Pourquoi le musée George Lucas sera (finalement) à Los Angeles ?

Posté par vincy, le 12 janvier 2017

Il y a deux ans, le musée de George Lucas devait s'installer à Chicago, pour 700M$. La ville d'Obama, et ville de naissance de son épouse Mellody, l'avait emporté sur San Francisco et Los Angeles. Finalement, après maintes controverses, le créateur de Star Wars a remis son projet en compétition entre sa ville californienne, San Francisco, où est installé sa société, et Los Angeles, capitale du cinéma et des arts (la ville va accueillir plusieurs nouveaux musées dans les prochaines années dont celui des Oscars). Et c'est Los Angeles qui a gagné.

Le Musée de l'art narratif (Museum of Narrative Art) abritera les 10000 pièces de la collection d’art (Degas, Renoir...) et d’objets provenant des tournages des films de George Lucas (dont le masque de Dark Vador). Le milliardaire financera quasiment intégralement le projet, étendu sur trois hectares.

L'Université de l'étudiant George Lucas à deux pas

Le musée de l’Art narratif sera situé dans le Parc des expositions de Los Angeles, à proximité de l'historique stade olympique, le Los Angeles Memorial Coliseum, mais aussi du Musée d'histoire naturelle, du California Science Center et du California African American Museum. Ce quartier universitaire (avec la University of South California, où le cinéaste a fait ses études) est desservi par la ligne Expo du métro de L.A., qui relie le centre-ville à Santa Monica.

La victoire de Los Angeles reste une surprise tant George Lucas (comme Coppola) a toujours été attaché à son indépendance depuis l'installation du Skywalker Ranch et de Lucas Films à San Francisco. "Frisco" proposait le site de Treasure Island, assez isolé en pleine baie. Les aspects pragmatiques ont sans doute contribué au processus de décision : L.A. accueille près de 50 millions de touristes par an quand San Francisco n'en reçoit que moins de 20 millions.

Le musée devait initialement ouvrir en 2018 à Chicago. L'opposition des habitants, tout comme l'opposition de ceux de San Francisco ont aussi contraint les Lucas à revoir leur projet. Finalement, le musée devrait ouvrir en 2020. Le chantier sera amorcé dès cette année aux coins des avenues Vermont et Exposition. A terme, il devrait générer 1000 emplois permanents. Le budget est réévalué à un milliard de dollars.

L'architecture du bâtiment est conçue par le jeune chinois Ma Yansong.

Les studios et le parc d’attraction de Universal s’offrent un coûteux lifting

Posté par vincy, le 29 août 2016

Face à une concurrence de toujours plus en plus vive du côté des parcs d'attraction (Disney en tête qui a l'intention d'ouvrir un parc Star Wars à côté de l'historique Disneyland), et pour affronter aussi l'inflation de tournages (il n'y a pas que le cinéma), Universal a décidé d'investir 1,6 milliard de dollars pour rénover son QG de Los Angeles.

Le parc d'attraction Universal Studios est en surchauffe avec 7 millions de visiteurs en 2015 (croissance à deux chiffres depuis quelques saisons) et Los Angeles connaît une attractivité touristique enviable (45 millions de visiteurs en 2015). Pour l'agrandir, Universal a décidé de détruire quelques plateaux. Déjà les attractions récentes autour de Fast & Furious et la série The Walking Dead et surtout le nouveau parc Harry Potter (500 M$ d'investissements) font fureur. L'idée est de pouvoir créer de l'espace pour accueillir de futures attractions autour de franchises du catalogue, de The Mummy à Jurassic Park.

Au-delà du parc, Universal va aussi construire dix plateaux de production d'ici cinq ans, refaire complètement le centre commercial CityWalk, inauguré il y a 23 ans et élargir des rues d'accès, construire deux nouveaux parkings et enfin faciliter l'accès au métro avec une passerelle piétonne.

Par ailleurs, si Universal a abandonné son projet de parc à Dubai, il y a en chantier Volcano Bay à Orlando (2017), Universal Studios Beijing à Pékin (2019), un projet en Corée du sud et un autre à Moscou.

Le musée de l’Académie des Oscars devrait ouvrir en 2017

Posté par vincy, le 27 juin 2015

Le musée de l'Académie des Oscars va enfin voir le jour. Le conseil municipal de Los Angeles a donné son feu vert pour la construction du bâtiment.

Budgété à hauteur de 300 millions de $, le permis de construire était loin de faire l'unanimité parmi les riverains qui se sont mêlés des plans de l'architecte Renzo Piano concernant notamment l'accès au bâtiment et les parkings.

Le musée sera situé dans le quadrilatère artistique du Los Angeles County Museum of Art (le Louvre de la ville) où se situent déjà le Petersen Automotive Museum et le La Brea Tar Pits Museum. Il occupera en partie l'aile ouest du LACMA, qui fut aussi un grand magasin. Renzo Piano lui ajoutera une sorte de cocon futuriste.

L'Academy Museum of Motion Pictures  sera un musée entièrement dédié au cinéma.  De Méliès à Kubrick, de Charlie Chaplin à Martin Scorsese, les collections s'étoffent en vue des expositions permanentes. Steven Spielberg et Jeffrey Katzenberg font partie des donateurs.

L'Académie espère ouvrir son musée en 2017.

Festival COLCOA: Le premier film de Clovis Cornillac reçoit le prix du public

Posté par redaction, le 1 mai 2015

La 19ème édition du Festival COLCOA (20-28 avril) à Los Angeles s'est achevée sur un classique palmarès. Cette année, dans les salles de la Directors Guild of America (DGA), le Colcoa French Film Festivala attiré 21000 spectateurs, un record. Clovis Cornillac, Anne Fontaine, Michel Hazanavicius, Pierre Niney ou encore Omar Sy avaient fait le déplacement sur Sunset boulevard.

Les héritiers ont reçu deux prix, à la fois du public et de la critique. Le public a plébiscité la comédie romantique très américaine de Clovis Cornillac. Deux premiers films figurent également au palmarès, qui a récompensé aussi bien des drames que des comédies et même un thriller.

Le Palmarès

  • Prix de la critique : Le dernier coup de marteau d'Alix Delaporte
  • Prix spécial de la critique : Les héritiers de Marie-Castille Mention-Schaar
  • Mention spéciale de la critique : Elle l'adore de Jeanne Herry
  • Prix du public : Un peu, beaucoup, aveuglément de Clovis Cornillac
  • Prix spécial du public : Les héritiers de Marie-Castille Mention-Schaar
  • Mention spéciale du public : Les souvenirs de Jean-Paul Rouve
  • Coming Soon Award : Samba d'Éric Toledano et Olivier Nakache
  • Prix du premier film : L'affaire SK1 de Frédéric Tellier
  • Prix du meilleur documentaire : Steak (R) Evolution de Frank Ribière
  • Le bilan positif de cette manifestation qui devient un rendez-vous culturel essentiel de la métropole californienne provient aussi du nombre croissant d'avant-premières.

    Ainsi Un peu, beaucoup, aveuglement a été projeté en avant-première mondiale ; Caprice, La cité muette, Le tournoi étaient présentés en première internationale ; 108 Rois-démons, Change ton bac d'abord, Le dernier coup de marteau, Eau argentée, Une heure de tranquillité, Rendez-vous à Atlit, Still the Water, et surtout Samba y ont fait leur avant-première américaine

    Les autres films projetés sont L'Affaire SK1,  Bon rétablissement !, Brooklyn , Caricaturistes, fantassins de la démocratie, Chic !, Les Combattants, Elle l’adore , La French, Gemma Bovery, Les Héritiers, Hippocrate, L'homme qu'on aimait trop, Mon amie Victoria, Of Men and War, La prochaine fois, je viserai le cœur, The Search, Les souvenirs, Stea, k (r) évolution, Le temps des aveux, Terre battue.

    Le Colcoa avait ouvert avec Un homme idéal (avant-première nord américaine) et s'était clôturé avec un téléfilm, Le soldat blanc d'Erick Zonka.

    Les cinémas 4D ont-ils de l’avenir?

    Posté par vincy, le 14 août 2014

    Los Angeles a inauguré juste avant le week-end férié du 4 juillet la première salle de cinéma en 4D aux Etats-Unis. Elle n'a que 104 places mais elle offre une expérience unique au spectateur.

    Les sièges peuvent s'incliner, vibrer et même secouer en fonction de l'action qui se déroule sur l'écran. Un système permey de vaporiser d'eau, diffuser de la fumer ou projeter de l'air pour simuler le climat météorologique du film. Evidemment la salle est en odorama. Tout cela pose quelques problèmes si on a un paquet de pop corn. Sans compter qu'il faut essuyer les lunettes après les arrosages.

    Le Regal LA Live Stadium, en plein centre-ville de la métropole, ressemble donc à une de ces attractions qu'on retrouve dans des parcs de loisirs. Jusque là ce type de technologies étaient réservées aux parcs d'attraction pour des films d'une durée souvent inférieure à 20 minutes. Ici, on y diffuse des longs métrages classiques comme Captain America : Le Soldat de l'hiver, qui a permis de montrer la salle aux journalistes. Pour le public, c'est Transformers qui a ouvert le bal.
    Mieux vaut ne pas avoir le mal des transports ou le mal de mer.

    Les enfants de moins de six ans et les épileptiques ne sont d'ailleurs pas autorisés.

    Si les Etats-Unis découvrent ce genre de cinéma, il en existe plus d'une centaine dans 26 pays, principalement en Chine, Corée du Sud et au Mexique. 6 millions de spectateurs en 2013 auraient assisté à ce genre de projection, dont la technologie 4DX est sud-coréenne. Les Etats-Unis sont la nouvelle cible avec les groupes MediaMation et D-Box qui s'installent dans la banlieue de Los Angeles. En Europe la société allemande Maxon développe des projets similaires avec les exploitants.

    Reste que le prix est élevé. Près de 20 euros à débourser pour vivre le film en immersion sensorielle et physique. De plus, combien de films par an pourraient bénéficier d'un tel traitement, hormis quelques films d'aventures et des blockbusters? Alors que la 3D ne s'est imposée que pour quelques films, difficile de croire que la 4D sera autre chose qu'une expérience ponctuelle pour les spectateurs, en tout cas, tant que le prix du billet sera à ce point prohibitif.

    Los Angeles et San Francisco bataillent pour obtenir le musée de George Lucas

    Posté par vincy, le 16 juin 2014

    r2 d2 los angeles george lucas

    Les deux grandes métropoles rivales californiennes, Los Angeles et San Francisco, se livrent une bataille de communication pour pouvoir accueillir le musée d'art de George Lucas.

    Le musée, qui devrait couter aux alentours de 100 millions de $ au final, devrait héberger la collection personnelle (tableaux, photos...) de George Lucas ainsi que des expositions sur le cinéma et le numérique.

    Campagne Twitter pour L.A.

    Le nouveau maire de Los Angeles, Eric Garcetti, vient d'adresser une lettre au créateur de Star Wars exprimant l'intérêt de la deuxième ville des Etats-Unis pour ce musée.  Le maire propose de construire le musée à proximité de la University of Southern California, où Lucas a étudié dans les années 60. Le quartier abrite également les installations olympiques de la ville (le Colisée et le Memorial Sports Arena), la cté des sciences et le musée d'histoire naturelle, à trois stations de métro du centre-ville. Le projet imaginé par Garcetti est ambitieux : il souhaiterait démolir le Memorial Sports Arena, pourtant rénové récemment, qui serait remplacé par une salle multisports plus vaste et plus moderne, pour y loger le musée.

    La ville de Los Angeles serait prête à contribuer à la construction de ce musée, chose assez rare dans un pays où la culture est davantage affaire de mécénat que de fonds publics. Le maire a lancé ce week-end une campagne sur les réseaux sociaux avec le hashtag #WhyLucasInLA) pour que les habitants de la ville s'emparent de ce projet. L.A. met aussi en avant ses 42,2 millions de touristes annuels pour sensibiliser le réalisateur.

    San Francisco, le choix naturel

    Lucas n'a pas encore répondu à cette invitation. D'autant que la concurrente du nord, San Francisco, lui fait aussi de l'oeil. Le maire de la ville, Edwin Lee a mis à disposition un espace de près d'un hectare sur le port, en plein centre-ville. Le cinéaste avait une préférence pour Crissy Field, à deux pas du Golden Gate Bridge, en plein parc Presidio, où loge déjà le musée de la Famille Walt Disney. Mais l'organisme en charge du parc du Presidio a refusé le projet de Lucas. Cependant, comme une contrepartie, le Presidio Trust a proposé une partie annexe du parc, près du Letterman Digital Arts Center, voisin du siège de Lucasfilm et d'ILM, les deux sociétés fondées par le cinéaste.

    Ce ne sont pas les deux seules villes intéressées puisque Chicago a aussi fait une offre, en bordure du Lac Michigan.

    Le film de Todd Haynes « Loin du Paradis » transposé à Broadway

    Posté par vincy, le 4 juin 2013

    loin du paradis far from heavenLoin du Paradis est sans doute le meilleur film, sinon le plus beau, de Todd Haynes. Sorti il y a 11 ans, quatre fois nommé aux Oscars et aux Golden Globes, cinq fois primé aux Independent Spirit Awards, le film réunissait Julianne Moore en épouse délaissée par un mari aux désirs homosexuels de moins en moins refoulés (Dennis Quaid) et tombant amoureuse de son jardinier noir (Dennis Haysbert) en pleine période de ségrégation raciale.

    C'est désormais un drame musical qui se joue "off-Broadway" depuis dimanche (après un mois d'avant-premières) au Playwrights Horizons (petit théâtre de 198 places) de New York. Pour ceux qui envisagent un voyage à "Big Apple", la pièce se jouera jusqu'à début juillet, pour l'instant. Le spectacle avait été rodé au Festival de Williamston l'été dernier.

    Divisée en deux actes, cette pièce de deux heures a été adapté par le dramaturge Richard Greenberg (Tony Award pour "Take Me Out"), le musicien Scott Frankel et le parolier Michael Korie. Mis en scène par Michael Greif (on lui doit Rent), Far from Heaven réunit quelques pointures du secteur : Kelli O'Hara, Steven Pasquale et Isaiah Johnson pour les trois rôles principaux.

    Ce n'est ni le premier ni le seul film qui inspire les metteurs en scène. Mme Doubtfire, Big, Billy Elliott, La cage aux folles, The Producers, Priscilla Queen of the Desert, Little Miss Sunshine, Sister Act, Martin Guerre, The Full Monty, Peggye Sue s'est mariée, Femmes au bord de la crise de nerfs sont autant d'exemples ... A Los Angeles, le Pasadena Playhouse vient de lancer une version musicale de Nuits blanches à Seattle.

    Cannes 2013 / Un film, une ville : Beverly Hills & environs

    Posté par vincy, le 16 mai 2013

    The Bling Ring Los Angeles

    Après New York, migrons vers la capitale du cinéma, Los Angeles, l'éternelle rivale américaine. On se concentrera sur la partie ouest de la métropole tentaculaire, là où Sofia Coppola a filmé The Bling Ring, entre les banlieues bourgeoises d'Agoura Hills et de Calabasas, et les quartiers chics de Brentwood, Bel Air et Beverly Hills. Maisons de banlieue cossues, plages à un quart d'heure de voiture, d'un côté de la montagne, villas chics et lieux tendances de l'autre. La réalisatrice nous décrit une ville aux larges avenues et aux rues sinueuses désertes, aux multiples boutiques et surtout, surtout, nous fait visiter les maisons les plus improbables de la région : architecture insolite, jardins mégalos, situations vertigineuses avec vues imprenables sur la ville, piscine obligatoire....

    Rien de nouveau à l'Ouest : le shopping à Beverly Hills (sur Rodeo Drive) restera le terrain de jeu de Pretty Woman, les paysages entre la San Fernando Valley et Hollywood demeureront ceux de David Lynch dans Mulholland Drive. Des villas insolites, le cinéma en a souvent fait son décor de prédilection pour glorifier la richesse de son art et la folie de ses stars, de Sunset Boulevard à Drôles de dames. La bourgeoise locale et ses (déjà) "desperate housewives" ont été magnifiées dans Le Lauréat. Quant à la racaille du coin, on en avait déjà tâté des plus coriaces que ce gang de voleurs de bijoux, fringues et autres chaussures de luxe avec Le flic de Beverly Hills (et ses suites).

    Un réalisateur nommé aux Oscars retenu par les douanes américaines

    Posté par vincy, le 21 février 2013

    Emad Burnat (en photo sur l'affiche) est nommé aux prochains Oscars pour son documentaire 5 Caméras brisées, qui est sorti hier en France. Son arrivée à l'aéroport de Los Angeles mardi 19 février ne s'est pourtant pas passée sans heurts. Le cinéaste palestinien a été retenu plus d'une heure par les services de l'immigration. "La nuit dernière, j'ai été interrogé pendant une heure avec ma famille par les services de l'immigration américaine de Los Angeles sur les raisons de mon voyage aux Etats-Unis", a expliqué le réalisateur dans un communiqué.

    Il a du prouver qu'il était bien nommé aux Oscars. Les douaniers lui ont en effet signifié que son voyage en famille (il est accompagné de sa femme et de son fils) n'était pas justifié et l'ont menacé de le renvoyer en Turquie, d'où son avion provenait.

    Dans un entretien au Huffington Post, il a précisé : "Il y a 500 points de contrôle israéliens, des barrages routiers et de nombreuses barrières qui empêchent tout mouvement sur nos terres, et pas un seul d'entre nous ne passe à  travers l'expérience que nous avons vécue aujourd'hui avec ma famille".

    C'est Michael Moore, alerté par un SMS du réalisateur, qui a répandu la nouvelle sur Twitter. "Apparemment, les officiers des services de l’immigration et des douanes ne comprenaient pas comment un Palestinien pouvait être nominé aux Oscar".Il ajoute : "Bien qu’il ait montré l’invitation des nominés aux Oscars qu’il avait reçue, ça n’était pas suffisant. On l’a menacé de le renvoyer en Palestine." Il a ensuite joué les chevaliers : "J'ai appelé des membres de l’Académie des Oscars. Ils ont contacté des avocats. J’ai dit à Emad de donner mon numéro de téléphone aux officiers et de leur répéter qui j’étais."

    Jusque là Emad Burnat n'avait jamais été inquiété par les douanes américaines (c'est son sixième voyage aux USA). Finalement, il a reçu le droit de rester sur le sol américain, pour une semaine.

    Il est le premier réalisateur palestinien à être nommé aux Oscars. 5 Caméras brisées est coréalisé par Emad Burnat et l'israélien Guy Davidi. Le documentaire suit Emad, paysan, vit en Cisjordanie. Il y a cinq ans, au milieu du village, Israël a élevé son "mur de séparation", expropriant 1 700 habitants de la moitié de leurs terres, pour "protéger" la colonie juive qui doit abriter 150 000 résidents. Les villageois s'engagent dès lors dans une lutte non violente pour obtenir le droit de rester propriétaires de leurs terres, tout en essayant de coexister pacifiquement avec les Israéliens.


    Un bureau à Los Angeles pour promouvoir les tournages en France

    Posté par vincy, le 28 février 2012

    A priori c'est une bizarrerie institutionnelle : la nouvelle n'a été annoncée ni par Frédéric Mitterrand, ministre de la culture et de la communication, ni par Eric Besson, ministre de l'industrie (et de l'économie numérique), ni même par Pierre Lellouche, Secrétaire d'Etat chargé du commerce extérieur. Pourtant, quand on annonce la mise en place d'un bureau de promotion du film afin d'attirer les investisseurs américains (tournages, etc...), l'un des trois ministres aurait semblé "logique".

    C'est en fait Frédéric Lefebvre, Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie, des Finances et de l’Industrie, chargé du Commerce, de l’Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services, des Professions libérales et de la Consommation (on reprend sa respiration), qui s'en est chargé. Celui-ci était de passage dans la métropole californienne, à l'occasion des Oscars (un peu), la promotion de la France au niveau touristique (la raison officielle) et surtout de sa campagne électorale (il se présente au poste de député des Français à l'étranger dans la zone nord-américaine).

    Ce bureau du cinéma devrait être opérationnel dès juillet, intégrant par ailleurs "l'agence de tourisme française de promotion, les ressources du Consulat français à Los Angeles, Film France et Atout France, l'agence de promotion touristique de la France et le Comité Régional d’Ile de France." Il s'agira d'informer des décideurs et réalisateurs américains des dispositifs financiers (crédits d'impôt, aides régionales ou locales...) et des lieux de tournage possibles. Le bureau servira aussi de médiateur avec les professionnels du tourisme et Film France, commission nationale qui rassemble 40 commissions du film.

    Sur le papier, ce "guichet unique" est une bonne idée, simplifiant les démarches et accélérant les mises en relation entre les interlocuteurs.

    Ce "Film office", idée qui est déjà exploitée par différents territoires dans le monde, pourrait servir de pilote à de futurs bureaux en Chine, en Inde et en Corée du Sud.

    La France a beaucoup de retard en Europe, malgré sa position de leader en matière de production cinématographique : seulement 3% des tournages américains en Europe y sont réalisés.