Cannes 2018 : la croisette côté courts

Posté par MpM, le 12 mai 2018

Puisque l’on vient (aussi) à Cannes pour y faire des découvertes, impossible de négliger l’offre de courts métrages présents sur la Croisette cette année, et qui réserve à la fois des retrouvailles avec des réalisateurs confirmés et des rencontres déterminantes.

Il y a cinq lieux pour voir des courts métrages sur la Croisette : à la Semaine de la Critique (10 films en compétition et 3 en séance spéciale), à la Quinzaine des Réalisateurs (10 films en compétition dont un moyen métrage de 44 minutes), en compétition officielle (8 Films), à la Cinéfondation, la compétition des films d’école (17 films) et au short film corner, où sont disponibles en visionnage à la demande tous les courts métrages qui y ont été soumis.

Parmi les réalisateurs déjà identifiés, il y a bien entendu Marco Bellocchio, de retour à la Quinzaine avec La lotta. On notera aussi la belle séance spéciale de la Semaine de la Critique qui réunit Bertrand Mandico (dont on vient de découvrir le premier long métrage, Les Garçons sauvages) avec Ultra pulpe, le cinéaste grec Yorgos Zois (Casus Belli, Interruption) avec Third kind et Boris Labbé (Orogenesis) avec La chute dont nous vous parlions dans notre Focus sur l’animation.

En vrac, on retrouvera également les nouveaux films de Jacqueline Lentzou (Hector Malot - The Last Day Of The Year - son précédent Hiwa était à Berlin) à la Semaine de la Critique, Raymund Ribay Gutierrez en compétition officielle (Judgment - après Imago, déjà présenté à Cannes), Celine Held et Logan George également en section officielle (Caroline - on les avait repérés au festival du film fantastique de Strasbourg avec Mouse), Carolina Markowicz (O Orfao - après le film d'animation Tatuapé Mahal Tower, qui a fait le tour du monde) ou encore Juanita Onzaga (Our song to war - après The Jungle Knows You Better Than You Do, prix du jury international à Berlin) toutes deux à la Quinzaine.

Parmi les découvertes, il faudra suivre de près le film chilien El verano del leon electrico de Diego Cespedes à la Cinéfondation, le (très) jeune réalisateur portugais Duarte Coimbra à la Semaine de la Critique avec Amor, Avenidas Novas, le moyen métrage qui s'annonce assez déjanté La Chanson à la Quinzaine (l'adaptation par Tiphaine Raffier de son spectacle du même nom) ou encore la comédie Pauline asservie de Charline Bourgeois-Tacquet avec Anais Demoustier à la Semaine. Sans oublier tous les films d’animation que nous avions détaillés lors du Focus.

L’année dernière, trois courts métrages présentés à Cannes ont ensuite connu une carrière exceptionnelle : The burden de Niki Lindroth von Bahr (qui a remporté des prix partout où il est passé, y compris le prix du court métrage de l'année), Los Desheredados de Laura Ferres (primé à Cannes puis nommé aux European Awards) et Pépé le morse de Lucrèce Andreae (César du meilleur court métrage d'animation). Ne ratez pas ceux qui leur succéderont cette année.

Cannes 2016: la sélection « poids lourd » de la Quinzaine des réalisateurs

Posté par vincy, le 19 avril 2016

La sélection d'Edouard Waintrop, soit 18 longs métrages et 12 courts métrages, compense toutes les absences inattendues de la Sélection officielle. Même si Bonello n'y est toujours pas, ni Zlotowski, on note quand même de gros poids lourds avec la présence de deux documentaristes réputés - Sébastien Lifshitz, César pour Les invisibles, et Laure Poitras, Oscar pour Citizenfour. A cela s'ajoute l'un des films d'animation français les plus attendus, Ma vie de courgette. Et donc quelques noms souvent habitués des grands festivals comme Marco Bellocchio, Paul Shrader, Alejandro Jodorowski; Joachim Lafosse; Pablo Larrain, Kim Nguyen ou encore Paolo Virzi. L'Italie, quasiment absente de la sélection officielle, trouve à la Quinzaine de quoi se faire une place au soleil dans cette édition cannoise avec trois cinéastes. Tout comme l'Inde avec le retour du réalisateur d'Ugly, Anurag Kashyap, ou le Canada avec deux réalisateurs. Notons aussi que la section parallèle présentera le film posthume de Solveig Anspach, L'effet aquatique. On soulignera aussi la présence de vedettes comme Gérard Depardieu, Bérénice Bejo (dans deux films), Nicolas Cage, Valeria Bruni-Tedeschi, Gael Garcia Bernal, Sophie Nélisse ou encore Dane DeHaan.

Ouverture: Fai bei sogni (fais de beaux rêves) de Marco Bellocchio

Clôture: Dog eat dog de Paul Schrader

Sélection

Divines de Uda Benyamina - 1er film

L’économie du couple de Joachim Lafosse

L’effet aquatique de Solveig Anspach

Fiore de Claudio Giovannesi

La pazza gioia (Like crazy) de Paolo Virzi

Ma vie de courgette de Claude Barras - 1er film (animation)

Mean dreams de Nathan Morlando

Mercenaire de Sacha Wolff  - 1er film

Neruda de Pablo Larrain

Poesía sin fin (endless poesy) de Alejandro Jodorowsky

Raman raghav 2,0 (Psycho Raman) de Anurag Kashyap

Risk de Laura Poitras (documentaire)

Tour de France de Rachid Djaidani

Two lovers and a bear de Kim Nguyen

Les vies de Thérèse de Sébastien Lifshitz (documentaire)

Wolf and sheep de Sadat Shahrbanoo - 1er film

Poitiers Film Festival: la leçon de cinéma de Pierre Schoeller (L’exercice de l’Etat)

Posté par cynthia, le 5 décembre 2015

pierre schoeller poitiers film festival

César du meilleur scénario pour L'exercice de l'État en 2012, le scénariste et réalisateur Pierre Schoeller a honoré l'Auditorium du Poitiers Film Festival de sa présence pour une leçon de cinéma.

"L'écran est une surface où on y met des images...tel un peintre sur sa toile." Le réalisateur nous offre en hors-d'œuvre l'introduction du film Persona de Ingmar Bergman. Et quoi de plus fort que ce film pour nous transporter dans un autre monde et ainsi rentrer dans le vif du sujet: le cinéma, un monde à part et si plaisant! Comme Pierre Schoeller l'explique, avec Persona nous sommes "proches de l'onirisme, proches d'un médium", ce film lui a montré à quel point "un début pouvait être crucial pour un film." Le réalisateur montre son envie de voir autant de liberté dans le cinéma actuel et que toute personne devrait avoir cette liberté afin de faire un film. Passionné par le film de Bergman, il nous propose un extrait d'un film qui s'en est inspiré, Le sourire de ma mère de Marco Bellocchio où les messages subliminaux se reflètent dans le scénario de ce film Italien.

"Les cinéastes sont là et ce sont eux qui nous construisent en tant que spectateurs et cinéastes!" Le réalisateur a donc été construit par les autres, les génies du septième art d'antan. Quoi de plus logique donc de nous présenter un extrait du sublime et déstabilisant Opening Night de John Cassavetes. Une fan écrasée par le chauffeur de son actrice favorite... une belle mort? Plutôt un tourment pour la sublime Gena Rowlands.

Mais où voulait en venir Pierre Schoeller avec ses extraits? Bien évidemment à nous expliquer comment il a attrapé le virus du cinéma et surtout comment il en a fait son métier! Ainsi la scène d'introduction du film L'Exercice de l'État lui a été inspiré par Bergman mais aussi par les films japonais (Les hommes en noir) dont il est fan.

Et c'est là que la magie a réellement commencé... Pierre Schoeller nous a confié ses secrets de fabrication au point qu'on a eu envie de faire un film! Afin de briser un peu le mythe du crocodile, il faut savoir que ses grognements étaient ceux d'un furet et non d'un vrai crocodile. Par contre, on ne sait pas si Olivier Gourmet a réellement été au garde-à-vous en dessous de la ceinture... on n'a pas osé demandé. "Il faut beaucoup de chance pour faire un film!" avoue le cinéaste au public en guise d'introduction à son explication de la scène de l'accident. Si elle est spectaculaire à ce point dans L'Exercice de l'État, c'est que le réalisateur a regardé de nombreuses vidéos d'accident avant de réaliser celle-ci. Une équipe de cascadeurs a dû faire le reste, non pas sans difficultés. Qu'est-ce que vous avez imaginé? C'est très difficile de faire tourner une voiture plusieurs fois. Alors que dans le scénario plusieurs tonneaux étaient prévus, en réalité ils n'ont réussi à en faire que deux... la magie du son s'est chargée du reste et à créer l'illusion d'un accident de dingue!

Parabole pour une définition du cinéma: douce et exaltante tromperie qu'on adore aimer à l'infini.

Venise 2015: L’Attente, The Danish Girl, Sangue del mio sangue, Non essere cattivo parmi les premiers récompensés

Posté par vincy, le 12 septembre 2015

Venise 2015Avant le palmarès final de la 72e édition du Festival international du film de Venise, de nombreuses récompenses ont déjà primé les films toutes sélections confondues (lire aussi le palmarès des Venice Days 2015).

Si Marco Bellocchio s'octroie le convoité prix de la critique internationale avec Sangue del mio Sangue et The Danish Girl repart avec le Queer Lion, quelques films comme L'attente, avec Juliette Binoche et Lou de Lâage, Beixi moshuo de Liang Zhao, Blanka de Kohki Hasei et Spotlight de Thomas McCarthy ont récolté plus d'un prix parallèle. Mais la razzia provient de Non essere cattivo, premier film de l'ancien documentariste Claudio Caligari en 17 ans et qui se voit couronné par 8 prix au total!

Prix FIPRESCI
Sangue del mio sangue de Marco Bellocchio
Prix SIGNIS
Beixi moshuo (Behemoth) de Liang Zhao
Mention spéciale: L’attesa (L'attente) by Piero Messina
Leoncino d'Oro Agiscuola  per il Cinema Award
L’attesa (L'attente) by Piero Messina
Prix Francesco Pasinetti Award
Non essere cattivo by Claudio Caligari
Meilleur acteur: Luca Marinelli (Non essere cattivo)
Meilleure actrice: Valeria Golino (Per amor vostro)
Prix spécial: La prima luce de Vincenzo Marra
Prix Brian
Spotlight by Thomas McCarthy
Queer Lion Award
The Danish Girl de Tom Hooper
Mention spéciale: Baby Bump de Kuba Czekaj
Prix jeunesse Arca Cinema
Meilleur film: Abluka (Frenzy) de Emin Alper
Meilleur film italien; Pecore in erba de Alberto Caviglia
Prix FEDIC
Non essere cattivo dey Claudio Caligari
Mention spéciale: L’attesa (L'attente) de Piero Messina
Prix Fondazione Mimmo Rotella
Alexander Sokurov (Francofonia)
Prix spéciaux: Johnny Depp et Terry Gilliam
Prix Future Film Festival Digital
Anomalisa de Charlie Kaufman & Duke Johnson
Prix P. Nazareno Taddei
Marguerite de Xavier Giannoli
Prix Lanterna Magica (CGS)
Blanka de Kohki Hasei
Open Award
Carlotta Cerquetti (Harry’s Bar)
Prix Lina Mangiacapre
Laurie Anderson (Heart of a Dog)
Mouse d'Oro Award
Meilleur film: Rabin, The Last Day de Amos Gitai
Meilleur film hors compétition: Spotlight de Tom McCarthy
Prix Gillo Pontecorvo - Arcobaleno Latino
Non essere cattivo de Claudio Caligari
INTERFILM Award
Wednesday, May 9 de Vahid Jalilvand
Prix Vittorio Veneto Film Festival
Remember d'Atom Egoyam
Mention spéciale: 11 minut (11 Minutes) de Jerzy Skolimowski
Prix “Civitas Vitae prossima”
Alberto Caviglia (Pecore in erba)
Prix Green Drop
Beixi moshuo (Behemoth) de Liang Zhao
Soundtrack Stars Award
A Bigger Splash de Luca Guadagnino
Equals de Drake Doremus
Prix pour l'ensemble de sa carrière: Nicola Piovani
Prix Carlo Mazzacurati
Non essere cattivo de Claudio Caligari
Human Rights Nights Award
Rabin, The Last Day de Amos Gitai
Prix AssoMusica “Ho visto una Canzone”
La chanson “A cuor leggero” de Riccardo Sinigallia dans Non Essere Cattivo
Prix “Sorriso diverso Venezia 2015”
Meilleur film italien Non essere cattivo de Claudio Caligari
Meilleur film en langue étrangère: Blanka de Kohki Hasei
Prix Amnesty International Italia “ Il cinema per i diritti umani”
Visaaranai (Interrogation) de Vetri Maaran
Prix CITC – UNESCO 2015
Beasts of No Nation de Cary Fukunaga
Prix Nouveau Talent
Meilleur espoir féminin: Ondina Quadri (Arianna de Carlo Lavagna)
Meilleur espoir masculin: Alessandro Borghi  (Non essere cattivo de Claudio Caligari)
Prix de la meilleure innovation budgétaire
A Bigger Splash de Luca Guadagnino

Cannes 2015 – Les télex du marché: Natalie Portman en France, Bardem & Cruz, Béjo & Bellocchio, Firth & Law et La Mouette

Posté par vincy, le 14 mai 2015

marché du film - cannes

- Natalie Portman profite de sa venue au Festival de Cannes pour annoncer ses projets. La réalisatrice et actrice de A Tale of Love and Darkness (Hors compétition) tournera de nouveau en France, 21 ans après Léon plus précisément chez Rebecca Zlotowski (Belle Epine, Grand Central). Pour son prochain film, Planetarium, la cinéaste a aussi enrôlé Lily-Rose Depp, la fille de Vanessa Paradis et Johnny Depp. Drame se déroulant dans les années 30, le récit suit deux sœurs qui semblent posséder une capacité surnaturelle à entrer en contact avec des fantômes et croisent le chemin d'un producteur de films.

- Outre le prochain Besson, Valérian, EuropaCorp a annoncé un film sur Pablo Escobar, avec le duo espagnol, et couple à la ville, Javier Bardem et Penelope Cruz. Le biopic s'inspirera des Mémoires de Virginia Vallejo, non traduites en France, Amando a Pablo, odiando a Escobar. La journaliste avait notamment révélé avoir eu une relation avec le chef de cartel colombien dans les années 80, ce qui la conduisit à l'exil, après avoir du cesser son métier. Fernando Leon de Aranoa (a href="http://www.ecrannoir.fr/films/films.php?f=649">Les lundis au soleil devrait réaliser ce projet. Il est en sélection cette année à la Quinzaine des réalisateurs avec Perfect Day.

- Bérénice Béjo continue de tourner à l'étranger. Elle sera du prochain Marco Bellocchio, Fai bei sogni. Bellocchio vient de terminer L'ultimo vampiro? sans doute sélectionné à Venise cette année. Béjoy sera la compagne et le soutien moral d’un homme (Valerio Mastandrea) en lutte contre le traumatisme causé par la mort prématurée de sa mère quand il avait 9 ans. Il s'agit de l'adaptation du roman autobiographique du journaliste italien Massimo Gramellini, Fais de beaux rêves, mon enfant, paru en 2013 en France. Le tournage vient de commencer.

- Lionsgate a réalisé une des grosses acquisitions du marché en achetant les droits de distribution de Genius, pour un peu moins de 4M$. Ce drame en milieu littéraire oppose l'éditeur de F. Scott Fitzgerald et Ernest Hemingway, Max Perkins, au romancier Thomas Wolfe. Le premier sera incarné par Colin Firth et le second par Jude Law. Au casting on retrouvera aussi Laura Linney, Nicole Kidman (qui a déjà joué avec les deux comédiens), Guy Pearce (en Fitzgerald) et Dominic West (en Hemingway).

- La Mouette, le classique de Tchekhov maintes fois adapté au cinéma, va être de nouveau transposer sur grand écran, avec Saoirse Ronan, Annette Bening et Corey Stoll en vedettes. Le film sera réalisé par le metteur en scène de Boradway Michael Mayer et scénarisé par le dramaturge Stephen Karam.

Locarno 2015: Un prix honorifique pour Marco Bellocchio

Posté par vincy, le 12 mai 2015

Le cinéaste italien Marco Bellocchio recevra un Pardo d’onore Swisscom (Léopard d'honneur) pendant le 68e Festival du film de Locarno pour l'ensemble de sa carrière. L'hommage sera accompagné d'une Master Class et de la projection en public sur la Piazza Grande de I pugni in tasca (Les Poings dans les poches), son premier film, 50 ans après sa première projection à Locarno.

6 fois en compétition à Cannes, Bellocchio a reçu de nombreux prix tout au long de sa carrière: Prix spécial du jury à Berlin en 1991 pour Autour du désir, David di Donatello du meilleur réalisateur pour Le saut dans le vide en 1980 et pour Vincere en 2009, Prix de la critique internationale aux European Film Awards pour Buongiorno, notte en 2003, Prix spécial du jury à Venise pour La Cina è vicina en 1967, Prix du meilleur scénario pour Buongiorno, notte en 2003, et de nombreux prix honorifiques un peu partout dans le monde.

Locarno l'a reçu en Président de son jury en 1997 et comme le sujet d'une grande rétrospective consacrée à son oeuvre en 1998.

Le directeur artistique du Festival, Carlo Chatrian, rappelle que "I pugni in tasca est l’un de ces films qui ont fait de Locarno un lieu de découverte et de lancement d’œuvres, que l’on peut définir, sans aucun malentendu possible, comme “dérangeantes”. En reproposant ce film en version restaurée, nous rendons un hommage mérité aux premiers pas de ce grand cinéaste et prouvons que notre programmation reste fidèle à ses principes. Le choix de décerner le Pardo d’onore à Marco Bellocchio vient aussi de la conviction que son cinéma – particulièrement ces dernières années – a beaucoup à raconter à ceux qui vivent en Italie, mais aussi à tous ceux qui font du cinéma dans le reste du monde."

L'an dernier, le prix avait été décerné à Agnès Varda.

Marco Bellocchio finalise actuellement son nouveau film, L'ultimo Vampiro, avec Alba Rohrwacher, qui, logiquement, devrait être en compétition au prochain Festival de Venise.

Festival de La Rochelle: Visconti, Assayas, Bellocchio, HHH, Feuillade, MacKendrick à l’honneur

Posté par vincy, le 4 mai 2015

Le 43e Festival international du film de La Rochelle (26 juin - 5 juillet) a révélé l'essentiel de sa programmation. En 2014, la manifestation avait attiré plus de 82 000 spectateurs.

Cette année, La Rochelle rendra hommage à Olivier Assayas, Marco Bellocchio, Hou Hsiao-hsien, dont le dernier film The Assassin est en compétition à Cannes cette année, et à la famille Makhmalbaf avec les films du père Mohsen et de ses enfants, Samira, Hana et Maysam.

Le Festival fera découvrir le cinéma géorgien, avec les films de Levan Koguashvili, George Ovashvili, Nana Ekvtimishvili, Rusudan Chkonia, Tinatin Kajrishvili, Teona et Thierry Grenade et Salomé Alexi.

Côté cinéma classique, les rétrospectives mettront en lumière Louis Feuillade, avec ses Fantômas et ses Vampires, et l'actrice Musidora, égérie de l'affiche du Festival cette année. Une intégrale de Luchino Visconti fera l'évènement, l'occasion de découvrir la récente restauration de Rocco et ses frères, accompagnée de deux documentaires sur le maître. Deux autres rétrospectives concerneront le réalisateur Alexander MacKendrick et les trésors animés des studios d'art de Shanghaï.

La Rochelle présentera aussi des versions restaurées de grands classiques comme Le Troisième Homme, Les Oiseaux, Le Convoi de la peur ou Y aura-t-il de la neige à Noël ?.

Enfin, le Festival projettera en avant-première de nombreux films: Amnesia de Barbet Schroeder (hors compétition à Cannes), At Home d'Athanasios Karanikolas, Chorus de François Delisle, Cosmodrama de Philippe Fernandez, La Vie de Jean-Marie de Peter van Houten, Le Bouton de nacre de Patricio Guzman, primé à Berlin, Les Nuits blanches du facteur d'Andreï Kontchalovski, My Name is Salt de Farida Pacha, The Valley de Ghassan Salhab....

Quant à la Leçon de musique, elle sera conduite par Jean-Claude Petit.

Le programme complet

Cannes 2013 : les télex du marché (5) : Mortensen, Mikkelsen, Bellocchio, Mullan et « Limonov »

Posté par vincy, le 21 mai 2013

Première fois. Viggo Mortensen va tourner dans un film français. David Oelhoffen a convaincu l'acteur d'être sa star dans Loin des hommes, adaptation de l'une des nouvelles du recueil d'Albert Camus, L'exil et le Royaume. Mortensen incarnera un professeur français résidant dans un petit village algérien en 1957.

Sauveur. Prix d'interprétation masculine l'an dernier et futur Hannibal pour la TV américaine, Mads Mikkelsen sera un héros dans le western de Kristian Levring, The Salvation. Le film est en vente au marché. Il faut amortir les 14 millions de $ de budget. Mikkelsen joue un immigrant danois arrivant aux USA en 1870 qui voit sa famille se faire massacrer par une bande de gangsters. Il ne songera alors qu'à les venger.

Un fidèle. Quelques mois après La belle endormie présenté à Venise, Marco Bellocchio enchaîne avec un nouveau film, qui sera tourné cet été. La prigione do Bobbio (La Monaca pour les marchés internationaux), basé sur une histoire vraie du XVIIe siècle, raconte la vie d'une aristocrate contrainte à devenir nonne et qui finira en prison pour cause de débauche. Le rôle sera interprété par l'actrice ukrainienne Lidia Liberman.

Corner. Peter Mullan espère signer avec Daniel Day-Lewis pour son prochain film Paradise. Le comédien va revenir derrière la caméra avec le récit de la création par un prêtre du club de football écossais les Celtics, en pleine ère victorienne.

Anti-Poutine. Enfin, le roman d'Emmanuel Carrere décrivant la vie du poète et politicien Limonov (Prix Renaudot en 2011) sera adapté par un italien, Saverio Costanzo (La solitude des nombres premiers). Budgété aux alentours de 20 millions de $, le film sera tourné en anglais au deuxième semestre 2014.

Venise 2012 : Marco Bellocchio et Matteo Garrone, deux divorces à l’italienne

Posté par kristofy, le 12 septembre 2012

Le président du jury Michael Mann et ses huit jurés parmi lesquels il y avait le réalisateur italien Matteo Garrone (tout juste auréolé d’un grand prix à Cannes par son compatriote italien Nanni Moretti pour son film Reality) ont rendu leur verdict, et celui-ci fait grincer quelques dents en Italie.

Matteo Garrone ne veut plus être juré dans un festival italien


Pourtant ce palmarès récompense effectivement les films qui étaient les meilleurs de l’avis général : The Master de Paul Thomas Anderson, Pieta de Kim Ki-duk, Paradise : Faith de Ulrich Seidl, ainsi que Après mai de Olivier Assayas et Fill the Void de Rama Burshtein : tous ces films étaient pressentis dans nos pronostics, mais avec un ordre différent pour les récompenses.

Cependant les réactions, grogne en partie chauvine, n’ont pas tarder à faire grincer des dents chez nos voisins italiens : ils reprochent à Michael Mann et à son jury de ne pas avoir mieux récompensé le cinéma italien. Le dernier film "local" à avoir eu le Lion d’or remonte à 1998 (Mon frère de Gianni Amelio). La pression des médias nationaux est telle que Matteo Garrone, membre du jury, a du faire une déclaration pour prendre ses distances, en avouant que c’était un cauchemar : il ne veut plus jamais être juré dans un festival italien.

Marco Bellocchio ne présentera plus de films à Venise

Le problème s'appelle Marco Bellocchio. Celui-ci a exprimé publiquement sa colère à propos de son film La Bella addormentata. Complètement ignoré du palmarès, il confesse, dépité ;  « je ne présenterai plus jamais un film à Venise ! » Son film aborde un épisode politique en Italie : le cas de d'Eluana Englaro euthanasiée par sa famille après 17 ans de coma, luttant ainsi contre la pression de plusieurs manifestations de fidèles catholiques (le Pape est quasiment le chef d'état d'un des pays les plus conservateurs d'Europe) et des hommes politiques qui préparaient une loi interdisant cet acte.

Pour lui « L'Italie s'est affrontée sur le destin de cette pauvre jeune femme, il y a eu une grande tension médiatique, un affrontement entre catholiques et laïcs. Je ne voulais pas comparer les différentes positions sur l'euthanasie, ni condamner ceux qui ont la foi. » Son film fait se mélanger quatre histoires inégales, un politicien qui voudrait voter contre les consignes de son parti, une mère (Isabelle Huppert, mal dirigée) qui veut qu’on prie pour sa fille dans le coma, un médecin qui  soigne une toxicomane, et un coup de foudre. Malheureusement La Bella addormentata semble passer à côté de son sujet. Sorti le 6 septembre en Italie, il ne cumule que 400 00 euros de recettes, et n'est que 6e au box office. Le film n'a pas encore de distributeur en France. L'exportation risque d'être difficile. Même si à Toronto le marché peut se réveiller grâce aux prestigieux noms à son affiche, La Bella addormentata ressemble plus à un téléfilm sans grande envergure…

Mauvais joueur?

Marco Bellocchio est très mauvais joueur. Ce n'est pas la première fois qu'il s’offusque ainsi quand un de ses films n'est pas récompensé. Déjà en 2003 son film Buongiorno Notte avait été ignoré du jury (pourtant composé d'italiens comme Stefano Accorsi et Mario Monicelli qui était le président) ; il avait déjà fait le reproche de récompenser des films étrangers plutôt que le cinéma italien.

Cette année, la sélection officielle (toutes sections confondues) comptait 14 cinéastes italiens contre 11 cinéastes américains.

Le jury de Michael Mann à tout de même fait une concession en accordant un prix de la meilleure contribution technique à Daniele Ciprì pour È stato il figlio (prix plus diplomatique que mérité), et même un prix révélation meilleur jeune interprète à Fabrizio Falco (pour ce même film et aussi  pour La Bella addormentata).

On ajoute aussi que l’une des meilleures surprises de cette 69ème édition du Festival de Venise est Low Tide (certes tourné aux Etats-Unis avec des acteurs américains) de Roberto Minervini, un réalisateur italien !

Venise 2012 : une compétition sans réelles surprises

Posté par vincy, le 26 juillet 2012

69e clap pour le Festival de Venise le 29 août prochain. 17 films sont en course pour le Lion d'or, auxquels viendra s'ajouter un "film-surprise" (on murmure que ce sera The Master de Paul Thomas Anderson, retiré de la liste publiée sur les journaux professionnels américains après l'annonce de la sélection * voir fin d'article).

Le directeur du Festival, Alberto Barbera, a annoncé que "le thème principal de cette Mostra sera la crise économique actuelle, mais aussi la crise de valeurs, de modèles ainsi que celle des rapports humains et sociaux, notamment à travers la solitude".

Deux cinéastes français (mais 8 productions ou coproductions françaises!) sont en compétition avec quatre américains et trois italiens. Géographiquement, on note une forte présence de l'Europe avec 9 réalisateurs du vieux continent (5 pays seulement), 4 venus d'Asie, et 4 américains : l'Amérique latine, le Canada, le Royaume Uni, l'Espagne, l'Afrique, l'Océanie, la Chine, l'Inde, le Moyen orient, la Turquie, l'Europe de l'Est ou la Scandinavie sont ainsi complètement absents.

Pied de nez ou provocation au Festival de Cannes, cette édition de 2012 est très féminine avec quatre réalisatrices en compétition.

Mais, si de grands noms (Malick, Bellochio, De Palma, Kitano, Kim Ki-duk) côtoient des habitués des festivals (Assayas, Gianolli, Mendoza, Comencini, Bahraini, Seidl, Korine), on note peu de surprise ou de nouveaux talents dans cette compétition qui sera jugée par Michael Mann et son jury en vue de rendre leur palmarès.

La compétition

Après Mai de Olivier Assayas - France. Avec Clément Métayer, Lola Créton, Félix Armand.

At any price de Ramin Bahraini - USA/GB. Avec Dennis Quaid, Zac Efron, Kim Dickens, Heather Graham.

La belle endormie (Bella Addormentata) de Marco Bellocchio - Italie/France. Avec Toni Servillo, Isabelle Huppert, Alba Rohrwacher, Michele Riondino, Maya Sansa, Pier Giorgio Bellocchio.

La cinquième saison de Peter Brosens et Jessica Woodworth - Belgique/Pays-Bas/France. Avec Aurélia Poirier, Django Schrevens, Sam Louwyck, Gill Vancompernolle.

Lemale Et Ha'Chalal (Fill the void) de Rama Burshtein - Israël. Avec Hadas Yaron, Yiftach Klein, Irit Sheleg, Chaim Sharir.

E stato il figlio de Daniele Cipri - Italie/France. Avec Toni Servillo, Giselda Volodi, Alfredo Castro, Fabrizio Falco.

Un giorno speciale de Francesca Comencini - Italie. Avec Filippo Scicchitano, Giulia Valentini.

Passion de Brian de Palma - France/Allemagne. Avec Rachel McAdams, Noomi Rapace, Paul Anderson, Karoline Herfurth.

Superstar de Xavier Giannoli - France/Belgique. Avec Kad Merad, Cécile De France.

Pieta de Kim Ki-duk - Corée du Sud. Avec Cho Min-soo, Lee Jung-jin.

Outrage Beyond de Takeshi Kitano - Japon. Avec Tomokazu Miura, Ryo Kase, Fumiyo Kohinata, Toshiyuki Nishida.

Spring Breakers de Harmony Korine - USA. Avec James Franco, Selena Gomez, Vanessa Hudgens, Ashley Benson, Heather Morris.

To the wonder de Terrence Malick - USA. Avec Ben Affleck, Rachel McAdams, Rachel Weisz, Javier Bardem, Olga Kurylenko

Sinapupunan (Thy Womb) de Brillante Mendoza - Philippines. Avec Nora Aunor, Bembol Rocco.

Linhas de Wellington de Valeria Sarmiento - France/Portugal. Avec Nuno Lopes, Soraia Chaves, John Malkovich, Marisa Paredes, Melvil Poupaud, Mathieu Amalric.

Paradies: Glaube (Paradise: Faith) de Ulrich Seidl - Autriche/France/Allemagne. Avec Maria Hofstätter, Nabil Saleh.

Izmena (Betrayal) de Kirill Serebrennikov - Russie. Avec Franziska Petri, Dejan Lilic, Albina Dzhanabaeva, Arturs Skrastins.

________

Le 7 août The Master de Paul Thomas Anderson a rejoint la liste. USA. Avec Philip Seymour Hoffman, Joaquin Phoenix, Amy Adams.