Cannes 2017: la sélection de la Quinzaine des réalisateurs

Posté par vincy, le 20 avril 2017

Abel Ferrara, Bruno Dumont, Claire Denis (avec Juliette Binoche et Gérard Depardieu pour l'ouverture), Sharunas Batas, Philippe Garrel (again), Amos Gitai sont parmi les véétérans choisis pour faire briller la Quinzaine des réalisateurs, qui fait aussi la part belle aux premiers films ou aux cinéastes prometteurs comme Jonas Carpignano, Sean Baker (Tangerine) ou Carine Tardieu (Du vent dans mes mollets).

D'Indonésie à l'Europe méditerranéenne en passant par la Chine et quelques films venus de Sundance, Edouard Wainthrop a misé sur l'éclectisme. Au toal 19 longs métrages ont été retenus (un de plus que l'an dernier) pour cette 49e Quinzaine sur la Croisette.

Longs métrages

Film d'ouverture
Un beau soleil intérieur de Claire Denis

Film de clôture
Patti cake$ de Geremy Jasper - 1er film

Sélection
A Ciambra de Jonas Carpignano
Alive in France d'Abel Ferrara
Bushwick de Cary Murnion et Jonathan Milott
Cuori puri de Roberto De Paolis - 1er film
Frost de Sharunas Bartas
I Am Not a Witch de Nyoni Rungano - 1er film
Jeannette, l’enfance de Jeanne d’Arc de Bruno Dumont
L’amant d’un jour de Philippe Garrel
L’intrusa de Leonardo Di Costanzo
La defensa del dragón de Natalia Santa - 1er film
Nothingwood de Sonia Kronlund - 1er film
Marlina the Murderer in Four Acts de Surya Mouly
Mobile Homes de Vladimir de Fontenay
Ôtez-moi d’un doute de Carine Tardieu
The Florida Project de Sean Baker
The Rider de Chloé Zhao
West of the Jordan River (Field Diary Revisited) d'Amos Gitai

Courts métrages
Água mole de Laura Goncalves et Alexandra Ramires
Copa-loca de Christos Massalas
Crème de menthe de Philippe David Gagné & Jean-Marc E. Roy
Farpões, baldios de Marta Mateus
La bouche de Camilo Restrepo
Min börda de Niki Lindroth Von Bahr
Nada de Gabriel Martins
Retour à Genoa city de Benoît Grimalt
Tangente de Julie Jouve et Rida Belghiat
Tijuana tales de Jean-Charles Hue
Trešnje de Turi?  Dubravka

Deauville 2015 : 99 Homes et Tangerine distingués au palmarès

Posté par kristofy, le 13 septembre 2015

14 (dont 6 premiers films) ont été présentés aux différents jurys en vue d'une récompense au Festival du film américain de Deauville, et parmi eux se sont détachés Babysitter, Green Room, I Smile Back, Tangerine, 99 homes, Madame Bovary… : on devine des délibérations passionnées. La sélection a d'ailleurs été saluée pour avoir été riche et stimulante.

Benoit Jacquot président du jury, entouré de Louise Bourgoin, Pascal Bonitzer, Louis-do De Lencquesaing, Marc Dugain, Sophie Fillières, Julien Hirsch, Marie Gillain, et Marthe Keller, a rendu son verdict.

Grand Prix : 99 homes, réalisé par Ramin Bahrani, avec Michael Shannon, Andrew Garfield et Laura Dern. Ce film, en compétition à Venise l’année dernière en 2014, n’était bizarrement pas encore été distribué en France, ça sera le cas bientôt : aucune sortie en salles, mais visible en e-cinéma/vod début 2016 par Wild Bunch. 99 homes est l'histoire d'un homme, dont la maison a été saisie par la banque, et qui se retrouve à devoir travailler avec le promoteur immobilier véreux responsable de son malheur.

Prix du Jury : Tangerine, réalisé par Sean Baker. Sélectionné à Sundance et Karlovy Vary, sa sortie est programmée le 30 décembre.

De son côté, le jury Révélation a pour tâche de récompenser un des films plutôt pour un aspect novateur ou son originalité. La présidente est Zabou Breitman, accompagnée de Géraldine Nakache, Alice Isaaz, Rachelle Lefèvre et Stanley Weber, a choisi un film sélectionné cette année à Sundance (primé), Locarno (récompensé) et Toronto.

Prix de la Révélation : James White, réalisé par Josh Mond, avec Christopher Abbott et Cynthia Nixon

Les autres prix sont:

Prix du Public : Dope, réalisé par Rick Famuyiwa, avec Shameik Moore et Tony Revolori, déjà sélectionnés à Sundance (Prix du meilleur montage) et à la Quinzaine des réalisateurs. Il sort le 4 novembre en France.

Prix de la Critique : Krisha, réalisé par Trey Edward Shults. Ce premier film était sélectionné à la Semaine de la critique à Cannes cette année. Il avait reçu le prix du public au SXSW Festival au printemps.

Enfin, le Prix d’Ornano-Valenti qui récompense un premier film français (dans le but d’aider à sa reconnaissance, sa promotion et son exportation) a été remis à Les Cowboys de Thomas Bidegain découvert à la Quinzaine des réalisateurs et dont la sortie est prévue pour le 25 novembre.

Deauville 2015 : la révélation « Tangerine », film réalisé avec un iPhone par Sean Baker

Posté par kristofy, le 8 septembre 2015

© christophe maulave

Les films en compétition sont au nombre de 14. Ils prétendent tous au Grand Prix qui sera décerné par Benoît Jacquot et son jury. ais d’autres jurys auront sans doute un choix différents comme le Prix du Public ou le Prix de la Critique. Ce choix s'avère déjà difficile entre Green Room de Jeremy Saulnier, Dixieland de Hank Bedford, 99 homes de Ramin Bahrani…

De son côté, le jury Révélation a pour tâche de récompenser un des films de la compétition pour un aspect novateur ou son originalité. Cette année la présidente est Zabou Breitman, entourée de Géraldine Nakache, Alice Isaaz, Rachelle Lefèvre et Stanley Weber. Les années précédentes ce Prix de la Révélation a été remis à Humpday en 2009, Les bêtes du sud sauvages en 2012, Fruitvale Station en 2013, A Girl Walks Home Alone at Night en 2014...

Une quête d'authenticité

Cette année, Tangerine de Sean Baker (qui a déjà reçu le prix Robert Altman aux Independent Spirit Awards pour Starlet, son précédent film), s'affirme déjà comme un favori. On découvre un quartier de Los Angeles rarement filmé avec une communauté de noirs transsexuels dont certains se prostituent ou rêvent de chanter. Il y a aussi quelques blancs, liés à la prostitution ou la drogue, et des chauffeurs de taxi originaires d’Arménie… Le temps d’une journée, avant le réveillon de Noël, ils sont tous à la rechercher d’un(e) autre, dans un joyeux chaos, avant de se retrouver malencontreusement au même endroit, obligés de se confronter à leurs secrets. Sin-Dee, après un court séjour de prison, apprend par Alexandra que son mec Chester lui a été infidèle avec une autre femme, Dinah, tandis que le chauffeur de taxi arménien Razmik marié et père de famille est lui à la recherche d’une relation sexuelle tarifée, alors qu'Alexandra donne rendez-vous dans un bar pour ses chansons et que la famille de Razmik l’attend pour dîner… Le scénario est digne d'un soap-opéra.

Pour Sean Baker, « Le thème de la famille est central, donc ce jour du réveillon de noël, et on se rend compte que la seule famille de ces femmes c’est juste elles-mêmes, elles n’ont personne d’autre que leur petit cercle… Certains acteurs n’avaient jamais joués avant, et lors d’ateliers pour des répétitions des choses proposées ont été transposées en dialogues et rajoutés dans le script, on avait un traitement de 70 pages avec parfois des dialogues, parfois juste une description de l’action, j’encourage mes acteurs à improviser même avec un scénario très écrit. On a aussi remplacé des éléments de langage pas assez réalistes par du vocabulaire de la rue autant pour les actrices que pour la famille arménienne pour plus d’authenticité. »

La caméra passe d’un personnage à un autre, presque en temps réel, d’un lieu à un autre le temps d’un extrait de musique (il y a beaucoup de trap music). Très colorée et toujours en mouvement, l'image nous fait découvrir progressivement les différents personnages (retrouver ou attendre quelqu’un à tel endroit) avant de faire se croiser leurs chemins (et créer des conflits). Le rendu visuel est étonnant avec des images très vives et on se retrouve devant un film proche pour la forme à Cours, Lola, cours de Tom Tykwer et dans son contenu à Quick Change de Eduardo Roy Jr…

Filmer avec un iPhone

Pour l’anecdote Sean Baker a tourné son film en utilisant comme caméra un smartphone : « Filmer avec un Iphone était d’abord une contrainte budgétaire, mais on a tirer parti de cet outil pour aussi tourner clandestinement, capter la vie réelle de ce Los Angeles méconnu. Quand un film est réaliste d’habitude les couleurs sont plutôt désaturées mais ça ne convenait pas à mes personnages hauts en couleurs, du coup on a plutôt augmenté les contrastes. Je ne pensais pas qu’il y aurait de la musique au début du projet, et finalement il y a une trentaine de musiques de toute sorte, je suis aussi au montage et la musique est arrivée durant la post-production. C’est élément qui participe beaucoup à l’ambiance du film… »

Ce film Tangerine de Sean Baker avait déjà fait sensation au festival de Sundance, et sa sortie française est déjà prévue pour le 30 décembre.