Cannes 2019 : Il était une fois… Taron Egerton, Jamie Bell et Richard Madden

Posté par wyzman, le 17 mai 2019

Annoncé depuis 2012 par Elton John himself, le biopic Rocketman a longtemps fait rêver les bookmakers. Justin Timberlake puis Tom Hardy en Elton John, Lee Hall à l’écriture et Michael Gracey à la réalisation. Mais en 2017, au moment de racheter les droits de distribution – et dans l’ombre du biopic de Queen Bohemian Rhapsody –, Paramount Pictures s’offre quelques libertés. Plus coloré que jamais, le biopic devient une comédie musicale à la limite du fantastique et débarque dans la vie de trois acteurs britanniques prêts à toucher les étoiles.

Taron Egerton (29 ans) est une star depuis 2015. En incarnant le rebelle Eggsy dans Kingsman, il réconcilie le public avec les comédies d’espionnage so british et est bien décidé à ne pas s’arrêter là. Avant une suite un peu moins originale sortie en 2017, il fait la rencontre de l’acteur devenu réalisateur Dexter Fletcher sur le tournage d’Eddie the Eagle. Ce biopic tourné comme une comédie britannique rend hommage au skieur Michael « Eddie » Edwards et permet au jeune homme de prouver qu’il n’est pas qu’un acteur. C’est un interprète. Rocketman est son ticket pour les plus grandes cérémonies de remises de prix américaines.

Jamie Bell (33 ans) est une icône depuis qu’il a 14 ans. Grâce à Billy Elliot, qui avait été l'une des sensations sur la Croisette en étant sélectionné par la Quinzaine, il accède à une notoriété instantanée et durable. Pourtant la décennie 2000 ne lui est pas des plus favorables. Malgré des rôles conséquents dans King Kong de Peter Jackson, Mémoires de nos pères de Clint Eastwood et Jumper de Doug Liman, il ne brille pas autant . Il faudra attendre Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne pour que le monde prenne conscience de son potentiel. Depuis, on l’a vu chez Bong Joon-ho (Snowpiercer), Lars von Trier (Nymphomaniac) et le moins mémorable Josh Trank (Les 4 Fantastiques). Rocketman doit le remettre dans les petits papiers des organisateurs des BAFTA.

Richard Madden (32 ans) est depuis 2011 “le mec de Game Of Thrones”. Un titre peu flatteur et qui lui colle à la peau bien que son personnage ait disparu de la série en 2013. Outre des apparitions notables dans Cendrillon de Kenneth Branagh, Bastille Day de James Watkins et Ibiza d’Alex Richanbach, c’est la série de la BBC Bodyguard à l’automne dernier qui le place en tête de liste pour succéder à Daniel Craig dans le rôle de James Bond. Carton d’audience outre-Atlantique (11 millions de curieux pour le final), le thriller politique le transforme en héros national. Après ce succès et celui à venir de Rocketman, il espère ne plus avoir à se demander quand il retrouvera du travail.

Autant dire que les trois comédiens britanniques sont parmi les plus hots du moment et devraient créer quelques émeutes sur le tapis rouge. Au son de "I'm still Standing".

Marché du film : Jamie Bell devient un soldat britannique dans Dynamite Room

Posté par wyzman, le 17 mai 2019

D’après les informations de Deadline, Jamie Bell prépare activement l’après-Rocketman. En effet, après Skin, Film Stars Don’t Lie et donc Rocketman, qui est présenté aujourd'hui à Cannes, l’acteur de 33 ans s’apprête à incarner un soldat britannique qui, durant l’été 1940, protège de manière très particulière Lydia, une fillette de 12 ans dont il sait beaucoup de choses.

Basé sur le roman de Jason Hewitt, Dynamite Room sera écrit par le dramaturge EV Crowe dont la première pièce Kin a reçu les honneurs de l’Evening Standard. Le film sera réalisé par Olly Blackburn (Victoria) et produit par Ivana MacKinnon (Jersey Affair) et Oliver Roskill (Under the Shadow).

Présenté au marché du film cannois, Dynamite Room devrait y trouver ses distributeurs à l'international.

Rocketman prépare son lancement

Posté par vincy, le 12 avril 2019

Cela fait plusieurs jours que la rumeur court. Certains avançaient même la date du 16 mai pour sa projection. Et selon RTL, l'événement est sûr d'avoir lieu ce jour-là. Rocketman, biopic de la star pop Elton John, de Dexter Fletcher devrait être présenter lors de la 72e édition du Festival de Cannes, qui n'a toujours rien confirmé. Sir Elton John serait sur le tapis rouge pour la montée des marches. Rappelons qu'il avait tourné à Cannes (et à Monaco) le clip d'un de ses tubes, "I'm still standing".

Le film est prévu dans les salles le 29 mai, distribué par Paramount, qui compte bien faire aussi bien que Bohemian Rhapsody (20th Century Fox) et ses 4,4 millions de spectateurs. Dexter Fletcher avait d'ailleurs repris la réalisation de Bohemian Rhapsody après le renvoi de Bryan Singer.

Rocketman retrace la vie de la star britannique depuis son enfance jusqu’à son avènement en tant que star de stade, de son statut de gamin introverti, grassouillet et fils unique à celui de diva excentrique, génie du piano. Si on en croit la bande annonce, le film retrace son enfance anglaise, ses premiers cours de piano, ses débuts au club Troubadour à Los Angeles en 1970 et ses deux concerts géants au Dodger Stadium de la métropole californienne cinq ans plus tard.

Taron Egerton incarne le chanteur (note: il croisa d'ailleurs Elton John dans Kingsman: Le Cercle d'or) et interprète lui-même les tubes musicaux. Jamie Bell interprète son parolier Bernie Taupin, Richard Madden son amant et manager John Reid et Bryce Dallas Howard sa mère.

Dans une récente présentation aux Etats-Unis, Dexter Fletcher explique que le film "n'est pas une biographie officielle" mais plutôt une relecture de la vie d'Elton John par l'artiste lui-même. "Nous ne sommes pas limités par les faits, nous avons une liberté d'imagination, ce qui est très important lorsqu'on fait un film". Ajoutant: "Avoir Elton comme narrateur a été très libérateur de ce point de vue".

Fierté LGBT plutôt que recettes en Russie et censure en Chine

Cinq Grammy Awards, 300 millions de disques vendus (dont le single le plus vendu du monde: "Candle in the wind" ), Elton John est aussi l'un des producteurs du film, aux côtés de son mari, le cinéaste David Furnish. Ce qui devrait éviter le "bug" de Bohemian Rhapsody sur la sexualité de Freddie Mercury, largement estompée par le montage. Rocketman n'évitera pas le sujet de l'homosexualité.

Dans un récent entretien à GQ UK, Taron Egerton va beaucoup plus loin en s'offrant une belle colère à l'égard des "Les trucs que nous avons tournés sont assez explicites. C’est la raison pour laquelle j’ai joué dans ce film. Ces scènes sont désespérément importantes", rappelant que "En tant qu’acteur hétérosexuel, ne pas pousser le jeu le plus loin possible pour en faire une célébration sans réserve du fait d’être gay serait une erreur."

"Je me fous de savoir si le film marchera en Russie" affirme-t-il en pointant un pays qui peut rejeter sa distribution pour "atteintes au valeurs traditionnelles". "Ça n’a pas d’importance, poursuit-il. Ça ne veut pas en avoir. Qu’est-ce que 25 millions de dollars en plus au box office ? Pourquoi faire cela ? Pour ne pas dormir la nuit parce que tu as tout édulcoré ?"

Espérons que les scènes ne seront donc pas coupées pour viser un public le plus large possible. Autrement, le bad buzz des fans et des influenceurs LGBTQI+ pourrait être fatal. Mais il reste à savoir comme Rocketman sera projeté dans certains pays qui ne tolèrent pas l'homosexualité. Bohemian Rhapsody a été censuré en Malaysie, en Egypte, et en Chine (au point que les spectateurs ne comprenaient plus rien à l'histoire et au personnage).

Nos films les plus attendus en 2019 (1/3)

Posté par redaction, le 3 janvier 2019

Première partie
Troisième partie

Le 30 janvier, Si Beale Street pouvait parler, va être l'un de nos films les plus attendus de l'année. Deux ans après l'Oscar du meilleur film pour Moonlight, il s'agit du grand retour de Barry Jenkins, d'après le roman de James Baldwin.

Une semaine avant, ce sera aussi le retour de l'acteur révélé par Moonlight, Mahershala Ali, aux côtés de Viggo Mortensen, avec Green Book, premier film solo et mélo (et chouchou à Toronto) de Peter Farrelly. Dans les deux cas, ces films tenteront s'être oscarisables et oscarisés.

Mais le premier gros coup de semonce hollywoodien sera malgré tout donné par Disney/Universal avec Glass le 16 janvier. M. Night Shyamalan fait un crossover de deux de ses plus gros hits. Box office assuré? Disney comptera aussi dans les premiers mois de l'année sur Dumbo, version non animée de Tim Burton (27 mars) et deux autres adaptations "live action": Aladdin le 22 mai et Le Roi Lion le 17 juillet.

Avec Marvel, il faudra aussi compter sur Captain Marvel, avec l'oscarisée Brie Larson, qui va enfin débarquer sur les écrans le 6 mars, en vue de sauver les Avengers dans Endgame, leur final, le 24 avril. La question est de savoir comment vont revenir à la vie les superhéros, dont Spider-man, dont le prochain opus, Far From Home, est prévu chez Sony le 3 juillet. Et on sait déjà que Chris 'Captain America' Evans tirera sa révérence.

Face à l'Empire, les autres studios contre-attaqueront notamment avec Shazam! en provenance de DC Comics le 3 avril et Alita: Battle Angel, le 13 février, adaptation du manga Gunnm co-scénarisée par James Cameron.

Mais,  pour la SF, c'est peut-être et sans doute Ad Astra de James Gray (22 mai), avec Brad Pitt dans une quête spatiale inattendue, qui nous excite le plus. On le voit mal éviter l'orbite de la Croisette. Parasite signe à la fois le grand retour et le retour aux sources de Bong Joon-ho. On le voit mal échapper à un grand festival.

Car, il y aura aussi tous les films pressentis pour Cannes ou sélectionnés à Berlin d'ailleurs. Le plus emblématique est sans aucun doute Douleur et gloire, le nouvel Almodovar, en salles en Espagne début mars, film quasi autobiographique en lisant le pitch avec Antonio Banderas et Asier Etxeandia. Ou le film de François Ozon, Grâce à Dieu, en compétition à la Berlinale, au cinéma le 20 février, avec un sujet à buzz et trois acteurs "hype" : Melvil Poupaud, Denis Ménochet et Swann Arlaud.

Pas mal de films vus à Cannes, Venise, Toronto l'an dernier ne vont sortir qu'en 2019. A commencer par Un grand voyage vers la nuit, en salles le 30 janvier, film chinois de Bi Gang sélectionné à Un certain regard en mai dernier. Il a récolté 38M$ pour ses premiers jours d'exploitation en Chine. Un exploit pour un film d'auteur.

Sunset, en compétition à Venise: le nouveau film de Laszlo Nemes se déroule dans l'empire austro-hongrois avant la Première guerre mondiale. Sortie le 20 mars. Ou Funan, le film d'animation de Denis Do, prévu le 13 mars, qui a reçu le Grand prix à Annecy. Ou encore C'est ça l'amour, primé à Venise, triomphateur aux Arcs: le film de Claire Burger (Caméra d'or avec Party Girl) est attendu le 27 mars. Et enfin, Les oiseaux de passage, de Ciro Guerra et Maria Camila Arias, qui ont longtemps retardé leur arrivée en provenance de la Quinzaine des réalisateurs, et qui seront en salles le 19 avril.

Ciro Guerra sera peut être doublement dans l'actualité avec son autre film, actuellement en production, Waiting for Barbarians, d'après un roman de J.M. Coetzee et avec Johnny Depp. Autre cinéaste qui passe aux Etats-Unis: le flamand Felix Van Groeningen, avec My beautiful boy, qui réunit Steve Carell et Timothée Chalamet (le 6 février).

Chalamet sera aussi dans le buzz cannois avec l'historique et shakespearien The King, de David Michôd, diffusion Netflix. Netflix mise aussi très gros sur le coûteux The Irishman, de Martin Scorsese avec Joe Pesci, Robert De Niro et Al Pacino. Outre le duo Pacino/De Niro, retrouvez le trio des Affranchis et de Casino est "cinéphiliquement" palpitant.

Des stars, il y en aura beaucoup cette année à l'affiche. Et notamment pas mal d'acteurs et d'actrices qui vont incarner des personnalités existantes ou ayant existé. Kristen Stewart sera Jean Seberg dans All Against Enemies, Christian Bale sera méconnaissable en Dick Cheney dans Vice (13 février), Renee Zellweger sera Judy Garland dans Judy, Jesse Eisenberg sera Marcel "le mime" Marceau dans Resistance, Christian Bale (again) et Matt Damon seront respectivement Ken Miles et Carroll Shelby dans Ford v Ferrari (de James Mangold). La variété débutera dès le 16 janvier avec Keira Knigthley en écrivaine bisexuelle Colette (puis, plus tard dans le calendrier, en lanceuse d'alerte dans Official Secrets). On dansera le rock avec un crocodile de la pop, aka Elton John dans Rocketman, incarné par Taron Egerton (29 mai).

Toujours côté LGBT, on priera pour que le film de Paul Verhoeven, Benedetta, soit le récit d'une nonne sulfureuse italienne d'un autre siècle (Virginie Efira) soit à Cannes. Toujours dans des costumes d'époque, Marie Stuart, Reine d'Écosse (27 février), avec l'affrontement entre Saoirse Ronan et Margot Robbie, promet son lot de "bitcheries. mais sans doute pas autant que dans La favorite, nouvel opus de Yorgos Lanthimos (6 février), avec Olivia Colman, favorite pour un Oscar, Emma Stone et Rachel Weisz. Là encore une histoire de queen, cinq fois nommée aux Golden Globes après un Grand prix et une Coupe Volpi à Venise en septembre.

Première partie
Troisième partie

Taron Egerton sera Elton John dans le biopic Rocketman

Posté par wyzman, le 20 avril 2018

La nouvelle est tombée il y a quelques heures : l'acteur britannique de 28 ans sera la tête d'affiche de Rocketman, un biopic centré sur l'ascension d'Elton John, de son passage remarqué à la Royal Academy of Music à sa collaboration avec le parolier Bernie Taupin.

Longtemps dans les cartons, le projet semble aujourd'hui avancer grâce à la présence de Paramount Pictures qui financera en partie Rocketman mais souhaite surtout le distribuer à l'international. D'après Variety, Rocketman sera réalisé par Dexter Fletcher, l'auteur d'Eddie the Eagle et du très attendu biopic sur Freddie Mercury et Queen, Bohemian Rhapsody, qui sort le 31 octobre. Le scénario sera écrit pas Lee Hall, l'homme à qui l'on doit Billy Elliot et Cheval de guerre. Réalisateur de X-Men : Le commencement et des deux Kingsman, Matthew Vaughn financera également Rocketman à travers sa société Marv Films. Le tournage devrait débuter cet été.

Pour rappel, Taron Egerton sera prochainement à l'affiche de Robin Hood, le reboot de Lionsgate réalisé par Otto Bathurst (Black Mirror, Peaky Blinders) et également porté par Jamie Foxx, Ben Mendelsohn et Jamie Dornan. Le film est attendu en France le 28 novembre. De son côté, Elton John se lancera en septembre prochain dans une tournée événement puisqu'il s'agira de la dernière. Le Farewell Yellow Brick Road Tour devrait compter plus de 300 dates et s'étaler jusqu'en 2021. Après cela, l'interprète de "I'm Still Standing" se consacrera vraisemblablement à son mari David Furnish et à leurs deux enfants, Zachary et Elijah.