Un drame bienveillant en ouverture de la Berlinale

Posté par vincy, le 6 décembre 2018

La réalisatrice danoise Lone Scherfig fera l'ouverture de la prochaine Berlinale (7-17 février 2019) avec The Kindness of Strangers. Ce film, tourné entre Copenhague, le Canada et New York, met en scène l'acteur français Tahar Rahim aux côtés de la comédienne britannique très en vogue Andrea Riseborough et de Zoe Kazan. Le générique comprend également Caleb Landry Jones, Jay Baruchel et Bill Nighy. L'histoire suit plusieurs personnages tentant de survivre à l'hiver new yorkais, ce que la réalisatrice avait évoqué lors d'un entretien avec Ecran Noir.

Le film s'installe dans un restaurant russe, où l'on croise une mère (Kazan) victime de la violence de son mari policier, une infirmière (Riseborough), le proprio du resto (Nighy), et son gérant (Tahar Rahim), un jeune chômeur (Landry Jones), un avocat (Baruchel)... A un carrefour de leurs vies, chacun va comprendre qu'il peut se libérer de ses poids en faisant confiance aux autres.

Cette coprod internationale, soutenue par Arte, n'a pas encore de distributeur en France.

Pour Lone Scherfig, c'est un grand retour à Berlin. En 2001, avec son film Italian for beginners, réalisé selon les principes du Dogme danois, elle avait reçu quatre prix: le prix du jury (Ours d'argent), le prix du jury œcuménique, le prix FIPRESCI de la critique internationale et le prix des lecteurs du Berliner Morgenpost. Avec Une éducation, en 2010, elle avait également été nommée trois fois aux Oscars, huit fois aux Baftas, en plus d'une présentation hors-compétition à Berlin. La cinéaste a aussi présenté The Birthday Trip et Seule à la maison à la Berlinale. Récemment, elle a réalisé Un jour, The Riot Club et Une belle rencontre.

Après Cannes et Deauville, Captain Fantastic remporte un autre prix en France

Posté par vincy, le 16 septembre 2016

Captain Fantastic de Matt Ross a remporté hier le Grand Prix Cinéma ELLE 2016, après avoir été récompensé à Cannes (Prix de la mise en scène Un certain regard) et à Deauville (Prix du jury, Prix du public). Cette fable met en scène un père idéaliste et peu conventionnel (Viggo Mortensen) qui éduque ses enfants seul au fond d'une forêt américaine. Le film sort le 12 octobre en France.

Il était en concurrence avec Victoria de Justine Triet, Une vie entre deux océans de Derek Cianfrance, Réparer les vivants de Katell Quillévéré, Le Client d'Asghar Farhadi, Planetarium de Rebecca Zlotowski, et Mal de Pierres de Nicole Garcia.

Deux Coups de cœur ont été attribués: l'un à l'actrice Marion Cotillard pour son rôle dans Mal de pierres (19 octobre) et l'autre à Tahar Rahim pour son rôle dans Réparer les vivants (1er novembre).

Le jury et le public de Saint-Jean-de-Luz succombent au charme d’A peine j’ouvre les yeux

Posté par vincy, le 11 octobre 2015

A peine j’ouvre les yeux de Leila Bouzid a remporté trois prix - meilleur film, meilleure actrice (Baya Medhaffer) et prix du public - au festival international du film de Saint-Jean de Luz qui s'est achevé samedi 10 octobre. Le jury présidé par Josiane Balasko et les festivaliers se sont amourachés de ce film franco-tunisien, qui avait récolté le Label Europa cinéma du meilleur film européen et le prix du public dans la section Venice Days du Festival de Venise il y a un mois. Vendredi, le film avait aussi reçu le Bayard d'or du meilleur premier film au Festival du film francophone de Namur. Le film sera en salles le 23 décembre, distribué par Shellac. L'histoire suit Farah, 18 ans, à Tunis, quelque mois avant la Révolution. Elle vient de passer son bac, et sa famille la destine à devenir médecin, mais chanteuse dans un groupe de rock engagé, elle va s'émanciper.

Le Prix du meilleur réalisateur a récompensé Thomas Bidegain pour Les cowboys (déjà prix Michel d'Ornano à Deauville) et Grimur Hakonarson pour Béliers (Prix Un certain regard à Cannes).

Le Prix de la meilleure interprétation masculine est revenu à Tahar Rahim dans Les anarchistes, d'Elie Wajeman.

De son côté le jury jeune a choisi le film espagnol Un otono sin Berlin de Lara Izaguirre.

Katell Quillévéré va tourner l’adaptation de « Réparer les vivants »

Posté par vincy, le 28 août 2015

Tahar Rahim, Dominique Blanc, Emmanuelle Seigner, Kool Shen (ex-NTM, Abus de faiblesse de Catherine Breillat) et Anne Dorval (Mommy) formeront le casting de l'adaptation du roman de Maylis de Kerangal, Réparer les vivants. Le film sera réalisé par Katell Quillévéré (Un poison violent, Suzanne). Le tournage commencera le 23 septembre dans la région du Havre.

Réparer les vivants a été publié début 2014 et s'est vendu à plus de 250000 exemplaires (y compris en format poche). Il a reçu de nombreux prix (Prix étudiants France Culture-Télérama, Grand prix RTL-Lire, prix Orange du Livre, prix Relay et prix Paris Diderot-Esprits libres).

Le livre commence avec un accident de voiture dans le pays de Caux en Normandie. Simon, 19 ans, l'un des trois passagers, blessé à la tête, est déclaré en état de mort cérébrale. On vit ainsi ses dernières heures. Les lésions sont irréversibles. Ses parents ont autorisé le don d'organes et le roman suit le parcours de la transplantation de son coeur, qui doit être greffer à Paris sur une quinquagénaire, Claire.

Coécrit par la réalisatrice et Gilles Taurand, le film sera coproduit par Les Films Pelléas et Les Films du Bélier. Le roman a déjà fait l'objet d'une adaptation au théâtre, présentée au Festival d'Avignon en juillet, avec Emmanuel Noblet, seul en scène et auteur de la pièce.

Katell Quillévéré a reçu le Prix Jean Vigo pour Un Poison Violent et a été nommée au César du meilleur scénario pour Suzanne.  Ce film avait valu un César de la meilleure actrice dans un second-rôle pour Adèle Haenel et un Valois de la meilleure actrice à Sara Forestier au festival d'Angoulême.

L’instant Glam’ – Jour 2: Amours, gloires et beautés (enfin presque)

Posté par cynthia, le 14 mai 2015

charize theron et sean pennSi la montée des marches de ce soir était aux couleurs du film Mad Max: Fury Road, c'est bien sous le signe de l'amour et du glamour que nos personnalités favorites ont gravi le célèbre escalier.

Crampes vaginales et autres problèmes au niveau du pantalon

Le 68e festival de Cannes a accueilli une bande d'aphrodisiaques sur pattes, à commencer par toute l'équipe du film de George Miller. Charlize Theron est arrivée aux bras de son compagnon l'acteur Sean Penn (qui a reçu récemment un César d'honneur) dans une robe jaune flamboyante. Autant vous dire que la sublime sud-africaine qu'on adore plus que Dior faisait concurrence avec le soleil Cannois... Si bien que le soleil a boudé et s'est fait la malle derrière un gros nuage pendant la montée des marches. Derrière elle, Nicolas Hoult (terriblement bandant) aux côtés de la jolie Zoë Kravitz (toute de blanc vêtu) et de l'extrêmement talentueux Tom Hardy (sexy même couvert de poils au menton). Nous avons aussi aperçu sur le tapis rouge Tahar Rahim, encore plus "hot guy" qu'hier (oui c'est possible), Jane Seymour somptueuse en robe noire - preuve que les actrices peuvent être magnifique après 40 ans (dans ta tronche Hollywood) - mais aussi le fantassin Pierre Richard, qui a gardé son sourire légendaire (mais n'a pas commis la maladresse de se planter sur les marches). Et c'est à peu près à ce moment-là que la chaleur est montée d'une vingtaine de crans, puisque Jack O'Connell est arrivé. Là s'en était terminé pour nous... nos culottes et autres bobettes sont partis pointer au chômage et nos tétons et autres zones sensibles de l'épiderme pouvaient râper du fromage. Accompagné de sa girlfriend (Zut de zut de zut!!), l'acteur est venu pour recevoir le prix Chopard (qui lui sera remis demain), vêtu d'un costard classe, mais loin d'être tiré par quatre épingles... autant vous dire que nous avons "kiffé"!

Câlins et autre mamours

Deux moments forts sont à retenir pour cette deuxième journée, deux moments mignons tout plein. Tout d'abord George Miller qui a couru dans les bras de Guillermo Del Toro pour avoir un câlin. Hier on vous le disait, ce Guillermo est un bisounours ambulant! C'en est presque dingue de ce dire que ce nounours réalise des films qui filent une insomnie de plusieurs jours (d'ailleurs on attend avec impatience son prometteur Crimson Peak avec Tom Hiddleston, Jessica Chastain et Mia Wasikowska).

Le deuxième moment fort et cute à souhait nous vient de la Charlize. Après avoir monté toutes les marches, l'actrice a fait demi-tour à la recherche de son chéri, Sean, avant de s'apercevoir qu'il était déjà en haut des marches à l'attendre. C'est en courant (plutôt en sautillant vu la taille des talons) que la jolie blonde a remonté les marches toute gênée. Ce qui nous amène à notre prochain sujet les "awkward moments" de la montée des marches.

Vents et autres awkward moments

Non les awkward moments, ce n'est pas uniquement le film dans lequel on voit les fesses de Zac Efron se contorsionnant sur une cuvette de wc pour essayer d'uriner malgré une gaule bétonnée, c'est aussi une expression qui veut dire en français: "moments gênants". Et il y en a eu ce soir (merci aux journalistes).

Le premier awkward moment nous le devons à la sublime Julianne Moore qui a dû se refaire habiller en bas des marches. Ceci est le problème typique qu'une femme peut rencontrer en soirée: la robe mal attachée ou qui glisse. Rappelez vous la bretelle de Sophie Marceau révélant son sein! Les autres moments gênant nous les devons aux journalistes de la croisette: Anne et Didier qui commentent chaque soir avec ferveur pour la TV Festival.

Alors que le tapis rouge grouillait de célébrités le mannequin Liya Kebede s'est fait confondre avec Zoe Saldana (rien à voir) par ces derniers. Pire encore, lorsque Jack O'Connell a gravi les marches personne n'a pu donner le titre du dernier film qu'il a fait et qui a été réalisé par Angelina Jolie (Invincible, ndlr). Didier, la prochaine fois que tu as un problème, nous t'invitons à nous contacter ou te connecter sur Ecran Noir. D'ailleurs nous serions ravis de te venir en aide (smiley avec un grand sourire).

La suite de ta soirée c'est un vent. Que dis-je? Au typhon, à la tornade, à l'ouragan violent que Charlize Theron et Sean Penn ont lancé au célèbre journaliste. Gentil et souriant, il s'est approché à pas feutrés de l'actrice afin de lui demander son ressenti sur Cannes. Cette dernière a préféré fixer le bout de sa robe (soleil) plutôt que de lui répondre. Désespéré et en grand professionnel, il s'est retourné vers Sean Penn afin de lui poser une question. Ce dernier s'est mis à le fixer de ses yeux de crooner avant de s'en aller vers les marches. Ah Cannes, son univers impitoyable! Espérons que demain, Didier, tu aies plus de chance... Ou que tu continues à nous faire rire par tes bourdes.

L’instant Glam’ – Jour 1 : une ouverture prometteuse

Posté par cynthia, le 13 mai 2015

Oyé oyé cinéphiles, arrêtez tout! Oubliez la feuille d'impôts qui attend d'être postée (il ne vous reste qu'une semaine d'ailleurs), oubliez de nourrir le chat, oubliez l'anecdote de la nuit dernière lorsque votre compagnon s'est une nouvelle fois endormi en pleine action... Hier s'est ouvert le 68e festival de Cannes, et ça, c'est important!!

Comme tous les ans nous y sommes et comme tous les ans les stars nous font rêver (ou rire) sur le tapis rouge. Petit retour sur les décolletés, les paires de fesses et autres sourire ultra blancheur qui ont émerveillé ce début de festival.

27 degrés à l'ombre, nous aurions eu envie de nous poser sur la plage à demie nue et de faire bronzette. C'est sans nul doute la même pensée qui a traversé l'esprit de Frédéric Bel fraîchement vêtue d'une robe à dentelle fendue de partout et qui laissait peu de place à l'imagination. La robe (si on peut nommer cela ainsi) de Beyonce à la Met Ball l'aurait-elle inspiré? À côté, Mme Rossellini ressemble à une nonne avec sa robe blanche et rose bonbon qui cache tout. Mais cela lui va comme un gant, elle y est radieuse, donc... nous lui donnons un sans faute.

Nous ne pouvons pas en dire autant d'Emmanuelle Béart méconnaissable et qui devrait franchement virer son chirurgien esthétique. Lèvres débordant de botox, pommettes dominantes, la belle a bien changé (dommage). Juste derrière la sœur cachée Bogdanov, Christiane Taubira a monté les marches. Non, ce n'est pas une blague! En effet, la Ministre aurait apporté son aide à Emmanuelle Bercot pour La tête haute, présenté en ouverture du Festival. Une chose est sûre, la ministre de la justice n'a pas aidé la costumière du film: vêtue d'un pantalon noir et d'un haut rose, on se dit qu'ils l'ont laissée monter les marches à cause de son statut plutôt que de sa tenue vestimentaire.

À Cannes on doit mettre le paquet...! Et comme d'habitude ce sont les stars internationales qui s'y collent. Julianne Moore (qui a signé des autographes à tous les fans de la croisette) est arrivée en robe noire sublime et a illuminé la croisette de par sa beauté. Fraîchement oscarisée, la belle rousse n'a rien à envier à sa collègue Naomi Watts et sa robe pailletée. Encore moins au mannequin Doutzen Kroes qui a tout de même fait vibrer le slip des photographes de la croisette. C'est qu'elle dégage du sexe la demoiselle, presque autant que la splendide Natalie Portman. Elle a ouvert le bal aux côtés de son mari, le danseur Benjamin Millepied. Rayonnante, celle qui a séduit les Oscars en 2012 avec Black Swan, a coupé le souffle des Cannois en rouge vif.

Où sont passés les hommes ?

Ne vous inquiétez pas les filles, il y en avait des hommes sur la croisette. Le premier à avoir fait sensation est le réalisateur (flippant) Guillermo Del Toro avec sa tête de nounours. C'est bien simple, à sa vue, on a eu envie de lui grattouiller le ventre et de lui faire un câlin mais la sécurité nous a retenus (zut!). Il y en a un autre à qui ont a eu envie de faire des grattouilles (mais un peu plus en dessous de la ceinture) c'est Jake Gyllenhaal. Sexy jusqu'au bout de la barbe l'acteur et membre du jury a répondu avec humour aux questions des journalistes « il y a beaucoup de robes, de paillettes, c'est beau mais difficile de ne pas se prendre les pieds dedans », confie Jake avant de rejoindre les frères Cohen. Nous avons aussi pas mal apprécié la présence de Tahar Rahim. Avec son costume entièrement noir, Tahar était sexy à souhait! Nous étions tentés de nous frotter à la barrière tel un chat en chaleur, mais nous nous sommes retenus.

Wat dou you fink aboute Cannes?

Si Didier Allouch s'en sort à merveille sur le tapis, on ne peut pas en dire autant de sa collègue, une certaine Sophie. « Catherine Deneuve est une grande comédienne »... ça c'est du scoop!!!! Oulala nous dormirons moins cons ce soir, merci !

Avec un accent qui nous rappelle Jacques Chirac au G8, la journaliste nous a également irrité les oreilles jusqu'au sang! Et ce n'est pas Catherine Deneuve (sublime) qui nous contredira. Exaspérée par les questions de la journaliste, elle a vite rejoint les marches. Ne vous inquiétez pas, l'année prochaine, ce sera nous au micro... vous verrez ma chère Catherine, nous vous ferons rire et nous deviendrons copains comme cochons!

Mais en attendant d'avoir (enfin) le micro, nous sommes sous le soleil de la croisette, friands de voir des films et des nouvelles célébrités. Le deuxième jour est prêt mais semble si loin à nos yeux de passionnés...

Cannes 2015: les jurys d’Un certain regard et de la Cinéfondation / Courts-métrages dévoilés

Posté par vincy, le 7 mai 2015

On n'en connaissait que leurs présidents. A six jours de l'ouverture, le 68e Festival de Cannes a complété ses deux derniers jurys.

Présidé par Isabella Rossellini, le jury d'Un certain regard est composé de la réalisatrice saoudienne Haifaa Al-Mansour, de l'actrice et réalisatrice libanaise Nadine Labaki, du cinéaste grec Panos H. Koutras et du comédien français Tahar Rahim. Ils auront à départager 19 films avant de décerner leurs prix le 23 mai.

Présidé par Abderrahmane Sissako, le jury de la Cinéfondation et des courts métrages réunit la cinéaste libanaise Joana Hadjithomas, la cinéaste française Rebecca Zlotowski, l'actrice belge Cécile de France et le comédien polonais Daniel Olbrychski. 18 films d'étudiants d'écoles de cinéma sont présentés dans la sélection Cinéfondation, dont le palmarès sera connu le 22 mais. 9 courts métrages sont en compétition: la Palme d'or du court métrage sera remise le 24 mai.

Les réalisateurs d’Intouchables prêts à réunir Omar Sy et Charlotte Gainsbourg

Posté par vincy, le 1 octobre 2013

Le Film Français a annoncé le tournage imminent du cinquième long métrage d'Olivier Nakache et d'Eric Toledano, le premier depuis le succès phénoménal d'Intouchables.

Le tournage de Samba devrait commencer d'ici un mois, avec Omar Sy, leur acteur fidèle, et Charlotte Gainsbourg. Le générique comprendra aussi Tahar Rahim et Izia Higelin. Le film, dont ignore le synopsis, devrait sortir dans un an.

Gainsbourg enchaîne les films. Alors que The Nymphomaniac de Lars von Trier et Jacky au royaume des films de Riad Sattouf sortiront début 2014, elle est attendue dans Son épouse, de Michel Spinosa, avec Yvan Attal, Everything Will Be Fine, de Wim Wenders, avec James Franco, et Trois coeurs, de Benoît Jacquot, avec Catherine Deneuve.

Omar Sy n'est pas en reste puisqu'il sera à l'affiche de Good People, d'Henrik Ruben Genz, avec James Franco, et X-Men : Days of Future Past. Il a prévu de tourner Candy Store, avec Robert De Niro et Christoph Waltz.

Marion Cotillard se sépare d’Asghar Farhadi qui la remplace par Bérénice Bejo

Posté par vincy, le 24 août 2012

berenice bejoLe prochain film d’Asghar Farhadi avait été annoncé au printemps. Le réalisateur d'Une séparation avait confirmé alors, au Festival de Cannes (voir actualité du 17 mai), ses deux têtes d'affiche : Marion Cotillard et Tahar Rahim.

A quelques semaines du tournage - qui démarre début octobre à Paris et en région parisienne - nous apprenons que Cotillard, pour des raisons d'emploi du temps incompatibles avec la production, se désiste. Elle est remplacée par Bérénice Bejo, Prix Romy Schneider, César de la meilleure actrice et nommée aux Oscars pour le meilleur second rôle féminin pour son interprétation dans The Artist. Si Bejo n'a pas la notoriété ni le glamour de Cotillard (égérie Dior), elle a l'avantage d'être reconnue des deux côtés de l'Atlantique. Cet été, pendant que Cotillard se faisait parodier sur sa façon de mourir dans The Dark Knight Rises, la franco-argentine BB donnait sa voix française à la princesse de Rebelle. Avec Populaire, qui sort le 28 novembre, et Au Bonheur des ogres, prévu pour 2013, elle a deux films potentiellement intéressants qui sont en boîte.

Cotillard, qui fait la promotion internationale du Audiard, De Rouille et d'os et qui sera à Toronto en début de mois prochain, vient de boucler deux tournages : un film de James Gray et Blood Ties, film américain de son compagnon Guillaume Canet. Hormis le Farhadi, elle n'avait aucun autre projet. La raison de planning qui a été invoquée semble du coup un peu caduque. Mais peu importe.

Pour Bejo, c'est un joli coup. Malgré son César et le succès de The Artist, elle traîne toujours l'image d'une jolie femme douée pour la comédie. Avec Farhadi, elle devrait trouver un rôle bien plus dense.

Tahar Rahim et Ali Mosaffa (réalisateur du récent Pele Akher/The Last Step, présenté à Karlovy Vary début juillet, avec Leila Hatami, la star d'Une séparation) sont toujours au générique. Le film a obtenu il y a quelques jours l'avance sur recettes. Produit par Memento Films, et toujours sans titre, ce projet devrait, logiquement, être à Cannes en 2013.

Un polar réunit Gilles Lellouche, Emir Kusturica, Tahar Rahim et Riccardo Scarmacio

Posté par vincy, le 8 mai 2012

Après 4 ans de développement, Gibraltar, polar scénarisé par Abdel Raouf Dafri (Mesrine, Un Prophète, Braquo 2) et réalisé par Julien Leclercq (Chrysalis, L'assaut), est en tournage depuis trois semaines.

Adapté du livre L'aviseur de Marc Fiévet (édité chez Michel Laffont), ce Donny Brasco à la française est l'histoire largement autobiographique d'un français expatrié (l'auteur du livre) à Gibraltar, devenu agent d'infiltration pour le compte des douanes françaises.

Avec un gros budget de 18,9 M€, cette coproduction franco-canadienne (Studio 37, Transfilm et Chapter 2) a mis les moyens sur son casting. Gilles Lellouche incarnera Marc Fievet. Il aura pour partenaire Emir Kusturica, Tahar Rahim, Mélanie Bernier et Riccardo Scarmarcio (Romanzo Criminale, Polisse).

Le tournage se déroule entre l'Espagne, le Canada (Montréal essentiellement) et la France. Le distributeur SND n'a pas encore donné de date de sortie.