Crise de croissance pour Netflix

Posté par vincy, le 15 août 2016

Netflix voit son flux de nouveaux abonnés se tarir. Avec 83,18 millions d'utilisateurs le leader de la vidéo en ligne n'a gagné que 1,68 million d'utilisateurs en un trimestre après en avoir conquis 6,74 millions au premier trimestre. Pas sûr que l'objectif de 90 millions soit dépassé cette année.

Il y a sans doute plusieurs raisons: la concurrence (Amazon, Apple, Hulu, bientôt Disney), les tarifs, les J.O., etc... Mais n'enterrons pas Netflix trop vite. Ce n'est peut-être qu'une petite crise de croissance. Le groupe continue de s'étendre à l'international et à investir dans les contenus. Cela reste la chaîne de House of Cards, Sense8, Stranger Things et Orange is the New Black. Bon, on vous l'accorde, c'est aussi la chaîne qui a produit et diffusé la série Marseille, avec Gérard Depardieu, qui était pire qu'un Navarro.

couverture netflix

En rouge, les pays couverts par Netflix

Un Empire trop américain

Cependant, Netflix a conscience qu'elle a deux problèmes structurels : le premier est la concurrence des autres plateformes qui va inciter les "consommateurs" à choisir le bon abonnement plutôt que de les cumuler. Surtout, même si Netflix est désormais présent quasiment partout dans le monde, il n'offre essentiellement que des programmes en anglais et produits aux Etats-Unis dans un secteur où le local reste une valeur sûre et différenciante. C'est d'ailleurs la stratégie de Canal +, M6, TF1 et même Arte. Or, d'une part, Netflix a confirmé qu'il n'ajouterait que progressivement et parcimonieusement des programmes locaux avec sous-titres ou doublés. Sans doublage ou sous-titre, difficile de conquérir des publics allemands, français, italiens ou japonais. D'autre part, Netflix a peu de projets de séries locales.

Une proie idéale

D'autant qu'Amazon a annoncé le lancement de sa plateforme SVàD  en France, Italie et Espagne d'ici la fin de l'année. Amazon Prime Instant Video, avec des séries comme Mozart in the Jungle et Transparent, mais aussi des longs-métrages (cinq d'entre eux étaient au Festival de Cannes) est un rival sérieux...

De quoi affaiblir à moyen terme Netflix et en faire une proie (d'environ 37 milliards de dollars) pour des groupes comme Apple ou Amazon, qui peuvent l'absorber sans s'endetter.

Même avec l'éventualité d'un rachat boursier, Netflix a quand même besoin de rester "le plus beau" sur le marché. 4 nominations aux Oscars, 4 Emmy Awards (et 49 nominations, dont 20 cette année), 2 Golden Globes (et 19 nominations) permettent déjà de placer le diffuseur parmi les grands du secteur.

Annonces événementielles

Alors les projets sont annoncés à la pelle depuis quelques semaines. Parmi eux, un partenariat avec 20th Century Fox Télévision Distribution pour la diffusion en exclusivité en SVOD de la série à succès signée FX , American Crime Story dont la première saison The People v. O.J Simpson sera diffusée en 2017 sur Netflix dans le monde entier: John Travolta, Cuba Gooding Jr., Sarah Paulson, David Schwimmer, Nathan Lane et Bruce Greenwood sont dans cette saga  qui retrace le procès d'O.J. Simpson. La deuxième saison d'American Crime Story sera axée sur l'ouragan Katrina.

Netflix s’apprête aussi à diffuser dans 188 pays un nouveau volet de la série culte produite par CBS, Star Trek. Chaque épisode sera uniquement accessible aux membres de Netflix dans tous les pays titulaires d’une licence, dans les 24 heures suivant sa première diffusion aux États-Unis sur CBS.

Les 727 épisodes de la série - dont Star Trek: The Original Series, Star Trek: The Next Generation, Star Trek: Deep Space Nine, Star Trek: Voyager et Star Trek: Enterprise - seront aussi disponibles sur Netflix, dans le monde entier d’ici la fin 2016. Le tournage de la toute nouvelle série débutera en septembre pour une diffusion prévue en janvier 2017.

Netflix a également recruté le cinéaste sud-coréen Bong Joon-Ho (Snowpiercer, le transperceneige) pour un film qui sera diffusé l'an prochain sur la plateforme. Okja, qui suite une jeune fille prête à tout pour empêcher l'enlèvement de son meilleur ami, un animal rare et mastodonte nommé Okja, par une multinationale hyperpuissante, Tilda Swinton, Jake Gyllenhaal, Paul Dano, Giancarlo Esposito, Lily Collins sont au générique.

Et n'oublions pas que Netflix a aussi en prévision un revival de Gilmore Girls, des nouvelles séries Marvel (Luke Cage, Iron Fist, The Defenders), une vingtaine de programmes jeunesse en développement ou production (dont Inspecteur Gagdet et Spy Kids), etc.

Enfin, depuis le 12 août, Netflix diffuse The Get Down, drame musical réalisé par Baz Luhrmann (Moulin Rouge, Gatsby le magnifique), sur fond de hip-hop naissant et de disco à bout de souffle , avec Jimmy Smits (NYPD Blue) et Giancarlo Esposito (Breaking Bad).

Star Trek Beyond : Sulu, le personnage LGBT de la discorde

Posté par wyzman, le 10 juillet 2016

Voilà maintenant 3 jours que les amoureux de science-fiction et de blockbusters se prennent la tête sur un sujet sensible : le premier personnage LGBT de la saga Star Trek !

John Cho a en effet annoncé au Herald Sun que le Sulu qu'il incarne depuis 2009 et la relance orchestrée par J. J. Abrams, serait le premier personnage LGBT de la saga. En l'occurrence, nous découvrirons dans Star Trek Beyond que Sulu est un père de famille marié à un autre homme. Annoncée comme tel, cette modernisation de la saga aurait pu passer sans que personne ne fasse aucun commentaire.

Seulement voilà, John Cho a eu la bonne idée (ou mauvaise, au choix) de préciser que cette décision avait été prise par Justin Lin (le réalisateur) et Simon Pegg (le co-scénariste) dans le but de rendre hommage à George Takei, l'acteur qui a incarné Sulu dans la série originelle. Et bien que ce dernier ait fait son coming-out en 2005 et soit un grand militant de la cause LGBT, il n'a pas du tout apprécié le geste. Au Hollywood Reporter, il a carrément déclaré : "Je suis ravi qu'il y ait un personnage gay. Malheureusement, c'est une entorse à la création de Gene [Roddenberry], à laquelle il avait tellement réfléchi. Je pense que c'est vraiment dommage."

Et c'est ainsi qu'un bad buzz débute. Car après de telles déclarations, il va sans dire que l'on attend que les protagonistes de Star Trek Beyond réagissent. Et ils ne se sont pas faits prier. Simon Pegg a affirmé qu'il ne partageait pas le point de vue de George Takei au Guardian. Zachary Quinto qui incarne le "nouveau" Spock a pointé la notion d'"univers parallèles" pour ne pas insulter George Takei dans une interview donnée à Pedestrian.tv. Et ce dernier a répliqué en insistant qu'inventer un nouveau personnage (gay, du coup) aurait été plus judicieux.

Mais ce petit "malentendu" pose des questions plus profondes. La saga Star Trek rend-elle correctement hommage à l'œuvre de Gene Roddenberry ? Était-ce nécessaire d'évoquer l'homosexualité de Sulu avant la sortie du film ? George Takei n'a-t-il pas raison de défendre le personnage qu'il a incarné et qu'il a vu naître ? Pourquoi introduire un personnage LGBT soudainement ? Autant de questions qui trouvent une réponse assez facilement mais qui semblent ne pas avoir été posées quand il le fallait.

Bien évidemment, en termes de visibilité, l'introduction d'un personnage LGBT dans un saga aussi connue que Star Trek a une véritable valeur, un poids considérable dans la pop culture et pour des millions de fans. Mais aussi avant-gardiste qu'ait pu être la série, la saga cinématographique prouve ici qu'elle est finalement trop ancrée dans notre réalité, dans notre époque, dans nos préoccupations sociales actuelles. Pour Slate, le film de Justin Lin pourrait bien avoir loupé la dimension utopique de la série pour simplement foncer tête baissée dans la recherche de la représentation idéale.

Mais à côté, The Guardian assure que l'introduction d'un personnage LGBT est une véritable nécessité, un acte fort, une démarche dont le monde a besoin. Que l'on soit d'accord ou non avec le journal anglais, ce qui nous chagrine vraiment, c'est finalement la question de l'adaptation. Alors oui, créer un "personnage gay" à l'occasion de ce troisième volet aurait pu être mal perçu, mais est-ce pire que le fait de déconstruire un personnage adoré depuis cinq décennies ? Nous vous posons la question.

John Cho aurait pu dévoiler ce twist plus tôt, lorsqu'il a reçu le script ou dès lors que le tournage a été terminé. Il n'en a rien fait. Il a attendu 2 semaines avant la sortie du film aux Etats-Unis, la fin du Pride Month et des Gay Pride et n'a pas hésité à mentionner l'un des plus grands acteurs de la cause LGBT outre-Atlantique. Visiblement destinées à intéresser un public plus large et gai (dirons-nous), ses déclarations pourraient bien faire diminuer le nombre d'entrées. En particulier si les deux parties (George Takei et l'équipe de Star Trek Beyond) n'accordent pas rapidement leurs violons. Wait and see...

Crash fatal pour Anton Yelchin (1989-2016)

Posté par vincy, le 19 juin 2016

Anton Yelchin, acteur russe naturalisé américain, né à Léningrad (Saint-Petersbourg) le 11 mars 1989, est mort le 19 juin 2016 à l'âge de 27 ans dans un accident de voiture. Il avait été rendu célèbre pour avoir incarné Pavel Chekov dans la nouvelle série Star Trek réalisée par J.J. Abrams.

C'est TMZ qui a rapporté l'annonce du décès. Selon le site, ses amis l’auraient trouvé coincé entre son automobile et sa boîte aux lettres en brique qui était attachée à une clôture de sécurité.

Il est à l'affiche de Star Trek: Sans Limites qui sort en août 2016. Fils de patineurs artistiques professionnels, sa famille, de confession juive , a du migrer aux Etats-Unis en 1989, juste après sa naissance.

D'abord attiré par la musique (il est membre d'un group punk, The Hammerheads), il début au cinéma en 2000 avec A Time for Dancing puis dans la saison 6 de la série Urgences. Il enchaîne avec la mini-série Disparition produite par Steven Spielberg, puis The Practice, New York Police Blues, FBI : Portés disparus, Esprits criminels, New York, section criminelle, ...

En 2007, Nick Cassavetes l'enrôle pour le personnage principal d'Alpha Dog de Nick Cassavetes, qui lui ouvre les portes des studios. Outre Star Trek en 2009, on le voit ensuite dans Terminator Renaissance et Le complexe du Castor de Jodie Foster, où il joue le fils de Mel Gibson. En 2011, il se fait remarquer des critiques avec le drame indépendant Like Crazy (primé à Sundance).

Très apprécié du jeune public, et même si certains films sont déjà oubliés, il alternait blockbuster, séries B d'horreur et cinéma d'auteur. 2011, passant de Fright Night à Rudderless de William H. Macy, de Burying the Ex de Joe Dante au récent Green Room. On le repère surtout dans Only Lovers Left Alive de Jim Jarmusch en 2013, aux côtés de Tom Hiddleston et Tilda Switon.

Son charisme assez cinétique, sa sensibilité palpable et un jeu au registre assez étendu n'auront pas eu le temps de s'épanouir. Même si on pourra le voir encore à l'écran, notamment dans les drames de Mark Palansky, Rememory, et de Peer Pedersen We d'ont belong here.

Leonard Nimoy (1931-2014): Goodbye Capitaine Spock

Posté par vincy, le 27 février 2015

Leonard Nimoy, alias Capitaine Spock dans la série télévisée Star Trek, est mort vendredi à l'âge de 83 ans à Los Angeles, selon le New York Times. Mondialement célèbre pour son personnage d'extra-terrestre vulcain aux oreilles pointues, Nimoy, né en 1931 à Boston d'un couple de juifs orthodoxes ukrainiens, a commencé son métier d'acteur à l'âge de 8 ans.

Sa carrière est véritablement lancée au début des années 50 dans des films de séries B voire Z. C'est évidemment le petit écran qui va lui fournir le plus gros de son travail. Au cinéma, il trouve son premier grand rôle dans The Balcony, de Joseph Strick, en 1963, avec Peter Falk et Shelley Winters. La série "Star Trek l'occupe" à plein temps durant 79 épisodes de 1966 à 1979. Il enchaîne avec "Mission:Impossible" durant deux saisons.

Au cinéma, il est à l'affiche en 1978 de L'invasion des profanateurs de Philip Kaufman, avec Donald Sutherland, Brooke Adams et Jeff Goldblum. Mais c'est encore Spok qui va lui offrir une carrière immense sur grand écran avec les films issus de la série Star Trek. De 1979 à 1991, la franchise Star Trek immortalisera son personnage rationnel. En tenant compte de l'inflation, ces 6 films ont rapporté près de 1,2 milliard de dollars (actuels) aux Etats Unis. Il a réalisé les épisodes III et IV. Car Nimoy fut aussi cinéaste, avec notamment le remake de Trois hommes et un couffin, Trois hommes et un bébé, gros succès de l'année 1987 aux USA.

Surtout employé pour sa voix (films d'animation, documentaires), on l'a d'ailleurs entendu dans Transformers: Dark of the Moon pour incarner le robot Sentinel Prime, il est revenu en Spock dans le reboot de Star Trek en 2009 (et a fait un passage dans la suite Into Darkness en 2013).

Légende de la Science-fiction, il a sans doute subit le poids de son personnage. Ecrasé par lui même. Obligé d'écrire un livre intitulé "Je ne suis pas Spock" dans les années 70, avant de se "ressaisir" et d'écrire 20 ans plus tard une nouvelle autobiographie ironiquement intitulée "Je suis Spock". Il a tout fait, et surtout du théâtre, pour se détacher de son rôle. Sur les planches, il a été la vedette de pièces comme Vol au dessus d'un nid de coucou; Equus, Oliver, et My Fair Lady. Il a également enregistré des albums de musique, exposé ses travaux photographiques, écrit un recueil de poèmes et une série de BD.

J.J. Abrams : après Star Trek, Star Wars ?

Posté par vincy, le 25 janvier 2013

Il a relancé la franchise Star Trek pour la Paramount. J.J. Abrams est en négociation finale pour faire revivre Star Wars chez Disney. Il faut bien amortir les 4 milliards de $ que le studio a mis sur la table pour racheter Lucasfilm en octobre (lire Disney rachète Lucasfilms et annonce un nouveau Star Wars pour 2015).

Le 7e épisode de Star Wars est prévu pour une sortie en 2015, dix ans après l'ultime épisode de la dernière trilogie. Fan de la franchise de George Lucas (il l'a souvent évoqué dans de récentes interviews, comme pour envoyer un signal aux producteurs), J.J. Abrams en serait le réalisateur. Disney a également discuté avec Ben Affleck, Matthew Vaughn, Guillermo del Toro, David Fincher, Brad Bird et Jon Favreau. Steven Spielberg, producteur d'un de ses films (Super 8, hommage à E.T. et aux Goonies), aurait "fortement suggéré" le nom d'Abrams.

Le contrat entre le studio et le réalisateur devrait être bientôt officialisé. Disney espère faire renaître l'Empire avec une nouvelle trilogie, en plus de différentes déclinaisons (parc d'attraction, séries TV, produits dérivés...).

Pour l'instant J.J. Abrams est concentré sur son deuxième Star Trek (Star Trek Into Darkness) qui sort en mai aux USA et début juin en France. Il doit également lancer la production d'un nouveau Mission : Impossible.

Batman reviendra sur les écrans en juillet 2012

Posté par vincy, le 1 mai 2010

La saison estivale 2010 est à peine commencée que les studios réservent déjà leurs créneaux pour... 2012. Manière de rassurer leurs investisseurs mais aussi de ne pas se laisser prendre la (bonne) place par leurs concurrents.

L'annonce la plus spectaculaire est venue de Warner Bros. Batman 3 a été confirmé et sera dans les salles nord-américaines le 20 juillet 2012. Christopher Nolan, qui finalise la post-production d'Inception actuellement, a déjà exprimé son souhait d'en faire un film complètement compatible avec le format IMAX 3D.

Le scénario de Jonathan Nolan et David Goyer est en cours d'écriture.

Pour la Warner, l'enjeu est énorme. Batman begins avait rapporté 350 millions de $ dans le monde, tandis que sa suite, The Dark Knight avait récolté plus d'un milliard de $. Batman 3 aura face à lui un autre super-héros puisque la nouvelle version de Spider-Man s'est réservée le week-end du 3 juillet. Normalement cet été là, nous aurons aussi le droit à Madagascar 3, un Pixar, The Brave, et la suite de Star Trek.

Et si Avatar avait l’Oscar? Les producteurs rendent leur verdict…

Posté par vincy, le 6 janvier 2010

La Guilde des producteurs a rendu son verdict. Les dix films favoris de l'année font figure de pressentis pour l'Oscar du meilleur film. Cette année, la catégorie accueillera 10 nommés et non plus cinq, ce qui dilluera le vote final, réduira le score du gagnant mais permettra à de nouveaux genres d'arriver sur le tapis rouge. Personne n'a, semble-t-il digérer les recalages de Ratatouille et de Batman The Dark Knight, arrivés sixième.

Et en effet les genres pourraient être très variés. D'Avatar à Star Trek, de Là-haut à District 9, les meilleurs films ne sont plus des drames ou des comédies dramatiques. On reste surpris par quelques uns des choix, par l'absence de films étrangers, et par cette unanimité autour de Démineurs. Mais, du coup, il est fort à parier que James Cameron soit couronné, contre tous les pronostics de l'automne.

Meilleur film : Avatar ; Démineurs ; District 9 ; In the Air ; Inglourious Basterds ; Invictus ; Là haut ; Precious ; Star Trek ; Une éducation

Meilleur film d'animation : 9 ; Coraline ; Fantastic Mr. Fox ; La princesse et la grenouille  ; La-haut

Meilleur film documentaire : Burma VJ ; The Cove ; Sergio ; Soundtrack for a Revolution ;

Bilan 2009 : Star Trek en tête des films les plus piratés

Posté par vincy, le 4 janvier 2010

Selon le site web de téléchargement Torrent Freak, Star Trek l'emporte sur Transformers 2 pour le titre du film le plus piraté. Contrairement à 2008, le champion du box office mondial Batman The Dark Knight ne coïncide pas avec le record de téléchargement illégal de l'année. Torrent Freak constate aussi une forte hausse de la pratique. Batman avait été téléchargé 7, 03 millions de fois quand cette année 9 films font mieux au compteur. De même en 2008, les films étaient assez variés (Juno, Horton, Braquage à l'anglaise coexistaient avec L'incroyable Hulk, Rien que pour vos cheveux et Tonnerre sous les Tropiques). Hormis Rock n' Rolla et Jeux de pouvoir, les huit autres films sont des blockbusters classiques où le téléchargement n'a pas eu beaucoup d'impact sur leur box office final. Deux longs métrages sont sortis en 2008 et aucun film d'animation n'y apparaît.

1. Star Trek : 10 960 000 téléchargements (386 millions de $ dans le monde)
2. Transformers 2 - La Revanche : - 10 600 000 (835 millions de $)
3. Rock'n'Rolla : 9 430 000 (26 millions de $)
4. Very Bad Trip : 9 180 000 (460 millions de $)
5. Twilight 1 : 8 720 000 (385 millions de $)
6. District 9 : 8 280 000 (205 millions de $)
7. Harry Potter et le Prince de sang mêlé : 7 930 000 (929 millions de $)
8. Jeux de Pouvoir : 7 440 000 (88 millions de $)
9. X-Men Origins: Wolverine : 7 200 000 (373 millions de $)
10. Prédictions : 6 930 000 (183 millions de $)

Blockbusters ’09 : Qui est Zoe Saldana ?

Posté par vincy, le 15 décembre 2009

zoesaldana_blog1.jpg

Vous risquez de succomber facilement à son tempérament et à son charme. Elle est l'actrice principale de la plus importante production cinématographique de la décennie qui s'achève, Avatar. Et pourtant on ne voit jamais son véritable visage. Elle y joue Neytiri, fille du chef et de la chaman de la tribu des Na'vis. Une jolie créature virtuelle. Cette jeune comédienne d'origine dominicaine de 31 ans, partageant sa vie entre sa New York natale et Los Angeles, s'est notamment faite remarquée cette année dans Star Trek. C'est clairement son année.

Danseuse et comédienne, on la découvre en 2000 dans Center Stage, drame musical. Son visage fin, à la foir dur et séduisant, sa silhouette gracieuse, la rende aussi attirante que Thandie Newton, Jada Pinkett-Smith ou Beyoncé Knowles. La concurrence est rude. Elle est vite reléguée dans les ses sconds rôles de séries B à l'ombre de blondes (Kirsten Dunst dans Get Over It, Britney Spears dans Crossroads). Elle est remarquée par le public ado, notamment dans Drumline, autre "musical".

Mais le grand public la découvre discrètement dans Pirates des Caraibes dans le rôle d'Anamaria. L'année suivante, Steven Spielberg lui propose un personnage de The Terminal. Suivront des films oubliés comme Haven, Premium, Temptation ou le remake de Devine qui vient dîner? Souvent cataloguée dans des films ciblant le public afro-américain, on la remarquera davantage sur le petit écran dans quelques épisodes de "Six degrées de séparation".

Finalement avant 2009, elle n'aura joué que dans un succès de studio, Angles d'attaque (Vantage Point), avec Dennis Quaid. Leader du box office le week-end de sa sortie, le film avait rapporté 150 millions de $ dans le monde en 2008.

Les projets désormais s'accélèrent. Zoe est annoncée dans six films, dont la suite de Star Trek, et si un jour elle se fait, celle d'Avatar. On devrait la revoir aussi dans l'adaptation de la BD, The Losers. En bonne "geek", elle est fan de science-fiction mais aussi de mode (elle possède sa propre marque et a été le "visage" de la chaîne Macy's).

Jack Ryan mérite-t-il d’être ressuscité?

Posté par vincy, le 17 octobre 2009

chris pineTom Clancy a écrit douze romans, de 1984 à 2003, avec le personnage Jack Ryan. Hollywood n'en a produit que quatre, avec trois acteurs différents (deux fois Harrison Ford, une fois chacun Alec Baldwin et Ben Affleck). Ce qu'on appelle une franchise instable. Clancy a souvent joué avec la chonologie dans la série. Ainsi sans aucun remords, qui pourrait correspondre aux premières aventures de Ryan n'a été que le sixième roman publié. Le phénomène littéraire des années 90 s'est estompé, de nombreux films ont copié le genre (le "techno-thriller d'espionnage").

Logiquement le premier roman avait donné le premier film. A la poursuite d'octobre rouge était un superbe huis-clos avec Alec Baldwin face à Sean Connery. Un énorme hit avec un box office de 200 millions de $ récoltés dans le monde en 1990.

Deux ans plus tard, Harrison Ford, qui cherche une nouveau héros pour remplacer Indiana Jones, a priori à la retraite, reprend le rôle. Là encore Hollywood respecte la chronologie des romans en reprenant Jeux de guerre, deuxième de la série. Plus classique, mais néanmoins captivant, le film ramasse 180 millions de $ dans le monde. Ford revient deux ans plus tard avec Danger immédiat. Le film est l'adaptation du quatrième bouquin, ce qui signifie qu'Hollywood a zappé Le cardinal du Kremlin, troisième opus du feuilleton littéraire. Le film, pourtant moins réussi que les autres, cartonne avec 215 millions de $ dans le monde. Pourtant la franchise s'arrête.

L'échec d'Affleck

Elle reprend en 2002, avec Ben Affleck dans le rôle de Ryan. La somme de toutes les peurs, sans doute le meilleur roman de la série, est le cinquième roman, se situe entre Danger immédiat et Dette d'honneur dans la chronologie du personnage, et, avec un Jack Ryan plus jeune, se situe presqu'aux origines de l'histoire, tout en la situant après la Guerre Froide. Hollywood veut donc relancer les aventures de l'agent de la CIA. L'épisode est rentable, rapporte 193 millions de $ dans le monde, mais attire en fait beaucoup moins de spectateurs. Il arrive quand Clancy veut en finir avec son héros, qui lui-même evnd moins en librairie. Et puis Affleck est un choix problématique. Tandis que son ami Matt Damon réalise un très beau coup avec les Jason Bourne (film réussi, succès public et critique, réinvention du genre), l'acteur amorce son déclin. D'ailleurs, l'année suivante, Daredevil sera son dernier hit. Surtout sa relation avec Jennifer Lopez, à l'époque, parasite tout le planning média du film...

Jack Ryan ne renaît pas jusqu'en 2008, quand Sam Raimi propose à la Paramount, détentrice des droits, de relancer la franchise. On ne sait pas si Raimi est toujours intéressé, mais le studio a annoncé cette semaine qu'il négociait avec Chris Pine, l'un des acteurs ayant le mieux profité du carton de Star Trek version 2009, dans le rôle de James T. Kirk, produit aussi par la Paramount. Le script est en cours de réécriture.

Si la résurrection cinématographique n'est pas prévue pour être dans les salles avant 2012, il reste étonnant après autant de déboires, et des résultats acceptables mais pas triomphants, que l'on mette autant d'énergie sur un agent de la CIA qui a changé si souvent de tête, sans jamais être réellement incarné.