The French Dispatch: premières images et première bande annonce

Posté par vincy, le 12 février 2020

Avouons-le: on a hâte que Thierry Frémaux confirme que The French dispatch soit sélectionné à Cannes. Le nouveau film de Wes Anderson, tourné à Angoulême, réunit un des castings les plus dingues de ces dernières années: Benicio del Toro, Adrien Brody, Tilda Swinton, Léa Seydoux, Frances McDormand, Timothée Chalamet, Lyna Khoudri, Jeffrey Wright, Mathieu Amalric, Stephen Park, Bill Murray, Owen Wilson, Liev Schreiber, Elisabeth Moss, Guillaume Gallienne, Jason Schwartzman, Edward Norton, Willem Dafoe, Rupert Friend, Lois Smith, Saoirse Ronan, Christoph Waltz, Cécile de France, Hyppolyte Girardot et Anjelica Huston.

La bande annonce a été dévoilée aujourd'hui et on comprend qu'il s'agit de plusieurs petites histoires, en couleur et en noir et blanc, autour d'un magazine américain d'une ville française (fictive) du siècle dernier, Ennui-sur-Blasé (tout un programme). Le magazine va publier son dernier numéro.

Wes Anderson s'est inspiré du légendaire (et toujours vivant) New Yorker pour écrire son scénario. Plusieurs personnages ont des traits communs avec les membres de l'équipe du magazine new yorkais ou de personnalités qui ont fait l'objet de longues enquêtes. Voici les premières images...

James Bond : Rami Malek affrontera Daniel Craig dans un 25e film toujours sans titre

Posté par wyzman, le 25 avril 2019

C'est aujourd'hui qu'avait lieu la tant attendue conférence de presse de Michael G. Wilson et Barbara Broccoli, les producteurs de la saga James Bond que l'on ne présente plus. L'occasion pour la presse et le public d'en apprendre peu...

Tournage en Jamaïque

Fin février, lors de nouveaux rapports émanant de la presse anglo-saxonne, nous apprenions que la sortie du 25e James Bond avait été reportée au 8 avril 2020 (contraignant Universal à déplacer Fast and Furious 9) en réponse à un scénario qui devait être réécrit. Au casting, il avait déjà été annoncé que Daniel Craig (James bond), Léa Seydoux (Dr Madeleine Swann), Jeffrey Wright (Felix Leiter), Ben Whishaw (Q), Rory Kinnear (Tanner) et Ralph Fiennes (M) seraient de la partie. La réalisation avait été confiée à Cary Joji Fukunaga (suite au retrait de Danny Boyle). De son côté, le scénario à l'origine entre les mains de Neal Purvis et Robert Wade semblait poser problème. Depuis, nous avons appris que Scott Z. Burns et Phoebe Waller-Bridge (Fleabag) ont été appelés à la rescousse.

Et c'est là que la conférence de presse d'aujourd'hui s'avère utile puisque l'on apprend entre autres informations que Cary Joji Fukunaga a également mis les mains dans la cambouis pour peaufiner le scénario d'un film qui pourrait marquer la mort du personnage incarné par Daniel Craig depuis Casino Royale en 2006. Preuve s'il en fallait que sans un scénario correct, aucun film ne devrait être mis en production. Mais ce n'est pas tout ! Les acteurs mentionnés plus haut seront rejoints par Ana de Armas, Dali Benssalah, David Dencik, Lashana Lynch, Billy Magnussen et Rami Malek dès ce dimanche, date à laquelle le tournage doit débuter. Dans une vidéo diffusée en streaming, l'équipe de production a annoncé que le film qui porte toujours le titre provisoire de Bond 25 sera tourné aux studios de Pinewood en Grande-Bretagne et passera par l'Italie, la Norvège et la Jamaïque.

Un duel au sommet

Pour rassurer les fans, Barbara Broccoli a tout de même déclaré : "Nous avons un sacré voyage en réserve pour M. Bond" avant d'en dévoiler un (tout petit) peu plus sur le pitch de ce nouveau volet. "La paix de James Bond est de courte durée lorsque son vieil ami Felix Leiter de la CIA vient demander de l'aide. La mission de sauvetage d'un scientifique kidnappé s'avère bien plus traître que prévu et mène Bond sur la piste d'un mystérieux méchant armé d'une nouvelle technologie dangereuse."

Comme la rumeur l'indiquait depuis plusieurs semaines, c'est bien Rami Malek qui fera face à Daniel Craig dans Bond 25. L'acteur de 37 ans récemment oscarisé pour son interprétation de Freddie Mercury dans Bohemian Rhapsody qui n'a pas pu faire le déplacement en Jamaïque pour cause de travail à New York a tout de même annoncé dans ladite vidéo : "Je m'assurerai que M. Bond n'ait pas la vie facile dans ce 25e film". Voilà qui est dit. Maintenant, il ne nous reste plus qu'à espérer que ce Bond 25 se trouvera prochainement un titre digne de lui...

James Bond: scénario en réécriture, sortie encore décalée, tournage bientôt lancé

Posté par vincy, le 20 février 2019

daniel craig james bond 007 spectre

On a un peu de nouvelles de James Bond. A commencer par un nouveau report de sa sortie. Initialement prévu à l'automne 2019, le changement de réalisateur l'été dernier a conduit les producteurs à le décaler, dans un premier temps à février 2020 pour la Saint-Valentin. Finalement le film ne sortira que le 8 avril 2020 pour Pâques. Ce décalage a conduit Universal à modifier son calendrier (Universal remplacera Sony à la distribution pour les sorties hors USA) en déplaçant Fast and Furious 9, initialement programmé en avril 2019, au 22 mai 2020 (au lieu du 10 avril 2020). C'est la première fois qu'un Bond, depuis 1995 (et donc sa renaissance au box office) sortira en dehors de l'automne. Le tournage débutera le 4 mars.

Ce 25e épisode officiel de la plus vieille franchise du 7e art sera réalisé par Cary Joji Fukunaga, soit le premier réalisateur américain pour un film avec 007.  Ce qui ne change pas c'est James Bond lui-même, toujours interprété par Daniel Craig, pour la cinquième fois. Il sera, comme dans 007 Spectre, entouré de Léa Seydoux côté romance, Ralph Fiennes, Naomie Harris et Ben Whishaw côté boulot. Nulle confirmation pour Christoph Waltz, qui pourtant reste bien vivant à la fin du 24e opus.

Le scénario reste sous la responsabilité de Neal Purvis et Robert Wade, qui ont écrit les six derniers films de la série. Mais c'est justement le scénario qui pose problème. Selon The Guardian, Scott Z. Burns (La vengeance dans la peau, Contagion) aurait été appelé à la rescousse pour réécrire le script, que personne ne trouvait convaincant.

Car l'enjeu est lourd. L'objectif est de rapporter autant de recettes que les deux précédents épisodes: Skyfall avait cumulé 1,1 milliard de $ et 007 Spectre 880 millions de $ dans le monde. Ce James Bond 25 pourrait d'ailleurs coûter bien plus que les 250M$ de budget du précédent film.

Quelques rumeurs vont bon train. Remi Malek serait ainsi en négociations pour le rôle du vilain, même si son agenda semble conflictuel (il tourne la dernière saison de Mr. Robot au printemps). Deux autres actrices sont actuellement en cours de casting, une agente du MI6 et une femme fatale. On murmure aussi, parmi les lieux de tournage possibles que cet épisode se tournerait au studio Pinewood, à Matera en Italie, à Athènes et en Norvège. Le retour de Seydoux, en Dr Madeleine Swann serait assez bref puisque Mme Bond serait tuée (décidément Bond attire le veuvage) au cours de la première partie du film. Tout cela reste à prendre avec des pincettes, tant ce projet a été maintes fois modifié.

Mais la plus grosse rumeur qui semble passionner tout le monde c'est le futur James Bond. Alors que Daniel Craig voulait mourir dans ce 25e épisode, personne ne se résout à cette fin dramatique. Et les producteurs lui cherche déjà un successeur. Idris Elba, Riz Ahmed, Richard Madden, Tom Hardy, Henry Cavill, James Norton, Tom Hiddleston et Henry Golding sont parmi les noms fréquemment cités. En même temps, personne n'avait vu venir l'option blond aux yeux bleus de Daniel Craig il y a presque 15 ans. Mais il sera intéressant de voir si les producteurs osent donner le rôle à un non-caucasien. Une chose est certaine, s'ils veulent miser sur la durée, il leur faut un espion qui n'a pas dépassé les 45 ans. Mais surtout, il faut que l'épilogue du 25e épisode soit une fin définitive à l'ère Craig et une transition vers un autre héros de sa majesté.

Léa Seydoux et Blanche Gardin chez Bruno Dumont

Posté par vincy, le 28 janvier 2019

Par ce demi-clair matin , c'est le titre poétique, mais provisoire, du prochain film de Bruno Dumont.

Il s'offre un casting inédit avec Léa Seydoux et Blanche Gardin. Il s'agira d'une chronique de la vie frénétique d’une journaliste star de la télévision, prise entre la célébrité et une spirale d’événements qui entraîneront sa chute.

"Entre drame et comédie, Bruno Dumont veut mettre en scène la crise intime et publique d’une jeune femme et dresser un tableau de la France contemporaine", souligne Arte, qui a décidé de financer le film lors de son premier comité de sélection de l'année le 17 janvier.

"Filmer cette vie et cette illumination. Filmer cette conversion, sa détermination, ses maux, ses sursauts, sa lutte", a commenté le réalisateur.

Soutenu par 3B Productions et Red Balloon Film GmbH, le tournage devrait commencer en septembre 2019.

Co-scénariste du Crocodile du Botswanga avec Fabrice Éboué et de Problemos d'Éric Judor avec Noé Debré, Blanche Gardin, plutôt engagée pour des petits rôles dans des comédies françaises jusqu'à présent, est surtout connue pour ses spectacles en tant qu'humoriste. Elle a reçu l'an dernier Molière de l'humour pour "Je parle toute seule", véritable prouesse où elle assure un monologue sans discontinuer à l'humour très noir.

Après un break de deux ans, Léa Seydoux a été à l'affiche en 2018 de Zoe et Kursk. Elle tourne actuellement The French Dispatch de Wes Anderson et vient de terminer Roubaix, une lumière d'Arnaud Desplechin. Elle pourrait revenir dans le prochain James Bond.

Un nouveau conte de Noël à Roubaix pour Arnaud Desplechin

Posté par vincy, le 6 juillet 2018

Un an après Les fantômes d'Ismaël, Arnaud Desplechin prépare son prochain film, et revient dans sa bonne ville de Roubaix.

Roubaix, une lumière, dont il cosigne le scénario en collaboration avec Léa Mysius (réalisatrice d'AvA) s'offre un casting inédit pour le cinéaste: Roschdy Zem, Léa Seydoux, Sara Forestier et Antoine Reinartz (120 battements par minute).

L’histoire se déroule à Roubaix, une nuit de Noël. Le commissaire Daoud sillonne la ville qui l’a vu grandir. il constate des voitures brûlées, des altercations… Face à la misère, aux mensonges, aux désarrois, Daoud toujours sait. Tableau d’un monde en crise, le film se charge alors d’une mission : rendre leur humanité aux coupables. "Ainsi, à travers la vie de ce commissariat roubaisien, c’"tait un portrait forcément lacunaire de la condition féminine aujourd’hui", a expliqué Arnaud Desplechin dans sa présentation officielle.

Why Not productions et Arte France Cinéma se sont engagés sur ce onzième long métrage de cinéma du réalisateur. Le film a reçu également l'avance sur recette.

Les dates de tournage n'ont pas encore été confirmées.

Cannes 2018: Le jury de la compétition au complet

Posté par vincy, le 18 avril 2018

Autour de la présidente australienne Cate Blanchett, quatre femmes et quatre hommes. Le jury du 71e Festival de Cannes (8-19 mai) a été dévoilé cette nuit. Il a 7 nationalités et vient des 5 continents. Composé de personnalités engagées, il couvre surtout un large spectre du cinéma.

Chang Chen (acteur, Chine). Vu dans Une belle journée d’été d’Edward Yang, Tigre et Dragon d’Ang Lee en 2000, Happy Together, 2046 etThe Grandmaster de Wong Kar-wai, Three Times et The Assassin de Hou Hsiao-hsien et Les Trois Royaumes de John Woo.

Ava DuVernay (Scénariste, réalisatrice, productrice, Etats-Unis). Nommée aux Oscars et aux Golden Globes, récompensée aux BAFTA et aux EMMY, Ava DuVernay a réalisé Selma, Un raccourci dans le temps et Middle of Nowhere, prix de la meilleure réalisation à Sundance.

Robert Guédiguian (Réalisateur, scénariste, producteur, France). Il a réalisé, entre autres, Marius et Jeannette, qui a ouvert Un certain regard et a été récompensé du Prix Louis-Delluc en 1997, Le Promeneur du Champ de Mars, Le Voyage en Arménie , L’Armée du Crime, Les Neiges du Kilimandjaro et le récent La Villa, en compétition à Venise.

Khadja Nin (Auteure, compositrice, interprète, Burundi). Musicienne, elle a sorti plusieurs albums comme « Sambolera Mayi Son » et « Ya… » (« De vous à moi »), qui rend hommage à Mandela et comporte la chanson « Mama » dont Jeanne Moreau a signé le clip en 1998.

Léa Seydoux (Actrice, France). Depuis, La Belle Personne de Christophe Honoré en 2008, on l'a vue dans des films aussi différents que Mission Impossible IV et 007 Spectre côté Hollywood, et côté cannois, La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche, Grand Central de Rebecca Zlotowski, Saint Laurent de Bertrand Bonello, The Lobster de Yórgos Lánthimos et Juste la fin du monde de Xavier Dolan.

Kristen Stewart (Actrice, Etats-Unis). Outre la tétralogie Twilight, elle a navigué entre grosses productions et films d'auteurs avec Blanche Neige et le Chasseur, Un jour dans la vie de Billy Lynn d’Ang Lee, Sur la route de Walter Salles, Sils Maria et Personal Shopper d'Olivier Assayas, et Café Society de Woody Allen.

Denis Villeneuve (Réalisateur, scénariste, Canada). L'an dernier il a réalisé Blade Runner 2049. Avant cela il a signé une des œuvres les plus riches du cinéma nord-américain contemporain avec Un 32 août sur Terre, Next Floor Polytechnique, Sicario, Incendies et Premier contact.

Andrey Zvyagintsev (Réalisateur, scénariste, Russie). L'un des fidèles de la Croisette. Depuis Le Retour, Lion d’or au Festival de Venise, il y a présenté Le Bannissement, Elena, Leviathan et l'an dernier Faute d’amour, prix du Jury à Cannes et nommé comme meilleur film étranger aux Golden Globes et aux Oscars.

Léa Seydoux retrouve Wes Anderson et s’engage chez Ildiko Enyedi

Posté par vincy, le 16 février 2018

Léa Seydoux retrouve l'univers de Wes Anderson, après avoir joué dans The Grand Budapest Hotel. Elle remplacera Scarlett Johansson dans la version française du film d'animation L'île aux chiens, présenté en ouverture de la 68e Berlinale.

Autour d'elle, on retrouvera Isabelle Huppert (qui avait déjà été Mrs Fox dans Fantastic Mr. Fox, le précédent film d'animation du réalisateur) pour le rôle vocal de Frances McDormand, Mathieu Amalric (qui était le fameux Mr Fox) pour le rôle vocal de Jeff Goldblum, Vincent Lindon (à la place de Bryan Cranston), Louis Garrel (pour Liev Schreiber), mais aussi Yvan Attal, Nicolas Saada et Hippolyte Girardot. Le rôle principal tenu par Edward Norton, qui double Rex, aura, en français, la voix de Romain Duris. Notons quand même que Greta Gerwig se doublera elle-même dans la langue de Molière (ce qui est classe, avouons-le).

Puisque nous sommes à Berlin, Léa Seydoux sera le rôle principal du prochain film d'Ildiko Enyedi, la cinéaste hongroise lauréate de l'Ours d'or l'an dernier avec Corps et âme (par ailleurs nommé à l'Oscar du meilleur film en langue étrangère). L’histoire de ma femme est l'adaptation d'un roman éponyme de Milan Füst paru en 1958 (et disponible en France chez Gallimard) qui raconte l'histoire du capitaine Jacob Stör (interprété par le norvégien Anders Baasmo Christiansen), géant rabelaisien jouissant au maximum de sa vie de marin, de son prodigieux appétit, de ses aventures. Un soir, il fait un pari avec un ami dans un café : il épousera la première femme qui en franchira le seuil. Entre alors Lizzy,une petite Française dont il est passionnément, exclusivement, incurablement amoureux, et qu'il épouse comme promis.

Le film est une co-production France/Hongrie/Allemagne/Italie. Pyramide le distribuera. Mais le tournage ne débutera pas avant 2019, à Budapest, Paris, Hambourg et Trieste.

2017 dans le rétro: #MeToo, le hashtag qui a fait vaciller Hollywood

Posté par wyzman, le 29 décembre 2017

Souvent critiqué pour la lenteur de son processus, le journalisme d'investigation a prouvé en 2017 qu'il avait encore de beaux jours devant lui. En effet, il a suffi de trois articles pour dévoiler au monde entier les travers de Hollywood. Ces articles, ce sont bien évidemment ceux de Jodi Kantor et Megan Twohey pour le New York Times, celui de Ronan Farrow pour le New Yorker et enfin celui d'Adam B. Vary pour BuzzFeed.

Le pouvoir des témoignages

Si les deux premiers s'intéressent à Harvey Weinstein et donnent la parole à des victimes présumées de harcèlement sexuel, d'agressions sexuelles et de viol, le troisième évoque le cas d'Anthony Rapp. L'acteur de Star Trek Discovery y raconte la nuit où Kevin Spacey a tenté de l'agresser sexuellement. Ces articles auraient pu faire le buzz et disparaître tout aussi vite s'ils ne comportaient pas autant de témoignages de personnalités. Parmi les victimes de Harvey Weinstein, on trouve ainsi Asia Argento, Rosanna Arquette, Kate Beckinsale, Emma de Caunes, Cara Delevingne, Judith Godrèche, Romola Garai, Heather Graham, Claire Forlani, Eva Green, Jessica Hynes, Florence Darel, Mira Sorvino, Ashley Judd, Angelina Jolie, Minka Kelly, Gwyneth Paltrow, Sarah Polley, Mia Kirshner, Léa Seydoux.

Et ceci n'est qu'un aperçu des victimes les plus célèbres du producteur de Pulp Fiction et Sin City. Aujourd'hui, qui sait combien de jeunes actrices pleines de rêves ont été agressées par l'homme de 65 ans. Du côté de Kevin Spacey, son tweet d'excuses adressées à Kevin Rapp et dans lequel il fait son coming out n'a fait que confirmer ce que beaucoup dans l'usine à rêves redoutaient : l'acteur principal de House of Cards a énormément de choses à se reprocher…

L'explosion de #MeToo

A l'origine issu de l'esprit de l'activiste Tarana Burke, l'expression avait pour ambition de dénoncer les violences sexuelles vécues par les femmes noires. Nous sommes alors en 2006 et l'expression n'est qu'une phrase. Mais dans la foulée des multiples accusations portées à l'encontre de Harvey Weinstein, l'actrice de Charmed Alyssa Milano décide de transformer la phrase en hashtag et veut, par son utilisation, inciter toutes les victimes de violences à caractère sexuel à parler. Nous sommes le 15 octobre et personne n'est en mesure de prévoir ce qui va se passer par la suite.

Car ce ne sont pas quelques réponses que l'actrice de 45 ans va recevoir mais bien des milliers. Son tweet est partagé 25.000 fois et plus de 68.000 internautes lui déclarent avoir également été victimes de violences sexuelles. Mais ça ne s'arrête pas là. Le groupe d'internautes déclarant avoir été agressés comporte aussi des personnalités publiques et des figures majeures de Hollywood.

C'est ainsi le cas de Reese Witherspoon, America Ferrera, Jennifer Lawrence, Lady Gaga, Gabrielle Union, Evan Rachel Wood, Björk, Hilarie Burton, Jenny Slate, Rosario Dawson, Debra Massing, Anna Paquin, Viola Davis, LauraDern, Anna Faris, Ellen Degeneres, Pauley Perrette, Busy Philipps, etc. Quelques hommes auront également le courage d'évoquer le harcèlement et les attouchements qu'ils ont subis. On peut notamment citer Terry Crews, James Van Der Beek et Javier Munoz.

Des accusés de plus en plus célèbres

La viralité de l'hashtag est si impressionnante que très vite, ce sont d'autres noms qui commencent à faire surface. Si Harvey Weinstein a très vite été renvoyé de The Weinstein Company et Kevin Spacey a perdu son rôle dans House of Cards et sa place dans la course aux Oscars avec Tout l'argent du monde, ils sont rejoints dans la tourmente par des célébrités auxquelles on n'aurait sans doute jamais pensé.

Parmi celles-ci, on peut citer Ben Affleck, Oliver Stone, Lars Von Trier, Terry Richardson, George H.W Bush, Jeremy Piven, Brett Ratner, Dustin Hoffman, Ed Westwick, Charlie Sheen, Jeffrey Tambor, Steven Seagal, Louis C.K., Matthew Weiner, Russell Simmons, Andrew Kreisberg, George Takei, Mark Schawhn, Nick Carter, Matt Lauer, Bruce Weber, Bryan Singer, Larry King, L.A. Reid et la liste est encore longue !

A l'heure actuelle, la plus grande action collective entamée par les victimes présumées est d'appeler à modifier la législation sur le délai de prescription des viols. A côté, de multiples associations tentent de capitaliser sur l'essor de l'hashtag #MeToo pour modifier la vision que l'on a des victimes d'agressions sexuelles. Exporté dans des dizaines de pays, #MeToo a trouvé une résonance toute particulière en France où il a été transformé en #BalanceTonPorc par Sandra Muller.

Pour rendre hommage aux victimes de ces agressions, de nombreux acteurs et actrices porteront du noir à la prochaine cérémonie des Golden Globes qui se tiendra le 7 janvier prochain à Beverly Hills.

Harvey Weinstein : anatomie d’une sale affaire

Posté par wyzman, le 17 octobre 2017


C'est le scandale qui agite Hollywood (et donc la planète entière) depuis près de deux semaines. L'autrefois intouchable producteur Harvey Weinstein est accusé de harcèlement et d'agression sexuels. Comme nous, les médias américains sont d'avis que cette affaire est synonyme de clap de fin pour le nabab, co-fondateur de Miramax et de The Weinstein Company - avant un retour.

La magie d'Hollywood et des avocats surpayés aidant, le producteur de Pulp Fiction, Sin City ou encore Happiness Therapy pourrait en effet réatterrir sur ses pattes sans même passer par la case prison. Mais tout cela sera pour un autre épisode, tout aussi tumultueux.

Pour l'instant, concentrons-nous sur l'un des plus grands scandales qui ait jamais touché l'industrie du cinéma (ce n'est pas le premier).

Les victimes

Le 5 octobre dernier, Jodi Kantor et Megan Twohey publient un article dans le New York Times dans lequel elles accusent Harvey Weinstein de faits de harcèlement sexuel sur des actrices. L'article est porté par les témoignages d'Ashley Judd et Rose McGowan, ainsi que par les commentaires de victimes dont l'identité n'est pas révélée. Quelques jours plus tard, The New Yorker donne le coup de grâce au producteur : Lucia Evans, Asia Argento, Rose McGowan, Lysette Anthony et une cinquième femme (dont l'identité n'est pas révélée) l'accusent de viol.

Plus les jours passent, plus The New York Times, The New Yorker et même The Guardian dévoilent des témoignages de femmes qui ont eu le malheur de croiser la route d'un Harvey Weinstein en rut, avec ou sans peignoir. Parmi ces femmes, on trouve ainsi les actrices Rosanna Arquette, Kate Beckinsale, Emma de Caunes, Cara Delevingne, Judith Godrèche, Romola Garai, Heather Graham, Claire Forlani, Eva Green, Jessica Hynes, Florence Darel, Mira Sorvino, Ashley Judd, Angelina Jolie, Minka Kelly, Gwyneth Paltrow, Sarah Polley, Mia Kirshner, Léa Seydoux. Et la liste ne s'arrête pas là ! Asia Argento s'est ouverte au public en racontant son triste passé de femme violée, harcelée et abusée.

Ceux qui l'avaient dit

Les récents articles des médias cités plus haut l'attestent tous : le petit monde hollywoodien était au courant des pratiques de Harvey Weinstein. Mais entre ceux qui l'ont aidé à payer, soudoyer, faire taire ses victimes, ceux qui avaient peur de lui et ceux qui assurent n'avoir eu vent que de "rumeurs", il est possible de comprendre comment un tel monstre a pu récidiver sur plusieurs décennies. Courtney Love avait déjà laissé entendre que le comportement d'Harvey Weinstein laissait à désirer avec les jeunes actrices dès 2005. Des blagues irrévérencieuses, notamment celle de Seth McFarlane lors de la cérémonie des Oscars 2013 trouvent aujourd'hui un drôle d'écho, sans oublier le personnage de Harvey Weingard dans Entourage, décrit comme agressif, harceleur et vulgaire.

Dans 30 Rock, le personnage de Jenna Maroney (Jane Krakowski) balance quand même: "Oh arrête, je n’ai peur de personne dans le show-business. J’ai refusé des rapports sexuels avec Harvey Weinstein à trois occasions différentes… sur cinq."

Cependant, Gwyneth Paltrow assure s'être confiée à Brad Pitt, son petit ami de l'époque qui aurait exigé de Harvey Weinstein qu'il ne touche plus l'actrice. Par la suite, le producteur aurait demandé à Paltrow de ne plus jamais évoquer le sujet avec qui que ce soit. De son côté, Angelina Jolie aurait été harcelée pendant la promotion de La Carte du cœur. Le film était distribué par Miramax et Harvey Weinstein l'aurait approchée dangereusement dans une chambre d'hôtel. Résultat : l'actrice a fait de son mieux pour ne plus croiser sa route et aurait "prévenu les autres d'en faire de même".

Au micro de la BBC, la partenaire de Bob Weinstein, Kathy DeClesis, a reconnu que ce que faisait Harvey "n'était pas un secret pour le cercle fermé". Quand le prédateur n'agressait pas ses employées, il faisait appel à elles pour qu'elles organisent des rendez-vous dans des chambres d'hôtel avec de jeunes actrices. De temps à autre, les employées l'accompagnaient comme l'assure Léa Seydoux, avant de disparaître et de laisser les actrices livrées à elle-même.

Autrefois employée par TWC, Lauren O'Connor aurait envoyé une note à ses cadres pour décrire ce que les femmes devaient supporter au sein de l'entreprise, elle y compris. Tout cela après avoir découvert que sa collègue Emily Nestor avait été contrainte de masser Harvey Weinstein. Et Harvey Weinstein avait jusque-là de si grandes connexions qu'il se murmure même qu'une chaîne comme NBC a préféré fermer les yeux sur les accusations portées par plus d'une trentaine de femmes.

Au cours de l'émission "Hardtalk" de BBC World, la grande amie de Harvey Weinstein, Jane Fonda a avoué avoir eu vent des accusations de harcèlement sexuel l'an dernier mais ne pas l'avoir dénoncé pour ne pas avoir à révéler l'identité de celles qui l'accusaient. "J'aurais dû être plus courageuse et je pense qu'à partir de maintenant je le serai quand j'entendrai de telles histoires", a-t-elle déclaré.

Les conséquences pour la société

The Weinstein Company a beau employer 180 personnes, ce ne sera pas le cas encore longtemps. En effet, si Robert "Bob" Weinstein assurait le week-end dernier qu'il souhaitait sauver la société, cela passera nécessairement par de nouveaux investisseurs (via le fonds d'investissement Colony Capital, en négociations depuis hier pour acquérir une grande partie du capital, et donc du catalogue, de la société), un changement de nom, une restructuration et donc des licenciements. Déjà Hachette Books US a fermé jeudi dernier la filiale Weinstein Books. Une fois n'est pas coutume, le scandale sexuel entourant un seul homme pourrait mener à la perte de leur emploi pour des dizaines d'autres.

Si les films produits et distribués par The Weinstein Company et Miramax ont récolté plus de 300 nominations aux Oscars, cette page de l'histoire devra bientôt être tournée. A l'origine prévu pour une sortie le 24 novembre prochain, The Current War pourrait être décalé à 2018 afin d'éviter de faire un bide au box-office. Le film est en effet un drame historique avec Benedict Cumberbatch, Michael Shannon, Nicholas Hoult, Katherine Waterston et Tom Holland dont l'exploitation collait parfaitement à l'Awards season mais qui est malheureusement distribué par TWC.

Les réactions

Depuis les révélations du New York Times et du New Yorker, plus personne ne tient en place. Les 54 membres du conseil de direction de l'Académie des Oscars ont ainsi exclu Harvey Weinstein. Cette décision aurait d'ailleurs été votée "bien au-delà de la majorité requise des deux tiers" précise le communiqué de presse.

Et parce que les langues se sont largement déliées ces derniers jours, politiques et organisateurs de festivals prennent petit à petit conscience de l'ampleur du scandale. Le Président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé qu'il souhaitait retirer la Légion d'honneur à Weinstein, une décision saluée (en français) par Rose McGowan.  Et pendant que Deauville efface le nom de Harvey Weinstein des Planches, le Festival de Cannes, par les voix de Pierre Lescure et Thierry Fremeaux dénoncent "un comportement impardonnable qui ne peut susciter qu'une condamnation". Dans Quotidien (TMC), hier soir, les producteurs Marc Missionnier et Charles Gillibert, ont appelé à cessé ces pratiques et encouragé la libération de la parole.

Quentin Tarantino, qui lui doit beaucoup, a été obligé de prendre ses distances: "Ces dernières semaines, j'ai été abasourdi et j'ai eu le cœur brisé par les révélations faites sur mon ami de 25 ans, Harvey Weinstein. J'ai besoin de quelque jours de plus pour gérer ma peine, mes émotions, ma colère et mes souvenirs, et ensuite, je prendrai publiquement la parole."

Du du côté des réseaux sociaux, la fermeture temporaire du compte Twitter de Rose McGowan a suscité la colère des internautes. Certaines femmes ont décidé de boycotter la plateforme, rappelant au passage que le compte de Donald Trump est toujours opérationnel et qu'il menace quotidiennement de déclencher une guerre nucléaire. D'autres femmes (et quelques hommes) ont décidé de donner de la voix en lançant #BalanceTonPorc, un hashtag sous lequel ils racontent leurs expériences de harcèlement sexuel.

Aux Etats-Unis c'est l'actrice de Charmed Alyssa Milano qui s'est emparée du réseau social à l'oiseau bleu pour #MeToo, le pendant anglophone de #BalanceTonPorc. Le hashtag a d'ores et déjà été relayé par les actrices Debra Messing (Will & Grace), Anna Paquin (True Blood), Pauley Perrette (NCIS), Rosario Dawson (Daredevil), Evan Rachel Wood (Westworld) ou encore Gabrielle Union (Being Mary Jane).

C'est un feuilleton qui n'est pas terminé. Mais une chose est certaine: dans le marché sans foi ni loi hollywoodien, machine à broyer par excellence, l'industrie a décidé de se réguler et de jouer la transparence. La sale affaire pourrait amener d'autres cas. Les hommes et des femmes de pouvoir, qui ont harcelé actrices, acteurs, mannequins, employé(e)s, peuvent désormais craindre pour leur avenir. Le patron d'Amazon Studios, Roy Price, accusé de harcèlement en fin de semaine dernière, a d'ailleurs été évincé.

Game Over?

Léa Seydoux enchaîne les tournages

Posté par redaction, le 6 mai 2017

Depuis le tournage de Juste la fin du monde de Xavier Dolan sorti l'an dernier, Léa Seydoux n'avait plus rien tourné. En février, elle a confirmé qu'elle se remettait au travail avec Kursk de Thomas Vinterberg (lire notre actualité du 8 février). Le film du réalisateur danois, produit par Luc Besson, est en tournage depuis deux semaines.

L'actrice française enchaînera dès lundi, le 8 mai, à Montréal le tournage de Zoe. Réalisé par Drake Doremus (A la folie, Equals), ce film de science-fiction qui mêle drame et romance, a été scénarisé par Richard Greenberg (la série "The Beauty Inside"). Léa Seydoux rejoint ainsi Ewan McGregor, Christina Aguilera (Burlesque), Theo James (Divergente), Rashida Jones (The Social Network), Miranda Otto (La Guerre des mondes) et Matthew Gray Gubler ("Esprits criminels").

Seydoux et McGregor y seront deux collègues travaillant dans un laboratoire de recherches sur l’amélioration des relations amoureuses (lire notre article du 23 janvier). Au fil de leurs travaux, ils découvrent que leur produit va beaucoup plus loin que ce qu'ils imaginaient.