Fin de tournage pour le nouveau Nicloux, avec Houellebecq et Depardieu

Posté par vincy, le 23 décembre 2018

Gérard Depardieu et Michel Houellebecq vont être réunis sur le grand écran par Guillaume Nicloux selon Artmedia, l'agent de l'acteur, et AlloCiné. Ils viennent de terminer le tournage de C'est extra, produit par Sylvie Pialat et Benoît Quainon pour Les Films du Worso.

C'est extra suit le duo en cure dans un centre de thalassothérapie à Cabourg. "Ils tentent ensemble de survivre au régime de santé que l’établissement entend leur imposer. Mais des événements extraordinaires viennent perturber leur programme", selon le site Cineuropa. Le tournage a duré trois semaines. C'est sans doute le générique qui va faire hurler les anti-Trump (Houellebecq a récemment trouvé des qualités au président américain) et les anti-Poutine (le grand ami de Depardieu).

Avec le cinéaste, Gérard Depardieu a récemment interprété un écrivain désabusé dans Les Confins du monde, un film de guerre dans la jungle vietnamienne et un père égaré dans Valley Of Love. Il a aussi été quasiment seul à l'écran en incarnant un homme qui part à la chasse avec son chien mais ne retrouve pas son chemin pour sortir du bois dans The End.

Michel Houellebecq a joué son propre rôle pour Guillaume Nicloux dans la comédie loufoque et métaphysique, L'Enlèvement de Michel Houellebecq. L'auteur est kidnappé par un trio de pieds-nickelés - un gitan obèse et impulsif, un body-builder à fleur de peau et un adepte du free-fight - qui le séquestrent dans un petit pavillon du Loir-et-Cher. Houellebecq a réalisé l'adaptation de son roman La possibilité d'une île il y a 10 ans. Il a aussi été l'acteur principal de Near Death Experience de Benoît Delépine et Gustave Kervern.

L'écrivain provocateur, polémiste et pessimiste sortira son prochain roman, Sérotonine le 4 janvier.

L’enlèvement de Michel Houellebecq à ne pas manquer ce soir sur ARTE

Posté par vincy, le 27 août 2014

« Pour un mec fragile, il réagit plutôt bien »

L’enlèvement de Michel Houellebecq a été présenté comme un film de cinéma au dernier Festival de Berlin. Il sera diffusé comme un téléfilm de prestige sur Arte. Le réalisateur Guillaume Nicloux a d’ailleurs imaginé d’autres formats : quatre fois trente minutes ou dix fois une minute trente.

Reste que ce film (de cinéma car c’en est vraiment un) est l’une des œuvres les plus étranges et réussies du cinéma français ces derniers mois. Mixant une esthétique et des personnages proches des documentaires de Raymond Depardon avec une atmosphère et une intrigue rappelant les polars de Georges Simenon, Nicloux parvient à traduire la philosophie de son personnage central, l’écrivain Michel Houellebecq qui joue son « propre » rôle (tout en s’autorisant quelques digressions grâce à des situations forcément fictives).

Houellebecq est un vieil homme, attachant et touchant, vivant relativement modestement, observant le monde qui tourne mal et discutant avec des gens qu’il ne méprise jamais. Ce qui frappe c’est même sa curiosité. C’est de là que l’impossible devient possible : les ravisseurs qui vont le kidnapper (le récit se fonde sur une véritable rumeur qui a fait croire que le Prix Goncourt 2010 avait été enlevé) vont devenir ses potes.

Alors évidemment, ce faux misanthrope étale ses goûts : les médias le stresse, le bois clair fait scandinave, Mozart est surfait (« Beethoven c’est autre chose »), il chante du Delpech, ne supporte pas Le Seigneur des Anneaux, reconnaît que l’art actuel est dans une sale période (mais après tous dans les années 60 la littérature était nulle et les polars avaient un bon niveau), critique les couvertures de ses livres, le milieu littéraire conformiste (hétéro, alcoolique, conformiste), Le Corbusier et ses dalles urbaines, s’amuse de sa biographie mensongère, etc.

L’humour est caustique, pour ne pas dire cocasse, et donne au film une dérision inattendue, comme un joli vernis posé sur un réalisme cru. Nicloux filme des scènes courtes, les dialogues sont parfois fugaces. Il réutilise des acteurs et des décors de ses précédents films policiers poisseux. Et Houellebecq, « comédien » qui grommelle plus qu’il ne parle, épate par un charisme qu’on ne lui soupçonnait pas. Comme quoi l’esprit peut beaucoup au milieu de losers (les géoliers sont de bons gros gentils).
On en apprend beaucoup plus sur l’écrivain et sa vision du monde qu'avec n’importe quel reportage ou interview dont il est l'objet. Mais surtout, comme pour ses livres, « le plus important ce sont les personnages ». Et Nicloux porte une attention particulière à chacun d’entre eux. Son film est comme un anti-thriller. La famille est bienveillante, les preneurs d’otage aux petits soins». Malgré le huis-clos, il y a une véritable sensation de liberté qui se dégage de cette épopée de Pieds Nickelés prenant en otage Buster Keaton .

Contrairement au film de Benoît Delépine et Gustave Kervern, Near Death Expérience (en salles le 10 septembre), avec Michel Houellebecq « again », il s’agit avant d’une comédie empathique et drôle, sans peur ni reproches. Un film où Houellebecq hésite entre le bodybuilding et le Freefight, et préfère finir en roulant à 280 kilomètres/heure sur l’autoroute : on n’a qu’une vie. Autant la risquer. Ce qui ne l’empêche pas de parachever sa pensée par une intéressante opinion sur la démocratie et l’Europe. Car avant tout, l’écrivain ne veut pas convaincre mais éclairer. Et Nicloux lui fait bien prendre la lumière.

___________
L'enlèvement de Michel Houellebecq
Sur Arte le 27 août 2014 à 22h15
Un film de Guillaume Nicloux avec Michel Houellebecq dans son propre rôle, Luc Schwarz, Mathieu Nicourt et Maxime Lefrançois.
Meilleur scénario et mention spéciale du jury au Festival de Tribeca.

Bande annonce

Tourisme sexuel : sujet tabou pour le 7e Art

Posté par vincy, le 15 novembre 2009

Courrier International a souvent relaté des affaires de tourisme sexuel, et pa sseulement en Thaïlande mais aussi en Belgique ou en Espagne. Les interprétations autour du livre de Frédéric Mitterrand, La Mauvaise vie, ont été l'objet de manipulations et de justifications par toute la classe politique française. Il y décrivait précisément, mais plutôt pudiquement, une forme de consommation sexuelle de jeunes gens. Michel Houellebecq, dans Plateforme, avait été autrement plus cru et surtout amoral, en y voyant la seule issue à la déchéance de l'homme occidental. André Gide avait tracé la voix. Ce que, dans l'article de Akram Blekaïd (Le Quotidien d'Oran), on nomme "les salopards bedonnants à la peau cramoisie" (voir article dans Courrier International 991, du 29 octobre).

Le cinéma a souvent traité de toutes les formes de sexualité, dans tous les genres. Le tourisme sexuel, cependant, est plus rare. Hormis l'ambivalent chef d'oeuvre Mort à Venise - qui n'est pas à proprement parler lié au tourisme sexuel, mais peut s'y rapporter -  les rares films abordant le thème sont restés confidentiels. Combien de cinéastes ont été filmer les Occidentaux faisant leur marché à Phuket en Thaïlande, à Marrakech au Maroc, ou même de l'autre côté du périph', dans les banlieues de grandes villes? Sans oublier l'Europe de l'est (les mariages arrangés, façon Je vous trouve très beau), le Brésil, la Chine...
Sujet tabou. Seul Laurent Cantet a osé, récemment, aborder le tourisme sexuel a cinéma, avec Vers le sud, en 2005. Charlotte Rampling faisait son commerce de beaux blacks à Haïti. Comme d'autres femmes blanches le font au Sénégal ou en Jamaïque. Sinon on peut noter d'autres fictions comme le film allemand Via Appia (1990), How Stella Got Her Groove Back (1998), Shirley Valentine (1989)

Objet de documentaires essentiellement, de nombreux téléfilms, cette mondialisation et marchandisation de la sexualité répond surtout, pour certains, à un fantasme issu de la mode, de la littérature et du cinéma. Le cinéma coupable de nourrir le tourisme sexuel en glorifiant le culte de la jeunesse? En tout cas, il devient urgent qu'il apprte un point de vue sur ces moeurs, et ce, peu importe la morale.