Maroc: record de tournages étrangers, fréquentation des salles en baisse

Posté par vincy, le 10 mars 2015

Année faste pour le Maroc, qui est redevenu une destination très en vogue auprès des producteurs internationaux. En 2014, le Royaume est resté le lieu de tournage préféré dans le monde arabe pour les studios hollywoodiens, devant les Emirats Arabes Unis (qui ont pourtant attiré Star Wars et Fast & Furious 7).

Selon le Centre cinématographique marocain, les productions étrangères ont dépensé 120 millions de $ en 2014, un record. C'est davantage que les sommes dépensées par les tournages internationaux pour les cinq dernières années cumulées. Au total, 38 productions étrangères ont été accueillies dans le royaume dont 27 longs métrages et 11 séries. A cela il faut ajouter 104 documentaires étrangers.

Tom Cruise, Bradley Cooper, Daniel Craig...

Le Maroc a été choisi pour Mission: Impossible 5 (avec l'autoroute Marrakech-Agadir fermée pendant deux semaines), des scènes d'American Sniper, d'Exodus, d'Hercule, de Sage & Milo (de Zack Snyder), d'Un hologramme pour le Roi (de Tom Tykwer), de Rock The Kasbah (de Barry Levinson), de Queen of the Desert (de Werner Herzog) et du prochain James Bond, Spectre. A la fin du printemps 007 reviendra à Tanger pour une durée de tournage beaucoup plus longue. Côté français, Les chevaliers de Joachim Lafosse, Bang Bang d'Eva Husson, de Le front du wakhan de Clément Cogitore et Eden de Mia Hansen-Love font partie des tournages sur le sol marocain.

Deux films français dans le Top 10

Malgré cela, la fréquentation des cinéma américains est en baisse avec 1,64 million d'entrées en 2014, soit un million de moins qu'en 2009. Trois films marocains - Derrière les portes fermées, Road to Kaboul, Sara - dominent le Top 10 qui comprend deux films français (Lucy, Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu?), trois films américains, une coprod franco-américaine (Non-stop) et un film indien (Dhoom 3). 45 films marocains sont sortis en salles et représentent 29% de parts de marché (contre 40% pour les USA, 10% pour l'Inde et 6% pour la France). 12 films marocains ont été primés dans les Festivals étrangers.

Le Maroc compte 32 complexes cinématographiques. les plus importants sont à Casablanca, Marrakech, Fès et Rabat. Le groupe français Megarama possède trois des quatre multiplexes les plus fréquentés et attire 66% des recettes dans le pays.

Toutes les statistiques

Le cinéma algérien : une centralisation inquiétante en échange de nouveaux moyens

Posté par vincy, le 20 janvier 2011

Hors-la-Loi de Rachid Bouchareb, représentant l'Algérie aux Oscars pour la catégorie meilleur film étranger, fait partie des neuf finalistes dans la course (il n'en restera que cinq au final). Une bonne nouvelle, mais paradoxale. En effet, le film se déroule quasiment intégralement en France, alors que le film français qui prend pour cadre l'Algérie, Des Hommes et des Dieux, a été éliminé de la compétition.

Dans le même temps, le Sénat algérien se félicitait d'avoir voté (facilement) une nouvelle Loi qui, pourtant, mécontente certains professionnels et a provoqué de nombreux débats. Pour les plus critiques, la Loi officialise une censure et une volonté d'étouffer la production cinématographique.

La ministre de la Culture, Khalida Toumi, affirme pourtant que cette loi « n'entrave en rien les libertés individuelles et collectives et ne porte nullement atteinte à la liberté d'expression ». « Les dispositions prévues par ce projet  définissent le cadre juridique devant régir les activités cinématographiques et les développer sur le plan économique ».

Pour le gouvernement, la loi est une amélioration de celle de 1967 (quand fut créé l'Office national pour le commerce et l'industrie cinématographiques), en vue de restaurer le prestige du cinéma algérien et d'encourager sa professionnalisation. La loi prévoit notamment un allègement des mesures procédurales liées à la production de films dans le cadre des conventions cinématographiques  gouvernementales.

Les films historiques examinés avant financement

Mais quid de l'article 05 qui prévoit qu'une œuvre cinématographique sur la révolution doit au préalable recevoir l'aval du Conseil des ministres avant de bénéficier des aides, puisées dans les recettes publicitaires, que l'Etat leur a promis? «Il est inadmissible de produire des films glorifiant le colonialisme  et le rôle des harkis », s’est insurgée la ministre ajoutant que « l'histoire, notamment  celle de la guerre de Libération est chose sacrée en Algérie.» « On ne verrouille pas. Il y a le principe du droit. Tout est permis sauf ce qui est interdit par la loi », a ajouté Noureddine Othmani, conseiller au ministère de la culture. Il a relevé que le ministère des Moudjahidine est l’autorité habilitée à donner son accord sur des projets de films liés à l’histoire et que ceux-ci devront respecter la vérité historique. En septembre, Rachid Bouchareb tenait un discours plus subtil et équivoque, appelant au contraire à explorer l'Histoire sous tous ses angles : "Les choses vont se régler et les relations (entre la France et l'Algérie) vont aller plus loin quand le passé colonial sera évoqué, complètement évoqué, et que tout sera dit."

Ce contrôle sur la création est-il acceptable en échange de nouvelles ressources financières? Après un âge d'or dans les années 70 (dont une Palme d'or à Cannes en 1975 à Mohamed Lakhdar Hamina pour Chroniques des années de braise), quand une quarantaine de films voyaient le jour chaque année, le cinéma algérien a disparu dans les années 90. Seules quelques coproductions, souvent françaises, ont permis de lui faire traverse deux décennies de disette. Et même s'il émerge de nouveau  depuis quelques années, il n'est pas vu : les chaînes de télévision n'ont aucune contrainte de quotas. Le Ministère souhaiterait aussi voir naître des émissions sur le cinéma.

60 projets cinématographiques pour Tlemcen 2011

La Loi est plus déterminée sur sa volonté de changer la diffusion des films en salles. « Nous allons travailler, pour la première fois, avec un cahier des charges pour les salles de cinéma. Il faut respecter les normes internationales. Ce cahier va définir les conditions de classification des salles, les conditions de projection, l’accès aux mineurs, la sécurité et la programmation » affirme le Ministre. Il ne reste plus que 26 salles privées (contre 424 en 1962) et 227 salles municipales, une cinémathèque et un festival réputé (Oran). À Alger, il ne reste que 7 salles! Plusieurs salles de cinéma ont été détournées de leur vocation. Le Ministère voudrait récupérer celles-ci, ainsi que toutes celles qui ont été fermées. Il en a déjà repris une quarantaine et veut en rénover 300. Un multiplexe français Megarama (déjà installé au Maroc, voir actualité du 14 janvier 2011) va ouvrir à Alger cette année. Quelques unes ont été refaites à neuf. Mais, comme ailleurs en Afrique, la trop longue disparition du 7e art a conduit les cinéphiles à se rabattre sur les DVD et les Home-Cinema.

Pour Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011, 60 projets cinématographiques sont déjà annoncés. De louables intentions entachées par ce soupçon : le ministère de la culture centralise tout et conduit à un cinéma d'État. Au cours des cinq prochaines années, des studios de cinéma seront construits sur le budget de l’Etat et les négatifs de films algériens, entreposés à l’étranger, seront rapatriés. Le ministère de la Culture voudrait aussi reprendre les laboratoires cinématographiques appartenant à l’ENTV (chaîne de TV nationale).

Tout cela ne résout pas clairement le principal problème des artistes : le manque de moyens, financiers et techniques.

Pour sauver son cinéma, le Maroc va construire plus de salles

Posté par vincy, le 14 janvier 2011

Le Maroc a décidé de faire son bond en avant en augmentant de 50% le nombre d'écrans d'ici à 2012. La nouvelle loi permettant d'obtenir des exonérations fiscales pour la construction de cinémas a déjà permis à deux multiplexes d'être en chantier et à plusieurs cinémas des six principales villes de s'équiper en projection numérique.

Avec seulement 72 écrans, dont 15 dans le multiplexe de Casablanca et 10 dans celui de Marrakech (tous deux gérés par la société française Megarama), le retard était indispensable à combler. Les deux multiplexes représentent 54% des recettes annuelles et 36% des entrées : il était urgent de mieux répartir l'attraction cinématographique.

Megarama construit donc un complexe de 9 écrans dans la capitale Rabat et un autre de 10 écrans dans la ville portuaire de Tanger. À chaque fois, sur le modèle existant en Occident, ils sont intégrés dans des centres commerciaux sortant de terre.

D'autres centres commerciaux devraient appliquer la règle à Fez, Agadir et Meknes. Des villes comme Ouarzazate et Sale songent à reconvertir des salles en cinémas numériques de un ou deux écrans.

Au total, 250 écrans devraient être répartis dans le Royaume d'ici 2015, dont la moitié équipés en numérique. Ces nouveaux équipements sont très attendus par les producteurs nationaux. Avec 30% de part de marché, le cinéma marocain est l'un des plus dynamiques d'Afrique. Hassan Benjelloun, qui vient de remporter le prix du meilleur scénario au Festival d'Oran pour son film Les oubliés de l'histoire, un film controversé à cause de ses nombreuses scène de sexe, a déclaré mardi au journal Le Matin : "Le cinéma marocain, selon moi, est en effervescence. En effet, actuellement on a plus de salles de projections, plus de festivals de renommée internationale. Également, on peut voir l'ouverture de plusieurs écoles de cinéma, de théâtre et ce à travers tout le Royaume."

Le Maroc est considéré comme un partenaire international fiable pour le 7e art international, avec des studios et des professionnels ayant une longue expérience dans le domaine, et un Festival (Marrakech) qui gagne en respect chaque année.

Pour le Maroc il s'agit surtout de ne pas se faire doubler par les aspirations de l'Algérie, qui monte en puissance : Festival d'Oran, nouvelles lois favorisant la production, nouvelles salles...

Après des années de disette, où les salles disparaissaient les unes après les autres (357 dans les années 90, 104 en 2007) et une baisse du nombre d'entrées qui accompagnait ce fléchissement (37 millions d'entrées en 1987, moins de 3 millions en 2009), , il fallait réagir avant que le piratage et la vidéo ne prennent l'ascendant dans les habitudes (voir aussi notre actualité du 23 novembre 2008).

Par conséquent, pour sauver des salles de cinéma au Maroc, une association (« Save Cinemas In Marocco »), présidée par le jeune comédien Tarik Mounim (photo), a lancé le SCIM Tour 2011. "À travers les écoles privées et publiques du Maroc, l'association Save Cinemas In Marocco lance une série de débat accompagnée d'exposition sur le thème de l'histoire du cinéma. Les étudiants participants pourront profiter d'une journée découverte à travers le SCIM Ciné Tour."  Visites guidées des cinémas  de studio de production, rencontres avec des professionnels de l'industrie du cinéma au Maroc, le SCIM Tour 2011 a été reçu à l'école HEM de Casablanca mercredi dernier.