Cannes 2010 : qui est Ryo Kase ?

Posté par MpM, le 17 mai 2010

ryo kaseMoins connu en occident que ses confrères Tadanobu Asano et Takeshi Kaneshiro, Ryo Kase a pourtant derrière lui une carrière déjà éclectique et de qualité, comptant des collaborations avec des réalisateurs confirmés comme Kyoshi Kurosawa, Clint Eastwood ou encore Mamoru Oshii.

Très classiquement, ce très séduisant acteur de 35 ans a débuté au début des années 2000 à la télévision, dans des publicités (pour Coca-Cola ou la bière Kirin) puis dans des séries, et avec des apparitions au cinéma. En 2003, il est ainsi l'un des personnages de Jellyfish de Kyoshi Kurosawa, sélectionné à Cannes. L'année suivante, il est dans deux autres long métrages eux-aussi remarqués sur la Croisette : Nobody knows de Kore-Eda Hirokazu (il est l'employé du supermarché qui essaye d'aider les enfants abandonnés par leur mère) et The taste of tea de Katsuhito Ishii.

Il retrouvera ces trois réalisateurs par la suite, avec notamment un petit rôle dans Retribution de Kyoshi Kurosawa, Hana de Kore-Eda Hirokazu ou encore My darling of the mountains, remake d'un film des années 30 par Katsuhito Ishii.

En 2006, on le voit dans deux œuvres occidentales : en simple soldat dans Lettres d'Iwo Jima de Clint Eastwood et dans The passenger de François Rotger, aux côtés de Gabrielle Lazure. Deux ans plus tard, il récidive avec Tokyo !, dans la partie signée Michel Gondry. Encore un film présenté à Cannes, en section Un certain regard.

Puis ce sera au tour de Venise qui sélectionne The skycrawlers, film d'animation de Mamoru Oshii où il est la voix du personnage principale. Ryo Kase tourne également beaucoup de longs métrages destinés au marché asiatique. On le voit devant la caméra de Ryosuke Hashiguchi, Tetsuya Nakashima, Ikeda Chihiro, Tadanobu Asano...

Et on le retrouve une nouvelle fois en compétition à Cannes cette année, cette fois dans Outrage, un film de genre signé Takeshi Kitano. Puisque c'est la grande année du cinéaste-peintre-comique japonais, on attend beaucoup du film qui pourrait placer Ryo Kase sous les feux des projecteurs, et lui offrir le tremplin rêvé pour (re)booster sa carrière internationale.

Quai Branly : le métissage en images

Posté par vincy, le 12 novembre 2008

quaibranly_metissage.jpgDu 12 au 23 novembre, le Musée du Quai Branly (Paris) propose un cycle de cinéma, complétant son exposition Planète métisse, to mix or not to mix?  - le Quai Branly aime beaucoup les slogans anglophone. Alors que l'on vante les exploits politiques ou sportifs des Obama et Hamilton, le cinéma n'a pas attendu pour observer, explorer, témoigner des mélanges culturels ou même charnels. Avec "Métissages de l'image métissages du regard", le musée propose 17 films et 14 séances.

Ce qui frappe, au delà du message à laquel nous adhérons forcément, c'est bien la qualité de cette programmation. A Taipeh, on songe à Paris avec Tsai Ming Liang (Et là bas quelle heure est-il?). A Pékin, on visite un monde en miniature avec Jia Zhang Khe (The World). De Hong Kong, Johnny To visite la sino-portugaise Macao (Exilé). Kim Ki-duk s'intéresse aux métis américano-coérens (Adresse inconnue). Wong Kar-wai exporte une histoire d'amour homosexuelle et sensuelle de deux chinois à Buenos Aires (Happy Together). Gina Kim se penche et s'épanche sur l'intégration mutuelle d'une américaine et de son mari coréen dans leurs univers respectifs (Never forever).

Karan Jodhar symbolisera les nombreux films abordant l'immigration hindoue au Royaume Uni (La famille indienne). Stephen Frears a été choisi pour représenter la communauté pakistanaise à Londres (My beautiful laundrette, qui évoque par ailleurs d'autres tabous liés aux fossés culturels comme la condition féminine et l'homosexualité). Fatih Akin, cinéaste germano-turc, nous fait découvrir le son d'Istambul (Crossing the bridge).  Autre cinéaste connu pour son regard pointu, Carlos Reygadas qui se focalise davantage sur les amérindiens noyés ou isolés dans cette Mexico City tentaculaire (Bataille dans le ciel). Il y a ceux qui passent les frontières (Tex-Mex dans Trois enterrements et Babel, tous deux primés à Cannes)

Le futur n'est pas oublié où les androïdes se mélangent aux humains dans Metropolis (Fritz Lang), et les mangas, Ghost in the Shell II et Natural City. Et la programmation invite aussi des films aux genres mixés comme Il était une fois dans l'Ouest ou Les larmes du tigre noir. Il y a  de quoi avoir envie de voyager...

Ajoutons que l'accès est gratuit dans la limite des places disponibles! Il n'y a donc aucune excuse pour manquer ce rendez-vous coloré et dépaysant.

Sitges : le cinéma fantastique à l’honneur

Posté par MpM, le 6 novembre 2008

Festival international du film de Catalogne à SitgesPour sa 41e édition, le Festival international du film de Catalogne, consacré au cinéma fantastique, a confirmé le succès croissant rencontré lors des éditions précédentes avec pas moins de 140 000 festivaliers sur une dizaine de jours. Qu’est-ce qui attire les amateurs du cinéma de genre à Sitges ? Probablement la diversité des films présentés, allant de l’épouvante pure et dure au surnaturel, en passant par la science fiction et l’héroïc fantasy. Par le passé, des cinéastes aussi différents que Woody allen (Scoop), Jaume Balagueró (Rec) ou Hayao Miyazaki (Le château ambulant) ont ainsi participé à la compétition principale !

Sans surprise, cette année, il y en avait donc encore pour tous les goûts. Après le très moyen Mirrors d’Alexandre Aja en ouverture, la compétition a enchaîné Surveillance de Jennifer Lynch (meilleur film), Eden Lake de James Watkins (Prix du jury), Le bon, la brute et le cinglé de Kim Jee-woon (meilleur réalisateur et meilleurs effets spéciaux), The Sky Crawlers de Mamoru Oshii (meilleure musique), Tale 52 d’Alexis Alexiou (meilleur scénario), Red de Trygve Allister Diesen and Lucky McKee (Brian Cox meilleur acteur), Martyrs de Pascal Laugier (prix des meilleurs maquillages FX)… Soit à la fois le plus radical et le plus délirant, le plus pervers et le plus philosophique. Hors palmarès et hors compétition, on croisait également Transsiberian de Brad Anderson, Rocknrolla de Guy Ritchie, Dachimawa Lee de Ryoo Seung-wan ou encore The broken de Sean Ellis.

Côté événements, un hommage a été rendu au film 2001, Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick dont c’était le 40e anniversaire. Les réalisateurs Nicholas Meyer (C’était demain, Star Trek 2, 4 et 6…) et John Carpenter (New York 1997, Los Angeles 2013, The thing…) ont par ailleurs reçu un "Time Machine Award" (Prix de la machine à remonter le temps) pour l’ensemble de leur carrière. Enfin, et les mini-events trauma du festival de cannes sont battus à plate couture, une parade de zombies ("Eastpak Zombie Walk") a réuni plusieurs centaines de personnes déguisées en zombies et autres morts vivants, sous la houlette du spécialiste George Romero qui a lui-même donné le coup d’envoi.

L’édition 2009 du Festival de Sitges devrait faire la part belle à l’univers d’Alien (on fêtera le 30e anniversaire du premier volet dirigé par Ridley Scott) et au phénomène Ghostbusters. Avec peut-être, pour fêter l’événement, un défilé nocturne de fantômes ?

Inabouti mais élégant, The skycrawlers de Mamoru Oshii

Posté par MpM, le 4 septembre 2008

The sky crawlers

On n’avait plus de nouvelles de Mamoru Oshii depuis la sélection d’Innocence à Cannes en 2004, son avant-dernier film (Tachigui : the Amazing Lives of the Fast Food Grifters), déjà présenté en compétition à Venise il y a deux ans, n’ayant toujours pas fait l’objet d’une sortie en France. The skycrawlers aura peut-être plus de chance. Inspiré d’un roman en six volumes de Mori Hiroshi, ce film se situe dans un monde ressemblant étrangement au nôtre, où la guerre est devenue une sorte de divertissement opposant deux compagnies privées. Les pilotes sont des "Kildren", des adolescents qui ne vieillissent jamais et consacrent leur vie à des combats aériens vertigineux amplement médiatisés.

Pendant plus de la moitié du film, on suit l’un de ces pilotes, Yuichi Kannami, dans la nouvelle base où il a été affecté. Le scénario alterne alors scènes banales du quotidien (dont l’ambiance infiniment morne laisse entrevoir le malaise qui règne parmi les pilotes) et combats spectaculaires dans les airs. Le contraste est saisissant entre l’apathie dont ils font preuve lorsqu’ils sont à la base (ils ne font rien d’autre qu’attendre) et l’énergie qui les anime dès qu’ils sont aux commandes de leurs engins. Mamoru Oshii a d’ailleurs choisi d’utiliser deux techniques d’animation différentes selon les situations : les séquences intimistes sont réalisées à la main et en 2D tandis que celles des combats bénéficient de la technologie 3D générée par ordinateur. Indéniablement, cette dernière offre au film ses plus beaux moments visuels avec des ballets aériens extrêmement fluides et réalistes qui emportent le spectateur au cœur de l’action. On est moins convaincu par l’animation plus basique des personnages, stylisés et peu expressifs.
Lire le reste de cet article »

Venise mêle politique des auteurs et curiosité cinématographique

Posté par MpM, le 29 juillet 2008

venezia_salagrande.jpgPour sa 65e édition (du 27 août au 6 septembre), qui sera dédiée à Youssef Chahine, la Mostra de Venise semble marcher dans les pas de son rival cannois en mêlant habilement auteurs confirmés (et pour certains même détournés de la Croisette, comme les Coen, Kitano ou encore Aronofsky) et nouveaux venus intrigants et prometteurs, à l'image de Christian Petzold (remarqué à Berlin en 2007) ou de Tariq Teguia (déjà sélectionné en 2006 avec Rome plutôt que vous). Le festival rompt même avec sa fidélité envers les cinéastes de la nouvelle vague en choisissant des auteurs très personnels comme Patrick Mario Bernard et Pierre Trividic (réalisateurs et interprètes de Dancing en 2003) ou encore Barbet Schroeder pour représenter la France.

Le signe d'une vraie exigence qui en éclipserait presque la profusion de stars attendues (Kim Basinger, Guy Pearce, Charlize Theron, Anne Hathaway, Anthony Wong, Benoît Magimel, Mickey Rourke, Ralph Fiennes..., mais sans elles, pas de festival digne de ce nom) et surtout l'annonce la plus excitante de la compétition (et qui nous vient une fois encore de l'animation) : la sélection de deux des plus grands cinéastes de l'animation contemporaine, les Japonais Hayao Miyazaki (avec son dernier succès Ponyo sur la falaise) et Mamoru Oshii (le réalisateur culte de Ghost in the shell), adulés bien au-delà des frontières de leur pays. Joli doublé pour Venise qui réussit ainsi ce dont bien des festivals, Cannes en tête, ont rêvé.
Lire le reste de cet article »

Ghost in the Shell bientôt américanisé?

Posté par geoffroy, le 17 avril 2008

Steven Spielberg vient d'annoncer qu'il a racheté - de sa poche - les droits du manga culte de Masamune Shirow, Ghost in the Shell, déjà adapté à deux reprises par le génial Mamoru Oshii.

Produit par Avid Arad (Spider-man 1 & 2, X-men et prochainement Iron Man), ce projet d'adaptation tombe dans l'escarcelle de DreamWorks. Le studio envisage un film en "3D photo réaliste" à l'image du récent Beowulf ou du prochain Cameron (Avatar). Projet ambitieux pour un pari risqué. Le format, techniquement de plus en plus au point, n'a pas encore convaincu les foules. De plus une américanisation du propos pourrait fortement édulcorer tous les sous-textes du manga (même si aux USA, le phénomène manga n'a pas le même impact qu'en Europe).

Le matériau de base est si complexe et foisonnant dans sa mythologie postmoderne, qu'il n'est pas vain d'espérer un traitement fidèle, sérieux et techniquement irréprochable. Sachant que pour Spielberg Ghost in the Shell est l'une de ses histoires préférées, gageons qu'il restera vigilant afin que l'oeuvre originale ne soit pas dénaturée, ni aseptisée. En attendant Tintin servira d'expérience de labo.