Cannes 2019: Qui est Noémie Merlant ?

Posté par kristofy, le 21 mai 2019

C’est l'un des films français les plus attendus en compétition : >Portrait de la jeune fille en feu de Céline Sciamma avec Adèle Haenel, toute deux révélées à Cannes avec Naissance des pieuvres (Un certain regard, 2007). Et au générique de ce film, nous allons aussi (re)découvrir Noémie Merlant, dans le rôle d’une peintre séduite, et qui va nous séduire aussi. « 1770. Marianne est peintre et doit réaliser le portrait de mariage d’Héloïse, une jeune femme qui vient de quitter le couvent. Héloïse résiste à son destin d’épouse en refusant de poser. Marianne va devoir la peindre en secret. Introduite auprès d’elle en tant que dame de compagnie, elle la regarde... »

Assurément, le talent de Noémie Merlant va prendre une nouvelle dimension avec ce festival de Cannes. Lors d'un entretien, l'actrice nantaise a évoqué les origines de sa vocation: "Parfois on fait un peu des choses sans savoir pourquoi. Ce que je trouve bien, c’est que mon père a voulu que je trouve un sens à ma vie. Il m’a dit qu’il s’était renseigné sur les cours Florent et m’a proposé de monter sur Paris. Je pense qu’il s’est souvenu que je faisais des spectacles, que je rêvais tout le temps et il s’est dit que j’avais une place à trouver là-dedans. Je l’ai écouté et j’y suis allée. Je me suis sentie tellement en vie sur un plateau, à incarner l’autre. J’avais trouvé ma vocation, c’était une révolution."

Ses débuts à l’écran dans L’orpheline avec en plus un bras en moins lui vaut de figurer dans la liste des Révélations pour le César du meilleur espoir féminine en 2013 (elle sera nommée en 2017 avec le film Le ciel attendra). Entre-temps, elle aura des petits rôles dans La Permission de minuit de Delphine Gleize et dans La Crème de la crème de Kim Chapiron. C’est surtout à partir de 2014 que l’on commence à identifier le nom de cette jeune fille prête à s’enflammer avec son rôle dans Les Héritiers de Marie-Castille Mention-Schaar. Avec la réalisatrice, elle va ensuite tourner dans Le ciel attendra en 2016 et La fête des mères en 2018.

Pendant ce temps là Noémie Merlant monte son niveau avec des apparitions dans Un moment d'égarement de Jean-François Richet en 2015, Dieumerci ! de Lucien Jean-Baptiste, Plonger de Mélanie Laurent en 2017. Elle est même la dulcinée de Jean Dujardin en 2018 dans la comédie romanesque Le Retour du héros de Laurent Tirard. Elle apparait aussi dans des clips ("Aficionado" des BB Brunes), une fiction interactive (Wei or Die, de Simon Bouisson), au théâtre (Les Lésions dangereuses, mise en scène de Julia Dunoyer), ou même en chanteuse ("Fate", coécrit avec la chanteuse et compositrice Kat May).

Surtout, elle passe derrière la caméra avec Je suis#unebiche, qui reçoit le Prix Canal + à la 7e édition du Nikon Film Festival. Actrice avant d’être cinéaste, elle confie se sentir rassurée d’avoir plusieurs moyens d’expressions: "J’ai eu une envie, mais d’abord c’était des histoires. À force de baigner dans cet univers, entre les castings et les scénarios, je passais mon temps à m’inventer des histoires dans ma tête. J’écrivais plein de petits bouts d’histoire. Un jour j’ai compris que je ne terminais jamais mes récits et j’ai fini par prendre confiance en moi, grâce à des rencontres, pour finalement me lancer dans le court-métrage."

2019 sera enfin l’année charnière pour elle. C’est elle l’héroïne de Les Drapeaux de papier de Nathan Ambrosioni (sortie le 13 février), de Curiosa de Lou Jeunet (sortie le 3 avril), et de ce Portrait de la jeune fille en feu , qui sortira le 18 septembre. D’autres films avec elle à l’affiche vont se suivre : Les jours d’avant avec Sami Bouajila et Jumbo avec Emmanuelle Bercot. Noémie Merlant est la jeune actrice on fire du moment.

A vos votes pour le 9e Nikon Film Festival !

Posté par MpM, le 10 janvier 2019

La 9e édition du Nikon Film Festival qui a débuté cet automne se poursuit en janvier pour sa deuxième phase, celle du vote des internautes qui ont la possibilité de soutenir leur(s) projet(s) préféré(s) jusqu'au 10 mars. Le principe est toujours le même : réaliser un court-métrage d'une durée inférieure à 2 minutes et 20 secondes avec un thème imposé qui, cette année, est celui du "partage". Le concours est ouvert à tous, et en particulier aux amateurs et aux étudiants.

A l'issue de l'opération se tiendra une cérémonie pour récompenser les meilleurs, avec de nombreux prix à la clef :  Grand Prix du Jury, Prix Canal+, Prix des Médias, Prix de la Mise en Scène, Prix de la Photographie, Prix d’Interprétation Féminine, Prix d’Interprétation Masculine, Prix de la Meilleure Bande Son, Prix des Ecoles, Prix du Public... et également plusieurs récompenses prestigieuses, comme une diffusion dans les cinémas MK2 ou à la télé sur Canal+, une bourse de résidence en partenariat avec le CNC pour développer un futur court-métrage, ou encore du matériel de prise de vue (Nikon, bien sûr).

Le jury chargé de départager les (très) nombreux participants est présidé par Marjane Satrapi, entourée des comédiens Pio Marmaï, Alice Isaaz, François Civil, Louane Emera, et de divers professionnels tels que Pascale Faure, Thierry Chèze, Guillemette Odicino, Elisha Karmitz et Alexandre Dino.

Le Nikon Film Festival propose ainsi sur sa plateforme en ligne plusieurs centaines de courts-métrages à découvrir, à commenter et à soutenir, dans tous les genres et tous les styles : drame, comédie, horreur, documentaire, animation... En attendant de connaître les lauréats, en voici quelques-uns que nous vous invitons à regarder, et bien sûr à partager :

* JE SUIS LÀ, TU M'AS VU ? de Kristofy
https://www.festivalnikon.fr/video/2018/601

* SELFADDICT de Frédéric Murarotto
https://www.festivalnikon.fr/video/2018/485

* JE SUIS GIGI BANG BANG de Maxime Nieto
https://www.festivalnikon.fr/video/2018/119

* JE SUIS TOUT LE MONDE de Margaux Maekelberg
https://www.festivalnikon.fr/video/2018/338

* TON LAPIN de Enya Baroux
https://www.festivalnikon.fr/video/2018/950?rel=0