Catherine Deneuve et Kacey Mottet-Klein de retour chez André Téchiné

Posté par vincy, le 1 février 2018

L’adieu à la nuit sera le prochain film d’André Téchiné. Quelques mois après la sortie de Nos années folles, le cinéaste prépare son 26e long métrage, qui sera soutenu par Arte France.

Il retrouve surtout son actrice fétiche Catherine Deneuve. Ce sera leur 8e collaboration! Le réalisateur retrouvera également Kacey Mottet-Klein qu’il avait déjà dirigé dans Quand on a 17 ans. A leurs côtés, Oulaya Amamra (Divines) et Kamel Labroudi (Des apaches) seront au générique.

Coécrit avec Léa Mysius (Ava), L'adieu à la nuit s'inspire des entretiens du grand reporter David Thomson parus en décembre 2016 au Seuil (en coédition avec Les jours) sous le titre Les revenants : ils étaient partis faire le jihad, ils sont de retour en France. Le livre a reçu le Prix Albert-Londres 2017. Le journaliste y dresse le portrait de 250 Français partis rejoindre la guerre sainte et qui, confrontés à la réalité des groupes jihadistes en Syrie, en Irak ou en Libye, ont choisi de revenir en France.

Deneuve incarnera une grand-mère qui s'interroge face aux actes de son petit-fils. Que peut-on quand la personne qu’on aime le plus devient un ennemi de la République ? C’est le dilemme de Muriel (Catherine Deneuve) face à son petit-fils Alex (Kacey Mottet Klein). Voilà le pitch de ce film produit par Curiosa Films (Un beau soleil intérieur, Sage femme).

Cannes 2017 : Qui est Laure Calamy ?

Posté par MpM, le 19 mai 2017

Si Laure Calamy est si (trop) rare au cinema, c'est qu'elle avant tout comédienne de théâtre, formée au conservatoire national de Paris sous la direction de Daniel Mesguich et Catherine Hiegel. C'est là qu'elle fait la connaissance de Vincent Macaigne qu'elle retrouvera à plusieurs reprises au cours de sa carrière. Il la met ainsi en scène en 2012 dans Au moins j'aurai laissé un beau cadavre d'après Shakespeare, ainsi que dans le court métrage Ce qu'il restera de nous. Logiquement, elle figure également à l'affiche de son premier long métrage, Pour le réconfort, présenté en séance spéciale à l'ACID 2017.

Mais Laure Calamy a fait avant cela bien d'autres belles rencontres : au théâtre, elle joue chez Olivier Py (Au monde comme n'y étant pas, Orlando ou l'impatience), Léna Brabant (Bonjour - Où sont les mamans ?, Les Inséparables), Clément Poirée (Kroum, l'ectoplasme, Dans la jungle des villes, Homme pour Homme) ou encore Pauline Bureau (La Disparition de Richard Taylor, Modèles).

Au cinéma, elle multiplie les courts métrages (Superdog de Thomas Bardinet, La Contre-allée de Cécile Ducrocq, Vous m'éblouissez de Marie Madinier, Clitopraxis d'Emmanuel Laborie...) et, surtout, tient en 2011 l'un des rôles principaux du moyen métrage Un monde sans femmes de Guillaume Brac (face à Vincent Macaigne, décidément). Cela lui vaut une certaine reconnaissance (y compris un prix d'interprétation féminine à Pantin et à Belfort) et une belle visibilité. Elle devient peu à peu l'un de ces visages souvent aperçus au détour d'une scène ou d'un plan et qui savent capter la lumière en un instant.

On la retrouve entre autres chez Bruno Podalydès (Bancs publics), Pascal Chaumeil (Un plan parfait), Albert Dupontel (Neuf mois ferme), Audrey Dana (Sous les jupes des filles), Lucie Borleteau (Fidelio, l'odyssée d'Alice) et Thomas Bidegain (Les cowboys) mais aussi dans la série Dix pour cent (saisons 1 et 2) où elle est Noémie Leclerc, l'assistante drôlissime de l'agent artistique Mathias Barneville (interprété par Thibault de Montalembert). Elle est actuellement à l'affiche de Aurore, aux côtés d'Agnès Jaoui.

On apprécie son apparent franc-parler, sa spontanéité, et son côté solaire, aussi. C'est d'ailleurs sûrement ce qui a décidé Léa Mysius à lui confier le rôle de la mère dans Ava, un premier long métrage sélectionné à la Semaine de la critique cette année. Ni mère indigne ni mère coincée, elle y incarne avec justesse ce personnage d'habitude mal aimé du cinéma, celle d'une femme de bientôt 40 ans, mère de deux enfants, et qui ne veut pour autant renoncer ni à sa féminité, ni à sa liberté. Un rôle qui met en valeur sa spontanéité et sa sensualité, sans chichis. Et si ce mois de mai 2017 imposait son nom dans tous les esprits ? Doublement présente à Cannes, l'actrice a en tout cas deux fois plus de chance d'y rencontrer un succès amplement mérité.