Michel Hazanavicius se lance dans l’animation

Posté par redaction, le 12 juin 2019

Michel Hazanavicius, oscarisé et césarisé pour The Artist, va réaliser son premier film d'animation, La plus précieuse des marchandises.

Il s'agit de l'adaptation du roman de Jean-Claude Grumberg, publié en janvier dernier et toujours parmi les meilleures ventes. C'est l'histoire d'un couple de bûcherons sans enfant qui vit dans une forêt polonaise. C'est aussi le récit d'une famille juive parisienne qui est déportée dans les camps. Dans le train qui le mène vers l'enfer, le père décide de balancer l'un de ses jumeaux, empaqueté, qui atterrit dans les neiges de la Pologne. La bûcheronne, qui ne pouvait pas avoir d'enfant, réceptionne le "paquet". Sans le savoir, les destins des deux familles vont être bouleversés...

Riad Sattouf a avoué qu'il avait beaucoup aimé ce conte, en tant que président du jury du Prix du Livre Inter (le livre était parmi les dix titres sélectionnés). Au point d'ailleurs de le produire à travers sa société Les Compagnons du cinéma, en partenariat avec Ex-Nihilo, Studiocanal, Prima Linéa (La tortue rouge, La fameuse invasion des Ours en Sicile) et Les films du fleuve (la société des frères Dardenne).

Le Film Français, qui a dévoilé cette exclusivité, a révélé que la sortie était prévue pour 2022. Michel Hazanavicius (OSS 117, Le Redoutable), par ailleurs dessinateur, assurera la création graphique. le scénario sera coécrit avec le romancier, Jean-Claude Grumberg, qui a aussi été le scénariste du Dernier métro de François Truffaut et de cinq films de Costa-Gavras). Hazanavicius, qui voit ici une prolongation de son travail sur la Mémoire et la guerre après avoir réalisé The Search et produit Tuez les tous de Raphaël Glucksmann, sortira son prochain film Le Prince oublié (avec Omar Sy et Bérénice Bejo) en janvier 2020.

Valérie Lemercier et Martin Provost se lancent dans le cinéma d’animation

Posté par vincy, le 20 décembre 2013

Deux réalisateurs qu'on n'attendait pas forcément dans l'animation. Après Patrice Leconte et Rémi Bezançon qui se sont lancés dans l'aventure l'an dernier avec, respectivement, Le magasin des suicides et Zarafa, c'est au tour de Valérie Lemercier et Martin Provost de s'essayer au genre.

Le studio Prima Linea (Zarafa, gros succès en salles, et actuellement à l'affiche, Loulou l'incroyable secret mais aussi U et Peur(s) du noir) ose ainsi le pari du cinéma animé d'auteur.

Valérie Lemercier, qui vient de subir un échec cuisant avec son film 100% Cachemire, a apporté un scénario clé-en-main, co-écrit avec sa complice Brigitte Buc, intitulé Nini dans les grands magasins. Un projet à 15 millions d'euros, qui sera soutenu par Pathé et Wild Bunch, selon les informations du Film français. L'histoire de cette comédie familiale est celle d'une petite fille de province qui se retrouve enfermée dans un grand magasin parisien. La production sera lancée cet hiver.

De son côté, Martin Provost, plus connu pour ses biopics sombres comme Séraphine et Violette, a décidé de transposer son roman Bifteck (paru il y a trois ans) en film animé. L'histoire, aussi absurde que drôle, se déroule durant la première guerre mondiale où un jeune boucher comble la solitude de toutes les épouses de sa ville (Quimper, en Bretagne) en l'absence de leurs maris partis au front. Seul petit souci : lorsque la guerre s'achève, il se retrouve père de sept enfants. Ce film rabelaisien sera plutôt destiné aux adultes.