Cannes 2017 – Télex du marché: Catherine Deneuve, Mamoru Hosoda, Mia Hansen-Love, Michael Moore et Jaoui-Bacri

Posté par vincy, le 19 mai 2017

- Auteure des récents documentaires La cour de Babel et Dernières nouvelles du cosmos, Julie Bertuccelli vient de commencer le tournage de son troisième film de fiction, produit par Les Films du Poisson et qui sera distribué par Pyramide. Le dernier vide-grenier de Claire Darling réunit une nouvelle fois Catherine Deneuve et sa fille Chiara Mastroianni, auxquelles s'ajoutent Alice Taglionu, Samir Guesmi, Laure Calamy, Olivier Rabourdin et Johan Leysen. Le scénario coécrit avec Sophie Fillières est l'adaptation du roman Le dernier vide-grenier de Faith Bass Darling (Actes sud) de Lynda Rutledge. L'histoire est celle d'une femme persuadée que c'est son dernier jour à vivre. Elle décide de vendre toutes ses antiquités dans son jardin, lui rappelant un à un toute sa vie passée.

- Mamoru Hosoda (Le garçon et la bête, Les Enfants loups Ame et Yuki, Summer Wars) a annoncé son nouveau projet au sein du Studio Chizu. Mirai (titre de travail) a été officialisé au marché du film de Cannes. Le film d'animation suivra un garçon âgé de quatre ans dont la vie va changer avec l'arrivée d'une petite sœur. Ce sera le début d'une aventure magique. Le jardin de sa maison se révèle en effet une passerelle permettant à Mirai de voyager vers le passé, où il rencontre ainsi sa mère, à l’époque où elle était petite fille, et son grand-père qui était alors un jeune adulte. Mais aussi sa sœurs quand elle aura grandit. Mirai, qui a peur que ses parents ne l'aiment plus, va alors comprendre son rôle de grand frère. Le réalisateur a écrit le scénario.

- Mia Hansen-Løve se lance dans un film entièrement en langue anglaise. Bergman Island rassemblera Greta Gerwig, John Turturro et Mia Wasikowska. La réalisatrice de L'avenir filmera ainsi un couple de cinéastes américains débarquant sur l’île de Farö, en Suède, où résidait le réalisateur Ingmar Bergman. Ils cherchent l'inspiration pour écrire, chacun de leur côté, leur nouveau film. Le film est produit par Charles Gillibert (CG Cinéma). Avant de le tourner dans un an, la réalisatrice filmera Maya, avec Roman Kolinka, Aarshi Banerjee et Cédric Kahn.

- Michael Moore revient au documentaire politique américain. Lui qui avait prévu la victoire de Donald Trump, a décidé de s'attaquer au nouveau Président des Etats-Unis, ou plutôt à sa nouvelle bête noire. Après Farhenheit 9/11 autour du 11 septembre, il a décidé de tourner Fahrenheit 11/9 (le 9 novembre étant la date où ont été proclamés les résultats de l'élection présidentielle). "Peu importe les révélations, il reste droit dans ses bottes. Les faits, la réalité, les méninges, rien ne l'atteint. Même quand il se fait mal lui-même, il se lève le lendemain et continue à tweeter. Tout ça termine dans ce film", a affirmé dans la presse américaine Michael Moore, au sujet de Trump. Les Weinstein reviennent dans la production, treize ans après la Palme d'or pour Farhenheit 9/11.

- Agnès Jaoui, membre du jury cannois, a dévoilé son prochain film, qu'elle a coécrit avec son complice Jean-Pierre Bacri une fois de plus. Place Publique, produit par SBS (Elle) et distribué par Le Pacte, se tournera cet été. Bacri incarnera un présentateur télé célèbre, qui retrouve ses vieux amis, dont son ex-femme, dans une soirée parisienne. Au cours de cette soirée, chacun constatera que le succès l'a changé. Alors que son ex-femme a conservé ses opinions politiques idéalistes, lui est devenu plus réaliste, voire cynique. Le film renoue avec l'esprit des deux pièces de théâtre adaptées au cinéma, Cuisine et dépendances et Un air de famille.

« Muslim Ban »: Asghar Farhadi boycotte les Oscars, Hollywood se révolte contre Trump

Posté par redaction, le 30 janvier 2017

Donald Trump a décidé par décret de bloquer l’accès aux Etats-Unis de ressortissants de sept pays musulmans et de réfugiés (Iran, Irak, Yémen, Somalie, Soudan, Libye et Syrie).

Il ne se doutait sans doute pas qu'il allait avoir des juges (qui ont suspendu le décret temporairement), des avocats et même Hollywood contre lui. Tout a commencé avec l'actrice iranienne Taraneh Alidousti, vedette féminine du film d'Asghar Farhadi, Le client, nommé à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère. La comédienne a annoncé dès le jeudi 26 janvier qu'elle boycotterait la cérémonie pour protester contre le projet de décret «raciste» du président américain concernant les immigrants musulmans. Elle l'a fait directement sur Twitter: "L'interdiction de visa portée par Trump contre les Iraniens est raciste. Qu'elle s'applique ou non à un événement culturel, je n'assisterai pas aux #AcademyAwards 2017 en signe de protestation".

Dimanche 29 janvier, c'est le réalisateur lui-même Asghar Farhadi, Oscar du meilleur film en langue étrangère et nommé à l'Oscar du meilleur scénario pour Une séparation, qui a finalement renoncé à faire le voyage à Los Angeles pour la cérémonie des Oscars le 26 février. Les agences de presse iraniennes étaient visiblement heureuses que le cinéaste s'oppose à l'administration Trump - pour l'Iran, ce décret est "un cadeau pour les extrémistes" et le pays a annoncé qu'il allait appliquer la réciprocité et interdire l'entrée des ressortissants américains.

"Pas acceptable"

Initialement le réalisateur devait venir aux Oscars, accompagné de son chef opérateur. Le communiqué d'Ashgar Farhadi a gelé sa décision qu'il justifie ainsi: "Mon intention n’était pas de ne pas assister à la cérémonie ou de la boycotter pour montrer mes objections (aux politiques de Trump), car je sais que beaucoup de gens dans l’industrie américaine du cinéma et au sein de l’Académie des arts et sciences du cinéma sont opposés au fanatisme et à l’extrémisme qui règnent plus que jamais aujourd’hui. Mais il semble maintenant que la possibilité même de ma présence soit soumise à des “si” et des “mais” et ce n’est pas acceptable pour moi, même si l’on venait à faire exception pour mon voyage."

Il ajoute une tonalité engagée, plus surprenante quand on connait son discours plutôt consensuel et rarement polémique sur les sujets politiques. "Durant des années, des deux côtés de l’océan, des groupes de gens adeptes d’une ligne dure ont essayé de présenter à leur peuple des images irréalistes et effrayantes des gens d’autres cultures afin que les différences deviennent des désaccords, les désaccords des inimitiés et les inimitiés des peurs. Instiller la peur de l’autre est un des moyens préférés pour justifier des comportements extrémistes et fanatiques par des gens étroits d’esprit." Notons qu'il reprend là l'élément de langage du pouvoir iranien (qui, rappelons-le, n'a pas vraiment de leçons à donner concernant la liberté d'expression et l'ouverture au monde).

"Muslim Ban" et bouclier de protestations

A Hollywood aussi on s'offusque de ce décret. Les stars tweetent leur colère et leur choc. L'Académie des Oscars a officiellement protesté, "extrêmement troublée qu'on puisse barrer l'entrée du pays à cause de la religion ou du pays d'origine". Au festival de Sundance lors de la cérémonie du palmarès et à la soirée des Producers Guild Awards, toutes deux samedi soir, ou à la remise des prix des Screen Actors Guild Awards hier soir, les artistes n'ont pas eu leur langue dans la poche. Lily Tomlin a même comparé les tactiques de Trump à celles des Nazis.
Le "Muslim Ban" devrait être dans toutes les têtes (et quelques vannes) aux prochains Oscars. Aux SAG Awards, John Legend, producteur de La La Land, acteur, auteur et chanteur, a rappelé que "Los Angeles est le foyer de tellement d'immigrants, de tellement de personnes créatives, de tellement de rêveurs. Notre Amérique est grande, elle est libre et elle est ouverte aux rêveurs de toutes les races, de tous les pays, de toutes les religions. Notre vision de l'Amérique est directement antithétique de celle du président Trump. Je veux spécifiquement rejeter ce soir sa vision et affirmer que l'Amérique doit être meilleure que ça."

Le réalisateur Michael Moore s'est lui excusé au nom des "dizaines de millions d'Américains".

Deauville way of life: une ouverture en toute sécurité

Posté par cynthia, le 4 septembre 2016

Oyé oyé cinéphiles, Deauville a ouvert ses portes étincelantes ce week-end sous le signe de la sécurité. Entre les vigiles qui ont doublé de volume (on joue à où est Charlie pour se retrouver entre collègues dans la foule) et les dispositifs anti-camion (des blocs de pierre qui font penser à Hunger Games), la ville n'a pas minimisé les moyens pour notre sécurité. Mais cela est loin d'être critiquable après les événements tragiques survenus dans notre pays et ce dispositif de sécurité (qui ne fait pas plaisir à tous les festivaliers) n'enlève en rien le glamour du festival normand.

Ce 42e festival s'est ouvert en l'honneur de la douce et belle Chloé Grace-Moretz venue chercher son prix du Nouvel Hollywood (on attend Daniel Radcliffe avec impatience) avant de continuer avec le film Infiltrator de Brad Furman avec Bryan Cranston et Diane Kruger. Entre films de flic, de drogue et biopic, nos rétines ont été émerveillées en quelques minutes. Nous ne pouvons pas dire la même chose pour le film Certain Women de Kelly Reichardt avec Kristen Stewart. En bref, si vous souffrez d'insomnie ce film vous aidera à trouver le sommeil...un sommeil comateux!

Heureusement Captain Fantastic de Matt Ross, The Free World de Jason Lew et Le Teckel de Wiener-Dog ont redoré le blason du cinéma américain lors de ce week-end d'ouverture. De quoi nous mette en bouche pour la semaine pluvieuse qui nous attend!

Des hommages à gogos

Deauville c'est aussi des hommages . L'occasion de voir des stars de prêts donner des discours émotifs. Outre la graine de star Chloé Grace-Moretz, Stanley Tucci l'acteur caméléon a foulé le tapis rouge et puis s'en est allé. Tandis que Michael Moore a posé un lapin justifié (problème familial) à l'assemblée tout en nous laissant avec son dernier petit bijou Where To Invade Next.

Le prochain hommage sera dédié à l'acteur le plus paradoxal qui soit: James Franco, l'intellectuel, le narcissique accro aux réseaux sociaux et aux multiples casquettes (acteur, producteur, réalisateur, écrivain et même peintre).

Deauville 2016 rend hommage à Chloë Grace-Moretz, Daniel Radcliffe, James Franco, Michael Moore et Stanley Tucci

Posté par cynthia, le 1 septembre 2016

Oyé oyé cinéphiles !  J-1 avant l'ouverture du 42e festival de Deauville. Comme tous les ans, nous serons présents, comme tous les ans nous avons tellement hâte d'y être que nos bagages sont déjà prêts depuis longtemps (peut-être trop longtemps, même...) et comme tous les ans cette grande fête du cinéma américain met à l'honneur une pléiade de stars !

Cette année, ce sont la belle Chloë Grace-Moretz (Kick Ass, La 5e vague...), récemment vue dans le second volet de Nos pires voisins, et l'acteur britannique aux yeux revolver Daniel Radcliffe (que l'on ne présente plus tant il reste pour toujours attaché au personnage d'Harry Potter) qui sont à l'honneur dans la catégorie "Le nouvel Hollywood" (puisque le cinéma c'est comme la garde de la Reine : il faut bien une relève).

Aux côtés de ces deux étoiles loin d'être filantes, le festival rend hommage au réalisateur Michael Moore (Bowling for Columbine, Fahrenheit 9/11) qui présentera Where to invade next, son nouveau film, l'acteur et réalisateur James Franco (127 heures, La planète des singes, Tandis que j'agonise...) et l'acteur et réalisateur Stanley Tucci (Kiss of death, Lovely bones, Hunger games...).

Tout ça met en bouche... il n'y a donc plus qu'à espérer le soleil (bien qu'on s'apprête à passer 20h par jour dans les salles, ce qui nous évitera de tomber dans la polémique du burkini) et en avant pour la nouvelle édition de l'un des plus célèbres festivals de cinéma du monde !

Deauville rendra hommage à Michael Moore

Posté par vincy, le 19 juillet 2016

Le 42e Festival du cinéma américain de Deauville qui se déroulera du 2 au 11 septembre rendra un hommage au documentariste et auteur Michael Moore, en sa présence, à l'occasion de la présentation en avant-première de son nouveau film Where to Invade Next. Le film sortira en salles le 14 septembre.

Dans Where to Invade Next, Michael Moore enfile le costume de l’envahisseur qui débarque de l’autre côté de l’Atlantique. Son but ? Importer les meilleures pratiques des pays étrangers pour changer l’avenir des États-Unis. En pleine campagne présidentielle, où le match Hillary Clinton/Donald Trump s'annonce aussi violent qu'incertain, cela aurait pu faire l'effet d'une bombe. Malheureusement, sorti trop tôt, en février dernier aux Etats-Unis, avec un Michael Moore malade, et incapable d'assurer la promotion de son film, le box office avait été décevant (3,8M$).

Dans le communiqué, le Festival de Deauville rappelle que Michael Moore "promène sa caméra le long des chemins et, avec sa seule parole, tient tête aux hommes de pouvoir les plus féroces." Il "est un héros américain, protégeant son pays de son pire ennemi : les États-Unis. D’un film à l’autre, il cherche à dissiper un rêve américain bâti sur des mirages : la toute-puissance patronale avec Roger et moi ou The Big One, le port d’arme dans Bowling for Columbine, la politique militaire postcoloniale de Georges W. Bush dans Farhenheit 9/11 (Palme d'or à Cannes), l’avidité du système de santé dans SiCKO ou encore les dérives du modèle économique dans Capitalism: A Love Story. En bientôt trente ans d’activisme artistique, Michael Moore s’est imposé comme un maître en la matière, pétrissant le réel et la fiction pour en extraire toute la vérité."

La 66e Berlinale : 18 films pour un Ours d’or

Posté par vincy, le 11 février 2016

Le jury du 66e Festival de Berlin présidé par Meryl Streep, entourée de Lars Eidinger (acteur), Nick James (critique), Brigitte Lacombe (chef op), Clive Owen (acteur), Alba Rohrwacher (actrice) et Ma?gorzata Szumowska (réalisatrice), va devoir choisir entre 18 films de la compétition pour trouver le successeur de Taxi Téhéran de Jafar Panahi.

Même si la Berlinale ne se résume pas à cette sélection (la section Panorama, plus éclectique et cosmopolite, est souvent la plus intéressante), même si les 30 ans des Teddy Awards feront aussi l'événement, il y a parmi ces films un Ours d'or qui fera parler de lui.

Côté français, Mia Hansen-Love, André Téchiné et Vincent Perez seront en lice. D'Amérique du nord, on verra les nouveaux films de Denis Coté et Jeff Nichols. Et puis il y a de grands noms du cinéma mondial: Yan Chao de Chine, Lav Diaz des Philippines, Thomas Vinterberg du Danemark, Danis Tanovic de Bosnie... La compétition accueille même deux documentaires et deux premiers films.

Hors compétition, les Coen, Delépine et Kervern Lee Tamahori, Dominik Moll et Spike Lee feront sensation au Berlinale Palast. Et dans les séances spéciales on attend les films de Terence Davies, Don Cheadle, Kiyoshi Kurosawa et Michael Moore.

Notons dans la section panorama la présence des films de Olivier Ducastel et Jacques Martineau (Théo et Hugo dans le même bateau), Rachid Bouchareb (La route d'Istanbul), d'Oliver Schmitz (Shepherds and Bitchers), de Bouli Lanners (Les premiers, les derniers), de Daniel Burman (El rey del once) et de Wayne Wang (While the Women Are Sleeping)

La Berlinale n'a pas particulièrement misé sur le glamour cette année, à l'exception du tapis rouge pour Avé César! des frères Coen et son casting de folie en ouverture: Josh Brolin, George Clooney, Alden Ehrenreich, Tilda Swinton et Channing Tatum. Mais plusieurs stars sont attendues: Isabelle Huppert, Gérard Depardieu, Sandrine Kiberlain, Michael Shannon, Ewan McGregor, Colin Firth, Emma Thompson, Nicole Kidman, Jude Law, Daniel Brühl, Kirsten Dunst, Jennifer Ehle, Steve Coogan, James Franco, Julianne Moore, Greta Gerwig...

Berlin 2016: ce que l’on sait déjà de la future Berlinale

Posté par vincy, le 22 décembre 2015

La 66e Berlinale aura lieu du 11 au 21 février 2016. Et une bonne partie de son contenu est en partie révélée. Les Coen, Michael Moore, Jeff Nichols côté américains mais aussi Vincent Perez, Bouli Lanners, Ducastel et Martineau côté français participeront à cette édition qui projettera des films venus d'Inde, du Ghana, du Canada ou encore d'Europe centrale.

Voici en 12 points ce que l'on sait.

Une présidente de jury royale: Meryl Streep a accepté, pour la première fois, de présider un grand jury international. Ours d'or d'honneur en 2012, Berlinale Camera en 199 et prix d'interprétation féminine en 2003, c'est une habituée du festival. Lire aussi notre article du 14 octobre

Une ouverture impériale avec Hail, Caesar! des frères Joel et Ethan Coen, présidents du jury cannois en mai dernier. Le film a un chouette pédigrée avec la présence au générique de George Clooney, Ralph Fiennes, Jonah Hill, Scarlett Johansson, Frances McDormand, Tilda Swinton et Channing Tatum. C'est la deuxième fois que les Coen ouvrent la Berlinale, quatre ans après True Grit. Lire aussi nos articles sur le film

La sélection officielle a déjà quelques uns de ses titres. En compétition: Boris sans Béatrice de Denis Coté (Canada, avec Denis Lavant et James Hyndman) ; Genius de Michael Grandage (premier film, Royaume Uni, avec Colin Firth, Jude Law, Nicole Kidman, Laura Linney et Guy Pearce) ; Seul à Berlin de Vincent Perez (France-Allemagne, avec Brendan Gleeson, Emma Thomson et Daniel Brühl) ; Midnight Special de Jeff Nichols (Etats-Unis, avec Michael Shannon, Kirsten Dunst, Adam Driver, Joel Edgerton) ; Zero Days d'Alex Gibney (Etats-Unis). En séances spéciales: The Music of Strangers: Yo-Yo Ma and the Silk Road Ensemble de Morgan Neville (documentaire) ; The Seasons in Quincy : Four portraits of John Berger, de Colin MacCabe, Christopher Roth, Bartek Dziadosz et Tilda Swinton (documentaire) ; Where to Invade Next de Michael Moore (documentaire).

Une nouvelle charte visuelle. L'Ours, symbole du festival, n'est plus graphique. L'illustration fait place à la photo avec une série de six images ou un ours se promène la nuit dans les lieux les plus connus de Berlin (Alexander Platz, le métro jaune, ...).La campagne a été imaginée par Velvet agency.

Les Teddy Awards ont 30 ans. La section Panorama lui fera honneur avec une projection spéciale de la version restaurée d'Andels als die Andern (Different from the Others), premier film gay de l'histoire réalisé en Allemagne en 1919 par Richard Oswald. A l'occasion de cet anniversaire, seront aussi projetés des films de Lothar Lambert, Ulrike Ottinger, Chantal Akerman,  récemment disparue, Isaac Julien, Barbara Hammer et Agusti Vilaronga. Lire aussi nos nos articles sur les Teddy Awards

La section Panorama accueille le premier film ghanéen de l'histoire du Festival. Au programme de cette section parallèle, souvent considérée comme la plus riche: I Olga Hepnarova de Tomas Weinreb et Petr Kazda ; Junction 48 de Udi Aloni ; Les premiers, les derniers de Bouli Lanners ; Maggie's Plan de Rebecca Miller ; Nakom de Kelly Daniela Norris et TW Pittman ; Remainder d'Omer Fast ; On the Other Side de Zrinko Ogresta ; Starve your Dog d'Hicham Lasri ; Sand Storm d'Elite Zexer ; Théo et Hugo dans le même bâteau d'Olivier Ducastel et Jacques Martineau ; The Ones Below de David Garr ; War on Everyone de John Michael McDonagh.

Un hommage et un Ours d'or d'honneur pour Michael Ballhaus. Le chef opérateur légendaire a travaillé avec Fassbinder, Scorsese, Schlöndorff, Sayles, Redfotd, Nichols et Coppola.  La cérémonie aura le 18 février, avec la projection de Gangs of New York, film présenté hors-compétition à Berlin en 2003. Ballhaus a déjà été président du jury de Berlin en 1990 et avait reçu le prix Berlinale Camera en 2006. L'hommage comprendra la projection de 10 films.

Generation 2016, le programme jeunesse pour les enfants et les adolescents. In your dreams de Petr Oukropec ; Born to Dance de Tammy Davis ; Girl Asleep de Rosemary Myers ; Las Plantas de Roberto Davis ; Sairat (Wild) de Nagraj Manjule ; Rag Union de Mikhail Mestekiy : What's in the Darkness de Ychun Wang ; Fortune Favors the Brave de Norbert Lechner ; Young Wrestlers de Mete Gümürhan ; Rauf de Baris Kaya et Soner Caner ; Siv Sleeps Astray de Catti Edfeldt et Lena Hanno Clyne ; Ted Sieger's Molly Monster de Ted Stieger, Matthias Bruhn et Michael Ekbladh ; Zud de Marta Minorowicz

Perspektive Deutsche's Kino a 15 ans. Wer ist Oda Jaune de Kamilla Pfeffer ; Las cuatro esquinas del circulo de Katarina Stankovic ; Liebmann de Jules Hermann ; Agonie de David Clay Diaz ; Pallasseum de Manuel Inacker ; Valentina de Maximian Feldmann.

Le jury du court métrage réunit cette année Sheikha Hoor Al-Qasimi (Emirats Arabes Unis), Katerina Gregos (Grèce) et Avi Mograbi (Israël).

Une rétrospective qui regarde le rétroviseur. La rétrospective de la Berlinale sera consacrée à l'Allemagne en 1966, quand le pays redéfinissait son rapport au cinéma avec l'émergence de nouveaux talents tels Volker Schlöndorff, Alexander Kluge, Peter Schamoni...

Un marché du cinéma européen (European Film Market) déjà complet. Plus de 8000 professionnels sont déjà attendus. Une nouvelle initiative a été lancée avec les Drama Series Days qui font entrer la Berlinale de plein pieds dans l'industrie du documentaire télévisuel.

Un réalisateur nommé aux Oscars retenu par les douanes américaines

Posté par vincy, le 21 février 2013

Emad Burnat (en photo sur l'affiche) est nommé aux prochains Oscars pour son documentaire 5 Caméras brisées, qui est sorti hier en France. Son arrivée à l'aéroport de Los Angeles mardi 19 février ne s'est pourtant pas passée sans heurts. Le cinéaste palestinien a été retenu plus d'une heure par les services de l'immigration. "La nuit dernière, j'ai été interrogé pendant une heure avec ma famille par les services de l'immigration américaine de Los Angeles sur les raisons de mon voyage aux Etats-Unis", a expliqué le réalisateur dans un communiqué.

Il a du prouver qu'il était bien nommé aux Oscars. Les douaniers lui ont en effet signifié que son voyage en famille (il est accompagné de sa femme et de son fils) n'était pas justifié et l'ont menacé de le renvoyer en Turquie, d'où son avion provenait.

Dans un entretien au Huffington Post, il a précisé : "Il y a 500 points de contrôle israéliens, des barrages routiers et de nombreuses barrières qui empêchent tout mouvement sur nos terres, et pas un seul d'entre nous ne passe à  travers l'expérience que nous avons vécue aujourd'hui avec ma famille".

C'est Michael Moore, alerté par un SMS du réalisateur, qui a répandu la nouvelle sur Twitter. "Apparemment, les officiers des services de l’immigration et des douanes ne comprenaient pas comment un Palestinien pouvait être nominé aux Oscar".Il ajoute : "Bien qu’il ait montré l’invitation des nominés aux Oscars qu’il avait reçue, ça n’était pas suffisant. On l’a menacé de le renvoyer en Palestine." Il a ensuite joué les chevaliers : "J'ai appelé des membres de l’Académie des Oscars. Ils ont contacté des avocats. J’ai dit à Emad de donner mon numéro de téléphone aux officiers et de leur répéter qui j’étais."

Jusque là Emad Burnat n'avait jamais été inquiété par les douanes américaines (c'est son sixième voyage aux USA). Finalement, il a reçu le droit de rester sur le sol américain, pour une semaine.

Il est le premier réalisateur palestinien à être nommé aux Oscars. 5 Caméras brisées est coréalisé par Emad Burnat et l'israélien Guy Davidi. Le documentaire suit Emad, paysan, vit en Cisjordanie. Il y a cinq ans, au milieu du village, Israël a élevé son "mur de séparation", expropriant 1 700 habitants de la moitié de leurs terres, pour "protéger" la colonie juive qui doit abriter 150 000 résidents. Les villageois s'engagent dès lors dans une lutte non violente pour obtenir le droit de rester propriétaires de leurs terres, tout en essayant de coexister pacifiquement avec les Israéliens.


Hollywood annule ses soirées glam après la tuerie de Newton

Posté par vincy, le 20 décembre 2012

C'est Noël au box office, mais les traditionnelles avant-premières festives ont été annulées. Après la tuerie de l'école élémentaire de Newton, les studios ont préféré faire preuve d'humilité, de gravité, et la rigueur financière n'est pas pour leur déplaire.

Bref, pas question pour les stars de fouler le tapis rouge et de défiler au bar à cocktails. The Weinstein Company a a annulé la soirée prévue pour l'avant-première de Django Unchained. La Fox a rayé de l'agenda "people" l'avant-première et la soirée de Parental Guidance (titre ironique faisant référence aux niveaux de censure des films aux USA) et retardé l'avant-première de Pittsburgh de Jack Reacher.

Il faut dire que le débat est passionnel aux USA. Suite au massacre de Newton, la NRA (National Rifle Association) a logiquement accusé Hollywood d'être responsable de la violence ambiante du pays et rappelé que le droit de posséder une arme était constitutionnel en Amérique. Aucune étude ne prouve les propos de ce lobby surpuissant. C'est d'ailleurs Absurde quand on sait que la violence dans les films ou les jeux est encadrée par un système de "protection" des mineurs assez rigoureux, même si ce système de classification est très hypocrite, plaçant un sein dénudé au même rang qu'un meurtre de sang froid...

Mais, quelques mois après la folie meurtrière d'Aurora à une avant-première de The Dark Knight Rises, les Américains commencent à s'interroger sur ce droit constitutionnel d'accéder facilement à des armes lourdes. Tous les Américains ne s'en plaignent pas puisque les armes à feu ont été l'un des cadeaux vedette de Noël. Entre ceux qui sont partisans d'un contrôle plus strict et d'autres qui préfèreraient donner des armes aux enseignants, le président Obama, qui tend vers la première option, devra faire preuve de pédagogie.

On n'y croit moyennement. Déjà après le carnage de Columbine (qui a inspiré le roman puis le film We need to talk about Kevin, la Palme d'or Elephant et le documentaire Bowling for Columbine), on imaginait que les mentalités allaient changer. Michael Moore a d'ailleurs diffusé gratuitement son docu sur le Net juste après les événements de Newton. Et pourtant les mentalités ne changent pas et une étude récente montrait même que le nombre d'actes gravement violents avait doublé en 50 ans dans les James Bond.

Toujours plus? Mais jusqu'à quand?

Avant-première tragique pour The Dark Knight Rises

Posté par matthieu, le 20 juillet 2012

Gros choc en cette première journée de la sortie du film le plus attendu de l'année aux USA, une des midnight-showing de The Dark Knight Rises à Aurora (banlieue de Denver) a engendré un fait divers de grande ampleur avec des spectateurs tués en pleine séance. Au total, James Holmes, le tueur plus tard interpellé sur le parking du cinéma, âgé d'une vingtaine d'années, a fait au moins 12 morts et plus d'une cinquantaine de blessés, soit 'lune des tueries les plus meurtrières de ces vingt dernières années. Certains spectateurs ont mis plusieurs secondes avant de se rendre compte que les coups de feu ne provenaient pas de la scène d'action du film qui défilait à l'écran, puis se sont rués vers la sortie. L'Amérique est sous le choc, allant jusqu'à mettre en pause la campagne politique, et l'évènement trouve des conséquences dans le reste du monde, ne serait-ce qu'à Paris où la promotion du film est elle-aussi annulée.

Le dernier volet de la trilogie devait être projeté en France vendredi soir dans un cinéma sur les Champs-Elysées mais la soirée est tombée à l'eau alors même que l'essentiel avait déjà été installé devant le cinéma : tapis noir, affiches, accueil pour photographes etc. Selon des membres du personnels, quelques dizaines de futurs spectateurs attendaient déjà leur séance devant le cinéma lorsque les opérations de démontage ont débuté. Sans surprise, les interviews prévues à la télévision française (le 20h de TF1 avec Marion Cotillard et Morgan Freeman, devant être enregistré en fin de matinée) ont elles aussi été annulées.

La Warner Bros a donc tout logiquement décidé de respecter les victimes en arrêtant sa campagne promotionnelle qui sévissait pourtant depuis des mois et s'accentuait ces dernières semaines.

Recettes records

Frank Fania, porte-parole de la police, a déclaré à CNN que le tireur était muni d'un fusil et de deux armes de poing en plus de porter un gilet pare-balles. Les témoins ont été rassemblés par la police dans un lycée des environs, selon M. Oates. Un témoin interrogé par CNN a raconté avoir vu "un type qui montait lentement les marches et a ouvert le feu au hasard". Une autre personne interrogée a déclaré à CNN : "Nous avons entendu 10 à 20 tirs et de petites explosions venant de partout. Nous avons entendu des gens hurler peu après. Puis on nous a dit d'évacuer les lieux par haut-parleur. Dès que nous sommes sortis, nous avons vu les gens courir partout en hurlant."

Cet évènement qui marque non pas seulement la sortie du film mais l'Amérique toute entière n'a toutefois pas empêché au film de réaliser des recettes records attendues avec $80M-$85 ce vendredi. Reste que si le bouche à oreille quant à sa qualité sera présent, c'est surtout les caméras portées sur l'affaire qui vont à la fois pouvoir restreindre ou bénéficier au succès du film, entre la crainte générale d'une récidive d'un tueur fou en quête de buzz et engouement soudain qui va amener Batman à se faire connaître dans des publics moins occupés par le cinéma. Des doutes persistent quant à sa diffusion à venir, des rumeurs dans la soirée faisaient même état d'un report de sortie voire annulation de certaines séances, démenties depuis. La sécurité sera par contre augmentée à certains endroits.

En fin de journée, Christopher Nolan s'est enfin exprimé (exceptionnellement, nous laissons le texte en anglais, ndlr) : "Speaking on behalf of the cast and crew of The Dark Knight Rises, I would like to express our profound sorrow at the senseless tragedy that has befallen the entire Aurora community. I would not presume to  know anything about the victims of the shooting but that they were there last night to watch a movie. I believe movies are one of the great American art forms and the shared experience of watching a story unfold on screen is an important and joyful pastime. The movie theatre is my home, and the idea that someone would violate that innocent and hopeful place in such an unbearably savage way is devastating to me. Nothing any of us can say could ever adequately express our feelings for the innocent victims of this appalling crime, but our thoughts are with them and their families."

Rememeber Columbine

C'est donc une sortie nationale endeuillée pour ce troisième opus tant attendu et qui risque à la longue d'impacter sur ce film puisque l'on parle aujourd'hui autant de ses qualités ou de ses défauts que du fait divers auquel il est malgré lui désormais lié. Triste sort pour cette fin de trilogie donc, mais ayant peu de risque d'impacter son box office.

En tout cas, entre la relance du débat sur la diffusion d'armes librement aux États-Unis, arrêt subit de promo et trauma général, The Dark Knight Rises vient de se faire une place dans l'histoire de l'Amérique. Pas sûr que cette place au côté du massacre de Columbine fut celle souhaitée. Columbine (rappelez vous le documentaire de Michael Moore sur une tuerie dans un lycée) est à 30 kms d'Aurora.