Toronto 2019: Deux films avec Scarlett Johansson plébiscités par le public

Posté par vincy, le 16 septembre 2019

A Toronto, c'est le public qui choisit. Le People's Choice Award est d'autant plus convoité que les lauréats ont souvent fini aux Oscars, voire remporter l'Oscar du meilleur film. Ce fut le cas l'an dernier avec Green Book ou en 2013 avec Twelve Years a Slave. Depuis 2012, ce sont d'ailleurs des films nord-américains qui dominent le palmarès avec, en plus des deux précédemment cités, Happiness Therapy, The Imitation Game, Room, La La Land et Three Billboards.

C'est encore le cas cette année avec Jojo Rabbit, le film décalé de Taika Waititi, qui, du coup, se retrouve parmi les oscarisables inattendus. Distribué par Fox Searchlight, cette comédie noire sur l'Allemagne nazie met en scène Scarlett Johansson, Sam Rockwell, Rebel Wilson, et le réalisateur, dans le rôle d'un Hitler bouffon et imaginaire. Cette "satire anti-haine" sera dans les salles en janvier 2020.

Scarlett Johansson a décidément du flair. Entre deux Marvel, soucieuse de revenir à des films d'auteur et des personnages plus riches, elle est à l'affiche de Marriage Story, film Netflix de Noah Baumbach en compétition à Venise, qui se retrouve deuxième du classement. Là encore, quelques nominations aux Oscars sont à prévoir.

Ces deux films surclassent la Palme d'or Parasite (qui vise aussi les Oscars dans plusieurs catégories).

Dans la section Midnight Madness, c'est The Platform, thriller dystopique de Galder Gaztelu-Urrutia, qui a remporté les suffrages du public, devant The Vast of Night de Andrew Patterson, un film Amazon, et Blood Quantum de Jeff Barnaby, un film Apple. Et pour le prix du public dans la catégorie documentaire, le vainqueur est The Cave de Fera Fayyad, devançant I am not alone de Garin Hovannisian et Dads de Bryce Dallas Howards..

De multiples prix sont remis au TIFF, certains récompensant des films vus en avant-première mondiale ou internationale, d'autres déjà récompensés à Cannes ou à Venise.

Prix Mary Pickford pour un talent féminin: Mati Diop (Atlantique)

Section Platform
Meilleur film: Martin Eden de Pietro Marcello
Mentions spéciales: Anne at 13000 ft de Kazik Radwanski et Proxima d'Alice Winocour

Meilleur film canadien: Antigone de Sophie Deraspe.
Meilleur premier film canadien: The Twentieth Century de Matthew Rankin
Mention spéciale: The Body Remembers When the World Broke Open de Elle-Maija Tailfeathers et Kathleen Hepburn

Netpac Award (meilleur film d'Asie-Pacifique): 1982 de Oualid Mouaness

Prix Fipresci
Section Discovery: Murmur d'Heather Young
Section présentations spéciales: How to Build a Girl de Coky Giedroyc

Cannes 2019: la Palme d’or pour Parasite de Bong Joon-ho

Posté par vincy, le 25 mai 2019

"Les récompenses d'aujourd'hui ne reflèteront que l'opinion de neuf personnes dans le monde" - Alejandro González Iñárritu

C'était impossible en effet de satisfaire tout le monde. la presse a hué le prix pour les Dardenne, modérément apprécié celui pour Emily Beecham. On peut regretter que Almodovar, Sciamma, et surtout Suleiman (qui hérite d'une nouveauté, la mention spéciale, comme si la Palestine n'avait pas vraiment le droit d'exister au Palmarès) soient sous-estimés dans la hiérarchie. Mais on peut aussi se féliciter que deux premiers films de jeunes cinéastes soient primés, contrastant avec la seule grosse erreur du palmarès, le prix de la mise en scène pour les indéboulonnables Dardenne, plutôt que de le donner à Almodovar, Sciamma, Suleiman, Mendonça Filho, Malick ou Tarantino.

Le cinéma français en tout cas repart flamboyant, contrairement à l'année dernière, tandis que le cinéma nord-américain a été snobé. La diversité aussi a été gagnante. Cela fait plaisir de voir une telle variété de cinéastes aux parcours si différents, du Sénégal à la Palestine en passant par le 9-3 et la Corée du sud. C'est réjouissant de voir le cinéma brésilien, que l'actuel de gouvernement menace par des coupes dans le financement, couronné hier à Un certain regard (A lire ici: Tous les prix remis à Cannes) et ce soir par un prix du jury. A travers le double prix du jury pour Les Misérables et Bacurau, présentés le même jour, ce sont ces deux films de résistance et de chaos social et citoyen qui ont été distingués.

Ce fut un grand moment, aussi, de partager le sacre d'un Antonio Banderas, qui a le droit à une ovation pour son plus grand rôle en 40 ans, dédiant sa récompense à son mentor, Pedro Almodovar, qui manque une fois de plus la Palme d'or, mais peut se consoler avec le succès public de son film et les excellentes critiques reçues.

Le jury d'Alejandro González Iñárritu a du faire des choix dans cette sélection "incroyable", avec une mix de "réalisateurs iconiques, des nouvelles voix du monde entier dans différents genres".

Cette diversité des genres, avec des thrillers, des films fantastiques, et souvent un cinéma engagé qui évoque les luttes de classes, a été récompensée. C'est en cela où Parasite, grand film populaire admirablement maîtrisé, parfaite synthèse de ce que le Festival a montré, en insufflant du politique dans le suspens, de l'intelligence dans le divertissement, mérite sa Palme. A l'unanimité. Il pouvait remporter chacun des prix du jury tant le résultat est magistral. Un an après un drame familial social japonais (Une affaire de famille de Kore-eda), c'est un autre drame familial social, mais coréen, qui l'emporte. Comme deux faces d'une même pièce, chacun dans leur style et leur sensibilité.

C'est enfin la première fois que le cinéma sud-coréen remporte la prestigieuse récompense du Festival de Cannes. Il était temps.

Palme d'or: Parasite de Bong Joon-ho (à l'unanimité)

Grand prix du jury: Atlantique de Mati Diop

Prix du jury ex-aequo: Les Misérables de Ladj Ly et Bacurau de Juliano Dornelles et Kleber Mendonça Filho

Prix de la mise en scène: Jean-Pierre et Luc Dardenne (Le jeune Ahmed)

Prix d'interprétation masculine: Antonio Banderas (Douleur et gloire)

Prix d'interprétation féminine: Emily Beecham (Little Joe)

Prix du scénario: Céline Sciamma pour Portrait de la jeune fille en feu

Mention spéciale: It Must Be Heaven d'Elia Suleiman

Caméra d'or: Nuestras madres de César Diaz (Prix Sacd à la Semaine de la Critique)

Palme d'or du court-métrage: La distance entre nous et le ciel de Vasilis Kekatos (Queer Palm du court-métrage)
Mention spéciale: Monstre Dieu de Agustina San Martin

Cannes 2019 : Qui est Mati Diop ?

Posté par MpM, le 16 mai 2019

Les fées qui se sont penchées sur le berceau de Mati Diop ne manquaient ni de bienveillance ni de discernement. La jeune femme, fille du musicien Wasis Diop, a en effet croisé sur son chemin Claire Denis, Sharunas Bartas, et surtout Djibril Diop Mambéty, le grand cinéaste sénégalais qui n’est autre que son oncle. Même si elle explique l’avoir peu connu, c’est lui qui semble avoir guidé ses premiers pas de cinéaste, en lui inspirant le film Mille soleils qui l’a révélée.

Flash back. En 2008, Mati Diop joue la fille d’Alex Descas dans 35 Rhums de Claire Denis. Elle vient de passer plusieurs semaines dans le studio de Sharunas Bartas près de Vilnius, expérience "romanesque" mais "chaotique", et pourtant "très forte et très enrichissante", et a d’ores et déjà compris que le cinéma est son destin. Coïncidence, 2008 est le 10e anniversaire de la mort de Djibril Diop Mambéty, et la future cinéaste réalise le poids de cet oncle réalisateur dans le cinéma mondial.

"Mesurer cette absence a alimenté le besoin de me retourner sur mon histoire et sur mes origines cinématographiques", expliquait-elle aux Inrocks en 2014. "Je me mets à parler de mon oncle avec mon père et je constate que lui-même a besoin d’en parler. On évoque beaucoup Djibril, ses films, et je me suis concentrée sur Touki Bouki [le premier film du cinéaste sénégalais, qui avait été présenté à la Quinzaine des réalisateurs en 1973. Il raconte le rêve des deux personnages principaux de partir en France, et leurs combines pour trouver l’argent du voyage.] Mon histoire familiale m’a été transmise comme une légende, quelque chose de très romanesque et, d’emblée, elle s’inscrivait dans de la fiction. Et quand j’ai su que les acteurs de Touki Bouki ont suivi la même trajectoire que leurs personnages, j’ai su qu’il y avait un film : un dialogue avec Touki Bouki et avec mon histoire familiale." Mati Diop décide alors d’aller à Dakar, de retrouver les comédiens, et notamment l’acteur principal Magaye Niang, pour renouer avec le film, et le faire dialoguer avec le sien.

Elle mûrira ensuite le projet pendant cinq ans, passant entre temps par l’excellente école nordiste du Fresnoy, et tournant plusieurs courts métrages dont Atlantiques, un documentaire sur un jeune homme de 20 ans qui s’apprête à tenter la traversée de l’Atlantique pour rejoindre l’Europe. Repéré au Festival "Cinéma du Réel" du Centre Pompidou en 2010, il y reçoit une mention spéciale, mais aussi le Tigre du meilleur court métrage à Rotterdam.

Mati Diop n’en a pas fini avec le sujet, et y reviendra d’ailleurs presque dix ans plus tard dans son premier long métrage. Mais avant cela, elle termine le projet consacré à son oncle : ce sera le moyen métrage Mille soleils, mélange de documentaire et de fiction, pensé comme une enquête intime à la fois dans l’histoire familiale de la réalisatrice et dans celle de son personnage principal Magaye Niang. Le film reçoit plusieurs récompenses dont le Grand Prix à Marseille, et le prix du moyen métrage à Amiens. Il reçoit surtout un immense succès critique, et bénéficie d’une sortie en salles en avril 2014.

Cinq ans plus tard, Mati Diop fait donc son entrée dans la compétition cannoise, avec un premier long métrage longtemps intitulé La prochaine fois, le feu, et qui s’appelle désormais plus prosaïquement Atlantique, en écho au court métrage du début des années 2010 dont il est en quelque sorte le prolongement. La réalisatrice y revient sur le sujet de l’exil et des dangers de la traversée, à travers une intrigue qui se déroule à Dakar. Sans star et sans fard, ancré dans une réalité humaine forte, c'est a priori l'un des films les plus excitants de la sélection.