Ben Affleck sera le nouveau Batman

Posté par vincy, le 23 août 2013

ben affleck Warner Bros a choisi son nouveau Batman. Après Michael Keaton, Val Kilmer, George Clooney et Christian Bale, ce sera Ben Affleck qui endossera le costume du Chevalier noir dans Superman vs. Batman, la suite de Man of Steel (lire notre actualité).

Malgré le statut d'Affleck, particulièrement depuis son Oscar pour Argo, la nouvelle a suscité ironie, moquerie, déception, et petites méchancetés dans les commentaires sur les réseaux sociaux. Pire, sur le site du magazine professionnel Variety, un sondage en ligne montre que les 3/4 des 60 000 votants considère qu'il s'agit d'un mauvais choix.

Il faut dire qu'Affleck a laissé un mauvais souvenir aux fans de superhéros quand il a incarné Daredevil, autre superhéros masqué. Le film, sorti en 2003 a été un relatif succès public (180 M$ dans le monde) mais a été "incendié" par les critiques et les spectateurs. Il n'y aura jamais de suite. Le film a surtout amorcé la descente aux enfers de l'acteur, dont les frasques "people" avaient pris le dessus sur sa carrière après 6 ans d'ascension. Affleck a du attendre 2009 pour retrouver les faveurs du public après une série de flops, dont l'énorme four Gigli, sorti quelques mois après Daredevil.

Mais Warner avait besoin d'un Batman populaire, un contre-poids au jeune Superman (puisque Le Chevalier noir sort de sa retraite dans le film), et, comme toujours, d'un acteur relativement peu expressif (à part Downey Jr en Iron Man, les superhéros le sont plus ou moins tous). Affleck en Bruce Wayne, nous jugerons sur pièces, quand le film sortira le 17 juillet 2015. Le réalisateur Zack Snyder semble dithyrambique sur le comédien : "il a la carrure pour créer le portrait complexe d'un homme plus vieux et plus sage que Clark Kent et porte les cicatrices d'un combattant du crime, tout en conservant le charme du milliardaire Bruce Wayne."

Ironiquement, Ben Affleck avait été approché pour réaliser Justice League, l'autre grand projet Warner / DC Comics, où Batman et Superman font équipe. Maintenant que Warner a trouvé son nouveau Batman, le projet Justice League pourrait redémarrer, après quelques années en stand-by.

Superman vs. Batman avait été annoncé lors du dernier Comic-con de San Diego. Henry Cavill reprendra le rôle de Superman, tandis qu'Amy Adams, Laurence Fishburne et Diane Lane seront également au générique.

Marvel veut se mondialiser

Posté par vincy, le 13 mars 2009

Marvel a décidé de ne plus dépendre du marché américain pour rentabiliser ses super-héros. L'éditeur de BD vise désormais les 50% de recettes internationales (contre 35% actuellement). Pour atteindre cet objectif d'ici à 4 ans, la société a décidé de "mondialiser" son conseil d'administration, et donc de construire des passerelles avec les grands marchés émergeants. Ainsi le producteur de films bollywoodien Manmohan Shetty et le patron d'un groupe multimédia chinois, CDC, Peter Yip y ont fait leur entrée.

D'ici à 2011, Marvel sera présent dans une dizaine de productions, à commencer par Silver Surfer et Wolverine, en attendant Thor, Magneto, Captain America, Iron Man 2 et Spider-Man 4.

Le justicier noir, milliardaire !

Posté par geoffroy, le 11 mars 2009

Succès stratosphérique de l’été 2008, Batman, le chevalier noir (The Dark Knight) a vu, le 23 janvier dernier, son parc US passer de 6 à 350 salles afin de lui permettre de franchir la barre mythique du milliard de dollars. Ce procédé, souvent utilisé à l’approche des nominations aux Oscars, permet de « relancer » sur quelques jours l’exploitation d’un film et de récupérer, à peu de frais, des millions plus symboliques que vraiment nécessaires. L’objectif mercantile de la Warner a été atteint depuis peu, Batman totalisant près de 1,001 milliards de dollars de recettes brutes. De ce fait, le film se place au quatrième rang « monde » hors inflation derrière Titanic (1,84 milliards $), Le Retour du Roi (1,12 milliards $) et Pirates des Caraïbes, le secret du coffre maudit (1,07 milliards $).

A ce résultat exceptionnel vient s’ajouter un autre record. En effet, l’opus de Christopher Nolan se trouve être le seul film du top 20 monde dont les recettes intérieures dépassent celles réalisées à l’international (533 millions $ contre 468 millions $). Si le score à l’international reste de haut niveau, il ne peut souffrir la comparaison avec l’incroyable engouement du public d’outre-atlantique. Deuxième derrière le Titanic de Cameron en recettes hors inflation, The Dark Knight se positionne au 27e rang si l'on tient compte de l'inflation du prix du billet au fil des ans, c'est-à-dire entre un Disney, Le Livre de la jungle (530 millions $) et un James Bond, Thunderball (538 millions $).

Clôturé le 5 mars 2009, The Dark Knight devient le plus gros succès, toute période confondue, pour un film de super-héros sur le sol de l'Oncle Sam. Seul bémol, il reste derrière Spider-man 3 en ce qui concerne les recettes à l’international (468 millions $ contre 554 millions $). Un challenge que le troisième opus tentera à coup sûr de relever.

Jackman reprend en main Wolverine

Posté par vincy, le 9 mars 2009

wolverineEntre le 29 avril (en france) et le 1er mai (aux USA), un spin-off (film extrait d'une franchise) de X-Men devrait faire l'événement, tout au moins en terme de marketing. X-Men Origins : Wolverine ne reprend en effet qu'un seul des personnages mutants de la BD de Marvel, mais non des moindres puisqu'il s'agit du plus populaire. Hugh Jackman qui s'est fait connaître du grand public avec ce personnage en 2000, a attendu que la trilogie s'épuise un peu pour lancer son propre projet. Produit par sa nouvelle société, Seed Productions, il a davantage contrôlé le processus artistique du blockbuster.

Car, s'il est reconnaissant, l'acteur est aussi critique. Dans un récent entretien à USA Today, Jackman a avoué qu'il était en désaccord avec les évolutions de son personnage au fil des épisodes. "Je pense qu'il est devenu trop sage, qu'on s'est éloigné de son essence, de qui était vraiment Wolverine : un sale type  qui veut vivre sa propre vie." Pour la star, cet anti-héros ressemble surtout à des "Inspecteur Harry et des Han Solo." De là, il a décidé de prendre la responsabilité de ce personnage, d'y mettre davantage sa propre personnalité.

Il a aussi recruté son vieux copain, Liev Schreiber, qui voulait jouer Stryker, qui hérite de Sabertooth (Dents de Sabre), le demi-frère de Wolverine. C'est finalement Danny Huston qui reprend le rôle de Stryker (joué par Brian Cox dans X-Men : The Last Stand).

On y croisera aussi une bande de beaux mâles comme Ryan Reynolds, Daniel Henney,  Taylor Kitsch, Kevin Durand et Dominic Monaghan ("Lost"). L'histoire débutera 20 ans avant la réunion des X-Men.

Plusieurs cinéastes s'y sont cassés les dents (Brett Ratner, Len Wiseman), Zack Snyder, intéressé, a préféré se consacrer à Watchmen, et Bryan Singer a choisi de faire Walkyrie. Chacun son film commençant avec W. Du coup, c'est le sud-africain Gavin Hood, qui avait rééalisé le fabuleux Tsotsi et l'intriguant Rendition, qui a été choisi. Cela peut donner un blockbuster plus profond qu'espéré même si d'inévitables tensions sont apparues entre le studio (la Fox) et le cinéaste. En pleines répétitions durant les Oscars, Jackman a du refaire quelques prises...

En tout cas, ce sera la première fois depuis Christopher Reeve en Superman, que l'on verra un acteur interprété le même super-héros dans quatre films.

Après cela, Jackman mettra en route, avec sa boîte, Drive, un film d'action très noir réalisé par Nel Marshall, ) partir du roman de James Sallis, publié en France en 2006.

Gondry piqué par Le Frelon vert

Posté par vincy, le 25 février 2009

sethrogen-jamesfranco.jpgCela fait des années que Le frelon vert est en gestation à Hollywood. On parla d'une version de Kevin Smith avec Jet Li et Jake Gyllenhaal, d'une autre avec George Clooney (en 1996), d'un script de John Fusco...

Finalement, Sony, en juin dernier, embaucha Seth Rogen (En cloque, mode d'emploi, en photo ici avec James Franco) pour relancer le projet. A l'époque Stephen Chow était pressenti pour jouer le valet expert en arts martiaux et même pour réaliser. Mais les "différents artistiques" l'emportèrent et Chow se retira du projet en tant que cinéaste, mais conserva le rôle de Kato.

Finalement ce sera le réalisateur français Michel Gondry qui sera derrière la caméra. Gondry avait déjà écrit un scénario avec ce héros à la fin des années 90, en compagnie d'Edward Neumeier. Là il reprendra le script du canadien Evan Goldberg, ami d'enfance de Seth Rogen, avec lequel il a souvent collaboré.

Adaptée d'une émission radiophonique (1936-1952), la série TV américaine The Green Hornet (Le frelon vert) n'a fait qu'une saison sur les petits écrans (entre 1966 et 1967) mais les fans lui vouent un véritable culte.  Ici le rédacteur en cgef du Daily Sentinel prend l'identité d'un vengeur masqué qui combat le crime. Comme Batman lui faisait concurrence, la série a été vite achevée. Au cinéma, sa musique a été réutilisée pa Tarantino dans Kill Bill. Pour beaucoup il s'agissait aussi du premier rôle américain de Bruce Lee.

The Thing, Lara Croft, L’agence tous risques : c’est dans les vieux pots…

Posté par vincy, le 1 février 2009

Remake, jeux vidéos, série TV... Hollywood connaît la crise et n'a pas l'intention de prendre de risques. Les trois gros projets relancés cette semaine par les studos le prouvent encore.

Universal prépare un ainsi une nouvelle version du film d'épouvante The Thing, déjà porté à l'écran en 1951 (par Christian Niby) et 1982 (par John Carpenter). La réalisation a été confiée à un talent de la publicité, Matthijs Van Heijningen. L'histoire originelle a été écrite par John W. Campbell en 1938.

De son côté, Warner réfléchit sérieusement au retour de Lara Croft, sans Angelina Jolie. Ce troisième épisode d'une série fructueuse (les épisodes de 2001 et 2003 ont cumulé 430 millions de $ de recettes dans le monde) n'a pas encore de scénariste. Mais le studio souhaite remettre à plat la franchise adaptée du jeu vidéo d'Eidos. Lara Croft subrait un traitement de choc avec davantage de noirceur et de psychologie à l'instar des superéros Batman, Iron Man et Superman. Des obus en quête de sens, en quelques sortes.

Enfin, la 20th Century Fox a lancé le développement de l'adaptation de la série TV "L'agence tous risques" ("The A-Team") qui fit les beaux jours de la télévision entre 1983 et 1987. La série devenait très chère à produire avec des acteurs (notamment Georges Peppard et Mister T.) de plus en plus coûteux et des besoins pyrotechniques de plus en plus importants. Ridley Scott produit cette version cinématographique qui a longuement trainé dans les tiroirs d'Hollywood. Joe Carnahan (Narc, Mi$e à prix) a remplacé John Singleton derrière la caméra. le script a été rédigé par Skip Woods (Swordfish, Hitman) et aurait remplacé les vétérans de la guerre du Vietnam par des anciens combattants de la guerre d'Irak. Si, officiellement, le casting n'a pas été communiqué, les pourparlers sont avancés avec Bruce Willis, Woody Harrelson et Ice Cube. Sortie en 2010.

The Dark Night en pleine lumière

Posté par geoffroy, le 21 juillet 2008

batman2.jpgThe Dark Night (la suite de Batman Begins) de Christopher Nolan s'octroie le meilleur démarrage US (en dollars courants) de tous les temps, devant Spider-Man 3.

Après un premier jour exceptionnel à plus de 67 millions de dollars (record absolu pour un premier jour, loin devant les 59 millions de Spider-Man 3), le deuxième opus du super héros en noir culmine ce dimanche à 155,340 millions de dollars selon les dernières estimations. Soit un peu plus que notre ami l'araignée et ses 151,116 millions ramassés en 2007. Sorti sur 4 366 copies (record également), le film avec Christian Bale totalise une moyenne de 35 579 dollars par copie et devance encore une fois (mais d'un pouce seulement) les 35 540 du tisseur sortit sur 4 324 copies l'an dernier. Il a notamment été "boosté" par le remplissage des salles Imax (certaines diffusaient le film 72 heures "non-stop"). Le film est doté de six séquences filmées entièrement avec des caméras Imax.

Un chevalier en or
Score fabuleux pour un film qui l'est tout autant (Vincy et moi-même avons été soufflés par la puissance et la profondeur de cet opus), The Dark Night "atomise" tout simplement le démarrage de Batman Begins (48 millions sur trois jours). Plusieurs raisons peuvent expliquer un tel engouement. Tout d'abord, la mise en place d'une campagne marketing savamment orchestrée délivrant au compte-goutte les images du film, suscitant une attente des plus palpables par un site super bien foutu et des bandes annonces puissantes, mystérieuses et alléchantes. Ensuite, la disparition malheureuse de Heath Ledger dont la prestation en Joker était considérée bien avant la sortie du film comme prodigieuse. Si l'on rajoute à cela une concurrence des plus minces (Mamma Mia!, Les chimpanzés de l'espace), des critique dithyrambiques (comme la nôtre le sera), un succès important de Batman Begins au cinéma et en DVD relançant ainsi la franchise et la qualité intrinsèque du film (souvent signe d'un bon bouche à oreille), le succès rencontré ne pouvait lui échapper.

Dernière interrogation. Jusqu'où peut-il aller? Sachant que le film est sorti en juillet et qu'il suscite de très bonnes réactions, nous pouvons raisonnablement penser qu'il fera une carrière similaire à Pirates des Caraïbes 2 (premier week-end à 135,6 millions pour un final à 423 millions). Or, The Dark Night est plus sombre, plus dur et plus complexe que son homologue flibustier. Il est donc un peu moins familial, ce qui voudrait dire que ses réserves de spectateurs sont peut-être un peu plus faibles. Si les 300 millions de dollars semblent déjà acquis, les 400 millions restent à atteindre. Spider-Man avec ses 403 millions de dollars (478 si nous étions en 2008 en prenant en compte l'inflation) restera-t-il le film de super-héros le plus populaire de l'histoire?

___________

Chiffres des dix meilleurs démarrages US (week-end de trois jours) :

  1. The Dark Night : 155,3 (2008)
  2. Spider-Man 3 : 151,1 (2007)
  3. Pirates des Caraïbes 2 : 135,6 (2006)
  4. Shrek 3 : 121,6 (2007)
  5. Spider-Man : 114,8 (2002)
  6. Pirates des Caraïbes : 3 114 (2007)
  7. Star Wars : La revanches des Sith : 108,4 (2005)
  8. Shrek 2 : 108,0 (2004)
  9. X-Men 3 : 102,7 (2006)
  10. Harry Potter et la coupe de feu : 102,6 (2005)

Le Monde a la berlue

Posté par vincy, le 20 juillet 2008

Etrange accroche en Une du vénérable et respectable quotidien Le Monde (daté du 20 juillet). Pour attirer le lecteur sur sa fameuse "Page 3", nous lisons : "Les Français d'Hollywood. L'Incroyable Hulk de Louis Leterrier (Danny the dog) sort mercredi en France. Il bat des records d'entrée aux Etats-Unis, où les jeunes réalisateurs sont souvent appréciés."

Passons sur le pseudo phénomène des cinéastes français à Hollywood. D'abord ça ne concerne que des films de genre, où les faiseurs sont plus utiles que les auteurs, ensuite ça n'est pas réservé qu'aux Français. La Mecque du cinoche a tendance à apprécier toute main d'oeuvre étrangère (russe, scandinave, canadienne, allemande...) moins chère et plus stylée.

Non, ce qui est scandaleux, c'est la désinformation sur les chiffres pour glorifier leur article. Imaginez que pour mettre en avant tel phénomène économique, un journal "enfle" les chiffres d'une société... L'incroyable Hulk qui sort ce mercredi sur les écrans français a récolté 131,76 millions de dollars. Sur l'année, il n'est que 10e; dans sa catégorie (adaptation de BD), il n'est que 21e. Son démarrage ne se classe que 57e de l'histoire moderne du box office. Pire, comparé au précédent Hulk, celui du Taïwanais Ang Lee, considéré comme un flop, il n' a pas fait mieux. Il a coûté plus cher (150 millions de $), rapportera moins que son budget de production, et fera largement moins d'entrées que son prédécesseur.

Quels records donc ? Un bon premier week-end? Une sortie en salles massive? Ou tout simplement le plus gros succès américain réalisé par un cinéaste français... Voilà ce qu'est le chapeau de l'article : chauvin.

Super-héros Movie manque de muscles

Posté par Claire Fayau, le 3 juin 2008

superheromovie.jpg

Synopsis: Lycéen timide et mal dans sa peau, Rick Ricker vit avec son oncle et sa tante depuis que ses parents ont été tués. Il est secrètement amoureux de la ravissante Jill Johnson qui, pour son malheur, a déjà un petit copain. Pendant la visite scolaire d'un laboratoire de recherche, Rick est piqué par une libellule génétiquement modifiée. Peu à peu, alors qu'il voit ses forces décuplées, il comprend qu'il est désormais pourvu de super-pouvoirs. Après s'être fabriqué un costume, il adopte sa nouvelle identité : La Libellule. Mais il lui faudra affronter un redoutable ennemi, Le Sablier, déterminé à anéantir tous ceux qui l'approchent...

Critique: C’est bientôt l’été, la fin des examens… Le collégien /lycéen/étudiant en a marre de ses cahiers et veut se vider le cerveau avec un film à haute valeur décérébrée. Cela tombe bien : Super-héros movie est là ! Imaginez ce dialogue légendaire :

"-De grands pouvoirs impliquent de grandes….aaaaah....

-Essaie de respirer !

-J’essaie ! C’est juste que tu es assis sur mes couilles !"

Les "djeunz" sont le coeur de cible du film. La blonde a une grosse poitrine, le héros un peu ringard en est resté au slip kangourou. Cette histoire rappelle Spiderman (le 1), mais l’homme araignée est transformé en homme libellule un peu raté. L'affiche dit tout : le pop-corn à consommer absolument pour faire plaisir aux exploitants, Pamela Anderson (kleenex non inclus pour les jeunes mâles), des faux X-Men (en moins beaux).

Alors "faut pas nous la faire". Nous aussi on connaît les X-men et les Batman (les anciens) et même Daredevil ! Ils prennent de la place sur l'affiche mais occupent à peine trente secondes à l’écran… Ils ont juste revisité l’histoire de Dragonfly, l’homme libellule qui, tel une chenille, deviendra papillon et finira par voler de ses propres ailes (belle métaphore de l’adolescence, non?).

La bande annonce réserve les moments les plus drôles, avec, notamment, l'inépuisable et immortel leslie Nielsen (et son pistolet à clous). Mais la plupart des gags tombent à plat, ne gérant pas la surdose et la surenchère inutiles.

Morale de l'histoire : Ne vous fiez pas au marketing, ou contentez-vous en (affiche + bande annonce suffisent). De plus, Marvel devrait leur faire un procès tant le film insulte ses icônes. Heureusement, Batman (le vrai) revient en août.