Cannes 2019 : La star du jour… Jean Dujardin

Posté par wyzman, le 15 mai 2019

Représentant le plus emblématique de l’humour français, Jean Dujardin est à 46 ans une figure majeure du cinéma hexagonal. Pourtant, sa carrière est loin d’être truffée de montées des marches. A vrai dire, l’acteur que l’on a découvert dans la sitcom Un gars, une fille n’a vraiment marqué le Festival qu’à deux reprises.

Et c’était en 2011. Cette année-là, il assure la voix-off du documentaire Belmondo, itinéraire… diffusé à Cannes Classics avant de surprendre critiques et public dans The Artist de Michel Hazanavicius. Le film lui vaut surtout un Prix d’interprétation masculine à Cannes, première étape de sa consécration avant un César et un Oscar du meilleur acteur qu'il remportera l'année suivante.

Cette année, Jean Dujardin présente Le Daim de Quentin Dupieux en ouverture de la Quinzaine des Réalisateurs, aux côtés d’Adèle Haenel. En attendant son retour en agent OSS 117.

Cannes 2019 : La star du festival… Adèle Haenel

Posté par wyzman, le 13 mai 2019

A tout juste 30 ans, Adèle Haenel pourrait bien se diriger vers une carrière à la Isabelle Huppert. En effet, l'actrice est, depuis sa participation à son deuxième long métrage, une habituée de la Croisette.

Si en 2007, elle présentait Naissance des Pieuvres de Céline Sciamma dans la section Un certain regard, c'est bien en sélection officielle qu’elle a débarqué en 2011 avec L’Apollonide – Souvenirs de la maison close de Bertrand bonello.

Depuis, on l’a vue dans L’Homme qu’on aimait trop d’André Téchiné (2014, hors compétition), La Fille inconnue des frères Dardenne (2016, sélection officielle) et 120 Battements par minute de Robin Campillo (2017, sélection officielle). Et quand elle ne fait pas la montée des marches, elle s’offre les sections parallèles. On l’a ainsi vue à la Quinzaine des réalisateurs avec Après le sud (2011), En ville (2011), Les Combattants (2014) et En liberté (2018) ; du côté d’Un certain regard avec Confession d’un enfant du siècle (2012) et Trois mondes (2012) et à la Semaine de la critique avec Suzanne (2013).

Cette année, Adèle Haenel est à l’affiche de trois films : Portrait de la jeune fille en jeu de Céline Sciamma (sélection officielle - compétition), Le Daim de Quentin Dupieux (Quinzaine des Réalisateurs) et Les héros ne meurent jamais d'Aude-Léa Rapin (Semaine de la Critique). Un brelan d'as.

Cannes 2019: Le Daim de Quentin Dupieux ouvrira la Quinzaine

Posté par vincy, le 4 avril 2019

le daim dujardin

Le Daim, le nouveau film de Quentin Dupieux, ouvrira la Quinzaine des réalisateurs le 15 mai à Cannes. Le film sortira le 19 juin, distribué par Diaphana.

"Georges, 44 ans, et son blouson, 100% daim, ont un projet." On en saura pas plus. Le film réunit Jean Dujardin et Adèle Haenel.

Il s'agit du 7e long métrage de Quentin Dupieux, également scénariste, directeur de la photographie, monteur et compositeur de musique électronique, reconnu internationalement sous le pseudonyme de Mr. Oizo.

C'est la première fois depuis The Artist en 2011 que Jean Dujardin retourne sur la Croisette. Il avait alors remporté le prix d'interprétation masculine, quelques mois avant d'empocher un Oscar.
Pour Adèle Haenel, c'est désormais un rendez-vous plus habituel. Elle avait accompagné En liberté! l'an dernier, déjà à la Quinzaine, mais aussi 120 battements par minute, La fille inconnue et L'apollonide en compétition, L'homme qu'on aimait trop hors compétition, Naissance des pieuvres et Confession d'un enfant du siècle à Un certain regard, Les combattants et En ville à la Quinzaine, Suzanne à la Semaine de la Critique. L'actrice pourrait être présente avec un autre film cette année, Portrait de jeune fille en feu de Céline Sciamma.

Quentin Dupieux a déjà présenté à Cannes Rubber (Semaine de la Critique) en 2010.

Le BIFFF 2014 sacre les sorcières de Alex de la Iglesia

Posté par kristofy, le 23 avril 2014

les sorcières de Zugarramurdi

La 32ème édition du Bruxelles International Fantastic Film Festival (aka BIFFF) a été une nouvelle fois le rendez-vous des amateurs de sensations fortes, voir même de chair fraîche. L'extravagant et prodigieux Jean-Pierre Jeunet a fait le voyage pour une master-class, Lloyd Kaufman a fêté les 40 ans de Troma avec Return to Nuke 'em High, volume 1, Joe Chien est venu présenter en avant-première The Apostles, Alexandre Bustillo et Julien Maury se sont montrés Aux yeux des vivants, Benjamin Rocher accompagne Goal of the dead, l'acteur Liam Cunningham est venu faire le "Mâlin" avec Let us prey, Bobcat Goldthwait a fait son yéti project avec Willow Creek, Benoît Delépine avec Arnold De Parscau et Philippe Nahon ont été coupable de Ablations...

Le BIFFF se conjugue aussi au féminin avec en particulier la présence de l'actrice Caroline Munro, égérie du studio Hammer, James Bond Girl dans Casino Royale et L’Espion qui m’aimait, screeming queen dans Maniac et Slaughter High. Elle a reçu le prix honorifique de Chevalier de lOrdre du Corbeau (aussi Jean-Pierre Jeunet). L'actrice et réalisatrice Melissa Mira (avec Geoff Klein) est venue faire la bombe de Pinup Dolls On Ice, l'italiene Silvia De Santis était là (avec Giancarlo Giannini) pour The Gambler Who Wouldn't Die, et Axelle Carolyn a fait découvrir son envoûtant Soulmate...

C'était plus d'une centaine de films qui ont été programmés durant 12 jours de festival, et certains était en compétition dans l'une ou l'autre des différentes sélections. Voici les palmarès des différents jurys pour le cru 2014 :

Le palmarès de la Compétition Internationale :

- Corbeau d’Or, Grand Prix : Les Sorcières de Zugarramurdi, de Alex de la Iglesia
Mention spéciale : Control, de Kenneth Bi

- Corbeau d’Argent ex aequo: Horror Stories 2, de Min Kyu-dong, Kim Sung-ho, Kim Hui & Jung Bum-shik
- Corbeau d’Argent ex aequo: Rigor Mortis, de Juno Mak

Le palmarès des autres sections :

- Méliès d’Argent : Let us Prey, de Brian O’Malley

- Prix Thriller : Monsoon Shootout, de Amit Kumar

- Prix du 7e Parallèle : LFO, de Antonio Tublen
- Mention spéciale : Wrong Cops, de Quentin Dupieux

-Prix du Public : Les Sorcières de Zugarramurdi, de Alex de la Iglesia

L'année dernière c'est le film espagnol Ghost Graduation qui avait remporté le Grand Prix du Corbeau d'Or et le Prix du Public, et cette année c'est encore l'Espagne qui est de nouveau à l'honneur avec Alex de la Iglésia qui lui aussi fait le doublé jury et public. Les Sorcières de Zugarramurdi était sorti le 27 septembre en Espagne avec un grand succès populaire en salles en devenant le deuxième film ibérique le plus vu de l'année 2013 (derrière Mamá de Andres Muschietti, d'ailleurs venu au BIFFF 2013), et a ensuite gagné 8 Goyas (les César espagnol). Le film est sorti le 8 janvier en France, mais a rencontré son public de manière plus confidentielle.

La présence de Les Sorcières de Zugarramurdi en compétition en faisait d'avance le favori attendu. Seul Killers de Kimo Stamboel & Timo Tjahjanto aurait pu être la surprise. A noter que certains des meilleurs films comme étaient hors-compétition All Cheerleaders Die de Lucky McKee & Chris Sivertson, The Raid 2 de Gareth Evans, Real de Kiyoshi Kurosawa, Goal of the Dead de Benjamin Rocher & Thierry Poiraud, Ugly de Anurag Kashyap...  Pour ce qui est du Prix Thriller à Monsoon Shootout, là aussi il s'agissait de l'un des deux favoris avec le coréen Hide and seek de Jung Huh.

Les Sorcières de Zugarramurdi de Alex de la Iglesia sera disponible en dvd et blu-ray à partir du 14 mai.

Wrong Cops : rendez-vous, le cinéma est cerné !

Posté par kristofy, le 18 mars 2014

wrong copsLe film Wrong Cops qui sort au cinéma ce mercredi 19 mars fait sa publicité avec une affiche qui comporte une particularité américaine : il y a la mention "par le réalisateur de Rubber et de Wrong".

Quentin Dupieux est donc désormais moins considéré comme l’exotique français qui fait des films bizarres aux Etats-Unis (après Steak), que comme un réalisateur qui a développé un univers bien à lui, connu par une part du public et que beaucoup vont vouloir retrouver.

Par rapport à ses autres films, Wrong Cops est aussi une comédie qui est promise à un plus grand succès, et c’est l’occasion d’une sortie en salles avec différents rendez-vous événementiels.

Le film a d'abord été présenté en avant-première dans différents festivals où à chaque fois le bouche-à-oreille a été très positif : au Festival de Locarno cet été, puis durant l’automne au Festival du cinéma américain de Deauville, à L’étrange festival, au Festival de Groland, et au Festival de Pau.

Il y a eu d’autres premières qui ont été suivies d’une fête avec Mr. Oizo (le pseudonyme de musicien de Quentin Dupieux) aux platines pour jouer les musiques du film : à Lille le 31 janvier, à Paris le 1e février, à Strasbourg le 7 février. Ensuite, depuis le 24 février, la bande originale de Wrong Cops, aussi best-of de Mr. Oizo, est disponible à la vente (en CD, double vinyle, et digital).

Le distributeur indépendant UFO distribution wrong copsa aussi joué le jeu de proposer des opérations originales pour promouvoir la sortie du film : dans les salles MK2, un teaser différent a été diffusé chaque semaine pendant un mois et demi, avant la projection de la bande-annonce ; un jeu concours présent dans les salles et sur les réseaux sociaux Facebook et Twitter fera gagner une plaque de flic Wrong Cops ; dans une vingtaine de cinémas, il y aura des totems avec le visuel du film pour que les spectateurs s’amusent à se prendre en photo en "wrong cops" ; 150.000 stickers à l’effigie des différents personnages sont par ailleurs distribués dans différents lieux culturels comme des salles de concert ou des cinémas.

Plus original encore : tous les spectateurs de Wrong cops recevront un morceau de pellicule de 10cm du film Rubber (dans la limite des quantités disponibles).

Enfin, pour Paris, un dispositif spécial est mis en place le week-end du 22-23 mars dans les quartiers Champs Elysées, Opéra, Odéon/St Michel, esplanade Bibliothèque, et MK2 Quai de Seine et Quai de Loire : une voiture de flics américaine comme celle du film sera là pour servir de décor à des photos, des hommes-sandwich avec l’affiche du film seront en patrouille, et quelques invités feront la surprise de venir à la rencontre des spectateurs...

Sundance 2012 : une France en 3D avec Delpy, Donzelli et Dupieux

Posté par vincy, le 19 janvier 2012

Sur les 117 films présentés cette année au Festival de Sundance, qui débute ce soir, trois sont français. Un seul est en compétition, ce qui est en soi exceptionnel. Le Festival a en effet sélectionné WRONG, le nouveau film de Quentin Dupieux (alias Mr. Ozio), à qui l'on doit déjà Steak et Rubber. WRONG est l'histoire de Dolph, qui recherche son chien perdu et fait des rencontres hasardeuses où il risque de perdre son esprit et son identité. Le film met en vedette Jack Plotnick, Eric Judor, Alexis Dziena et William Fichtner. C'est une avant-première mondiale.

Autre avant-première mais nord-américaine, celle de La guerre est déclarée. Le film de Valérie Donzelli, qui était en lice pour les Oscars mais a été recalé, a déjà remporté plusieurs prix depuis sa longue ovation en ouverture de la Semaine de la critique à Cannes : Meilleur film, actrice et acteur au Festival de Gijon, Grand prix à celui de Cabourg, prix du jury, prix du public et prix des blogueurs à Paris Cinéma.

Enfin, l'un des événements prestigieux du Festival sera l'avant)première mondiale de 2 Days in New York, la suite de 2 Days in Paris. Quelques mois après Le Skylab, la réalisatrice-scénariste-actrice Julie Delpy prolonge ses angoisses existentielles, familiales et amoureuses en changeant de partenaire masculin. Adam Goldberg est remplacé par Chris Rock. Une comédie annoncée comme explosive où les tempéraments sont mis à rude épreuve. Le premier film avait remporté un joli succès aux USA, en Australie et dans plusieurs pays européens.