Et si on regardait… Cinéma du réel

Posté par vincy, le 28 mars 2020

Le 42e Festival Cinéma du réel qui se tient traditionnellement mi-mars au Centre Pompidou n'a pas pu avoir lieu. Cela n'a pas empêché les jurys de rendre leurs verdicts et de récompenser plusieurs documentaires. Le Grand prix Cinéma du réel a été décerné à El ano del descubrimineto (L'année de la découverte, photo) de l'espagnol Luis Lopez Carrasco, qui a aussi reçu le prix (ex-aequo) des bibliothèques.

On aussi été primés: Makongo d'Elvis Sabin Ngaibino (Prix international de la Scam, Prix des bibliothèques), Chronique de la terre volée de Marie Dault (Prix de l'Institut français), le premier film Ontem Havia Coisas Estranhas no céu (Hier, il y 'avait des choses étranges dans le ciel) de Bruno Risas (Prix Loridan-Ivens), les courts métrages Back to 2069 et Don't Rush, tous deux de d'Elise Florenty et Marcel Türkowsky (Prix du court métrage), le court This Means More de Nicolas Gourault (Prix du court métrage Tënk, Prix des détenus de Bois d'Arcy), Il n'y aura plus de nuit d'Eléonore Weber (Prix des jeunes), L'âge d'or de Jean-Baptiste Alazard (Prix du patrimoine de l'immatériel) et Maria K. de Juan Francisco Gonzalez (Prix du public "Première fenêtre").

Si le Festival n'a pas pu avoir lieu physiquement, on peut voir une grande partie de ses sélections de chez soi.

Sur Tënk
La plateforme (sur abonnement) dédiée au documentaire d’auteur propose trois programmations successives autour de Cinéma du réel. On peut y découvrir une grande partie des films primés. Par ailleurs, partir du 27 mars, elle proposera Dans la chambre de Vanda de Pedro Costa, film qui a déjà 20 ans, ainsi que trois films de Mosco Boucault (tous projetés durant le festival), et à partir du 3 avril, deux films de l’édition 2020.

Sur Mediapart
Mediapart accueille les 13 films de la sélection Première Fenêtre, une programmation de premiers gestes documentaires venus de réalisatrices et réalisateurs émergents. Le public pourra voter sur la plateforme de Mediapart pour son film préféré jusqu’à la fin du festival.

Sur Festival Scope
La plateforme dédiée aux festivaliers à travers le monde propose l’accès gratuit aux films de la sélection française, en version sous-titrée en anglais. Si la plupart des séances sont déjà complètes, quelques un sont encore accessibles gratuitement.

Sur UniversCiné
A partir du 24 mars, dans la continuité du festival, UniversCiné offre sur un corner dédié de son portail un large choix de films de la programmation hors compétition et du palmarès 2019, ainsi que des éditions précédentes.

Et si on regardait… les courts primés du 10e Nikon Film Festival

Posté par kristofy, le 22 mars 2020

En attendant de pouvoir se retrouver devant les grands écrans des salles de cinéma, certains films sont à voir sur le petit écran de chez soi.

Il y avait eu plus de 1200 courts-métrages réalisés pour la 10e édition du Nikon Film Festival. La cérémonie de clôture justement prévue dans une salle (Le Grand Rex) n'a donc pas pu se tenir à cause des mesures adoptées pour l lutte contre la pandémie du coronavirus, mais le palmarès a tout de même eu lieu à distance via internet.

Pour rappel, avec la contrainte d'une durée inférieure à 2 minutes et 20 secondes, il fallait réaliser un court illustrant un thème imposé qui était cette année celui de "génération". C'est l'occasion de (re)voir certains de ces courts-métrages, et en particulier ceux qui ont été récompensés par le jury présidé par Cédric Klapisch, entouré des actrices Ana Girardot et Eye Haïdara, des acteurs Jonathan Cohen et Rod Paradot, des journalistes Guillemette Odiccino et Thierry Chèze, et divers professionnels ciné.

Grand prix du jury, et Prix des médias, Yiorgos : 1967, Yiórgos, 7 ans, vit près d'Athènes et fait parti de ceux dont le rêve est de rejoindre Paris, de faire de grandes études et de voyager. Sans le savoir, il partage le récit d’une génération entière.

Mention spéciale, Je suis désiré : Quand une assistante sociale s’invite à la maison, un couple d’hommes magnifie leur histoire d’amour pour obtenir ce qu’il désire le plus au monde… Ce film met en lumière le désir entre deux garçons avant de progressivement muer vers un tout autre désir. Il porte un regard positif sur la prochaine génération.

Prix Canal+, Pussy Boo : Quand les oreilles attentionnées de Paulette et Roger rencontrent la musique qu'écoute leur petite fille.

Prix de la mise en scène, Black Blanc Beur : "Oh mon frère tu vois pas que j'y suis pas dans Black Blanc Beur ?"

Prix de la meilleure photographie, Lovers : À travers les mots de Roméo et Juliette, amants intemporels, cinq couples de génération et d’origine différentes se disent leur amour au bord de la mer.

Prix meilleure actrice, et Prix meilleur acteur, Spooning : Laure a un coup de blues. Alors, d’un glissement de doigts expert sur son portable, elle se case un cent unième rendez-vous sur une application de rencontres pour ce soir même. Fred, lui, prépare depuis des mois son entrée fracassante sur le marché de la rencontre virtuelle... Le choc s’annonce de taille.

Prix du meilleur son, Nomophobia : Une ado. Une addiction... Une punition. Tiré d'un fait réel survenu en décembre 2019.

Prix des écoles, Les temps modernes : Edouard semble être le parfait stéréotype de sa génération : un jeune homme aux moeurs légères, une dépendance au sexe, et une facilité à ne jamais créer de lien. Mais est-il vraiment ce genre de personnage ?

Prix du public, Je suis une berçeuse : De génération en génération, les violences conjugales restent une réalité au sein de nombreux foyers. Je vous raconte l'histoire vraie d'une femme prête à tout pour préserver son enfant.

Cartoon Movie récompense le studio Xilam et les réalisatrices des Hirondelles de Kaboul

Posté par redaction, le 5 mars 2020

les hirondelles de kaboulLes Cartoon Movie Tributes récompensent chaque année une personnalité ou une société "ayant eu une influence dynamique et positive sur l’industrie européenne du long métrage d’animation."

La 22e édition se déroule à Bordeaux jusqu'à ce soir.

Zabou Breitman & Éléa Gobbé-Mévellec, pour Les Hirondelles de Kaboul, ont reçu le prix du Réalisateur européen de l'année. Le film, qui avait fait son avant-première à Un certain regard à Cannes et qui était en lice pour le César du long métrage d'animation, avait déjà gagné le prix de la Fondation Gan pour la distribution à Annecy et le Valois de Diamant du Festival du film francophone d'Angoulême.

Marjane Satrapi, Peter Lord ou encore Claude Barras ont reçu ce prix les années précédentes.

Le prix du Producteur européen de l’année est également revenu à l'animation française en récompensant Xilam, distingué en 2019 à Cannes (Grand prix de la Semaine de la critique) et aux César (meilleur long métrage d'animation, en plus d'une nomination aux Oscars, grâce à J'ai perdu mon corps.

Le prix du Distributeur européen de l’année a été décerné à la société belge Lumière, qui d'ailleurs distribué en Belgique J'ai perdu mon corps, mais aussi Funan.

Berlin 2020: l’Ours d’or pour l’iranien Mohammad Rasoulof

Posté par vincy, le 29 février 2020

La 70e Berlinale, entre coronavirus menaçant et compétition décevante, s'est achevée. Au moins le public a répondu présent à cette édition, la première de l'ère post-Dieter Kosslick, avec Carlo Chatrian, ex-directeur artistique du Festival de Locarno, qui a transformé la Berlinale en un festival plus pointu (peut-être trop).

Les cinémas latino-américains, italiens et même français (surtout à travers les coproductions ont plutôt brillé dans les différents palmarès qui se sont succédés depuis hier.

C'est un choix politique et courageux d'avoir décerné l'Ours d'or au cinéaste iranien Mohammad Rasoulof. Le réalisateur, primé à Cannes en 2017 pour son film Un homme intègre, a été condamné en Iran le 23 juillet dernier à un an de prison ferme suivi de deux ans d'interdiction de sortie de territoire et d'interdiction de se livrer à une activité sociale et politique. Déjà, en 2011, il avait été condamné à un an de prison et en 2013, l'Iran lui avait déjà confisqué son passeport. Depuis septembre 2017, le cinéaste ne pouvait plus circuler librement, travailler et se rendre à l'étranger.

Malgré les interdictions qui le frappent et à l'instar de son compatriote Jafar Panahi, le réalisateur a pu tourner ce film assez long composé de quatre histoires avec Heshmat, Pouya, Javad et Bahram, quatre personnages face à des doutes et des dilemmes, qui sont incapables de tuer malgré le prix à payer.

10 ans après son Prix d'interprétation masculine au 63e Festival de Cannes pour La nostra vita, Elio Germano est sacré à Berlin. Et 5 ans après son Léopard d'or au Festival international du film de Locarno pour Un jour avec, un jour sans, Hong Sang-soo repart avec l'Ours du meilleur réalisateur. Enfin, la réalisatrice américaine Eliza Hittman, révélée avec Beach rats à Sundance, il y a trois ans, repart avec le Grand prix du jury.

Compétition

Ours d'or: Sheytan vojud nadarad (There Is No Evil) de Mohammad Rasoulof
Grand prix du jury: Never Rarely Sometimes Always d'Eliza Hittman
Ours d'argent du meilleur réalisateur: Hong Sang-soo pour Domangchin yeoja (La femme qui court)
Prix d'interprétation féminine: Paula Beer dans Undine de Christian Petzold
Prix d'interprétation masculine: Elio Germano dans Volevo nascondermi (Hidden Away) de Giorgio Diritti
Prix du scénario: Favolacce (Bad Tales) de Damiano et Fabio D'Innocenzo
Prix du jury : Effacer l’historique de Benoît Delépine et Gustave Kervern
Contribution artistique: Le directeur de la photo Jürgen Jürges pour DAU. Natasha de Ilya Khrzhanovskiy et Jekaterina Oertel

Section Encounters
Meilleur film: The Works and Days (of Tayoko Shiojiri in the Shiotani Basin) de C.W. Winter et Anders Edström
Prix spécial du jury: The Trouble With Being Born de Sandra Wollner
Meilleur réalisateur: Cristi Puiu pour Malmkrog
Mention spéciale pour la réalisation: Matias Piñeiro pour Isabella

Sélection officielle

Prix du meilleur documentaire: Irradiés (Irradiated) de Rithy Panh
Mention spéciale du jury documentaire: Aufzeichnungen aus der Unterwelt (Notes from the Underworld) de Tizza Covi et Rainer Frimmel

Prix du meilleur premier film : Los conductos de Camilo Restrepo
Mention spéciale du jury premier film: Nackte Tiere (Naked Animals) de Melanie Waelde

Audi Short Film Award (court métrage): Genius Loci de Adrien Mérigeau
Ours d'or court métrage: T de Keisha Rae Witherspoon
Ours d'argent court métrage: Filipiñana de Rafael Manuel

Section Panorama
Prix du public fiction: Otac (Father) de Srdan Golubovic
- 2e place: Futur Drei (No Hard Feelings) de Faraz Shariat
- 3e place: Hap (Hope) de Maria Sødahl
Prix du public documentaire: Welcome to Chechnya de David France
- 2e place: Saudi Runaway de Susanne Regina Meures
- 3e place: Petite fille (Little Girl) de Sébastien Lifshitz

Teddy Award
Meilleur film: Futur Drei (No Hard Feelings) de Faraz Shariat
Meilleur documentaire: Si c’etait de l’amour (If it Were Love) de Patric Chiha
Meilleur court métrage: Playback, Ensayode una despedida d'Augustina Comedi
Prix du jury: Rizi (Days) de Tsai Ming-Lang
Prix du public: Futur Drei (No Hard Feelings) de Faraz Shariat

Section Generation Kplus (jeunesse)
Meilleur film: Sweet Thing d'Alexandre Rockwell
Mention spéciale: H Is for Happiness de John Sheedy,
Meilleur court métrage : El nombre del hijo (The Name of the Son) de Martina Matzkin
Mention spéciale: El sghayra (Miss) d'Amira Géhanne Khalfallah

Section Generation Kplus (international)
Meilleur film: Los Lobos (The Wolves) de Samuel Kishi Leopo
Mentions spéciales: Mignonnes (Cuties) de Maïmouna Doucouré ; Mamá, mamá, mamá (Mum, Mum, Mum) de Sol Berruezo Pichon-Rivière
Meilleur court métrage: El nombre del hijo (The Name of the Son) de Martina Matzkin
Mention spéciale: The Kites de Seyed Payam Hosseini

Vesoul 2020 : Mariam au palmarès, Wet Season et Jinpa dans les salles

Posté par kristofy, le 19 février 2020

Le 26ème Festival International des Cinémas d'Asie de Vesoul, qui s'est tenu du 11 au 18 février, a pu compter sur ses fidèles et nouveaux spectateurs pour une nouvelle fois faire salles pleines (32200 spectateurs au total) pour plus de 80 films en provenance de 24 pays ! C'est plein succès pour la rétrospective sur le cinéma du Tibet avec en particulier l'ensemble des films des réalisateurs Pema Tseden et ceux de Sonthar Gyal (malheureusement absents à cause des difficultés à voyager depuis la Chine depuis le coronavirus), l'hommage à l'actrice Ronit Elkabetz, et la thématique "Liberté, Egalité, Créativité".

Wet Season de Anthony Chen et Jinpa de Pema Tseden sont à voir en salles dès ce mercredi 19 février :

Pema Tseden est le chef de file du cinéma du Tibet, il impose la langue Tibétaine dans ses films et même dans ses génériques. C'est le seul a avoir remporté deux fois un Cyclo d'or à Vesoul pour Tharlo et Jinpa. Ses films sont souvent découverts au Festival de Venise (Tharlo, Jinpa, et le suivant Balloon centré sur un couple déjà marié et une autre romance contrariée devrait connaître encore plus de succès). En attendant le dernier né, Balloon, et peut-être The sacred arrow d'avant (un tournoi de tir à l'arc où le meilleur archer d'un village est amoureux de la soeur du champion du village rival...), Jinpa sort aujourd'hui dans les salles françaises. On y découvre le chauffeur d'un camion sur une route déserte qui prend en stop un homme mystérieux qui dans un prochain village à l'intention de retrouver quelqu'un pour le tuer et se venger... Le cinéaste poursuit son expérimentation de très longs plans fixes. Rappelons que la production de Jinpa a été soutenue par Wong Kar-wai. Tendu et fascinant, le film est aussi beau qu'exigeant. C'est bien l'étrangeté du cinéma de Tsden qui lui donne une poésie alors qu'a priori nous sommes plongés dans un western absurde et radical...

De son côté, Anthony Chen avait été découvert au Festival de Cannes où son premier film Ilo Ilo de Singapour. Il avait remporté la Caméra d'or. Le voici plusieurs années plus tard qui accouche de son second film Wet Season (à lire ici) : une femme professeur dans un collège qui ne parvient pas à tomber enceinte doit faire face à un éloignement de son mari et à un élève qui s'imagine la séduire...

La compétition du FICA de Vesoul :

Les films en compétition montraient certes une parité homme/femme réalisatrice mais surtout la moitié d'entre eux étaient des premiers films : c'est justement ces nouveaux talents qui ont été récompensés par les différents jurys ! Mis à part le vétéran Prasanna Vithanage du Sri Lanka avec Children of the Sun (d'ailleurs curieusement oublié du palmarès), la plupart des films étaient des premières œuvres. Malgré la jeunesse de ces cinéastes, ces films ont, pour la plupart, raconter des histoires complexes de famille, centrées plutôt sur une génération bien plus âgée avec, comme personnage central, des mères (Hava, Maryam, Ayesha, Mariam) ou des grands-parents (Just like that, A Bedsore).

Un film cependant se distingue, avec un sujet plus moderne, l'escalade du harcèlement d'un écolier après la divulgation d'une vidéo accusatrice John Denver Trending. Il a d'ailleurs séduit le jury de la Critique et surtout le Prix du Public. Le jury des lycéens a préféré primer le film qui a eu le plus d'impact avec une réflexion sur la violence du terrorisme Saturday Afternoon, récompensé aussi par le jury NETPAC. Chacun des 9 films en compétition semblaient traversés par une même problématique : des gens qui se heurtent à des traditions du passé qu'il est de plus en plus difficile voir impossible à supporter (en particulier pour les femmes ou pour des personnes isolées).

Cyclo d'or pour Sharipa Urazbayeva, réalisatrice de Mariam

Le grand jury était présidé par Jay Jeon (directeur du Festival International du Film de Busan), avec Yuliya Kim (directrice du Festival International du Film d’Almaty, et productrice), Joji Alonso (productrice) et Ariel Schweitzer (critique) a créée la surprise pour la plus haute récompense le Cyclo d'or pour le film Mariam de la réalisatrice Sharipa Urazbayeva du Kazakhstan, en saluant ce "portrait poignant d’une femme en lutte pour la survie de sa famille dans une société traditionnelle".

Dans l'histoire des palmarès du FICA de Vesoul, seul un film du Kazakhstan avait reçu le Cyclo d'or. C'était en 2009 avec Un cadeau pour Staline de Roustem Abdrachev (il y avait eu en 2012 l'organisation d'un Regard sur le cinéma du Kazakh avec une vingtaine de films rares et la venue du réalisateur Ermek Chinarbev). C'est aussi rare que la récompense soit décernée à une réalisatrice, qui signe ici son premier film.

Ce Cyclo d'or pour Mariam est d'autant plus beau qu'il s'agit à priori de la production la plus fragile : l'actrice principale est non-professionnelle et joue en quelque sorte son propre rôle avec ses vrais enfants à l'image, le tournage a duré seulement 5 jours. Une femme se retrouve seule avec ses quatre enfants dans un village isolé avec des conditions de vie rudes, sans électricité ni eau courante : son mari ayant disparu, on lui a retiré le bétail qui était son gagne-pain, plus aucune ressource. Elle ne peut  prétendre à aucun versement d'allocation tant que le corps de son mari n'est pas retrouvé pour le certifier décédé. La seule solution a un prix et elle est illégale : avec certaines complicités, on peut reconnaître le corps d'un autre homme à la morgue pour débloquer le versement d'une allocation...

Mariam avait été repéré au Festival de Busan et sélectionné aussi à celui de Locarno. Il a maintenant triomphé à Vesoul :

Le Palmarès du FICA de Vesoul 2020 :

Cyclo d'Or : MARIAM de Sharipa Urazbayeva (Kazakhstan)

Grand prix du jury international : JUST LIKE THAT de Kislay (Inde)
Prix du jury international ex-aequo : JOHN DENVER TRENDING d’Arden Rod B. Condez (Philippines) & A BEDSORE de Shim Hye-jung (Corée) Prix NETPAC (Network for the promotion of asian cinema): SATURDAY AFTERNOON de Mostofa Sarwar Farooki (Bangladesh)

Prix de la critique : JOHN DENVER TRENDING d’Arden Rod B. Condez (Philippines)

Prix INALCO : A BEDSORE de Shim Hye-jung (Corée)
Coup de cœur INALCO : JUST LIKE THAT de Kislay (Inde)

Prix du public : JOHN DENVER TRENDING d’Arden Rod B. Condez (Philippines)

Prix du jury lycéen : SATURDAY AFTERNOON de Mostofa Sarwar Farooki (Bangladesh)

Prix du public du film documentaire : WE MUST CLOWN de Dima Al-Joundi (Liban)
Prix du jury jeune : A PUNK DAYDREAM de Jimmy Hendrickx & Kristian Van der Heyden (Belgique)
Prix des exploitants : A DARK DARK MAN d’Adilkhan Yerzhanov (Kazakhstan)

Oscars 2020: l’immense sacre de Parasite

Posté par vincy, le 10 février 2020

Certains y voient la dernière cérémonie d'un monde ancien. Netflix v. Disney, la suprématie blanche, la domination masculine... Et puisqu'il n'y a plus d'animateur pour envoyer quelques flèches acides sur le manque de diversité et l'absence de femmes, c'est Janelle Monae, "fière d'être une artiste noire black", avec Billy Porter, qui, en ouvrant la cérémonie, ont changé les paroles de sa chanson "Come Alive" pour rendre hommage aux nommés. Les femmes ont aussi pris leur revanche avec le discours égalitariste d'un trio de femmes d'action - Sigourney Weaver, Gal Gadot et Brie Larson - présentant l'Oscar de la meilleure musique. Pour la première fois, le chef d'orchestre de la cérémonie était une cheffe. Et l'Oscar a récompensé une islandaise, Hildur Guðnadóttir.

Ces Oscars restent un rituel incontournable à Hollywood. Avec quelques moments de TV telle la prestation d'Eminem chantant Lose Yourself, qui n'avait pas été chantée à l'époque où le morceau avait été sacré par les Oscars. Plus insolite, Tom Hanks qui fait la promo du futur musée de l'Académie, qui s'ouvrira le 14 décembre 2020. Moqueurs, les Oscars ont osé une référence à Cats, fiasco et horreur visuelle de l'année, en déguisant James Corden et Rebel Wilson pour présenter les meilleurs effets visuels. Cats a raflé tous les Razzies Awards hier soir. Vous l'aurez compris, chacun y allait de son moment d'humour, avec plus ou moins de réussite.

Lire aussi: Les Oscars d'honneur pour David Lynch, Geena Davis, Wes Studi et Lina Wertmüller

Cette année, peu de surprises sont attendues. Quelques catégories sont "ouvertes", mais en remettant les statuettes avec trois semaines d'avance, le parcours a été raccourci et, depuis les Golden Globes, un grand nombre de vainqueurs semblent désignés d'avance, raflant à chaque fois le prix, notamment chez les acteurs. On s'attend d'ailleurs à un palmarès éparpillé sur plusieurs films, sans réel favori, et à une cérémonie un peu ronronnante. Pour désigner le vainqueur, le nombre d'Oscars ne suffit pas. Pourtant, il y a eu une méga-surprise. 1917 a été snobé (trois statuettes techniques), malgré sa position de favori.

Parasite gagne par K.O. en s'inscrivant quatre fois au palmarès, dans quatre des catégories les plus prestigieuses: meilleur film, meilleur réalisateur, meilleur film international et meilleur scénario original.

Parasite a d'abord récolté l'Oscar du meilleur scénario original, soit le premier Oscar de l'histoire remis pour le cinéma sud-coréen, rejoignant ainsi dans cette catégorie les "étrangers" Claude Lelouch, Jane Campion et Pedro Almodovar. Le cinéaste a battu Almodovar pour l'Oscar du meilleur film international. Là encore c'est la première fois qu'un film sud-coréen était nommé dans cette catégorie. Mais avec une troisième statuette, celle du meilleur réalisateur, Bong Joon-ho, s'est inscrit dans l'histoire hollywoodienne. Apportant joie et émotion à la soirée, le réalisateur a fait applaudir Martin Scorsese et Quentin Tarantino auxquels il a rendu hommage. Mais c'est bien la Palme d'or qui a réussi son O.P.A. sur Hollywood. C'est le deuxième cinéaste asiatique, avec Ang Lee, deux fois oscarisé, à remporter le prix du meilleur réalisateur. Et c'est aussi le deuxième cinéaste à être oscarisé pour un film en langue étrangère, un an après Alfonso Cuaron et Roma. Un sacré parcours qui sacre un cinéma parmi les plus riches du monde depuis 30 ans. Il peut en effet fêter ça en buvant jusqu'au petit matin...

Historique. Ce n'était pas terminé puisque le film a finalement vaincu tous les autres, devenant le premier film en langue étrangère à remporter l'Oscar du meilleur film. Un doublé Palme d'or-Oscar jamais vu depuis Marty, de Delbert Mann, palmé en 1955 et oscarisé en 1956. C'est aussi la première fois qu'un film récompensé dans la catégorie meilleur film international fait la pair avec la catégorie du meilleur film. Pour sa première fois aux Oscars, le cinéma coréen a fait plier Hollywood, déboutant 1917, Tarantino et Scorsese.

Après trois nominations aux Oscars, un prix d'interprétation à Venise et un autre à Cannes, Joaquin Phoenix l'a finalement gagné. Et a délivré un discours engagé sur la lutte contre les dominants, critiquant l'égocentrisme, la désunion des peuples, la destruction de la nature. "Je pense qu'on a peur du changement" a-t-il expliqué, espérant plutôt que la créativité des humains l'emporte. Il a terminé son discours au bord des larmes en citant son défunt frère River Phoenix, et en lançant un de ses conseils bien-être, "Cours après l'amour". L'excès et les névroses payent. Les transformations aussi, comme toujours.

A l'instar de Renée Zellweger qui s'est métamorphosée en Judy Garland, jusqu'à chanter ses chansons (avec brio, notons-le). Déjà deux fois nommée dans la catégorie meilleure actrice en 2002 et 2003, et oscarisée en meilleur second-rôle il y a seize ans, c'est un come-back époustouflant pour l'actrice, qui a dédié son prix à Garland, qui n'avait pas eu d'Oscar d'interprétation, rappelle-t-elle.

Enfin gagnante après 35 ans de carrière et deux nominations, Laura Dern apporte le premier Oscar d'interprétation de l'histoire pour un film Netflix (qui gagne aussi l'Oscar du meilleur documentaire, récompensant deux nouveaux producteurs, Barack et Michelle Obama). Là encore, on est dans un jeu très expressif.

A l'inverse, avec son minimalisme, Brad Pitt, déjà oscarisé en tant que producteur pour 12 Years a Slave, repart avec son premier Oscar d'interprétation, dans un second-rôle de premier plan. Il a fait un discours plus sage que d'habitude, ému apparemment.

Roger Deakins repart avec son deuxième Oscar, deux ans après celui de Blade Runner 2049, qui avait été une réparation après 13 nominations infructueuses. Idem pour le français Guillaume Rocheron, qui avait déjà été récompensé pour les effets visuels avec L'Odyssée de Pi en 2013. C'est d'ailleurs le seul français récompensé de la soirée. Sir Elton John reçoit aussi son deuxième Oscar de la meilleure chanson, 25 ans après "Can You Feel the Love Tonight" dans Le Roi Lion (cette année-là, John avait été nommé trois fois dans la catégorie).

Le palmarès intégral:


Meilleur film: Parasite
Meilleur réalisateur: Bong Joon-ho pour Parasite
Meilleure actrice: Renée Zellweger (Judy)
Meilleur acteur: Joaquin Phoenix (Joker)
Meilleur second-rôle féminin: Laura Dern (Marriage Story)
Meilleur second-rôle masculin: Brad Pitt (Once Upon a time in Hollywood)
Meilleur film international: Parasite de Bong Joon-ho
Meilleur long-métrage documentaire: American Factory de Julia Reichert, Steven Bognar
Meilleur court-métrage documentaire: Learning to Skateboard in a Warzone de Carol Dysinger
Meilleur long-métrage d'animation: Toy Story 4 de Josh Cooley
Meilleur court-métrage d'animation: Hair Love de Matthew A. Cherry
Meilleur scénario original: Bong Joon Ho, Jin Won Han pour Parasite
Meilleur scénario adapté: Taika Waititi pour Jojo Rabbit
Meilleure musique: Hildur Guðnadóttir pour Joker
Meilleure chanson originale: “I’m Gonna Love Me Again” de Sir Elton John et Bernie Taupin pour Rocketman
Meilleure photo: Roger Deakins pour 1917
Meilleur montage: Michael McCusker, Andrew Buckland pour Le Mans 66
Meilleurs décors: Barbara Ling et Nancy Haigh pour Once Upon a time in Hollywood
Meilleurs costumes: Jacqueline Durran pour Les filles du Dr March
Meilleurs maquillages et coiffures: Kazu Hiro, Anne Morgan, Vivian Baker pour Scandale
Meilleur montage son: Don Sylvester pour Le Mans 66
Meilleur mixage son: Mark Taylor, Stuart Wilson pour 1917
Meilleurs effets visuels: Guillaume Rocheron, Greg Butler, Dominic Tuohy pour 1917

L’Adieu et Uncut Gems triomphent aux Spirit Awards 2020

Posté par vincy, le 9 février 2020

Les 35e Independent Spirit Awards ont été traditionnellement remis la veille des Oscars. L'adieu et Uncut Gems, oubliés par les Oscars, ont raflé les principales récompenses. Avec The Lighthouse et Marriage Story, ce sont les seuls films à avoir emporté au moins deux prix. Au passage, on est assez en phase puisque ces quatre films font partie de ceux qu'on a préféré ces derniers mois.

Renée Zellweger et Parasite devraient réussir le doublé avec un Oscar dans la nuit.

Meilleur film: L'Adieu (The Farewell)
Meilleur réalisateur: Benny Safdie, Josh Safdie pour Uncut Gems
Meilleur premier film: Booksmart
Meilleure actrice: Renée Zellweger pour Judy
Meilleur acteur: Adam Sandler pour Uncut Gems
Meilleur second-rôle féminin: Zhao Shuzhen pour L'Adieu
Meilleur second-rôle masculin: Willem Dafoe pour The Lighthouse
Meilleur scénario: Noah Baumbach pour Marriage Story
Meilleur premier scénario: Fredrica Bailey, Stefon Bristol pour See You Yesterday
Meilleure image: Jarin Blaschke pour The Lighthouse
Meilleur montage: Uncut Gems
Prix John Cassavetes: Give Me Liberty
Prix Robert Altman: Marriage Story
Meilleur documentaire: American Factory
Meilleur film international: Parasite
Prix Piaget du meilleur producteur: Mollye Asher
Prix meilleur espoir (Someone to Watch): Rashaad Ernesto Green pour Premature
Prix "plus vrai que la fiction": Nadia Shihab pour Jaddoland
Prix Bonnie: Kelly Reichardt

1917 triomphe aux Bafta 2020

Posté par vincy, le 3 février 2020

Les 73e British Academy of Film and Television's Film Awards ont partiellement sauver leur honneur. Le cinéma britannique l'a en effet emporté sur Hollywood grâce aux sept trophées (sur neuf possible) de 1917. Dans une compétition hollywoodienne, où 1917 était le seul film anglais, ce n'est pas rien. Même si aucun britannique n'a récolté de trophées dans les catégories d'interprétation ou d'écriture. Les Baftas ont déroulé le tapis rouge aux stars américaines, même si Brad Pitt, meilleur second-rôle masculin, était absent, ce qui n'a pas empêché l'acteur de faire lire par Margot Robbie un discours drôlissime où il évoquait à la fois le Brexit (bienvenue au club des célibataires et bonne chance pour l'accord de divorce) et Megxit (en voulant surnommer ce trophée ‘Harry’, parce qu’il est très excité de le ramener aux États-Unis avec lui).

En revanche, les Baftas se sont pris en pleine face la polémique sur le manque de diversité des nommés (et encore plus des vainqueurs, tous blancs et de la génération des boomers). Joaquin Phoenix, meilleur acteur, a avoué être gêné en recevant son prix: "Nous envoyons un message très clair aux personnes de couleur, à savoir que vous n’êtes pas les bienvenus ici”, appelant à “faire le travail difficile pour vraiment comprendre le racisme systémique”. Ajoutant: "Personne ne veut de traitement de faveur. Je pense que tout le monde veut être apprécié et respecté pour le travail qu’il fournit. Je ne vous fais pas un discours moralisateur. J’ai honte de dire que je fais partie du problème. Je n’ai pas tout fait pour que les tournages sur lesquels j’ai travaillé soient aussi diversifiés que possible." Joker a reçu trois prix, celui de la meilleure musique et surtout le tout nouveau prix, créé cette année, pour les directeurs et directrices de casting.

1917, gros succès au box office avec déjà 250M$ de recettes, a triomphé en repartant avec les prix du meilleur film, du meilleur film britannique, du meilleur réalisateur, de la meilleure photo, des meilleurs décors, des meilleurs effets spéciaux et du meilleur son. Il part désormais favori pour l'Oscar du meilleur film, à moins que Parasite ne le ... parasite.
Bong Joon-ho est monté sur scène deux fois, pour le meilleur film en langue étrangère et pour le meilleur scénario original. Outre le sud-coréen, la syrienne Waad el-Kateab (Pour Sama, documentaire), le néo-zélandais Taika Waititi (Jojo Rabbit, scénario adapté) et l'espagnol Sergio Pablos (Klaus, une diffusion Netflix, en animation) ont assuré un peu de diversité. Tout comme le prix Nouveau Talent décerné au jeune Micheal Ward, personnage récurrent de deux séries, The A List et Top Boy, et à l'affiche au cinéma de Blue Story, polar de Andrew Onwubolu.

Le palmarès intégral

Meilleur film: 1917 de Sam Mendes
Meilleur film britannique: 1917 de Sam Mendes
Meilleur premier film d'un scénariste, réalisateur ou producteur britannique : Bait de Mark Jenkin (scénariste-réalisateur), Kate Byers et Linn Waite (productrices)
Meilleur film en langue étrangère: Parasite de Bong Joon-ho
Meilleur documentaire: Pour Sama de Waad al-Kateab et Edward Watts
Meilleur film d'animation: Klaus de Sergio Pablos
Meilleur réalisateur: Sam Mendes pour 1917
Meilleur scénario original: Han Jin Won et Bong Joon-ho pour Parasite
Meilleur scénario (adaptation): Taika Waititi pour Jojo Rabbit
Meilleure actrice: Renée Zellweger pour Judy
Meilleur acteur: Joaquin Phoenix pour Joker
Meilleur second rôle féminin: Laura Dern pour Marriage Story
Meilleur second rôle masculin: Brad Pitt pour Once Upon a Time… in Hollywood
Meilleure musique originale: Hildur Gunadóttir pour Joker
Meilleur casting: Shayna Markowitz pour Joker
Meilleure photo: 1917
Meilleur montage: Le Mans 66
Meilleurs décors: 1917
Meilleurs costumes: Les filles du docteur March
Meilleurs maquillage et coiffure: Scandale
Meilleur son: 1917
Meilleurs effets spéciaux: 1917
Meilleur court métrage britannique d'animation: Grandad Was a Romantic de Maryam Mohajer
Meilleur court métrage britannique: Learning to Skateboard in a Warzone (If you're a Girl) de Carol Dysinger et Elena Andreicheva
Trophée EE du meilleur espoir: Micheal Ward

Prix Magritte 2020: 9 trophées pour Duelles, sans rival

Posté par kristofy, le 3 février 2020

La cérémonie des Magritte du cinéma belge (francophone), l'équivalent de nos César, a consacré le film qui était favori avec 10 nominations : Duelles d'Olivier Masset-Depasse. Le film est sorti en France début mai 2019 (distribué par Haut et Court) après avoir été présenté dans plusieurs festivals comme Toronto, Arras, Les Arcs ou Beaune.

Dans l'histoire des Magritte jamais encore un film n'avait remporté 9 statuettes. C'est un record. En fait la dixième nomination, infructueuse, était pour Anne Coesens comme meilleure actrice dans la même catégorie que Veerle Baetens: il a fallu choisir l'une des deux actrices. Olivier Masset-Depasse avait déjà été primé aux Magritte pour son film Illégal en 2011, à travers son actrice principal... Anne Coesens. Notons enfin que Arieh Worthalter est récompensé comme meilleur acteur de second rôle pour la deuxième fois consécutive. Il avait reçu le même prix pour Girl de Lukas Dhont en 2019.

Autant la mise en scène que l'interprétation font grandir le suspense de cette histoire - dans la banlieue de Bruxelles au début des années 1960 - où deux amies avec leur famille vivent en étant voisine. Mais un évènement tragique va provoquer une dangereuse rivalité particulièrement entre ces deux femmes incarnées par Veerle Baetens et Anne Coesens. Il s'agit en fait d'une adaptation du roman Derrière la haine de la belge Barbara Abel.

Ce film est une telle réussite qu'on imagine facilement que Brian De Palma aurait fantasmé pour en faire un remake avec Rachel McAdams et Noomi Rapace, et d'ailleurs il y a un vague projet de remake américain de Duelles par son réalisateur Olivier Masset-Depasse, possiblement avec Jessica Chastain et Anne Hathaway...

Les 9 trophées de Duelles

Meilleur film : Duelles
Meilleure réalisation : Olivier Masset-Depasse
Meilleure actrice : Veerle Baetens
Meilleur acteur dans un second rôle : Arieh Worthalter
Meilleur scénario original ou adaptation : Olivier Masset-Depasse et Giordano Gederlini
Meilleur montage : Damien Keyeux
Meilleure image : Hichame Alaouié
Meilleure musique originale : Frédéric Vercheval
Meilleur son : Marc Bastien, Thomas Gauder, Héléna Réveillère et Olivier Struye pour Duelles.

Duelles a quand même laissé quelques prix aux autres concurrents.

On remarque plusieurs films passés par le Festival de Cannes : Seule à mon mariage passé par l'ACID (meilleurs costumes), Le jeune Ahmed de Luc Dardenne et Jean-Pierre Dardenne, en compétition, (meilleur espoir masculin, meilleure actrice dans un second-rôle), et Nuestras madres, Caméra d'or sur la Croisette (meilleur premier film). Deux films se retrouvent d'ailleurs en lice pour le César du meilleur film étranger : Le Jeune Ahmed et Lola vers la mer de Laurent Micheli, primé ici pour les décors et l'espoir féminin. La Belgique récompense ainsi une actrice trans, Mya Bollaers, qui figurait aussi dans les 36 révélations en lice pour les César, sans être nommée dans la liste finale. Belgique 1, France 0.

Ce palmarès lave aussi le déshonneur des César français face au scandaleux oubli de Bouli Lanners dans catégorie meilleur acteur pour C’est ça l’amour de Claire Burger. Bouli Lanners repart avec le trophée, après trois nominations entre 2015 et 2017.,

Le scénariste belge Giordano Gederlini, primé ici avec le film Duelles, est aussi nommé pour le César du meilleur scénario pour Les Misérables de Ladj Ly.

Les autres récompensés:

Magritte d'honneur : Monica Bellucci
Meilleur acteur : Bouli Lanners pour C’est ça l’amour
Meilleur espoir masculin : Idir Ben Addi pour son rôle dans Le jeune Ahmed
Meilleure actrice dans un second rôle : Myriem Akheddiou pour Le jeune Ahmed
Meilleur espoir féminin : Mya Bollaers, pour son rôle dans Lola vers la mer
Meilleurs décors : Catherine Cosme pour Lola vers la mer
Meilleurs costumes : Claudine Tychon pour Seule à mon mariage
Meilleur court-métrage de fictionMatriochkas de Bérangère McNeese.
Meilleur court-métrage d'animation : La foire agricole de Stéphane Aubier et Vincent Patar .
Meilleur film flamand : Tim Mielants pour De Patrick
Meilleur documentaire : Mon nom est clitoris de Lisa Billuart Monet et Daphné Leblond.
Meilleur premier film : César Diaz pour Nuestras madres
Meilleur film étranger en coproduction : Sorry we missed you, de Ken Loach

Sundance 2020: Minari plébiscité par le jury et le public

Posté par vincy, le 2 février 2020

Minari de Lee Isaac Chung, avec Steven Yeun, a été doublement récompensé, par le Grand prix du jury, présidé par Ethan Hawke, et par le prix du public, dans la sélection fiction américaine hier soir à Sundance. Le distributeur A24 apparait ainsi comme le grand vainqueur de ce Festival, qui a repris de la vigueur avec un marché en pleine forme, et qui s'est clôturé hier avec la soirée du palmarès. Le film est semi-autobiographique, et raconte l'histoire de la jeunesse du réalisateur américano-coréen en Arkansas.

Le prix de la réalisation est revenu à Radha Blank pour The 40-Year-Old Version. Côté documentaires, le jury a choisi Boys State de Amanda McBaine et Jesse Moss, qui raconte l'histoire d'une expérience de démocratie participative avec des adolescents texans, tandis que le public a plébiscité Crip Camp, film sur l'histoire des combats politiques autour du handicap. Le prix de la mise en scène est revenu à Garret Bradley pour Time.

Une française et Ben Whishaw au palmarès

Dans les sélections internationales, il n'y a pas eu non plus consensus. En fiction, le Grand prix du jury a été décerné au film iranien de  Massoud Bakhshi, Yalda, a Night for Forgiveness, récit autour d'une épouse accusée du meurtre de son mari, alors que le public a préféré Identifying Features (Sin Señas Particulares) de la mexicaine Fernanda Valadez, récompensé également pour son scénario, qui raconte l'histoire d'une femme à la recherche de son fils qui serait mort à la frontière américaine. La française Maïmouna Doucouré pour Mignonnes (Cuties) a été distinguée pour la réalisation. Le film sort en avril en France chez Bac films.

Enfin, Ben Whishaw a reçu un prix spécial pour son interprétation dans le thriller Surge de Aneil Karia.

Pour les documentaires internationaux, le Grand prix du jury a été remis à Epicentro de Hubert Sauper, et celui du public à The Reason I Jump de Jerry Rothwell. Iryna Tsilyk pour The Earth is Blue as an Orange est reparti avec le prix de la mise en scène.

Dans la catégorie NEXT, I Carry You With Me de Heidi Ewing a été doublement primé avec le prix du public et le prix de l'innovation. Il s'agit d'une histoire d'amour, inspirée d'une histoire vraie, entre deux hommes au Mexique, s'étalant sur plusieurs décennies.

Enfin le prix du meilleur film Albert P. Sloan, qui distingue un film dédié aux sciences et aux technologies, a couronné Tesla de Michael Almereyda, biopic sur l'innventeur et industriel avec Ethan Hawke.