Ridley Scott efface Kevin Spacey de All the Money in the World

Posté par wyzman, le 9 novembre 2017

La nouvelle est tombée dans la nuit : Kevin Spacey sera remplacé dans All the Money in the World, le prochain film de Ridley Scott. Cela fait directement suite aux multiples accusations de harcèlement, d'agression sexuels et de viol portées à l'encontre de la star de House of Cards.

Depuis le 30 octobre, l'acteur de 58 ans est en effet sous le feu des projecteurs. Et, alors que nous vous annoncions la semaine dernière que sa campagne de promotion pour sa performance dans All the Money in the World allait être stoppée net, le réalisateur du film a décidé de prendre le taureau par les cornes et de ne pas pénaliser toute l'équipe d'un film qui était destiné à atterrir aux Oscars. All the Money in the World était prévu dans les salles américaines le 22 décembre. La bande annonce est toujours en ligne (avec Spacey au générique et dans le montage). Le distributeur était prêt à le reporter à l'année prochaine, une fois les événements un peu tassés.

Mais lundi, des cadres de Sony ont déclaré : "Il y a plus de 800 acteurs, scénaristes, artistes, artisans et autres membres de l'équipe qui ont travaillé sans relâche et de manière éthique sur ce film. Ce serait une énorme injustice que de les punir pour les torts d'un seul acteur secondaire dans le film." Spacey y incarne le milliardaire Jean Paul Getty

Plummer pas assez bankable

D'après Deadline, Ridley Scott aurait ainsi proposé à Sony de refilmer toutes les scènes de Kevin Spacey du film et de le remplacer par Christopher Plummer, "avec la coopération de Mark Wahlberg et Michelle Williams dans le mix". Kevin Spacey n'ayant tourné que pendant "huit à dix jours", Ridley Scott devra jouer des coudes pour que la nouvelle version d'All the Money in the World soit prête à temps pour une candidature aux Oscars (date limite: le 31 décembre pour sortir à New York et Los Angeles). La pression sera d'autant plus grande pour le réalisateur de Seul sur Mars puisque, si Kevin Spacey est d'ores et déjà exclu de la course à l'Oscar du meilleur acteur dans un second rôle, Michelle Williams, elle, a encore toutes ses chances.

Selon le Daily Mail, Christopher Plummer était déjà pressenti pour le rôle mais des cadres de Sony souhaitaient avoir un plus gros nom…

Pour rappel, All the Money in the World s'intéresse au refus du roi du pétrole J. Paul Getty de collaborer avec les kidnappeurs de son petit-fils, John Paul Getty III dans les années 1970. Outre Wahlberg et Williams, le casting comprend Stacy Martin, Charlie Plummer, récemment primé à Venise, Timothy Hutton et Romain Duris.

Des SAG Awards 2016 en forme d’anti-Oscars ?

Posté par wyzman, le 1 février 2016

C''est samedi soir qu'avaient lieu les Screen Actors Guild Awards, une cérémonie de remise de prix créée par le syndicat des acteurs, le plus puissant à Hollywood, et qui, comme les Oscars et les Golden Globes, récompense les performances des artistes de l'audiovisuel. Alors que l'Académie américaine connaît actuellement un bad buzz phénoménal suite à ses  nominations 100% white et le hashtag #OscarsSoWhite qui a déjà poussé les Smith et Spike Lee à boycotter la cérémonie (lire notre actualité du 23 janvier), les SAG Awards ont visiblement bien appris la leçon. En effet, depuis la divulgation des vainqueurs, le Web est envahi d'articles prônant la diversité de cette 22ème édition des Screen Actors Guild Awards. Et pour cause !

Coté cinéma, Leonardo DiCaprio (The Revenant) et Brie Larson (Room) sont respectivement repartis avec le SAG Award du meilleur acteur et de la meilleure actrice, les plaçant en logiques favoris des Oscars. Idris Elba (Beasts of No Nation) et Alicia Vikander (The Danish Girl) ont été nommés meilleurs seconds rôles. Le premier n'a pas été nommé aux Oscars, la seconde devrait là aussi recevoir la statuette si la logique s'impose.

Enfin, last but not least, Spotlight s'est vu attribué le prix de la meilleure distribution dans un film, devenant ainsi le nouveau favori (de la semaine?) pour l'Oscar du meilleur film. Récemment, une année sur deux le film recevant ce prix repart avec l'Oscar suprême.

Black panthers

Mais le plus intéressant nous vient des récompenses liées à la télévision. Car comme nous vous le disions récemment, c'est désormais là-bas que la diversité se trouve convenablement représentée.

Alors qu'il passait déjà une bonne soirée, Idris Elba a reçu un second prix, celui du meilleur acteur dans une mini-série pour son rôle de détective dans Luther. C'est le septième prix que l'acteur reçoit grâce à ce personnage. Preuve, s'il en fallait une que Luther, est une série à suivre, tout comme son interprète ! Combien de temps avant qu'il n'endosse le costume de James Bond, hein ? Chez les femmes, c'est une autre artiste noire dont la performance a été saluée : la trop rare Queen Latifah pour Bessie, un téléfilm produit et diffusé par HBO.

Comme l'année dernière, Kevin Spacey et Viola Davis ont également été récompensés pour leur rôle respectif dans House of Cards et How to Get Away with Murder. Classée parmi les 15 séries à suivre en 2015, HTGAWM a déjà permis à Viola Davis de remporter un Emmy Award, un Golden Globe, un NAACP Image Award, un People's Choice Award et désormais deux SAG Awards ! A quelques semaines de la sortie de Suicide Squad, Viola Davis peut à nouveau remercier Shonda Rhimes et Peter Nowalk d'avoir permis à son personnage d'Annalise Keating de voir le jour.

Et ce n'est pas fini ! Pour son rôle de femme transgenre dans Transparent, Jeffrey Tambor a reçu samedi soir le SAG Award du meilleur acteur de comédie, tandis qu'Uzo Aduba (alias Crazy Eyes dans Orange is the New Black) est repartie avec celui de la meilleure actrice de comédie. Vous l'aurez donc compris, en récompensant la diversité visible à la télévision, les SAG Awards ont officiellement fait la nique aux Oscars. A moins que cela ne soit qu'une manière de compenser l'absence de nomination pour des acteurs de couleurs chez le grand frère ? La question mérite d'être posée.

Ce qui n'a pas empêché Viola Davis d'y aller de son bon mot. En coulisses, elle a notamment déclaré : "Nous sommes devenus une société de tendances (en référence aux hashtag "trend topic" de Twitter, NDLR). La diversité n'est pas une tendance… Je me vois comme une actrice. Peu importe ce qui se passe dans le milieu, je trouverai un moyen de pratiquer mon art." Avant d'ajouter : "Quand tu regardes Annalise, elle n'est pas qu'une femme noire, c'est une femme qui mène sa vie. Les gens oublient ça dans notre business." Voilà qui est dit.

House of Cards: le retour du Roi et de la Reine de pique(s)

Posté par wyzman, le 12 mars 2015

"J'aime cette femme bien plus que les requins aiment le sang." - Frank Underwood

Si la saison 3 est en ligne depuis le 27 février dernier - et le lendemain sur Canal+ à la demande -, ce n'est que ce soir que Canal+ commencera à diffuser les nouveaux épisodes de House of Cards en version française. Véritable phénomène de masse outre-Atlantique que même le Président Obama suit avec passion, la série de Beau Willimon fait les beaux jours du site de streaming Netflix et lui a permis de saturer toute la bande passante américaine le week-end dernier (binge-watching oblige) ! Et ce mois-ci, le thriller politique devrait assurer, une nouvelle fois, de belles audiences à la chaine cryptée. Mais la vraie question demeure : la saison 3 rattrape-t-elle la précédente ?

Un couple phare

Comme annoncé à travers les quelques teasers mis en ligne, cette nouvelle saison se consacre essentiellement au couple Underwood. Si les deux premières saisons décrivaient en long, en large et en travers la soif de pouvoir et de vengeance de Frank Underwood, la troisième nous explique comment et pourquoi il est nécessaire de garder un œil sur son trône, sur l'amour de sa vie et sur ses sujets. Car bien qu'il soit désormais Président des Etats-Unis, Frank Underwood demeure une cible de choix pour des ennemis - qu'il se crée le plus souvent - venant de l'extérieur du pays comme de l'intérieur. Et cette fois encore, on ne peut que saluer la performance de Kevin Spacey qui se glisse à merveille dans la peau de ce politicien cynique et arrogant aux pratiques douteuses.

Parce qu'ils ont conquis les Etats-Unis et la Maison-Blanche à deux, cette nouvelle salve d'épisodes place Frank et sa femme Claire en son centre. Comme de nombreux couples, ils se soutiennent mutuellement, s'aident dès qu'ils le peuvent bien qu'ils ne soient pas toujours d'accord. Mais entre l'attente de jours meilleurs, les choix spontanés de l'un et l'abus de pouvoir de l'autre, il semblerait que plus rien ne soit comme avant. A croire que même la Maison-Blanche n'est pas assez prestigieuse pour eux. Ou pour l'un d'entre eux… Car lorsque les ambitions de l'un viennent ralentir l'autre, les choses se corsent rapidement. Et c'est dans ces moments-là, dans ces scènes surprenantes, dans ces retournements de situation que l'on reconnaît tout le génie de Beau Willimon, le créateur de la série.

Pas de compromis, pas de jeu grossier, Kevin Spacey et Robin Wright se donnent corps et âme dans cette nouvelle saison - qui ressemble bien plus à un nouveau livre qu'à un nouveau chapitre. Avec la désormais légendaire froideur qui caractérise Claire, Robin Wright nous embarque avec elle au milieu des tourments de celle-ci et de sa quête de reconnaissance. Eh oui, celle qui a toujours voulu être autre chose que "la femme de" ne peut se contenter du titre de First Lady.

Un anti-héros à la dérive

Si certains pourront regretter la différence de ton adoptée, cette troisième saison n'en est pas pour autant très bonne. Oui, on sent quelques coups de mous par-ci par-là. Oui, on remarque les petits gimmicks de chaque scénariste ou réalisateur. Oui, on note une dynamique qui n'est plus du tout la même. Mais tout cela est normal. Maintenant qu'il a gravi les échelons, qu'il s'est débarrassé de ses concurrents, qu'il a écarté ceux qui se mettaient en travers de son chemin, que Frank Underwood peut-il faire, si ce n'est diriger sa patrie et tenter de la façonner à son image? La vision qu'il a de l'Amérique qu'il mène est peut-être utopique mais le bonhomme sait obtenir des résultats. Et puis, entre nous, ses talents de persuasion et ses moyens de pression font toujours aussi froid dans le dos.

Si le grand méchant loup n'est plus aussi effrayant (oups, petit spoiler!) c'est sans doute parce que le poste qu'il occupe désormais est loin de ce que l'on attendait. La série montre toujours les luttes de pouvoir et les chamailleries propres aux républicains et autres démocrates (ce qui n'est pas sans rappeler certains récents épisodes politiques), mais tend à se tourner vers l'international. Frank a beau être le locataire de la Maison-Blanche, il n'en demeure pas moins un simple chef d'Etat sur l'échiquier planétaire. L'an dernier, ce sont les pratiques de la Chine qui étaient pointées du doigt. Cette année, va pour les violences contre les homosexuels en Russie et la politique versatile d'Israël. Et si la nouvelle Guerre froide sent le réchauffé, on se prend quand même au jeu. La faute à Lars Mikkelsen qui incarne à merveille un président russe aussi irritable qu'ambigu.

Avec son rythme pesant et parfois franchement lourd, la troisième saison de House of Cards marque un véritable tournant dans la série. Il n'est plus simplement question du désir de grandeur d'un seul homme mais bien des répercussions que les décisions d'un couple présidentiel peuvent avoir. Pas de journaliste poussé sous un métro, pas de meurtre maquillé en suicide et pas de plan à trois avec le garde du corps ici. Reste alors l'essentiel : une réalisation proche de la perfection, des dialogues croustillants, des regards caméra toujours aussi enthousiasmants et un cliffhanger final incroyable !

House of Cards saison 3 - tous les jeudis soirs sur Canal+.

James Bond : Un Lion et ça repart

Posté par vincy, le 28 décembre 2010

500 millions de $ pour que le studio de la MGM soit remis à flots et évite la banqueroute. La banque JPMorgan a sauvé le Lion d'Hollywood qui espère toucher en plus quelques 250 millions de $ avec un emprunt séparé.

La première conséquence de ce sauvetage sera la relance du 23e James Bond, avec Daniel Craig (voir actualité du 21 avril dernier). Sony réembarquerait dans l'aventure comme cofinancier et distributeur. Sony / Columbia n'a pas signé un blockbuster depuis 2008 (Hancock, 228 millions de $ en Amérique du nord) et s'est trop reposé sur la franchise Spider-Man. 2010 sera une année moyenne, comme 2007 et 2008, loin de ses années fastes (2002, 2004, 2006) où il dominait Hollywood en part de marché. Seulement 5e cette année (son plus mauvais score depuis 2005), son plus gros succès est The Karate Kid (10e du B.O. annuel seulement) et il n'y a que quatre de ses films qui ont franchit le cap des 100 millions de $ (pour 18 sorties) en Amérique du Nord et le même nombre au niveau mondial. Certes Sony est favori pour l'Oscar du meilleur film avec The Social Network (192 millions de $ dans le monde), cependant, ce n'est pas ça qui fait bander les investisseurs.

Mais revenons à 007. Idéalement il devrait sortir fin 2012 pour les 50 ans du premier James Bond (Docteur No). De plus Sony n'a rien de prévu au delà du 21 septembre 2012 (Hotel Transylvannia).

Est-ce encore possible? Généralement, la pré-production débute un an avant le tournage qui s'effectue de janvier au printemps pour un film prêt vers début novembre. Il y a donc un an pour préparer cette production. Le script est écrit (par Peter Morgan, Neal Purvis et Robert Wade), l'acteur est sous contrat. Craig n'a rien de prévu après février 2011 (il tourne actuellement le remake de Millénium) hormis la promotion du premier Tintin à l'automne. Il ne s'est engagé sur aucun autre film cette année. Sam Mendès est plus occupé. Il développe une série télévisée, met en scène Kevin Spacey dans Richard III au théâtre (en juin), travaille sur l'adaptation d'un livre de Ian McEwan (voir actualité du 17 juin dernier), mais assure aussi qu'il se concentre essentiellement aux futures aventures de l'espion de sa majesté.

La MGM n'en restera pas là : Bilbo le Hobbit, la Panthère rose, Robocop, The Matarese Circle : autant d'adaptations ou de remakes que le studio veut relance pour dynamiser son catalogue et retrouver les faveurs du public. L'aube rouge, Cabin in the Woods et Zookeeper sont déjà prêts à sortir en salles. Le lion veut rugir de nouveau...