Films sous les étoiles : Avatar pour commencer une nuit blanche de cinéma

Posté par vincy, le 29 juin 2013

avatar

Pour cette dernière soirée de cinéma en plein air, Films sous les étoiles (séances gratuites, dans le superbe Domaine de Saint-Cloud), vous propose une projection "classique" à 22h30 au 3 Bouillons  avec le court métrage Le Western, de Frédéric Darie (1999) suivi du western écolo Jeremiah Johnson de Sydney Pollack (1971), avec Robert Redford, Will Geer et Allyn Ann Mclerie.

Mais l'événement sera à la même heure, dans un autre lieu du parc, au Fer à Cheval. Prévoyez les thermos, grignotages et surtout le gros châle : une nuit blanche de cinéma. Après le court métrage animé de Michael Dudok de Wit, Le moine et le poisson (1994), vous enchaînerez avec Avatar de James Cameron (2009), suivi de Blow up de Michelangelo Antonioni (1967) et de Delivrance de John Boorman (1972). Trois grandes expériences cinétiques pour illustrer le thème du Festival cette année : paysages et jardins. Qu'elle soit le cadre fantastique et sacré pour une histoire d'amour ou hostile et psychologiquement meurtrier, cette nature ordonnée ou désordonnée inspire là un film de science-fiction devenu culte dès sa sortie, une oeuvre avant-gardiste et bluffante, et une fiction où les paysages sauvages rivalisent avec la sauvagerie humaine.

Côté Oscars, Avatar a été nommé 9 fois (dont film et réalisation) et a gagné trois statuettes (image, direction artistique, effets visuels), Blow Up a été nommé deux fois (réalisateur, scénario) et Délivrance a été nommé trois fois (film, réalisateur, montage). Blow Up a par ailleurs reçu la Palme d'or au Festival de Cannes.

Films sous les étoiles : Minuit dans le jardin du bien et du mal… à 22h15

Posté par vincy, le 28 juin 2013

minuit dans le jardin du bien et du mal

Films sous les étoiles, c'est tous les soirs du 27 au 29 juin, au Domaine national de Saint-Cloud, et c'est gratuit. Ce vendredi soir, si la météo le permet, les spectateurs pourront voir à 22h15 aux 3 bouillons à la belle étoile le court métrage animé Runaway de Cordell Barker, suivi de La folie des grandeurs, le film culte de Gérard Oury avec Louis de Funès, Yves Montand et Alice Sapricht. Au fer à cheval, même heure, changement de genre avec le court métrage animé Mirabella de Pierre-Adrien Lecerf, suivi de Minuit dans le jardin du bien et du mal de Clint Eastwood.

Le film, sorti il y a 15 ans, est l'adaptation du roman de John Berendt. Un de ces polars poisseux qui vous hante longtemps. Le reporter John Kelso (John Cusack) est envoyé à Savannah, ville historique du Sud américain, avec ses traditions et son aristocratie, pour couvrir la fête annuelle que Jim Williams (Kevin Spacey) organise à Noël. Cette nuit-là, Williams, antiquaire très riche de la ville, est arrêté, suspecté d'avoir tué son petit ami, plus jeune que lui, Billy hanson (Jude Law). Kelso décide de changer l'angle de son reportage et s'intéresse alors à l'enquête et ses conséquences.

Eastwood traite dans ce film de sujets qui lui étaient jusque là tabous comme l'homosexualité. Summum d'ambiguïté, le film noir s'intéresse à une société en décadence, avec ses transsexuels, ses juges d'un autre temps, ses pratiques vaudoues, ses rituels festifs atemporels. S'il n'est pas parfait, Minuit dans le jardin du bien et du mal reste l'un de ces grands films où les acteurs procurent plus de plaisir que l'enjeu narratif lui-même. Les fans ont reproché à Eastwood d'avoir trahi le livre. Pourtant, entre burlesque, humour noir, hommage à un cinéma révolu, le film est plus audacieux qu'il n'y parait, avec un usage du flash-back malin, qui permet de nous perdre dans différentes versions des faits. Minuit dans le jardin du bien et du mal est une forme de quintessence de l'oeuvre trouble. De celles qui nous happent.

Films sous les Etoiles : A l’Est d’Eden en ouverture

Posté par vincy, le 27 juin 2013

à l'est d'eden james dean

Films sous les étoiles, c'est tous les soirs du 27 au 29 juin, au Domaine national de Saint-Cloud, et c'est gratuit.

Pour l'ouverture de cette 10e édition placée sous le thème "Le jardin, le paysage", les cinéphiles pourront revoir aux 3 bouillons le classique d'Elia Kazan, A l'Est d'Eden, précédé par le court-métrage animé Le jardin, de Marie Paccou (2002). A 22h15, au Fer à cheval, le programme prévoit Dialogue avec mon jardinier, succès populaire de Jean Becker avec Daniel Auteuil et Jean-Pierre Darroussin (2007), précédé du court-métrage animé Le génie de la boîte de raviolis de Claude Barras (2006)

À l’est d’Éden est le premier film en couleurs et en cinémascope d'Elia Kazan. Sorti en 1955, cette adaptation du roman éponyme de John Steinbeck, publié trois ans avant, a reçu un Oscar (second-rôle féminin) et trois nominations aux Oscars (acteur, réalisateur, scénario) le Golden Globe du Meilleur film dramatique et un prix du film dramatique au Festival de Cannes.

Le film se déroule en 1917 dans la vallée de Salinas. Adam Trask et ses deux fils, Cal et Aaron, exploitent le terrain. Les deux frères croient que leur mère est morte alors qu'elle les a abandonné à leur naissance. Cal (James Dean) pense que son père ne l'aime pas, qu'il est le mal incarné et se complait dans le rôle du fils incompris. Quand il apprend que sa mère, tenancière d'une maison close, vit à proximité... Parallèlement, la fiancée (Julie Harris) de son frère va tomber sous son charme.

Le film avait été l'un des dix grands succès de l'année 1955 en France avec 4,2 millions de spectateurs.

Un « Kiss-in » à Saint-Cloud pour narguer la censure de l’affiche de L’inconnu du Lac

Posté par vincy, le 11 juin 2013

Allez! Tous à Saint-Cloud (c'est direct en tramway T2 et en Transilien à partir de La défense et Saint-Lazare, pas très loin du métro Pont de Saint-Cloud)! Pour contrer la censure de l'affiche du film L'inconnu du Lac par la ville, un "kiss-in" est organisé mercredi 12 juin à 19h devant l'hôtel de ville de Saint-Cloud.

A l'AFP, Pascale Ourbih présidente du festival de cinéma LGBT Chéries-Chéris a déclaré : "Je soutiens cette initiative mais je n'en suis pas l'initiatrice". Le Fetsival songe à rendre hommage au réalisateur du film Alain Guiraudie lors de sa prochaine édition en octobre.

Rappelons que l'affiche a été retirée parce qu'une vingtaine d'habitants de Saint-Cloud se sont plaints directement auprès de la mairie. La ville de Versailles a également censuré le poster.

Elle est pour le moment restée sur 350 autres panneaux publicitaires dans toute la France, selon le distributeur Les Films du Losange.

Ce mardi, la ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti, a estimé que ces retraits d'affiches constituaient «un acte de censure qui porte atteinte à la liberté de communication et d'expression». Pour elle, l' affiche «ne présente pas les risques pour l'ordre public qui pourraient justifier des mesures de restrictions par les autorités compétentes», soulignant qu'elle «a été reproduite dans la plupart des médias alors que le film était dans sa phase promotionnelle» avant sa présentation au festival de Cannes. Elle précise que "Cette affiche créée par l'illustrateur  Tom de Pékin, qui représente notamment au premier plan le dessin d’un baiser entre deux hommes, transpose, avec la liberté artistique qui doit être reconnue à tout créateur, le propos et l'ambiance du film."

Films sous les étoiles : les voyages immobiles

Posté par vincy, le 23 juin 2011

Les soirées du 23 et 24 juin et toute la nuit du 25 juin, le Domaine national de Saint-Cloud (région parisienne) vous invite à la 8e édition de Films sous les étoiles, événement qui lance la saison des Festivals de cinéma en plein air.

Cette année, en plus d'un long métrage sur la thématique du voyage, les séances proposeront un court métrage supplémentaire : une bonne idée que l'on recommande aux salles de cinéma comme à de nombreux festivals.

Comme chaque année, la nuit du 25 juin sera blanche et un petit-déjeuner attendra au lever du soleil (sur tout Paris, Tour Eiffel inclue) les courageux.

Rappelons que l'événement est gratuit.

Jeudi 23 juin : Tandem, de Patrice Leconte. Voyage en France et sur les routes nationales ; Easy Rider, de Dennis Hopper. Voyage à travers l'Ouest Américain.

Vendredi 24 juin : Carnet de voyage, de Walter Salles. Le jeune Guevara pas encore Che, de Buenos Aires à l'Amazonie ; Le peuple migrateur, de Jacques Perrin. Tour du monde à vol d'oiseaux.

Samedi 25 juin : Voyage au centre de la terre, d'Henry Levin. Territoires inexplorés ; Little Miss Sunshine, de Jonathan Dayton et Valerie Faris. Road-movie vers la Californie ; La forêt d'Emeraude, de John Boorman. Immersion en jungle obscure ; Into the Wild, de Sean Penn. Le Grand Ouest et le Grand Nord américains.

_________
Informations pratiques

Centre des monuments nationaux / Domaine national de Saint-Cloud
site internet

Pique-nique à partir de 19h30.
Projections à partir de 22h environ en plein air (Prévoir des vêtements chauds)

Métro : Pont de Sèvres, ligne 9 ; Boulogne Pont de Saint-Cloud, ligne 10
Bus : 52, 72, 126, 160, 175, 460, 467
Station Vélib : Pont de Saint-Cloud
Tramway : Parc de Saint-Cloud, T2
En voiture : A13, sortie Saint-Cloud
SNCF : Gare de Saint-Cloud

« Films sous les étoiles » joue la carte du patrimoine

Posté par anne-laure, le 24 juin 2010

films sous les etoiles 2010Les 24, 25 et 26 juin 2010, vivez le Cinéma des monuments » en plein air. Dans le cadre de la manifestation nationale du Centre des monuments nationaux « Monuments et cinéma », la 7ème édition du festival de cinéma en plein air « Films sous les étoiles » vous fera découvrir de nombreux films invitant à découvrir le patrimoine français, tournés dans des monuments nationaux ou simples représentants de ceux-ci. Qu'ils soient source d'inspiration, fil conducteur du scénario ou décor grandiose, les monuments feront figures d’acteurs à part entière.

De Ridicule (Patrice Leconte, 1996) à Peau d'âne (Jacques Demy, 1970), en passant par Les Liaisons dangereuses (Stephen Frears, 1988) et Marie-Antoinette (Sofia Coppola, 2006), il y en aura pour tous les goûts. Un James Bond s'est même invité dans la programmation.

Et comme on dit, tous les goûts sont dans la nature… Et dans le patrimoine aussi.

________
Programme du festival 2010

Films sous les étoiles : C’est dit, rec.

Posté par vincy, le 27 juin 2008

cap24-cdirect.jpgPour donner suite au "post" du 24 juin concernant le festival Films sous les étoiles, la directrice de programmation nous a répondu lors du tournage de l'émission "C Direct" (Cap 24 ; partie 1 et partie 2) qu'il avait été difficile d'avoir certains films pour diverses raisons : mauvaise copie, absence de sous-titrage, refus net d'un distributeur... Parfois, il n'existe qu'une copie, à Londres...  Le miracle est d'avoir eu Cars (c'est très rare que Disney diffuse un de ses films en festival) ou Un homme et une femme (une seule copie, qui explique la présence de Lelouch hier soir lors de l'ouverture).

Alors que tout le monde parle d'action culturelle, d'éducation par la culture, on sent bien que les "ayant-foi", ces organisateurs de Festivals, ont de plus en plus de difficultés à rassembler une programmation dans de bonnes conditions. A cela, il faut désormais ajouter une étape : la validation de la programmation par le CNC et la DRAC. N'y a-t-il pas trop de verrous?

Films sous les étoiles, des voitures et des travellings

Posté par vincy, le 24 juin 2008

La cinquième édition de Films sous les étoiles se tiendra au Parc de Saint-Cloud du 26 au 28 juin. Dédiée à l'automobile "star de cinéma", il est d'ailleurs plus facile de rejoindre les lieux en voiture qu'à pied ou en transports en commun...

Au programme Miss Daisy et son chauffeur, Les choses de la vie, Un homme et une femme, Duel, Voyage surprise, Taxi Driver, Thelma et Louise, Speed, Cars, La dernière cavale, Fast and Furious, Godlfinger, Christine, Jours de tonnerre. De course ou amphibie, parlante ou rockeuse, objet de désir ou révélateur d'égo, cercueil ou championne, la bagnole a toujours été une vedette idéale pour l'art du mouvement. Mais quid d'un film muet avec les premières Ford T, de la poursuite légendaire de Bullitt ou des 24 heures du Mans avec Steve McQueen, de cette merveilleuse Coccinelle et ses courses improbables, de La fureur de vivre ou de La plus grande course autour du monde, de Voyage à deux ou du Fanfaron, du Grand embouteillage ou du récent Speed Racer?

La programmation permet, malgré tout, de revoir ou découvrir de grands classiques signés Spielberg, Carpenter ou Scorsese. Et d'oublier, le temps d'une projection, que tout cela consomme beaucoup d'essence et pompe bien les portefeuilles. Comme la cigarette, l'automobile risque un jour d'être un objet fétichiste et nostalgique du 7e art.