Pourquoi Hitman & Bodyguard est le parfait buddy movie

Posté par wyzman, le 24 août 2017

On a malheureusement peu l'occasion d'en parler sur Ecran Noir mais on adore jeter un coup d'œil aux buddy movies. Pour les non-initiés, le buddy movie désigne un genre de films où l'intrigue principale repose sur deux héros souvent très différents. Dans la catégorie buddy movie, on peut ainsi mettre Taxi, Rien à déclarer, De l'autre côté du périph' pour le cinéma français et Bad Boys, Wild Wild West et The Nice Guys pour ce qui est des États-Unis.

Un exemple à suivre

Si l'on vous parle de ce genre cinématographique, c'est parce qu'il vient de trouver un nouveau représentant en la personne de Hitman & Bodyguard de Patrick Hughes, sorti hier en France. Centré sur les péripéties d'un garde du corps (Ryan Reynolds) engagé pour protéger un tueur à gages (Samuel L. Jackson) devant témoigner dans le procès d'un dictateur biélorusse (Gary Oldman), Hitman & Bodyguard est un superbe exemple de "comédie d'action pour potes".

Grâce à un comique de répétition (cf l'expression "motherfucker"), des quiproquos, des joutes verbales sans fin et de l'action bien introduite, le scénario de Tom O'Connor s'avère finalement assez fin - pour ce type de films. Outre les scènes d'action, le scénariste de Fire with Fire parvient à faire la part belle à tous les acteurs présents au casting. Ryan Reynolds est ainsi excellent en garde du corps déclassé tandis que Samuel L. Jackson rayonne en taulard vulgaire et amoureux.

Des qualités indéniables

Plus encore, Hitman & Bodyguard vaut le détour pour ses personnages féminins. Il y a tout d'abord la complexe Amelia (jouée par Elodie Yung) qui donne du fil à retordre au cœur de Michael (Ryan Reynolds). Puis vient Sonia ! Incarnée à l'écran par la superbe Salma Hayek, Sonia est sans conteste le personnage le plus délirant et original de Hitman & Bodyguard. En anglais, on l'appellerait un "scene-stealer" car c'est précisément ce que fait Salma Hayek dans le film. Chacune de ses apparitions est un tel régale qu'elle en éclipse ses partenaires et c'est en cela que le film se démarque des autres cités plus haut. Il n'a pas peur de faire d'un personnage secondaire un élément clé de son intrigue. Et c'est avec beaucoup de joie que l'on accueille ces deux personnages féminins aussi attachants et nécessaires que les deux protagonistes.

Enfin, et parce qu'il s'agit d'un film d'action, impossible de passer à côté des scènes de combat qui sont très bien chorégraphiées et souvent audacieuses. Le réalisateur d'Expendables 3 est parvenu ici à rendre drôle et crédible un accident de la route dans lequel Ryan Reynolds est projeté à travers le pare-brise pour finalement atterrir sur ses pattes. Entre ça et le mémorable combat dans un magasin de bricolage, que demander de plus ?

Deadpool: carton planétaire et suite en préparation

Posté par cynthia, le 15 février 2016

deadpool

150M$ en 4 jours aux Etats-Unis: Deadpool, le héros Marvel le plus déjanté, issu de la franchise X-Men, a explosé le box-office. C'est un record pour un mois de février (détenu depuis un an par Cinquante nuances de Grey), un record pour le premier trimestre (détenu depuis l'an dernier par American Sniper), un record pour un film pour adultes (détenu depuis 13 ans par Matrix reloaded), un record pour la Fox (détenu depuis 2005 par La revanche des Sith). C'est aussi le meilleur démarrage pour un premier film (détenu par le troisième Shrek depuis 2007) ou encore pour un film avec Ryan Reynolds. Avec ses trois jours de recettes, il bat les recettes totales de Hulk, Wolverine (autre spin-off de X-Men) et les 4 fantastiques (épisode 2007). Avec seulement 58M$ de budget hors promo, le film sera certainement l'un des épisodes de la série X-Men les plus rentables, et peut même devenir la plus grosse recette de cette franchise co-brandée Fox-Marvel.

Dans le monde, Deadpool est aux alentours de 280 millions de dollars de recettes pour ses premiers jours d'exploitation. En France, en cinq jours, le film a séduit 1 284 278 spectateurs. soit mieux que Les tuche 2 la semaine dernière et donc, s'octroie la couronne (provisoire) de meilleur démarrage de l'année. Le film a aussi cartonné en Australie, en Belgique, à Hong Kong, à Singapour, en Russie, à Taiwan et au Royaume Uni.

Conséquence logique d'un tel carton, une suite est déjà en préparation.

Rhett Reese et Paul Wernick, les scénaristes planchent déjà sur une suite des aventures du héros en tenue moulante rouge sang. Le studio souhaite conserver la même équipe technique, il ne reste plus qu'à Tim Miller, son réalisateur, de signer.

En attendant, nous pouvons nous délecter du combat humoristique entre Olivia Munn qui incarne Psylocke (X-Men) et Ryan Reynolds alias Deadpool.

Deadpool, l’anti-héros à suivre

Posté par cynthia, le 6 août 2015

deadpoolImpossible de passer à côté du trailer de Deadpool, sauf si vous vivez dans une grotte au fin fond d'une forêt abandonnée et dans ce cas... on est vraiment navré pour vous.

Deadpool, c'est le prochain Marvel (plus qu'attendu) de la Fox. Apparu dans le film Wolverine: Origins pour la première fois, ce personnage, totalement barré, était déjà interprété par Ryan Reynolds. Ici, si nous retrouvons le même acteur, il ne s'agit pas de la même histoire.

Un héros condamné

Wade, atteint d'une maladie incurable, accepte en échange de bons et loyaux services de suivre un traitement spécial afin de guérir. Il obtient des pouvoirs incroyables dont celui de se régénérer (comme Wolverine), saute sa femme contre une armoire pour fêter ça et devient un super-héros à l'humour décalé et aussi gras que des pancakes (pancakes auxquels il voue un culte dans le comics).

Après un pré-trailer drôle et décalé, la Fox nous a mis l'eau (même l'océan) à la bouche avec ce trailer explosif agrémenté de répliques déjà cultes ("Ce soir, branlette" ou plus poétiquement en vo "Oh I'm touching myself tonight").

Si l'attente de la sortie du film risque d'être interminable après cette bande annonce, autant apprendre à faire un peu connaissance avec ce nouveau personnage de la galaxie Marvel !

Deadpool qui es-tu?

Deadpool c'est le seul super-héros à avoir conscience qu'il est un dessin de comics (oui, ce n'est pas triste). Du coup, ce petit coquin n'hésite pas à embêter ses collègues comme Spider-man, avec qui on le compare souvent (costumes rouges, taquins et espiègles), ou encore Les 4 Fantastiques, d’où son apparition (squat ?) à la fin de la bande-annonce finale du nouveau volet. Dommage qu'il n'ait pas carrément squatté leur film, cela lui aurait sûrement donné un peu plus de piquant !

Deadpool, c'est aussi un anti-héros par excellence qui avant de massacrer tout le monde sort toujours une bonne vanne ou une insulte. Entre Kick-ass et Tony Stark, il pourrait bien devenir le nouveau super héros à la mode, pour le plus grand plaisir (sonnant et trébuchant) de la Fox. Et le nôtre ?

Tous les goûts sont dans la nature de Marjane Satrapi

Posté par vincy, le 11 mars 2015

Dans The Voices, le nouveau film de Marjane Satrapi, le personnage de Ryan Reynolds entend des voix. Les voix que l'ancienne auteure de BD et désormais réalisatrice accomplie entend ne sont pas celles de tout le monde.

The Voices est un Disney psychotique. "Mon Disney préféré c'est Le livre de la jungle. A cause des personnages, de ce serpent qui hypnotise le gamin. Et l'animation 2D est sublime."

The Voices est un film horrifique (mais pas trop). "Je déteste les films d'horreur. Candyman est celui qui m'a fait le plus peur. Mais je ne les regarde pas."

The Voices est un film musical. "West Side Story est ma référence. A chaque fois que je le regarde, ça me fait un énorme effet. Ça me donne envie de prendre un couteau et d'aller à la bagarre, ça donne envie de se rebeller."

The Voices est un film animalier. "Le dernier film que j'ai vu au cinéma c'est Le dernier loup. Le loup est un des animaux préférés. J'ai tellement pleuré devant ce film. J'adore les animaux."

The Voices est un film félin. "Ce n'est pas un animal comme les autres. Il n'y a jamais de chat de policier, par exemple. Monsieur Moustache est la mauvaise conscience dans le film. C'est lui qui pousse au crime. Mais comme le disait Léonard de Vinci: 'Le plus petit des félins est la plus belle des créations'. Mon chat préféré au cinéma, c'est le mien, Monsieur Moustache. Mais mon chien préféré c'est sans doute Lassie. J'aime beaucoup Lassie: sympa, beau. Il a l'élégance du chat."

The Voices réhabilite Ryan Reynolds. "Je l'adore dans Buried. Rester une heure trente dans un cercueil en transmettant toutes les émotions... Dans mon film, il incarne parfaitement le personnage. Mais il a ce syndrome de la fille très belle. On pense qu'il est idiot parce qu'il est beau. Alors qu'il est cultivé, consciencieux, talentueux."

The Voices est une forme de parodie. Forcément Charlie. "On n'est pas deux millions de dessinateurs en France. Charlie Hebdo, ça a été un choc, parce que les connaissais personnellement. J'ai connu Cabu et il doit se retourner 15000 fois dans sa tombe chaque jour, depuis. Je pense toujours à lui. Je suis venue en France pour la liberté d'expression. C'est une double peine..."

The Voices est un film psychanalytique. "J'ai lu Stefan Zweig récemment, sa biographie sur Joseph Fouché (1929, ndlr). C'est un personnage méconnu en France et un destin carrément extraordinaire. Ce serait impossible d'en faire un film de deux heures. Il faudrait un feuilleton en quatre épisodes de 90 minutes."

The Voices a ses références. "A chaque fois que je réfléchis à la mise en scène, je regarde les Frères Coen. Comment ils font pour qu'on se souvienne d'un personnage qui n'a passé que deux minutes dans le film. J'attends toujours avec impatience leur prochain film, comme ceux de Roberto Rodriguez, Quentin Tarantino. Ce qui ne veut pas dire que je les aime tous. L'autre cinéaste qui m'intéresse c'est Roman Polanski. Il n'y a jamais d'effet dans son cinéma. Sa caméra est toujours discrète. Chinatown est un de mes films préférés."

The Voices est un film qui finit au paradis. "Je suis plutôt Led Zeppelin (Stairway to Heaven) que The Strokes. Je ne peux pas écouter du R&B, ça me donne des envies de meurtres. Pour le film, j'ai fait appel à Olivier Bernet, comme d'habitude. C'est un très bon musicien. Il me fait 30 morceaux alors qu'on n'en garde que 16. Il s'adapte."

The Voices est un film d'une Iranienne exilée à Paris tourné en Allemagne et se déroulant aux Etats-Unis. "Je suis contente que Jafar Panahi ait eu l'Ours d'or à Berlin. Heureusement qu'il est interdit de filmer! Pourtant il tourne! Et on le retrouve à chaque fois dans les festivals, tant mieux. J'avais beaucoup aimé Sang et Or."

Un nouveau spin-off des X-Men en salles en 2016

Posté par vincy, le 22 septembre 2014

ryan reynolds deadpoolMarvel et la Fox ont décidé de sortir un spin-off de X-Men en 2016. Deadpool sera sur les écrans nord-américains le 12 février 2016.

Réalisé par Tim Miller, dont ce sera le premier long métrage, le film sera le deuxième spin-off de la franchise, après Wolverine. Deadpool, mercenaire et anti-héros, est un adversaire de l'équipe X-Force et de Wolverine. Il est d'ailleurs apparu dans X-Men Origins : Wolverine en 2009, incarné par Ryan Reynolds. L'acteur, qui a déjà incarné le super-héros Green Lantern (un flop au box office), devrait reprendre son personnage pour ce nouveau film.

À l'origine, Wade Wilson, alias Deadpool, personnage drôle, bavard et cool, sert William Stryker, illuminé haineux à l'encontre des mutants. Sa première apparition dans une bande dessinée date de 1991.

Deadpool s'ajoute donc à trois autres sorties déjà programmées le 12 février 2016 - Gods of Egypt, d'Alex Proyas, avec Gerard Butler, How to be Single, une comédie romantique avec Lily Collins et un film d'animation de Chris Renaud (Moi, moche, méchant).

La Fox a également planifié un reboot des Quatre fantastiques (7 août 2015), une suite de X-Men, X-Men: Apocalypse (27 mai 2016) et un nouveau Wolverine (3 mars 2017).

______
Lire aussi Invasion de superhéros programmée jusqu’en 2020.

Une histoire en or pour Ryan Reynolds, Daniel Brühl et Helen Mirren

Posté par vincy, le 1 mai 2014

ryan reynolds daniel bruhlRyan Reynolds et Daniel Brühl s'opposeront au tribunal en tant qu'avocats dans The Woman In Gold, prochain film de Simon Curtis (My Week with Marilyn), qui met en vedette l'actrice oscarisée Helen Mirren.

Mirren incarnera Maria Altmann, une autrichienne juive qui a échappée à la barbarie nazie. La femme réclame cinq tableaux de Gustav Klimt qui appartenaient à sa famille et qui ont été volés par les Nazis durant la guerre. Reynolds sera chargé de sa défense tandis que Brühl représentera la partie adverse.

L'acteur Alexi Campbell a écrit son premier scénario à partir d'une histoire vraie. Maria Altmann a été naturalisée par les Etats-Unis en 1945. Elle a commencé la procédure en 2000, obtenant gain de cause en 2004. Deux ans plus tard, un arbitrage autrichien ont validé la restitution des oeuvres d'art. Altmann est décédée il y a trois ans.

Un documentaire réalisé en 2006 avait déjà abordé l'affaire. Stealing Klimt de Jane Chablani et Martin Smith retraçait ce combat difficile, long et victorieux de Maria Altmann pour récupérer des biens familiaux, dont les cinq Gustav Klimt qui comprenaient deux portraits de sa tante Adèle Bloch-Bauer et trois paysages (1900-1907) ayant appartenu à son oncle, Ferdinand Bloch-Bauer, spolié en 1938 par les Nazis.

Le film doit sortir en salles au second semestre 2015.

Sundance 2014 : Ryan Reynolds, un Boss chez les « indies »

Posté par vincy, le 23 janvier 2014

ryan reynolds sundance 2014 the voice

On ne présente plus Ryan Reynolds. Egérie du parfum Boss d'Hugo Boss, le beau mâle est déjà bien installé à Hollywood. Même s'il s'égare dans des fiascos au box office, il reste l'une des têtes d'affiche de sa génération.

Cela fait 20 ans qu'il tourne. Après quelques années à faire ses armes sur le petit écran, des petits rôles dans des films oubliés qui ne passent même pas sur les chaînes de la TNT, il a commencé à jouer les jeunes premiers, dans le registre comédie et action. Mais pas de quoi le distinguer de ses confrères.

Il faut attendre 2007 pour que Reynolds commence à se faire un nom. The Nines est alors sélectionné à Sundance. Vedette de ce film de John August, il fait sensation en séances spéciales. Il commence à devenir crédible et alterne alors des films "formatés" par les studios et d'autres un peu plus aventureux, qui sont programmés dans des festivals comme Berlin ou Locarno.

En 2009, il revient à Sundance avec Adventureland - Job d'été à éviter, aux côtés de Jesse Eisenberg et Kristen Stewart. Le film est remarqué pour son scénario et son casting. Il enchaîne avec un hit romantiques (avec Sandra Bullock) et surtout Buried.

Grâce à Buried, c'est encore une fois à Sundance, en 2010, que le comédien fait ses preuves. Avec ce huis-clos sous terre imaginé par Rodrigo Cortés, il emballe les critiques et récolte ses premiers lauriers dans les festivals, et même une nomination de meilleur acteur aux Goyas espagnols. Lui qui n'a pas de chance avec ses blockbusters, voit sa bonne étoile briller régulièrement dans le temple du cinéma indépendant qu'est Sundance.

Cette année, il est de nouveau là avec The Voices, le premier film américain de Marjane Satrapi, entre comédie et thriller :ù Ryan Reynolds y découvres que son chien et son chat parlent.

Et on pourrait le retrouver à Cannes cette année avec The Captive, le nouveau film d'Atom Egoyan. Pas de doute : Reynolds est bien meilleur hors des sentiers battus...

Saint Jean de Luz 2010 : 15e clap pour le festival international des jeunes réalisateurs

Posté par vincy, le 12 octobre 2010

Du 12 au 16 octobre, la ville basque de Saint Jean de Luz accueille le 15e Festival international des jeunes réalisateurs. Le cinéma Le select concentrera l'ensemble de la programmation, soit 10 films en compétition, trois films des précédentes éditions, trois films en hommage à la Russie dans le cadre de l'année France-Russie, un film pour enfant, une série de cours métrages et un film hors-compétition en clôture.

Le jury est présidé par Claude Brasseur, entouré de Shirley Bousquet, Marianne Denicourt, Stéphane Giusti, Valérie Kaprisky, Fabien Onteniente et Eric Savin.

Patrick Fabre, directeur artistique de la manifestation, a choisi des films très variés pour la compétition :
le thriller de Fred Cavayé, A bout portant, avec Gilles Lellouche, Roschdy Zem et Gérard Lanvin ;

le drame allemand de Buhran Qurbani, Shahada (en compétition à Berlin cette année) ;

le huis-clos d'Angelo Cianci, Dernier étage, gauche, gauche ;

la romance absolue d'Audrey Estrougo, Toi, moi, les autres ;

le thriller tant attendu, et déjà remarqué à Deauville, de Rodrigo Garcia, Buried, avec Ryan Reynolds ;

le policier musical suédois d'Ola Simonsson et Johannes Stjäme Nilsson, Sound of Noise ;

le nouveau film de Lola Doillon, avec Kristin Scott-Thomas et Pio Marmai, Contre toi ;

le film anglais sur John Lennon adolescent, Nowhere Boy, déjà présenté à Dinard, avec là encore Kristin Scott Thomas ;

le film russe de Slava Ross, Sibérie mon amour ;

et le drame de Sophie de Daruvar et Yves Thomas, Rendez-vous avec un ange qui réunit Isabelle Carré et Sergi Lopez.

Une vie de chat, le dessin animé produit par Jacque-Rémy Girerd, avec la voix de Dominique Blanc, sera projeté le samedi pour les enfants.

Le fils à Jo, de Philippe Guillard, avec Gérard Lanvin et Olivier Marchal, où le rugby (sport vedette dans la région) tient le beau rôle, fera la clôture.

Sandra Bullock et Ryan Reynolds de nouveau ensemble…

Posté par vincy, le 9 juin 2010

sandra bullock ryan reynolds nus la propositionElle s'en est bien moquée lors de la cérémonie des MTV Movie Awards.  Alors qu'elle recevait un prix pour l'ensemble de sa carrière, Sandra Bullock, n'ayant pas pu embrasser son partenaire de La Proposition, Ryan Reynolds, absent, a préféré embrasser l'épouse de celui-ci, Scarlett Johansson. La séquence a fait le tour du monde.

Bullock et Reynolds, ça ressemble à un de ces couples de cinéma qui fonctionne bien. Alors pourquoi ne pas recommencer? Most Wanted sera une comédie d'action. Anne Fletcher, qui les a filmés dans La Proposition, sera de nouveau derrière la caméra. Le scénariste, Pete Chiarelli, n'a pas changé non plus.

Bullock y sera une suspecte criminelle tandis que Reynolds jouera l'agent du FBI supposé l'escorter au tribunal. Mais les deux tombent dans une embuscade et sont condamnés à fuir... Une sorte de Midnight run, l'une des meilleures comédies avec Robert de Niro et Charles Grodin, dont une suite est en cours de développement...

Seul changement majeur dans ce projet : le studio. Disney ayant réduit la voilure de sa filiale Touchstone, elle diminue le nombre de films pour adultes produits ; par conséquent, c'est Universal qui a hérité de Most Wanted.

Bilan 2009 : à Hollywood, les ados prennent le pouvoir

Posté par vincy, le 3 janvier 2010

shia_lebeouf.jpgLa surenchère des effets visuels a obligé les studios à investir sur de jeunes acteurs (pas forcément mauvais) pour jouer les héros malgré eux. Les stars catégorie A sont devenues hors de prix pour de telles machineries. Et surtout, Depp, Pitt, Hanks et consors ont préféré jouer dans des films plus "personnels", avec un cinéaste de renom derrière la caméra. Cela ne leur a pas porté malheur puisque les films de Mann, Tarantino et Howard (cherchez l'intrus) ont tous encaissé de grosses recettes dans les salles.

Mais moins que les petits jeunes. Shia LaBeouf domine insolemment le box office cette année avec le plus gros succès de l'année, l'un des plus importants de la décennie, Transformers 2. Il s'agit de son quatrième blockbuster consécutif et de la troisième année de suite où il est en tête d'affiche d'un film finissant sur le podium annuel. Un exploit. A 23 ans, il est clairement au dessus de la mêlée et le représentant idéal de sa génération.

La question reste la même : de toute cette pépinière, qui restera-t-il dans cinq ans, Que deviendra Daniel Radcliffe après les Harry Potter? Robert Pattinson après les Twilight? Chris Pine et Zachary Quinto après les Star Trek? Sans oublier Zac Efron dont le phénomène surpasse largement ses résultats réels au B.O. Certes ce sont les plus populaires sur le web, dans les magazines, et les plus sollicités. Mais il est toujours difficile de se sortir d'une franchise. Et leur avenir n'est pour l'instant pas assuré. Ils dominent le box office, ils sont au top de leur sex appeal, ils sont les Princes des villes, mais Hollywood en a brisé plus d'un...

C'est la différence avec les autres "héros". Les Sam Worthington (Avatar, Terminator Salvation), Hugh Jackman (X-Men), John Cusack (2012), Robert Downey Jr (Sherlock Holmes) ou encore Liam Neeson (Taken). Nés avant 1980, venant des planches ou ayant vadrouillé dans le cinéma indépendant, ils ont croisé le destin d'un personnage par lequel ils se révèlent, se transforment, renaissent, ou encore surprennent. Plus âgés, plus denses, ils s'amusent dans des genres éloignés de leurs débuts. Et le public suit. Tout comme il apprécie George Clooney (In the Air), Christoph Waltz (Inglourious), Christian Bale (Terminator, Public enemies) ou Eric Bana (Hors du temps, Star Trek).

Enfin, il y a les autres : les comédiens qui ont opté pour la comédie. Et cette année, le rire n'a pas été payant. De nombreuses vedettes se sont ramassées. Il y a des exceptions comme Ben Stiller (La nuit au musée 2), qui confirme sa place de leader dans le genre. Ryan Reynolds (La proposition) a plus fait figure de second-rôle appliqué. Rien à voir avec Joseph Gordon-Levitt ((500) jours ensemble) qui fait succomber les spectateurs. Kevin James (Paul Blart) et Vince Vaughn (Couples retreat) ont assuré le minimum vital pour conserver leurs gros cachets. Mais le trio de mecs bourrés dans Very bad trip l'emporte haut la main. De loin la comédie la plus populaire de l'année. Bradley Cooper place d'ailleurs une autre comédie (romantique) dans les cinq comédies les plus vues dans le monde avec Ce que pensent les hommes.