Kristen Stewart, Michelle Williams et Laura Dern dans le Montana

Posté par vincy, le 28 février 2015

Kristen Stewart a rejoint Michelle Williams et Laura Dern dans le drame toujours sans titre de Kelly Reichardt, dont le tournage aura lieu au printemps dans le Montana. Jared Harris et James Le Gros sont aussi annoncés.

Selon Deadline, la réalisatrice de Night Moves et de Wendy & Lucy, le film est une série de portraits d'une ville rurale américaine. La cinéaste aurait écrit son film à partir d'un recueil de nouvelles (Both Ways is the Only Way I Want It) de Maile Meloy, écrivain née à Helena, la capitale du Montana.
Kristen Stewart interprètera une avocate de Boise, dans l'Idaho, qui part enseigner à des heures de route de chez elle. Une amitié se créé avec une de ses élèves (Michelle Williams, dont c'est le troisième film avec la cinéaste), qui habite dans ce trou paumé.

Michelle Williams sera dans les cinémas en avril avec Suite Française. Elle vient de confirmer sa participation au film de Kenneth Lonergan, Manchester-by-the-Sea, avec Casey Affleck.

César du meilleur second-rôle féminin il y a une semaine pour Sils Maria, Kristen Stewart a terminé les tournages de Anesthesia de Tim Blake Nelson, Equals de Drake Doremus et American Ultra de Nima Nourizadeh. Elle sera à l'affiche prochainement de Still Alice, qui a valu un Oscar à Julianne Moore dimanche dernier. Camp X-Ray n'est toujours pas programmé en France.

Laura Dern, récemment vue dans Nos étoiles contraires et Wild (pour lequel elle a obtenu une nomination à l'Oscar du meilleur second rôle féminin), vient de finir Strings de Daniel Duran.

Ce qu’il faut retenir des César 2015: audience, cérémonie, sagesse africaine, jeunesse triomphante et l’omniprésence de Cannes…

Posté par vincy, le 21 février 2015

sissako timbuktu cesar 2015

La 40e cérémonie des César (voir Le palmarès intégral), orchestrée laborieusement par Edouard Baer et présidée par Dany Boon, a attiré 2,4 millions de téléspectateurs (+ 100000 par rapport à 2013) avec une bonne part d'audience de 13,6% (+2,4 points par rapport à l'an dernier). C'est un score médiocre qui confirme année après année que les César ont besoin d'un coup de fouet dans leur manière de faire la fête. On est loin des audiences de 2005 et 2012, quand l'émission dépassait les 3 millions de téléspectateurs, même si le score d'hier est dans la moyenne de ces dix dernières années.

sean penn cesar 2015Si le reboot de la cérémonie nous paraît de plus en plus urgent - du Tapis rouge aux sketches en passant par des discours interminables -, les César ont quand même, entre quelques grands moments de malaise (à la limite du bide et même du mauvais goût, réussi, parfois, à nous toucher: les discours humbles, posés, généreux d'Abderrahmane Sissakko, les larmes de Sabine Azéma lors de l'hommage à Alain Resnais, la sincérité d'Adèle Haenel, César de la meilleure actrice pour Les combattants, qui n'oublie pas de remercier André Téchiné, Reda Kateb qui n'oublie pas ceux qui lui ont rempli son frigo durant ses années de dèche, le discours humaniste et très pro-culture de Sean Penn, la belle liberté de parole de Joann Sfar, la chanson de Timbuktu sur scène...

"Il n'y a pas de choc de civilisations, il y a une rencontre de civilisations." - Abderrahmane Sissako

Mais ce que nous retiendrons de cette 40e cérémonie, outre la robe "volant de badminton" conçue par Dior de Marion Cotillard et le dialogue méchamment drôle entre Zabou Breitman et Pierre Deladonchamps (avec le summum: "En attendant, moi je me fais pas bronzer la bite dans un film de pédé" ose Zabou en évoquant L'Inconnu du lac dans lequel jouait Pierre), c'est le palmarès.

Timbuktu, oublié injustement par le jury cannois, est reparti avec 7 trophées dont celui du meilleur film, du meilleur réalisateur, et du meilleur scénario. Les sept récompenses ont sacré Abderrahmane Sissako, ses techniciens, de France ou de Tunisie, mais surtout un film poétique, drôle par l'absurde, engagé, qui dénonce l'horreur de l'intégrisme et l'impasse de l'obscurantisme. Quelques semaines après l'attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo, Timbuktu résonne comme la plus belle des réponses. Et ces sept César comme l'affirmation d'une résistance artistique à cette violence (qui nous fait oublier le désastre de l'an dernier avec Les garçons et Guillaume à table!). Comme l'a dit Abderrahmane Sissako, admirable de sagesse, en recevant le César du meilleur réalisateur: "Il n'y a pas de choc de civilisations, il y a une rencontre de civilisations."

adele haenel kristen stewart pierre niney cesar 2015La jeunesse prend le pouvoir

Premier César du meilleur réalisateur pour un cinéaste africain, mais aussi premier César du meilleur film étranger pour un film canadien (Mommy de Xavier Dolan) et premier César d'interprétation pour une actrice américaine (Kristen Stewart, meilleure actrice dans un second-rôle), les 40e César ont opté pour la nouveauté et surtout le renouvellement. 5 des 6 prix d'interprétation ont consacré des comédiens nés entre 1989 et 1996. Reda Kateb (meilleur acteur dans un second-rôle), né en 1977, ce qui n'est pas très vieux en soi, est l'exception. Ainsi Pierre Niney à 25 ans est le plus jeune César du meilleur acteur (pour Yves Saint Laurent). Si on ajoute Xavier Dolan (né en 1989 aussi, devenant le seul réalisateur en dessous de 30 ans à recevoir un César du meilleur film étranger), la jeunesse était au pouvoir dans les catégories artistiques.

L'autre fait marquant c'est évidemment le poids du Festival de Cannes. Toutes sélections confondues, 7 films cannois ont glané 15 César (sur 22). Pas étonnant alors que Sissako comme Dolan ont tenu à remercier le Festival pour avoir "mis dans la lumière" Timbuktu ou "donner confiance" au réalisateur québécois. Depuis 2010, tous les César du meilleur film ont été décerné à un film présenté à Cannes.

César 2015: Timbuktu triomphe avec 7 récompenses

Posté par vincy, le 20 février 2015

cesarMeilleur film (remis par Dany Boon): Timbuktu

César d'honneur (remis par Marion Cotillard): Sean Penn Producteur, réalisateur, acteur, scénariste

Meilleur réalisateur (remis par Nathalie Baye et Guillaume Canet): Abderrahmane Sissako (Timbuktu)

Meilleur premier film (remis par Zabou Breitman et Pierre Deladonchamps): Les combattants

Meilleur film d'animation (remis par Joann Sfar et Laura Smet): Minuscule

Meilleur film documentaire (remis par Charlotte Le Bon et Jalil Lespert): Le sel de la terre

Meilleur film étranger (remis par Emilie Dequenne et Lambert Wilson): Mommy (Canada)

Meilleure actrice (remis par Guillaume Gallienne): Adèle Haenel (Les combattants)

Meilleur acteur (remis par Juliette Binoche et Kristen Stewart): Pierre Niney (Yves Saint Laurent)

Meilleure actrice dans un second-rôle (remis par Céline Sallette et Joey Starr): Kristen Stewart (Sils Maria)

Meilleur acteur dans un second-rôle (remis par Géraldine Nakache et Leila Bekhti): Reda Kateb (Hippocrate)

Meilleur espoir féminin (remis par Cédric Klapisch et Cécile de France): Louane Emera (La famille Bélier)

Meilleur espoir masculin (remis par Julie Gayet et Denis Podalydès): Kévin Azaïs (Les combattants)

Meilleur scénario original (remis par Pascal Elbé): Abderrahmane Sissako, Kessen Tall (Timbuktu)

Meilleure adaptation (remis par Sylvie Testud et Abd Al Malik): Cyril Gely, Volker Schlöndorff (Diplomatie)

Meilleure musique de film (remis par Cécile Cassel et Etienne Daho): Amine Bouhafa (Timbuktu)

Meilleure photographie (remis par Alex Lutz et Stéphane De Groodt): Sofian El Fani (Timbuktu)

Meilleur montage (remis par Léa Drucker et Franck Gastambide): Nadia Ben Rachid (Timbuktu)

Meilleur son (remis par Alex Lutz et Stéphane De Groodt): Philippe Welsh, Roman Dymny, Thierry Delor (Timbuktu)

Meilleurs décors (remis par Léa Drucker et Franck Gastambide): Thierry Flamand (La Belle et la bête)

Meilleurs costumes (remis par Marilou Berry et Jean-Paul Gaulthier): Anaïs Romand (Saint Laurent)

Meilleur court-métrage (remis par Sabrina Ouazani et Félix Moati): La femme de Rio

Meilleur film d'animation - court métrage (remis par Joann Sfar et Laura Smet): Les petits cailloux

Le Jour le plus Court 2014: bons baisers d’Hollywood avec 9 Kisses et 18 stars

Posté par kristofy, le 21 décembre 2014

A l'occasion de la 3e édition du Jour le plus court, la grande fête du court métrage (avec des séances gratuites dans les cinémas) qui a lieu cette année sur plusieurs jours du 19 au 21 décembre, Ecran Noir a choisi une collection produite par le New York Times Magazine, avec des duos de stars hollywoodiennes. Variations autour du baiser.

L'intégrale

Steve Carell & Laura Dern

Jack O’Connell & Shailene Woodley

Benedict Cumberbatch & Reese Witherspoon

Rosario Dawson & Jenny Slate

Chadwick Boseman & Kristen Stewart

John Lithgow & Julianne Moore


Gugu Mbatha-Raw & Miles Teller


Patricia Arquette & Jason Schwartzman

David Oyelowo & Timothy Spall

Deauville way of life, jour 4 : God bless America

Posté par cynthia, le 9 septembre 2014

camp w rayLes pieds dans l'eau et la tête dans les étoiles, la quatrième journée du festival du film américain était parfaitement raccord avec la bannière des États-Unis.

On débute cette quatrième journée de compétition par l'ennui avec le film War Story de Mark Jackson. Ennui, le mot est faible. Supporter une femme enfermée dans une chambre qui déplace ses meubles pendant 15 min, c'est comme lorsque Marion Cotillard meurt dans le troisième opus de la saga Batman : insoutenable ! Alors vite on sort de la salle et on se défoule par un jogging sur la plage en écoutant le dernier Maroon 5 avant de s'enfermer dans le Camp X-Ray de Peter Sattler aux côtés de Kristen Stewart.

Juste avant de se délecter (ou pas) de KRIIIIIISTEEEEEEN, la légende John McTiernan (Piège de cristal, Predators) a reçu un hommage. Le réalisateur à succès a offert un discours assez étrange mais pourtant plein de bon sens sur le déclin de son pays. « Je critique l'élite » dit-il avec fermeté après avoir pas mal remonté les bretelles à l'Oncle Sam et à sa politique. Serait-ce une transition pour annoncer le film de Peter Sattler qui se passe à la prison de Guantanamo ? En tout cas « c'est plutôt bien synchronisé » avoue le réalisateur de Camp X-Ray (et en français en plus).

Pour son premier film en tant que réalisateur, Peter Sattler tape fort, mais vraiment fort, et détruit le mythe de l'innocente Kristen dans sa forêt de vampires qui brillent. ENFIN ! Elle se révèle (presque) actrice. La belle aux yeux de chat joue le rôle d'une soldat qui se lie d'amitié avec un détenu. Un rôle assez intense où elle aurait pu avoir un sans faute si elle n'avait pas une nouvelle fois eu recours aux tics qui ont fait d'elle l'actrice le plus critiquée du net. Et que je tripote mes cheveux, et que je me mords les lèvres et me lèche les babines à tout va... Mais ce n'est pas le pire. Le pire, ce sont ses respirations incessantes en fin de phrase lorsqu'elle joue le stress.

Dis-moi, jolie Kristen, ne serais-tu pas asthmatique? Non parce qu'à chaque fois que tu fais cela, c'est-à-dire tout le temps, j'ai l'impression de revoir le personnage de Steevie dans la série Malcolm. Ce qui est dommage car tu aurais pu être parfaite dans ce rôle, mais, voilà, tes tics ont repris le dessus. Pourtant je serais de mauvaise fois si je prétendais qu'elle ne m'a pas émue ou transportée. Camp X-Ray remet en question le choix difficile de punir tout en prenant conscience que le détenu en face est un être humain comme nous. Un film humain dont on a bien besoin en ce moment.

« C'est le meilleur film du festival » dit une jeune fille à côté de moi. En mon for intérieur, je pense « elle n'a pas encore vu Whiplash de Damien Chazelle, celle-ci ! ». Car une chose est sûre : pour l'instant, la compétition n'est pas à son apothéose. Il va falloir attendre mercredi pour enfin entrer dans la compétition avec le nouveau Gregg Araki, le superbe I Origins de Mike Cahill et bien-sûr l'exceptionnel et incroyable Whiplash de Damien Chazelle.

Deauville way of life, jour 3: la journée de la faim

Posté par cynthia, le 8 septembre 2014

chefTroisième jour sur Deauville, encore une fois une pléiade de stars a envahi la ville ensoleillée. Enfin, stars, stars... c'est pas la Croisette non plus. La plupart des célébrités ont déserté ce 40e festival du film américain. C'est bien notre veine, ça! Bon autant se consoler avec une boule de glace à 5 euros (oui il ne faut pas être pauvre à Deauville) et des films talentueux.

Après une mise en bouche plutôt sanglante avec le Cold in July de Jim Mickle, c'est le Monsieur touche à tout, Jon Favreau qui nous a offert le plat de résistance avec Chef. Dans ce film, qu'il réalise, il incarne un chef de restaurant très talentueux qui après une mésaventure sur Twitter se retrouve contraint de se réinventer en cuisine. À ses côtés, nous retrouvons Scarlett Johansson, brune pour l'occasion, qui incarne encore une nouvelle fois la femme objet par excellence (à croire que la subtile tête blonde de La jeune fille à la perle est morte et enterrée). Elle met l'eau à la bouche de ces messieurs et de ces dames avec des décolletés plongeant, des robes moule fesses et surtout avec ses mimiques faciales qui font croire qu'elle est constamment en train d'avoir un orgasme. Elle peut se lécher les babines devant les plats de Jon Favreau, on le fait aussi (d'ailleurs n'allez pas voir le film si vous êtes au régime ou en état de jeûne ce sera un supplice), mais tout de même Scarlett il y a des limites!

D'ailleurs, Scarlett, très chère Scarlett, j'hésite à t'envoyer une lettre car plus tu joues plus tu me désoles. Avant c'était ton naturel et ton talent (parce que je t'assure tu en as) que tu mettais en avant. Mais depuis quelques temps, c'est ta plastique (certes vertigineuse) qui domine le reste. Il n'y a qu'à voir ta pub Sodastream pour comprendre qu'on a définitivement perdu celle qui refusait d'être cataloguée à cause de son physique de rêve. En robe sexy, tu suces une paille avec délectation (on vous épargne l'analogie qui vient immédiatement à l'esprit) en nous disant qu'un verre de Sodastream, ça détend! Okay... et puis non, pas okay! Franchement la fille qui boit un verre toute seule chez elle en tenue de soirée et de manière suggestive qu'elle me contacte tout de suite, il va falloir que je la rencontre!

À part Scarlett Johansex, nous retrouvons dans ce film un autre pote de Jon Favreau, Robert Downey JR, fidèle à lui-même, sexy (sans tenue moule fesses en plus) et exceptionnel même dans un petit rôle. En ce qui concerne le film, Jon mérite 3 étoiles... j'aurais pu mettre 4 mais il mérite une punition parce qu'à cause de lui et de ses gros plans perpétuels sur la nourriture, j'ai vidé mon frigo en rentrant... Et comment je vais marcher avec grâce sur le tapis rouge de Deauville moi maintenant? Et bien nous verrons ça demain soir pour le prochain film de KRIIIIIIIISTEEEEEEEN, comme l'appellent les fans de la saga Twilight, j'ai nommé Camp X-Ray où l'actrice (mono-expression) incarne un soldat de l'armée américaine.

Je ne sais pas pour vous mais moi j'ai hâte de remettre le couvert !

Deauville 2014 : pas de crise de la quarantaine!

Posté par kristofy, le 21 août 2014

Cette année, le Festival Américain de Deauville va fêter son 40ème anniversaire. Le rendez-vous normand saura une nouvelle fois encore réunir sur les planches à la fois les films des grands studios d’Hollywood et aussi le cinéma indépendant américain. Une continuité qui est d’ailleurs racontée dans un livre qui évoque autant 40 ans de festival que 40 ans de cinéma américain avec de nombreux témoignages en souvenirs des moments les plus émouvants (Deauville, 40 ans de cinéma américain, 176 pages, éditions Michel Lafon). De plus, les séances nocturnes ‘Nuits Américaines’ projetteront les films primés depuis 1995 (création de la compétition avec un jury).

Hommages

Enfin, le Festival proposera cette année de (re)voir des films avec Yul Brynner, et deux icônes récemment disparues Lauren Bacall, et Robin Williams.

Ce 40ème anniversaire de Deauville va proposer une affiche très éclectique avec plusieurs hommages : le réalisateur John McTiernan, Jessica Chastain et The Disappearance of Eleanor Rigby (them), Will Ferrell et ses Légendes Vivantes, Ray Liotta, le producteur Brian Grazer. En revanche, James Cameron a annulé sa venue pour la présentation de son documentaire Deepsea Challenge 3D.

Avant-premières

Le film d’ouverture sera le très attendu nouveau Woody Allen Magic in the Moonlight avec Colin Firth et Emma Stone et celui de clôture, le très attendu Sin City 2. Parmi les avant-premières on y verra notamment Camp X-Ray avec Kristen Stewart (Sundance), Get On Up le biopic sur James Brown, Les Recettes du Bonheur de Lasse Hallström avec Helen Mirren (et aussi Charlotte Le Bon), Alex Of Venice avec Mary Elizabeth Winstead et Don Johnson, Infinitely Polar Bear avec Mark Ruffalo et Zoe Saldana, Avant d’aller dormir de Rowan Joffe avec Nicole Kidman et Colin Firth, Pasolini de Abel Ferrara (sélectionné également à Venise)…
On regrettera l’absence de The smell of us de Larry Clark et de Coherence de James Ward Byrkit.

Jury

Cette année le jury sera composé uniquement de personnalités ayant déjà été président du jury dans le passé : le président Costa Gavras sera entouré de Pierre Lescure (2002), Claude Lelouch (2004), André Téchiné (2007), Jean-Pierre Jeunet (2009), Emmanuelle Béart (2010) et Vincent Lindon (2013). S'y ajoute bizarrement la chorégraphe et danseuse Marie-Claude Pietragalla, sans doute pour ajouter une touche féminine un peu plus marquante à ce jury très peu paritaire.
L’autre jury, celui attaché à récompensé un film Révélation, sera lui plus féminin avec la présidente Audrey Dana entourée de Clémence Poesy, Lola Bessis, Anne Berest, la chanteuse Christine (‘& the Queens) et de Freddie Highmore (Charlie et la Chocolaterie).

Compétition

En compétition beaucoup de premiers et seconds films qui devraient étonner, mais cette année, on retrouve aussi, plus que d’habitude, des cinéastes déjà confirmés qui vont surprendre comme Gregg Araki et White Bird avec Shailene Woodley, Eva Green ou Anton Corbijn et Un Homme très recherché avec Philip Seymour Hoffman (un de ses derniers films) et Rachel McAdams.
Le film de genre sanglant sera bien représenté avec It Follows de David Robert Mitchell, Juillet De Sang de Jim Mickle (tous deux étaient à Cannes) ou A Girl Walks Home Alone At Night de Ana Lily Amirpour.
Déjà des bons échos de Berlin pour Love is Strange avec John Lithgow et Alfred Molina, de Sundance avec l’actrice Brit Marling qui fera doublement sensation dans les films I Origins de Mike Cahill (avec Astrid Bergès-Frisbey et Michael Pitt) et The Better Angels de A.J. Edwards (avec Jason Clarke, Diane Kruger et Wes Bentley). Le plus attendu est sans aucun doute celui qui a fait sensation à Sundance comme à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes: Whiplash de Damien Chazelle. Parmi les 14 films de la compétition on reverra aussi Reese Witherspoon dans The Good Lie de Philippe Falardeau, Catherine Keener et Hafsia Herzi dans War Story de Mark Jackson.

_____________

40e Festival du Cinéma Américain de Deauville
Du 5 au 14 septembre.
Renseignements sur le site de la manifestation

Compétition

A girl walks home alonte at night, d‘Ana Lily Amirpour
I Origins, de Mike Cahill
It Follows, de David Robert Mitchell
Jamie Marks est mort (Jamie Marks Is Dead), de Carter Smith
Juillet de sang (Cold in July), de Jim Mickle
Love is strange, d’Ira Sachs
The Better Angels, de A.J. Edwards
The Good Lie, de Philippe Falardeau
Things people do, de Saar Klein
Un homme très recherché (A Most Wanted Man), d’Anton Corbijn
Uncertains Terms, de Nathan Silver
War Story, de Mark Jackson
Whiplash, de Damien Chazelle
White Bird (White Bird in a Blizzard), de Gregg Araki

Avant-Première

Alex of Venice, de Chris Messina
Avant d’aller dormir (Before I Go to Sleep), de Rowan Joffe
Camp X-ray, de Peter Sattler
Chef, de Jon Favreau
Deepsea Challenge 3D : l’aventure d’une vie (Deepsea Challenge), de John Bruno, Ray Quint & Andrew Wight
Get on up, de Tate Taylor
Infinitely polar bear, de Maya Forbes
Land Ho !, de Martha Stephens & Aaron Katz
Légendes vivantes (Anchorman 2: The Legend Continues), d’Adam McKay
Les Boxtrolls (The Boxtrolls) d’Anthony Stacchi & Graham Annable
Les Recettes du bonheur (The Hundred-Foot Journey), de Lasse Hallström
Magic in the moonlight, de Woody Allen
The disappearance of Eleanor Rigby : them, de Ned Benson
Sin City 2 : j'ai tué pour elle, de Frank Miller et Robert Rodriguez

L’instant Glam: Uma Thurman, Kristen Stewart, John Travolta, Quentin Tarantino, Juliette Binoche, Chloë Grace Moretz…

Posté par cynthia, le 23 mai 2014

quentin tarantino uma thruman red carpet cannes 2014Oyé oyé cinéphiles! Et tel le diabolique réveil qui nous sort d'un doux songe, nous voici au dernier jour de la compétition de ce 67e Festival de Cannes . Autant vous dire que l'émotion était à son comble!! Et quoi de mieux que la bonne humeur pour exprimer ses émotions. Danses, retrouvailles et complicités étaient au rendez-vous en ce neuvième jour du festival de Cannes.

The Queen Catherine Deneuve est revenue monter les marches, plus décontractée que pour le film de Téchiné, mercredi. Une robe chemise montrait bien que le Festival touchait à sa fin. Des allures de vacances donc sur les marches? Ce n'est pas l'équipe de Pulp Fiction, venue fêter le vingtième anniversaire du film palmé, qui nous fera penser le contraire. Quentin Tarantino a offert à ses fans une danse suave devant les photographes. Suivis de très près par les mouvements de vagues de John Travolta et les petits rebonds d'Uma Thurman. S'il n'y avait pas le soleil à Cannes, il aurait fallu regarder la robe jaune et resplendissante d'Uma Thurman. La Kill woman était un vrai soleil sur le tapis rouge. Elle aurait dû monter les marches lorsqu'il pleuvait la veille, ça aurait remonté le moral des troupes usées par l'alcool, le manque de sommeil et des heures passées dans les salles. On avait qu'une seule envie, celle de les rejoindre sur ce dancefloor improvisé le temps de la montée des marches. C'était jour de fête puisque Madame Doubtfire a aussi dansé sur le tapis en attendant l'arrivée de l'équipe de Sils Maria. Les festivaliers ont des drôles de façon de nous faire patienter.

L'équipe du film d'Olivier Assayas est enfin arrivée. Juliette Binoche, Chloë (Grace) Moretz et Kristen Stewart étaient au bras d'Olivier Assayas. Le trio de femmes était vêtue de blanc. De loin, on se serait cru dans le clip Partir un jour des 2be3. Chloë Moretz portait une robe à plumes qui faisait penser davantage à un bal de promo de fin de lycée qu'au Festival de Cannes. Etant donné qu'elle est encore jeune, on lui pardonne. A ses côtés une boule à facette triste... ah non c'est juste Kristen Stewart, qui a snobé avec une grâce qui ferait pâlir Surya Bonaly, les journalistes de TV festival (et le photocall du matin). L'idole des adolescents faisait comme à son habitude la tête. Lui décrocher un sourire serait comme décrocher la lune. Ah attendez... elle se mordait les lèvres comme Bella Swan lorsqu'elle regarde son vampire de chéri... Serait-elle possédée par son rôle dans la saga Twilight? La belle (parce que tout de même elle est belle) portait un costume blanc pailletée qui laissait entrevoir une envie de disco, de danse, de fête et donc de sourire. Kristen as-tu des problèmes? Veux-tu en discuter autour d'un thé? Bon, Kristen comme je l'ai fait pour ton (ex?) petit copain Robert Pattinson, je vais te conseiller pour ta prochaine montée des marches. Parce que tu vois, ça m'attriste de te voir dépressive. Cannes c'est magique, c'est prestigieux, c'est glamour, c'est un grand événement et il y a des filles qui vendraient leur cheveux pour être à ta place, alors, la prochaine fois, fais travailler tes zygomatiques. Souris au public, souris aux photographes, souris aux marches, souris même à ton portier une fois rentrée dans ton hôtel! Profite du moment présent, tu es à Cannes! Carpe Diem quoi. Prend exemple sur ta partenaire Juliette Binoche: elle n'arrêtait pas de sourire à tout le monde.

Plus tard, dans la soirée ,c'est l'équipe du film  Léviathan qui, tout sourire (regarde bien et apprend Kristen) a monté les marches du Festival de Cannes. Ils ont su fermer avec classe et dignité (pas de tétons, de trous ou de culottes qui dépassent) la compétition de cette 67e édition. Il ne reste plus, nous pauvres mortels, qu'à attendre la grande cérémonie qui sera, sans nul doute, remplit de glamour, de beauté et de faux pas.

Sundance 2014 : Kristen Stewart, une renaissance après Twilight

Posté par vincy, le 24 janvier 2014

camp x ray kristen stewart sundance

Kristen Stewart ne se résigne pas à être simplement Bella Swan. Elle a été connue avant Twilight, elle veut être reconnue après Twilight.

Très vite plongée dans le système des studios hollywoodiens, Stewart n'a pas été révélée à Sundance. Mais l'actrice choisit de plus en plus de films destinés aux grands festivals. Ceci dit, la comédienne a fait ses premiers pas dans la neige de Park City, Utah, assez tôt, en 2004, avec le film Speak de Jessica Sharzer.

Stewart ne revient pas à Sundance avant quelques années. Ses films vont plutôt à Tribeca en avril ou Telluride en septembre. La jeune comédienne revient dans le Festival de Robert Redford en 2008 avec The Yellow Handkerchief, de Udayan Prasad, et Panique à Hollywood, de Barry Levinson, avec Robert de Niro (le film ira ensuite au Festival de Cannes).

En 2009, elle arpente les rues enneigées du festival avec Adventureland - Job d'été à éviter, de Greg Mottola, avec Jesse Eisenberg et Ryan Reynolds. Les choses ont changé : elle est devenue une star, l'une des mieux payées du monde avec le premier opus de la saga Twilight sorti quelques mois auparavant. C'est Sundance qui profite de sa notoriété. Et elle en devient même une abonnée puisque l'année suivante, elle y retourne avec Welcome to the Rileys, de Jake Scott, avec James Gandolfini (le film est en compétition) et avec Les Runaways, de Floria Sigismondi.

Depuis Stewart n'a pas tourné grand chose hormis les deux épisodes finaux de Twilight et Blanche Neige et le chasseur. Elle rapporte gros (2 milliards de $ au box office nord-américain depuis le début de sa carrière) mais les espoirs artistiques placés en elle se sont dilués dans des choix trop prévisibles.

Alors elle prend un risque. Cette année Kristen Stewart est de retour avec un premier film. Et elle le fait à Sundance, comme pour bien montrer qu'elle veut être respectée dans une industrie schizophrénique, entre dollars et 7e art. On l'attend chez Assayas (à Cannes?) et chez Tim Blake Nelson. Mais pour l'instant, elle est la vedette de Camp X-Ray, de Peter Sattler. Elle a tourné le film en trois semaines. Le rôle était initialement écrit pour un homme. Elle incarne une jeune femme qui s'engage dans l'armée et est envoyée sur la base de Guantanamo, où elle se lie d'amitié avec un détenu. Le genre de rôle qui pourrait la faire grandir, lui permettant de faire évoluer sa carrière vers des films plus signifiants, prouvant qu'elle peut-être une bonne comédienne. Sundance sert aussi à cela : des renaissances artistiques.

Les Razzie Awards nomment 11 fois Twilight 5 (dans 10 catégories)

Posté par redaction, le 9 janvier 2013

Twilight 5 fait fort. 11 citations dans 10 catégories ! Attetion ce n'est pas encore les Oscars. Mais il s'agit des cultes Razzie Awards, soit les prix pour ce qu'Hollywood a fait de pire... au point que quelques nominés ne sortiront sans doute jamais en France. Notamment Crazy Dad (That's my Boy), comédie inédite en France avec Adam Sandler, un chouchou de la cérémonie, qui a obtenu sept citations. Autre chouchou Eddie Murphy, une nouvelle fois distingué. Mais c'est Tyler Perry qui s'offre la plus belle razzia avec 4 nominations sur son seul nom dans autant de catégorie!

Pour ces 33es Razzies, Twilight : Révélations (2e partie) conclut en "beauté" la saga. Il est même nommé deux fois dans la catégorie pire couple à l'écran!

Pire film : Battleship ; The Oogieloves in Big Balloon Adventure ; That’s My Boy ; A Thousand Words ; The Twilight Saga: Breaking Dawn Part II

Pire réalisateur : Sean Anders (That’s My Boy) ; Peter Berg (Battleship) ;  Bill Condon (The Twilight Saga: Breaking Dawn Part II) ; Tyler Perry (Good Deeds et Madea’s Witness Protection) ; John Putch (Atlas Shrugged: Part II)

Pire actrice : Katherine Heigl (One for the Money) ; Milla Jovovich (Resident Evil: Retribution) ; Tyler Perry (Madea’s Witness Protection) ;
Kristen Stewart (The Twilight Saga: Breaking Dawn Part II et Snow White and the Huntsman) ; Barbra Streisand (The Guilt Trip)

Pire acteur : Nicolas Cage (Ghost Rider 2: Spirit of Vengeance et Seeking Justice) ; Eddie Murphy (A Thousand Words) ; Robert Pattinson (The Twilight Saga: Breaking Dawn Part II) ; Tyler Perry (Alex Cross et Good Deeds) ; Adam Sandler (That’s My Boy)

Pire second rôle féminin : Jessica Biel (Playing For Keeps et Total Recall) ; Brooklyn Decker (Battleship et What to Expect When You’re Expecting) ; Ashley Greene (The Twilight Saga: Breaking Dawn Part II) ; Jennifer Lopez (What to Expect When You’re Expecting) ; Rihanna (Battleship)

Pire second rôle masculin : David Hasselhoff (Pirannha 3-DD) ; Taylor Lautner (The Twilight Saga: Breaking Dawn Part II) ; Liam Neeson (Battleship et Wrath of the Titans) ; Nick Swardson (That’s My Boy) ; Vanilla Ice (That’s My Boy)

Pire ensemble à l'écran : Battleship ; The Oogieloves in Big Balloon Adventure ; That’s My Boy ; The Twilight Saga: Eclipsed Part II ; Madea’s Witness Protection

Pire scénario : Atlas Shrugged Part II ; Battleship ; That’s My Boy ; A Thousand Words ; The Twilight Saga: Breaking Dawn Part II

Pire remake, rip-Off, ou suite : Ghost Rider 2: Spirit of Vengeance ; Pirannha 3-DD ; Red Dawn ; The Twilight Saga: Breaking Dawn Part II ; Madea’s Witness Protection

Pire couple à l'écran : tous les duos de “Jersey Shore” (The Three Stooges) ; Mackenzie Foy et Taylor Lautner (The Twilight Saga: Breaking Dawn Part II) ; Robert Pattinson et Kristen Stewart (The Twilight Saga: Breaking Dawn Part II) ; Tyler Perry et son double travesti  (Madea’s Witness Protection) ; Adam Sandler et Andy Samberg, Leighton Meester ou Susan Sarandon (That’s My Boy)