polar » Le Blog d'Ecran Noir

3 raisons d’aller voir The Guilty

Posté par vincy, le 18 juillet 2018

The Guilty, thriller danois de Gustav Möller, est l'histoire d'une femme kidnappée qui contacte la police. Mais la ligne est coupée. Le policier qui a reçu l'appel ne peut compter que sur ses intuitions, son imagination et le téléphone: chaque son peut avoir son importance pour sauver son interlocutrice.

De multiples récompenses. Prix de la critique au Festival de Beaune, prix du public et de la jeunesse à Rotterdam, prix du public à Sundance, ce film danois a déjà fait parler beaucoup de lui depuis janvier. Et si c'était le polar "sleeper" de l'été, ce succès inattendu qui survient chaque année à la même période? Il y a en effet tous les ingrédients pour captiver l'audience en 85 minutes chrono. Le film peut d'ailleurs faire penser à l'excellent Buried de Rodrigo Cortes. Un huis-clos (unité d'espace) anxiogène et suffocant. Mais, en filmant en temps réel (unité de temps), le cinéaste s'offre une deuxième contrainte, qui rappelle Victoria de Sébastien Schipper. Deux formes de cinéma qui donnent à une histoire banale son aspect fascinant.

Palpitant. Pas besoin de beaucoup d'effets pour nous faire palpiter. On ne peut pas dire que The Guilty soit un film d'esbrouffe. Il a cette épure et cette austérité toute scandinave. C'est le scénario, jusqu'au dénouement, qui produit la meilleure énergie à ce film immersif qui stimule notre propre imagination. Nous sommes le flic. Nous cherchons aussi à savoir ce que nous avons entendu, compris, deviné. Non exempt de sueurs froides et de suspens, le polar a un autre atout majeur, techniquement: le travail sur le son est d'une précision millimétrée. Au passage, le cinéaste rappelle que le cinéma est un art de l'illusion fondé sur des techniques accentuant au moins deux sens: la vue et l'ouïe.

Hors-champ. C'est peut-être là ce qu'il faut retenir du film. Le spectateur interagit avec l'histoire parce que l'essentiel du récit se déroule hors-champ, c'est-à-dire dans ce qu'on ne nous montre pas. Ainsi quand la victime appelle, on sent bien la frénésie qu'il y autour d'elle. Pourtant, nous ne voyons que le visage propret du policier dans son centre d'appel. Au contraire du son qui est analysé, décrypté, décodé, l'image est laissée à notre imaginaire. Un peu comme lorsqu'on nous lit une histoire. Chaque bruit a son importance et nous projette un monde nouveau. C'est maîtrisé, tendu, efficace. Sous son apparence manipulatrice, The Guilty est surtout psychologique, voire mentale. Pour le spectateur.

Le Prix Jacques Deray pour « Mon Garçon »

Posté par vincy, le 29 janvier 2018

mon garçonMon garçon a reçu le 14e Prix Jacques Deray du meilleur film policier français de l'année. Le film de Christian Carion, sorti en septembre et qui a séduit un peu plus de 40000 entrées, succède à Diamant noir, lauréat l'an dernier.

Tourné en un peu plus d'une semaine, le film raconte l'histoire d'un père prêt à tout pour retrouver son fils enlevé dans un camp de vacances.

Guillaume Canet et Mélanie Laurent incarnent les deux parents de ce film écrit de manière improvisée. Le film vient de sortir en DVD/Blu-Ray/VàD le 23 janvier.

Christian Carion recevra le prix le 24 février prochain à l’Institut Lumière. L'Institut qui organise ce prix avec l'Association des amis de Jacques Deray évoque un "polar conceptuel et audacieux" pour justifier son choix.

Albi 2017 : les œillades mettent les jeunes réalisatrices à l’honneur

Posté par MpM, le 18 novembre 2017

Pour sa 21e édition qui commence le 21 novembre, le festival Les Œillades d'Albi propose un programme une fois de plus éclectique et prometteur mêlant avant-premières, coups de cœur, rencontres, ateliers à destination de la jeunesse et compétition de courts métrages.

Trois grandes thématiques traversent globalement la manifestation : tout d'abord la jeune création, qui sera à l'honneur à travers les films de jeunes réalisatrices comme Carine Tardieu (Ôtez-moi d'un doute), Elsa Diringer (Luna), Mélanie Laurent (Plonger), Marie Garel-Weiss (La fête est finie), Marine Francen (Le semeur), Marie-Noëlle Sehr (Marie Curie) et Raja Amar (Corps étranger) ; ensuite une large place accordée au documentaire (avec notamment 12 jours de Raymond Depardon et Makala d'Emmanuel Gras) et enfin un focus sur le polar dans le cinéma français en présence d'Yves Boisset, Robin Davis et Serge Korbe.

En tout, dix-sept avant-premières seront présentées, dont 13 concourent pour le prix du public. On retrouvera notamment La douleur d'Emmanuel Finkiel, Gaspard va au mariage d'Antony Cordier, Une saison en France de Mahamat-Saleh Haroun, L'échange des princesses de Marc Dugain ou encore Jusqu'à la garde de Xavier Legrand.

Parmi les "coups de cœur", il faut signaler Prendre le large qui sera accompagné par le réalisateur Gaël Morel, Une famille syrienne (également en présence de Philippe van Leeuw) et 120 battements par minute de Robin Campillo. Enfin, les rencontres-débats autour du polar français permettront de revoir Allons z'enfants et La femme flic de Yves Boisset ainsi que J'ai épousé une ombre et La guerre des polices de Robin Davis.

_______________

Les œillades d'Albi
21 édition
Du 21 au 26 novembre 2017
Informations et programme sur le site de la manifestation

Tobey Maguire se lance à son tour dans la réalisation

Posté par vincy, le 6 avril 2017

Jo Nesbo devient-il le romancier à la mode à Hollywood? Alors que The Snowman (Le bonhomme de neige), de Tomas Alfredson, avec Michael Fassbender, Rebecca Ferguson et Val Kilmer est pressenti pour faire son avant-première à Cannes, Tobey Maguire a confirmé qu'il réaliserait l'adaptation d'un polar de l'écrivain norvégien.

Blood on Snow (Du sang sur la glace) sera son premier long métrage. Il en sera aussi producteur. Ironiquement, c'est son meilleur ami, Leonardo DiCaprio, qui avait acquis les droits du roman initialement, en 2013.

Jo Nesbo écrira le scénario. C'est la première fois que l'auteur adapte lui-même un de ses romans pour le cinéma. Le roman, premier opus de la série Olav Johansen, suit un tueur à gages travaillant pour le compte d'un gangster qui s'enrichit avec la prostitution et le trafic de drogue à Oslo. Mais Olav a un dilemme. Il tombe amoureux de la femme de ses rêves, accessoirement la jeune épouse infidèle de son boss et la cible qu'il doit abattre pour son boss.

Jo Nesbo a le vent en poupe à Hollywood. Outre le film d'Alfredson (à l'origine prévu pour Martin Scorsese), un autre roman a été optionné : Le fils pour Denis Villeneuve et Jake Gyllenhaal (lire notre actualité du 27 mai 2016).

Beaune 2016: le polar coréen Man on High Heels grand vainqueur

Posté par vincy, le 4 avril 2016

Man on High Heels du sud-coréen Jang Jin est le grand gagnant du 8e Festival du film policier de Beaune. Le jury présidé par Sandine Bonnaire, entourée de Jean-Pierre Améris, Cédric Anger, Deborah François, Melvil Poupaud, Ludivine Sagnier et Pierre Schoeller, lui a décerné le Grand prix et il a également reçu le prix de la Critique. Le film, qui raconte l'histoire d'un policier sadique et sans pitié pour ses ennemis mais qui souhaite secrètement changer de sexe, sera sur les écrans français le 13 juillet.

Deux prix du Jury ont été remis: l'un au mexicain Desierto de Jonás Cuarón et l'autre au français Diamant noir d’Arthur Harari. Le premier sort en salles le 13 avril et le second le 8 juin.

Un prix spécial Police est allé au film allemand de Lars Kraume, Fritz Bauer, un héros allemand (sortie le 13 avril).

Le prix Sang Neuf, qui a son propre jury, cette année présidépar Serge Moati, a choisi le film belge Les Ardennes de Robin Pront (13 avril).

Enfin, le prix Claude Chabrol, prix qui est connu à l'avance, a récompensé Coup de chaud (Heatwave) de Raphaël Jacoulot, film sorti en août dernier. Le prix Claude Chabrol honore chaque année "un film français sorti dans l’année écoulée dont les qualités cinématographiques font honneur au genre policier, en hommage à celui qui fut “le Président à vie” du Festival du Film Policier de Cognac et naturellement le premier président du Jury du Festival International du Film Policier de Beaune."

Le Prix Jacques Deray 2016 pour « L’Enquête »

Posté par vincy, le 28 janvier 2016

Le 12e Prix Jacques Deray, qui consacre un film policier français, est attribué à L’Enquête de Vincent Garenq, avec Gilles Lellouche, Charles Berling et Florence Loiret-Caille. le film est également nommé au César du meilleur scénario adapté. Le film raconte «l’affaire Clearstream» à partir de l’histoire du journaliste et lanceur d’alertes, Denis Robert, et notamment de deux de ses ouvrages, Révélation$ et La boîte noire. Sorti en février 2015, le film avait attiré 280 000 spectateurs dans les salles.

Le Prix sera remis à Vincent Garenq samedi 13 février à 19h à l’Institut Lumière (achat de places en ligne), en présence de Gilles Lellouche et de Denis Robert. En présence également de Bertrand Tavernier, Agnès Vincent-Deray et Laurence Deray, Thierry Frémaux et les membres de l’Association des Amis de Jacques Deray.
Ce même jour à 16h sera projeté Un papillon sur l’épaule (1978, 1h38), l’un des classiques de Jacques Deray qui a inspiré le sculpteur Grégoire Callens pour la création de la statuette, remise chaque année au lauréat.

Les précédents lauréats sont Frédéric Tellier pour L’Affaire SK1, également nommé cette année au César du meilleur scénario adapté, Jérôme Salle pour Zulu, Philippe Lefebvre pour Une nuit, Maïwenn pour Polisse, Fred Cavayé pour A bout portant, Michel Hazanavicius pour OSS 117 : Rio ne répond plus, Pascal Thomas pour Le Crime est notre affaire, Alain Corneau pour Le Deuxième souffle, Guillaume Canet pour Ne le dis à personne, Jacques Audiard pour De battre mon coeur s’est arrêté et Olivier Marchal pour 36, quai des Orfèvres.

Les palmarès des festivals de Cognac, Saint-Tropez et La Roche-sur-Yon

Posté par vincy, le 20 octobre 2015

Trois festivals ont décerné leurs prix le week-end dernier.

Le 20e Festival Polar de Cognac récompense le meilleur du policier dans tous les genres (livre,s BD, théâtre, télé) y compris le cinéma.
L'affaire SK1 de Frédéric Tellier est le prix Polar 2015 du meilleur long métrage francophone et La isla minima d'Alberto Rodriguez a été sacré du prix Polar 2015 du meilleur long métrage international. Deux bons choix. Le prix Polar du court métrage a été remis à La force de l'âge de Quentin Lecocq. Notons que La fille du train de Paula Hawkins, actuellement en préparation pour le cinéma, a reçu le prix Polar 2015 du meilleur roman policier étranger.

La 17e édition du festival des Antipodes, à Saint-Tropez, projettent des films australiens et néo-zélandais. Le jury était présidé par l’acteur australien Bryan Brown, entouré des comédiens Natacha Régnier, Stefi Celma, Philippe Caroit et Franck Finance-Madureira, créateur de la Queer Palm.
Le grand prix a été décerné à The Dark Horse de James Napier Robertsson (prix du public au Festival de Rotterdam). Le prix de la révélation féminine a distingué Whirimako Black (White Lies de Dana Rotberg), le prix de la révélation masculine est revenu ) Ed Oxenbould (Paper Planes de Robert Connolly). Le prix du public a aussi consacré Paper Planes.

Le 6e Festival de La Roche-sur-Yon, qui se centre sur les nouveaux talents et le cinéma indépendant, avait un jury composé de Philippe Azoury, Françoise Lebrun et d'Eva Sangiorgi. Ils ont primé le film italien Bella e perduta de Pietro Marcello (deux prix à Locarno). Une mention spéciale du jury international a été remise à Güeros d'Alonso Ruizpalacios, qui a aussi reçu le prix Trajectoires, ex-aequo avec Simon d’Éric Martin et d'Emmanuel Caussé.
Dans la compétition Nouvelles Vagues, Tangerine de Sean Baker poursuit son beau parcours dans les festivals Français avec le prix de cette sélection. Le prix du public a confirmé la bonne trajectoire de Tempête de Samuel Collardey, déjà récompensé à Namur et Venise.

Emily Blunt et Rebecca Ferguson prennent le train

Posté par MpM, le 22 août 2015

rebecca fergusonC'est l'un des best-sellers de l'été : La fille du train de Paula Hawkins, écoulé à plus de deux millions d'exemplaires dans le monde, va être adapté pour le grand écran.

Il s'agit d'un polar racontant comment Rachel, en prenant le train tous les jours, observe sur sa route une maison à proximité des voies. Elle va alors commencer à s’imaginer la vie du couple qui y réside. Jusqu’au jour où l’homme qui apparaît à la fenêtre n’est pas le même que d’habitude, puis qu'elle découvre à la une des journaux que la femme est portée disparue.

Devant la caméra de Tate Taylor (La couleur des sentiments), Emily Blunt (Edge of tomorrow) et Rebecca Ferguson (Mission impossible : rogue nation, notre photo) seront respectivement Rachel, la fameuse passagère du train, et Anna, la nouvelle épouse de l'ex de Rachel. D'après des rumeurs rapportées par le Film français, Kate Mara (Les 4 fantastiques) pourrait rejoindre le casting dans le rôle de Megan, la femme portée disparue.

Produit par DreamWorks, le film a été écrit par la scénariste Erin Cressida Wilson.

George Clooney produira le polar de Tom Ford

Posté par vincy, le 25 mars 2015

George Clooney, associé à Grant Heslov dans leur société Smokehouse Pictures, produira le deuxième film du créateur de mode et cinéaste Tom Ford. Nocturnal Animals (Animaux nocturnes) sera adapté du thriller Tony and Susan d'Austin Wright, paru en France en 1995 (sous le titre Tony et Susan), et réédité en 2011.

Tom Ford a écrit lui-même le scénario. Dans cette histoire, Susan, remariée à un chirurgien, reçoit le manuscrit d'un polar de son premier mari, Edward, et s'inquiète des desseins de son ex. En effet, dans le livre qu'il vient de terminer, il raconte comment un professeur de faculté enlève sa femme et leur fille alors qu'ils se rendent dans leur résidence de vacances dans le Maine. Or Susan a également une maison située dans cette région. Dans le roman de Wright, il y a deux histoires parallèles : celle du livre; très violente, et celle de Susan, qui révèle des vérités assez noires.

Le tournage est prévu cet automne et le casting est en cours.

Ce sera le premier film de Tom Ford depuis son coup d'essai A Single Man, déjà une adaptation d'un roman de Christopher Isherwood; avec Colin Firth, Julianne Moore, Nicholas Hoult et Matthew Goode. Colin Firth avait obtenu sa première nomination à l'Oscar, un an avant de le décrocher pour Le discours d'un Roi. Il avait, en revanche, gagné le British Award (Baftas) du meilleur acteur. le film avait reçu trois nominations aux Independent Spirit Awards, le Queer Lion et le Prix d'interprétation masculine à Venise.

Le Prix Jacques Deray 2015 décerné à L’Affaire SK1

Posté par vincy, le 30 janvier 2015

Le11e Prix Jacques Deray sera attribué le 7 février à l'Institut Lumière (Lyon) au film de Frédéric Tellier, L'Affaire SK1, toujours à l'affiche. Le thriller est sorti le 7 janvier sur les écrans français et a déjà séduit plus de 250000 spectateurs. Le générique est composé de Raphaël Personnaz, Nathalie Baye, Olivier Gourmet et Marianne Denicourt. L'histoire s'inspire de la traque du serial killer Guy Georges durant 8 années.

Le jury a distingué ce film "pour l’originalité de sa narration, sa sobriété, son réalisme et la qualité de ses interprètes". Ce même jury a également souhaité souligner la qualité du premier film de Cédric Jimenez, La French, "dont  l’évocation du cinéma de Jacques Deray l’a beaucoup touché."

Les précédents lauréats sont Olivier Marchal pour 36, quai des Orfèvres, Jacques Audiard pour De battre mon coeur s’est arrêté, Guillaume Canet pour Ne le dis à personne, Alain Corneau pour Le Deuxième souffle, Pascal Thomas pourLe Crime est notre affaire, Michel Hazanavicius pour OSS 117 : Rio ne répond plus, Fred Cavayé pour A bout portant, Maïwenn pour Polisse, Philippe Lefebvre pour Une nuit et Jérôme Salle pour Zulu.