Le palmarès 2019 de l’American Film Institute

Posté par redaction, le 5 décembre 2019

L'American Film Institute a dévoilé ses dix meilleurs films, dix meilleures séries TV et deux prix spéciaux. Dans la catégorie cinéma, c'est la palme d'or Parasite, qui rafle tous les prix depuis une semaine, qui a été distinguée. On le voit mal manquer l'Oscar du film international. Dans catégorie TV, c'est la série britannique déjà très récompensée, Fleabag, qui a reçu cet honneur. Soit deux productions non-américaines.

Les dix lauréats cinématographiques comprennent deux productions Netflix, un Lion d'or et quelques cinéastes vétérans et oscarisés (Scorsese, Tarantino, Eastwood, Mendès): 1917 ; The Farewell ; The Irishman ; Jojo Rabbit ; Joker ; A couteaux tirés (Knives Out) ; Little Women ; Marriage Story ; Once Upon a Time in Hollywood ; Richard Jewell.

Les programmes télévisés retenus sont: Chernobyl ; The Crown ; Fosse/ Verdon ; Game of Thrones ; Pose ; Succession ; Unbelievable ; Veep ; Watchmen ; Dans leur regard (When They See Us).

Gotham Awards: Marriage Story et Netflix raflent (presque) tout

Posté par redaction, le 3 décembre 2019

Grosse victoire préalable aux Oscars pour Netflix. Marriage Story de Noah Baumbach a remporté quatre prix, dont meilleur film, meilleur scénario, meilleur acteur (Adam Driver) et le prix du public. Une razzia pour le film qui était en compétition à Venise. Netflix s'en est ajouté deux, soit un total de six (sur 10 trophées) avec le prix du meilleur documentaire (American Factory) et le prix de la meilleure série longue-durée (Dans leur regard, d'Ava DuVernay).

Marriage Story sera disponible sur Netflix le 6 décembre. Outre Driver, cette histoire de divorce réunit au casting Scarlett Johansson, Laura Dern, Alan Alda, Ray Liotta, et Julie Hagerty (la fameuse hôtesse de l'air de Y-a-t-il un pilote dans l'avion?).

Autant dire qu'il ne reste que quelques miettes aux autres. Le studio A24 peut se consoler avec le prix de la meilleure actrice pour Awkwafina (The Farewell) et le prix du meilleur espoir pour Taylor Russell (Waves). Les deux derniers prix ont distingué la réalisatrice française (prix du meilleur nouveau réalisateur) Laure De Clermont-Tonnerre pour The Mustang (Universal-Focus Features) et la série à épisodes courts PEN15 diffusée sur Hulu.

Yorgos Lanthimos se lance dans une mini-série

Posté par vincy, le 24 novembre 2019

Chouchou des festivals et des récompenses, le cinéaste grec Yorgos Lanthimos (La Favorite), va produire et réaliser The Man in the Rockfeller Suit, adaptation d'un essai de Mark Seal (2011) inédit en France.

L'auteur, après avoir enquêté sur Bernard Madoff, avait écrit The Man In The Rockefeller Suit: The Astonishing Rise and Spectacular Fall of a Serial Impostor, l'histoire de Clark Rockfeller, a priori héritier du clan milliardaire. Mais sa femme découvre finalement qui est son mari. En fait, il s'agissait de Christian Karl Gerhartsreiter, imposteur et meurtrier. Il est actuellement emprisonné pour une peine de 27 ans. Outre un meurtre au premier degré dans les années 1980, il a été accusé du kidnapping de sa fille.

La série sera produite par Fox Searchlight, à travers sa nouvelle filiale, Searchlight Television.  A l'origine, la série devait être réalisée par Pablo Trapero avec Benedict Cumberbatch pour le rôle principal. L'histoire avait déjà été adaptée pour un téléfilm, en 2010, avec Eric McCormack dans le rôle de Clark Rockfeller (Who is Clark Rockfeller?). Plusieurs livres ont été publiés sur le sujet, et deux documentaires britanniques sont revenus sur le sujet.

L’empire Disney, le jedi Scorsese et la guerre des toiles

Posté par vincy, le 14 novembre 2019

Les années se suivent et se ressemblent. Depuis 2010, Disney a dominé le box office nord américain annuel sept fois dont les trois dernières années grâce à Pixar, Star Wars et Marvel. Cette année, on prend peu de risques à se dire que l'année terminera sur le triomphe de La Reine des neiges 2, Star Wars épisode IX ou le dernier Avengers qui surclasse tout le monde pour le moment. La domination en 2019 est indéniable: les quatre premières places du box office avec Avengers:Endgame, Le Roi Lion, Toy Story 4, Captain Marvel (et un peu plus loin Aladdin dans le Top 10. Toutes les licences du groupe cartonnent. Disney c'est 40% des recettes en salles en Amérique du nord.

Dans le monde, sept films ont dépassé le milliard de dollars de recettes, dont cinq sont distribués par le groupe. La domination est totale. Maléfique 2 s'offre même une place dans le Top 15, effaçant le semi-échec de Dumbo. Moins de sorties, mais elles cartonnent toutes ou presque.

Une entrée sur cinq est pour Disney en France

La France ne fait pas exception. Le groupe s'arroge une part de marché de 22%. Une entrée sur cinq est pour Disney. Le plus gros succès de l'année c'est Le Roi Lion. Trois des cinq plus gros succès sont des films du groupe. Ils sont 8 dans le Top 20 (tous au dessus de 2 millions d'entrées).

Ce n'est pas terminé puisque, aux USA, Star Wars est déjà le film le plus demandé pour les fêtes si on prend en compte les achats de tickets pré-réservés. Et La Reine des Neige 2 est deuxième, battant tous les records, déjà détenus par les films d'animation de Disney (remakes en "prises de vues réelles" inclus).

En rachetant Pixar, Marvel et Star Wars au prix fort, puis la Fox en début d'année, Disney n'a quasiment plus de concurrents. Enfin presque. Warner Bros a prouvé qu'elle pouvait jouer à jeu égal côté comics avec le Joker. Universal peut compter sur la franchise Jurassic Park/Jurassic World. Et Sony a Spider-Man. Mais aucun groupe n'a la panoplie de blockbusters/franchises de Disney.

10 millions d'abonnés à Disney +

En se lançant la semaine dernière sur le marché du streaming avec Disney +, elle affronte désormais Netflix sur un créneau plus familial et en voulant séduire les fans des sagas propriétaires. Fort de son catalogue et de quelques nouveautés, Disney + a annoncé hier avoir eu déjà 10 millions d'abonnés aux USA (ça reste six fois moins que Netflix sur les Etats-Unis). Le réchauffement climatique a pris cher avec une demande plus forte que prévue, qui a même provoqué un bug paralysant le système. Disney + vise de 60 à 90 millions d'abonnés d'ici cinq ans aux USA. La plateforme sera lancée en Europe fin mars.

D'un côté, on peut être admiratif de cette industrialisation du divertissement, qui conquiert toute la planète (hormis la Chine, puisque le plus gros succès n'est que 14e du box office annuel). De l'autre, on peut s'agacer d'une telle emprise de l'empire sur le cinéma.

Scorsese attaque

On a beaucoup glosé sur les propos de Martin Scorsese à propos des films Marvel. "J’ai dit que j’avais essayé d’en regarder quelques uns et qu’ils n’étaient pas pour moi, qu’ils me semblaient plus proches des parcs d’attraction que des films tels que je les ai connu et aimé au cours de ma vie, et qu’au final je ne pensais pas que c’était du cinéma." A-t-il vraiment tort? Bien sûr qu'il y a de bons films dans l'écurie Marvel (Thor: Ragnarok, Black Panther...). Or, ce qu'il dit est ceci : "Le fait que les films eux-mêmes ne m’intéressent pas relève du goût personnel et du tempérament. Je sais que si j’étais plus jeune, si j’avais grandi plus tard, je serais sans doute excité par ces films, et peut-être que j’aurais envie d’en réaliser un moi-même. Mais j’ai grandi quand j’ai grandi et j’ai développé un sens des films (ce qu’ils étaient et ce qu’ils pouvaient être) aussi éloignés de l’univers Marvel que ne peut l’être la Terre par rapport à Alpha du Centaure."

Notre culture du cinéma se forge avec les films que l'on va voir. Dans les années 1980, on pouvait mettre Le dernier empereur de Bernardo Bertolucci ou L'Ours de Jean-Jacques Annaud en couverture des magazines de cinéma. Des films comme Le nom de la rose, Out of Africa, Amadeus attiraient près de 5 millions de spectateurs (ce que peu d'adaptations de comics réussissent). Hormis Indiana Jones, les Belmondo et Star Wars, il n'y avait aucune franchises qui dépassaient les 4 millions d'entrées. Les années 1990 ont sensiblement connu le même faste pour la diversité du cinéma (y compris américain). Les cinéastes étaient les stars, voire des marques, à l'instar d'Hitchcock.

Les auteurs en perdition

Ces cinéastes n'ont pas disparu. Prenons la définition de Scorsese: "le cinéma était une histoire de révélation (révélation esthétique, émotionnelle et spirituelle). Il s’agissait de personnages, de la complexité des gens et leurs contradictions, et parfois leurs natures paradoxales, la façon dont ils peuvent se blesser et s’aimer les uns les autres et se retrouver soudainement face à eux-mêmes." On peut coller à cette définition des noms comme Pedro Almodovar, Ken Loach, Bennett Miller, Paul Thomas Anderson, Steve McQueen, Wes Anderson, Hirokazu Kore-eda, Bong Joon-ho... Mais force est de constater, qu'ils dépassent rarement les deux millions d'entrées en France et les 30M$ de recettes aux USA.

En revanche, la définition de Scorsese ne correspond en effet pas trop aux films Marvel (mais davantage à Star Wars ou aux Pixar ou même à La Reine des neiges 2), dont les relations interpersonnelles sont assez superficielles le plus souvent, toujours très chastes, et prévisibles à coup sûr. Divertir n'est pas le problème. Spielberg en a toutes les compétences. Hitchcock savait très bien le faire. Bong Joon-ho maîtrise parfaitement l'alliage entre récit, discours et formalisme sans ennuyer le spectateur.

"60 ou 70 ans plus tard, on regarde toujours ses films en s’émerveillant. Mais est-ce qu’on y retourne pour les frissons et les chocs ? Je ne le pense pas. Les décors de La Mort aux trousses sont incroyables, mais ils ne seraient qu’une succession de compositions dynamiques et élégantes et de coupes sans les émotions douloureuses qui sont au centre de l’histoire ou l’absolu perdition du personnage de Cary Grant" explique Scorsese. Ce qui pose la question: Marvel sera-t-il regardable dans vingt, trente ans? Ce n'est pas l'objectif. Disney fabrique une machine à rêves, et les réinventent au gré des époques et des technologies (confère Le Roi Lion, double triomphe à 25 ans d'intervalle dans deux formats).

Prêt à la consommation

"Beaucoup des éléments qui définissent le cinéma tel que je le connais se retrouvent dans les films Marvel. Ce qu’on n’y trouve pas, c’est la révélation, le mystère, ou un véritable danger émotionnel. Rien n’est en danger. Les films sont faits pour satisfaire des demandes bien précises, et ils sont conçus comme des variations autour d’un nombre de thèmes fini. On appelle ça des suites, mais en réalité ce sont des remake, et tout ce qu’il y a dedans a été officiellement autorisé parce qu’on ne peut pas faire autrement. C’est la nature d’un film de franchise moderne : études de marché, tests auprès du public, validations, modifications, nouvelles validations, et nouvelles modifications jusqu’à ce que ce soit prêt à être consommé" explique le réalisateur de Taxi Driver.

On est alors loin d'une expérience inattendue, d'une histoire que le cinéma va "grandir", d'un style singulier qui peut nous émerveiller. Ce que pointe Scorsese c'est l'uniformisation. "Pourquoi ne pas laisser les films de super-héros et les autres films de franchise tranquille ? La raison est simple. Dans beaucoup d’endroits dans ce pays et autour du monde, les films de franchise sont désormais le choix principal quand vous choisissez d’aller voir quelque chose sur grand écran. C’est un temps périlleux pour l’expérience cinéma, et il y a de moins en moins de salles indépendantes. L’équation s’est retournée et le streaming est devenu le premier canal de distribution. Cela dit, je ne connais pas un réalisateur qui ne veut pas créer des films pour le grand écran, qui soient projetés en salle devant un public."

La série, nouveau territoire des auteurs

Son dernier film, The Irishman, n'a été rendu possible que grâce à l'argent de Netflix. Il ne sera pas forcément vu en salles. Tous les films d'auteurs accusent une baisse de fréquentation régulière depuis des années. On parle davantage des séries que des films, à l'exception de quelques phénomènes ou dans le contexte d'une actualité chaude. Mais finalement, nos esprits, notre culture, notre vision du monde et des gens, se construisent avec des films spectaculaire, coûteux, dont on connait la fin, et avec des séries, bien plus audacieuses, plus riches, plus imprévisibles, qui, d'ailleurs, attirent de plus en plus d'auteurs et de réalisateurs.

"Certaines personnes dans ce business sont totalement indifférents à la question de l’art et à la prise en compte de l’histoire du cinéma, ce qui est à la fois dédaigneux et confiscatoire : une combinaison létale. La situation, malheureusement, c’est ce que nous avons maintenant deux champs séparés distinctement : d’un côté le divertissement audiovisuel mondial, de l’autre le cinéma. Ils se croisent encore de temps en temps, mais ça devient de plus en plus rare. Et je crains que la domination financière de l’un est utilisée pour marginaliser et même rabaisser l’existence de l’autre" rappelle le cinéaste.

La détestation du risque

Il est inquiétant que The Irishman n'ait pas trouvé de studio et de distributeur en salles, pas même la Warner capable de signer un chèque pour n'importe quel Eastwood et un chèque en blanc pour n'importe quel Nolan. The Irishman était trop long, trop cher. Difficile à rentabiliser car , "peu importe avec qui vous faites vos films, le fait est que les écrans de la plupart des multiplexes sont occupés par les films de franchise" explique Scorsese. La "disparition du risque" et celle de l'artiste devraient nous inquiéter.

Car Disney, aussi imposant soit son succès, n'est pas à l'abri des attaques. Les récents déboires sur Star Wars - les réalisateurs de Solo évincés en plein tournage, les auteurs de Game of Thrones qui quittent le navire... -, les échecs de la Fox - X-Men notamment - et les tergiversations autour de Spider-Man - le studio, trop gourmand, a failli laisser lui échapper le super-héros pour ses franchises Marvel - montrent que le Royaume n'est pas invincible. Mais aussi que la machinerie peut se gripper au contact des artistes et des visionnaires. C'est un peu la parabole de Le Mans 66 quand les cadres dirigeants de Ford veulent imposer leur système industriel à la "start-up" ingénieuse et inventive de Carroll Shelby qui sait que, sans prise de risques et sans un pilote génial, on ne gagne pas une course. (Nota bene: le film produit par la Fox est distribué par... Disney).

A cela s'ajoute des retours dubitatifs sur certaines productions. La version en prises de vues réelles de La Belle et le Clochard (pour Disney +) n'a pas séduit la critique américaine. Et la série Le Mandalorian ne les a pas plus convaincus. Mais ces deux "produits" suffisent à séduire pour attirer des millions de foyers sur la plateforme. Et Disney produit de bons films, parmi les plus attendus chaque année. Ce désir de cinéma "populaire" n'est pas négligeable, alors que jeux vidéos et séries TV prennent de plus en plus de temps dans la consommation de produits culturels. C'est ce qui explique les synergies/convergences dans les contenus (une marque déjà connue est plus facile à vendre) et une démultiplication des supports (streaming, salles, etc...). La belle facture de La Reine des Neiges 2 le prouve encore. Le savoir-faire du groupe est indéniable et ses succès démontrent qu'il a opté pour la bonne stratégie. Pour combien de temps?

Un nouveau film de Damien Chazelle à noël 2021

Posté par vincy, le 12 novembre 2019

Babylon, le nouveau film de Damien Chazelle (Whiplash, La La Land, First Man), sera distribué par Paramount le 25 décembre 2021 dans quelques salles nord-américaines avant une sortie plus globale en janvier 2022.

Brad Pitt et Emma Stone, qui a remporté un Oscar de la meilleure actrice grâce à La La Land, sont en négociations pour les rôles principaux.

Babylon prendrait place dans le Hollywood de la fin des années 1920, entre cinéma muet et cinéma parlant, en mélangeant personnages réels et fictifs, selon Variety. Le casting pourrait être cinq étoiles.

On retrouvera malgré tout Chazelle avant ce lointain noël 2021, mais sur les écrans de Netflix (encore?!) avec sa série The Eddy. Au générique, on y trouvera Leïla Bekhti, André Holland, Randy Kerber, Joanna Kulig, Liah O'Prey, Tahar Rahim et Amandla Stenberg. Prévue pour l'année prochaine, la série raconte l'histoire d'un propriétaire d'un club de jazz parisien.

Adam McKay: deux séries et un film en préparation

Posté par vincy, le 11 novembre 2019

Après une série de comédies et deux films remarqués par la critique et par les Oscars (The Big Short : Le Casse du siècle et Vice), Adam McKay a créé sa nouvelle société de production, Hyperobject Industries, en lien avec Paramount pictures.

Parallèlement, il a laissé tomber la société de production qu'il détenait auparavant, avec, entres autres, Will Ferrell en associé.

Le premier film de cette collaboration devrait être Don’t Look Up, une satire à l'humour noir qui se déroule autour de l'espace, avec deux astronomes qui découvrent une météorite parée à détruire la terre dans les six mois, et qui font le tour des médias pour alerter l'humanité de son prochain désastre.

Il a également signé un deal pour la télévision avec HBO (Warner Media), diffuseur pour lequel il prévoit une mini-série adaptée du livre de la journaliste Julie K. Brown sur le financier et prédateur sexuel Jeffrey Epstein, qui s'est suicidé dans de mystérieuses circonstances en prison cet été. Il souhaiterait aussi adapter en série le livre d'un autre journaliste, David Wallace Wells, The Uninhabitable Earth, essai sur le réchauffement climatique à la manière de Black Mirror.

Le retour de David Cronenberg … sur Netflix?

Posté par vincy, le 8 novembre 2019

David Cronenberg semblait à la retraite. Mais à l'occasion de la présentation de la version restaurée de son film culte Crash au Festival du Nouveau Cinéma de Montréal, il y a deux semaines, il a confié qu'il travaillait actuellement sur l'adaptation de son roman Consumés, paru chez Gallimard en 2016 (deux ans après sa publication en Amérique du nord).

Cronenberg  aurait vendu l'idée d'une mini-série pour Netflix.

Consumés raconte l'histoire de deux journalistes, Naomi Saberg et Nathan Math, amants et concurrents, qui traquent les affaires sensationnelles. Ils tombent sur l'affaire Célestine Arosteguy, retrouvée mutilée dans son appartement à Paris. Naomi se lance alors sur les traces du mari de la jeune femme, philosophe aux mœurs libertines, et porté disparu. Donc, le principal suspect. A Budapest, de son côté, Nathan photographie le travail d'un chirurgien controversé, Zoltan Molnar recherché pour trafic d'organes... Mais en dormant avec l'un des patients du médecin, il contracte une maladie rare qui l'oblige à revenir à Toronto pour connaître le syndrome.Le tout les mènera vers l'horreur: un complot venu de Corée du Nord où l'on insère des insectes dans les poitrines des femmes.

David Cronenberg n'a rien tourné depuis Maps to the Stars, en compétition au festival de Cannes en 2014.

[iframe https://www.youtube.com/embed/dAetM1dyCxM?rel=0 560px 315pxØ

[Lumière 2019] Frances McDormand, quand cinéma rime avec engagement

Posté par Morgane, le 16 octobre 2019

Festival Lumière. Lyon. Début de semaine. La salle de la Comédie Odéon est pleine et c'est une véritable ovation qui est faite à Frances McDormand. Thierry Frémaux, fidèle au poste, accueille l'actrice et Didier Allouch est là pour mener la discussion. L'actrice oscarisée (Fargo, Three Billboards) est évidemment l'une des muses des frères Coen (elle en a d'ailleurs épouser un des deux), mais elle a aussi tourné avec Wes Anderson, Sam Raimi, Alan Parker, Ken Loach, Robert Altman, John Boorman, Curtis Hanson, ou encore Gus Van Sant.

Indépendance de ses personnages
Un trait de caractère qui revient chez beaucoup de ses personnages c'est cette indépendance. Est-ce quelque chose qu'elle recherche particulièrement?
"Le seul truc qui revient souvent, ce sont mes fesses trop larges!" Plus sérieusement, l'actrice explique qu'au début de sa carrière elle faisait principalement des seconds rôles qui mettaient en avant des personnages masculins (elle le fait très bien d'ailleurs dans Mississipi Burning). "Mais je savais qu'un jour mon fils partirait de la maison et que j'aurais envie de faire autre chose, d'avoir les premiers rôles et ce fut le cas. Depuis que j'ai 50 ans j'ai la chance d'avoir des rôles de femmes très intéressants et je ne compte pas m'arrêter là."

Qu'est-ce qu'être une actrice à l'âge de Netflix?
Elle répond en tant que productrice. "J'ai eu la chance de travailler avec HBO. Quand j'ai développé Olive Kitteridge j'ai regardé The Wire et je me suis rendue compte du réel pouvoir de la série. Il est difficile de raconter l'histoire d'une femme en 90 minutes car il y a beaucoup de choses qui partent dans tous les sens. 30 ans de sa vie en 90 minutes c'est impossible, il fallait bien quatre heures! J'adore les pièces de théâtre qui durent six, huit, neuf heures. On regarde une partie puis on va prendre un café, une autre partie puis on va déjeuner et enfin la dernière partie et on va diner.  Aujourd'hui on a pris l'habitude de faire la même chose à la maison avec les séries. Moi je fais ça avec Fleabag. Je regarde cette série pendant des heures et je m'arrête juste pour manger et aller aux toilettes."

Ses débuts au cinéma
Son premier film c'était Blood Simple des frères Coen en 1984. "C'était une expérience formidable. Tout le monde était débutant. Ça a été mon école de cinéma!" Puis elle a tourné Mississipi Burning dont elle dit avoir obtenu le rôle grâce à Stella qu'elle jouait sur Broadway dans Un tramway nommé désir. "Venant du théâtre j'avais peur d'en faire trop, surtout avec mon visage. Avec Mississipi Burning j'ai pu utiliser tout mon corps, comme au théâtre mais d'une manière plus subtile."

Les Frères Coen, 9 films depuis 1984. Comment la relation évolue?
"J'ai beaucoup appris sur le mariage venant d'eux! En ce moment je travaille avec Joel sans Ethan. Pour la première fois je travaille sur le début de la création du film. Mais après une réunion, Joel m'a dit: 1, il vaut parfois mieux écouter que parler. 2, quand je ne parle pas je pense et 3, avec Ethan on travaille en se comprenant sans dire un mot." Il est souvent bien difficile de séparer les deux frangins. Et pourtant Frances McDormand dit qu'ils fonctionnent bien évidemment ensemble mais sont très différents. "Ethan a l'esprit très littéraire alors que Joel lui est plutôt visionnaire, invente des technologies, travaille le visuel." Et vous, où êtes-vous là-dedans? "Après quelques martinis un soir j'ai demandé à Joel mon mari, est-ce que je suis ta muse? Il a répondu: Mmm, non! Mais au final je préfère être sa productrice!"

Quand on pense Frances McDormand et les frères Coen on revoit directement Marge Gunderson dans Fargo. "Je le vois comme un film de famille. Je n'étais pas enceinte mais notre fils que nous adoptions arrivait quatre mois plus tard. C'était donc un film très personnel."

Les autres réalisateurs
Neuf films avec les frères Coen c'est pas rien, mais Frances McDormand n'a pas travaillé uniquement avec eux. Après Miller's Crossing elle a joué dans Darkman de Sam Raimi. Elle revient alors sur leur période de colocation avec Sam Raimi et les frères Coen à Los Angeles. "J'adore Sam mais je n'ai pas trop aimé jouer dans Darkman. C'est d'ailleurs sur ce tournage que j'ai rencontré Ken Loach. Il cherchait de l'argent et les producteurs voulaient un nom. Je n'étais pas un nom mais comme je jouais dans Darkman ils m'ont embauchée pour Hidden Agenda. J'étais ravie car après Darkman, j'avais besoin de rédemption alors je l'ai suivi en Irlande du Nord et j'ai adoré ça! D'ailleurs je continue de faire cela. Quand je tourne dans des films à gros budget j'ai besoin ensuite de faire des pièces off off Broadway ou de jouer dans des films à petit budget." On la retrouve également chez Wes Anderson. "Comme avec Sam Raimi, on rentre dans son monde, dans son esprit et on doit obéir à leurs règles. Mais je ne suis pas très douée pour ça. Ce dont j'ai besoin c'est de quelque chose de plus organique."

Féminisme et cinéma
"Une femme cinéaste, si elle se plante une fois elle n'aura pas d'autres chances contrairement à un homme. Il faut qu'il y ait des gens au pouvoir qui leur permettent de se planter plus d'une fois." Concernant son discours lors de la Cérémonie des Oscars: "Pour 3 Billboards, j'allais de cérémonie en cérémonie avec les mêmes femmes nommées. J'ai partagé de longs moments avec elles et j'avais donc envie de les inclure dans mon discours. Sur scène, j'appelle les femmes à se lever et elles le font. Je suis tellement excitée que j'en oublie complètement mon discours alors je finis par: J'ai deux mots à vous dire, inclusion rider! et depuis, ma vie est un enfer! (rires) Ce but est inatteignable je le sais et je réalise qu'il faut que les choses évoluent de manière organique."

"Je suis actrice car je veux faire partir de l'échange humain?"
"Plus jeune je trouvais dérangeant quand les gens venaient me voir dans la rue. Les gens pensent qu'on demande la célébrité alors que pas du tout. J'ai donc décidé de me retirer de la promotion des films. Le deal pour moi c'est une photo avec le reste de l'équipe lors d'une première du film et c'est tout. Ainsi ça m'a rendu mon pouvoir de dire non et ça m'a même donné le droit d'être parfois malpolie. Mais mon fils me demandait justement pourquoi j'étais malpolie avec les gens dans la rue. Alors j'ai fait ça autrement. Je répondais non pour la photo mais je disais qu'à la place on pouvait se serrer la main et échanger quelques mots."

C'est ça être actrice pour Frances McDormand, l'échange humain. Pour preuve, sa masterclasse a été l'une des plus longues de l'histoire du festival, dépassant largement le temps prévu.

Décès de l’acteur Robert Forster (1941-2019)

Posté par vincy, le 12 octobre 2019

Il était inoubliable en chargé de caution flegmatique et bienveillant dans Jackie Brown de Quentin Tarantino. Robert Forster s'est éteint à l'âge de 78 ans. Né le 13 juillet 1941, il est décédé ce 11 octobre d'un cancer. Cet italo-irlandais venu de l'Etat de New York avait brillé dans de nombreux seconds-rôles et dans plusieurs grandes séries récentes: Desperate Housewives, Heroes, Alcatraz, Breaking Bad et dans le personnage du shérif Truman, la saison 3 de Twin Peaks de David Lynch.

Paradoxalement, sa carrière a explosé sur le tard. Pourtant il a déjà une longue carrière avant que Tarantino ne le "ressuscite" au cinéma, avec sa seule nomination aux Oscars en bout de course dans la catégorie du second-rôle masculin. Il en a d'ailleurs conclu une sorte de philosophie: "Je ne sais pas comment un gars gagne ou perd dans ce show-business, mais il faut que quelqu'un vienne et vous rende chanceux. Vous ne pouvez pas le faire vous-même."

Bien avant de croiser la route de l'hôtesse de l'air Jackie Brown, Robert Forster avait débuté dans Reflets dans un œil d'or de John Huston en 1967, aux côtés d'Elizabeth Taylor et Marlon Brando. C'est davantage sur le peti écran qu'il trouve de quoi vivre. Car hormis des petits rôles (L'Homme sauvage de Robert Mulligan, Justine de George Cukor, Don Angelo est mort de Richard Fleischer), l'acteur ne perce pas sur le grand écran. On le voit (ou pas) dans de nombreux navets ou séries B (genre The Delta Force de Menahem Golan).

Tarantino, féru du cinéma de vidéoclub ne s'y est pas trompé en le révélant sous un autre jour dans l'un de ses meilleurs films. A partir de là, sa filmographie s'enrichit de plusieurs films par an: Psycho de Gus Van Sant, Supernova de Walter Hill, Fous d'Irène de Bobby et Peter Farrelly, Human Nature de Michel Gondry... Il s'aventure dans tous les genres, tous les styles, mettant au service des cinéastes sa belle gueule et son charisme, pouvant lui permettre de jouer un homme doux et drôle, ou, à l'inverse dur et inquiétant. Même s'il a surtout du endosser des habits d'homme d'autorité, dans l'armée ou la police, à son corps défendant.

Détective dans Mulholland Drive de David Lynch, il confirme son intérêt pour les derniers grands auteurs d'Hollywood. On le suit ensuite dans Petite arnaque entre amis de Jeff Probst, Charlie's Angels : Les Anges se déchaînent ! de McG, Cursed de Wes Craven, Slevin de Paul McGuigan, D War de Shim Hyung-Rae, Cleaner de Renny Harlin, The Descendants d'Alexander Payne, Girl Walks into a Bar et Hotel Noir de Sebastian Gutierrez, La Chute de la Maison Blanche d'Antoine Fuqua, Pionnière (Damsel) de David Zellner et Nathan Zellner...

Il était aussi un conférencier hors pair, doté d'un Q.I. très élevé, ne dédaignait pas prêter sa notoriété à des courts métrages, et s'affichait souvent au théâtre (Un Tramway nommé désir, Douze hommes en colère, La ménagerie de verre, Vol au dessus d'un nid de coucou, ou encore le one-man show The Lifeguard, où il incarnait Ronald Reagan). Forster était un lecteur de livre audio, coach de développement personnel que ce soit pour des prisonniers, des patrons ou des étudiants.

Récemment, il a tourné un petit rôle dans Phil de Greg Kinnear mais les abonnés à Netflix vont surtout pouvoir le voir dans El Camino : Un film Breaking Bad de Vince Gilligan, prolongement de la série TV culte, diffusé sur la plateforme depuis hier.

Une série produite par Gael Garcia Bernal et Diego Luna pour Amazon

Posté par vincy, le 5 octobre 2019

Amazon a réuni les deux plus grandes stars mexicaines, frères de cinéma, Diego Luna (qui a la cote depuis qu'il est apparu dans la galaxie Star Wars) et Gael Garcia Bernal (le chouchou des grands festivals). Pour Bernal et Luna, c'est le premier projet majeur de leur nouvelle société de production, La Corriente del Golfo.

La série qui les réunira raconte l'histoire du conquérant espagnol Hernan Cortes et de l'empereur aztèque Moctezuma II. Bernal et Luna en seront les producteurs. Au casting, c'est Javier Bardem qui devrait incarner le marquis de l'empereur Charles Quint.

La mini-série de quatre épisodes sera réalisée par deux cinéastes en vogue: Ciro Guerra et Cristina Gallego, qui ont coréalisé Les oiseaux de passage. Côté artistique, le projet s'adjoindra le décorateur Eugenio Caballero, la costumière Anna Terrazas et le directeur de casting Luis Rosales, qui étaient tous dans l'équipe de Roma d'Alfonso Cuaron. Logique que le lien se fasse avec le cinéaste oscarisé puisque les deux acteurs mexicains ont été révélés en 2001 avec son film Y tu mamá también.

Steven Zaillian, scénariste de The Irishman de Martin Scorsese, est en charge de l'écriture pour adapter une histoire imaginée à l'origine par Dalton Trumbo.