Deauville 2017 : une programmation faite d’hommages et d’avant-premières

Posté par wyzman, le 22 août 2017

On vous le disait il y a quelques semaines, l'édition 2017 du Festival de cinéma américain de Deauville rendra hommage à Jeff Goldblum, Laura Dern, Michelle Rodriguez et Darren Aronofsky. Mais ce n'est pas tout ! La conférence vient tout juste de se terminer et autant vous dire qu'il y aura fort à faire et à voir du 1er au 10 septembre prochain.

En effet, en plus des stars nommées plus haut, le festival rendra également hommage à Robert Pattinson, venu présenter son nouveau film : Good Time de Josh et Benny Safdie. Mais ce sera également le moment de revenir sur la carrière de Woody Harrelson, lui aussi venu présenter un long-métrage : Le Château de verre de Destin Daniel Cretton qui fera la clôture.

Parmi les films en compétition, nous trouvons A Ghost Story de David Lowery, The Bachelors de Kurt Voelker, Beach Rats d'Eliza Hittman, Blueprint de Daryl Wein, Ingrid Goes West de Matt Spicer, Katie Says Goodye de Wayne Roberts, Mary de Marc Webb, My Friend Dahmer de Marc Meyers, The Rider de Chloé Zhao, Stupid Things d'Amman Abbasi, Sweet Virginia de Jamie M. Dagg, They d'Anahita Ghazvinizadeh.

Le jury sera présidée par le réalisateur et scénariste Michel Hazanavicius. Il sera accompagné des réalisateurs Eric Lartigau et Michel Leclerc, des réalisatrices Alice Winocour, Yasmina Reza et Axelle Ropert, des comédiennes Clotilde Hesme, Charlotte Le Bon et Emmanuelle Devos ainsi que du comédien et interprète-compositeur Benjamin Biolay.

Notez qu'Emmanuelle Bercot sera présidente du Jury Révélation aux côtés d'Anaïs Demoustier, Pio Marmaï, Abd Al Malik, Leonor Varela et Pierre Rochefort. Le nouveau film de Doug Liman Barry Seal: American Traffic fera l'ouverture. Du côté des avant-premières, nos yeux seront rivés entre autres sur Ça d'Andy Muschietti, Kidnap de Luis Prieto, Mother! de Darren Aronofsky et The Only Living Boy in New York de Marc Webb.

Bonus : l'édition 2017 n'a pas oublié les plus sériephiles d'entre nous puisqu'ils pourront découvrir The Deuce, la nouvelle série de David Simon et George Pelecanos avec James Franco et Maggig Gyllenhaal.

Daily Cannes: Robert, Eva, Emmanuelle et une robe pour Twin Peaks

Posté par cynthia, le 28 mai 2017

Et bien voilà, ça y est, il va falloir reprendre le métro, reprendre un rythme normale, ne plus s'habituer à l'alcool gratuit, retourner bosser dans un bureau sans stars, soleil, glace ou café Nespresso, le festival de Cannes se termine lentement mais sûrement en emportant notre quotient plaisir avec.

Le 26 mai, la star de la croisette c'était bel et bien ROBEEEEEERRRRRRRRRRT Pattinson.
Tout d'abord je tiens à présenter mes excuses à l'acteur britannique car, il est vrai que mon appréciation à son égard était égale à l'amour que peut avoir un coiffeur envers des poux.

Focus du jour: Robert Pattinson (prononcé sur la croisette «ROBEEEEEEERRRRRRRTTTTT OH OUIIIIIIiiiiiiiiiii!!»)

Pattinson, on s'en souvient comme du vampire un peu constipé (revoir ses expressions faciales) et brillant au soleil (il a confondu le gloss avec sa crème bronzante) de la saga Twilight. Depuis, l'acteur a tenté, tant bien que mal - tout comme sa partenaire et ex-girlfriend Kristen Stewart toujours présente à Cannes lorsqu'il y est... je dis ça, je dis rien - d'enlever cette horrible image d'acteur de bas étage et d'aimant à minettes qui lui collait à la peau. Quatre passage au festival de Cannes et le bébert a su faire oublier légèrement son rôle de vampire/ado, jusqu'à ce jour... tout le monde a oublié le vampire.

Sa prestation dans le film de Josh et Benny Safdie, Good Time a enflammé le festival (ex explosé nos tympans lors de son arrivée sur le tapis rouge).

Robert Pattinson incarne un braqueur en cavale dans les bas-fonds de New York et livre une performance remarquable, au point que certains le considèrent comme un candidat sérieux au prix d'interprétation masculine, aux côtés de Louis Garrel et Joaquin Phoenix. Sur Twitter, le comédien aussi a emballé le cœur des critiques et cinéphiles qui évoque déjà une présence dans la future course aux Oscars 2018.

Eva Green et Emmanuelle Seigner

Le lendemain, il n'était pas question de faire baisser la température avec nos héroïnes du jour: Emmanuelle Seigner et Eva Green. Venues présenter, en hors-compétition, le film de Roman Polanski et adapté d'un roman de Delphine Vigan, D'après une histoire vraie, ont rejoué l'une des scènes (pleine de tendresse) du film. Les deux actrices ont échangé un doux baiser sensuel pour le plus grand plaisir des photographes de la croisette (je crois qu'il y en a deux ou trois qui ont dû poser un congé). Ça ne sauvera pas l'accueil critique du film: froid comme un bloc de glace. On crie déjà au nanar (c'est jamais que le troisième film français de la sélection qui est en lice pour le titre). Une chose est certaine: le surjeu de Eva Green devrait faire le bonheur des gif-maniaques.

Twitter, ce réseau drôle et captivant

Et parce que Cannes c'est aussi beaucoup sur les réseaux sociaux, voici deux tweets qui ont retenu notre attention, hommage non feint à ces festivaliers qui profitent de Cannes pour s'amuser et nous faire sourire... Vivement la session de l'année prochaine.

Cannes 2017 : Qui sont les frères Safdie ?

Posté par kristofy, le 25 mai 2017

Cette année dans la compétition officielle du côté des américains, il y a les nouveaux films de Todd Haynes, Sofia Coppola, Noah Baumbach, et celui des frères Safdie avec Robert Pattinson et Jennifer Jason Leigh dans une histoire de braquage. Qui sont ces cinéastes indépendants dont la carrière va prendre une nouvelle dimension ?

Les frères Joshua et Benny Safdie (ou Josh et Ben, c’est selon) sont quasiment nés à Cannes, plus précisément à La Quinzaine des Réalisateurs avec la sélection en 2008 de leurs premiers long-métrages The Pleasure of Being Robbed (réalisé par Josh Safdie) puis en 2009 de Lenny and the kids (réalisé par les deux frères et Prix John-Cassavetes aux Independent Spirit Awards), mais aussi avec le court-métrage The Acquaintances of a Lonely John (réalisé par Benny Safdie) en 2008.

Les deux frères - qui ont grandi à New-York - et quelques amis s’étaient déjà regroupés pour travailler ensemble sur plusieurs courts un peu dans l’esprit de la tendance du mumblecore (petit budget et grande énergie collective) en s'aidant de leur structure Red Bucket Films. Il en a découlé ces films qui ont trouvé un distributeur en salles et reçu de bonnes critiques. Ces deux longs et cinq courts ont d’ailleurs été regroupés dans un coffret de trois DVD (édité par Blaq Out) que l’on vous recommande.

Il faut attendre 2016 pour la sortie de leur 3ème long-métrage Mad love in New York (Heaven Knows What) inspiré de la vraie vie d’une jeune femme qu’ils avaient rencontré: une SDF en sevrage de drogue, devenue l’actrice de son rôle. Le film remporte le Grand prix au Festival de Tokyo et le prix des salles art et essai au Festival de Venise.

Ils varient les sujets, fidèle à leur envie de liberté totale, mais cherchent toujours un angle décalé à des récits a priori classique, avec des personnages marginaux ou singuliers, que ce soit un kleptomane, un lycéen joueur de basket ou un père mentalement psychologiquement malade.

Leur nouveau film Good Time ressemble à un grand écart : après s’être inspiré de leur famille (père, compagne…) et de faits réels, les frères Safdie se tournent vers de la pure fiction avec une histoire de braquage qui tourne mal. Toutefois, en toile de fond, on retrouve leur ville de New-York, dont ils ont une vision assez sombre (une partie du film est tourné dans une vraie prison). La présence de Robert Pattinson et Jennifer Jason Leigh donnent bien entendu une toute autre dimension au film, ce qui explique d’ailleurs leur promotion sur le tapis rouge de la compétition cannoise.

Pour autant les frères Josh et Benny Safdie ne sont pas pour autant ‘vendus’ à faire un film de commande d’un studio. Ils continuent d'écrire, réaliser et produire en famille. C’est bien entendu trop tôt pour spéculer, mais Good Time pourrait être l'une des surprises de ce 70e Festival.

Deauville 2015: Légendes, héros, femmes fortes et même un Vampire parmi les stars invitées

Posté par cynthia, le 29 août 2015

Moins d'une semaine avant le lancement de la 41 ème édition du festival du film américain de Deauville et c'est une pluie de stars est annoncée dans la ville.

Cette année, le festival rendra hommage, en sa présence, au comédien Ian McKellen. Connu par les jeunes pour son rôle de Magnéto dans la saga X-Men et de Gandalf dans la trilogie du Seigneur des anneaux, le comédien s'est imposé sur la scène londonienne comme l'un des meilleurs interprètes shakespeariens de sa génération. Squattant le septième art avec autant de talent, l'acteur compte à son palmarès une cinquante de prix et n'est pas avare quand il s'agit de s'engager pour défendre les droits LGBT. Il a brillé cet été dans les salles art et essai américaines avec Mr. Holmes.

Hommage également à la figure emblématique de la saga Pirate des Caraïbes (il a d'ailleurs annoncé il y a peu qu'il participe au prochain volet) et du Seigneur des anneaux (aussi), Orlando Bloom. L'acteur a su se démarquer de son image de beau gosse en jouant dans des films tel que Zulu, et en continuant d'être une source d'inspiration pour les magazines people. En attendant le prochain Pirates, il a tourné un drame indé, Digging for Fire, avec Rosemary DeWitt et un thriller, Unlocked, avec Noomi Rapace et Michael Douglas.

Le niveau fanatisme girly va atteindre son paroxysme avec Robert Pattinson qui vient présenter, en compagnie de Dane Dehann, Life, le biopic du sexy James Dean. Nous espérons qu'il a préparé sa crème solaire...il a besoin de prendre quelques couleurs. L'ex Vampire de Twilight enchaîne les films depuis un an et demi avec pas moins de sept tournages dans son agenda.

Autres célébrités charismatiques attendues sur le tapis rouge Keanu Reeves pour un hommage mérité, Jake Gyllenhaal (il va faire chaud à Deauville) venu présenter Everest, qui ouvre le Festival de Venise avant de faire l'ouverture de Deauville, ainsi que Tobey Maguire, qui présente Le Prodige ou encore Michael Bay qui recevra un hommage, sans doute pour son nombre d'entrées en salles, parce que si c'est pour son talent, on ne comprend pas.

Trois autres hommages seront rendus: Terrence Malick, amplement légitime, dont le nouveau film Knight of Cups fera son avant-première française, Orson Welles, pour la légende (lire aussi notre actualité du 7 août), et le producteur Lawrence Bender (Pulp Fiction, Kill Bill, Inglourious Basterds).

Et bien ça manque de femmes tout ça, vous ne trouvez pas? Heureusement Patricia Clarkson (La ligne verte, Le Labyrinthe, Shutter Island, Vicky Christina Barcelona, Dogville, Loin du Paradis) recevra un hommage également. Alison Brie viendra présenter sa comédie Jamais entre amis (lire aussi notre article du 14 août), Elisabeth Olsen (The Avengers Age of Ultron) sera également de la partie ainsi que Emily Blunt qui sera là pour promouvoir Sicario, le thriller de Denis Villeneuve en compétition au dernier festival de Cannes, qui fera la clôture du Festival normand (lire aussi notre actualité du 5 août).

Claire Denis embarque Robert Pattinson dans son projet SF

Posté par vincy, le 27 août 2015

Après quelques allers-retours à Los Angeles, Claire Denis a trouvé la tête d'affiche de son projet de film de science-fiction. Robert Pattinson tiendra le rôle principal du film.

Selon Le Film Français, Alcatraz Films (La vie d'Adèle, Les salauds) a confirmé le choix de la réalisatrice pour ce film en anglais qui se déroulera dans l'espace.

Ce projet, sans titre pour l'instant, a été coécrit par Denis, Jean-Pol Fargeau, son partenaire d'écriture historique, la romancière Zadie Smith et son époux l'écrivain et poète Nick Laird. Le magazine professionnel explique que l’astrophysicien français Aurélien Barrau et l'artiste contemporain danois Ólafur Eliasson ont collaboré au projet et que Stuart Staples du groupe Tindersticks, devrait s’occuper de la musique du film, après avoir déjà composé celles de White Material et 35 Rhums. Denis et Eliasson avaient déjà travaillé ensemble sur un court métrage pour l'exposition "Contact" présenté lors de l'ouverture de la Fondation Louis Vuitton à Paris l'an dernier.

Le film est une coproduction européenne avec le britannique Apocalypse et l'allemande Pandora. Le tournage devrait débuter cet hiver à Cologne en Allemagne.

Robert Pattinson en braqueur de banque chez les frères Safdie

Posté par vincy, le 11 juillet 2015

Robert Pattinson sera la tête d'affiche de Good Time, réalisé par Josh et Benny Safdie, selon les informations de The Hollywood Reporter. Ce film indépendant est un mix entre deux genres: le braquage de banque et le thriller de série B.

Pattinson sera un braqueur qui va tenter par tous les moyens d'échapper à un piège de plus en plus menaçant pour lui.

Outre des courts métrages souvent récompensés et des documentaires, les frères Safdie ont jusque là réalisé The Pleasure of Being Robbed, sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes, Lenny and the Kids, Prix John Cassavetes aux Independent Spirit Awards et sélectionné aussi à la Quinzaine des réalisateurs à Cannes, et le récent Heaven Knows What, Grand prix et prix de la mise en scène à Tokyo ainsi qu'un prix des cinémas art et essai à Venise l'an dernier.

Pattinson est attendu dans Life d'Anton Corbijn, Queen of the Desert de Werner Herzog avec Nicole Kidman, The Childhood of a Leader de avec Bereneice Bejo et The Lost City of Z, avec Sienna Miller et Charlie Hunnam.

Bande annonce: Kidman, Pattinson et Franco dans Queen of the Desert

Posté par cynthia, le 18 juin 2015

Robert Pattinson a définitivement rangé ses crocs de vampire mielleux pour les remplacer par un keffieh afin d'incarner Lawrence d'Arabie dans le prochain film de Werner Herzog, Queen of the Desert (lire aussi notre actualité du 20 août 2012). Ce film retrace la vie de Gertrude Bell, une voyageuse, femme de lettres, archéologue, exploratrice, cartographe, espionne et fonctionnaire pour l'Empire Britannique au début du XXème siècle.

Les premières images du trai­ler international sont sortis cette semaine sur la toile. Face à Nicole Kidman qui incarne Gertrude Bell, Robert Pattinson relève le défi de succéder à Peter O'Toole. Aux côtés de Robert Pattinson, James Franco dans le rôle de Henry Cadogan et Damian Lewis dans celui ce Charles Doughty-Wylie.

Le film, présenté en compétition à Berlin en février dernier, doit sortir aux Etats-Unis en septembre, sans doute après une présentation au Festival de Toronto. La sortie en France n'est pour l'instant pas programmée.

The Childhood of a Leader: Bérénice Bejo remplace Juliette Binoche

Posté par vincy, le 21 août 2014

Ce devait être Juliette Binoche (lire notre actualité du 11 décembre 2013). mais l'actrice a du abandonner le projet pour cause d'agenda. Les producteurs ont donc pris une autre comédienne française pour donner la réplique à Robert Pattinson : Bérénice Bejo.

The Childhood of a Leader est un drame que tournera Brady Corbet, dont ce sera le premier long métrage. Tim Roth est aussi du casting. Le tournage se déroulera à Budapest (Hongrie) à partir de novembre, avec quelques mois de retard sur le planning inititialement prévu. le film sortira dans les salles en 2015.

Le scénario retrace la jeunesse d'un leader politique des années 1920.

Brady Corbet, acteur que l'on verra prochainement dans Paradise Lost et Eden, avait trois films au dernier festival de Cannes : Saint Laurent, Turist et Sils Maria, actuellement à l'affiche. Il a réalisé le court métrage Protect You + Me en 2008, récompensé d'une mention spéciale à Sundance.

Pattinson a déjà tourné deux films cette année, Queen of the Desert et Life. Il a également donné son accord pour Idol's Eye d'Olivier Assayas (lire notre actualité du 22 mai) et Hold ont to me de James Marsh.

De son côté, Bejo sera à l'affiche de The Search en novembre et devrait tourner Eternity de Tran Anh Hung (lire notre actualité du 22 février).

Cannes 2014 – Les télex du Marché : Robert Pattinson, Jia Zhang-ke, une franchise française, Vincent Cassel…

Posté par vincy, le 22 mai 2014

marché du film - cannes

- Robert Pattinson chez Olivier Assayas, quelle ironie! Le réalisateur français va présenter demain en compétition son nouveau long métrage, Sils Maria, avec Juliette Binoche et Kirsten Stewart, partenaire de Pattinson dans Twilight mais également ex petit ami. Son ex va donc lui succéder devant la caméra d'Assayas pour Idol's Eyes, inspiré d'une histoire vraie autour d'un voyou malmené par la mafia de Chicago dans les années 70.

- Jia Zhang-ke, membre du jury de la Compétition cette année à Cannes, et primé pour son scénario l'an dernier avec son film A Touch of Sin, a annoncé qu'il tournerait son prochain film cet automne. Mountains May Depart sera son premier film réalisé à l'extérieur de la Chine. L'histoire se déroule en partie dans une Australie futuriste.

- Belle et Sébastien, la suite. Après le succès de Belle et Sébastien en France, mais aussi au Canada, en Belgique, en Suisse et en Italie de l'adaptation du feuilleton imaginé par Cécile Aubry, les producteurs ont décidé de lancer une franchise. Le deuxième épisode sera réalisé par Christian Duguay (Jappeloup), qui succède à Nicolas Vanier, et réunira le même casting. L'idée est de faire évoluer le personnage de Sébastien sur la durée, à la manière d'Harry Potter. Ce nouvel opus se déroulera durant l'après-guerre et le tournage est déjà prévu pour début août.

- Vincent Cassel (encore) rejoint le casting du prochain film de Carlos Diegues, Le grand cirque mystique. Le cinéaste brésilien (président du jury de la Caméra d'or en 1992) a écrit son film avec George Moura. Le tournage de ce road-movie qui suivra une dynastie du cirque durant un siècle débutera en septembre. Au générique, figurent également Catherine Mouchet (Thérèse), Dawid Ogrodnik (Ida) et Jesuita Barbosa (vu en compétition à Berlin avec Praya do futuro).

L’instant Glam’: Robert Pattinson, Jessica Chastain, Steve Carell, Channing Tatum, Eva Longoria, Julianne Moore…

Posté par cynthia, le 19 mai 2014

Oyé oyé cinéphiles, j'espère que vous avez des sous-vêtements propres à portée de main car le programme de ce cinquième jour sur les marches va vous titiller les entrailles. En effet, ce lundi soir, malgré le vent et la pluie, il a fait chaud sur la croisette. Vous allez me dire sur Paris aussi mais je vous assure qu'il ne s'agit pas de la même chaleur. Dans notre belle capitale, chaleur rime avec pic de pollution, odeur de kebab (même si j'adore ça) qui envahit les rues, soleil trop près de l'atmosphère ou encore bus bondé de monde. Dans la ville de Cannes, et en particulier lors du Festival, chaleur rime avec glamour, robes soulevées, sex appeal et joli popotin.

Après Kit Harington, James McAvoy, Monica Bellucci, Nicole Kidman, Jason Statham ou encore Gaspard Ulliel, on pensait que le baromètre excitation avait atteint son apogée et pourtant aujourd'hui il a encore augmenté. Ce qui a augmenté aussi ce sont les décibels des pucelles en chaleur. Robert Pattinson ou communément appelé ROBEEEEEEEEEEEEEERT, a gravit les Marches de Cannes dans la nuit de dimanche pour The Rover et d'hier pour Maps to the Stars. Autant vous dire que les photographes rentreront du Festival à demi-sourd. Merci aux fans du vampire qui brille au soleil! En parlant de brillance justement, ce n'était pas le cas de la montée des marches de la star cocufié la plus célèbre d'Hollywood (par sa partenaire Kristen Stewart, je vous le rappelle...et pardon pour cette seconde Closer). Si Rob portait une tenue convenable (pour une fois il n'était pas vêtu comme un SDF bourré), sa prestance était égale à une courgette oubliée dans une casserole d'eau bouillante. Je suis même tentée de penser que mon défunt chat à plus d'entrain sur un paillasson que lui sur un tapis rouge. C'est pour cela, qu'au risque de recevoir des menaces de mort par tes fans (quoiqu'elles ne connaissent pas mon adresse ), je vais me permettre de te conseiller, Robert, sur la prestance qu'il faudrait avoir sur un tapis rouge. Bon, vu qu'on a à peu près le même âge, je vais te tutoyer ce sera plus convivial.

Robert, d'abord il faut que tu saches qu'on ne laisse pas les mains dans les poches lors du Photocall! C'est malpoli! Robert tu es pourtant anglais, tu connais mieux que personne les bonnes manières. On évite aussi les baskets Adidas lors du même photocall. On n'est pas au lycée mais à Cannes. Ensuite, on ne passe pas son temps à tripoter sa tête quand on monte les marches. Aurais-tu attraper le tic nerveux de ton (ex?) petite copine Kristen Stewart bientôt à Cannes elle aussi? Et pour finir, on évite de poser en photo avec son verre en soirée cannoise, ça t'enlève tout ton mystère.  Tu devrais prendre exemple sur une autre vague de chaleur qui est montée le même jour que toi, Channing Tatum, en vedette de Foxcatcher. Oui, viens chasser mon renard Channing... Autant vous dire que la plupart des personnes présentes ont baissé les yeux à son arrivée. Par timidité? Non, juste pour voir en vrai le troisième plus joli popotin du monde. Mr futur Gambit dans X-Men a franchit de son somptueux corps le gazon cannois (hélas pas le notre les filles).

A ses côtés, Steve Carell que l'on surnomme désormais à Hollywood Steeve Oscarell vu son niveau de jeu dans Foxcatcher. C'est vrai que depuis  Mr Little Miss Sunshine, il s'améliore de plus en plus dans son travail. Physiquement aussi il y a du progrès. En costume noir, tiré à quatre épingles, l'acteur a embrasé la croisette de son joli minois d'ancien puceau. Et s'il est toujours vierge,  je me porte volontaire.

Côté femme (oui enfin des femmes), on a vu la chanteuse Sheryl Crow vêtue d'une robe noire au motif ventouse. Ce look pieuvre sans tentacules serait-il dédié à Sofia Coppola qui va prochainement réaliser La petite Sirène?  On a pu apercevoir également Eva Longoria en pleine séance de selfie avec ses fans.

C'est adorable me direz-vous, mais pourtant la star au grand cœur du jour ce n'est pas elle, c'est Jessica Chastain. Arrivée trop en retard la dernière fois pour signer des autographes, elle en a profité en ce cinquième jour du festival pour sortir le stylo et prendre des photos avec tout le monde.  "La dernière fois je n'ai pas pu signer d'autographes alors je suis revenue plus tôt aujourd'hui exprès" confie-t-elle aux caméras de la chaîne TV Festival. C'est de l'info ça. La belle rousse vêtue d'une robe bleue, qui s'est littéralement envolée à cause du vent, a été acclamée par la foule entière pour son extrême gentillesse à l'égard des pauvres gens scotchés aux barrières de protection. Une grande madame! D'ailleurs en parlant du vent, Jessica Chastain n'a pas été la seule a subir sa colère.
Eva Longoria en a fait les frais tout comme la sublime Julianne Moore qui maintenait de force sa robe afin de ne pas montrer sa culotte à l'assemblée. En même temps, dans Maps of the Stars, on peut observer toute son anatomie... Ce n'est pas une culotte qui va nous choquer, alors Madame Moore, laissez le vent cannois participer au Festival.

Surtout que demain, il y aura encore plus de robe à soulever... on s'en réjouit déjà!