laura antonelli » Le Blog d'Ecran Noir

Silence éternel pour la chanteuse et doubleuse Anne Germain (1935-2016)

Posté par vincy, le 14 septembre 2016

La chanteuse et choriste Anne Germain est décédée mardi 13 septembre à l'âge de 81 ans.

Cette grande voix du doublage français avait fait notamment ses vocalises dans des dessins animés comme Les Aristochats où elle était l'exquise Duchesse, Mary Poppins, Robin des Bois ou Un violon sur le toit... Elle avait aussi enregistré les génériques des émissions TV "L'Ile aux enfants" et "Les Visiteurs du Mercredi".

En 1964, Anne Germain avait participé aux choeurs de la célèbre chanson "Douliou Douliou Saint-Tropez" pour le film Le Gendarme de Saint-Tropez. Mais c'est elle était surtout connue pour avoir doublé Catherine Deneuve pour le chant dans Les Demoiselles de Rochefort et Peau d'âne de Jacques Demy. Leurs voix étaient assez proches, Anne Germain pouvait poussé la note assez haut avec un timbre cristallin.

Anne Germain et son époux Claude ont été parmi les membres fondateurs des Swingle Singers, groupe de jazz vocal des années soixante, aux côtés de Christiane Legrand, sœur du compositeur Michel Legrand, compositeur des films musicaux de Jacques Demy (tout se recoupe). Son époux compositeur des principales musiques des films de Jean Yanne. La chanteuse a joué les choristes et chanteuses pour des chansons du film Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil.

Enfin, rappelons qu'elle a aussi prêté sa voix à Laura Antonelli dans Les Mariés de l'An II pour chanter l'hymne "Gloire à la République, mort à tous les fanatiques".

Fin du conte cruel de Laura Antonelli (1941-2015)

Posté par vincy, le 22 juin 2015

laura antonelliAinsi la tragédie s'achève. Laura Antonelli a été retrouvée morte, sans qu'on ne connaisse les causes de son décès, à son domicile près de Rome, à l'âge de 73 ans. Née le 28 novembre 1941 à Pula (alors en Italie et désormais en Croatie); l'ancienne compagne de Jean-Paul Belmondo (de 1972 à 1980), Laura Antonelli ne tournait plus depuis 25 ans.

Professeur d'éducation physique, elle commence sa carrière à la télé et dans des romans photos avant d'être enrôlée par le cinéma au milieu des années 60. La très belle jeune femme est vite repérée. Dès son deuxième film, elle tourne avec Vincent Price dans une parodie de James Bond, L'espion qui venait du surgelé. Mais avec la Laura, le froid n'existe pas: tout se réchauffe. Sa dimension érotique n'échappe pas aux producteurs. Elle sera souvent la fille sexy de comédies ou drames érotiques comme La révolution sexuelle de Riccardo Ghione (1968), Vénus en fourrure de Massimo Dallamano (d'après le roman de Leopold von Sacher-Masoch, 1969), Gradiva de Giorgio Albertazzi (1970).

Bébel

En 1971, elle vient tourner en France pour Philippe Labro. Sans mobile apparent, co-scénarisé avec Jacques Lanzmann, réunit Jean-Louis Trintignant, Dominique Sanda et Jean-Pierre Marielle. Elle enchaîne avec Les Mariés de l'An II, de Jean-Paul Rappeneau, avec Belmondo, Marlène Jobert, Pierre Brasseur et Sami Frey. Le film est en compétition à Cannes et connaît un gros succès en salles. Antonelli incarne le rôle d'une jeune aristocrate dont s'éprend Belmondo, ce qui réveille une jalousie féroce chez Jobert. Le personnage devait être interprété par Claude Jade.

Dès lors, Antonelli et Bébel seront fiancés à la ville et à l'écran. On les retrouve dans Docteur Popaul, le plus grand succès de Claude Chabrol. Elle y est la soeur de Mia Farrow. "C'est avec une profonde tristesse que je viens d'apprendre le décès de Laura Antonelli. Laura fut pour moi avant tout une compagne adorable, au charme exceptionnel", a réagi Jean-Paul Belmondo dans une déclaration écrite à l'AFP. "Elle fut également une partenaire de grande qualité que tout le monde appréciait sur les plateaux. Je ne veux garder d'elle que ces merveilleux souvenirs" a-t-il ajouté.

Risi, Visconti, Comencini, Scola...

En 1973, avec la comédie érotique Malicia de Salvatore Samperi, elle connaît à la fois un immense succès commercial et le respect des critiques. Elle obtient le Ruban d'argent (récompense du Syndicat des critiques de cinéma italiens) de la meilleure actrice et s'affirme comme une égérie de ce genre de films, où elle est l'objet de rivalité entre deux frères chauds bouillants. Le film connaîtra une suite ridicule en 1991, Malicia 2000.

belmondo antonelliGrâce à ce rôle, les cinéastes les plus respectés en Italie la font tourner: Dino Risi dans Sexe fou (1973) où elle interprète les 8 personnages des sketches, Mon Dieu, comment suis-je tombé si bas? de Luigi Comencini (1974), L'Innocent de Luchino Visconti (1976), en épouse trompée qui va elle-même succomber aux charmes d'un autre homme. Le film fut en compétition à Cannes. Et surtout le mélo Passion d'amour d'Ettore Scola (1981), lui aussi présenté à Cannes, et qui lui valu un prix David di Donatello de la meilleure actrice dans un second rôle.

Pourtant, après ce film, sa filmographie va s'appauvrir. Absente des écrans durant trois ans, elle ne revient que pour des comédies, des films à sketches et des séries TV. Seule exception, La Vénitienne de Mauro Bolognini en 1986 où elle endosse son dernier grand rôle dramatique en veuve séduite par un jeune homme. C'est surtout une autre tragédie qui va s'annoncer pour elle.

Cocaïne, collagène et déchéance

En 1991, l'échec retentissant de Malicia 2000 coïncide avec son arrestation pour détention de 36 grammes de cocaïne. Elle est assignée à résidence, condamnée à la prison dans un premier temps, et après 9 ans de procédure enfin acquittée. Mais cette année-là, sa carrière s'arrête brutalement. C'est aussi cette année-là qu'elle commence à se faire injecter du collagène dans le visage pour cacher ses premières rides. Malheureusement, elle est victime d'une allergie effroyable qui la défigure. L'actrice porte plainte conte le chirurgien esthétique et, 13 ans plus tard, perd son procès. Toutes ces longues procédures judiciaires l'ont fragilisée au point d'être internée dans un asile. Ce sera le seul procès qu'elle gagnera: celui contre le ministère de la Justice italien, accusé de lenteur abusive.

Cette souffrance et cette destruction l'ont conduite à s'isoler depuis 12 ans, mise sous tutelle, en pleine dévotion religieuse, vivant dans la pauvreté extrême. Depuis plusieurs années, Laura Antonelli vivait recluse chez elle, sans téléviseur, ni livre, passa,t ses journées à écouter une radio religieuse. Dans une rare interview à un hebdomadaire local, l'Ortica, elle expliquait: "Je n'étais pas heureuse. Cela peut sembler paradoxal, mais un jour tu te regardes dans le miroir, tu vois que tu es belle, riche et célèbre, mais tu te rends compte qu'il y a un vide à l'intérieur". "C'est comme ça qu'arrivent les erreurs. Tu tombes dans le précipice, et ce n'est que grâce à la foi que j'ai surmonté toutes les adversités", ajoutait-elle. "Mon amour pour Dieu m'a aidée, je répète à tout le monde que je ne suis pas folle."

Elle fut l'une des créatures divines du 7e art italien. Et comme dans les Contes cruels, elle fut métamorphosée. On gardera d'elle le souvenir de sa beauté.