Sharon Stone rejoint le casting du prequel de « Vol au-dessus d’un nid de coucou »

Posté par vincy, le 15 janvier 2019

sharon stone sur le tournage de il ragazzo d'oroRyan Murphy a complété son casting pour Ratched, sa nouvelle série, qui sera diffusée sur Netflix. Rached est présenté comme un prequel du film Vol au dessus d'un nid de coucou. Sorti en 1975, cette adaptation du roman éponyme de Ken Kesey (1962) et de la pièce de théâtre à Broadway (1963), avait reçu les cinq principaux Oscars: Meilleur film pour Michael Douglas et Saul Zaentz, Meilleur réalisateur pour Milos Forman, décédé l'an dernier, Meilleur acteur pour Jack Nicholson, Meilleure actrice pour Louise Fletcher et Meilleur scénario adapté pour Bo Goldman et Lawrence Hauben.

Ryan Murphy, créateur des séries Nip/Tuck, Glee, American Horror Story, Feud et Pose, et réalisateur du film Mange, prie, aime et du téléfilm The Normal Heart, va tourner cette nouvelle série dès février. Deux saisons (au total 18 épisodes) ont été commandés. Ce prequel mettra en vedette Sarah Paulson dans le rôle autrefois tenu par Louise Fletcher, l'infirmière en chef Mildred Ratched.

Le générique comprend Jon Jon Briones (Sons of Anarchy, American Horror Story: Apocalypse), Charlie Carver (Desperate Housewives, Teen Wolf), une fidèle de Woody Allen, Judy Davis (vue aussi dans Marie-Antoinette et Feud), Harriet Samsom Harris (Phantom Thread, Desperate Housewives), Cynthia Nixon (Sex and the City), Hunter Parrish (Weeds, The Good Wife), Amanda Plummer (Pulp Fiction, Battlestar Galactica), Corey Stoll (First Man, House of Cards, Los Angeles police judiciaire), et Finn Wittrock (American Horror Story, Si Beale Street pouvait parler).

Sharon Stone, récemment à l'affiche de The Disaster Artist de James Franco, a été la vedette l'an dernier de la mini-série Mosaic de Steven Soderbergh.

La série remontera le temps en commençant après la seconde guerre mondiale, où on suivra Mildred Ratched, infirmière normale, devenir le monstre que l'on connaît.

Velvet Buzzsaw : Jake Gyllenhaal, Rene Russo et Toni Collette frôlent la mort dans le thriller horrifique de Netflix

Posté par wyzman, le 12 janvier 2019

Si vous n'avez pas encore vu la bande-annonce de Velvet Buzzsaw, le nouveau film de Dan Gilroy, une séance de rattrapage s'impose !

Du grand cinéma pour petits écrans

Après avoir fait des étincelles dans Night Call, Jake Gyllenhaal retrouve Dan Gilroy dans un nouveau thriller à couper le souffle. En effet, Velvet Buzzsaw s"intéresse au milieu de l'art contemporain à Los Angeles. Artistes et collectionneurs y sont prêts à dépenser des fortunes dans des pièces qui peuvent leur rapporter gros. Tout semble aller pour le mieux pour Morf Vanderlwat (Jake Gyllenhaal) lorsqu'il décide d’exposer les œuvres d’un artiste mort dans des circonstances étranges. Cette idée pourtant synonyme de grosse recettes semble finalement le rendre cinglé dès lors que les personnages des tableaux commencent à se mouvoir et à sortir de leurs toiles pour l’attaquer. En parallèle, de vrais crimes se déroulant dans sa galerie finissent par être confondus avec des oeuvres artistiques.

Au casting, outre un Jake Gyllenhaal aussi fascinant que dans Prisoners de Denis Villeneuve, on retrouve Rene Russo et Toni Collette. Les deux figures féminines principales de ce thriller sont entourées par John Malkovich, Zawe Ashton, Billy Magnussen, Tom Sturridge, Natalia Dyer (Stranger Things), Daveed Diggs (Unbreakable Kimmy Schmidt) et Peter Gadiot (Supergirl).

Ecrit et réalisé par Dan Gilroy, Velvet Buzzsaw sera disponible sur Netflix dès le vendredi 1er février. Pour rappel, le géant du streaming a fait du bruit au début du mois après avoir annoncé que 45 millions de ses abonnés (soit le tiers) ont regardé le film d'horreur Bird Box avec Sandra Bullock.

Outre Night Call, Dan Gilroy a également écrit les scénarios de Chasers de Dennis Hoper, Jason Bourne : L'Héritage de son frère jumeau Tony Gilroy et Kong: Skull Island de Jordan Vogt-Roberts. L'an dernier, il nous est revenu en petite forme avec L'Affaire Roman J. qui a tout de même valu une nomination aux Oscars à Denzel Washington.

Les 18 qui ont fait 2018

Posté par vincy, le 1 janvier 2019

Juliette Binoche
On l'a vue chez Kawase et Denis, dans les forêts japonaises et dans l'espace. Nommée pour la 10e fois aux César en février, future présidente du jury de la prochaine Berlinale, elle est aux avant-postes de L'affaire du siècle, la pétition pro-écolo qui veut attaquer l'Etat français pour "crime" environnemental contre l'humanité.

Laure Calamy
Vedette incontestable de la série Dix pour cent, elle a brillé en second-rôle dans des films promis aux César, Nos batailles et Mademoiselle de Joncquières, sans oublier son passage dans Roulez jeunesse. Tout terrain, la comédienne, attendue chez Bertuccelli, Hamidi, Triet et Lespert, a été sacrée par un Molière de la comédienne dans un spectacle de théâtre privé pour Le Jeu de l'amour et du hasard.

Timothée Chalamet
En un an, il se sera imposé comme l'étoile montante à Hollywood. Nommé aux Oscars pour Call Me by Your Name, à l'affiche de Lady Bird et Hostiles, deux films chouchoutés par la critique, il a déjà une deuxième nomination consécutive aux Golden Globes avec Un Garçon magnifique (My Beautiful Boy) de Felix Van Groeningen, qui sort en février. Depuis il a enchainé The King de David Michôd pour Netflix, The French Dispatch de Wes Anderson, Les Quatre Filles du docteur March de Greta Gerwig et prépare Dune de Denis Villeneuve.

Bradley Cooper
Difficile d'échapper à cette star francophone cette année. Il est toujours la voix de Rocket Raccoon dans Avengers, qu'on retrouvera en mai pour le final. Il a aussi retrouvé Clint Eastwood avec La Mule, sorti en fin d'année aux USA et joli succès au box office. Mais c'est évidemment avec A Star Is Born qu'il a marqué les esprits: Il en est l'acteur principal et le producteur, avec Eastwood. Il en est surtout le réalisateur. Son premier film a révélé Lady Gaga en actrice, récolté 5 nominations aux Golden Globes, et amassé près de 400M$ de recettes dans le monde.

Penélope Cruz
Omniprésente, l'actrice espagnole a enchaîné les promos avec Escobar, Everybody Knows, film d'ouverture de Cannes, la série American Crime Story - Versace qui lui a valu plusieurs nominations, dont une aux prochains Golden Globes. Elle a aussi amené du glamour à Paris en recevant un César d'honneur en février. La Cruz continue sa carrière globe-trotter en passant du nouvel Almodovar, celui à qui elle doit beaucoup, Douleur et Gloire, au nouvel Olivier Assayas, Wasp Network.

Alfonso Cuaron
Un Lion d'or à Venise, de probables nominations aux Oscars. Cuaron est incontestablement l'un des grands cinéastes de ce début de siècle, tant par ses succès passés que par le prestige de son œuvre. Roma a fait l'événement: un film ample, splendide, hors des sentiers battus (noir et blanc, en dialecte mexicain, sans structure narrative classique). Sa diffusion sur Netflix a provoqué le débat de l'année sur la chronologie des médias en Italie, en France, aux Etats-Unis. En se différenciant de la production hollywoodienne par son style et sa diffusion, Roma est, quelque part, le symbole d'une époque en mutation.

Michael B. Jordan
Et si c'était lui la star de demain? On va commencer à le croire. Il est l'un des "héros" du hit de l'année, Black Panther. Il est la tête d'affiche de la suite de Creed, gros succès aux USA en fin d'année, prolongeant ainsi la franchise Rocky avec classe. Il a aussi produit et joué dans Kin le commencement, et foulé le tapis rouge de Cannes avec le remake de Fahrenheit 451, téléfilm HBO. Michael B. Jordan enchaîne les projets pour le cinéma et la télévision, acteur comme producteur. Last but not least, il est apparu dans le clip de Family Feud de Jay-Z et Beyoncé.

Wanuri Kahiu
La réalisatrice kényane de Rafiki a été la première de son pays à être sélectionnée à Cannes. Le film, une histoire d'amour entre deux femmes de Nairobi, est aussi l'un des rares du continent africain à être distribué en France cette année (et aux USA l'année prochaine). La cinéaste montre ainsi que le cinéma africain peut exister et s'exporter. Il a surtout été au cœur de l'actu avec un gouvernement, pourtant co-financeur du film, qui l'a censuré, symbolisant ainsi deux phénomènes de sociétés remarqués là-bas ou ailleurs: l'homophobie et l'atteinte à la liberté d'expression.

Hirokazu Kore-eda
Une Palme d'or à Cannes, c'est le sacre suprême pour ce réalisateur adoré plus souvent à l'extérieur de son pays. Une affaire de famille a fait consensus: gros succès au Japon, mais aussi en Chine. Il n'y a bien que le premier ministre, Shinzo Abe, qui n'a pas apprécié cette observation des exclus de la société nippone. Cela ne l'empêchera pas d'être l'un des favoris aux Oscars. San Sebastian lui a décerné un prix honorifique pour son œuvre. Et depuis, le réalisateur japonais a tourné en France l'un des films qui fera l'événement de l'année 2019, La vérité, avec Deneuve, Binoche et Hawke.

Vincent Lacoste
Impossible de passer à côté de l'acteur français cette année. Il a été jeune homo provincial dans Plaire, aimer et courir vite, en compétition à Cannes et Prix Louis-Delluc. Il fut étudiant déterminé en médecine dans Première année, un des films millionnaires en entrée en France. Et puis on l'a vu, différemment, touchant et mélancolique, dans Amanda, Grand prix du festival de Tokyo, où il affrontait les conséquences d'un attentat avec sa jeune nièce. Lacoste a définitivement changé de statut cette année, gagnant ses gallons d'acteur dramatique.

Gilles Lellouche
Mieux que Cassel et Canet, la star du cinéma français cette année fut Lellouche. On passera sur l'échec de L'amour est une fête, pourtant pas mauvais. Son année a débuté avec une nomination aux César, sa troisième seulement, pour Le sens de la fête. Elle se termine avec le joli succès de Pupille, où il continue de dévoiler une facette plus sensible. Mais c'est évidemment avec sa réalisation, 14 ans après son premier film, Le grand bain, qu'il laisse une empreinte dans le cinéma français: hors-compétition à Cannes, où il a été chaleureusement accueilli, il a enregistré 4,2 millions d'entrées, se classant 3e des films français de l'année, devant Taxi 5!

Thomas Lilti
Première année est son troisième hit d'affilée, et son troisième film sur le milieu médical. Il conforte ainsi son style, mélange de récit documenté et de comédie dramatique autour de personnages passionnés et dépassés. Paradoxalement, c'est pourtant avec la série télévisée Hippocrate, déclinée de son deuxième film éponyme sorti en 2014, avec Vincent Lacoste, qu'il a frappé le plus fort. La série Hippocrate, sur Canal +, est sans doute la plus belle réussite française dans ce format. Toujours en explorant les urgences, réas et autres services hospitaliers à travers un groupe de quatre internes, il pose un regard lucide et acide sur le système de santé. Brillant.

Félix Maritaud
L'espoir masculin de l'année. Avec sa belle gueule, son air farouche, ses tatouages, le comédien révélé il y a un an avec 120 battements par minute, s'est installé dans le paysage cinématographique "arty". Prix Louis Roederer de la révélation au Festival de Cannes et Valois de l'acteur au Festival du film francophone d'Angoulême, il a séduit par son charisme et son magnétisme dans Sauvage de Camille Vidal-Naquet. Il était aussi à Cannes, dans un petit rôle, avec Un couteau dans le cœur de Yann Gonzalez. Toujours enfermé dans les personnages gays, un peu marginaux, un peu en perdition, il a aussi porté la fiction d'Arte, Jonas de Christophe Charrier. On l'a enfin vu dans quatre courts. Une année bien remplie.

Marvel
Grand triomphateur de la saison, humiliant Star Wars, Pixar et autres marques de la galaxie Disney ou tout simplement du cosmos hollywoodien. Les super-héros ne sont pas prêts de mourir. Rien qu'aux USA, Black Panther et Avengers: Infinity War sont devenus les deux films Marvel les plus prospères du box office avec respectivement 700M$ et 680M$. Au BO américain, les deux films dominent l'année, mais Deadpool 2 (320M$) et Venom (215M$) se classent dans le Top 10 également. Et n'oublions pas le carton du film animé Spider-Man: Into The Spider-Verse (New Generation) qui file vers les 100M$ et une nomination aux Oscars. Ces 5 films ont récolté 5,2 milliards de dollars dans le monde. Une domination quasi sans partage qui se double, cette année, de bonnes critiques et même d'éloges pour ses audaces concernant Black Panther et le Spider-Man animé.

Netflix
Impossible de passer à côté de la plateforme de streaming cette année. D'un côté, elle cartonne en nombre d'abonnés (140 millions). De l'autre, elle donne une force de frappe aux séries (La casa del papel, Bodyguard, The Crown, Maniac, Stranger Things, OITNB, Mindhunter...) qui les rendent aussi bien cultes que populaires, lançant de nouvelles stars par la même occasion. Ses documentaires sont plébiscités par la critique et cités dans les palmarès. Désormais c'est le long métrage qui est la nouvelle ambition : des prix à foison à Venise, de possibles nominations aux Oscars à venir, Netflix est déjà le deuxième pourvoyeur de nominations aux Golden Globes. Reste à savoir si Cannes va passer à côté de noms prestigieux que la plateforme achète à prix d'or...

Hong Sang-soo
A 58 ans, le cinéaste sud-coréen n'arrête plus de tourner. Variations sur le même thème, et même sur le même "t'aime". On a pu ainsi voir Seule sur la plage la nuit, prix d'interprétation féminine pour sa muse Kim Min-hee à Berlin en 2017, La Caméra de Claire, avec Isabelle Huppert, et Grass, le plus abouti de tous, tout aussi romantique et existentialiste que les autres. Et c'est sans compter la rétrospective qui lui a été consacré à Bruxelles et Hotel by the River, qui lui a valu cet été le prix du meilleur acteur à Locarno pour Joo-Bong Ki, et trois prix, dont celui du meilleur film, au festival de Gijon. Tranquillement, il créé une œuvre "monstre" de films plus ou moins courts, pas si spontanés. Une respiration continuelle où chaque battement de cœur devient un petit bijou.

Steven Spielberg
40 ans après sa première nomination à l'Oscar du meilleur réalisateur, l'homme le plus puissant d'Hollywood et l'un des rares producteur-réalisateur star du cinéma est toujours au top. Après l'échec du Bon gros géant, il a su rebondir deux fois. Avec un drame politique, Pentagon Papers, sorti en janvier: nommé à l'Oscar du meilleur film, succès au box office (1,3 million d'entrées en France, 165M$ dans le monde). Avec un divertissement régressif et futuriste merveilleux, Ready Player One, triomphe en salles (2,2 millions d'entrées en France, 582M$ dans le monde). Spielberg est toujours un roi. Comme producteur, il sait que Bumblebee ne sera pas un carton, mais il peut compter sur la franchise Jurassic née il y a 25 ans, avec un nouvel opus plus que rentable (1,3 milliard de $ dans le monde). Le vétéran se porte bien et prépare une nouvelle version de West Side Story.

Black Mirror : Netflix dégaine l’épisode interactif Bandersnatch

Posté par wyzman, le 28 décembre 2018

Après des semaines de spéculation concernant la cinquième saison de la série d’anthologie de Charlie Brooker, le géant du streaming met en ligne aujourd’hui un épisode de Noël qui pourrait bien bouleverser le monde des séries.

"Change ton passé. Ton présent. Ton futur."

Hier, Netflix a dévoilé la bande-annonce de Bandersnatch, nouvel épisode de Black Mirror — indépendant de la saison 5. Le synopsis est simple : en 1984, un jeune programmeur adapte un roman fantastique pour en faire un jeu vidéo et se met à douter de la réalité. L’histoire tentaculaire devient un labyrinthe hallucinant.

Alors que la cinquième saison de cette série qui mêle science-fiction, horreur, drame et thriller est toujours attendue, Bandersnatch devrait changer la manière dont les séries sont consommées. En effet, Charlie Brooker et Netflix vont permettre au spectateur de faire des choix en lieu et place des personnages. Cela doit faire évoluer l’histoire de manière presque unique. A chaque visionnage, le spectateur aura ainsi la possibilité de faire varier les intrigues.

Tandis que Quartz précise qu’il s’agit d’une première "pour ce format de narration", IndieWire assure que 312 minutes d’épisode ont été tournées. La durée classique de Bandersnatch serait de 90 minutes. Cet épisode spécial tire par ailleurs son nom d’une créature fictive déjà présente dans le roman De l’autre côte du miroir de Lewis Carroll.

Réalisé par David Slade, déjà à l’oeuvre sur l’épisode "Metalhead" de la saison 4, Bandersnatch dispose d’un joli casting. Révélé par Dunkerque, Fionn Whitehead incarne le rôle principal et est entouré de Will Poulter, Craig Parkinson, Alice Lowe et Asim Chaudhry. Seule inconnue dans cette équation : savoir si la version interactive de l’épisode sera disponible sur tous les appareils ou seulement sur ceux compatibles (Android 6.1 et ultérieur, iPhone, iPad, PS4, ordinateurs portables et Smart TV disposant de la dernière version de Netflix).

Une grande série

A l’origine diffusée par Channel 4, Black Mirror est devenue une série Netflix en 2015. Depuis, elle a reçu 6 Emmy Awards et un International Emmy Award. Satire de notre société moderne et accro aux technologies, Black Mirror a d’ores et déjà été applaudie par la critique et le public pour sa capacité à présenter un présent alternatif se déroulant dans un futur loin d’être lointain.

Parfois définie comme "expérimentale", Black Mirror a déjà fait se croiser Rory Kinnear, Daniel Kaluuya, Jodie Whittaker, Hayley Atwell, Domhall Gleeson, Jon Hamm, Bryce Dallas Howard, Hannah John-Kamen, Gugu Mbatha-Raw, Jesse Plemons et Letitia Wright au fil des saisons.

Les 9 finalistes encore en course pour l’Oscar du meilleur film en langue étrangère

Posté par vincy, le 18 décembre 2018

Les Oscars ont raccourci les listes dans 9 catégories.

La douleur, film qui représentait la France, n'y est plus, confirmant la "mauvaise" année internationale du cinéma français tous festivals et palmarès confondus. En revanche 6 des 9 films retenus sont passés par le Festival de Cannes, confirmant la force du plus grand festival du monde. 5 d'entre eux étaient en compétition (4 d'entre eux étaient même au palmarès, dont la Palme d'or) et un à la Quinzaine des réalisateurs. Venise impose son Lion d'or ainsi que le film allemand de Florian Henckel von Donnersmarck, déjà oscarisé pour La vie des autres. Le film restant, The Guilty, a été récompensé à Sundance.

Géographiquement, on note deux films latino-américains, trois films européens et quatre films asiatiques. La bataille devrait se jouer entre la Palme d'or, Une affaire de famille, et le Lion d'or, Roma, diffusé par Netflix. Une bataille politique pour les votants en plus d'un choix cinématographique radicalement différent, qui pourrait finalement faire un gagnant, Cold war, du, déjà oscarisé, Pawel Pawlikowski.

Les nominations finales seront dévoilées le 22 janvier.

Birds Of Passage (Colombie), de Cristina Gallego et Ciro Guerra
The Guilty (Danemark), de Gustav Moller
Never Look Away (Allemagne), de Florian Henckel von Donnersmarck
Une affaire de famille - Shoplifters (Japon), de Hirokazu Kore-eda
Ayka (Kazakhstan), de Sergei Dvortsevoy
Capharnaüm (Liban), de Nadine Labaki
Roma (Mexique), d'Alfonso Cuaron
Cold War (Pologne), de Pawel Pawlikowski
Burning (Corée du sud), de Lee Chang-dong

SAG Awards 2019 : A Star Is Born et Netflix en tête des nominations

Posté par wyzman, le 12 décembre 2018

C'est aujourd'hui que le syndicat des acteurs de cinéma et de télévision américain dévoilait sa liste des nommés pour la cérémonie du 27 janvier 2019.

De belles surprises, de gros oublis

Comme annoncé plus haut, et sans surprise, c'est A Star Is Born qui fait une razzia de nominations avec pas moins de 4 mentions. Le film de et avec Bradley Cooper passe devant BlackKklansman et La Favorite, nommés trois fois chacun. Parmi les films qui ont reçu deux nominations, on trouve des incontournables (Black Panther, Vice, Green Book) et quelques inattendus (Can You Ever Forgive Me?, Bohemian Rhapsody).

Côté cinéma, les plus gros oublis concernent If Beale Street Could Talk, Roma, Les Veuves, First Man, Nicole Kidman (Destroyer, Boy Erased) et Ethan Hawke (First Reformed), tous oubliés. Côté séries, l'heure est à la fête. En effet, Robin Wright décroche une nouvelle nomination pour sa participation à la sixième et ultime saison de House Of Cards. Malheureusement, Donald Glover (Atlanta) et Julia Roberts (Homecoming) n'ont pas convaincu les 2100 membres de la Screen Actor Guild choisis au hasard et chargés de la composition des nominations.

FILMS

Meilleur acteur

Christian Bale, Vice
Bradley Cooper, A Star Is Born
Rami Malek, Bohemian Rhapsody
Viggo Mortensen, Green Book
John David Washington, BlacKkKlansman

Meilleure actrice

Emily Blunt, Mary Poppins Returns
Glenn Close, The Wife
Olivia Colman, The Favourite
Lady Gaga, A Star Is Born
Melissa McCarthy, Can You Ever Forgive Me?

Meilleur acteur dans un second rôle

Mahershala Ali, Green Book
Timothee Chalamet, Beautiful Boy
Adam Driver, BlacKkKlansman
Sam Elliott, A Star Is Born
Richard E. Grant, Can You Ever Forgive Me?

Meilleure actrice dans un second rôle

Amy Adams, Vice
Emily Blunt, A Quiet Place
Margot Robbie, Mary Queen of Scots
Emma Stone, The Favourite
Rachel Weisz, The Favourite

Meilleure distribution

A Star Is Born
Black Panther
BlacKkKlansman
Bohemian Rhapsody
Crazy Rich Asians

Meilleure équipe de cascadeurs dans un film

Ant-Man and the Wasp
Avengers: Infinity War
The Ballad of Buster Scruggs
Black Panther
Mission: Impossible – Fallout


SERIES

Meilleur acteur dans un téléfilm ou une mini-série

Antonio Banderas, Genius: Picasso
Darren Criss, Assassination of Gianni Versace
Hugh Grant, A Very English Scandal
Anthony Hopkins, King Lear
Bill Pullman, The Sinner

Meilleure actrice dans un téléfilm ou une mini-série

Amy Adams, Sharp Objects
Patricia Arquette, Escape at Dannemora
Patricia Clarkson, Sharp Objects
Penelope Cruz, Assassination of Gianni Versace
Emma Stone, Maniac

Meilleur acteur dans une série dramatique

Jason Bateman, Ozark
Sterling K. Brown, This Is Us
Joseph Fiennes, The Handmaid’s Tale
John Krasinski, Tom Clancy’s Jack Ryan
Bob Odenkirk, Better Call Saul

Meilleure actrice dans une série dramatique

Julia Garner, Ozark
Laura Linney, Ozark
Elisabeth Moss, The Handmaid’s Tale
Sandra Oh, Killing Eve
Robin Wright, House of Cards

Meilleur acteur dans une série comique

Alan Arkin, The Kominsky Method
Michael Douglas, The Kominsky Method
Bill Hader, Barry
Tony Shalhoub, The Marvelous Mrs. Maisel
Henry Winkler, Barry

Meilleure actrice dans une série comique

Alex Borstein, The Marvelous Mrs. Maisel
Alison Brie, GLOW
Rachel Brosnahan, The Marvelous Mrs. Maisel
Jane Fonda, Grace and Frankie
Lily Tomlin, Grace and Frankie

Meilleure distribution de série dramatique

The Americans
Better Call Saul
The Handmaid’s Tale
Ozark
This Is Us

Meilleure distribution de série comique

Atlanta
Barry
GLOW
The Kominsky Method
The Marvelous Mrs. Maisel

Meilleure équipe de cascadeurs dans une série

Glow
Marvel’s: Daredevil
Tom Clancy’s Jack Ryan
The Walking Dead
Westworld

Les critiques de Los Angeles plébiscitent Roma et Burning

Posté par vincy, le 10 décembre 2018

Le cinéma étranger a eu les faveurs des critiques de Los Angeles. Avec Roma, le mexicain Alfonso Cuaron a ainsi reçu deux prix, dont celui du meilleur film, tout en étant finaliste dans deux autres catégories. Cuaron réalise l'exploit de recevoir pour la 2e fois ce prix, 5 ans après Gravity. Il rejoint ainsi Ang Lee, Alexander Payne, Steven Spielberg, Martin Scorsese, Milos Forman et Clint Eastwood dans ce tableau d'honneur des cinéastes doublement primés par les LAFCAA.

Le sud-coréen Lee Chang-dong, avec Burning, a reçu deux prix lui aussi, tout en étant finaliste dans la catégorie meilleur film. La Palme d'or japonaise Une affaire de famille et le cinéaste nippon Hayao Myazaki ont également été distingués.

L'autre vainqueur de la soirée est Netflix avec les prix pour Roma mais aussi le prix du meilleur documentaire et une mention pour le film posthume restauré d'Orson Welles.

On retrouvera la plupart de ces films et personnalités récompensées aux Oscars. : parmi les meilleurs films récompensés, Les démineurs, Spotlight et Moonlight ont reçu l'Oscar du meilleur film.

Meilleur film: Roma (finaliste: Burning)
Meilleur réalisateur: Debra Granik pour Leave No Trace (finaliste: Alfonso Cuaron pour Roma)
Meilleur acteur: Ethan Hawke pour First Reformed (finaliste: Ben Foster pour Leave No Trace)
Meilleure actrice: Olivia Colman pour La Favorite (finaliste: Toni Collette pour Hereditary)
Meilleur second-rôle masculin: Steven Yeun pour Burning (finaliste: Hugh Grant pour Paddington 2)
Meilleur second-rôle féminin: Regina King pour If Beale Street Could Talk (finaliste: Elizabeth Debicki pour Les veuves)
Meilleur scénario: Nicole Holofcener et Jeff Whitty pour Can You Ever Forgive Me? (finaliste: Deborah Davis et Tony McNamara pour La favorite)
Meilleur film d'animation: Spider-Man New Generation (finalistes: Les indestructibles 2)
Meilleur film en langue étrangère ex-aequo: Burning, Une affaire de famille
Meilleur documentaire: Shirkers (finaliste: Minding the Gap)
Meilleure image: Roma (finaliste: If Beale Street Could Talk)
Meilleur montage: Minding the Gap (finaliste: Roma)
Meilleure musique: If Beale Street Could Talk (finaliste: First Man)
Meilleurs décors: Black Panther (finaliste: La Favorite)

Prix pour l'ensemble de sa carrière: Hayao Miyazaki
Prix Douglas Edwards pour un film expérimental: The Green Fog
Prix Nouvelle génération: Chloe Zhao
Mention spéciale: The Other Side of the Wind d'Orson Welles

Black Panther, A Star Is Born et Roma parmi les meilleurs films de 2018 selon l’AFI

Posté par wyzman, le 4 décembre 2018

Il y a quelques minutes, l'American Film Institute a dévoilé sa liste annuelles des meilleurs films de l'année.

Un palmarès éclectique

Comme chaque année depuis 2001, l'organisation fondée en 1967 par le producteur et scénariste George Stevens Jr. a tenu à récompenser les productions audiovisuelles les plus remarquables selon elle. Basée sur un vote de fiduciaires, universitaires, artistes et critiques, cette liste est toujours vue comme une surprise car elle mélange blockbusters, films indépendants et/ou d'auteur et demeure un bon indicateur pour la suite de l'awards season. Cette année, le cannois BlackKklansman et le très attendu If Beale Street Could Talk sont de la partie. Mais ce qu'il faut retenir, c'est que Roma, disponible le 14 décembre prochain sur Netflix, s'est vu remettre un prix spécial. L'organisme a tenu à saluer Alfonso Cuaron pour son travail d'excellence en dehors des critères de l'Institut pour les films américains. L'an dernier, Call Me By Your Name, Get Out et Wonder Woman faisaient partie des lauréats.

FILMS DE L'ANNEE

BlackKklansman
Black Panther
Eighth Grade
If Beale Street Could Talk
The Favourite
First Reformed
Green Book
Mary Poppins Returns
A Quiet Place
A Star Is Born

PRIX SPECIAL

Roma

Chronologie des médias et Netflix: la France et l’Italie divergent sur la stratégie

Posté par vincy, le 15 novembre 2018

Le Festival de Venise n'en finit pas de déclencher des répercussions sur la chronologie des médias. Les différents prix, dont le Lion d'or, obtenus par les productions Netflix, ont contraint la plateforme de streaming à revoir sa stratégie de distribution afin de pouvoir concourir aux Oscars.

Un décret italien souple

Mais cette fois-ci c'est un pays qui change ses règles. Le ministre de la Culture italien Alberto Bonisoli vient de signer un décret pour les œuvres cinématographiques de nationalité italienne bouleversant la chronologie des médias. Le délai de la fenêtre d'exclusivité de la salle est actée à 105 jours. Après ces trois mois et demi, un film peut-être diffusé sur n'importe quel autre support. Il y aura une exception: 60 jours pour la diffusion sur un autre support pour les films distribués sur moins de 80 copies ou ceux ayant récolté moins de 50000 entrées en 21 jours. Si un film tient l'affiche seulement rois jours, il pourra être diffusé ailleurs dix jours plus tard: une clause visiblement faite pour Netflix qui souhaite distribuer en salles certains de ses films seulement pour pouvoir concourir aux prix nationaux comme les Oscars. Cette fois-ci, l'ANICA, le syndicat des distributeurs, s'est félicité de cet accord.

Rappelons que la crise a été provoquée lors du Festival de Venise avec la projection dans la section Orizzonti de Sulla mia pelle (Sur ma peau) d'Alession Cremonini, film directement concerné par ces nouvelles règles. Le film a été distribué simultanément dans les salles par Lucky Red et sur Netflix. Les exploitants se sont alors insurgés de la concurrence déloyale de Netflix d'un côté et de la vitrine offerte à Netflix par le Festival de l'autre. Le président de Lucky Red avait d'ailleurs démissionné de l'ANICA. Lucky red a aussi distribué un autre film Netflix, 22 July de Paul Greengrass, durant quelques jours. Et Netflix annonce une sortie en décembre dans quelques cinémas de Roma, d'Alfonso Cuaron, Lion d'or à Venise.

C'est la première fois que l'Italie légifère sur la chronologie des médias.

Canal + plutôt que Netflix

A l'inverse, en France, le récent accord, il y a une semaine, entre Canal + et les organismes du cinéma (Blic, Bloc et L'ARP) ont modifié la chronologie des médias, sans résoudre le problème Netflix. Ce nouveau texte, qui rend pérenne le financement du cinéma français par Canal +, modifie à la marge les fenêtres d'exclusivité.

Toutes les fenêtres de diffusion sont avancées: 6 à 8 mois pour Canal + (ou OCS) au lieu de 10 par exemple. Une chaîne gratuite pourra diffuser les films à partir de 19 ou 22 mois au lieu de 30. Un service de streaming comme Amazon ou Netflix devront attendre 28 ou 30 mois après la diffusion en salles, au lieu de 36 actuellement. Un comble si le film est produit par une plateforme de SVàD. Pour la vidéo et la vidéo à la demande, le délai est de 4 mois sauf pour les films ayant réalisé moins de 10000 entrées (3 mois après la sortie en salles). Il y a aussi quelques dérogations et exceptions, notamment pour les documentaires et les fictions au budget inférieur à 1,5M€.

Netflix s’empare de Mademoiselle de Joncquières

Posté par redaction, le 10 novembre 2018

Netflix a acquis les droits de distribution internationaux (à l'exception de la France, du Benelux, de la Suisse et du Canada) du film d'Emmanuel Mouret, Mademoiselle de Joncquières.

Le film, présenté au Festival de Toronto en septembre, avait été dans la short-list pour représenter la France aux Oscars. Depuis sa sortie en salles en France, le film a séduit 530000 spectateurs, soit le plus gros succès du réalisateur.

L'adaptation d'un des récits de Jacques le Fataliste et son maître de Denis Diderot est portée par Cécile de France, connue du public anglophone pour ses rôles dans des blockbusters comme Le Tour du monde en 80 jours et Au-delà, ou des films qui ont bien voyagé à l'étranger tels L'Auberge espagnole, Quand j'étais chanteur, Un secret, Le Gamin au vélo et Django.

C'est la première fois qu'un film français va être ainsi distribué sur la plateforme au niveau mondial.