Marvel Cinematic Universe: 6 films et 5 séries pour la phase IV

Posté par vincy, le 21 juillet 2019

Week-end faste pour les fans de Marvel. En recettes courantes (et non pas en nombre d’entrées), Avengers : Endgame a surclassé le record de recettes mondiales d’Avatar. Le dernier épisode des Avengers a récolté 2,79 milliards de dollars dans le monde dont 853 millions en Amérique du nord et 629 millions en Chine.

Au Comic-Con de San Diego, le studio a révélé sa phase IV, et son lot de surprises. Notamment l’absence d’une suite (immédiate) pour Deadpool. Cependant le 3e volume des Gardiens de la Galaxie est en préparation, tout comme les suites de Black Panther et Captain Marvel et un reboot des Quatre Fantastiques (ex Fox). Pour l’instant aucun croisement avec les X-Men, qui sont absents du programme. Tout cela sera après 2021.

Marvel a aussi annoncé de nouvelles séries pour Disney + : The Falcon and the Winter Soldier, avec Anthony Mackie, Sebastian Stan et Daniel Brühl dans le rôle du méchant, Wanda Vision, avec Elizabeth Olsen et Paul Bettany, Loki, avec Tom Hiddleston (forcément), What if… (en série animée) et Hawkeye avec Jeremy Renner et Kate Bishop. De quoi prolonger l'aventure avec les personnages secondaires (mais primordiaux) de la phase III).

Black Widow.
Cate Shortland réalisera l’un des films les plus attendus par les fans depuis au moins dix ans. Quid du script sachant que le personnage (spoiler) se sacrifie dans Avengers :Endgame. Toujours est-il que Scarlett Johansson a fait sensation au Comic-con. Elle reprendra son rôle, aux côtés de Florence Pugh, qui incarne sa sœur, Rachel Weisz, David Harbour, et O.T. Fagbenie. On sait juste que le film racontera l’histoire de Black Widow. Mais comment cela s’articulera-t-il avec les autres films prévus par Marvel ? Sortie le 1er mai 2020, peut-être pour faire le lien avec la suite.

Les Eternels.
Ce sera la nouvelle saga qui fera le lien entre tous les autres films. Angelina Jolie, applaudie comme une reine, Salma Hayek, Richard Madden, Brian Tyree Henry, Kumail Nanjiani, Lauren Ridloff et Don Lee incarneront les aliens débarqués sur la Terre il y a 35000 ans. Le film sortira le 6 novembre 2020. On pourra y découvrir les origines de Thanos (Avengers) comme celles des Celestials (dont on connaît Ego, le vilain des Gardiens de la Galaxie 2). Le premier film de cette nouvelle franchise révèlera surtout les origines des Eternals et des Deviants.

Shang-Chi and the Legend of Ten Rings.

Nouveau super-héros de la galaxie Marvel, et première star d’origine asiatique de l’univers Marvel. Simu Liu en sera la star, accompagné de Awkwafina et de Tony Leung (loin de In the Mood for Love) en super vilain nommé Le Mandarin. Réalisé par Destin Cretton, le film est programmé pour le 12 février 2021.

Doctor Strange in the Multiverse of Madness.
Benedict Cumberbatch et Elizabeth Olsen seront à l’affiche de cette suite du seul super-héros d’Avengers qui n’avait pas eu de franchise dans la phase III (mais qui est apparu dans deux Avengers et un Thor). Marvel a annoncé qu’il s’agirait aussi du premier film horrifique de son histoire, tendance gothique. Sortie prévue le 7 mai 2021 pour ce film réalisé par Scott Derrickson.

Thor Love and Thunder.
On ne l’attendant pas celui-là. Un quatrième épisode autour d’un super-héros, c’est inédit dans l’histoire du MCU. Natalie Portman, qui incarnait Jane Foster dans le premier film de la franchise du viking sera un Thor au féminin, aux côtés de Tessa Thompson, sous la direction de Taika Waititi. Le film, qui sera centré sur les Walkyries, est planifié pour le 5 novembre 2021. On attend de savoir ce qu’il adviendra de Chris Hemsworth, parti (spoiler) avec les Gardiens de la Galaxie à la fin d’Avengers :Endgame. Mais comme il était sur scène, il y a peu de doutes sur sa présence au générique.

Blade.
Un reboot de Blade (ancienne propriété de la Fox). Avec le doublement oscarisé Mahershala Ali. C’est la surprise que réservait Marvel. Blade a eu le doit à une trilogie, avec Wesley Snipes, avant la construction du MCU. Pas de date annoncée.

Cannes 2019 : Il était une fois… Taron Egerton, Jamie Bell et Richard Madden

Posté par wyzman, le 17 mai 2019

Annoncé depuis 2012 par Elton John himself, le biopic Rocketman a longtemps fait rêver les bookmakers. Justin Timberlake puis Tom Hardy en Elton John, Lee Hall à l’écriture et Michael Gracey à la réalisation. Mais en 2017, au moment de racheter les droits de distribution – et dans l’ombre du biopic de Queen Bohemian Rhapsody –, Paramount Pictures s’offre quelques libertés. Plus coloré que jamais, le biopic devient une comédie musicale à la limite du fantastique et débarque dans la vie de trois acteurs britanniques prêts à toucher les étoiles.

Taron Egerton (29 ans) est une star depuis 2015. En incarnant le rebelle Eggsy dans Kingsman, il réconcilie le public avec les comédies d’espionnage so british et est bien décidé à ne pas s’arrêter là. Avant une suite un peu moins originale sortie en 2017, il fait la rencontre de l’acteur devenu réalisateur Dexter Fletcher sur le tournage d’Eddie the Eagle. Ce biopic tourné comme une comédie britannique rend hommage au skieur Michael « Eddie » Edwards et permet au jeune homme de prouver qu’il n’est pas qu’un acteur. C’est un interprète. Rocketman est son ticket pour les plus grandes cérémonies de remises de prix américaines.

Jamie Bell (33 ans) est une icône depuis qu’il a 14 ans. Grâce à Billy Elliot, qui avait été l'une des sensations sur la Croisette en étant sélectionné par la Quinzaine, il accède à une notoriété instantanée et durable. Pourtant la décennie 2000 ne lui est pas des plus favorables. Malgré des rôles conséquents dans King Kong de Peter Jackson, Mémoires de nos pères de Clint Eastwood et Jumper de Doug Liman, il ne brille pas autant . Il faudra attendre Les Aventures de Tintin : Le Secret de la Licorne pour que le monde prenne conscience de son potentiel. Depuis, on l’a vu chez Bong Joon-ho (Snowpiercer), Lars von Trier (Nymphomaniac) et le moins mémorable Josh Trank (Les 4 Fantastiques). Rocketman doit le remettre dans les petits papiers des organisateurs des BAFTA.

Richard Madden (32 ans) est depuis 2011 “le mec de Game Of Thrones”. Un titre peu flatteur et qui lui colle à la peau bien que son personnage ait disparu de la série en 2013. Outre des apparitions notables dans Cendrillon de Kenneth Branagh, Bastille Day de James Watkins et Ibiza d’Alex Richanbach, c’est la série de la BBC Bodyguard à l’automne dernier qui le place en tête de liste pour succéder à Daniel Craig dans le rôle de James Bond. Carton d’audience outre-Atlantique (11 millions de curieux pour le final), le thriller politique le transforme en héros national. Après ce succès et celui à venir de Rocketman, il espère ne plus avoir à se demander quand il retrouvera du travail.

Autant dire que les trois comédiens britanniques sont parmi les plus hots du moment et devraient créer quelques émeutes sur le tapis rouge. Au son de "I'm still Standing".

Rocketman prépare son lancement

Posté par vincy, le 12 avril 2019

Cela fait plusieurs jours que la rumeur court. Certains avançaient même la date du 16 mai pour sa projection. Et selon RTL, l'événement est sûr d'avoir lieu ce jour-là. Rocketman, biopic de la star pop Elton John, de Dexter Fletcher devrait être présenter lors de la 72e édition du Festival de Cannes, qui n'a toujours rien confirmé. Sir Elton John serait sur le tapis rouge pour la montée des marches. Rappelons qu'il avait tourné à Cannes (et à Monaco) le clip d'un de ses tubes, "I'm still standing".

Le film est prévu dans les salles le 29 mai, distribué par Paramount, qui compte bien faire aussi bien que Bohemian Rhapsody (20th Century Fox) et ses 4,4 millions de spectateurs. Dexter Fletcher avait d'ailleurs repris la réalisation de Bohemian Rhapsody après le renvoi de Bryan Singer.

Rocketman retrace la vie de la star britannique depuis son enfance jusqu’à son avènement en tant que star de stade, de son statut de gamin introverti, grassouillet et fils unique à celui de diva excentrique, génie du piano. Si on en croit la bande annonce, le film retrace son enfance anglaise, ses premiers cours de piano, ses débuts au club Troubadour à Los Angeles en 1970 et ses deux concerts géants au Dodger Stadium de la métropole californienne cinq ans plus tard.

Taron Egerton incarne le chanteur (note: il croisa d'ailleurs Elton John dans Kingsman: Le Cercle d'or) et interprète lui-même les tubes musicaux. Jamie Bell interprète son parolier Bernie Taupin, Richard Madden son amant et manager John Reid et Bryce Dallas Howard sa mère.

Dans une récente présentation aux Etats-Unis, Dexter Fletcher explique que le film "n'est pas une biographie officielle" mais plutôt une relecture de la vie d'Elton John par l'artiste lui-même. "Nous ne sommes pas limités par les faits, nous avons une liberté d'imagination, ce qui est très important lorsqu'on fait un film". Ajoutant: "Avoir Elton comme narrateur a été très libérateur de ce point de vue".

Fierté LGBT plutôt que recettes en Russie et censure en Chine

Cinq Grammy Awards, 300 millions de disques vendus (dont le single le plus vendu du monde: "Candle in the wind" ), Elton John est aussi l'un des producteurs du film, aux côtés de son mari, le cinéaste David Furnish. Ce qui devrait éviter le "bug" de Bohemian Rhapsody sur la sexualité de Freddie Mercury, largement estompée par le montage. Rocketman n'évitera pas le sujet de l'homosexualité.

Dans un récent entretien à GQ UK, Taron Egerton va beaucoup plus loin en s'offrant une belle colère à l'égard des "Les trucs que nous avons tournés sont assez explicites. C’est la raison pour laquelle j’ai joué dans ce film. Ces scènes sont désespérément importantes", rappelant que "En tant qu’acteur hétérosexuel, ne pas pousser le jeu le plus loin possible pour en faire une célébration sans réserve du fait d’être gay serait une erreur."

"Je me fous de savoir si le film marchera en Russie" affirme-t-il en pointant un pays qui peut rejeter sa distribution pour "atteintes au valeurs traditionnelles". "Ça n’a pas d’importance, poursuit-il. Ça ne veut pas en avoir. Qu’est-ce que 25 millions de dollars en plus au box office ? Pourquoi faire cela ? Pour ne pas dormir la nuit parce que tu as tout édulcoré ?"

Espérons que les scènes ne seront donc pas coupées pour viser un public le plus large possible. Autrement, le bad buzz des fans et des influenceurs LGBTQI+ pourrait être fatal. Mais il reste à savoir comme Rocketman sera projeté dans certains pays qui ne tolèrent pas l'homosexualité. Bohemian Rhapsody a été censuré en Malaysie, en Egypte, et en Chine (au point que les spectateurs ne comprenaient plus rien à l'histoire et au personnage).

Sam Mendes commence le tournage de 1917

Posté par vincy, le 28 mars 2019

DreamWorks et Universal ont annoncé le début du tournage de 1917, nouveau film de Sam Mendes, et premier film du cinéaste depuis Spectre en 2015. Les prises de vue commenceront la semaine prochaine, en Angleterre et en Écosse.

Le casting réunit George MacKay (Captain Fantastic) et Dean-Charles Chapman (Game of Thrones) dans les rôles principaux, entourés de Mark Strong (qu'on verra dans Shazam! la semaine prochaine), Andrew Scott (Pride, Spectre), Richard Madden (la série Bodyguard sur Netflix), Daniel Mays (Vera Drake, Star Wars: Rogue One), Adrian Scarborough (Jean Christophe et Winnie), Jamie Parker (Walkyrie, Harry Potter et l'enfant maudit au théâtre), Nabhaan Rizwan (la série Informer sur Amazon), la française Claire Duburcq (dont c'est le premier film), ainsi que Colin Firth et Benedict Cumberbatch, actuellement admirable dans la série Patrick Melrose sur Canal +.

Le film, coécrit par le réalisateur avec Krysty Wilson-Cairns, relate la journée de deux jeunes soldats anglais pris dans la tourmente de la Première Guerre Mondiale.

Roger Deakins en sera le chef opérateur tandis que la musique sera composée par Thomas Newman, deux fidèles du réalisateur.

La sortie est calée pour le 25 décembre prochain aux Etats-Unis. Ce qui en fait un candidat potentiel pour les Oscars.

Sam Mendès a été oscarisé en tant que réalisateur pour American Beauty.

Golden Globes 2019 : The Assassination of Gianni Versace et The Kominsky Method grands gagnants

Posté par wyzman, le 7 janvier 2019

Comme on vous le disait pour la partie cinéma, cette 76e cérémonie des Golden Globes est parvenue à déjouer les pronostics. Bien que The Assassination of Gianni Versace, la série produite par Ryan Murphy et nommée à 4 reprises soit repartie avec 2 trophées, les autres favoris ne font finalement pas partie du palmarès. A l'exception peut-être de Sandra Oh, co-animatrice de la soirée qui s'est vue sacrée meilleure actrice de série dramatique pour sa performance dans Killing Eve.

The Assassination of Gianni Versace, la deuxième saison d'American Crime Story a été couronnée meilleure mini-série tandis que son acteur principal, Darren Criss (photo) est parvenu à éclipser Antonio Banderas (Genius), Daniel Brühl (The Alienist), Benedict Cumberbatch (Patrick Melrose) et Hugh Grant (A Very English Scandal). Le rôle d'Andrew Cunanan lui a déjà valu un Emmy Award.

Enfin, on notera surtout que The Americans a été sacrée meilleure série dramatique avec sa première nomination tandis que la série de Chuck Lorre The Kominsky Method rafle le prix de meilleure série comique. Son acteur principal, Michael Douglas, a également été récompensé. Les acteurs britanniques Richard Madden (Bodyguard) et Ben Whishaw (A Very English Scandal) font également partie du palmarès.

Le palmarès séries

Série dramatique : The Americans

Série comique : The Kominsky Method

Acteur de série dramatique : Richard Madden, Bodyguard

Actrice de série dramatique : Sandra Oh, Killing Eve

Acteur de série comique : Michael Douglas, The Kominsky Method

Actrice de série comique : Rachel Brosnahan, The Marvelous Mrs. Maisel

Mini-série : The Assassination of Gianni Versace : American crime Story

Acteur de mini-série : Darren Criss, The Assassination of Gianni Versace : American Crime Story

Actrice de mini-série : Patricia Arquette, Espace at Dannemora

Acteur de second rôle dans une mini-série : Ben Whishaw, A Very English Scandal

Actrice de second rôle dans une mini-série : Patricia Clarkson, Sharp Objects

Richard Madden (Le trône de fer) chez Patrice Leconte

Posté par vincy, le 2 octobre 2012

richard maddenPatrice Leconte s'apprête à réaliser son premier long métrage anglophone. A Promise, qu'il co-scénarise avec Rebecca Hall (Lady Vegas, The Town, Vicky Cristina Barcelona) aura pour partenaire le très beau Richard Madden, connu pour son rôle de Robb Stark dans la série Le trône de fer (on l'a également vu dans Chatroom).

Ce drame romantique et historique sera l'histoire d'un jeune ingénieur qui tombe amoureux de la fille de l'homme qui l'emploie. La guerre les sépare jusqu'à ce qu'ils se revoient neuf ans plus tard.

La production, sous la direction de Fidélité Films, commencera à la fin de l'année.

Leconte a deux autres projets : Voyage dans le passé d'après une nouvelle de Stefan Zweig et Music! une comédie musicale animée.