sami bouajila » Le Blog d'Ecran Noir

Catherine Deneuve honorée au Festival de Dubai

Posté par vincy, le 8 décembre 2015

Catherine Deneuve recevra un prix honorifique pour l'ensemble de sa carrière lors du 12e Festival international du film de Dubai (9-16 décembre). L'hommage sert à récompenser une "carrière illustre qui s'étend sur près de 60 ans et comprends plus de 120 films" explique le communiqué. "Catherine Deneuve est une icône et l'une des femmes les plus influentes du cinéma. Sa contribution au cinéma mondial a été phénoménale et nous sommes fiers d'honorer ses talents incroyables" s'enthousiasme Abdulhamid Juma, directeur de l'événement. L'actrice française a a souligné qu'elle a été chanceuse de travailler dans le monde entier et de voir que son "travail reconnu au Moyen-Orient est comme une preuve que le cinéma est multiculturel et universel".

Catherine Deneuve vient de recevoir un prix équivalent, le 29 novembre, au festival du film d'Antalya en Turquie. Lors de sa 52e édition, le plus grand festival turc de cinéma avait diffusé Le tout nouveau testament, Les parapluies de Cherbourg et Indochine.

Dubai avait auparavant honoré des artistes comme Omar Sharif, Sean Penn, Shah Rukh Khan, Youssef Chahine, Rachid Bouchareb, Oliver Stone, Terry Gilliam. Cette année, les acteurs Ezzat Al Alayli, Naseeruddin Shah et  Sami Bouajila recevront aussi un prix honorifique et Jake Gyllenhaal recevra le Prix Variety "Star internationale de l'année".
Le Festival projettera, entre autres, Spotlight de Tom MacCarthy, Mustang, El Clan de Pablo Trapero, Truth avec Robert Redford et Cate Blanchett, Dheepan, Palme d'or, Room, prix du public à Toronto, Cemetery of Splendour, Francofonia d'Alexander Sokurov, les Suffragettes, 1001 Inventions and the World of Ibn Al-Haytham, court métrage qui fut aussi le dernier film avec Omar Sharif, le dernier Naomi Kawase, Asphalte de Samuel Benchetrit ou encore Sunset Songs de Terence Davies.

Sami Bouajila et Chiara Mastroianni dans le premier film de Farid Bentoumi

Posté par vincy, le 30 novembre 2014

sami bouajila chiara mastroianniDemain, le tournage du premier film de Farid Bentoumi, Sam sera lancé. Sami Bouajila, Franck Gastambide (Les Kaïra, Les Gazelles), Chiara Mastroianni et Hélène Vincent composent le casting de cette histoire co-scénarisée par le réalisateur, Noé Debré (Erran) et Gaëlle Macé.

Le film se base sur l'histoire vraie du frère du cinéaste, même si elle a été considérablement remaniée pour les besoins de la fiction: Sam, 43 ans, décide de participer aux JO pour sauver sa société de production de skis de fond. Particularité: il décide de représenter un pays peu habitué aux JO d'hiver, l'Algérie.

Le film est issu du laboratoire emergence, qui, à l'époque, avait un pitch légèrement différent. Produit par Les films Velvet, Fred Bentouami avait été "marrainé" dans l'édition 2014 par Agnès Jaoui. Le film a reçu l'avance sur recettes avant réalisation en juillet dernier. Il a aussi été récompensé du Prix ARTE des Relations internationales 2012 dans le cadre de l'atelier de coproduction du Festival du film de Dubai. Le projet s'intitulait alors You Are Algeria.

Bentoumi déjà réalisé deux courts métrages, Un autre jour sur terre et Brûleurs (plusieurs fois primés dans les festivals). Ancien stagiaire du Théâtre du Soleil d'Ariane Mnouchkine, il a été metteur en scène de théâtre (Un repas entre amis). On l' a aussi vu en acteur sur le petit écran (Crimes ordinaires), sur le grand écran (Vivantes, Notre univers impitoyables) et sur scène (Molière, Beckett, Brecht, Racine...).

Bouchareb produit le premier film de Bouajila et tourne un remake de José Giovanni

Posté par vincy, le 9 avril 2013

Rachid Bouchareb a un agenda chargé. Il va produire le premier long métrage réalisé par son acteur fétiche, le comédien césarisé (pour Les témoins) Sami Bouajila. Bouajila a joué devant la caméra de Bouchareb dans Indigènes, London River et Hors-la-Loi.

L'acteur a décidé de franchir le pas avec l'adaptation de Meurtre entre soeurs, d'après le livre de Willa Marsh.

Le roman, paru en 2009 en France, raconte l'histoire de deux demi-soeurs Olivia et Emily, dans l'Angleterre des années 50. Leur vie est bouleversée par la naissance de Rosie, la fille préférée de leurs parents. Gâtée et sournoise, celle-ci gâche les espoirs de mariage de ses soeurs. Plus tard, elle convoite la maison familiale où vivent encore Olivia, Emily et leurs parents. Elle doit aussi gérer son mariage avec Rup et les aléas d'Alice, sa fille, junkie sans scrupule.

Le scénario a été coécrit par Bouajila et Zoé Galeron (qui avait écrit London River). Ce modeste budget de 3,8 millions d'euros sera distribué par Le Pacte. Le tournage débutera en septembre, avec Dominique Blanc, Claude Perron, Julie Ferrier, Edith Scob et Francine Berge.

De son côté, Bouchareb prépare son prochain film, son premier depuis Hors-la-Loi il y a trois ans. Brenda Blethyn, deux fois nommée aux Oscars et prix d'interprétation à Cannes pour Secrets et mensonges, déjà de l'aventure de London River, sera la vedette de Enemy's Way, remake librement inspiré de Deux hommes dans la ville, film de José Giovanni, avec Gabin et Delon. Blethyn reprendra le rôle de Gabin, face à Forest Whitaker, qui incarnera le personnage de Delon. L'action a été transposée dans la une petite ville de l'Arizona, de nos jours.

Le tournage débute ce mois-ci.

Un carré d’as de films politiques va donner l’assaut des salles

Posté par vincy, le 9 mars 2011

Le cinéma français a décidé de s'emparer de son histoire récente et de ses tourments politiques. Comme dans les années 70, les producteurs sont attirés par un déclin identitaire qui heurte l'orgueil national. Politique, mais aussi finance, justice, sécurité intérieure, enjeux stratégiques... Les polars ancrés dans le réel ont commencé à se multiplier ses dernières années autour de la crise, du marketing politique (Le président ou encore Le candidat) ou des affaires de corruption (L'ivresse du pouvoir). On notera d'ailleurs que deux films sur l'Affaire Bettencourt sont en préparation. L'un avec Jeanne Moreau, sans doute assez réaliste, l'autre avec Jean Rochefort, plus proche de la satire. En attendant, cette année, les films seront sérieux et dramatiques.

Cette année, L'assaut va lancer l'attaque. Julien Leclercq (Crysalis) revient sur l'affaire d'un Airbus d'Air France pris en otage par quatre terroristes du GIA à l'aéroport d'Alger. 227 personnes enfermées dans l'avion à la veille de noël en 1994. Le film se focalise sur trois personnages : un soldat du GIGN, une technocrate ambitieuse et un Djihahiste obstiné. L'assaut du GIGN sera vu par 21 millions de téléspectateurs. En salles cette semaine, le film se veut le plus réaliste possible, et tourné comme un film de guerre, avec Paul Greengrass comme influence. Pour Vincent Elbaz et Mélanie Bernier, les deux rôles principaux, ce sera aussi l'occasion de mesurer leur popularité.

Omar m'a tuer est aussi inspiré d'une histoire vraie. On se souvient tous de ce jardinier, Omar Raddad, accusé d'avoir tué sa patronne, Ghislaine Marchal, un week-end d'été en 1991. Raddad est aussitôt arrêté et incarcéré. Calme mais parlant mal le français, des lettres de sang le pointent comme le suspect principal, pour ne pas dire le "présumé coupable". Roschdy Zem, de retour derrière la caméra, a choisi Sami Bouajila pour incarner Omar, tandis que Denis Podalydès interprétera le romancier Jean-Marie Rouart,  l'un des principaux animateurs du Comité pour la révision du procès,  auquel il a consacré un ouvrage, Omar : la construction d'un coupable en 1994.

Podalydès sera aussi un autre personnage célèbre : Nicolas Sarkozy. La conquête est l'histoire de la campagne présidentielle 2007. Nul ne sait quel regard portera le revenant Xavier Durringer, qui après des années de télévision, retourne au cinéma. Hippolyte Girardot sera Claude Guéant, entouré de Florence Pernel (Cécilia Sarkozy), Dominique Besnéhard (Pierre Charon), le conseiller en communication, Grégory Fitoussi (Laurent Solly), Bernard Le Coq (Jacques Chirac), Michèle Moretti (Bernadette Chirac), Samuel Labarthe (Dominique de Villepin) et Saïda Jawad (Rachida Dati)... Les métamorphoses de chacun sont déjà le centre d'attention des médias. Mais l'intéressant est ailleurs : quel visage de ces hommes politiques seront montrés avec le scénario de ce film, qui pourrait être présent à Cannes...

L'ordre et la morale sortira en septembre. Son tournage mouvementé et complexe (les équipes ont du aller en Polynésie française, ne pouvant pas tourner en Nouvelle Calédonie) et son histoire hautement sensible en font l'un des films les plus intrigants de l'année. Pas seulement parce que Mathieu Kassovitz en est le réalisateur (et l'acteur, avec Sylvie Testud, Malik Zidi, Philippe Torreton et Iabe Lapacas). Mais l'attaque de la grotte d'Ouvéa, en pleine campagne pour l'élection présidentielle de 1988, est sans doute l'un des faits marquants contemporains les plus passionnants dans le rapport entre la France et ses territoires d'Outre-mer. Dans ce face à face entre un groupe d'indépendantistes Kanaks et le GIGN, avec 30 gendarmes enlevés (et quatre tués), l’assaut ici se finira en un bain de sang qui laisse encore des traces.

Un film sur Omar Raddad : « Roschdy Zem m’a filmer »

Posté par vincy, le 6 mai 2010

Quatre ans après son premier film, Mauvaise foi, le réalisateur Roschdy Zem s'attaque à un fait divers célèbre : l'affaire Omar Raddad. Dans le rôle titre du jardinier accusé à tort d'un meurtre, on retrouvera son ami Sami Bouajila. Les deux comédiens ont souvent partagé l'affiche : Indigènes, London River, Change moi ma vie et très prochainement à Cannes dans Hors-la-Loi. Le casting comprend aussi Maurice Bénichou, Denis Podalydès et Salomé Stévenin.

Omar Raddad avait été condamné à 18 ans de prison en 1994 pour le meurtre d'une vieille femme datant de 1991. Sur demande du Roi du Maroc, le Président Jacques Chirac accorde une grâce partielle en 1996. Il sera finalement libéré en 1998. Sous liberté conditionnelle, et officiellement toujours coupable, Raddad a tenté de mettre fin à ses jours et a vu tous ses appels rejetés. L'affaire est toujours en cours, après analyse graphologique, expertise d'ADN ... Tout semble aujourd'hui encore assez confus.

Le scénario est co-éécrit par Olivier Gorce, Olivier Lorelle et Rachid Bouchareb, à partir de l'autobiographie d'Omar Raddad, "Pourquoi moi?".  Le film est annoncé comme un thriller juridique. Il sera tourné dès ce mois-ci entre Paris, le sud de la France et la Tunisie.

Le siffleur : un petit air entraînant

Posté par MpM, le 5 janvier 2010

Le siffleur"Vous n’avez pas fraudé, d’accord. Mais je ne suis pas obligé d’en convenir, non plus…"

L’histoire : Pour Armand, pré-retraité pépère sur la Côte d’Azur, la vie ressemble à un long fleuve tranquille : sa boutique de prêt-à-porter, sa petite amie Viviane, son restaurant favori l’Aline Roc… Mais voilà qu’un promoteur véreux menace l’Aline Roc et que Viviane le quitte. Désespéré, le paisible Armand fait appel à son frère jumeau, Maurice le siffleur, pour régler la situation par la force.

Notre avis : Ce n’est pas si souvent que le cinéma français nous offre une comédie de qualité, alors pas question de bouder son plaisir. Le premier film du comédien Philippe Lefebvre (adapté d’un roman de Laurent Chalumeau) est sans prétention mais, porté par une brochette d’acteurs en grande forme, il s’avère au final plutôt réjouissant.

Probablement parce que personne ne s’y prend au sérieux et que chacun y a un rôle à sa mesure : François Berléand en dur à cuire de série B, Thierry Lhermitte en promoteur cynique, Clémentine Célarié en quinquagénaire plantureuse et sexy… sans oublier l’irrésistible duo de bras cassés, Fred Testot et Sami Bouajila, qui apportent la touche d’absurdité nécessaire pour empêcher le film de ronronner.

Le scénario, lui, fait la part belle aux situations décalées et surtout aux dialogues savoureux. Peu importe si certaines séquences paraissent plus convenues, ou si le réalisme est largement mis à mal, le rythme est suffisamment soutenu pour que l’on n’ait pas le temps de s’en rendre compte. Légèreté et bonne humeur, on a vu pire pour commencer l’année en douceur !

_________
Bande annonce du film

Rachid Bouchareb se met Hors-la-Loi

Posté par vincy, le 13 août 2009

Alors que son prochain film, London River, sort le 23 septembre prochain, doté d'un prix d'interprétation masucline au dernier festival de Berlin, Rachid Bouchareb (Indigènes) vient de s'attaquer au tournage de Hors-la-Loi. Pour ce film, il retrouve quatre de ses cinq acteurs d'Indigènes : Jamel Debbouze, Sami Bouajila, Roschdy Zem et Bernard Blancan. Les autres comédiens qui les entourent sont Ahmed Benaïssa (Mon colonel, Inland), Larbi Zekkal (Beur Blanc Rouge), Mourad Khen (Mascarades) et Chafia Boudraa (Le thé à la menthe, Beur blanc rouge).

Il s'agit du récit, de 1945 à 1962, de trois frères dont la famille a survécu aux massacres de Sétif., jusqu'à la bataille de l'indépendance de l'Algérie. Un budget confortable (près de 20 millions d'euros) accompagnera ce tournage qui se déplacera aussi en France, Tunisie, en Belgique, en Allemagne et à New York.