Arsène Lupin : Omar Sy sera la star de la prochaine série originale française de Netflix

Posté par wyzman, le 19 juillet 2018

Voilà sans l'ombre d'un doute la nouvelle la plus importante du jour : Omar Sy incarnera le gentleman-cambrioleur Arsène Lupin dans une série de Netflix centrée sur le personnage créé par Maurice Leblanc.

Une annonce atypique

Pour délivrer la bonne nouvelle à ses abonnés, le géant du streaming n'y est pas allé par quatre chemins. En effet, c'est sur Twitter que les 724.000 internautes qui suivent le compte français de Netflix ont découvert l'information via un échange de tweets entre la compagnie américaine et l'acteur français de 40 ans.

L'échange de tweets, retweeté plus de 200 fois, n'a pas manqué de générer un certain buzz. Par la suite, Omar Sy n'a pas caché sa joie à l'idée de participer à ce nouveau projet - qui doit en outre redorer le blason de Netflix suite aux critiques assassines de son autre bébé français, j'ai nommé Marseille. "Je suis enchanté à l'idée de jouer ce personnage charismatique qu'est Arsène Lupin dans cette adaptation moderne et inattendue. Rejoindre Netflix, qui a déjà accueilli tant de projets de qualité et de tout genre, que j’ai toujours plaisir à découvrir, m’inspire beaucoup" a-t-il déclaré.

Fière de son succès et de ses 130 millions d'abonnés présents dans 190 pays, Netflix compte m:arquer les esprits avec cette série dont première saison est attendue pour 2020. Gaumont, co-producteur de la série Arsène Lupin, a d'ores et déjà collaboré avec Netflix sur Narcos, la série centrée sur la traque de Pablo Escobar et et la montée en puissance du cartel de Medellin.

Pour rappel, Netflix a récemment délivré les hits La Casa de Papel et 13 Reasons Why - dont les saisons 3 sont d'ores et déjà très attendues pour 2019. Cet hiver, l'entreprise mettra en ligne les nouveaux épisodes de The Crown (avec un nouveau casting) après avoir offert à ses abonnés l'ultime chapitre de House of Cards.

Wolf Brigade : Netflix diffusera le film de Kim Jee-woon

Posté par wyzman, le 18 juillet 2018

Il y a quelques heures, le très sérieux magazine Variety a annoncé la nouvelle : c'est Netflix qui a acquis les droits internationaux de Illang : The Wolf Brigade, le nouveau film du Coréen Kim Jee-woon jusque-là appelé Inrang et qui est le remake en live-action du film d'animation japonais Jon-Roh : The Wolf Brigade.

Une acquisition complexe

Déjà présenté comme un thriller d'action, Illang : The Wolf Brigade de Kim Jee-woon se déroulera en 2029, alors que l'on suit différentes équipes des forces spéciales mises en place pour réprimer une secte terroriste qui s'oppose à la formation d'un gouvernement commun entre la Corée du Nord et la Corée du Sud.

D'après le média américain, Netflix a ainsi acquis les droits à l'international de Illang : The Wolf Brigade tandis que les droits de diffusion sur le sol coréen devraient revenir à Warner Bros, ce qui prend en compte les sorties en salle de cinéma. Pour rappel, le dernier film de Kim Jee-woon, The Age of Shadows avait été distribué par Warner Bros. Déjà sélectionné pour l'édition 2018 du festival international de San Sebastian qui se tiendra du 21 au 29 septembre prochains, Illang : The Wolf Brigade doit sortir sur le sol sud-coréen le 25 juillet.

Doté d'un budget de 18 millions de dollars d'après les médias coréens, Illang : The Wolf Brigade disposait d'un feu vert depuis 2013. Mais il aura fallu attendre août 2017 pour que le tournage débute finalement. Le film a nécessité un grand travail au niveau des effets spéciaux. Ce qui a notamment plu à Netflix qui continue de vouloir percer sur les marchés internationaux grâce à des projets ambitieux et innovants.

Grâce à Illang : The Wolf Brigade, le géant du streaming poursuit donc son incursion dans le cinéma coréen. En effet, Netflix a d'ores et déjà acquis les droits de Love Alarm, une série créée au début de l'année, et commandé deux saisons de Kingdom, une série historique mêlée à de la science-fiction derrière laquelle sa cache Kim Seong-hun, le directeur du film Tunnel. Enfin, personne a oublié l'arrivée d'Okja dans la compétition cannoise en 2017.

en 2017.

Gary Oldman, Meryl Streep, Antonio Banderas vont-ils tourner pour Steven Soderbergh ?

Posté par wyzman, le 19 juin 2018

C'est sans aucun doute l'un des projets dont on devrait énormément entendre parler prochainement. Selon Deadline, Gary Oldman, Meryl Streep et Antonio Banderas s'apprêtent à tourner The Laundromat, un film réalisé par Steven Soderbergh traitant directement du scandale des Panama Papers.

Un scandale porteur

Développé autour du script de Scott Z. Burns, lui-même inspiré de l'ouvrage de Jake Bernstein (Secrecy World: Inside the Panama Papers Investigation of Illicit Money Networks and the Global Elite), il se murmure que The Laundromat atterrira prochainement dans le catalogue toujours grandissant de Netflix.

Et comme le rappelle très justement Deadline, ce n'est pas la première fois que Netflix s'intéresse au scandale des Panama Papers. Il y a deux ans, le géant du streaming a acquis les droits du livre Le secret le mieux gardé du monde : le roman vrai des Panama Papers écrit par les journalistes allemands Frederik Obermaier et Bastian Obermayer. Ce projet est toujours en cours de développement. John Wells le produit.

Pour rappel, le scandale a éclaté en avril 2016 lorsque plus de 11 millions de documents contenant des informations confidentielles et d'ordre financier sur des centaines de milliers de sociétés offshore ainsi que leurs actionnaires ont fuité. Nommé en référence aux Pentagon Papers - que Meryl Streep connaît bien - , les Panama Papers auraient été fournis par un whistleblower anonyme et non rémunéré. C'est cette histoire que racontera le film produit par John Wells. Pour ce qui est du film de Steven Soderbergh, aucune information supplémentaire n'a été donnée au cours du mois qui s'est écoulé.

Murder Mystery : Dany Boon tourne avec Jennifer Aniston et Adam Sandler pour Netflix

Posté par wyzman, le 18 juin 2018

Très bavard, Dany Boon s'est laissé aller ce matin même à quelques savoureuses déclarations ce matin au micro de Stéphane Boudsocq, à l'antenne de RTL. Après avoir fait passer sa carrière cinématographique avant le reste, l'acteur-réalisateur de La Ch'tite famille fera prochainement son retour sur les planches.

Un programme chargé

Il jouera en effet dans "Huit euros de l'heure", une pièce écrite par Sébastien Thiery et au cours de laquelle il pourra compter sur Valérie Bonneton. Dans cette histoire autour d'un couple qui subit en même temps qu'elle tous les malheurs qui arrivent à sa femme de ménage, Danny Boon retrouvera sa partenaire de Eyjafjallajökull. A partir du 11 janvier 2019, 80 représentations exceptionnelles de "Huit euros de l'heure" auront lieu au théâtre Antoine à Paris.

Par la suite, l'acteur de 51 ans sera visible sur tous les écrans ! Eh oui, il s'apprête à tourner dans une grosse production signée Netflix. Dans Murder Mystery, un couple (Jennifer Aniston et Adam Sandler) part en lune de miel en Europe. Ils retrouvent témoins d'un meurtre. Si peu d'infos sur son rôle ont fuité jusque-là, Dany Boon assure qu'il ne s'agira pas d'un "Français méchant". Nous voilà rassurés !

Et comme il ne s'arrête jamais, le comédien n'a pas manqué d'évoquer Le Dindon, le nouveau film de Jalil Lespert (d'après la pièce de George Freydeau) dont le tournage aura lieu cet été. Dans cette comédie, Dany Boon pourra compter sur l'inégalable Guillaume Gallienne ! Tout un programme.

Timothée Chalamet, Joel Edgerton et Robert Pattinson tournent « The King » pour Netflix

Posté par vincy, le 1 juin 2018

Timothée Chalamet (Call Me By Your Name) et Joel Edgerton sont rejoints par Robert Pattinson, Sean Harris, Ben Mendelsohn et Lily-Rose Depp pour le film The King, contenu original destiné à Netflix. Tom Glynn-Carney et Thomasin Harcourt McKenzie sont aussi au générique.

Le tournage commence aujourd'hui au Royaume-Uni. David Michôd, qui avait déjà réalisé le très inégal War Machine (avec Brad Pitt) pour la plateforme, s'est inspirés des pièces de William Shakespeare, Henri IV et Henri V. Chalamet incarnera le Prince Hal (Henri V), défiguré dans sa jeunesse, qui hérite de la couronne en pleine Guerre de Cent ans, et doit apprendre à être roi, guidé par son ami le plus proche, Falstaff (Edgerton).

Robert Pattinson interprètera un prince français, le Dauphin, tandis que Mendelsohn sera Henri IV, et Lily-Rose Depp la princesse française Catherine de Valois, qui épousera Henri V.

Produit par Plan B (Brad Pitt), le réalisateur et Joel Edgerton, qui signent tous deux le scénario, le film sera diffusé sur la plateforme en 2019.

Henri V a été incarné au cinéma par Laurence Olivier, Kenneth Branagh et Tom Hiddleston. Timothée Chalamet, nommé aux Oscars pour son rôle dans Call Me By Your Name, et à l'affiche de Lady Bird et Hostiles cet hiver, est attendu dans Beautiful Boy de Felix Van Groeningen avec Steve Carell, pressenti pour Venise.

Netflix va-t-il tuer le Festival de Cannes ?

Posté par wyzman, le 6 mai 2018

Depuis avril 2017, le nom de Netflix est sur les lèvres de nombreux festivaliers et adeptes de la Croisette. Suite à la polémique sur la nature même des films qu'il produit et diffuse, Netflix a tout simplement été banni de la sélection officielle par les organisateurs du Festival de Cannes. Pas plus tard que le mois dernier, Thierry Frémaux rappelait néanmoins que le géant du streaming pourrait néanmoins proposer ses films hors-compétition. Mais rien y fait, Netflix ne sera pas de la partie cette année. Et il se pourrait bien que le premier à être pénalisé par cette absence ne soit pas l'abonné ou le festivalier mais bien ceux qui ont toujours soutenu les politiques et diverses règles du Festival !

Absence de stars

Les plus teigneux d'entre nous pourraient arguer que l'absence de Netflix va profiter aux autres films, leur permettre de gagner en visibilité médiatique. Mais ils auraient tort (enfin presque). La non-présence de films produits ou acquis par Netflix va très certainement permettre à d'autres sélectionnés d'avoir quelques jolis papiers dans la presse mais cela n'aide pas vraiment les organisateurs du Festival dont l'attitude ne cesse d'être critiquée par les médias américains. Cette semaine, le très sérieux Variety posait d'ailleurs la question "Avec Netflix out et les stars absentes, Cannes restera-t-il influent ?"

Cette dernière peut faire sourire mais elle s'avère extrêmement pertinente. L'année dernière, les deux films de Netflix présents en sélection officielle avaient permis d'amener Tilda Swinton, Jake Gyllenhaal, Ben Stiller, Dustin Hoffman et Emma Thompson sur le tapis rouge. Rien que ça ! Cette année, les deux films américains à briguer la Palme d'or (Blackkklansman et Under the Silver Lake) devraient rameuter Adam Driver, Laura Harrier, Topher Grace, Riley Keough et Zosia Mamet. A l'exception d'Adam Driver, tous les autres sont loin, très loin d'être de stars de classe A. Et si vous espérez voir Andrew Garfield en smoking pour Under the Silver Lake, il faudra repasser : l'acteur de 34 ans joue actuellement dans le remake d'Angels in America à Broadway.

La presse française ravie

Bien évidemment, l'absence de grandes stars américaines n'est pas directement responsable du manque d'engouement outre-Atlantique pour cet événement. Mais à y regarder de plus près, on constate rapidement que cette 71e édition sera avant tout marquée par des montées de marches où les acteurs français seront plus qu'à l'honneur. L'an dernier, 120 Battements par minute nous avait apporté Nahuel Pérez Biscayart, Arnaud Valois, Adèle Haenel et Yves Heck, Le Redoutable Louis Garrel et Bérénice Bejo, Rodin Vincent Lindon et Izïa Higelin et L'Amant double Marine Vacth, Jérémie Renier et Jacqueline Bisset.

Cette année, les Gala, Voici et autres VSD devraient se délecter des apparitions de Vincent Lindon, Mélanie Rover pour En guerre de Vincent Brizé, Vanessa Paradis, Kate Moran et Nicolas Maury pour Un couteau dans le cœur de Yann Gonzalez, Vincent Lacoste, Pierre Deladonchamps et Denis Podalydès pour Plaire, aimer et courir vite de Christophe Honoré et enfin Golshifteh Farahani et Emmanuelle Bercot pour Les Filles du soleil d'Eva Husson.

Car du côté des films étrangers non-américains, seul Everybody knows devrait retenir toute l'attention. Le film d'Asghar Fahradi a été choisi pour faire l'ouverture du festival, permettant ainsi à Penélope Cruz, Javier Bardem, Ricardo Darín et Eduard Fernandez de laisser à penser que le glamour de celui-ci est intact. Mais personne n'est dupe !

L'intérêt est ailleurs

Parce que l'affaire Netflix a marqué un tournant pour le plus grand festival de cinéma au monde, il n'est pas vraiment étonnant de voir que les films les plus attendus à l'heure actuelle sont ceux qui devraient repartir bredouille. Parmi les films hors-compétition, il semble impensable de manquer Solo : A Star Wars Story de Ron Howard et The House that Jack Built de Lars Von Trier et L'Homme qui tua Don Quichotte de Terry Gilliam.

Côté séances de minuit, le téléfilm de HBO et Ramin Bahrani Fahrenheit 451 ainsi que le documentaire Whitney de Kevin MacDonald devraient faire sensation. Et autant ne pas commencer à évoquer la curiosité que suscitent les nouveaux films de Romain Gavras, Gaspar Noé, Philippe Faucon, Guillaume Nicloux à la Quinzaine des réalisateurs et de Alex Lutz et Paul Dano en à la Semaine de la critique.

L'aura de Netflix intacte

L'avenir du Festival de Cannes n'est sans doute pas en danger à cause de Netflix mais il devient de plus en plus évident que son halo s'en est allée et qu'il devient jour après jour une simple devanture pour ses partenaires. Le festival survivra très certainement sans films américains en compétition officielle mais la question est de savoir s'il peut rester compétitif et pertinent sans la hype qui entoure tous les projets de Netflix. Plus qu'attachés à la chronologie des médias et à un certain cinéma, les organisateurs pourraient bien être en train de passer à côté de l'essentiel : l'ouverture sur le monde.

Malgré le bad buzz provoqué par la présence de son entreprise en compétition l'an dernier, le fondateur et PDG de Netflix, Reed Hastings demeure confiant pour la suite. Actuellement au festival Séries Mania, il a ainsi précisé : "Concernant le festival de Cannes, nous avons créé une controverse plus importante que nous ne le souhaitions. Nous n’avons pas l’intention de perturber le système cinématographique. Tout ce que nous voulons, c’est rendre nos souscripteurs heureux grâce à nos créations." Tout cela avant de démentir les rumeurs d'achat d'une chaîne de cinémas par Netflix.

Avec déjà 125 millions d'abonnés en poche, Netflix pourrait bien finir par devenir "le grand producteur mondial" que son fondateur ambitionne d'être, qu'il s'agisse de ses séries ou de ses films. En refusant de voir concourir ses productions en sélection officielle, le Festival joue un jeu dangereux et prend le risque de passer pour l'oncle archaïque trop obsédé par sa chronologie des médias obsolète pour voir ce que la révolution numérique a de meilleur à offrir. Enfin, en l'absence d'accord, les deux partis pénalisent celui qui a toujours soutenu le Festival : le distributeur indépendant !

Uncut Gems : Adam Sandler remplace Jonah Hill chez les frères Safdie

Posté par wyzman, le 14 avril 2018

Incontournable dans les années 1990 et au début des années 2000, Adam Sandler a depuis un moment du mal à revenir sur le devant de la scène. Malgré des passages lumineux chez Jason Reitman (Men, Woman and Children) et Noah Baumbach (The Meyerowitz Stories), l'acteur de 51 ans a longtemps figuré parmi les stars les plus surpayées de Hollywood.

Comédies pour Netflix, drames pour le ciné

Pour inverser la tendance, il s'est offert un deal conséquent avec Netflix, qu'il a rallongé l'an dernier et comprend désormais 8 films. Si ses performances sur la plateforme de streaming sont remarquables, Adam Sandler n'est pas pour autant décidé à quitter les salles de cinéma. Deadline révèle ainsi qu'il interprétera le rôle-titre d'Uncut Gems, le prochain film de Joshua et Ben Safdie produit en partie par Martin Scorsese. Le projet sera leur cinquième réalisation commune tandis qu'ils co-écriront le scénario avec Ronald Bronstein, déjà présent à l'écriture de Good Time, leur dernier thriller présenté en Compétition à Cannes 2017 avec Robert Pattinson en lead. Le script d'Uncut Gems demeure certes secret mais l'on sait que le film devrait s'intéresser au milieu de la vente et revente de diamants à New York.

Uncut Gems est directement inspiré des aventures du père de Joshua et Ben Safdie alors qu'il travaillait dans le Diamond District, un quartier de New York connu pour ses nombreuses joailleries et bijouteries. Les raisons du départ de Jonah Hill du projet ne sont pas connues mais cela demeure une bonne nouvelle pour Adam Sandler. Il retrouvera prochainement Jennifer Aniston dans la comédie policière Murder Mystery et sera à l'affiche du film de Netflix The Week Of (soit Mariage à Long Island en VF) le vendredi 27 avril.

Cannes 2018 : Ex-Palmes d’or, films d’animation et productions Netflix parmi les absents de la Sélection officielle

Posté par wyzman, le 12 avril 2018

Il y a quelques minutes seulement, Pierre Lescure et Thierry Frémaux ont dévoilé les noms des films qui font partie de la sélection officielle du 71e Festival de Cannes. Et si le second a évoqué un "renouvellement de cinéaste", il faut bien admettre que l'on ne s'attendait pas à retrouver Jean-Luc Godard en compétition. Inattendue et rafraîchissante, la liste des films en compétition est également marquée par les présences de Spike Lee (Blackkklansman), David Robert Mitchell (Under the Silver Lake) et Christophe Honoré (Plaire, aimer et courir vite). Ceci dit, il y a de nombreux absents... Avec pas mal de primo-arrivants en Compétition, et peu "'habitués", cette sélection est assurément surprenante.

Où sont les acteurs et réalisateurs stars ?

Parmi les réalisateurs qui n'ont pas été cités, il y a les petits nouveaux dont les derniers projets nous ont bluffés  : Lenny Abrahamson (The Little Stranger), Claire Burger (C'est ça l'amour), Luca Guadagnino (Suspiria), Barry Jenkins (If Beale Street Could Talk), Harmony Korine (The Beach Bum), Pierre Schoeller (Un peuple et son roi), Felix Van Groeningen (Beautiful Boy). Mais ce n'est pas tout ! De manière surprenante, les sélectionneurs ont fait l'impasse sur des cinéastes établis et habitués du festival : Alfonso Cuaron (Roma, à cause de Netflix), Laszlo Nemes (Sunset), Pablo Trapero (La quietud), Brian De Palma (Domino), Carlos Reygadas (Where Life is Born), Claire Denis (High Life), Terry Gilliam (The Man Who Killed Don Quixote, même si on peut espérer un rebondissement grâce à al justice), Paolo Sorrentino (Loro), Naomi Kawase (Vision), et les quatre palmés Jacques Audiard (The Sisters Brothers), Mike Leigh (Peterloo), Nuri Bilge Ceylan (Le poirier sauvage) et Lars von Trier (The House That Jack Built, qui pourrait quand même s'ajouter à la liste). On apprécie néanmoins la présence de Wim Wenders dont le film Le Pape François - un homme de parole, distribué par Universal, sera projeté en séances spéciales.

Quant aux stars, c'est la pénurie. Hormis Everybody Knows d'Asghar Rafhadi (avec Pénelope Cruz et Javier Bardem), Under the Silver Lake de David Robert Mitchell (avec Andrew Garfield), En guerre de Stéphane Brizé (Vincent Lindon), Plaire, aimer et courir vite de Christophe Honoré (avec Vincent Lacoste et Pierre Dalondonchamps) et Blackkklansman de Spike Lee (avec Adam Driver), les films en compétition sont loin d'être portés par des grosses têtes d'affiche. A Un Certain regard, on croisera quand même Marion Cotillard (Gueule d'ange), Riccardo Scamarcio (Euphoria, Clovis Cornillac et Karin Viard (Les chatouilles)... En séances spéciales, Mads Mikkelsen sera présent pour Arctic. Hors compétition, Solo, A Star Wars Story (Alden Ehrenreich, Emilia Clarke, Thandie Newton, Woody Harrelson, Paul Bettany, Donald Glover) et Le grand bain (Guillaume Canet, Leïla Bekhti, Mathieu Amalric, Virginie Efira, Jean-Hugues Anglade, Marina Foïs, Benoît Poelvoorde, Mélanie Doutey, Jonathan Zaccaï) devraient donc être les plus gros événements people d'un Cannes qui s'annonce radical. La proposition est en soi intéressante (et stimulante pour la critique).

Une diversité relative

Les plus attentifs l'ont déjà noté : dans cette sélection officielle, il n'y aucun long-métrage d'animation ! Une triste nouvelle lorsque l'on sait que 4 courts-métrages d'animation ont été sélectionnés et que l'offre était foisonnante cette année.

A défaut de s'émerveiller devant des personnages dessinés, notons tout de même la présence de films libanais (Capharnaüm de Nadine Labaki), polonais (Cold War de Pawel Pawlikowski) et égyptien (Yomeddin, premier film de A.B. Shawky) en compétition. Un certain regard compte six premiers films! Globalement, l'Amérique latine est la grande absente de la compétition, qui manque aussi pas mal de films nord-américains. Le cinéma asiatique compense...

L'épineux cas Netflix

Quant à Netflix, les choses semblent plus claires depuis la nuit dernière. Ted Sarandos, le responsable des contenus de Netflix, s'est entretenu hier avec le magazine américain Variety, rappelant au passage les désirs du géant du streaming : "Nous voulons que nos films soient mis au même niveau que tous les autres cinéastes. Il y a un risque que nous y allions et que nos films et nos réalisateurs soient traités de manière irrespectueuse au festival. Ils ont donné le ton." Tout cela avant de lancer un cinglant "Je ne pense pas que ce serait bien pour nous d'être là." Résultat : Netflix retire tous ses films suite à la nouvelle règle du festival. Celle-ci veut que les films qui ne sont pas distribués dans les salles françaises au moment de leur sortie ne soient plus acceptés en compétition.

Bien qu'il soit toujours possible pour Netflix de les proposer hors-compétition, la firme américaine semble s'être fait une raison. Car il faut reconnaître qu'après le tollé provoqué par les présences en compétition d'Okja et The Meyerowitz Stories l'an dernier, Thierry Frémaux n'a pas choisi d'y aller par quatre chemins, visant directement les plateformes de streaming. D'après lui, ces dernières empêchent les films d'appartenir "à la mémoire cinéphile" à cause de leurs algorithmes. Malgré des critiques vives et incessantes, Netflix s'était montré favorable à l'idée que les deux films soient diffusés dans des cinémas en France. Malheureusement, la chronologie actuelle des médias exige que les films ne soient disponibles sur des plateformes domestiques que 36 mois après leur sortie en salle, un contre-sens total pour le modèle économique de Netflix !

the other side of the wind orson welles john hustonOrson Welles le grand absent

Visiblement très remonté contre Thierry Frémaux, Ted Sarandos n'a donc pas hésiter à le mentionner dans les colonnes de Variety. Concernant une potentielle présence de Netflix hors-compétition, le cadre de 53 ans explique : "Je ne pense pas qu'il y ait de raison pour que l'on soit hors-compétition. La [loi] était implicitement à propos de Netflix et Thierry l'a rendue explicite quand il annoncé la nouvelle règle." Au sujet de leur passage mouvementé à Cannes l'an dernier, il constate : "Le festival a choisi de célébrer la distribution plutôt que l'art du cinéma. Nous sommes à 100% du côté de l'art du cinéma. Et au fait, tous les autres festivals du monde le sont aussi." Interrogé sur sa présence sur la Croisette en mai prochain, il botte en touche : "Nous aurons des gens du secteur de l'acquisition de films parce que beaucoup de films seront là sans distributeur." Enfin, à propos de l'avenir, Ted Sarandos est néanmoins assez confiant : "Thierry partage mon amour pour le cinéma et serait un héros en changeant [la règle] quand il réalisera à quel point celle-ci est punitive pour les cinéastes et les cinéphiles."

Pour rappel, Netflix devait amener jusqu'à la Croisette Norway de Paul Greengrass, Hold the Dark de Jeremy Saulnier, le nouveau film d'Alfonso Cuaron, Roma, le film inédit d'Orson Welles, The Other Side of the Wind, ainsi que They'll Love Me When I'm Dead, le documentaire de Morgan Neville sur Orson Welles ! La non-présence du dernier film de son père a d'ailleurs bouleversé Beatrice Welles qui a supplié Ted Sarandos dans un e-mail de "laisser le travail de [son] père être le film qui fait le pont entre Netflix et Cannes".

Cannes 2018 : ce qu’il faut retenir de la conférence de presse

Posté par wyzman, le 12 avril 2018

Malgré quinze minutes de retard, la conférence de presse du 71e Festival de Cannes tenue par Pierre Lescure et Thierry Fremaux a réservé pas mal surprises. A commencer par la sélection officielle : inattendue et rafraîchissante côté Compétition, il sera beaucoup question de diversité dans la section Un certain regard tandis que les Séances spéciales/de minuit/Hors-compétition ont de quoi réjouir les cinéphages aguerris. Voici dans le détail tout ce que vous devez savoir à moins de 4 semaines du lancement des festivités.

  • Les selfies seront bien interdits. Thierry Fremaux l'a de nouveau expliqué : "Ce ne sont pas les stars qui se prennent en photo. C'est des gens, invités par des partenaires, qui ont la chance d'être sapés comme jamais. C'est irrespectueux. Quand on a la chance d'être invité, il vaut mieux rester décent par rapport à ceux qui ne le sont pas." Tout cela avant d'ajouter : "On a des problèmes de cortège, de montées de marches, il faut faire entrer 2200 personnes dans la grande salle, les gens tombent, c'est une immense pagaille, c'est pas beau."
  • Le pass "3 jours à Cannes" pour les 18-28 ans fait un tabac. "Hier soir, il y avait 600 lettres de motivation pour le pass #3JoursACannes. On en a reçu de Chine et d’Inde !" Pour rappel, le pass permettra aux jeunes cinéphiles un peu chanceux de découvrir la sélection officielle les 17, 18 et 19 mai prochains.
  • Antoine Desrosières rejoint la sélection officielle à la dernière minute. "A genoux les gars a été ajouté à 3 heures du matin" a annoncé Thierry Fremaux avant de décrire ce film co-créé avec les actrices comme une traversée sur les "nouveaux modes de sexualité, les rapports femme/homme".
  • Les projections du matin réservées à la presse sont encore sources de questionnements. A l'écoute des journalistes, Thierry Frémaux consent : "On voudrait modifier la grille de programmation de Cannes, on veut questionner nos propre pratiques, questionner le futur, alors ce n'est pas en direction de la presse, mais des propos de galas. On n'a pas décidé de faire passer la presse après. Y compris les projections aux marchés doivent se faire après la projection de gala. On est conscients que ça va changer beaucoup de choses. On était convaincus que les télé, les radios seraient ravis, hors pas du tout..." Il ajoute : "L'embargo ça n'est pas possible. Le film est montré, tout le monde peut en parler. Projection de gala et de presse. On est en train de faire plein d'hypothèses, on parle beaucoup avec vos collègues" avant de reconnaître "La grille n'est pas facile à établir, on s'est mis nous même dans une montagne à gravir. Ça va changer beaucoup d'habitudes. C'est évident" et de conclure "Les projections d'avant Cannes nous ne les avons jamais interdites."
  • Le Festival a senti passer l'affaire Harvey Weinstein. Thierry Frémaux évoque un "tremblement de terre. Le monde n'est plus le même depuis octobre dernier. Pour aborder les femmes cinéastes, il y en a, la question des quotas ne concerne en aucun cas les quotas de sélections artistiques." La situation est néanmoins très claire pour le délégué général du festival : "Il n'y aura jamais de discrimination positive en sélection officielle à Cannes." avant de rappeler qu'il y a "trois femmes cinéastes cette année en compétition. On a beaucoup échangé avec des femmes cinéastes ces derniers temps. Et toutes nous disent que le processus de sélection n'est pas concerné par la question #metoo."
  • L'absence de Netflix serait entièrement due aux décisions de ses cadres. "Nous avons un dialogue fructueux, en dépit des apparences, avec Netflix. L'an passé, les débats sur la présence d'Okja nous ont conduit à redire que les films en compétition doivent être ouverts à la salle". Concernant l'édition 2018, Thierry Frémaux insiste : "Il y avait des candidats à la distribution des titres Netflix qui nous intéressaient, ils ont refusé donc ils ne pouvaient pas être en compétition" avant d'éclaircir : "Nous avions fait 2 propositions à ces films [Netflix] : un en compétition [Roma d'Alfonso Cuaron, NDLR] et un hors compétition (The Other Side of the Wind d'OrsonWelles) [...] pour des raisons qui leur incombent Netflix a décidé de les retirer."
  • L'absence de Paolo Sorrentino peut être expliquée. "Vous constatez qu'on a ouvert les portes et les fenêtres pour des gens jamais venus à Cannes. Le film de Paolo [Loro] sort en deux parties dont une sort avant Cannes. La nature même du projet nous a fait hésiter..."
  • Les absences de Xavier Dolan et Jacques Audiard sont regrettables pour tout le monde. "Nous avons vu le film de Dolan, on le voulait mais il est reparti en montage. Donc il n'y a de sa part aucun refus d'aller à Cannes." Parce que Cannes est rarement bon pour une course aux Oscars, Thierry Frémaux rajoute : "Il y a une stratégie d'automne donc en effet, les producteurs n'ont pas choisi Cannes. Le film de Jacques Audiard, très cher, produit par les Américains, soumis à des ventes, est toujours en montage (...) du côté des Américains, Cannes est un lieu où parfois ce n'est pas idéal, parce qu'il y a danger". Et cela, notamment parce que les critiques sont souvent plus tranchées à Cannes qu'à Toronto, Venise ou Sundance.
  • L'absence de séries télé n'a rien à voir avec la polémique Netflix. "L'an passé, nous avions des amis de Cannes, Lynch, Innaritu, Campion. Nous restons un festival de film, un festival de cinéma, on ne s'interdit pas de montrer un épisode, ça ne s'est juste pas trouvé cette année."
  • Le film de clôture n'est toujours pas choisi. "L'une de nos intentions est de terminer un samedi et que le film de clôture soit un film qui sorte. J'espère qu'on trouvera quelque chose, que ce film sorte le vendredi et soit montré à Cannes le samedi soir... Mais on n'a pas trouvé..."

BIFFF 2018 : Anna Mouglalis est « La femme la plus assassinée du monde »

Posté par kristofy, le 8 avril 2018

Paris en 1932, quelqu'un marche dans une rue sombre, un coup de couteau fait ressortir sa lame par la bouche. Un peu plus loin, il y a de l'agitation devant un théâtre de Grand Guignol, des gens y entrent pour assister à la représentation, sous les huées de manifestants soit-disant gardiens de la morale. Il y a des véritables tueurs dans Paris pendant que là on y joue des spectacles macabres... «Vous êtes ici pour la voir ? Paula Maxa, la femme qu'on assassine le plus au monde ?» Ce soir-là Paula Maxa joue une femme qui se retrouve dans un asile de fous, on lui arrache un oeil et le sang gicle puis elle sera guillotinée sur scène et sa tête décapitée montrée à tous... Paula Maxa commence à être assez célèbre pour remplir chaque soir ce théâtre : "flagellée, martyrisée, coupée en tranches, recollée à la vapeur, passée au laminoir, écrasée, ébouillantée, saignée, vitriolée, empalée, désossée, pendue, enterrée vivante, bouillie au pot-au-feu, éventrée, écartelée, fusillée, hachée, lapidée, déchiquetée, asphyxiée, empoisonnée, brûlée vive, dévorée par un lion, crucifiée, scalpée, étranglée, égorgée, noyée, pulvérisée, poignardée, revolvérisée et violée"... La performeuse qui, chaque soir, durant des milliers de soirs, semble mourir pour de vrai sur scène va vraiment risquer sa peau en coulisses: elle reçoit des lettres anonymes d'un mystérieux criminel...

Le tournage de La femme la plus assassinée du monde a eu lieu l'année dernière en avril en Belgique (et un peu à Paris), et un an après, le voici présenté au BIFFF. Le lieu idéal pour une première puisque Paula Maxa a vraiment existé : c'est l'une des premières comédiennes de fantastique et d'horreur. Pour l'incarner dans un film d'époque, les années 30, il fallait une actrice à la fois envoutante d'un simple regard et troublante dès qu'on écoute sa voix rocailleuse : Anna Mouglalis.

Dans le film il y a toute une galerie de personnages qui s'intéressent à elle pour différents motifs et possiblement une personne qui désire la tuer plus que les autres à cause d'un évènements dramatique de son passé : Niels Schneider, André Wilms, Jean-Michel Balthazar, Michel Fau, Constance Dollé (et Keren Ann pour la musique)... La femme la plus assassinée du monde est moins un biopic qu'un thriller sur fond de solide reconstitution historique. C'est le premier film - en tant que réalisateur - de Franck Ribière. Son expérience de producteur de films de genre comme ceux du duo Alexandre Bustillo & Julien Maury et surtout depuis plus d'une dizaine d'années des films de Alex de la Iglesia a sans aucun doute un lien avec le soin qu'il apporte à l'image et aux décors. Le film est très réussi visuellement mais aussi dans la narration maniant le suspens et un récit assez habile pour glisser quelques réflexions sur notre époque.

"Les gens veulent ressentir l'horreur en vrai" : ce qui faisait le succès des spectacles de Paula Maxa, mauvais-goût et sensationnalisme pour ses détracteurs et frissons à se faire peur et s'encanailler pour son public, serait toujours valable de nos jours. Le film dévoile la préparation des spectacles, pour mieux connaître l'héroïne et pour témoigner d'une certaine passion à représenter l'horreur (avec la fabrication de prothèses de faux-sang par exemple) car "faire peur au gens c'est aussi intéressant que de les faire rire ou pleurer". Ce qu'on pouvait voir sur scène en 1932 dans ce théâtre Grand-Guignol c'était en fait comme un film d'horreur mais sans écran 3D puisque selon la soirée le spectateur pouvait recevoir un peu de giclure de sang: "beaucoup pensent que les jours du théâtre sont comptés à cause du cinéma"...

Justement, quand sera-t-il possible de voir ce bon film sur un grand écran de cinéma tout comme au BIFFF ? Le film étant la première coproduction en Belgique financée par Netflix, il sera donc visible prochainement en streaming...