[Dossier] Cannes, centre du monde cinématographique ?

Posté par vincy, le 14 mai 2019

Qu'on le veuille ou non, le Festival de Cannes reste un des épicentres du cinéma mondial. Il n'en a jamais eu le monopole. Mais il est clairement parmi les événements majeurs du 7e art. Depuis sa création, il mue, au gré des révolutions. Les révolutions formelles et artistiques pour commencer, avec la Nouvelle Vague, le Nouveau cinéma américain, la 5e génération de cinéastes chinois, le surgissement de films venus de pays jusque là inconnus, les films tournés en numérique, etc... La concurrence actuelle des plateformes de streaming, des séries et des jeux vidéos équivaut à celle dans les années 1960, quand la télévision détournait les spectateurs du grand écran.

[Dossier] Cannes, centre du monde cinématographique ? — Rencontre avec le réalisateur Erwan Le Duc

Mais il est incontestable que d'un point de vue comptable, Cannes a moins d'impact que les blockbusters d'Hollywood, notamment auprès des millennials, qui ne retiennent souvent que l'actu "glamour" du festival, relayée par la presse populaire et les influenceurs et influenceuses. Ceci dit, ce n'est pas l'objectif du Festival.

Les marques Disney, Netflix et autres Apple et Amazon (sans oublier les Chinois) imposent un marketing de masse qui concentrent aujourd'hui les spectateurs sur certains films, ou, pire, chez eux. Cannes - comme Berlin, Venise, Toronto, Sundance, Locarno, Telluride, Busan, etc - a vocation à résister à cette tendance. Le glam et les stars, tout ce cérémonial pour les télévisions et la presse people, ne font qu'attirer le regard des fans pour leur parler d'autres films.

[Dossier] Cannes, centre du monde cinématographique ? — Rencontre avec Jérémy Redler, président de la Commission du Film Ile-de-France

Avec les Oscars, la Palme d'or reste ainsi la récompense suprême du 7e art. Une sorte de Nobel. Même si ces derniers temps, ce sont plutôt les films présentés à Venise qui ont la cote aux Etats-Unis. Il n'empêche, année après année, même si les blasés évaluent le Festival de Cannes sur un échelle de médiocre à grandiose (c'était toujours mieux avant parait-il), même si les plus fidèles oublient que ce sont souvent les surprises et les nouveaux talents qui donnent de la saveur à une compétition, Cannes s'impose à chaque foi dans les bilans annuels et palmarès de critiques.

Qu'on prenne l'édition 2018, plutôt ratée pour le cinéma français en sélection officielle hormis l'excellent "coup" du Grand bain et le snobé jusqu'au bout En guerre, et on retrouve Dogman (9 Donatello et 3 European Film Awards), Plaire, aimer et courir vite (Prix Louis Delluc), Blackkklansman (un Oscar au final), Capharnaüm, Une affaire de famille et Cold War tous trois cités aux Oscars. Une affaire de famille a fait un doublé Palme d'or-César et raflé 8 prix aux Oscars japonais. Il y a pire bilan.

[Dossier] Cannes, centre du monde cinématographique ? — Rencontre avec Jean-Marc Thérouanne, Délégué général du Festival des Cinémas d’Asie de Vesoul

A chaque édition, un bon tiers de la compétition, et une bonne dizaine de films des autres sélections, sont parmi les films favoris en France et ailleurs au moment des Top 10 de fin d'année. Ce n'est pas le cas forcément des autres festivals, à l'exception de Venise ces dernières années.

Cannes reste donc le temple de la cinéphilie mondiale. Les grands auteurs sont fiers d'y aller, et font tout pour y aller (tournant et post-produisant leurs films à temps pour les sélections). Le Festival ne peut de toute façon pas accueillir tous les grands films de l'année. Mais il y a une variété et une diversité suffisamment forte pour que le logo du festival ait encore une vraie valeur sur les affiches.

Par ailleurs, avec plus de 4000 journalistes, cela reste l'événement culturel le plus suivi du monde, devant les Oscars, qui sont surtout suivis par le grand public. De quoi donner de l'écho à un film, ce qui vaut toutes les campagnes de marketing et un bon indicateur pour la sortie en salles. Certes, cela peut aussi "tuer" un film. Mais n'oublions pas que Cannes a donné de la valeur marchande et artistique en découvrant ou primant au début de leurs carrières des cinéastes comme Martin Scorsese, Xavier Dolan, Quentin Tarantino ou Sofia Coppola. Cela en surévalue certains aussi, mais le temps trie le bon grain de l'ivraie.

[Dossier] Cannes, centre du monde cinématographique ? — Rencontre avec Ron Dyens, producteur chez Sacrebleu productions

Tout est question de marché. Tant que la presse professionnelle américaine est présente quotidiennement, on peut se rassurer: c'est qu'il y a du business. Certes, le marché évolue. Les négociations sont plus difficiles. Les sorties sont aussi plus risquées.

Dans une interview au Monde, Jérôme Seydoux explique: "Dans le temps, les majors avaient une filiale spécialisée en films plus « metteurs en scène ». Beaucoup des studios ont abandonné, tout simplement parce qu’ils perdaient de l’argent. Aujourd’hui, ce cinéma-là est entre les mains de Netflix, Amazon, Apple ou d’autres. Il n’a pas disparu. Quand Netflix fait Roma, c’est un film qui a du mal à financer sa sortie en salle. Idem pour celui de Scorsese. Prenons un film indépendant qui a coûté 20 millions de dollars. Netflix en offre 25, alors que sa sortie en salle nécessiterait entre 15 à 20 millions de dollars aux Etats-Unis. Il faudrait donc 40 millions de dollars de recettes en salle pour le rentabiliser, alors qu’avec les 25 millions de Netflix, le producteur gagne sa vie sans prendre de risques. Le cinéma indépendant américain s’est beaucoup amoindri faute de combattants et de clients. Aux Etats-Unis, les blockbusters se portent de mieux en mieux, alors que les films indépendants et les films étrangers ont quasiment disparu."

Mais, heureusement, il y a toujours un appétit pour le cinéma d'ailleurs. Les 12000 (et plus) de professionnels venus du monde entier, inscrits au Marché international du film, leader mondial qui fête ses 60 ans cette année, ne s'installent pas une semaine sur la Croisette pour bronzer. Dès la mi-avril, les agents, vendeurs et producteurs préparent leurs annonces. Cannes reste un gage de curiosité et d'éclectisme qui peut satisfaire tout le monde. Ni le marché de Berlin, ni celui de Sundance n'arrivent à son niveau. Une preuve supplémentaire.

[Dossier] Cannes, centre du monde cinématographique ? — Anne-Laure Brénéol et Lionel Ithurralde de Malavida Films

Si les films de Netflix n'ont pas accès aux sélections cannoises (les exploitants français s'attachant à la chronologie des médias, la diffusion en salle et finalement à l'exception culturelle française), les acheteurs de Netflix seront bien présents pour opérer une razzia sur certains films présentés au Palais des festivals, à la Quinzaine ou à la Semaine.

Non, le seul problème c'est bien ce ressenti que les films cannois ne sont pas populaires. Ils gagnent des prix dans leurs pays par la suite, vont parfois aux Oscars (mais ce n'est pas le bon critère pour juger d'un Festival). Mais séduisent-ils le public? On affirme que oui. Le Grand bain a été un succès. On oublie que E.T. a été un film de clôture. On oublie surtout qu'il y a un effet Palme d'or. Outre les gros hits (Apocalypse Now, Un homme et une femme, la dolce vita, Pulp Fiction, ...), combien de films auraient obtenu leur score final sans une Palme? Impossible d'imaginer que La vie d'Adèle ou Entre les murs dépassent le million de spectateurs (et soient si bien exportés), que La leçon de Piano soit au-dessus des 2 millions d'entrées, qu'un film thaïlandais comme Oncle Boonmee intrigue 130000 Français, qu'Une affaire de famille ou Amour finissent aux alentours de 800000 tickets vendus. Jamais ces films n'auraient eu de tels scores sans la Palme. Et allons même sans Palme, Mummy ou 120 battements par minute n'auraient jamais pu élargir leur public comme ils l'ont fait.

Alors, oui, il n'y a pas que Cannes. le cinéma tourne autour de quelques rendez-vous majeurs - Sundance, Cannes, le trio de la rentrée Telluride-Venise-Toronto, - et quelques marchés - Berlin, Cannes, Toronto, Busan, l'AFI de Los Angeles. Mais en étant situé au printemps, la montée des marches donne le coup de sifflet à l'année du cinéma "art et essai" (mais pas seulement, puisque les studios s'en servent aussi pour le lancement de grosses productions).

Il ne s'agit pas de concurrencer Marvel ou la soft power asiatique. Il ne s'agit pas de refléter tout le cinéma romanesque et populaire indien, turc ou nigérien. Le Festival a une autre mission. Cannes devient une forteresse, pour le moment, chargée de protéger un cinéma hétérogène réalisé par des artistes qui croient encore qu'on peut raconter des histoires autrement: ni binaires, ni formatées, ni infantilisantes.

En cela, dans ce domaine, le Festival de Cannes reste incontournable, essentiel et même vital.

Sundance 2018: des films très politiques au palmarès

Posté par vincy, le 28 janvier 2018

The Miseducation of Cameron Post

Le Festival de Sundance 2018 s'est achevé cette nuit dans la station de ski de l'Utah. Le palmarès n'a favorisé aucun film particulièrement, hormis Search qui repart avec trois prix hors jury.

The Miseducation of Cameron Post de Desiree Akhavan, adapté du roman de Emily M. Danforth (inédit en France), a logiquement emporté le Grand prix du jury après avoir fait le buzz tout au long du festival. Ce film sur les thérapies de conversion d'adolescents chrétiens, avec Chloë Grace Moretz et Jennifer Ehle, est le deuxième de la réalisatrice, qui, dans son premier long, Appropriate Behavior confrontait déjà l'identité sexuelle dans un milieu social hostile.

Le public a préféré Burden d'Andrew Heckler comme film américain, avec Garrett Hedlund, Andrea Riseborough et Forest Whitaker. L'histoire est celle d'un membre du Ku Klux Klan qui va changer d'opinions en tombant amoureux d'une mère célibataire et en se laissant convaincre par un prêtre afro-américain.

Le Grand prix du jury pour un documentaire suit un Prix Nobel qui part en croisade contre l'esclavage dans son Inde natale (Kailash de Derek Doneen). Le public a choisi The Sentence de Rudy Valdez, sur une mère qui doit purger une peine de 15 ans de prison.

Côté international, Butterflies, un drame familial turc de Tolga Karaçelik, a reçu le Grand Prix tandis que le public a opté pour The Guilty, un polar sur une femme kidnappée. Le Grand prix du documentaire a été décerné à Of Fathers and Sons du syrien exilé Talal Derki, qui fait le portrait durant deux ans d'enfants grandissant dans une famille islamiste. Le public a distingué un autre film sur la Syrie, This Is Home : A Refugee Story de Alexandra Shiva, qui retrace le parcours de quatre familles syriennes cherchant à rejoindre les Etats-Unis.

Compétition US - fiction
Grand Prix du jury: The Miseducation of Cameron Post
Prix du public: Burden
Réalisation: Sara Colangelo pour The Kindergarten Teacher
Scénario: Christina Choe pour Nancy
Prix spécial du jury pour un premier film: Reinaldo Marcus Green pour Monsters and Men
Prix spécial du jury pour la mise en scène (excellence): I Think We’re Alone Now
Prix spécial du jury pour l'interprétation: Benjamin Dickey pour Blaze

Compétition US - documentaire
Grand Prix du jury: Kailash
Prix du public: The Sentence
Réalisation: Alexandria Bombach pour On Her Shoulders
Prix spécial du jury pour l'impact social: Crime + Punishment
Prix spécial du jury pour la vision créative: Hale County This Morning, This Evening
Prix spécial du jury pour la mise en scène (révélation): Minding the Gap
Prix spécial du jury pour la narration: Three Identical Strangers

Compétition internationale - fiction
Grand Prix du jury: Butterflies
Prix du public: The Guilty
Réalisation: Isold Uggadóttir pour And Breathe Normally
Prix spécial du jury pour l'interprétation: Valeria Bertucecelli pour The Queen of Fear
Prix spécial du jury pour le scénario: Julio Chavezmontes & Sebastián Hofmann pour Time Share
Prix spécial du jury pour l'ensemble du casting: Dead Pigs

Compétition internationale - documentaire
Grand Prix du jury: Of Fathers and Sons
Prix du public: This Is Home
Réalisation: Sandi Tan pour Shirkers
Prix spécial du jury: Steven Loveridge pour Matangi/Maya/M.I.A.
Prix spécial du jury pour l'image: Maxim Arbugaev et Peter Indergand pour Genesis 2.0
Prix spécial du jury pour le montage: Maxim Pozdorovkin et Matvey Kulakov pour Our New President

Autres prix
Prix du public NEXT: Search
Prix de l'innovation NEXT: Night Comes On et We the Animals
Prix de la fiction Alfred P. Sloan: Search
Prix NHK Sundance Institute: Remi Weekes pour His House
Prix des producteurs Amazon Studios / Sundance Institute: Katy Chevingy et Marilyn Ness pour Dark Money et Sev Ohanian pour Search
Prix Netflix Frontières ouvertes: Talal Derki pour Of Fathers and Sons et Chaitanya Tamhane, Tatiana Huezo pour Night on Fire

Sundance 2017: un palmarès sans favoris réels

Posté par vincy, le 29 janvier 2017

Le Festival de Sundance a livré son palmarès annuel. Dans chacune des quatre catégories, le Grand prix du jury est différent du prix du public, ce qui ne permet pas, contrairement aux récentes éditions, de distinguer de favoris. Lors de la cérémonie où Donald Trump et ses décisions étaient omniprésentes dans les esprits et les discours, le festival de Sundance a laissé la part belle aux femmes et aux minorités.

Le premier film de l'acteur Macon Blair (Blue Ruin, Green Room, Gold), I don’t feel at home in this world anymore, a remporté le prestigieux et convoité Grand prix du jury en fiction américaine. Le thriller roller coaster et saignant avec Melanie Lynskey en femme dépressive qui veut se venger de ses cambrioleurs a conquis le jury. Mais le public a préféré le film de Matt Ruskin (producteur de Infiltrator), Crown Heights, inspiré de l'histoire vraie de Colin Warner, qui s'est battu contre la Justice durant 20 ans alors qu'il a été injustement condamné à mort.

Côté fiction internationale, le jury a opté pour The Nile Hilton Incident, un polar égyptien de Tarik Saleh (Metropia), entre film noir et drame social, qui se déroule juste avant la révolution de 2011. Le public a choisi I Dream in Another Language, quatrième long du mexicain Ernesto Contreras (Paupières bleues avait été présenté à la Semaine de la critique à Cannes en 2007). Dans ce thriller onirique, un linguiste part à la recherche d'une langue disparue.

Par ailleurs, des films en compétition et hors compétition ont fait l'événement, et on en parlera certainement dans les autres grands festivals, à l'instar de The Big Sick de Kumail Nanjiani, Call Me By Your Name de Timothee Chalamet, Novitiate de Margaret Qualley, primée comme nouveau talent dans la réalisation, Roxanne Roxanne de Michael Larnell, récompensé pour son actrice Chanté Adams en tant qu'espoir, Brigsby Bear, de Kevin Costello et Kyle Mooney, et avec Claire Danes, Mark Hamill, et Greg Kinnear, Thoroughbred de Cory Finley, Ingrid Goes West de Matt Spicer (prix du scénario) ou encore To the Bone de Alex Sharp.

Compétition fiction américaine
Grand Prix du Jury: I don’t feel at home in this world anymore
Prix du public: Crown Heights
Prix de la mise en scène: Eliza Hittman pour Beach Rats
Prix du scénario: Matt Spicer and David Branson Smith pour Ingrid Goes West
Prix spécial du jury de révélation: Chanté Adams pour Roxanne Roxanne
Prix spécial du jury du nouveau talent (réalisation d'un premier film): Maggie Betts pour Novitiate
Prix spécial du jury pour l'image: Daniel Landin pour Yellow Birds

Compétition documentaire américain
Grand Prix du Jury: Dina
Prix du public: Chasing Coral
Prix de la mise en scène: Peter Nicks pour The Force
Prix Orwell: Icarus
Prix spécial du jury pour le montage: Kim Roberts et Emiliano Battista pour Unrest
Prix spécial du jury pour la narration: Yance Ford pour Strong Island
Prix spécial du jury pour la réalisation inspirée: Amanda Lipitz pour Step

Compétition fiction internationale
Grand Prix du Jury: The Nile Hilton Incident
Prix du public: I Dream in Another Language
Prix de la mise en scène: Francis Lee pour God’s Own Country
Prix du scénario: Kirsten Tan pour Pop Aye
Prix spécial du jury pour ses visions cinétiques: Jun Geng pour Free and Easy
Prix spécial du jury pour l'image: Manu Dacosse pour Axolotl Overkill

Compétition documentaire internationale
Grand Prix du Jury: Last Men in Aleppo
Prix du public: Joshua: Teenager vs. Superpower
Prix de la mise en scène: Pascale Lamche pour Winnie
Prix spécial du jury pour la narration pleine de maîtrise: Catherine Bainbridge et Alfonso Maiorana pour Rumble: The Indians Who Rocked the World
Prix spécial du jury pour le montage: Ramona S. Diaz pour Motherland
Prix spécial du jury pour l'image: Rodrigo Trejo Villanueva pour Machines

Autres prix
Next Audience Award: Gook
Prix Alfred P. Sloan Feature Film: Marjorie Prime

Sundance 2017: une cyberattaque, une panne d’électricité et des gros contrats

Posté par vincy, le 23 janvier 2017

La billetterie du Festival de Sundance a connu une sacrée mésaventure: une cyberattaque qui a empêché le service de vente de tickets de fonctionner  samedi 21 janvier. Les séances prévues ont quand même été assurées.
La cyberattaque a eu lieu juste après le début de la marche des Femmes qui était organisée dans le monde entier, y compris à Park City où se déroule le festival. La coupure a duré moins d'une heure. Pour l'instant, on ne connaît pas l'origine de cette attaque...

Dimanche 22 janvier, c'est une panne d'électricité qui a conduit à l'annulation de trois projections au Redstone Theater (Mars Generation, Dolores, Landline). Les films ont été reprogrammés

Malgré ces avaries, cela n'a pas freiné l'activité du business. Le marché se porte bien.

Ainsi, Amazon Studios aurait signé les droits de distribution pour les Etats-Unis, le Royaume Uni, la France et l'Allemagne de The Big Sick pour la somme astronomique de 12M$. Depuis le début du festival, jeudi, c'est le plus gros deal enregistré. Amazon l'a emporté sur Sony Pictures Worldwide Acquisitions et Fox Searchlight. C'est un record pour le studio puisque l'an dernier, il n'avait déboursé "que" 10M$ pour obtenir les droits nord-américains de Manchester by the Sea. Ce film réalisé par Michael Showalter, avec Kumail Nanjiani, Zoe Kazan, Holly Hunter, Ray Romano et Anupam Kher, est produit par Judd Apatow. Emily V. Gordon et Kumail Nanjiani ont écrit cette histoire d'amour "hilarante et larmoyante" à partir de leur propre romance. Le comique né au Pakistan est tombé amoureux d'une étudiante mais les deux doivent affronter un problème de taille: leurs différences culturelles.

Son concurrent Netflix s'est associé avec Momentum Pictures pour les droits de Fun Mom Dinner. 5M$ pour cette comédie qui sera distribué en salles aux USA par Momentum et en SVOD sur une grande partie de la planète via la plateforme Netflix. Ce premier film de Alethea Jones, écrit par Julie Rudd, réunit Katie Aselton, Toni Collette, Bridget Everett, Molly Shannon, Adam Scott et Adam Levine. L'histoire est celle de quatre femmes dont les enfants sont dans la même classe de maternelle. Elle organisent un dîner en elles et s'aperçoivent qu'elles ont bien plus en commun que le mariage et la maternité.

Netflix a aussi signé un montant à sept chiffres, en équipe avec Vertical Entertainment, pour pouvoir diffuser en svod Berlin Syndrome, thriller psychologique de Cate Shortland). C'est apparemment la tendance: les droits en streaming sont négociés avec les droits de distribution au cinéma.

Toujours du côté de Netflix, le diffuseur a acquis les droits mondiaux du documentaire environnement Chasing Coral, qui, on s'en doute, concerne la destruction des barrières de corail à cause du réchauffement climatique. Le film est en compétition à Sundance. Alors que la nouvelle administration de Donal Trump, composée de climato-sceptiques, fait craindre un retour en arrière dans la lutte contre le réchauffement climatique, le film de Jeff Orlowski a intéressé de nombreux distributeurs. Netflix, avec sa force de frappe mondiale et son portefeuille épais, a fait la différence. L'environnement est un des grands thèmes du festival de Sundance cette année, avec notamment la première mondiale de An Inconvenient Sequel, suite du documentaire d'Al Gore, An Inconvenient Truth, Oscar en 2006.

Les documentaires ont d'ailleurs la côte puisque The Orchard et CNN ont acquis les droits nord-américains et télévisuels de Trophy, réalisé par Shaul Schwarz et Christina Clusiaupour 2M$. Trophy, autre film activiste, explore les relations entre l'industrie de la chasse et la sauvegarde de la faune, notamment les lions, les éléphants et les rhinocéros. Il est en compétition au festival.

Enfin, last but not least, Amazon a aussi signé un gros chèque de 6M$ pour le documentaire de 4 heures sur le groupe The Grateful Dead , réalisé par Amir Bar-Lev et produit parr Martin Scorsese. Il sera notamment diffusé sur Amazon Prime, en six épisodes. Une sortie cinéma est prévue également.

Edito: Chaleur humaine

Posté par redaction, le 19 janvier 2017

OMG! Il fait (très) froid. Et on ose nous parler de record de chaleur sur la planète en 2016! En même temps, du grand froid en hiver, c'est assez normal. Toujours est-il que pour se réchauffer, rien ne vaut une bonne salle de cinéma. Un multiplexe en Bosnie à Zenica a proposé des séances gratuites, avec le soutien de quatre distributeurs locaux. Les spectateurs de cette ville qui a subit une coupure d'électricité massive avaient le droit de découvrir des films européens, en plus de boire un thé chaud.  Dans un premier temps, cette opération était réservée à l'une des salles du complexe, du lundi au vendredi, lors des trois séances de matinée et d'après midi. Elle fut ensuite prolongée d'une semaine, avec des films européens à redécouvrir.

Et même si on paye les séances, le cinéma permet de s'évader au soleil, tout en se réchauffant au contact des autres: celui de la Floride dans Live by Night, celui de la campagne française d'Un sac de billes, celui de Marseille dans Corniche Kennedy, celui du Chili dans Neruda, celui du Texas dans Nocturnal Animals... Aucune vitamine D assurée. Mais au moins la température monte de quelques degrés.

En ce début d'année, où les films endeuillés se ramassent à la pelle (Manchester by the Sea, Dalida, Fleur de Tonnerre, Jackie à venir), on attend avec impatience le lumineux, coloré et romantique La La Land. Car, du fabuleux Moonlight à l'aventureux Premier contact, de Lion à 20th Century Women, en passant par les sus nommés Manchester by the Sea, Jackie et La La Land, le cinéma américain indépendant s'avère en pleine forme, et bien plus singulier, intéressant et passionnant que la plupart des productions à Oscars des studios. Le temple du cinéma indépendant c'est Sundance, qui, justement, se lance aujourd'hui,  la veille de l'investiture de Donald Trump. Un Festival qui sera par conséquent, sous le signe de la résistance. Et nul ne doute que le 7e art échauffera les voix et fera monter le désir...

Pas besoin de chauffage ou de soleil, avec tous ces films, l'hiver est réconfortant. La machine à rêves fonctionne à plein régime, sans mettre en péril les ressources énergétiques. Avec de si belles histoires, tragiques ou enchanteresses, aller au cinéma c'est comme s'installer devant une cheminée, avec son plaid et un bon livre, pendant que, dehors, le froid polaire règne.

The Birth of a Nation, Sand Storm, Swiss Army Man et Belgica brillent à Sundance

Posté par vincy, le 31 janvier 2016

Sundance aura connu cette année une belle édition du côté du marché. Mais pour une fois, ce ne sont pas les studios qui ont sorti le carnet de chèque. Amazon et Netflix se sont livrés une sacrée bataille pour acquérir des films que l'on verra à Berlin et à Cannes.

The Birth of a Nation réalise le doublé Grand prix du jury - Prix du public. Le biopic sur Nat Turner, chef de file d'une rébellion d'esclaves, écrit, réalisé et interprété par Nate Parker a donc emporté tous les suffrages. Si les Oscars sont trop blancs, Sundance a fait vibrer la black power (Roger Ross Williams, pa reçu le prix de la meilleur réalisation dans catégorie documentaire américain pour Life, Animated). Au casting du film de Nate Parker, on retrouve également Armie Hammer, Penelope Ann Miller et Gabrielle Union. Le film doit avoir un sacré potentiel puisque Fox Searchlight a déboursé 17,5 millions de $ pour en acquérir les droits de distribution. Un record pour le Festival. Assurément la sensation de Sundance.

C'est aussi la quatrième fois consécutive que le Grand prix du jury gagne simultanément le prix du public après Fruitvale Station, Whiplash et Me and Earl and the Dying Girl.

Toujours dans la section fiction américaine, Swiss Army Man, de Dan Kwan et Daniel Scheinert, a été récompensé pour sa réalisation. Cette comédie un peu barrée, avec Mary Elizabeth Winstead, Paul Dano et Daniel Radcliffe , est devenu dès sa première projection un des chouchous de la station de ski. A24 assurera sa distribution en Amérique du nord.

Autre film récompensé et qui sera distribué par A24, la comédie dramatique sur le choc des cultures (un afro-américain envoyé en Allemagne) Morris From America qui reçoit deux prix (scénario, acteur).

Pour le cinéma international, le jury a élu le film israélien Sand Storm (Sufat Chol), qui sera présenté au prochain Festival de Berlin. Il s'agit du premier long métrage de fiction d'Elite Ziker, qui raconte les destins divergents de deux femmes bédouines. Le prix du public a couronné le film colombien de Manolo Cruz et Carlos del Castillo, Between Sea and Land, un drame à propos d'une mère et de son fils atteint d'une dystrophie musculaire. Les deux comédiens ont également reçu un prix d'interprétation.

Après sa nomination aux Oscars pour Alabama Monroe, le belge Felix van Groeningen remporte le prix de la meilleure réalisation pour son nouveau film Belgica qui sort le 2 mars en France et en Belgique.

Notons enfin que le documentaire de l'iranienne Rokhsareh Ghaemmaghami, Sonita, réalise aussi un doublé Grand prix du jury-Prix du public pour son portrait d'une rapeuse iranienne. Pour les docus américains, le jury a préféré Weiner de Josh Kriegman et Elyse Steinberg, portrait d'un politicien américain tombé dans la disgrâce. Le public a de son côté choisi Jim: The James Foley Story de Brian Oakes, qui retrace la vie du photoggaphe de guerre tué par Daesch en 2014.

Notons parmi les autres prix, le prix Albert P. Sloan qu'a reçu par L'étreinte du serpent, primé à Cannes et nommé à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère. ce prix récompense un film où la science (au sens large) est au coeur du récit. Le Prix Next a été décerné à une romance lesbienne entre deux lycéennes californiennes, First Girl I Loved. Enfin, le prix d' l'Institut Sundance, le NHK Award, a été remis au japonais Atsuko Hirayanagi pour Oh Lucy!. L'Institut a également primé des projets en développement de réalisateurs cubain, indien, italien et marocain (le nouveau film d'Abedellah Taia, Le trésor).

Compétition des films américains
Grand Prix du jury: The Birth of a Nation
Prix du public: The Birth of a Nation
Meilleure réalisation: Daniel Scheinart et Daniel Kwan, Swiss Army Man
Prix Waldo Salt du scénario: Chad Hartigan, Morris From America
Prix spécial du Jury: Miles Joris-Peyrafitte, As You Are
Prix spécial du Jury de la meilleure révélation: Joe Seo, Spa Night
Prix spécial du jury pour l'interprétation masculine: Markees Christmas, Morris From America
Prix spécial du jury pour l'interprétation féminine: Melanie Lynskey, The Intervention

Compétition des documentaires américains
Grand Prix du jury: Weiner
Prix du public: Jim: The James Foley Story
Meilleure réalisation: Roger Ross Williams, Life, Animated
Prix spécial du Jury pour le montage: Penny Lane and Thom Stylinski, NUTS!
Prix spécial du Jury pour l'impact social: Dawn Porter, Trapped
Prix spécial du Jury pour l'écriture: Robert Greene, Kate Plays Christine
Prix spécial du Jury pour la vérité du propos: Keith Fulton and Lou Pepe, The Bad Kids

Compétition des films internationaux
Grand Prix du jury: Sand Storm
Prix du public: Between Sea and Land
Meilleure réalisation: Felix van Groeningen, Belgica
Meilleur scénario: Ana Katz and Ines Bortagaray, Mi amiga del parque
Prix spécial du jury pour l'interprétation: Vicky Hernandez et Manolo Cruz, Between Sea and Land
Prix spécial du jury pour la direction artistique: Agnieszka Smoczynska, The Lure

Compétition des documentaires internationaux
Grand Prix du jury: Sonita
Prix du public: Sonita
Meilleure réalisation: Michal Marczak, All These Sleepless Nights
Prix spécial du Jury pour le montage: Mako Kamitsuna and John Maringouin, We Are X
Prix spécial du Jury pour l'image: Pieter-Jan De Pue, The Land of the Enlightened
Prix spécial du Jury pour le meilleur premier film: Heidi Brandenburg and Mathew Orzel, When Two Worlds Collide

Autres prix
Next Audience Award: First Girl I Loved
Prix Alfred P. Sloan: L'étreinte du serpent

Le documentariste Albert Maysles pose sa caméra (1926-2015)

Posté par vincy, le 7 mars 2015

Né le 26 novembre 1926, le documentariste Albert Maysles s'est éteint le 5 mars à l'âge de 88 ans. Psychologue de formation et de métier, il est l'auteur d'une trentaine de documentaires et à l'origine d'un style, le "cinéma direct". A 29 ans, il s'en va en vacances en Union soviétique, en pleine Guerre froide, et filme les hôpitaux psychiatriques du pays grâce à une caméra de la chaîne CBS. Ce sera son premier film, Psychiatrie en Russie (Psychiatry in Russia). Deux ans plus tard, c'est la jeunesse polonaise qui l'intéressera.

Avec Richard Leacock et D.A. Pennbaker, ils réalisent Primary en 1960, considéré comme le premier film de cinéma direct: ils sont munis de caméras mobiles et filment le débat entre deux candidats démocrates lors des primaires de leur parti, dont le futur vainqueur de l'élection présidentielle, John F. Kennedy. Pas de point de vue, pas de commentaires, pas de préjugés, pas même un angle éditorial ou une interview. La prise de "vie" directe.

Suivent d'autres films, des courts métrages documentaires (sur Marlon Brando, Orson Welles, Truman Capote) ou des docus pour la télévision. Entre ces nombreuses réalisations, avec son frère, on remarque quelques longs métrages comme Showman (avec Sophia Loren) en 1963, Salesman en 1968, sur des vendeurs de bibles dans une Amérique pauvre et à l'écart de l'American Dream, et Gimme Shelter en 1970, où il suit les Rolling Stones en tournée (il avait filmé Les Beatles pour la TV six ans plus tôt), révélant un groupe qui ne comprend pas sa notoriété et qui va devoir affronter la mort de spectateurs lors du concert au Festival d'Altamont. Sa caméra était toujours flottante, curieuse.

Grey Gardens en 1975 (sur deux cousines excentriques et vivant recluses de Jacqueline Kennedy Onassis), Running Fence en 1977 (sur une installation de Christo et Jeanne-Claude) puis des films sur Vladimir Horowitz, Jessie Norman, Christo, suivront. Outre la musique et l'art contemporain (Jeff Koons ou la décoratrice Iris Apfel), la boxe le passionne. Il fut le chef op du documentaire When We Were Kings, oscarisé en 1997.

Il fut nominé aux Oscars (Christo's Valley Curtain en 1974), aux Directors Guild of American Awards (Soldiers of Music en 1991), aux Independent Spirit Awards (LaLee's Kin: The Legacy of Cotton en 2001), et surtout à Sundance où il remporta même quelques prix: la meilleure image dans la catégorie documentaire pour Christo in Paris (1990) et LaLee's Kin: The Legacy of Cotton (2001).

« Me and Earl and the Dying Girl » fait l’unanimité à Sundance

Posté par vincy, le 1 février 2015

me earl and the dying girl
Me and Earl and the Dying Girl d'Alfonso Gomez-Rejon a remporté tous les suffrages avec le Grand prix du jury et le Prix du public au Festival de Sundance 2015, dont le palmarès était révélé samedi.

La comédie dramatique, qui raconte l'histoire d'une amitié insolite entre un adolescent, Greg, assez associal, son seul ami Earl avec qui il partage ses rêves de cinéaste etune camarade de classe atteinte de leucémie, a ému tous les festivaliers. Le film est l'adaptation du livre de Jesse Andrews (Journal d'un loser en français), avec Thomas Mann (Projet X), Olivia Cooke (la série Bates Motel), RJ Cyler (premier film) et Jon Bernthal (Fury) dans les rôles principaux. Il a d'ailleurs été l'un des plus gros contrats de distribution lors du Festival et a finalement été acquis par Fox Searchlight.

C'est la troisième année consécutive qu'un film obtient les deux prix, après Fruitvale Station en 2013 et Whiplash en 2014. Le millésime 2015, de l'avis des critiques, était de haute tenue avec de nombreux films de qualité et surtout une variété de style rarement autant appréciée à ce Festival (ce qui explique sans doute le saupoudrage du palmarès). Et beaucoup de sexe, sous toutes ses formes.

Côté films étrangers, le Grand prix a été décerné à Slow West de l'écossais John Maclean (premier long métrage), avec Michael Fassbender en star et Kodi Smit-McPhee dans le rôle d'un jeune adolescent qui traverse une Amérique du XIXe siècle en quête de la femme qu'il aime. Le prix du public a distingué Umrika, le film du réalisateur Prashant Nair retraçant l'itinéraire d'un jeune paysan indien qui cherche à aller dans la métropole de Mumbai (Bombay) pour retrouver son frère. L'occasion de revoir Suraj Sharma, héros de L'Odyssée de Pi, dans le rôle principal.

Compétition US (fiction)

Grand prix du jury: Me and Earl and the Dying Girl

Prix du public: Me and Earl and the Dying Girl

Réalisation: Robert Eggers (The Witch)

Scénario: Tim Talbott (The Stanford Prison Experiment)

Image: Brandon Trost (The Diary of a Teenage Girl)

Montage: Lee Haughen (Dope)

Prix spécial du jury: for Collaborative Vision: Jacqueline Kim et Jennifer Phang (Advantageous)

Compétition US (documentaire)

Grand prix du jury: The Wolfpack

Prix du public: Meru

Réalisation: Matthew Heineman (Cartel Land)

Prix spécial pour l'impact social: 3 1/2 Minutes

Prix spécial pour l'authenticité: Western

Prix spcial de la meilleure première oeuvre: (T)error

Image: Matthew Heineman et Matt Porwoll, (Cartel Land)

Compétition internationale (fiction)

Grand prix du jury: Slow West

Prix du public: Umrika

Réalisation: Alante Kavaite (The Summer of Sangaile)

Image: Germain McMicking (Partisan)

Interprétation: Jack Reynor (Glassland) ; Regina Case et Camila Mardila (The Second Mother)

Compétition internationale (documentaire)

Grand prix du jury: The Russian Woodpecker

Prix du public: Dark Horse

Réalisation: Kim Longinotto (Dreamcatcher)

Prix spécial pour un accès inégalé: The Chinese Mayor

Prix spécial du jury pour l'impact: Pervert Park

Montage: Jim Scott (How to Change the World)

Autres prix

Prix du public de la sélection Next: James White

Prix Alfred P. Sloan Feature du meilleur film: The Stanford Prison Experiment

Charlie Hebdo: Robert Redford défend la liberté d’expression à Sundance

Posté par vincy, le 23 janvier 2015

Lors de l'ouverture du festival du film indépendant de Sundance hier soir, son créateur, l'acteur et réalisateur Robert Redford a réagit à l'attentat contre Charlie Hebdo en axant son discours sur la liberté d'expression. Pour lui, l'attentat du 7 janvier, "un événement triste, choquant" est un "signal d'alarme" pour la liberté d'expression."Très clairement, je pense qu'il y a une attaque à la liberté d'expression dans plusieurs endroits, ce n'est pas l'exclusivité de Paris" a-t-il déclaré.

"Nous croyons en la diversité, la liberté d'expression est fondamentale pour nous. Vous allez voir ici beaucoup de films qui vont contrarier d'autres gens, mais ça n'est pas grave, c'est ça la diversité", a-t-il ajoté.

Sundance présente plus de 200 films cette année, dont A Walk in the Woods de Ken Kwapis, avec Redford lui-même.. Le Festival a ouvert avec What happened, miss Simone?, documentaire sur la légende du jazz Nina Simone, et How to change the world sur la naissance de l'association internationale de protection de l'environnement Greenpeace. Plusieurs films mettent en scène des vedettes hollywoodiennes ou internationales, parmi lesquelles Guy Pearce, Chiwetel Ejiofor, Chris Pine, Vincent Cassel (dans Partisan de Ariel Kleiman), Nicole Kidman, Kevin Bacon, Keanu Reeves, Emma Thompson, Saoirse Roan, Orlando Bloom, Anna Kendrick, Sam Rockwell, Winona Ryder, Michael Fassbender, James Franco, Zachary Quinto, Emma Roberts, Ewan McGregor, Jennifer Lopez, Ryan Reynolds, Ethan Hawke, Jesse Eisenberg, Jonah Hill, Felicity Jones. Parmi les événements sont attendus les nouveaux films de Noah Baumbach, Paul Weitz, Rodrigo Garcia, Eli Roth... Bande de filles et Eden seront projetés dans la section Spotlight.

Le 1er Marais Film festival dévoile son programme

Posté par vincy, le 29 octobre 2014

Des focus (Bavo Defurne, Patricia Rozema, Dominique Cardona et Laurie Colbert, Amos Guttman), des documentaires, des courts métrages: le premier Marais Film festival affiche sa couleur "arc-en-ciel".

Le festival ouvrira le 11 novembre avec Something Must Break, film suédois sélectionné à Rotterdam et Tribeca.
La clôture se fera le 17 novembre avec le téléfilm The Normal Heart, diffusé au printemps sur HBO, avec un casting prestigieux au génériques - Mark Ruffalo, Matt Bomer et Julia Roberts. Le film est l'adaptation d'une pièce de théâtre qui retrace la montée en puissance du sida dans les années 80.

Entre ces deux films, le MFF projettera le film allemand À demi-mots, les films néerlandais Boys et Zomer, les films américains Kill Your Darlings (sélectionné à Sundance, avec Daniel Radcliff et Michael C. Hall) et Last Summer, le film suisse Le Cercle (Prix du public dans la section Panorama à Berlin cette année et Teddy Award du meilleur film documentaire) et le film italien Mezzanotte.

Côté bonus, on notera la projection de Lilies, le très beau film canadien de John Greyson, les soirées spéciales consacrées au film suédois Snö de Simon Kaijser et au film culte de Jacques Demy, Les demoiselles de Rochefort (suivie d'une soirée dans la boîte historique du Marais, Le Tango).

Plus hot, et interdit aux moins de 16 ans, la soirée du 16 novembre sera entièrement dédiée au Porn Film Fest de Berlin.

Le Festival a été créé par Thibaut Fougères et Michaël Martin, directeurs de l'éditeur et distributeur Outplay, et se positionne frontalement en concurrent du festival LGBT historique de Paris, Chéries-chéris (lire lire notre actualité du 25 septembre dernier). Le festival se déroulera intégralement au Nouveau Latina, en plein Marais.