Quel futur pour DC Comics sur grand écran?

Posté par vincy, le 15 août 2019

On a beaucoup parler de Marvel avec l'annonce de la Phase IV du Marvel Cinematic Universe au Comic-con de San Diego. Mais qui s'est soucié de l'absence de DC Comics? Pour certains professionnels, le concurrent de Marvel ne sait plus trop bien où il en est. Après la trilogie flamboyante et sombre de Christopher Nolan autour du chevalier noir, les nouveaux films avec Batman et Superman n'ont jamais pu rivaliser avec ceux de Marvel, ni en qualité ni en dollars. Que ce soit Man of Steel, Justice League ou même le combo Batman v Superman, rien n'a égalé les éloges et le milliard de dollars de The Dark Knight et de The Dark Knight Rises.

C'est finalement avec un environnement plus pop et moins poli que DC Comics a semblé trouver la martingale. Suicide Squad puis Wonder Woman et surtout Aquaman (recordman mondial des recettes de DC Comics avec 1,15 milliard de dollars) ont prouvé que la marque avait du potentiel, avec plus de fun et moins de psychologie. Wonder Woman est même, avec les deux Dark Knight, le seul non Marvel du Top 10 historique nord-américain.

On sent que la construction d'un univers étendu des super-héros de DC a du mal à se mettre en place. L'ordre des films est moins maîtrisé que chez Disney/Marvel.  La Justice League qui aurait pu être un lien entre les différents films n'a pas su s'imposer comme Avengers. Shazam!, au succès relatif mais prometteur, est le deuxième film consécutif avec un nouveau super-héros, sans qu'il n'y ait de débouchés pour lui dans un avenir proche.

A cela s'ajoute un nombre de films qui chaque année, et une faible fidélisation des spectateurs.

DC Comics expérimentateur, précurseur

Pourtant la Warner a bien l'intention vouloir combattre Disney. Et n'a peut-être pas envie de calquer le modèle DC sur celui de Marvel. Après tout, les Dark Knight ont été encensés et ont rarement été égalés en qualité (hormis par les Spider-Man de Sam Raimi , chez Sony, et Black Panther, chez Disney), tout en étant dans un registre esthétique très différent des Marvel.

C'est aussi DC Comics qui a initié la mort tragique d'un super-héros (en l'occurrence Superman dans Batman v Superman), bien avant que Thanos n'élimine la moitié d'entre eux dans Avengers Endgame.

Et on doit également à Warner/DC le premier mélange hybride animation/super-héros avec les Légo, bien avant l'excellent Spider-Man de Sony.

Ensuite le carton de Wonder Woman a été précurseur pour Hollywood, arrivant avant ceux de Black Panther et de Captain Marvel: c'est bien la Warner qui a prouvé qu'une super-héroïne était bankable et que l'ère du super-héros masculin blanc était révolue. Le film a aussi révélé une actrice. Idem pour Aquaman, le studio a imposé un "nouveau" nom, avec succès.

Mais ces deux cartons ont aussi changé l'orientation de Warner/DC Comics. Terminé le noir: la franchise DC se met au bling-bling et aux couleurs. Bref le spectateur veut du pop-corn, on va donc lui en donner, peu importe si les scénarios sont plus simplistes voire incohérents.

Ça part un peu dans tous les sens côté récit, comme côté stratégie, en apparence. On se demande comment tout les projets du studio vont s'imbriquer. Surtout que DC Comics, contrairement à Marvel, ne parvient pas à conserver ses acteurs. Will Smith a déjà abandonné la Suicide Squad. Et on ne compte plus le nombre de Batman et de Superman, qui, à chaque fois, provoquent l'hystérie des fans pro ou contre.

Les versions alternatives et arty

Le studio promet de rationaliser tout ça. En voyant le programme, on s'interroge malgré tout. Prochaine sortie : The Joker de Todd Phillips, en compétition à Venise, avec Joaquin Phoenix. On revient à l'esprit de Nolan mais avec un spin-off déconnecté des autres films. Bref, un épisode "arty" pour les Oscars plus que pour les dollars. Ou une version alternative, à la manière du film d'animation Spider-Man sorti en décembre dernier.

Dans le même registre, Warner a dégainé The Batman, réalisé par Matt Reeves. Robert Pattinson a été choisi pour être le chevalier noir dans ce film qui doit se concentrer sur sa jeunesse. Une autre version alternative. Ou un reboot en attendant un Justice League 2 convaincant? Pour l'instant rien de tout ça. Juste un Batman de plus où on reverra sans doute ses parents tués en sortant du cinéma. Ce sera le 25 juin 2021.

Girl Power

Le 19 février prochain, c'est un autre spin-off autour de la badass girl Harley Quinn (Suicide Squad) qui va profiter de la notoriété de son actrice (Margot Robbie) qui déclenchera les hostilités avec Birds of Prey. Harley Quinn se battra aux côtés de Black Canary (Jurnee Smollett-Bell), Huntress (Mary Elizabeth Winstead), la détective Renée Montoya (Rosie Perez) pour sauver Batgirl (Ella Jay Basco, choix définitif?) des mains de Black Mask (Ewan McGregor) et le tueur Victor Zsasz (Chris Messina). Tout un programme au féminin.

Avant que Marvel ne démarre sa phase IV, le 1er mai, avec son longtemps attendu Black Widow. Mais le 5 juin, DC Comics pourrait emporter ce match féminin avec son autre super-héroïne, Wonder Woman 1984. On se demande juste comment Patty Jenkins va ressusciter Chris Pine. Et, en même temps, il ne s'agirait pas d'une suite (on va se perdre à force). Mais il n'est pas impossible que DC gagner la guerre du box office sur Marvel en 2020 grâce à Margot Robbie et Gal Gadot.

Aquaman 2 dans trois ans

En août l'année prochaine, on retrouvera un reboot de Suicide Squad (cinq ans après l'unique film de l'équipe) par James Gunn (transfuge Marvel), avec Margot Robbie, Joel Kinnaman, Jai Courtney, Viola Davis mais pas Will Smith. Idris Elba héritera d'un nouveau personnage, avec une fille incarnée par Storm Reid. Ce qui augure peut-être d'un revirement narratif pour construire (enfin) un univers DC au cinéma, surtout si le script prend en compte le personnage d'Harley Quinn. Pour l'instant le programme s'arrête à décembre 2022 avec la suite d'Aquaman, face à un Star Wars. Pari risqué. Aucun Justice League, pas de troisième Wonder Woman, nul Superman à l'horizon. On sait juste que le super-héros Black Adam, antithèse de Shazam!, est en préparation (il devait d'ailleurs apparaître dans Shazam). Dwayne Johnson a été enrôlé pour être le super-héros et Jaume Collet-Serra devrait réaliser ce film, sans date précise pour l'instant.

Mais Warner décline différemment son partenariat avec DC Comics. D'un côté des films pop-corns pour lui assurer des grosses recettes mondiales (et consolider son statut de 2e studio hollywoodien). De l'autre des films plus dramatiques, avec des acteurs de premier niveau, à la manière de "hors-série" classieux. Et enfin des spin-offs autour de super-héros plutôt bad-ass, moins sages que ceux de Marvel en tout cas.

Cependant, à l'instar de Disney/Marvel/Fox/Lucasfilms/Pixar avec Disney +, Warner Bros va aussi envisager ses super-héros pour sa future plateforme de streaming, HBO Max. Ainsi les Watchmen débarqueront sur HBO cet automne en série, avec Jeremy Irons, Regina King et Tim Blake Nelson. La nouvelle patronne du studio, Ann Sarnoff, a d'ailleurs reçu pour mission d'étendre le partenariat avec DC Comics et de développer tout azimut les franchises du studio, tous supports confondus.

Elle va devoir faire le ménage et trier dans les cartons du studio, qui a repoussé Justice League Dark, Flashpoint et Batgirl, pourtant annoncés il y a deux ans. Et Warner n'a jamais caché son intention de donner une suite à Aquaman, un spin-off sur Deadshot (Will Smith dans Suicide Squad), ou des films dédiés à la Fosse (Aquaman) et à Nightwing. Ava DuVernay travaillerait sur New Gods. Il y a un scénariste officiellement recruté pour Supergirl, sans date de pré-production. Gotham City Sirens est un peu dans les limbes. On ne sait pas ce qu'il advient de Blackhawk par Steven Spielberg. Enfin le projet Lobo a finalement été orienté en série TV.

Il faut s'attendre à des surprises: le studio a aniticipé six créneaux dans le calendrier entre 2020 et 2022, sans mentionner le titre du film.

Comment Batman v Superman est devenu un vulgaire « film de fans »

Posté par wyzman, le 29 mars 2016

A moins de vivre dans une grotte depuis une semaine, vous n'avez pas pu échapper à tout ce ramdam entourant la sortie de Batman v Superman : L'Aube de la justice. (Oui, je me rends compte que ce titre est horrible. Surtout maintenant que j'ai vu le film... mais peu importe !) La nouvelle œuvre de Zack Snyder, quoiqu'un peu farfelue, était très intéressante sur le papier. Réunir deux héros majeurs de la pop culture dans une superproduction, nous en avions tous rêvé. Et d'entrée de jeu, le réalisateur de 300 avait tout pour lui : un talent certain, deux gros studios prêts à financer, des teasers et autres bandes annonces excellents et un casting impressionnant (Henry Cavill, Ben Affleck, Amy Adams, Jesse Eisenberg, Diane Lane, Laurence Fishburne, Jeremy Irons, Holly Hunter, Kevin Costner pour une séquence et Gal Gadot en cerise sur le gâteau).

Plus encore, après l'avant-première mondiale, les spectateurs semblaient plus que ravis. Comme on dit outre-Atlantique, les premiers avis étaient in. Bref, tout allait bien. Puis l'embargo a été levé et là, le massacre a commencé. Genre, vraiment. "Inachevé" pour Indie Wire. Juste "visuellement spectaculaire" pour Variety. Sauvé de sa "monotonie vaseuse" par Gal Gadot d'après The Wrap"Pas fun" et "absurde" pour le New York Times. Bref, vous avez compris l'idée. Et en France, même son de cloche. "Anti-spectaculaire" et "décevant" pour Première. De son côté, Le Figaro pointe "la lourdeur de l'intrigue, la lenteur des plans, l'omniprésence écrasante des effets pyrotechniques". C'est "une pâté réflexive" pour Le Plus. Et même Le Journal du Geek l'a perçu comme "supermou" et sans "aucun frisson". Ecran Noir y a vu "une valse de pantins" dans "un script peu subtil".

De manière simpliste, on pourrait mettre le décalage d'avis fans/critiques sur le dos du marketing : 250 millions de dollars de budget, 150 millions (minimum) pour la promotion, des teasers bandants, un "combat du siècle" promis, tout était là. En allant mater Batman v Superman, ce que l'on voulait voir c'est du grand spectacle, des trucs qui pètent, avoir le souffle coupé et se dire que c'était l'idée du siècle que de réunir les deux hommes dans un film. Sauf que cela n'arrive pas. On pourrait blâmer le scénario qui se veut politisé mais ennuie souvent. Nous pourrions évoquer la noirceur que Zack Snyder a voulu insuffler grâce à la présence de Batman. Mais cela ne prend pas car Christopher Nolan a déjà fait tout cela. Ce que le Hollywood Reporter a noté au moment de conseiller à Zack Snyder de "laisser les films de Christopher Nolan à Christopher Nolan".

Le fan, rempart bulletproof ?

Et une fois n'est pas coutume, au moment de vendre un film et d'esquiver des critiques unanimes, le fan est parfait. Le fan permet de se dédouaner de tout. Le fan est une excuse imparable. Pour le fan, studios, distributeurs et acteurs seraient prêts à faire ou dire n'importe quoi. Et cela notamment parce que le fan est souvent un bon client. Oui, le fan est loyal - jusqu'à ce que le résultat soit vraiment trop mauvais. Le fan vous soutiendra du mieux qu'il peut. Le fan ira voir le film. Une fois, deux fois, peut-être même plus. Le fan parlera du film sur les réseaux sociaux, à ses amis, au boulot, aux repas de famille. Le fan fera le travail pour vous, à partir du moment où vous le contentez. En d'autres termes, faire "un film de fans" ou "un film pour les fans" expliquerait la qualité moindre de certaines adaptations. Voilà qui est sympa pour les fans ! Mais de là à dire que les fans présents à l'avant-première mondiale ont été éblouis par les acteurs présents, il n'y a qu'un pas…

Le fan n'est pas nécessairement aveugle car fan ou pas fan, il faut bien reconnaître que la communication autour du film était géniale, que notre attente à tous était élevée et qu'au fond de nous, nous voulions y croire. En cela, nous pourrions faire le parallèle avec Le Réveil de la Force. Son réalisateur, J. J. Abrams, est un homme de génie et sur le plan technique, on ne peut rien reprocher à son film. Mais le scénario ne casse pas trois pattes à un canard ! C'est un fait, une vérité générale presque. Fans et/ou critiques, nous avons fait avec et sommes passés à autre chose. Malheureusement, et comme c'est souvent le cas, c'est plus simple à dire qu'à faire.

Une industrie pourrie ?

Tandis que certains fans ont déjà commencé à signer une pétition pour évincer  Zack Snyder des prochains projets de DC Comics, Rolling Stone a mis le doigt sur ce qui est peut-être la véritable raison d'un tel bad buzz autour de Batman v Superman : "les films de super-héros ne sont pas en train de tuer l'industrie du film. L'industrie du film est en train de tuer les films de super-héros" écrit le magazine. Eh oui, à force d'enchaîner les adaptations, de multiplier séries dérivées, remakes et autres reboots, il faut bien que quelqu'un se casse la figure. Daredevil et Green Lantern étaient de bons exemples de ratage complet, mais ça n'a pas arrêté Hollywood. A l'inverse, le carton de Deadpool prouve qu'on peut encore divertir avec une certaine singularité et un super-héros qui ne se prend pas au sérieux.

Persuadés que les fans de comics et le public en général seront toujours au rendez-vous, Marvel a réussi à incruster Spider-Man dans la dernière bande annonce de Captain America : Civil War (ou Avengers 3 si vous préférez), tandis que DC Comics a plus ou moins bien introduit ses prochains hits grâce à Batman v Superman. Nous attendrons avec impatience Wonder Woman, Aquaman sera un véritable plaisir coupable que James Wan annonce déjà comme plus "fun" que L'Aube de la justice, Flash devrait faire du bruit et Cyborg méritera le coup d'œil. Et il y aura bien évidemment cette Justice League qui devrait tout déchirer.

Une chose est sûre : au moment d'attirer les fans, Marvel et DC Comics savent y faire. A l'instar de Michael Bay ces dernières années, Batman v Superman vient de prouver que les studios pouvaient officiellement se passer de critiques positives dans la presse pour amasser du fric. Plus gros lancement de Pâques aux Etats-Unis avec 166 millions de dollars en 3 jours, quatrième meilleur démarrage dans le monde en dépassant les 400 millions de dollars en 5 jours… Batman v Superman va marquer l'histoire du cinéma côté recettes. Et ça sans l'adhésion de la presse ! Cela mérite qu'on lui lève notre chapeau. Du coup, bien malgré nous et ce que l'on en a pensé, on ne saurait que trop vous recommander de vous faire votre propre opinion sur l'œuvre en la voyant directement en salles. Ou pas. Dans un mois, Captain America affronte Iron Man dans un autre match de titans. Leur invincibilité garantit aux franchises d'être sans fin. Et hélas, c'est aussi ça qui tue le suspense. Car pour Hollywood, la seule incertitude n'est pas de savoir si un super-héros peut mourir (c'est impossible), mais de savoir combien les fans dépenseront et à quelle place il terminera au box office !

Plongez dans l’univers de Batman v Superman à Aéroville, La Defense et aux Halles

Posté par cynthia, le 25 février 2016

À l’occasion de la sortie mondiale du film Batman v Superman - L’Aube de la Justice, les centres commerciaux franciliens d'Aéroville, des 4 Temps et du Forum des Halles plongeront leurs visiteurs dans l’univers de ces super-héros de DC Comics.

Nommée Unexpected Heroes, cette animation sera mise en scène dans un tunnel avec des éléments issus des décors des films, plaçant ainsi les protagonistes dans l'univers de Batman et de Superman! Au milieu des costumes originaux et des photos de coulisse, Loïs Lane et Alfred (le célèbre majordome de Bruce Wayne aka Batman) accueilleront les plus courageux afin de les mettre à l'épreuve au cours d'un test de connaissances.  Une fois cette étape franchie, les gagnants pourront se mettre dans la peau d'un super-héros...

Équipés des accessoires de super-héros ou arrivés déguisés, les visiteurs pourront alors incarner leur justicier préféré en réalisant leur propre selfie vidéo à 360°: simulations de combat, poses héroïques ou sauts, les visiteurs auront carte blanche pour réaliser le rôle de leur (vie?) choix sous l’œil des 64 caméras avant de recevoir la vidéo souvenir par mail.

On ne sait pas pour vous mais en tout cas ça donne envie! Une excellente idée pour impressionner vos petiots ou vos amis geeks...

Unexpected Heroes: Aeroville du 25 au 28 février (30 Rue des Buissons 95700 Roissy-en-France), 4 Temps du 2 au 6 mars (15 Parvis de la Défense 92092 Paris La Défense) et Forum des Halles du 7 au 10 avril (101 Rue Berger 75001 Paris).

Ben Affleck sera le nouveau Batman

Posté par vincy, le 23 août 2013

ben affleck Warner Bros a choisi son nouveau Batman. Après Michael Keaton, Val Kilmer, George Clooney et Christian Bale, ce sera Ben Affleck qui endossera le costume du Chevalier noir dans Superman vs. Batman, la suite de Man of Steel (lire notre actualité).

Malgré le statut d'Affleck, particulièrement depuis son Oscar pour Argo, la nouvelle a suscité ironie, moquerie, déception, et petites méchancetés dans les commentaires sur les réseaux sociaux. Pire, sur le site du magazine professionnel Variety, un sondage en ligne montre que les 3/4 des 60 000 votants considère qu'il s'agit d'un mauvais choix.

Il faut dire qu'Affleck a laissé un mauvais souvenir aux fans de superhéros quand il a incarné Daredevil, autre superhéros masqué. Le film, sorti en 2003 a été un relatif succès public (180 M$ dans le monde) mais a été "incendié" par les critiques et les spectateurs. Il n'y aura jamais de suite. Le film a surtout amorcé la descente aux enfers de l'acteur, dont les frasques "people" avaient pris le dessus sur sa carrière après 6 ans d'ascension. Affleck a du attendre 2009 pour retrouver les faveurs du public après une série de flops, dont l'énorme four Gigli, sorti quelques mois après Daredevil.

Mais Warner avait besoin d'un Batman populaire, un contre-poids au jeune Superman (puisque Le Chevalier noir sort de sa retraite dans le film), et, comme toujours, d'un acteur relativement peu expressif (à part Downey Jr en Iron Man, les superhéros le sont plus ou moins tous). Affleck en Bruce Wayne, nous jugerons sur pièces, quand le film sortira le 17 juillet 2015. Le réalisateur Zack Snyder semble dithyrambique sur le comédien : "il a la carrure pour créer le portrait complexe d'un homme plus vieux et plus sage que Clark Kent et porte les cicatrices d'un combattant du crime, tout en conservant le charme du milliardaire Bruce Wayne."

Ironiquement, Ben Affleck avait été approché pour réaliser Justice League, l'autre grand projet Warner / DC Comics, où Batman et Superman font équipe. Maintenant que Warner a trouvé son nouveau Batman, le projet Justice League pourrait redémarrer, après quelques années en stand-by.

Superman vs. Batman avait été annoncé lors du dernier Comic-con de San Diego. Henry Cavill reprendra le rôle de Superman, tandis qu'Amy Adams, Laurence Fishburne et Diane Lane seront également au générique.

Marvel veut se mondialiser

Posté par vincy, le 13 mars 2009

Marvel a décidé de ne plus dépendre du marché américain pour rentabiliser ses super-héros. L'éditeur de BD vise désormais les 50% de recettes internationales (contre 35% actuellement). Pour atteindre cet objectif d'ici à 4 ans, la société a décidé de "mondialiser" son conseil d'administration, et donc de construire des passerelles avec les grands marchés émergeants. Ainsi le producteur de films bollywoodien Manmohan Shetty et le patron d'un groupe multimédia chinois, CDC, Peter Yip y ont fait leur entrée.

D'ici à 2011, Marvel sera présent dans une dizaine de productions, à commencer par Silver Surfer et Wolverine, en attendant Thor, Magneto, Captain America, Iron Man 2 et Spider-Man 4.

Le justicier noir, milliardaire !

Posté par geoffroy, le 11 mars 2009

Succès stratosphérique de l’été 2008, Batman, le chevalier noir (The Dark Knight) a vu, le 23 janvier dernier, son parc US passer de 6 à 350 salles afin de lui permettre de franchir la barre mythique du milliard de dollars. Ce procédé, souvent utilisé à l’approche des nominations aux Oscars, permet de « relancer » sur quelques jours l’exploitation d’un film et de récupérer, à peu de frais, des millions plus symboliques que vraiment nécessaires. L’objectif mercantile de la Warner a été atteint depuis peu, Batman totalisant près de 1,001 milliards de dollars de recettes brutes. De ce fait, le film se place au quatrième rang « monde » hors inflation derrière Titanic (1,84 milliards $), Le Retour du Roi (1,12 milliards $) et Pirates des Caraïbes, le secret du coffre maudit (1,07 milliards $).

A ce résultat exceptionnel vient s’ajouter un autre record. En effet, l’opus de Christopher Nolan se trouve être le seul film du top 20 monde dont les recettes intérieures dépassent celles réalisées à l’international (533 millions $ contre 468 millions $). Si le score à l’international reste de haut niveau, il ne peut souffrir la comparaison avec l’incroyable engouement du public d’outre-atlantique. Deuxième derrière le Titanic de Cameron en recettes hors inflation, The Dark Knight se positionne au 27e rang si l'on tient compte de l'inflation du prix du billet au fil des ans, c'est-à-dire entre un Disney, Le Livre de la jungle (530 millions $) et un James Bond, Thunderball (538 millions $).

Clôturé le 5 mars 2009, The Dark Knight devient le plus gros succès, toute période confondue, pour un film de super-héros sur le sol de l'Oncle Sam. Seul bémol, il reste derrière Spider-man 3 en ce qui concerne les recettes à l’international (468 millions $ contre 554 millions $). Un challenge que le troisième opus tentera à coup sûr de relever.

Jackman reprend en main Wolverine

Posté par vincy, le 9 mars 2009

wolverineEntre le 29 avril (en france) et le 1er mai (aux USA), un spin-off (film extrait d'une franchise) de X-Men devrait faire l'événement, tout au moins en terme de marketing. X-Men Origins : Wolverine ne reprend en effet qu'un seul des personnages mutants de la BD de Marvel, mais non des moindres puisqu'il s'agit du plus populaire. Hugh Jackman qui s'est fait connaître du grand public avec ce personnage en 2000, a attendu que la trilogie s'épuise un peu pour lancer son propre projet. Produit par sa nouvelle société, Seed Productions, il a davantage contrôlé le processus artistique du blockbuster.

Car, s'il est reconnaissant, l'acteur est aussi critique. Dans un récent entretien à USA Today, Jackman a avoué qu'il était en désaccord avec les évolutions de son personnage au fil des épisodes. "Je pense qu'il est devenu trop sage, qu'on s'est éloigné de son essence, de qui était vraiment Wolverine : un sale type  qui veut vivre sa propre vie." Pour la star, cet anti-héros ressemble surtout à des "Inspecteur Harry et des Han Solo." De là, il a décidé de prendre la responsabilité de ce personnage, d'y mettre davantage sa propre personnalité.

Il a aussi recruté son vieux copain, Liev Schreiber, qui voulait jouer Stryker, qui hérite de Sabertooth (Dents de Sabre), le demi-frère de Wolverine. C'est finalement Danny Huston qui reprend le rôle de Stryker (joué par Brian Cox dans X-Men : The Last Stand).

On y croisera aussi une bande de beaux mâles comme Ryan Reynolds, Daniel Henney,  Taylor Kitsch, Kevin Durand et Dominic Monaghan ("Lost"). L'histoire débutera 20 ans avant la réunion des X-Men.

Plusieurs cinéastes s'y sont cassés les dents (Brett Ratner, Len Wiseman), Zack Snyder, intéressé, a préféré se consacrer à Watchmen, et Bryan Singer a choisi de faire Walkyrie. Chacun son film commençant avec W. Du coup, c'est le sud-africain Gavin Hood, qui avait rééalisé le fabuleux Tsotsi et l'intriguant Rendition, qui a été choisi. Cela peut donner un blockbuster plus profond qu'espéré même si d'inévitables tensions sont apparues entre le studio (la Fox) et le cinéaste. En pleines répétitions durant les Oscars, Jackman a du refaire quelques prises...

En tout cas, ce sera la première fois depuis Christopher Reeve en Superman, que l'on verra un acteur interprété le même super-héros dans quatre films.

Après cela, Jackman mettra en route, avec sa boîte, Drive, un film d'action très noir réalisé par Nel Marshall, ) partir du roman de James Sallis, publié en France en 2006.

Gondry piqué par Le Frelon vert

Posté par vincy, le 25 février 2009

sethrogen-jamesfranco.jpgCela fait des années que Le frelon vert est en gestation à Hollywood. On parla d'une version de Kevin Smith avec Jet Li et Jake Gyllenhaal, d'une autre avec George Clooney (en 1996), d'un script de John Fusco...

Finalement, Sony, en juin dernier, embaucha Seth Rogen (En cloque, mode d'emploi, en photo ici avec James Franco) pour relancer le projet. A l'époque Stephen Chow était pressenti pour jouer le valet expert en arts martiaux et même pour réaliser. Mais les "différents artistiques" l'emportèrent et Chow se retira du projet en tant que cinéaste, mais conserva le rôle de Kato.

Finalement ce sera le réalisateur français Michel Gondry qui sera derrière la caméra. Gondry avait déjà écrit un scénario avec ce héros à la fin des années 90, en compagnie d'Edward Neumeier. Là il reprendra le script du canadien Evan Goldberg, ami d'enfance de Seth Rogen, avec lequel il a souvent collaboré.

Adaptée d'une émission radiophonique (1936-1952), la série TV américaine The Green Hornet (Le frelon vert) n'a fait qu'une saison sur les petits écrans (entre 1966 et 1967) mais les fans lui vouent un véritable culte.  Ici le rédacteur en cgef du Daily Sentinel prend l'identité d'un vengeur masqué qui combat le crime. Comme Batman lui faisait concurrence, la série a été vite achevée. Au cinéma, sa musique a été réutilisée pa Tarantino dans Kill Bill. Pour beaucoup il s'agissait aussi du premier rôle américain de Bruce Lee.

The Thing, Lara Croft, L’agence tous risques : c’est dans les vieux pots…

Posté par vincy, le 1 février 2009

Remake, jeux vidéos, série TV... Hollywood connaît la crise et n'a pas l'intention de prendre de risques. Les trois gros projets relancés cette semaine par les studos le prouvent encore.

Universal prépare un ainsi une nouvelle version du film d'épouvante The Thing, déjà porté à l'écran en 1951 (par Christian Niby) et 1982 (par John Carpenter). La réalisation a été confiée à un talent de la publicité, Matthijs Van Heijningen. L'histoire originelle a été écrite par John W. Campbell en 1938.

De son côté, Warner réfléchit sérieusement au retour de Lara Croft, sans Angelina Jolie. Ce troisième épisode d'une série fructueuse (les épisodes de 2001 et 2003 ont cumulé 430 millions de $ de recettes dans le monde) n'a pas encore de scénariste. Mais le studio souhaite remettre à plat la franchise adaptée du jeu vidéo d'Eidos. Lara Croft subrait un traitement de choc avec davantage de noirceur et de psychologie à l'instar des superéros Batman, Iron Man et Superman. Des obus en quête de sens, en quelques sortes.

Enfin, la 20th Century Fox a lancé le développement de l'adaptation de la série TV "L'agence tous risques" ("The A-Team") qui fit les beaux jours de la télévision entre 1983 et 1987. La série devenait très chère à produire avec des acteurs (notamment Georges Peppard et Mister T.) de plus en plus coûteux et des besoins pyrotechniques de plus en plus importants. Ridley Scott produit cette version cinématographique qui a longuement trainé dans les tiroirs d'Hollywood. Joe Carnahan (Narc, Mi$e à prix) a remplacé John Singleton derrière la caméra. le script a été rédigé par Skip Woods (Swordfish, Hitman) et aurait remplacé les vétérans de la guerre du Vietnam par des anciens combattants de la guerre d'Irak. Si, officiellement, le casting n'a pas été communiqué, les pourparlers sont avancés avec Bruce Willis, Woody Harrelson et Ice Cube. Sortie en 2010.

The Dark Night en pleine lumière

Posté par geoffroy, le 21 juillet 2008

batman2.jpgThe Dark Night (la suite de Batman Begins) de Christopher Nolan s'octroie le meilleur démarrage US (en dollars courants) de tous les temps, devant Spider-Man 3.

Après un premier jour exceptionnel à plus de 67 millions de dollars (record absolu pour un premier jour, loin devant les 59 millions de Spider-Man 3), le deuxième opus du super héros en noir culmine ce dimanche à 155,340 millions de dollars selon les dernières estimations. Soit un peu plus que notre ami l'araignée et ses 151,116 millions ramassés en 2007. Sorti sur 4 366 copies (record également), le film avec Christian Bale totalise une moyenne de 35 579 dollars par copie et devance encore une fois (mais d'un pouce seulement) les 35 540 du tisseur sortit sur 4 324 copies l'an dernier. Il a notamment été "boosté" par le remplissage des salles Imax (certaines diffusaient le film 72 heures "non-stop"). Le film est doté de six séquences filmées entièrement avec des caméras Imax.

Un chevalier en or
Score fabuleux pour un film qui l'est tout autant (Vincy et moi-même avons été soufflés par la puissance et la profondeur de cet opus), The Dark Night "atomise" tout simplement le démarrage de Batman Begins (48 millions sur trois jours). Plusieurs raisons peuvent expliquer un tel engouement. Tout d'abord, la mise en place d'une campagne marketing savamment orchestrée délivrant au compte-goutte les images du film, suscitant une attente des plus palpables par un site super bien foutu et des bandes annonces puissantes, mystérieuses et alléchantes. Ensuite, la disparition malheureuse de Heath Ledger dont la prestation en Joker était considérée bien avant la sortie du film comme prodigieuse. Si l'on rajoute à cela une concurrence des plus minces (Mamma Mia!, Les chimpanzés de l'espace), des critique dithyrambiques (comme la nôtre le sera), un succès important de Batman Begins au cinéma et en DVD relançant ainsi la franchise et la qualité intrinsèque du film (souvent signe d'un bon bouche à oreille), le succès rencontré ne pouvait lui échapper.

Dernière interrogation. Jusqu'où peut-il aller? Sachant que le film est sorti en juillet et qu'il suscite de très bonnes réactions, nous pouvons raisonnablement penser qu'il fera une carrière similaire à Pirates des Caraïbes 2 (premier week-end à 135,6 millions pour un final à 423 millions). Or, The Dark Night est plus sombre, plus dur et plus complexe que son homologue flibustier. Il est donc un peu moins familial, ce qui voudrait dire que ses réserves de spectateurs sont peut-être un peu plus faibles. Si les 300 millions de dollars semblent déjà acquis, les 400 millions restent à atteindre. Spider-Man avec ses 403 millions de dollars (478 si nous étions en 2008 en prenant en compte l'inflation) restera-t-il le film de super-héros le plus populaire de l'histoire?

___________

Chiffres des dix meilleurs démarrages US (week-end de trois jours) :

  1. The Dark Night : 155,3 (2008)
  2. Spider-Man 3 : 151,1 (2007)
  3. Pirates des Caraïbes 2 : 135,6 (2006)
  4. Shrek 3 : 121,6 (2007)
  5. Spider-Man : 114,8 (2002)
  6. Pirates des Caraïbes : 3 114 (2007)
  7. Star Wars : La revanches des Sith : 108,4 (2005)
  8. Shrek 2 : 108,0 (2004)
  9. X-Men 3 : 102,7 (2006)
  10. Harry Potter et la coupe de feu : 102,6 (2005)