Sam Raimi et Dennis Lehane en piste pour le remake d’Un prophète

Posté par vincy, le 23 janvier 2016

Tahar Rahim Niels Arestrup Un prophète

Le remake américain du film de Jacques Audiard, Un prophète, devient de plus en plus concret. Sam Raimi est désormais en négociations avec Sony, selon Deadline, pour réaliser le film.

Le scénario est écrit par l'écrivain Dennis Lehane (Gone Baby Gone, Mystic River, Shutter Island). Reste à trouver la star pour reprendre le rôle qui révéla Tahar Rahim. Le tournage est prévu pour cette année. Pour Sam Raimi, 56 ans, c'est un retour au thriller, après quelques grosses productions. Le réalisateur de la première trilogie de Spider-Man et du Monde fantastique d'Oz (2013), son dernier film en date, a aussi des films comme Un plan simple et Intuitions (The Gift) dans sa filmographie.

Un prophète (2009) a été nommé à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère. Il a récolté de nombreux prix: Bafta du meilleur film en langue étrangère, Grand prix du jury à Cannes, 9 César (dont meilleur film, meilleur réalisateur et un doublé meilleur acteur et meilleur espoir pour Tahar Rahim), deux European Film Awards, Meilleur film au Festival du film de Londres, Prix Louis-Delluc, prix du public au Festival du cinéma européen de Séville...

Le film a rapporté 18 millions de $ de recettes dans le monde, dont 2 millions de $ en Amérique du nord.

Rachel Weisz en méchante sorcière chez Sam Raimi

Posté par vincy, le 6 mai 2011

Les rôles de méchantes sorcières de conte de fée attirent de plus en plus les grandes actrices. Julia Roberts a signé pour être la méchante Reine dans la version actualisée de Blanche-Neige. Rachel Weisz est actuellement en négociation pour jouer la vilaine, Evanora, dans Oz : The Great and Powerful, sorte de "prequel" au Magicien d'Oz.

C'est l'un des projets les plus excitants du moment. Disney a enrôlé Sam Raimi (Spider-Man) pour la réalisation et James Franco (incarnant Oz) et Mila Kunis (Theadora) pour les rôles principaux.

L'histoire suit un VRP, Oz, qui est envoyé dans un lieu fabuleux où il rencontre de véritables sorcières. L'une d'entre elles, la puissante et diabolique Evanora, qui cherche à dominer le territoire, tente aussi de faire passer Theadora, sa gentille soeur, dans son camp.

Rachel Weisz n'a pas joué dans un blockbuster depuis Eragon en 2006 où elle donnait sa voix à la dragonne Saphira, et Constantine en 2005. Son dernier film, The Whistleblower, avec Monica Bellucci, est toujours inédit en France. On doit la voir prochainement dans le thriller Page Eight, le drame romantique The Deep Blue Sea, le film à suspens de Jim Sheridan, Dream House, le prochain film sans titre de Terrence Malick. Elle tourne actuellement 360 de Fernando Meirelles et prépare The Danish Girl, de Lasse Jallström, avec Nicole Kidman.

Sam Raimi, magicien du pays d’Oz?

Posté par vincy, le 15 juin 2010

Trop tentant. Disney a récolté un milliard de dollars de recettes mondiales avec une nouvelle version d'Alice au pays des merveilles. Un réalisateur culte autrefois considéré comme marginal avec ses thèmes macabres (et loin de l'univers Disney), un livre illustré et un dessin animé légendaires, une histoire surprenante (un sequel plutôt qu'un remake) : la formule a fonctionné.

Alors pourquoi ne pas recommencer?

Prenons un réalisateur culte autrefois considéré comme marginal avec ses délires sanguinolents, un roman pour la jeunesse et un film familial légendaire, une histoire surprenante (un prequel plutôt qu'un remake) : la formule a tout pour fonctionner.

Mais là ni Lewis Carroll, ni Tim Burton, ni dessin animé Disney. Ce sera le livre de L. Frank Baum, par Sam Raimi, qui s'attaque au chef d'oeuvre de Victor Fleming : Le Magicien d'Oz.

Disney a, en effet, approché le réalisateur de la trilogie Spider-Man pour revisiter l'univers de Dorothy Gale. Le producteur d'Alice, Joe Roth, a annoncé le projet Oz, the Great and Powerful, qui s'intéresse à un cow-boy dans un cirque, transporté par une tornade dans le mystérieux pays d'Oz. Il est alors confondu avec un certain Magicien...

C'est le premier projet officiel de Sam Raimi depuis qu'il a abandonné la franchise Spider-Man (voir actualité du 14 janvier 2010).

Robin des Bois de Ridley Scott fait l’Ouverture du Festival de Cannes

Posté par vincy, le 26 mars 2010

robin hood ridley scott russell crowe cate blanchett
Ridley Scott revient sur la Croisette, 33 ans après Les Duellistes. Robin Hood (Robin des Bois) fera l'ouverture du 63e Festival de Cannes, le 12 mai prochain. Russell Crowe (Robin), Cate Blanchett (Marian), Danny Huston (Richard), Max Von Sydow, William Hurt (William), Mark Strong (Sir Godfrey), Léa Seydoux (Isabella), Eilen Atkins (Eléanore d'Aquitaine) et  Matthew Macfadyen (le Shériff de Nottingham) fouleront sans doute, sauf conflit d'agenda, le tapis rouge.

C'est la énième version cinématographique autour du héros. De Disney à Mel Brooks, les parodies n'ont pas manqué. On se souvient évidemment des films avec Errol Flynn et Olivia de Havilland (en 1938), avec Sean Connery et Audrey Hepburn (en 1976), avec Kevin Costner (en 1991).

Ridley Scott a été en rivalité avec Sam Raimi et Bryan Singer pour réaliser cette nouvelle version scénarisée par Brian Helgeland, à qui l'on doit L.A. Confidential (sélectionné à Cannes en 1997), Mystic River (sélectionné à Cannes en 2004), mais aussi A Knight's tale, Payback, et les récents The Taking of Pelham 1,2,3 et  Green Zone.

Russell Crowe retrouve son réalisateur de Gladiator et American Gangster. Il est le plus vieux Robin des Bois de l'histoire du cinéma, puisque Sean Connery n'avait pas encore 45 ans en 1975 lors du tournage. Il a gagné une compétition sévère contre Christian Bale pour obtenir le rôle. De la même manière, Cate Blanchett l'a emporté sur Kate Winslet pour le personnage de Lady Marian, initialement prévu pour Sienna Miller.

En France, le film sortira en salles le jour même de l'ouverture puis dans le monde entier, entre le 13 et le 14 mai. A l'origine, Robin des Bois était prévu pour sortir le 19 mai en France.

Berlin 2010 : l’auteur de Shutter Island passe à la réalisation

Posté par vincy, le 11 février 2010

Dennis Lehane est un écrivain spécialisé dans les polars poisseux au bord de la folie ordinaire. Clint Eastwood a transformé son Mystic River en une oeuvre dense et abyssale. Martin Scorsese va présenter Shutter Island à la Berlinale. Imposante production, assez efficace, jouissant de ses références cinématographiques, Shutter fera l'événement grâce à al présence de Gone Baby Gone) et le sera bientôt par Sam Raimi (The Given day). Il a décidé de s'occuper lui-même de sa nouvelle Animal Rescue (tiré du recueil Boston Noir) en faisant ses premiers pas en tant que scénariste et cinéaste. Avec la Fox comme producteur, il n' a plus qu'à profiter de sa venue à Berlin pour vendre son pitch aux distributeurs internationaux...
______
60e Berlinale

Spider-Man 4 se fait doubler par Thor… et met la franchise en péril

Posté par vincy, le 14 janvier 2010

sam raimi spidermanDepuis quelques semaines, les rumeurs n'étaient pas rassurantes. Kirsten Dunst avait laissé filtrer que Spider-Man 4 serait son dernier film, sous entendu qu'elle y mourrait. Et Sony, pour mieux le confirmer, avait commencé à négocier avec Anna Hathaway pour les épisodes 5 et 6. Puis, Sam Raimi ne cachait plus sa mésentente avec le studio. Le choix du méchant semblait un désaccord clivant. Sony voulant John Malkovich.

Tant de désaccords ont conduit à une rupture. Tobey Maguire ne sera pas Spider-Man dans le quatrième épisode. Et Sam Raimi a abandonné le projet. Pour Sony, le coup est rude. Déjà, il avait fallut annoncé le report du tournage, et donc du scénario. Le scénario ne convenait à aucune des parties. Celui de James Vanderbilt, qui parait-il reprendrait l'histoire à son origine (Peter Parker au lycée) a été préféré à celui de Sam Raimi (qui avait le soutien de Maguire) qui faisait évoluer le personnage. Derrière ces choix, il y a sans doute la volonté des producteurs de consolider sa franchise la plus profitable, alors que Marvel appartient désormais à son concurrent Walt Disney. Désormais, aucun héros de Marvel n'ira ailleurs que chez Disney. Autant capitaliser sur celui qui reste dans les murs.

Du coup Marvel et la Columbia avait remplacé Spider-Man 4 par Thor sur créneau du 5 mai 2011. Reléguant Spider-Man 4 aux calendes grecques, officiellement en 2012. Il faut trouver un casting complètement neuf, et un cinéaste. Sony a pour ambition de réussir ce qu'a fait la Warner avec la résurrection de Batman. Une nouvelle direction, donc, mais aussi une voie périlleuse. Contrairement à Batman, Spider-Man ne s'essoufflait pas et la génération de fans reste encore dans la cible.

Plus pragmatiquement, il peut s'agir aussi d'un impact  de la crise financière. Déjà la production de la comédie musicale Spider-Man Turn Off the Dark, mise en scène par Julie "Le Roi Lion" Taymor avec la musique de Bono (U2), a été reportée de quelques mois face au budget pharaonique. Les exigences de Raimi, Maguire et Dunst étaient sans doute énormes, notamment en matière de pourcentage sur les recettes. Or depuis quelques mois, Hollywood (et en fait les investisseurs de Wall Street) privilégient les productions sans stars. Ainsi les analystes financiers qui suivent la Fox (plus précisément son propriétaire, News Corp) ont préféré applaudir le succès d' Alvin et les Chimunks 2 que celui d' Avatar. Si les recettes mondiales n'ont rien en commun, l'un est largement plus "rentable" que l'autre : faire une suite à Avatar couterait plus cher, non pas en budget, mais en recettes à reverser à James Cameron.

Sony a été confronté au même problème. Un budget inflationniste, des recettes potentielles élevées mais stagnantes, et des stars de plus en plus gourmandes...

Le script finalement n'est que l'étincelle, ou le révélateur d'une crise plus financière qu'artistique.

2000-2009 : Les 10 films les plus populaires en Amérique du nord

Posté par vincy, le 27 décembre 2009

decennie.jpg

L'emprise des franchises, des super-héros, de l'heroic-fantasy, et finalement du spectacle, qu'il soit péplum ou animé. C'est dans les vieux pots... Mais où sont les grands auteurs, les drames universels, les comédies (romantiques ou pas)? Car ce qui frappe, hormis l'émergence des Christopher Nolan, Peter Jackson et Sam Raimi au rayon des blockbusters mondiaux, c'est bien l'absence des grands cinéastes venus des années 60/70. Mais aussi l'absence des stars. Les dix plus gros succès de la décennie ont, certes, été porté par des comédiens brillants (Maguire, Bale, Ledger, Mortensen, Neeson ...) mais, hormis Johnny Depp et les voix de Shrek (leader incontesté de l'animation), aucune vedette de catégorie  A n'est présente dans le classement.

Il faut dire que les coûts inflationnistes (notamment en marketing) et la demande abondante d'effets spéciaux ont fait exploser les budgets et ont contraint les studios à choisir des acteurs réputés mais pas trop chers. Bien sûr, une fois la franchise installée, leur cachet explose avec les recettes potentielles de ces mastodontes industriels.

Les Américains ont donc plébiscité des "héros malgré eux", des personnages qui se sacrifient pour le bien commun (ou l'intérêt général). Et ce, même pour le très individualiste Jack Sparrow. C'est d'ailleurs le plus sombre d'entre eux, le plus riche aussi (la redistribution des richesses comme ultime utopie des américains?), qui a triomphé cette décennie et se place, avec Shrek 2, parmi les trente films les plus populaires depuis 1939.

1. Batman The Dark Night (2008) - 533 millions de $
2. Shrek 2 (2004) - 510 millions de $
3. Spider-Man -(2002) - 499 millions de $
4. Pirates des Caraibes 2 (2006) - 464 millions de $
5. Le Seigneur des Anneaux : Le retour du Roi (2003) - 442 millions de $
6. Spider-Man 2 (2004) - 432 millions de $
7. La Passion du Christ (2004) - 429 millions de $
8. Star Wars Episode III (2005) - 426 millions de $
9. Le Seigneur des Anneaux : Les deux tours (2002) - 414 millions de $
10. Le monde de Némo (2003) - 405 millions de $

* recettes en dollars ajustés au niveau du prix du billet de cinéma en 2009.

Jack Ryan mérite-t-il d’être ressuscité?

Posté par vincy, le 17 octobre 2009

chris pineTom Clancy a écrit douze romans, de 1984 à 2003, avec le personnage Jack Ryan. Hollywood n'en a produit que quatre, avec trois acteurs différents (deux fois Harrison Ford, une fois chacun Alec Baldwin et Ben Affleck). Ce qu'on appelle une franchise instable. Clancy a souvent joué avec la chonologie dans la série. Ainsi sans aucun remords, qui pourrait correspondre aux premières aventures de Ryan n'a été que le sixième roman publié. Le phénomène littéraire des années 90 s'est estompé, de nombreux films ont copié le genre (le "techno-thriller d'espionnage").

Logiquement le premier roman avait donné le premier film. A la poursuite d'octobre rouge était un superbe huis-clos avec Alec Baldwin face à Sean Connery. Un énorme hit avec un box office de 200 millions de $ récoltés dans le monde en 1990.

Deux ans plus tard, Harrison Ford, qui cherche une nouveau héros pour remplacer Indiana Jones, a priori à la retraite, reprend le rôle. Là encore Hollywood respecte la chronologie des romans en reprenant Jeux de guerre, deuxième de la série. Plus classique, mais néanmoins captivant, le film ramasse 180 millions de $ dans le monde. Ford revient deux ans plus tard avec Danger immédiat. Le film est l'adaptation du quatrième bouquin, ce qui signifie qu'Hollywood a zappé Le cardinal du Kremlin, troisième opus du feuilleton littéraire. Le film, pourtant moins réussi que les autres, cartonne avec 215 millions de $ dans le monde. Pourtant la franchise s'arrête.

L'échec d'Affleck

Elle reprend en 2002, avec Ben Affleck dans le rôle de Ryan. La somme de toutes les peurs, sans doute le meilleur roman de la série, est le cinquième roman, se situe entre Danger immédiat et Dette d'honneur dans la chronologie du personnage, et, avec un Jack Ryan plus jeune, se situe presqu'aux origines de l'histoire, tout en la situant après la Guerre Froide. Hollywood veut donc relancer les aventures de l'agent de la CIA. L'épisode est rentable, rapporte 193 millions de $ dans le monde, mais attire en fait beaucoup moins de spectateurs. Il arrive quand Clancy veut en finir avec son héros, qui lui-même evnd moins en librairie. Et puis Affleck est un choix problématique. Tandis que son ami Matt Damon réalise un très beau coup avec les Jason Bourne (film réussi, succès public et critique, réinvention du genre), l'acteur amorce son déclin. D'ailleurs, l'année suivante, Daredevil sera son dernier hit. Surtout sa relation avec Jennifer Lopez, à l'époque, parasite tout le planning média du film...

Jack Ryan ne renaît pas jusqu'en 2008, quand Sam Raimi propose à la Paramount, détentrice des droits, de relancer la franchise. On ne sait pas si Raimi est toujours intéressé, mais le studio a annoncé cette semaine qu'il négociait avec Chris Pine, l'un des acteurs ayant le mieux profité du carton de Star Trek version 2009, dans le rôle de James T. Kirk, produit aussi par la Paramount. Le script est en cours de réécriture.

Si la résurrection cinématographique n'est pas prévue pour être dans les salles avant 2012, il reste étonnant après autant de déboires, et des résultats acceptables mais pas triomphants, que l'on mette autant d'énergie sur un agent de la CIA qui a changé si souvent de tête, sans jamais être réellement incarné.

Le jeu vidéo, ultime conquête du cinéma?

Posté par vincy, le 28 août 2009

princeofpersiapic2.jpgDans Ultimate Game, qui sort mercredi 2 septembre sur les écrans français, un créateur de jeux invente des logiciels si puissants que ce sont de vrais humains qui sont contrôlés par les joueurs, à travers des nanotechnologies implantées dans le cerveau des « personnages ». Society ressemble ainsi furieusement aux Sims. Quant à Slayers il démontre avec quel cynisme on s’amuse de l’ultraviolence. Si le film, en soi, est trop binaire pour que la satire soit profonde, il s’interroge avec pertinence sur la surenchère du jeu vidéo dans nos sociétés, le rapport du consommateur avec l’interactivité et le virtuel. Le premier tiers du film n’est qu’un jeu vidéo réalisé pour le cinéma : sans joy-stick. Et c’est là que le spectateur est frustré, là où le joueur se serait éclaté. Le jeu vidéo est une menace plus grande pour le cinéma que le piratage. Les cinéastes en ont bien conscience. Tous les plus beaux et spectaculaires effets numériques ne remplaceront pas un jeu interactif où le joueur est l’acteur principal. En termes de sensations, le jeu sera toujours plus fort que le film, même si le cinéma reste le plus beau vecteur d’émotions.

Les critiques désastreuses autour de ce type d’adaptations ont freiné les inspirations

Courrier International
fait sa couverture avec le phénomène des jeux vidéo qui désormais s’adressent à tous les sexes et tous les âges. Le Los Angeles Times note qu’après la grande vogue des adaptations de bande dessinées, la mode est aux transpositions de jeux vidéo sur grand écran. Ce n’est pas vraiment nouveau, mais jusqu’à présent il s’agissait de séries B. Ainsi la trilogie des Resident Evil, avec Milla Jovovich, a cumulé 377 millions de $ dans le monde. Silent Hill (100 millions de $ dans le monde), Hitman (100 millions de $ dans le monde aussi), Mortal Kombat (122 millions de $), Doom (54 millions de $), Street Figther (100 millions de $) peuvent être classés dans la catégorie navets. Gros succès en jeux, Super Mario Bros ou encore Wing Commander ont été d’énormes fiascos au cinéma… La plupart dépasse rarement les frontières japonaises et finissent en imports ou en vidéo en occident. Beaucoup ont été réservés pour le petit écran, souvent formatés en séries animées. On aurait pu croire que les cartons de Tomb Raider (430 millions de $ dans le monde en deux épisodes) allaient entraîner une vogue du genre. Mais les critiques désastreuses autour de ce type d’adaptations ont freiné les inspirations.

Artistiquement, seul Final Fantasy : The Spirits Within (à peine 85 millions de $) est regardable.Il semblerait qu’Hollywood veule désormais y mettre les moyens. Après Max Payne (86 millions de $ au BO mondial), les studios commencent à réinvestir dans le secteur. On va ainsi revoir un Mortal Kombat en 2010. Tekken finira sans doute dans les rayons DVD assez rapidement après sa sortie en salles. Cependant Spy Hunter, Clock Tower, Driver, Splinter Cell, Halo sont déjà en pré-production. Les Sims pourraient envahir les salles d’ici 3-4 ans.Aucun Myst à l’horizon ni de Space Invaders. Pas de Quake, de Donkey Kong, ou de Grand Theft Auto. Mais World of Warcraft est attendu pour 2011, réalisé par Sam Raimi lui-même. On change de niveau. Lara Croft serait de retour, sans Jolie, en 2012.

Inventer le spectacle du XXIe siècle
Surtout, Walt Disney et Jerry Bruckheimer (Benjamin Gates, Pirates des Caraïbes, Armageddon, « Cold Case ») ont produit l’adaptation du jeu vidéo d’Ubisoft, Prince of Persia. Tourné principalement au Maroc durant l’été 2008, il sortira dans les salles en mai 2010. Réalisé par Mike Newell (Harry Potter 3, 4 mariages et un enterrement), il met en vedette Jake Gyllenhaal. Autant dire qu’il s’agit du premier blockbuster calibré pour être un succès mondial au cinéma, et pas une simple extension de jeu vidéo pour le samedi soir.

Si Prince of Persia encaisse les dollars, on peut imaginer les studios se jeter sur tous les jeux vidéos de ce style. D’autant que la jeune génération de cinéastes a baigné dans ces jeux. Le divertissement leur est familier. Il s’agit même pour certains d’une source d’inspiration, comme peut l’être la peinture, la photographie ou le cinéma étranger. Les réalisateurs pourront même s’amuser à imaginer et réaliser des jeux comme on fait appel à des comédiens célèbres pour incarner des personnages. Il est fort probable qu’un film puisse être le départ d’une histoire qui se déclinera en jeu vidéo, ou l’inverse : que la conclusion d’un jeu soit un film de cinéma. Le 7e Art a encore une petite lognueur d'avance avec la technologie 3D. mais elle sera de courte durée, puisque le relief arrivera assez vite sur les écrans d'ordinateur et de télévision. Il est dans ce cas assez logique que le Comic Con de San Diego soit devenu un lieu incontournable pour les Jackson, Spielberg, Cameron et autres Verbinski. BD, jeux vidéos et cinéma s’allient désormais pour inventer le spectacle du XXIe siècle.

Retour aux sources pour Sam Raimi

Posté par geoffroy, le 28 mars 2009

C’est avec une certaine fébrilité (ne parlons pas d’impatience, le mot est définitivement trop faible) que nous venons d’apprendre que le maître Raimi, non content de nous offrir fin mai un Jusqu’en enfer à priori bien excitant, serait en train de plancher avec son coscénariste de frère sur un quatrième Evil Dead (là, ça calme tout le monde, n’est-ce pas !). En effet, Sam Raimi confirme l’existence d’une dizaine de pages – je sais c’est super mince, mais l’idée de revoir bientôt sur les écrans un Bruce Campbell camper l’inénarrable Ash mérite toute notre attention – remplie de bonne intention. « Il y a des dialogues. Ash qui fait l'idiot, Ash qui prend de la drogue. Des détails sur les personnages, la structure de la deuxième partie. D'autres possibilités sur ce qui pourrait se passer. Ce sont des idées, des blagues, des choses qu'on aimerait voir." Bien sûr, s’il ne faut pas s’emballer, le projet semble être sur les rails. Et puis entre deux spiderman (il tient la corde pour réaliser le quatrième opus), il est bon de voir Monsieur Raimi retrouver le goût de ses premières amours cinématographiques.

Comme dirait Ash dans le cultissime Evil Dead III : l’armée des ténèbres : d’enfer !