3 raisons d’aller voir The Guilty

Posté par vincy, le 18 juillet 2018

The Guilty, thriller danois de Gustav Möller, est l'histoire d'une femme kidnappée qui contacte la police. Mais la ligne est coupée. Le policier qui a reçu l'appel ne peut compter que sur ses intuitions, son imagination et le téléphone: chaque son peut avoir son importance pour sauver son interlocutrice.

De multiples récompenses. Prix de la critique au Festival de Beaune, prix du public et de la jeunesse à Rotterdam, prix du public à Sundance, ce film danois a déjà fait parler beaucoup de lui depuis janvier. Et si c'était le polar "sleeper" de l'été, ce succès inattendu qui survient chaque année à la même période? Il y a en effet tous les ingrédients pour captiver l'audience en 85 minutes chrono. Le film peut d'ailleurs faire penser à l'excellent Buried de Rodrigo Cortes. Un huis-clos (unité d'espace) anxiogène et suffocant. Mais, en filmant en temps réel (unité de temps), le cinéaste s'offre une deuxième contrainte, qui rappelle Victoria de Sébastien Schipper. Deux formes de cinéma qui donnent à une histoire banale son aspect fascinant.

Palpitant. Pas besoin de beaucoup d'effets pour nous faire palpiter. On ne peut pas dire que The Guilty soit un film d'esbrouffe. Il a cette épure et cette austérité toute scandinave. C'est le scénario, jusqu'au dénouement, qui produit la meilleure énergie à ce film immersif qui stimule notre propre imagination. Nous sommes le flic. Nous cherchons aussi à savoir ce que nous avons entendu, compris, deviné. Non exempt de sueurs froides et de suspens, le polar a un autre atout majeur, techniquement: le travail sur le son est d'une précision millimétrée. Au passage, le cinéaste rappelle que le cinéma est un art de l'illusion fondé sur des techniques accentuant au moins deux sens: la vue et l'ouïe.

Hors-champ. C'est peut-être là ce qu'il faut retenir du film. Le spectateur interagit avec l'histoire parce que l'essentiel du récit se déroule hors-champ, c'est-à-dire dans ce qu'on ne nous montre pas. Ainsi quand la victime appelle, on sent bien la frénésie qu'il y autour d'elle. Pourtant, nous ne voyons que le visage propret du policier dans son centre d'appel. Au contraire du son qui est analysé, décrypté, décodé, l'image est laissée à notre imaginaire. Un peu comme lorsqu'on nous lit une histoire. Chaque bruit a son importance et nous projette un monde nouveau. C'est maîtrisé, tendu, efficace. Sous son apparence manipulatrice, The Guilty est surtout psychologique, voire mentale. Pour le spectateur.

8e Festival 2 Valenciennes: Wes Anderson, Eric Khoo, Andrew Haigh et « Pierre Lapin » au programme

Posté par vincy, le 16 mars 2018

Du 19 au 25 mars, le 8e Festival 2 Valenciennes va présenter plus de 40 longs métrages (documentaires et fictions) et de multiples hommages. 10000 spectateurs sont attendus. Huit jurys remettront un total de 13 prix.

La soirée d'ouverture le 19 mars sera consacrée à un hommage à Claude Lanzmann et lancera la compétition des documentaires. L'ouverture du programme fiction se déroulera le 21 mars, avec un hommage à Jean-Pierre Léaud. Les autres hommages seront dédiés au compositeur Gabriel Yared (22 mars), Mario Luraschi (23 mars) et Anny Duperey pour la clôture le 24 mars.

Cet éclectisme se retrouve dans les sélections et les jurys.

Côté documentaires, le jury est composé de Karim Didri, Sophie Duez, Andréa Ferréol, Fabienne Godet, Sagamore Stévenin et Nils Tavernier. Cinq films seront en compétition: Blue d'Alastair Fothergill et Keith Scholey, Bombshell, The Hedy Lamarr Story d'Anexandra Dean, Coby de Christian Sonderegger, Les enfants du hasard de Thierry Michel et Pascal Colson et Jerico de Catalina Mesa.

Côté fictions, Maurice Barthélemy, Agathe Bonitzer, Philippe Duquesne, Audrey Fleurot, Liane Foly et Philippe Le Guay auront à départager 8 films:

- Le dossier Mona Lina d'Eran Riklis - sortie le 4 juillet
- L'île aux chiens de Wes Anderson - sortie le 11 avril - Ours d'argent de la mise en scène à Berlin
- La mauvaise réputation d'Iram Haq - sortie le 14 juin - Prix du public aux Arcs
- Ramen d'Eric Khoo - sortie le 12 septembre - sélectionné à Berlin
- La révolution silencieuse de Lars Kraume - sortie le 2 mai
- La route sauvage d'Andrew Haigh - sortie le 25 avril - Quatre prix aux Arcs, dont la Flèche de cristal, et le prix Marcello Mastroianni à Venise
- Trois jours à Quiberon d'Emily Atef - sortie le 13 juin - en compétition à Berlin
- Une année polaire de Samuel Collardey - sortie le 30 mai - en compétition à Sundance

Comme des garçons de Julien Hallard sera le film de clôture tandis que l'excellent Pierre Lapin aura l'honneur d'une séance "Cinéma en famille" et que deux séances spéciales sont prévues: En mille morceaux de Véronique Mériadec et Journal d'une FIV de Raphaëlle Catteau.

Sundance 2018: des films très politiques au palmarès

Posté par vincy, le 28 janvier 2018

The Miseducation of Cameron Post

Le Festival de Sundance 2018 s'est achevé cette nuit dans la station de ski de l'Utah. Le palmarès n'a favorisé aucun film particulièrement, hormis Search qui repart avec trois prix hors jury.

The Miseducation of Cameron Post de Desiree Akhavan, adapté du roman de Emily M. Danforth (inédit en France), a logiquement emporté le Grand prix du jury après avoir fait le buzz tout au long du festival. Ce film sur les thérapies de conversion d'adolescents chrétiens, avec Chloë Grace Moretz et Jennifer Ehle, est le deuxième de la réalisatrice, qui, dans son premier long, Appropriate Behavior confrontait déjà l'identité sexuelle dans un milieu social hostile.

Le public a préféré Burden d'Andrew Heckler comme film américain, avec Garrett Hedlund, Andrea Riseborough et Forest Whitaker. L'histoire est celle d'un membre du Ku Klux Klan qui va changer d'opinions en tombant amoureux d'une mère célibataire et en se laissant convaincre par un prêtre afro-américain.

Le Grand prix du jury pour un documentaire suit un Prix Nobel qui part en croisade contre l'esclavage dans son Inde natale (Kailash de Derek Doneen). Le public a choisi The Sentence de Rudy Valdez, sur une mère qui doit purger une peine de 15 ans de prison.

Côté international, Butterflies, un drame familial turc de Tolga Karaçelik, a reçu le Grand Prix tandis que le public a opté pour The Guilty, un polar sur une femme kidnappée. Le Grand prix du documentaire a été décerné à Of Fathers and Sons du syrien exilé Talal Derki, qui fait le portrait durant deux ans d'enfants grandissant dans une famille islamiste. Le public a distingué un autre film sur la Syrie, This Is Home : A Refugee Story de Alexandra Shiva, qui retrace le parcours de quatre familles syriennes cherchant à rejoindre les Etats-Unis.

Compétition US - fiction
Grand Prix du jury: The Miseducation of Cameron Post
Prix du public: Burden
Réalisation: Sara Colangelo pour The Kindergarten Teacher
Scénario: Christina Choe pour Nancy
Prix spécial du jury pour un premier film: Reinaldo Marcus Green pour Monsters and Men
Prix spécial du jury pour la mise en scène (excellence): I Think We’re Alone Now
Prix spécial du jury pour l'interprétation: Benjamin Dickey pour Blaze

Compétition US - documentaire
Grand Prix du jury: Kailash
Prix du public: The Sentence
Réalisation: Alexandria Bombach pour On Her Shoulders
Prix spécial du jury pour l'impact social: Crime + Punishment
Prix spécial du jury pour la vision créative: Hale County This Morning, This Evening
Prix spécial du jury pour la mise en scène (révélation): Minding the Gap
Prix spécial du jury pour la narration: Three Identical Strangers

Compétition internationale - fiction
Grand Prix du jury: Butterflies
Prix du public: The Guilty
Réalisation: Isold Uggadóttir pour And Breathe Normally
Prix spécial du jury pour l'interprétation: Valeria Bertucecelli pour The Queen of Fear
Prix spécial du jury pour le scénario: Julio Chavezmontes & Sebastián Hofmann pour Time Share
Prix spécial du jury pour l'ensemble du casting: Dead Pigs

Compétition internationale - documentaire
Grand Prix du jury: Of Fathers and Sons
Prix du public: This Is Home
Réalisation: Sandi Tan pour Shirkers
Prix spécial du jury: Steven Loveridge pour Matangi/Maya/M.I.A.
Prix spécial du jury pour l'image: Maxim Arbugaev et Peter Indergand pour Genesis 2.0
Prix spécial du jury pour le montage: Maxim Pozdorovkin et Matvey Kulakov pour Our New President

Autres prix
Prix du public NEXT: Search
Prix de l'innovation NEXT: Night Comes On et We the Animals
Prix de la fiction Alfred P. Sloan: Search
Prix NHK Sundance Institute: Remi Weekes pour His House
Prix des producteurs Amazon Studios / Sundance Institute: Katy Chevingy et Marilyn Ness pour Dark Money et Sev Ohanian pour Search
Prix Netflix Frontières ouvertes: Talal Derki pour Of Fathers and Sons et Chaitanya Tamhane, Tatiana Huezo pour Night on Fire