipper, qui a tourné son film Victoria en un seul et unique plan, soit un plan- séquence de plus de deux heures, et souligne le bon accueil réservé à deux premiers films, Ixcanul du Guatémaltèque Jayro Bustamante, et Sworn Virgin de l'Italienne Laura Bispuri. Le premier raconte l'histoire d'une jeune femme dont les projets de départ sont remis en question quand elle tombe enceinte tandis que le second s'attache au destin d'une jeune Albanaise ayant, selon la coutume, décider de vivre comme un homme pour échapper à un destin d'épouse soumise. Peut-être un prix d'interprétation féminine en perspective ?

Côté presse internationale, 45 years du Britannique Andrew Haigh figure parmi les favoris des critiques recensés dans le quotidien berlinois de Screen international. Les chiliens Le bouton de nacre de Patricio Guzman et El Club de Pablo Larrain sont eux-aussi bien placés (lire notre article). Ils pourraient définitivement se hisser sur l'une des plus hautes marches du palmarès.

Enfin, la surprise pourrait venir de deux films exigeants qui ont leurs adorateurs autant que leurs destructeurs : Knight of cups de Terrence Malick et Eisenstein in Guanajuato de Peter Greenaway, qui l'un comme l'autre mériteraient amplement un prix de mise en scène, ou encore du film russe, Under electric clouds d'Alexey German Jr., vaste fresque poétique et engagée sur la Russie contemporaine.

Face à une compétition aussi ouverte, rien ne semble joué d'avance, et on pourrait fort être surpris par les choix du jury mené par Darren Aronofsky. L'excellente nouvelle, c'est qu'au vu de la qualité de la sélection 2015, il y a peu de chance que le lauréat de ce 65e Ours d'or ne soit pas un film réellement intéressant, à défaut d'être un pur chef d'oeuvre.

Berlin 2015 : Terrence Malick crée l’événement avec Knight of cups

Posté par MpM, le 9 février 2015

knight of cupsTerrence Malick a beau tourner plus souvent qu'autrefois, chacun de ses nouveaux films demeure un événement, en témoigne la très longue (et peu commune) file d'attente qui s'est formée au moment de la première projection berlinoise de son nouvel opus, Knight of cups.

Cette nouvelle production de celui qui fut palmé à Cannes avec Tree of Life justifiait-elle un tel engouement ? Que l'on ait adoré ou détesté le film (Malick a plus que tout autre son fan club d'un côté et ses haters de l'autre), impossible de ne pas reconnaître du cinéma quand on en voit. Dans la lignée de son oeuvre récente comme Tree of Life et To the Wonder (À la merveille), le cinéaste sonde le mystère de l'existence humaine dans un style qui semble avoir atteint son apogée : voix-off, musique et fourmillement de plans jusqu'au vertige.

Le cerveau humain n'est pas assez vif pour saisir ce défilement presque incessant d'images qui donnent la sensation d'être directement relié à la mémoire d'un individu qui repasserait toute sa vie en revue. Les événements se succèdent non sans logique mais par un jeu d'échos et de correspondances qui évoquent les associations mentales propres à l'esprit humain. La beauté des plans et la virtuosité du montage laissent hypnotisés et pantois, tantôt abasourdis par tant de beauté, et tantôt démunis devant tant de fulgurance.

Trop d'images

Un empereur a un jour déclaré à Mozart que ses compositions comportaient trop de notes, on pourrait de la même manière dire des films de Malick qu'ils contiennent trop d'images. Et cela aurait, au fond, le même sens : avouer que le cinéaste a saturé son oeuvre de cinéma, la rendant difficilement intelligible pour ceux qui n'en attendaient pas tant. Alors oui, on peut s'ennuyer et trouver le temps long. On peut aussi avoir le sentiment d'un récit qui se répète en boucle et pourrait aussi bien se poursuivre ou s'interrompre sans que cela fasse de différence. On peut être parfaitement insensible à la démonstration mystique en forme de prêche.

Mais tout cela pèse peu face au sentiment d'avoir à faire à un trop rare moment de vrai cinéma où l'image se substitue à tout, y compris la pensée classique, pour essayer de rendre compte de tout ce qui ne peut être dit : le sens de la vie, le souffle de l'existence, la quête de soi, l'écoulement presque miraculeux de nos existences qui filent ou au contraire stagnent.

Libre d'interprétation

Ainsi le personnage de Christian Bale, hagard au milieu de sa propre vie qu'il traverse comme un fantôme, enchaînant de manière totalement hypnotique les rencontres et les aventures dans un monde superficiel et vain. Il est l'homme universel, englué dans un état qu'il n'a pas choisi, réduit à quelques attributs, dénué d'une vraie liberté de choix, d'une vraie liberté tout court. Il est le chevalier endormi qui a oublié sa patrie et son but, condamné à rêver interminablement, et dont la vie s'écoule devant ses yeux sans qu'il puisse la saisir.

Les opposants à Malick n'y verront sans doute que "philosophie new age" ou "spiritualité affectée", peut-être même grandiloquence et maniérisme, et il est indéniable que c'est l'une des multiples facettes du film. Mais chacun est surtout libre d'y puiser ses propres réponses (et surtout ses propres questions). Loin des réflexions "prêtes à penser" d'un certain cinéma faussement métaphysique, Malick laisse à la fois son film dire ce qu'il veut et le spectateur y puiser ce qu'il veut y trouver. Exactement comme lorsqu'on observe la vie d'un autre de l'extérieur, sans a priori, ni thèse toute prête, dans l'espoir d'y trouver simplement un écho à la sienne. Mais il est vrai que l'exercice (périlleux et aride) ne peut pas séduire tout le monde.

Berlin 2015: 23 films dans la sélection officielle

Posté par vincy, le 19 janvier 2015

berlin 201519 films sont en compétition pour la 65e Berlinale (5-15 février) et quatre autres sont hors-compétition: la sélection officielle est bouclée avec 21 avant-premières mondiales et des films venus de 29 pays (en comptant les coproductions). géographiquement, le Festival de Berlin fait la part belle à l'Asie et  l'Europe. Notons les films attendus de Wim Wenders, Werner Herzog, Pablo Larrain, Terrence Malick, le dernier Benoît Jacquot et le nouveau Jafar Panahi.

45 Years Andrew Haigh

Aferim! Radu Jude

Als wir träumten (As We Were Dreaming) Andreas Dresen

Body Malgorzata Szumowska

Cha và con và (Big Father, Small Father and Other Stories) Phan Dang Di

Cinderella - hors compétition - Kenneth Branagh

Eisenstein in Guanajuato Peter Greenaway

El botón de nácar (The Pearl Button) - documentaire - Patricio Guzmán

El Club (The Club) Pablo Larraín

Elser (13 Minutes) - Hors compétition - Oliver Hirschbiegel

Every Thing Will Be Fine - Hors compétition - Wim Wenders

Ixcanul (Ixcanul Volcano) - premier film - Jayro Bustamante

Journal d'une femme de chambre (Diary of a Chambermaid) Benoit Jacquot

Knight of Cups Terrence Malick

Mr. Holmes - hors compétition - Bill Condon

Nobody Wants the Night - film d'ouverture - Isabel Coixet

Pod electricheskimi oblakami (Under Electric Clouds) Alexey German

Queen of the Desert Werner Herzog

Taxi Jafar Panahi

Ten no chasuke (Chasuke's Journey) Sabu

Vergine giurata (Sworn Virgin) - premier film - Laura Bispuri

Victoria Sebastian Schipper

Yi bu zhi yao (Gone with the Bullets) Jiang Wen