Spider-Man: le film sur le vampire Morbius se précise

Posté par vincy, le 1 février 2019

L'univers de Spider-Man s'étend encore. Après le carton de Venom (855M$ dans le monde), Sony développe un film autour d'un super-vilain, Morbius. Le film est calé pour le 31 juillet 2020. La production a officiellement commencé en décembre. Le projet s'annonce assez violent.

Jared Leto a été choisi pour incarné ce Prix Nobel de chimie quidécouvre qu'il est atteint d'une maladie du sang rare et incurable. Il réussit à se guérir en combinant l'utilisation de chauves-souris à celle d'électrochocs mais se transforme alors en vampire. Et comme tous les vampires, il ne supporte plus la lumière du Soleil et est continuellement assoiffé de sang humain. Morbius est déchiré entre un dégoût de lui-même et son désir de vivre. Maîtrisant de mieux en mieux ses pulsions, il prend l'habitude de se nourrir du sang des sans-abris ou des criminels qui hantent les rues.

Matt Smith (The Crown) devrait rejoindre le casting de ce film qui sera réalisé par Daniel Espinosa (Sécurité rapprochée, Enfant 44, Life: Origine inconnue) a et écrit par Matt Sazama et Burk Sharpless (la série Lost in Space sur Netflix, c'est eux). Adria Arjona (Pacific Rim: Uprising, True Detective saison 2) est aussi annoncée au générique.

Morbius, créé en 1971 dans The Amazing Spider-Man, a eu le droit à sa propre série de comics (32 épisodes) entre 1992 et 1995. Il avait aussi eu les honneurs d'une série animée dans les années 1990.

Sony multiplie les films autour de Spider-Man

Matt Smith sera à l'affiche cette année du biopic Mapplethorpe de Ondi Timoner et des thrillers His House de Remi Weekes et Official Secrets de Gavin Hood.

Jared Leto est pressenti pour être aussi dans Tron 3 et pour reprendre son rôle du Joker (du rival DC Comics) dans Ares, un film sur le personnage de l'univers Batman, le spin-off sur Harley Quinn et la suite de Suicide Squad. Il n'a rien tourné depuis Blade Runner 2049 et The Outsider, sorti en VàD il y a un peu moins d'un an.

Sony mise de plus en plus sur son super-héros Marvel. Outre les projets animés suite au succès de Spider-Man : New Generation, favori pour l'Oscar du film d'animation cette année, le studio va sortir Spider-Man: Far from Home (suite de Spider-Man: Homecoming) le 3 juillet (deux suites sont déjà prévues) et a programmé pour octobre 2020 un autre film, qui devrait être Venom 2.

Sony veut profiter du carton de Spider-Man : New Generation

Posté par vincy, le 15 décembre 2018

48000 entrées mercredi pour son premier jour d'exploitation. 3,5M$ jeudi soir pour ses premières séances nord-américaines et un week-end au dessus des 40M$ selon les prévisions. Spider-Man: New Generation, le film d'animation de Sony, est parti pour être un carton.En plus d'être un prétendant à l'Oscar du meilleur film d'animation. Le film est nommé aux Golden Globes, aux Annie Awards (7 citations) et a été distingué par les critiques de New York, Los Angeles et Chicago.

Pas étonnant si Sony Pictures a prévu de développer d'autres films animés autour du super-héros Marvel, en plus de la nouvelle franchise avec Tom Holland dans la peau de Peter Parker, dont le prochain film sera dans les salles début juillet.

Le studio a demandé aux producteurs, Amy Pascal, Avi Arad, Phil Lord et Christopher Miller de préparer d'autres films: une suite avec le jeune héros Miles Morales, qui sera réalisée par Joaquim Dos Santos, et un spinoff animé, très #MeToo, Spider-Women autour de trois générations de femmes dotées des super-pouvoirs de l'araignée radioactive, où on peut retrouver d'ailleurs Spider-Gwen. Bek Smith écrit déjà la première version.

Les critiques de Los Angeles plébiscitent Roma et Burning

Posté par vincy, le 10 décembre 2018

Le cinéma étranger a eu les faveurs des critiques de Los Angeles. Avec Roma, le mexicain Alfonso Cuaron a ainsi reçu deux prix, dont celui du meilleur film, tout en étant finaliste dans deux autres catégories. Cuaron réalise l'exploit de recevoir pour la 2e fois ce prix, 5 ans après Gravity. Il rejoint ainsi Ang Lee, Alexander Payne, Steven Spielberg, Martin Scorsese, Milos Forman et Clint Eastwood dans ce tableau d'honneur des cinéastes doublement primés par les LAFCAA.

Le sud-coréen Lee Chang-dong, avec Burning, a reçu deux prix lui aussi, tout en étant finaliste dans la catégorie meilleur film. La Palme d'or japonaise Une affaire de famille et le cinéaste nippon Hayao Myazaki ont également été distingués.

L'autre vainqueur de la soirée est Netflix avec les prix pour Roma mais aussi le prix du meilleur documentaire et une mention pour le film posthume restauré d'Orson Welles.

On retrouvera la plupart de ces films et personnalités récompensées aux Oscars. : parmi les meilleurs films récompensés, Les démineurs, Spotlight et Moonlight ont reçu l'Oscar du meilleur film.

Meilleur film: Roma (finaliste: Burning)
Meilleur réalisateur: Debra Granik pour Leave No Trace (finaliste: Alfonso Cuaron pour Roma)
Meilleur acteur: Ethan Hawke pour First Reformed (finaliste: Ben Foster pour Leave No Trace)
Meilleure actrice: Olivia Colman pour La Favorite (finaliste: Toni Collette pour Hereditary)
Meilleur second-rôle masculin: Steven Yeun pour Burning (finaliste: Hugh Grant pour Paddington 2)
Meilleur second-rôle féminin: Regina King pour If Beale Street Could Talk (finaliste: Elizabeth Debicki pour Les veuves)
Meilleur scénario: Nicole Holofcener et Jeff Whitty pour Can You Ever Forgive Me? (finaliste: Deborah Davis et Tony McNamara pour La favorite)
Meilleur film d'animation: Spider-Man New Generation (finalistes: Les indestructibles 2)
Meilleur film en langue étrangère ex-aequo: Burning, Une affaire de famille
Meilleur documentaire: Shirkers (finaliste: Minding the Gap)
Meilleure image: Roma (finaliste: If Beale Street Could Talk)
Meilleur montage: Minding the Gap (finaliste: Roma)
Meilleure musique: If Beale Street Could Talk (finaliste: First Man)
Meilleurs décors: Black Panther (finaliste: La Favorite)

Prix pour l'ensemble de sa carrière: Hayao Miyazaki
Prix Douglas Edwards pour un film expérimental: The Green Fog
Prix Nouvelle génération: Chloe Zhao
Mention spéciale: The Other Side of the Wind d'Orson Welles

Cannes 2017: Qui est Angourie Rice ?

Posté par cynthia, le 24 mai 2017

Elle a 16 ans à peine. La première fois que la jeune Angourie Rice frappe les yeux du grand public, c'est à Cannes, l'an dernier pour le film The Nice Guys de Shane Black aux côtés de Ryan Gosling et Russell Crowe. Sa prestance sur le tapis rouge est si douce qu'on a été facilement conquis par ses yeux limpides. Son émotion habite l'actrice à l'écran. Mais là c'était nous qui étions émus de voir cette adolescente parmi les grands du cinéma. Angourie Rice, actrice australienne née en 2001 à Melbourne, fait ainsi une entrée fracassante en incarnant la fille de Ryan Gosling.

Angourie Rice tourne pourtant depuis qu'elle est enfant. A 12 ans, elle est au générique du thriller apocalyptique australien de Zak Hilditch, These Final Hours, présenté à la Quinzaine des réalisateurs en 2014 (mais inédit en salles). La même année, elle joue dans les séquences live du film d'animation Sur la terre des dinosaures. On la croise ensuite dans Nowhere Boys : Le Livre des Ombres de David Caesar. Autant dire qu'elle débute.

Du haut de son mètre cinquante-sept, fille de cinéaste et d'actrice et écrivaine, connue dans son pays pour sa participation à des pubs, et formée par une série de courts métrages, c'est une enfant de la balle.

Cette année, elle va littéralement être sous les feux des projecteurs. D'abord sur la Croisette avec Les Proies (en compétition) de Sofia Coppola aux côtés de Nicole Kidman, Kristen Dunst et Elle Fanning (rien que ça) avant de séduire le grand public dans le prochain Spider-man: Spider-man: Homecoming, qui sort en juillet. De quoi aussi se faire connaître du grand public tout en tapant dans l'œil des producteurs internationaux. Angourie Rice n'a pas fini de faire parler d'elle puisqu'elle est aussi à l'affiche d'un film australien, Jasper Jones, aux côtés de Hugo Weaving et Toni Collette.

Robert Downey Jr prêt à rejouer Iron Man dans Captain America 3

Posté par vincy, le 22 octobre 2014

chris evans robert downey jr

Captain America 3 est déjà dans les starting blocks, alors que Marvel va diffuser ce soir la première bande annonce d'Avengers 2. Le studio est en train de finir les négociations pour que Robert Downey Jr reprenne son rôle de Tony Stark/Iron Man pour ce troisième épisode de Captain America. Le film doit sortir le 6 mai 2016 aux Etats-Unis.

Downey Jr. n'abandonne pas son personnage, même s'il continue de clamer qu'il n'y aura pas d'Iron Man 4 avec lui. Tony Stark est attendu dans le deuxième et le troisième épisode d'Avengers (le contrat de l'acteur ne comprend plus que ce troisième Avengers officiellement). S'il signe pour ce troisième opus de Captain America, on peut même imaginer d'autres croisements parmi les multiples projets de Marvel.

Captain America 3 opposerait le héros au bouclier à Iron Man. D'après Variety, le script aurait comme contexte un conflit politique entre les deux superhéros, en transposant Civil War, une mini-série qui était parue en comics en 2006. Tony Stark soutiendrait le programme gouvernemental qui obligerait les humains dotés de capacités extraordinaires à s'enregistrer auprès des autorités et à collaborer avec la police. Steve Rogers refuserait ce programme qui menace les libertés individuelles, et serait contraint de devenir fugitif. Iron Man, le méchant? On voit bien que le Superman / Batman de la Warner donne des idées à Marvel.

A l'origine, Robert Downey Jr n'avait que quelques semaines de tournages prévues pour cette suite de Captain America. Un second-rôle. Mais l'acteur a lui-même souhaité que sa participation soit étoffée. Evidemment, pour le studio, cela signifiait aussi d'accepter de lui verser un plus gros chèque. La première réaction du patron de Marvel Entertainment fut de... retirer Iron Man du scénario. On peut comprendre le studio: Robert Downey Jr fait souffrir les marges de rentabilité. L'an dernier, il a empoché 75 millions de $. Pour le premier Avengers, il a encaissé 50M$.

Mais pour le président de Marvel Studios, il était hors de question de se passer d'une star comme Downey Jr. Le studio veut pérenniser et rentabiliser un maximum ses personnages. De Avengers 4 à Docteur Strange, Marvel voit sur dix ans. Pour Captain America 3, la participation de Robert Downey Jr coûterait 40M$ de salaire sans compter le pourcentages sur les recettes et les bonus en cas de box office exceptionnel (supérieur aux 700M$ de Captain America 2). Et il faut ajouter un cachet en hausse notable pour Chris Evans. Avant même d'être produit, ce nouveau Captain America devra rapporter plus de 100M$ pour amortir les deux stars.

Reste un plan B: remplacer Iron Man dans le scénario par un autre superhéros de l'écurie. Ou changer le scénario de Christopher Markus et Stephen McFeely. Car un autre élément peut compliquer l'affaire de Civil War. L'autre personnage de cette saga est Spider-Man, qui révèle son identité au grand jour et passe d’un camp à l’autre. Mais les droits cinématographiques de Spider-Man appartiennent à Sony. Sony et Disney, qui possède les studios Marvel, seraient donc en discussion pour permettre à Spider-Man de figurer aux côtés d’Iron Man et Captain America.

Captain America 3 sera réalisé par Anthony et Joe Russo, qui étaient déjà aux commandes du deuxième épisode.

Le Musée Art ludique prépare l’invasion des superhéros Marvel

Posté par cynthia, le 9 mars 2014

marvel exposition musée art ludiqueAprès son exposition dédiée à Pixar qui a séduit 180 000 visiteurs, Art Ludique-Le Musée proposera d'explorer l'univers Marvel : "L'art des Super-Héros Marvel". De quoi réviser au moment de la sortie du second opus de Captain America prévu le 26 mars, et avant les sorties de The Amazing Spider-Man 2 le 30 avril, de X-Men: Days of Future Past le 21 mai et des Gardiens de la Galaxie le 13 août. Et dix autres films sont déjà en tournage en préparation.

13 milliards de $ au box office mondial

Les Avengers, Iron Man, Captain America, Thor, Hulk, X-Men, 4 fantastiques, Spider-Man et autres Surfer d'argent sont autant des icônes de la BD américaine que des superhéros du cinéma. 31 films déjà sortis : 5,8 milliards de $ de recettes rien qu'en Amérique du nord. 11 de ses films ont rapporté plus de 200 millions de $. Dans le monde, la marque Marvel a récolté 13,2 milliards de $ au cinéma (9 films ont dépassé la barre des 500 millions de $).

Le phénomène est planétaire et semble inusable. C'est d'autant plus suprenant que les "comics" américains se vendent relativement peu en France, par exemple.

Pourtant, leurs costumes et leurs emblèmes sont universels, leur place dans notre imaginaire et dans la culture de notre époque est incontournable. Logique que ces Super-Héros squattent le musée Art Ludique.

300 planches originales

Cette rétrospective présentera un panorama de l'univers Marvel, depuis les planches des bandes dessinées d'origine jusqu'aux dessins de concepts et illustrations réalisés pour les toutes dernières productions au cinéma. Le public va ainsi découvrir et admirer quelques 300 planches originales, issues des publications qui ont vu naître ces personnages mythiques, signées par les artistes légendaires qui ont participé à leur création et leur évolution.

L'exposition dévoilera des œuvres de l'incontournable Jack Kirby, créateur avec le scénariste Joe Simon de Captain America, puis créateur avec Stan Lee des 4 fantastiques, des Avengers, de Thor mais aussi des X-Men.

Les fans pourront également admirer le style incomparable de Steve Ditko, créateur avec Stan Lee de Spider-Man, ainsi que les planches et illustrations originales de nombreux  artistes de Marvel comme John Romita, John Buscema, Don Heck, Tim Sale, Alex Ross, Jim Steranko, Gene Colan, Franck Miller, Neal Adams ou encore celles des artistes français Aleksi Briclot ou Olivier Coipel.

200 dessins et storyboards de cinéma

Un focus sur le studio Marvel, producteur des films, permettra de créer une passerelle artistique contemporaine à travers plus de 200 œuvres réalisées pour adapter les super-héros au cinéma. Les visiteurs pourront se délecter devant les peintures de pré-production des films réalisées par Adi Granov, Charlie Weng ou le cultissime Ryan Meinerding au travers de dessins d'étude, de recherche des personnages et des costumes, des story-boards ou encore du design de véhicules et d’accessoires.

Ryan Meinerding, superviseur artistique et concept designer des films Marvel Studios, est l'auteur des peintures de recherches des costumes de Captain America, des différentes armures d’Iron Man et de l’équipe des Avengers. C’est à lui également que l’on doit la peinture réalisée tout spécialement pour l’affiche de l’exposition “L’Art des Super-Héros Marvel“ et qui sera arborée dès le 22 mars au musée Art ludique.

Le parcours présentera également aux visiteurs de découvrir certains des véritables accessoires utilisés pour le tournage des films, au côté de leurs dessins de concept : le véritable casque d’Iron Man sera présenté pour la toute première fois au public, aux côtés du marteau de Thor, de l’armure d’Iron Patriot, du bouclier de Captain America ou encore, entre autres, de la moto de l’Hydre.

Le parcours de la visite sera jalonné de vidéos (*) offrant  des commentaires de Stan Lee sur l’origine de ses créations, ses influences et inspirations, ainsi que des commentaires d’artistes français parmi lesquels Joann Sfar, Zep et Olivier Coipel.

Un musée Marvel?

Si une exposition sur l'univers Marvel est alléchante, l'idée de créer un musée permanent sur les Super-Héros intrigue davantage. Stan Lee a même confié qu'il y a "une possibilité qu'un jour nos super-héros figurent dans les musées". Il ajoute même, avec enthousiasme, qu'il espère que cela arrivera bientôt afin qu'il puisse assister à l'inauguration.

En attendant un "Louvre" version Marvel, l'éditeur-producteur décline ses héros sur tous les supports : télévision, web, jeux vidéos. La machine à cash n'est pas prête de s'arrêter.

* Un musée Marvel : L’avis de Stan Lee.
Ces images sont issues, pour la plupart, d’extraits diffusés ou inédits du documentaire “Derrière le masque des Super Héros” réalisé en 2013 en prévision de l’exposition “L’Art des Super-Héros Marvel”, sur une idée originale de Jean-Jacques Launier, fondateur de Art Ludique-le Musée et commissaire de l’exposition.

Andrew Garfield rêve d’un Spider-Man bisexuel

Posté par vincy, le 12 juillet 2013

Et si Spider-Man était homo (ou disons bi)? Après Rupert Everett qui rêvait d'un James Bond gay, voilà Andrew Garfield qui ne serait pas dérangé de voir l'homme-araignée fricoter avec des garçons...

Le nouveau Spider-Man s'interroge ainsi sur son personnage de super-héros à haute voix : "pourquoi ne serait-il pas homo?"

Dans une interview à Entertainment Weekly, il expliquait avoir eu une discussion avec le producteur de The Amazing Spider-Man 2, Matt Tolmach, sur les tentations amoureuses de son personnage et plus particulièrement sur MJ (Mary Jane). A savoir : MJ n'existe pas dans le premier Amazing Spider-Man et ses scènes ont été coupées dans la suite, prévue dans les salles l'an prochain.

"C'était une sorte de blague. Et si MJ était un mec? Pourquoi ne découvririons-nous pas que Peter (Parker) explore sa sexualité et qu'il puisse avoir un homme entre ses bras?" Garfield imaginait même Michael B. Jordan, l'acteur de Fruitvale Station et Chronicle, dans le rôle de son bien-aimé. "Ce serait encore mieux [avec lui]. Deux bisexuels qui ont une relation interraciale!"

Garfield a une alliée de poids dans son projet "subversif" : la patronne de Sony. Gay-friendly, Amy Pascal a récemment déclaré la guerre aux insultes homophobes dans les films (lire notre actualité). Marvel n'est pas forcément contre non plus puisque dans The Ultimate Spider-Man, Miles Morales (qui remplace Peter Parker) est à la fois mexicain, noir et possiblement homo.

Alors Spider-Man gay? abstinent? masturbateur invétéré? Peu importe, finalement, chacun fait ce qu'il veut avec ses poignets et la sexualité ne devrait pas être un coup marketing. Mais rappelons que Peter Parker est mort dans le n°700 publié par Marvel Comics. La mort d'un super-héros : personne n'a encore osé faire ça à Hollywood...

Ecran Rose : déjà une parodie pornographique pour The Avengers

Posté par matthieu, le 26 avril 2012

Forcément, budget colossal et blockbuster très attendu, il n'en fallait pas plus que pour The Avengers trouve très vite acquéreurs dans le domaine pornographique. Avengers XXX : A Porn Parody dure 90 minutes et est disponible chez Vivid Comix, studio star du X.

Mais ici point de Scarlett nue dans sa salle de bain (c'est déjà fait) ou de beaux mâles tels que Chris Evans, Chris Hemsworth ou Robert Downey Jr. bandant leurs muscles...

Ce sont des spécialistes qui s'y collent. L'italien Axel Braun, alias G-Man, est en effet réputé dans le milieu de parodies populaires du genre ; il a réalisé Superman XXX, Star Wars XXX, Batman XXX et des dizaines d'autres dans le genre.

Et puisque The Avengers manquait quelque peu de femmes, on ne s'est pas gêné pour compléter la liste afin que chacun trouve chaussure à son pied. Se rajoutent donc Sharon Carter, Miss Marvel, Scarlet Witch, Spider-woman et She-Hulk, en plus de rajouts masculins (Spider-man). Rien que ça. Une orgie de Super-héros, avec leurs super-pouvoirs, et forcément leurs super-orgasmes.

Finalement, The Avengers ne serait qu'une mise en bouche très sage (et très prude) à cette parodie plus complète et festive (jouissive ?).

Pour voir la bande annonce, c'est ici et c'est tout public. Comme pour chaque porno, les jeux d'acteurs sont invraisemblables ; mais ici un budget supplémentaire a été octroyé pour les effets spéciaux et décors en carton-pâte. La sortie est prévue début mai.

Box office : à quand le prochain film milliardaire ?

Posté par geoffroy, le 2 janvier 2012

Les nouvelles aventures numériques de Tintin sont sorties le 26 octobre dernier en France à grand renfort promotionnel. Le démarrage fut tonitruant. Ainsi, les échappées finales de notre petit reporter devraient avoisiner les 5,7 millions de spectateurs. Ce qui mettrait le film de Steven Spielberg à la quatrième place en 2011, derrière Intouchables, Rien à déclarer et Harry Potter et les reliques de la mort partie 2. Rien de déshonorant, donc, même si l’on pouvait s’attendre à mieux pour un personnage aussi iconique. Mais rappelons que l'objectif du distributeur Sony était de 5 millions d'entrées. Malgré son succès international, et avec un résultat juste correct en Amérique du Nord, il ne sera pas le quatrième film de l’année à prétendre dépasser le milliard de dollars dans le monde, club encore très fermé qu'ont rejoint Harry Potter et les reliques de la mort partie 2 (1,328 milliard de dollars), Transformers 3 (1,123 milliard de dollars) et Pirates des Caraïbes et la fontaine de jouvence (1,044 milliard de dollars).

Ces trois suites ont fait passer en quelques mois le nombre de films milliardaires de 7 à 10. L’universalisation des codes narratifs des films hollywoodiens développés en 3D relief et diffusés sur de nouveaux marchés (la Chine notamment) permet aux studios de miser sur des valeurs sûres susceptibles de franchir un tel cap synonyme de succès planétaire. Tintin, quant à lui, visera les 500 millions de dollars (89 films ont passé cette barrière depuis Star Wars en 1977). A la clé, l’assurance d’une suite filmée par Peter Jackson. Quand celui-ci en aura terminé avec son Bilbo

L'année 2012 commençant, Ecran Noir vous propose une petite prospection en vous livrant une liste de films susceptible d’atteindre le milliard de dollars dans le monde. Nous en avons choisi 10, classés par ordre décroissant, et s’échelonnant jusqu’à fin de l’année 2013. Ils ne réaliseront pas tous cet objectif. Une quasi-certitude demeure : le diptyque de Peter Jackson. Il est notre favori et nous ne voyons pas comment, sauf désastre artistique complet, il ne pourrait pas attirer les foules du monde entier après le triomphe de la trilogie du Seigneur des Anneaux, deuxième film dans l'histoire, après Titanic, à avoir été "milliardaire".

1 & 2 / Bilbo le Hobbit - Sortie en décembre 2012 et décembre 2013

Le diptyque de Peter Jackson nous raconte les aventures de Biblo Baggins (Sacquet en français) 70 ans avant les aventures de son neveu Frodon. L’immense succès de la trilogie du Seigneur des anneaux allié au savoir-faire de Peter Jackson (l’utilisation d’une 3D qu’on dit innovante et cadencée à 48 images/seconde), devrait permettre sans mal aux deux films de dépasser le milliard de dollars dans le monde.

3/ The Dark Knight Rises - Sortie en juillet 2012

Clap de fin pour Nolan et sa « trilogie » autour de Batman. Si le troisième opus est aussi bon que les deux précédents, le milliard se profile (The Dark Knight l'avait réussi). De plus, le réalisateur aurait trouvé en Tom Hardy un acteur capable de rivaliser avec la prestation du regretté Heath Ledger. En tout cas, nous y croyons.

4/ L’Age de glace 4 - Sortie en juillet 2012

Scrat et ses amis sont de retour pour un quatrième épisode. Les résultats internationaux du troisième opus plaident en sa faveur. Si le film réalise un score US conséquent, nous voyons bien L’Age de glace 4 se rapprocher du score du quatrième Pirates des Caraïbes. Et, par la même occasion, dépasser le milliard. Seul film d'animation à être parvenu à ce résultat : Toy Story 3.

5/ Monster University - Sortie en juin 2013

Pixar aurait-il du mal à se renouveler ? Après Toy Story 3 et Cars 2, voici la suite – 12 ans après – de Monsters & Cie. Si cette suite est aussi réussie que Toy Story 3 tout est envisageable. Thème universel par excellence, il peut s’imposer partout et le milliard sera atteint sans l’ombre d’un doute. Sauf si, artistiquement, il ne convainc pas.

6/ Superman (Man of steel) - Sortie en juin 2013

L’homme d’acier est de retour sous la direction de Zack « 300 » Snyder. Produit et scénarisé par Christopher Nolan (avec David S. Goyer), la direction artistiquede ce nouveau Superman sera bien différente de celle de Bryan Singer. Le potentiel est énorme et si Snyder ne s’empêtre pas dans ses tics visuels, le fils de Jor-El pourrait bien faire un carton. D’autant que le casting est alléchant (Henry Cavill, Amy Adams, Russel Crowe, Kevin Costner, Dianel Lane, Michael Shannon...) et la maîtrise technique du cinéaste plus à prouver. Difficile mais pas impossible.

7/ The Avengers - Sortie en mai 2012

Produit par Disney (ouille !!), The Avengers est une équipe de super-héros de l’univers Marvel Comics réunissant, entre autre, Iron-Man, Hulk, Thor ou encore Captain America. L’idée marketing notoire est de reprendre les acteurs des personnages cités plus haut. On aura donc l’occasion de retrouver Chris Evans, Robert Downey Jr., Chris Hemsworth, Scarlett Johansson et Mark Ruffalo (celui-ci interprète Bruce Banner / Hulk en remplacement de Eric Bana et, plus récemment, Edward Norton). L’association peut faire mouche comme accoucher d’une souris. Le milliard est incertain, pas impossible. Disney a quand même placé 4 films parmi les 10 milliardaires à date.

8/ The Amazing Spider-Man - Sortie en juillet 2012

Cinq après la trilogie de Sam Raimi, Sony décide de relancer la franchise avec un reboot rajeuni. Audacieux ! Car les films de Raimi ont marqué de leur empreinte l’univers du super-héros au cinéma malgré un troisième épisode quelque peu brouillon. Réalisé par Marc Webb ((500) jours ensemble), The Amazing Spider-Man ne prendra pas le risque de jouer sur les terres de l’inventif Raimi. Le ton sera différent. L’approche aussi. Le milliard sera très dur à atteindre, d’autant qu’il subira la concurrence du troisième Batman 15 jours après sa sortie.

9 / Twilight, chapitre 4 - Révélation partie 2 - Sortie en novembre 2012

Comme Harry Potter cette année, la saga Twilight prendra fin en 2012. Et comme Harry Potter, le démarrage de cet ultime épisode risque de faire trembler la concurrence. Mais parviendra-t-il à titiller le milliard de dollars ? Toute la question est là. A priori, non. La base de son public étant plus restreint à l’international que pour le magicien de Poudlard, le challenge risque d’être hors de portée. Les trois derniers épisodes ont rapporté en moyenne 700 millions de $. A moins que la curiosité ne l'emporte…

10/ James Bond 23 : Skyfall - Sortie en novembre 2012

Saluons le retour de James Bond pourtant sérieusement compromis après les déboires de la MGM. Daniel Craig rempile au côté d’un grand cinéaste, Sam Mendès (American Beauty, Les Noces rebelles, Away We Go, Les Sentiers de la perdition). Le challenge sera compliqué puisqu’il est en grande partie assujetti aux résultats US. Il faudrait que ce nouveau Bond dépasse les 200 millions de dollars aux Etats-Unis pour espérer taquiner les cimes du BO mondial. Or, aucun James Bond n'a dépassé les 170 millions de $ aux US, et les deux premiers 007 avec Craig ont bloqué à 590 millions de $ dans le monde.

2 outsiders possibles

-          Men In Black 3 (sortie en mai 2012). Encore une suite. De celle que l’on n’attendait pas vraiment, le 2 ayant été un quasi naufrage artistique. Il y aura de la 3D, toujours les mêmes acteurs avec Josh Brolin en bonus. Barry Sonnenfeld n’est pas un manchot, mais de là à signer un hit planétaire comme en 1997…

-          Madagascar 3 (sortie en juin 2012). Le deuxième épisode était bien meilleur que le premier. En sera-t-il de même pour le 3 vis-à-vis du 2 ? En tout cas le film à toutes les chances de bien fonctionner à l’international (il se déroule en Europe). Si le film rebondit bien aux Etats-Unis, il pourrait dépasser le second opus (623 millions d dollars dans le monde) et se rapprocher, un peu, du milliard.

Spider-Man à Broadway : critiques assassines, public curieux

Posté par vincy, le 27 février 2011

"'Spider-Man' n'est pas seulement la production la plus chère, elle pourrait aussi être une des pires", "On se demande d'abord 'Où sont passés les 65 millions de dollars?' et après 15-20 minutes 'Quand vais-je pouvoir quitter la salle'?" (New York Times), "L'histoire est à la limite de l'incohérence" (The Hollywood Reporter), "Bazar incontrôlable, avec un trop-plein de ressources, artistiques et financières. Les producteurs de Spider-Man ont par inadvertance financé une forme artistique de mégalomanie" (Los Angeles Times)... N'en jetons plus.

Cinq reports, des accidents à répétition (la chute spectaculaire d'un cascadeur, un acteur blessé),  un départ remarqué d'une des principales actrices : Spider-Man: Turn Off The Dark a coûté 65 millions de $ et a provoqué les railleries voire l'effroi des critiques lors de sa (fausse) avant-première.

Catastrophe industrielle? Pas si simple. Certes le spectacle est maudit. Mais l'enjeu est tellement énorme (pour U2, la metteur en scène Julie Taymor, Marvel) que personne n'a envie d'en rire. Quand un cascadeur, durant une répétition payante (le public accède au spectacle avant sa première officielle), fait une chute de 10 mètres dans le vide, les spectateurs ont du immédiatement sortir, après un baisser de rideau. Le cascadeur s'en sort, malgré une hémorragie interne et pas mal de casse. L'inspection du travail a aussi collé deux avertissements pour violation de mesures de sécurité. Quand l’héroïne de la pièce, jouée par Natalie Mendoza, ramasse sur le crâne une corde d’une dizaine de kilos, elle décide de quitter l'aventure, à quelques semaines de la première.

Et ça ne s'arrange pas depuis les premières représentations : une fois sur deux, Spider-Man ne parvient pas à survoler le public... le mécanisme est coincé, saucissonant le héros dans sa toile. Un rôti de dindonneau. Bien sûr ce sont des répétitions, mais le spectacle a un an de retard. Et sa première définitivement prévue le 11 janvier a été reportée au 7 février puis de nouveau décalée au 15 mars. Le spectacle tourne, mais n'est toujours pas rodé. Mais les critiques se sont lâchés, avant même la première.

Pour l'instant, le spectacle récolte 1,3 millions de $ en moyenne par semaine. Un bon score relatif. Certes, il est le 2e hit sur Broadway, derrière Wicked et devant Le Roi Lion, de la même Julie Taymor. Mais en remplissage, Spider-Man Turn Off the Dark n'est que 5e, avec les deux tiers de ses sièges occupés, à 92$ la place (en moyenne car certaines places sont vendues 275$). À plein, il devrait rapporter 2 millions de $ dans le théâtre de Foxwoods (1 829 places).

L'alliance entre un héros mythique contemporain, Julie Taymor et Bono and the edge  (avec U2) était pourtant une martingale gagnante sur le papier. Sur scène, Reeve Carney, et Matthew James Thomas en remplacement, dans  le rôle de Peter Parker, Jennifer Damiano dans celui de Mary Jane Watson et Patrick Page en Bouffon vert signait pour être les stars du spectacle de l'année 2009, puis 2010 et finalement 2011.

Le spectacle a commencé ses représentations le 28 novembre, et n'ouvrira officiellement que le 15 mars. Près de 80 représentations auront été données, et ont surtout attiré les médias de caniveaux pour les scandales à foison. Maintenant, la presse "sérieuse" s'en empare. Pour l'instant, Spider-Man a rapporté 12,5 millions de $ en dix semaines. Julie Taymor ajuste constamment ce "work-in-progress" et il ne reste plus qu'à espérer un miracle. Mais les musiques "décevantes" (et a priori aucun ajout ou aucune modification n'est planifiée), un deuxième acte "peu excitant", du playback inconcevable pourraient avoir raison de l'optimisme ou du relativisme des producteurs.
Le public est là : mais à Broadway, surtout avec un spectacle aussi cher, c'est la durée qui compte.