Le Forum des Images trouve enfin son directeur

Posté par vincy, le 7 décembre 2017

Claude Farge a été nommé à l'unanimité directeur général du Forum des Images, succédant ainsi à Laurence Herszberg, cinq mois après le départ de celle-ci. Le conseil d'administration, présidé par Marc Tessier, et la Ville de Paris ont réaffirmé leur volonté d'ouvrir une nouvelle page pour le Forum avec un "projet ambitieux et novateur", artistique, culturel et éducatif, qui sera concentré sur "les questions d'éducation à la création numérique et l'analyse de l'image."

Claude Farge, 43 ans occupait, était directeur des éditions et du transmédia et directeur de la bibliothèque et des ressources documentaires, à Universcience (Cité des sciences et de l'industrie et Palais de la découverte). Avant de prendre ce poste en 2012, ce diplômé d'HEC en marketing et gestion culturelle avait été producteur chez Ubisoft, coproducteur multimédia à la Réunion des musées nationaux et Studio manager à Visual Impact Productions.

Le Forum des images, c'est plus de 300000 spectateurs par an, avec 5 salles de cinéma, une bibliothèque spécialisée, un bar-restaurant, 7500 films numérisés et avant tout le lieu d'accueil de L'Etrange Festival, de Mon premier festival, de Cinéma du réel, de Cinéma au Clair de Lune, en plus des reprises de la Quinzaine, d'Annecy et d'Angers. C'est aussi un créateur de festivals: Carrefour du cinéma d'animation,  Tout-Petits Cinéma ou encore Le Paris Virtual Film Festival.

Et en plus, nous sommes les auteurs de tant de programmes comme les cycles de films (cf Séoul hypnotique... il y a 2 ans ou en cette rentrée les Incassables), les cours de cinéma ou les master class (accessibles ensuite sur notre site internet...), des mardis du documentaire...

Laurence Herszberg a quitté son poste début juillet pour prendre la direction du Festival international Séries Mania, autrefois au Forum des images, et désormais à vocation internationale à Lille, qui se déroulera du 27 avril au 5 mai.

Le 70e Festival de Cannes choisit Pedro Almodóvar comme Président du jury

Posté par vincy, le 31 janvier 2017

pedro almodovar

Le cinéaste, scénariste et producteur espagnol Pedro Almodovar, emblème de la renaissance du cinéma de son pays, depuis la fin des années 1970, sera président du jury du 70e Festival de Cannes (17-28 mai 2017), 25 ans après avoir été "simple" membre du jury.

C'est évidemment un habitué de la Croisette, même s'il a fallu attendre 1999 pour e voir monter les marches avec un de ses films. Tout sur ma mère (Prix de la Mise en scène), Volver (Prix du Scénario et Prix collectif d’Interprétation féminine), Étreintes brisées, La Piel que Habito et Julieta l'an dernier ont été sélectionnés en Compétition. La Mauvaise Éducation a fait l’ouverture du Festival en 2004 tandis que le réalisateur avait figuré sur l’affiche officielle de la 60e édition.

"J'ai le trac!"

Pedro Almodovar s'est déclaré "très heureux de fêter le 70e anniversaire du Festival du Film de Cannes dans cette fonction si privilégiée." "Je suis reconnaissant et honoré et j’ai le trac ! Être Président du Jury est une lourde responsabilité et j’espère être à la hauteur des circonstances. Je peux vous dire que je vais me dévouer corps et âme à cette tâche, qui est à la fois un plaisir et un privilège" précise-t-il.

Avec vingt longs métrages à son actif, Almodovar, l'Homme de La Mancha, a accompagné la "movida", ce mouvement artistique post-dictature qui a réveillé l'Espagne. Du Polar au mélo en passant par la comédie et le fantastique, son cinéma a puisé dans les grands films noirs comme dans les récits passionnels, en trouvant sa cohérence à travers une direction artistique identifiable dès la première image. "La passion, la filiation, le destin, la culpabilité ou les secrets enfouis" sont ses thèmes de prédilection indique le communiqué

"Un artiste unique qui jouit d’une immense popularité"

"Pour sa 70e édition, le Festival de Cannes est heureux d’accueillir un artiste unique qui jouit d’une immense popularité. Son œuvre s’est déjà inscrite pour toujours dans l’histoire du cinéma. Une longue fidélité unit Pedro Almodóvar au Festival, dont il a été membre du Jury en 1992 sous la présidence de Gérard Depardieu", déclarent Pierre Lescure, Président du Festival, et Thierry Frémaux, Délégué général.

Pedro Almodovar a été récompensé dans le monde entier. Femmes au bord de la crise de nerfs a reçu le Prix du meilleur scénario à la Mostra de Venise, le Goya du meilleur film et du meilleur scénario original; Talons aiguilles a obtenu le César du meilleur film étranger ; le cinéaste a été distingué par un César d'honneur pour l'ensemble de sa carrière en 1999; la même année, avec Tout sur ma mère, il est sacré aux Oscars et aux Golden Globes (meilleure film en langue étrangère), et se voit décerné un deuxième César du meilleur film étranger, en plus des Goya du meilleur film et du meilleur réalisateur; en 2003, Parle avec elle est oscarisé pour son scénario, et primé par un Golden Globe du meilleur film étranger et un César du meilleur film de l'Union européenne ; avec Volver en 2007, il réalise de nouveau le doublé Goya du meilleur film et du meilleur réalisateur ; en fin en 2013, il reçoit le Prix du cinéma européen et en 2014 le Prix Lumière du Festival de Lyon.

"À travers la présence de ce cinéphile passionné qui ne cesse de célébrer les pouvoirs magiques du cinéma et de rendre hommage aux maîtres Sirk, Franju, Hitchcock ou Buñuel, le Festival de Cannes fête un grand auteur international et une Espagne moderne et libre" explique le Festival.

Frédéric Bonnaud sera le nouveau Directeur général de La Cinémathèque française

Posté par vincy, le 11 décembre 2015

C'était l'une des nominations les plus attendues depuis cet été. Depuis, précisément, que Serge Toubiana avait annoncé son départ de la direction de La Cinémathèque française, avant la fin de son mandat. Costa-Gavras, président de La Cinémathèque française a mis fin au suspens en nommant, avec l'accord de a ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin, Frédéric Bonnaud au poste de directeur général. Le conseil d'administration a donné "un avis unanime" ce vendredi 11 décembre. Il prendra ses fonctions le 1er février 2016.

C'est aussi la fin d'un cycle. Serge Toubiana, ancien rédacteur en chef et directeur des Cahiers du Cinéma,  avait été nommé en 2003 à la direction de La Cinémathèque afin de préparer l'emménagement dans ses nouveaux locaux à Bercy. Le lieu est devenu un rendez-vous majeur de la cinéphilie avec des expositions populaires, un festival du film restauré, et une programmation éclectique qui fait référence. C'est un autre homme des médias qui lui succède.

Frédéric Bonnaud, 47 ans, a commencé comme assistant de programmation Cinéma au Jeu de Paume  (1993 à 1995), avant de devenir pigiste puis coresponsable des pages Cinéma au sein de l’hebdomadaire Les Inrockuptibles (1995-2002), dont il deviendra le directeur de la rédaction en février 2013 après le départ d'Audrey Pulvar. Il a aussi été producteur d’émissions radiophoniques à France Inter  (2002 à 2007), chroniqueur à Europe 1  (2007 à 2010), producteur d’une émission quotidienne au Mouv’  (2010-2013), animateur des Live mensuels de Mediapart  (2012 à 2015), coréalisateur et coauteur de l’émission "Personne ne bouge !"  sur Arte  (depuis 2012).

« Je suis heureux et fier de succéder à Serge Toubiana au poste de directeur général. En douze ans, sous sa direction, La Cinémathèque est devenue un véritable musée moderne du cinéma, qui assume pleinement ses missions de conservation et de diffusion du patrimoine cinématographique. En duo avec notre président, Costa-Gavras, j’aurai à coeur de poursuivre l’oeuvre déjà accomplie et d’ouvrir en grand La Cinémathèque à des publics toujours plus divers. Très attaché à notre mission de service public et à nos devoirs de transmission, je mettrai tout en oeuvre pour attirer et fidéliser de nouvelles générations de spectateurs, les cinéphiles et les cinéastes de demain, tout en m’efforçant d’inventer de nouveaux modes de diffusion » a-t-il déclaré après avoir été confirmé à son poste.

Frédéric Bonnaud avait l'habitude de signer des éditoriaux ancrés à gauche et souvent en opposition avec le gouvernement actuel. Les Inrockuptibles est un hebdomadaire mélangeant politique, société et culture, vendu à 40 000 exemplaires en 2014/2015 contre 60000 exemplaires en 2012.

La SRF co-présidée par Corsini, Sciamma et Salvadori

Posté par vincy, le 2 juillet 2015

A la suite de son Assemblée générale du 20 juin 2015, la Société des réalisateurs de films a changé son nouveau Conseil d’administration . La composition de son bureau pour 2015-2016 varie légèrement avec le remplacement de Christophe Ruggia par Catherine Corsini à la co-présidence. Anna Novion remplace Katell Quillévéré au poste de secrétaire général. Stéphane Brizé laisse la place de trésorier à Thomas Lilti. Le conseil d'administration voit également l'arrivée de Luc Battiston, François Farellacci, Stéphane Kalfon, Léa Fehner, Fabienne Godet et Paul Marques Duarte. En sortent Frédéric Farrucci et Olivier Léveque.

Co-Présidents : Catherine CORSINI, Céline SCIAMMA, Pierre SALVADORI
Secrétaire : Anna NOVION
Trésorier : Thomas LILTI
Délégué au court-métrage : Jan SITTA
Délégué au documentaire : Denis GHEERBRANT

Sont aussi membres du Conseil d’administration :
Luc BATTISTON
Stéphane BRIZÉ
Thomas CAILLEY
Laurent CANTET
Malik CHIBANE
François FARELLACCI
Pascale FERRAN
Léa FEHNER
Fabienne GODET
Stéphanie KALFON
Cédric KLAPISCH
Helena KLOTZ
Paul MARQUES DUARTE
Katell QUILLÉVÉRÉ
Christophe RUGGIA

Carlo Chatrian, nouveau « Maestro » de Locarno

Posté par vincy, le 4 septembre 2012

Pour remplacer Olivier Père, qui remplacera Michel Reilhac à la direction d'Arte France Cinéma, le conseil d'administration du Festival du film de Locarno a nommé, en séance extraordinaire, Carlo Chatrian au poste de directeur artistique.

Cette décision, votée le 4 septembre, permet à Chatrian d'entrer en fonction dès le 1er novembre prochain.

Carlo Chatrian est italien. A 41 ans, ce journaliste, enseignant, auteur et responsable de programmation écrit régulièrement dans les revues Filmcritica, Duellanti, Cineforum et dirige la revue Panoramiques. Il a également publié de nombreux ouvrages et signé des biographies et monographies sur les réalisateurs Errol Morris, Wong Kar-Wai, Johan Van Der Keuken, Frederick Wiseman, Maurizio Nichetti et Nicolas Philibert.

Chatrian s’est occupé de nombreuses rétrospectives, en collaborant avec des festivals comme Cinéma du réel (à Paris) et Courmayeur – Noir in Festival, et des institutions comme le Musée national du Cinéma de Turin. Vice-directeur de l’Alba Film Festival de 2001 à 2007, il est membre du comité de sélection du Festival dei Popoli de Florence et du Festival Visions du Réel de Nyon.

Cela fait 10 ans que Carlo Chatrian collabore avec le Festival du film de Locarno ; de 2006 à 2009, il a fait partie du comité de sélection. Il a également contribué comme curateur des rétrospectives de ces dernières éditions (Nanni Moretti, Manga Impact, Ernst Lubitsch, Vincente Minnelli, Otto Preminger cette année).

Depuis 2010, il est consultant auprès de la Cinémathèque suisse de Lausanne et, depuis 2011, il est directeur de la fondation “Film Commission Vallée d’Aoste”.

Carlo Chatrian a ainsi commenté sa nomination : « Le mot “cinéma” embrasse des réalités très différentes. On dit “cinéma” et l’on pense à l’un des instruments qui a façonné l’imaginaire contemporain, à ses formidables interprètes et à l’industrie qui le promeut et le rend possible, mais on pense aussi à l’acte de création, indépendant des modes, ou encore au mouvement de découverte du monde. Ces dimensions et bien d’autres encore se rejoignent et nourrissent à plus d’un titre le Festival de Locarno, qui est le lieu où se révèle la variété du cinéma, nous rendant tous un peu plus riches. Pouvoir diriger une manifestation qui, courageusement et régulièrement, sait présenter le cinéma de demain en le faisant dialoguer avec l’histoire du cinéma, est tout à la fois une grande fierté et un défi pour continuer à faire de Locarno un Festival libre, ouvert aux nouveautés et attentif aux exigences des professionnels ainsi qu’aux goûts des spectateurs qui, d’édition en édition, reviennent avec l’espoir d’être, une fois encore, surpris.»

La Semaine de la Critique enrôle le critique et historien Charles Tesson

Posté par vincy, le 28 avril 2011

Charles Tesson prendra pour trois ans la délégation générale de la Semaine de la Critique. Il a été élu pour succéder à Jean-Christophe Berjon, en poste depuis 2004.

La section parallèle la plus excitante du Festival de Cannes célèbre cette année ses 50 ans, avec en cadeau surprise la venue de Spike Jonze pour l'avant-première mondiale de Mourir auprès de toi, co-réalisé avec Simon Cahn. Ce court-métrage d'animation sera présenté les 14 et 15 mai sur la Croisette : c'est le récit d'une drôle de romance entre un squelette échappé de Macbeth et la Mina Harker de Dracula.

Charles Tesson est critique et historien de cinéma. Il enseigne à l'Université l'histoire et l'esthétique du 7e art. De 1998 à 2003, il fut rédacteur en chef des Cahiers du cinéma, dont il était l'un des piliers depuis 1979. Il a aussi écrit de nombreux essais : Hong Kong cinéma (avec Olivier Assayas), Satyajit Ray, Luis Buñuel, Photogénie de la série B, Théâtre et cinéma, Akira Kurosawa, Abbas Kiarostami : Textes, entretiens, filmographie complète (avec Laurent Roth, Jean-Michel Frodon et Alain Bergala), tous publiés aux éditions des Cahiers du cinéma. Il a préfacé un livre sur Carl Dreyer, collaboré à un autre sur Allan Dwan, dirigé un autre sur Straub et Huillet. On lui doit aussi, chez Larousse, Les grands réalisateurs, co-écrit avec Jean A. Gili, Daniel Sauvaget et Christian Viviani.

Un bilan euphorique pour l’IFCIC

Posté par vincy, le 28 avril 2011

"En 2010, l’Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles (IFCIC) a enregistré une hausse très importante de son activité" indique le communiqué reçu hier mercredi 27 avril. L'IFCIC a créé un nouveau fonds de garanties dédié au théâtre privé "et, en décembre, par celle d’un fonds de garantie à la production cinématographique européenne doté par le programme MEDIA de l’Union". Il s'agit de mettre en œuvre un fonds de garantie à la production cinématographique "dont la dotation atteindra, à terme, 4 millions d’euros et permettra de garantir plus de 65 millions d’euros de crédits". Il vise à faciliter l’accès au crédit des producteurs indépendants du secteur cinématographique ressortissants des pays membres de ce programme .

Présidé par Guillaume Cerutti depuis un an, l'IFCIC que 2010 fut une année record en garantissant 375 millions d'euros de nouveaux crédits pour la production cinématographique, touchant ainsi 112 longs métrages. L'IFCIC soutient aussi le processus de numérisation des salles de cinéma indépendante.

L’IFCIC (Institut pour le financement du cinéma et des industries culturelles) est un établissement de crédit créé en 1983 pour faciliter l’accès au crédit des entreprises culturelles. Le Conseil d’administration de l’IFCIC a procédé dans le même temps à la cooptation en
son sein de Teresa Cremisi, PDG du groupe Flammarion, en qualité d’administrateur
indépendant, qui remplace l'ancien éditeur Claude Durand. Le mandat de l'éditrice de Michel Houellebecq court jusqu’en mai 2013 et il est renouvelable.

Le Conseil a également procédé "à la cooptation en son sein de la Banque Espirito Santo et de la Vénétie (BESV), nouvellement actionnaire de l’IFCIC, ainsi qu’à un réajustement des modalités de la représentation de son premier actionnaire, OSEO, suite à la fusion intervenue au 31 décembre dernier entre OSEO Financement et OSEO Garantie." OSEO est actionnaire à hauteur de 25,65% et l'Etat de 18,93%.

Le Conseil d’administration de l’IFCIC compte 15 administrateurs, dont 6 représentants des banques actionnaires, 6 représentants de l’Etat ou du secteur public, parmi lesquels un représentant du CNC, et 2 administrateurs indépendants.

L'IFCIC remet aussi un prix annuel à une société de production indépendante. L'an dernier, ce septième trophée avait récompensé THE FILM, producteur d'Espion(s) et du film d'Elia Suleiman, Le temps qu'il reste. Le prix est doté d'un chèque de 10 000 euros. Les lauréats précédents furent TS Productions (2004), Les Productions du Trésor (2005), Elia Films (2006), La Mouche du Coche (2007), les Films du Poisson (2008) et 2.4.7. Films (2009).

Locarno change de père

Posté par vincy, le 25 septembre 2008

Le festival de Locarno a trouvé le successeur de Frédéric Maire, actuel directeur artistique du festival suisse. Maire étant nommé à compter de novembre 2009 à la tête de la Cinémathèque suisse, l'un des cinq festivals majeurs européens devait trouver, en amont, une personnalité capable de gérer une telle manifestation.

Dans un communiqué daté de ce jour, Locarno annonce la nomination d'Olivier Père, actuel délégué général de la Quinzaine des réalisateurs à Cannes. Pour l'édition 2009, il conservera la direction du comité de sélection de la Quinzaine. Il devrait rejoindre les bords du lac helvète à l'issue du prochain festival de Locarno, dans un peu moins d'un an.

Olivier Père, programmateur à la Cinémathèque française depuis 13 ans, dit vouloir "poursuivre et développer le travail de découverte et de valorisation du jeune cinéma d’auteur du monde entier."

Locarno célèbrera ses 62 ans l'an prochain. La 61e édition a confirmé la vitalité du festival. Au total 372 films ont été diffusés. Malgré la pluie, la fréquentation a atteint les 180 000 spectateurs. Locarno a distribué 3 384 accréditations professionnelles et 1 083 accréditation presse.