steve jobs » Le Blog d'Ecran Noir

Leonardo DiCaprio dans la peau de Leonardo Da Vinci ?

Posté par vincy, le 12 février 2018

leonardo dicaprio

Leonardo DiCaprio, à défaut de tourner, continue de s'approprier des livres en vue d'adaptation, ou des scripts en vue d'être développés. Dernière en date, la biographie de Leonard de Vinci par Walter Isaacson. Paramount, qui avait gagné les enchères sur les droits de cet essai, a engagé John Logan (scénariste de The Aviator, avec DiCaprio,  Skyfall, Spectre, Gladiator et Hugo Cabret) pour écrire la version cinématographique.

Leonardo DiCaprio incarnerait le génie et artiste de la Renaissance. Il est d'ores et déjà producteur du film puisque sa société Appian Way a un deal avec Paramount.

Pour l'instant, la star n'a qu'un seul tournage en vue, celui du prochain film de Quentin Tarantino qui se tournera cet été. John Logan a prévu de rendre le scénario pour l'automne. Il est aussi annoncé dans trois autres films: The Black Hand, Killers of the Flower Moon et Roosevelt.

Rappelons pour l'anecdote que Leo s'appelle ainsi parce qu'il a frappé le ventre de sa mère la première fois quand celle-ci admirait une toile du maître dans un musée en Italie.

Parue l'an dernier aux Etats-Unis, la biographie de Walter Isaacson, toujours inédite en France, détaille évidemment le travail du peintre comme celui du savant, mais aussi sa passion pour le théâtre, son homosexualité, son hérésie religieuse, son végétarisme. Isaacson avait notamment écrit la biographie sur Steve Jobs qui a servi au scénario du film de Danny Boyle.

Mon film de l’année : Juste la fin du monde, magnifique huis-clos

Posté par wyzman, le 22 décembre 2016

Grand prix du Jury au dernier Festival de Cannes, Juste la fin du monde aurait pu être une adaptation quelconque de la pièce de Jean-Luc Lagarce. Mais c'était sans compter le talent de Xavier Dolan. Après l'encensé Mommy et avant l'américain The Death and Life of John F. Donovan, Juste la fin du monde se pose là, en oeuvre complexe de 95 minutes doté d'un casting de rêve. Eh oui, ce n'est pas tout le monde qui peut se permettre de faire jouer Nathalie Baye, Vincent Cassel, Gaspard Ulliel, Léa Seydoux et Marion Cotillard ensemble.

Mais au-delà de sa distribution, Juste la fin du monde demeure un film à mon sens brillant sur la complexité des rapports familiaux. Louis est le fils cadet, il rentre après des années d'absence pour annoncer sa mort à venir. De quoi va-t-il mourir ? Va-t-il réussir à le dire à ses proches ? Pourquoi est-il parti ? Avait-il besoin de revenir ? Tant de questions que le film pose et auxquelles les protagonistes tentent de répondre… parfois avec beaucoup de mal.

Pas aussi apprécié que Mommy, Juste la fin du monde condense tout ce que Xavier Dolan sait parfaitement mettre en scène. Des actrices remarquables, une bande originale pop et nostalgique, des choix de cadrage qui surprennent, des répliques prenantes et des personnages plus torturés les uns que les autres. Voilà sans doute pourquoi l'incommunicabilité se retrouve ici magnifiée. Xavier Dolan grandit, il prend des risques. Sur certaines scènes cela paye, avec d'autres pas vraiment. Mais il essaye, et cela efface tous les petits défauts que certains qualifieront de "paresse".

Rempli de cris et de douleur, Juste la fin du monde reflète parfaitement certaines bulles familiales. On aime ses proches mais on ne peut plus les voir. Et lorsqu'on les retrouve, on attend patiemment l'événement qui fera tout chavirer. Mélo familial certes, Juste la fin du monde est avant tout un très beau film qui irrite par les vérités qu'il balance à la figure.

Mes autres coups de cœur : Divines (pour ses deux actrices principales), Demolition (pour la remarquable performance de Jake Gyllenhaal), Spotlight (pour son intensité), Steve Jobs (pour son scénario absolument ahurissant) et La Saison des femmes (pour l'engagement de sa réalisatrice).

Edito: Les histoires vraies finissent mal en général

Posté par redaction, le 4 février 2016

Les biopics et les histoires inspirées de faits réels ont le vent en poupe. Steve Jobs et le clown Chocolat débarquent dans les salles cette semaine. L'an dernier ce fut American Sniper, Marguerite (certes très revisité), The Big Short, Joy, Les chevaliers blancs, Danish Girl, L'Affaire SK1, L'enquête, Spotlight, entre autres. Pour les acteurs, c'est un vecteur à prix: Dallas Buyers Club, Une merveilleuse histoire du temps, Lincoln, Harvey Milk, Le dernier roi d'Ecosse, Truman Capote, Ray, La dame de fer, La Môme, The Queen, côté Oscars, Yves Saint-Laurent, Intouchables, Gainsbourg vie héroïque, L'instinct de mort, Le scaphandre et le papillon, Séraphine côté Césars... Et ce n'est pas terminé: Free Love, Room, Sully, Trumbo, Genius, Racen Free State of Jones, Snowden, Truth, Florence Foster Jenkins, La danseuse, Neruda, parmi d'autres, sont programmés pour cette année. Et on vient de confirmer le casting pour un film sur Dalida. N'en jetez plus. Le cinéma aime les grands destins, les histoires "bigger than life". Peu importe le traitement, classique ou innovant, la biographie ou l'histoire vraie est un matériau qui séduit. Un grand personnage permet de vendre plus facilement un film. Une vie méconnue que l'on ressuscite entraîne la curiosité des médias (et l'intérêt des éditeurs).

On pourrait croire qu'il s'agit d'un manque de créativité. Que nenni. L'actualité ne manque pas de sujets. On a hâte de voir un film sur l'association Promouvoir et son combat d'arrière garde pour censurer des films comme Antichrist, La vie d'Adèle, Ken Park ou Bang Gang. On a hâte d'imaginer Firmine Richard sur une bicyclette jaune incarnant Christiane Taubira. On a hâte de s'émouvoir devant l'histoire de Jacqueline Sauvage, ou Vincent Lambert, et de savoir qui osera un film sur David Bowie. Les possibilités sont infinies. Une chose est certaine, on souhaite bon courage à celui qui voudra retracer la vie de Robert de Niro. Tout y est: le génie qui en fera une référence dans son métier, la gloire qui le conduira aux Oscars, les plus grands cinéastes, et la déchéance dans des films populaires indignes de son talent. Ce serait une belle parabole sur la manière dont Hollywood a évolué entre les années 70 et aujourd'hui, sur la façon dont on pactise avec le diable au nom des dollars du box office et sur les moyens pour un grand acteur de conserver son pouvoir de star. On aurait pu écrire la même chose sur un(e) homme/femme politique (au hasard Clinton). Mais c'est bien de l'industrie du cinéma qu'il s'agit. Les communicants, les agents, les avocats, les manipulations, les trahisons... Gangs de requins. Bobby, qui incarna le boxeur Jake La Motta dans un biopic fabuleux, se perd aujourd'hui dans des comédies du samedi soir, sans la fièvre.

Comme souvent, les histoires vraies finissent mal en général. De Niro, Chocolat, Steve Jobs et autre Dalida ne sont finalement que des tragédies modernes. Pas étonnant que le cinéma aime ça.

Golden Globes 2016 : Entre petites certitudes et grands espoirs !

Posté par wyzman, le 10 janvier 2016

C'est ce soir qu'auront lieu les 73ème Golden Globes. Organisée par la Hollywood Foreign Press Association, la cérémonie récompensera comme toujours les professionnels de l'audiovisuel et sera présentée par l'acteur et humoriste Ricky Gervais qui a accepté de reprendre du service pour la quatrième fois. En attendant le 28 février et les Oscars, les Golden Globes servent d'indicateur supplémentaire à la presse et aux spectateurs. Malgré des catégories très nombreuses, les vainqueurs sont parfois tout trouvés !

CINEMA

Meilleur film dramatique

Bien que Carol domine la cérémonie avec 5 nominations, les votants (qui sont des journalistes) pourraient lui préférer Spotlight puisque le film met en avant leurs confrères du Boston Globe. Ceci dit, The Revenant demeure dans les starting-blocks.

Meilleur film musical ou comédie

Si sa présence dans cette catégorie est source de critiques, Seul sur Mars fait clairement office de favori. A moins que le casting quatre étoiles de The Big Short ne crée la surprise !

Meilleur réalisateur

Tom McCarthy (Spotlight) est très apprécié, Mad Max : Fury Road de George Miller a mis tout le monde d'accord, mais ce Golden Globe reviendra très certainement à Ridley Scott dont le Seul sur Mars est sans faille.

Meilleur acteur dans un film dramatique

L'interprétation d'Eddie Redmayne dans The Danish Girl devait créer la surprise mais ce ne fût pas le cas. Et si Michael Fassbender est sensationnel dans Steve Jobs, ce prix ira à Leonardo DiCaprio. Pourquoi ? Parce que son jeu d'acteur dans The Revenant n'a jamais été aussi bon. Et aussi parce que les Oscars approchent à grands pas.

Meilleure actrice dans un film dramatique

Parce qu'elle porte complètement The Danish Girl, Alicia Vikander mériterait une récompense. Mais une double victoire de Cate Blanchett et Rooney Mara (Carol) est plus probable.

Meilleur acteur dans un film musical ou une comédie

Ce sera pour Matt Damon (Seul Sur Mars). D'autres questions ?

Meilleure actrice dans un film musical ou une comédie

Jennifer Lawrence ou Amy Schumer ? Joy ou Crazy Amy ? Telle est la question à laquelle on ne saurait répondre.

Meilleur acteur dans un second rôle

En endossant le rôle de mentor dans Creed, Sylvester Stallone pourrait créer la surprise. Seulement voilà, Paul Dano crevait vraiment l'écran dans Love & Mercy.

Meilleure actrice dans un second rôle

Alicia Vikander (Ex Machina), ce Golden Globe est pour toi.

Meilleur scénario

Aaron Sorkin a fait un excellent boulot sur Steve Jobs, Quentin Tarantino a déjà gagné dans cette catégorie il y a trois ans avec Django Unchained, alors soyons sympas et encourageons Tom McCarthy et Josh Singer pour Spotlight.

Meilleure chanson originale

Le choix se fera entre Brian Wilson ("One Kind of Love" - Love & Mercy) et Wiz Khalifa et Chartlie Puth ("See You Again" - Fast & Furious 7).

Meilleure musique de film

C'est Ennio Morricone qui a composé la musique des Huit salopards. Fin de la discussion.

Meilleur film en langue étrangère

Le Fils de Saul part avec beaucoup d'avance mais Mustang n'est pas loin pour autant. Suspense, suspense…

Meilleur film d'animation

Vice-Versa. Point.

TÉLÉVISION

Meilleure série dramatique

A cause de toutes les polémiques et les rebondissements, Game of Thrones a déjà été sacrée aux Emmy Awards. Du coup, Mr. Robot peut espérer s'en sortir haut la main.

Meilleure série musicale ou comique

Transparent va gagner.

Meilleure mini-série ou téléfilm

A cause de ses retombées politiques, American Crime plaît énormément. Ceci dit, Fargo a tout de la série dont la qualité n'est jamais trop vantée.

Meilleur acteur dans une série dramatique

Histoire de le récompenser une toute dernière fois pour Mad Men, Jon Hamm est en pôle position. Mais Rami Malek de Mr. Robot n'a pas dit son dernier mot.

Meilleure actrice dans une série dramatique

A force de tout faire tourner autour de Viola Davis (How to Get Away with Murder) et Taraji P. Henson (Empire), les votants pourraient bien saluer la performance de Caitriona Balfe dans Outlander. Rien n'est sûr.

Meilleur acteur dans une série musicale ou comique

Certes, nous adorons le jeu d'Aziz Ansari dans Master of None mais la performance de Jeffrey Tambor dans Transparent vaut tout l'or du monde.

Meilleure actrice dans une série musicale ou comique

Gina Rodriguez (Jane The Virgin), ce Golden Globe est (encore) pour toi.

Meilleur acteur dans une mini-série ou un téléfilm

Idris Elba, we want you and Luther.

Meilleure actrice dans une mini-série ou un téléfilm

Après tout le buzz suscité par son arrivée dans American Horror Story, il va sans dire que Lady Gaga devrait être récompensée.

Meilleur acteur dans un second dans une série, mini-série ou téléfilm

Le personnage incarné par Ben Mendelsohn dans Bloodline était excellent mais Tobias Menzies nous a vraiment filé des frissons dans Outlander. Voilà qui est dit.

Meilleure actrice dans un second rôle dans une série, une mini-série ou un téléfilm

Les votants aiment tellement The Affair qu'il ne serait pas étonnant que Maura Tierney soit récompensée.

Résultats ce soir dès 00h50 sur Ciné+ Premier.

Golden Globes 2016: Carol domine The Big Short, The Revenant et Steve Jobs

Posté par vincy, le 10 décembre 2015

On aurait pu le croire distancer depuis sa présentation au Festival de Cannes mais le film de Todd Haynes, Carol, qui sort le 6 janvier en France, est bel et bien un favori pour les Oscars cette année. Après sa belle razzia aux New York Critics Circle Awards, le film empoche 5 nominations aux Golden Globes, dont film, réalisateur, musique et deux nominations fratricides pour ses deux actrices.

Il devance ainsi The Revenant, qui pourrait valoir enfin un Oscar à DiCaprio, The Big Short (Le casse du siècle), la surprise de ces nominations tant il n'apparaissait sur aucuns radars, et Steve Jobs. Ces trois films obtiennent quatre nominations même si le biopic sur le fondateur d'Apple n'est pas retenu parmi les meilleurs films. 5 films décrochent trois nominations et parmi eux seuls Spotlight, Room et Seul sur Mars sont nommés en meilleur film. Mad Max réussit tout de même l'exploit d'avoir deux nominations dans les deux catégories reines: film et réalisateur.

Bien sûr il y a quelques surprises dans la liste des oubliés: Johnny Depp, les acteurs de Spotlight, Tom Hardy, Meryl Streep, pourtant chouchou des Golden Globes, Charlotte Rampling, Elizabeth Banks...

Bref, la compétition est très ouverte entre des favoris des critiques, des succès du box office respectés, et quelques nouveaux chouchous comme Trumbo, favori des Screen Actors Guild Awards. Notons également la double nomination d'Alicia Vikander (actrice et second rôle).
Pour finir, la catégorie du film en langue étrangère a choisit Mustang, Le nouveau testament, Le fils de Saul mais aussi El Club et un film nordique, The Fencer.

Meilleur film (drame): Carol ; Mad Max : Fury Road : The Revenant ; Room ; Spotlight
Meilleur film (comédie): The Big Short (Le casse du siècle) ; Joy ; Seul sur Mars ; Spy ; Trainwreck
Meilleur réalisateur: Todd Haynes (Carol) ; Alejandro G. Inarritu (The Revenant) ; Tom McCarthy (Spotlight) ; George Miller (Mad Max) ; Ridley Scott (Seul sur Mars)
Meilleur scénario: Room ; Spotlight ; The Big Short (Le casse du siècle) ; Steve Jobs ; The Hateful Eight
Meilleur acteur (drame): Bryan Cranston (Trumbo) ; Leonardo DiCaprio (The Revenant) ; Michael Fassbender (Steve Jobs) ; Eddie Redmayne (The Danish Girl) ; Will Smith (Concussion)
Meilleur acteur (comédie): Christian Bale (The Big Short) ; Steve Carell (The Big Short) ; Matt Damon (Seul sur Mars) ; Al Pacino (Danny Collins) ; Mark Ruffalo (Infinitely Polar Bear)
Meilleure actrice (drame): Cate Blanchett (Carol); Brie Larson (Room) ; Rooney Mara (Carol) ; Saoirse Ronan (Brooklyn) : Alicia Vikander (The Danish Girl)
Meilleure actrice (comédie): Jennifer Lawrence (Joy) ; Melissa McCarthy (Spy) ; Amy Schumer (Trainwreck) ; Maggie Smith (The Lady in the Van) ; Lily Tomlin (Grandma)
Meilleur second-rôle masculin: Paul Dano (Love & Mercy) ; Idris Elba (Beasts of No Nation) ; Mark Rylance (Le Pont des espions) ; Michael Shannon (99 Homes) ; Sylvester Stallone (Creed)
Meilleur second-rôle féminin: Jane Fonda (Youth) ; Jennifer Jason Leigh (The Hateful Eight) ; Helen Mirren (Trumbo) ; Alicia Vikander (Ex Machina) ; Kate Winslet (Steve Jobs)
Meilleur film d'animation: Anomalisa ; Le voyage d'Arlo ; Vice-Versa ; Snoopy et les Peanuts, le film ; Shaun le mouton
Meilleur film en langue étrangère: Le tout nouveau testament ; El Club ; The Fencer ;; Mustang ; Le fils de Saul
Meilleure musique originale: Ryuichy Sakamoto, Alva Noto (The Revenant) ; Ennio Morricone (The Hateful Eight) ; Daniel Pemberton (Steve Jobs) ; Carter Burwell (Carol) ; Alexandre Desplat (The Danish Girl)
Meilleure chanson: Love Me Like You Do (Cinquante nuances de Grey) ; One Kind of Love (Love & Mercy) ; See You Again (Fast & Furious 7) ; Simple Sound #3 (Youth) ; Writing’s On The Wall (Spectre)

Les Screen Actors Guild Awards révèlent leurs nominations (surprenantes)

Posté par vincy, le 9 décembre 2015

trumbo

Les Screen Acotors Guild Awards ont révélé leurs nominations. Le plus important groupe de votants pour les Oscars a d'ailleurs surpris... Quelques favoris ont été oubliés: Matt Damon et le casting de Seul sur Mars, l'oubli complet de Sicario, Jennifer Lawrence, Will Smith, les comédiens masculins de Spotlight, le casting comme les comédiens de The Hateful Eight, Lily Tomlin et Charlotte Rampling...

Mais il y aussi quelques surprises. La place prépondérante de Trumbo, qui était en dehors des radars jusque là, et qui s'octroie trois nominations, le casting de Straight Outta Compton, Sylvester Stallone, Jacob Tremblay pour Room, Christian Bale et Sarah Silverman.

A coup sûr, pour une fois, les SAG Awards ne prédiront pas l'Oscar du meilleur film, contrairement à l'an dernier. Mais dans les catégories individuelles, n'oublions pas que l'an dernier les primés aux SAG ont tous été oscarisés trois semaines plus tard. Avec une compétition ouverte côté acteurs et seconds rôles, les SAG Awards seront un très bon indicateur. Pour les actrices, en revanche, Brie Larson et Saoirse Ronan partent favorites.

Meilleur acteur: Bryan Cranston (Trumbo) ; Johnny Depp (Strictly Criminal) ; Leonardo DiCaprio (The Revenant) ; Michael Fassbender (Steve Jobs) ; Eddie Redmayne (The Danish Girl)

Meilleure actrice: Cate Blanchett (Carol) ; Brie Larson (Room) ; Helen Mirren (La femme au tableau) ; Saoirse Ronan (Brooklyn) ; Sarah Silverman (I Smile Back)

Meilleur second rôle masculin: Christian Bale (The Big Short) ; Idris Elba (Beasts of No Nation) ; Mark Rylance (Le pont des espions) ; Michael Shannon (99 Homes) ; Jacob Tremblay (Room)

Meilleur second rôle féminin: Rooney Mara (Carol) ; Rachel McAdams (Spotlight) ; Helen Mirrent (Trumbo) ; Alicia Vikander (The Danish Girl) ; Kate Winslet (Steve Jobs)

Meilleur casting: Beasts of No Nation ; The Big Short ; Spotlight ; Straight Outta Compton ; Trumbo

Meilleur casting / cascadeurs: Everest ; Fast & Furious 7 ; Jurassic World ; Mad Max: Fury Road ; Mission:Impossible - Rogue Nation

Prix pour l'ensemble de sa carrière: Carol Burnett

Steve Jobs en clôture du London Film Festival

Posté par MpM, le 8 août 2015

steve jobs

C'est donc le nouveau film de Danny Boyle, Steve Jobs,  qui clôturera le London Film Festival le 18 octobre prochain. Pour le réalisateur britannique, on pourrait presque parler d' habitude puisque c'est la troisième fois qu'un de ses longs métrages est présenté en clôture à Londres.

Cette année, il ne s'agit toutefois pas de n'importe quel film, mais bien du très attendu biopic du fondateur d'Apple, adapté de la biographie de Walter Isaacson, qui a connu de nombreuses péripéties avant de voir le jour. Ecrit par Aaron Sorkin, il réunit Michael Fassbender (Steve Jobs), Seth Rogen (Steve Wozniack, co-fondateur d’Apple) et Kate Winslet (Joanna Hoffman, ancienne directrice marketing de Macintosh).

Il est attendu sur les écrans français le 6 janvier 2016.

Par ailleurs, Les suffragettes de Sarah Gavron avec Carey Mulligan et Meryl Streep fera, lui, l’ouverture du festival le 7 octobre.

Découvrez la bande-annonce de Steve Jobs

Découvrez la bande-annonce des Suffragettes

Danny Boyle tourne Steve Jobs avec Michael Fassbender

Posté par vincy, le 1 février 2015

Le casting a été compliqué à boucler. Le biopic sur Steve Jobs, adapté de la biographie (et best-seller) de Walter Isaacson, devait être réalisé par David Fincher. Mais, trop gourmand (10 millions de $), le réalisateur a été éjecté du projet. Christian Bale devait alors incarner le feu patron d'Apple. Sony engage alors Danny Boyle qui préfèrerait travailler avec Leonardo DiCaprio. Ce dernier, finalement, ne s'engage pas sur le projet. Sony et Boyle décident de revenir vers Christian Bale, qui accepte le rôle, dans un premier temps (lire notre actualité du 24 octobre 2014). Moins de trois mois avant le début du tournage, l'ex-Batman décide de ne pas signer le contrat, considérant qu'il n'était pas l'acteur idéal pour le rôle.

C'est alors que Danny Boyle décide d'approcher Michael Fassbender, moins cher, moins star. Fassbender accepte. Et entre temps, le projet passe de Sony à Universal. Ultime rebondissement avant la mise en production définitive du film.

Le tournage de Steve Jobs a commencé cette semaine à San Francisco. Seth Rogen dans le rôle de Steve Wozniack, co-fondateur d’Apple, Kate Winslet en Joanna Hoffman, ancienne directrice marketing de Macintosh, Jeff Daniels en John Sculley, vice-président d’Apple, Katherine Waterston (Night Moves) en ancienne compagne de Steve Jobs, Michael Stuhlbarg en Andy Hertzfeld, membre d'origine de l’équipe de développement du Macintosh, et aussi Sarah Snook, Perla Haney-Jardine, Makenzie Moss et Adam Shapiro sont au générique.

Le film se déroule des coulisses du lancement des produits phares de la marque jusqu’à la présentation de l’iMac  en 1998.

Steve Jobs est prévu sur les écrans en 2016.

Bale et Boyle croquent la pomme de Steve Jobs

Posté par vincy, le 24 octobre 2014

Danny Boyle réalisera un nouveau biopic sur Steve Jobs, créateur d'Apple et investisseur d'origine de Pixar. C'est Christian Bale qui incarnera le défunt patron de la firme à la pomme. Le scénario de Jobs est l'adaptation d'eune biographie rédigée par Walter Isaacson en 2011 et sera écrit par Aaron Sorkin (The Social Network).

"Le rôle est extrêmement difficile, il a plus de texte à dire dans ce film que la plupart des gens dans trois films réunis", a indiqué Aaron Sorkin. "Il n'y a pas une scène où il ne soit pas présent à l'écran, c'est un rôle très difficile et il va être formidable", a-t-il ajouté.

Le scénariste avait déjà annoncé que le film à venir ne serait pas une film biographique linéaire.

Deux comédiens ont déjà incarné Steve Jobs au cinéma : Ashton Kutcher dans jOBS de Joshua Michael Stern (2013) et Justin Long dans iSteve de Ryan Perez (2013).

Danny Boyle (Slumdog Millionaire) n'a jamais réalisé de véritable biopic jusqu'ici. Son dernier film, Trance, est sorti l'a dernier. Il avait par ailleurs annoncé vouloir réaliser Porno, la suite littéraire de Trainspotting écrite par Irvine Welsh (lire notre actualité du 12 mars 2013).

Ashton Kutcher sera Steve Jobs

Posté par vincy, le 2 avril 2012

Variety l'a annoncé cette nuit : le roi des twittos et sex-symbol Ashton Kutcher va incarner le roi d'Apple récemment disparu Steve Jobs.

Le biopic indépendant intitulé Jobs sera réalisé par Joshua Michael Stern (Neverwas, Swing Vote, la voix du coeur), à partir d'un scénario de Matt Whiteley. L'histoire reprendra l'itinéraire du hippie devenu l'un des entrepreneurs les plus idolâtrés de la planète.

La production démarrera en mai, une fois que Kutcher aura terminé le tournage de la sitcom de CBS, Mon oncle Charlie (il y a remplacé Charlie Sheen).

Si l'on connaît Kutcher, 34 ans, dans des comédies grand public, l'ex de Demi Moore s'est aussi fait remarqué dans des films plus dramatiques comme Toy boy, La fille de mes rêves, Texas Rangers, Coast Guards et Bobby.

Le réalisateur prépare en parallèle un autre film, Carnaval, comédie avec John Cusack et Johnny Knoxville.

Steve Jobs fait également l'objet d'un autre projet de biopic. Sony Pictures a acquis les droits de la biographie et best-seller de Walter Isaacson (Steve Jobs, JC Lattès). Le film devrait être produit par Mark Gordon.