250M$ de budget pour le nouveau film de Christopher Nolan

Posté par vincy, le 22 juin 2019

C'est un pari risqué. Alors que les budgets mastodontes sont réservés aux franchises Marvel, Star Wars et Avatar (désormais toutes chez Disney), c'est un film dramatique, écrit par son réalisateur, qui se voit confier un budget de production de 250M$ selon World of Reel. D'autres sources mentionnent un devis aux alentours de 225M$. Autant dire que Christopher Nolan a toute la confiance de Warner Bros, qui fait du cinéaste une franchise en soi, une marque, à l'instar de ce que le studio pratique avec Clint Eastwood.

Christopher Nolan double presque l'énorme budget qu'il avait eu pour son précédent film, Dunkerque (165M$, ce qui était considérable, déjà, pour un film de guerre) ou Inception (autour de 160m$). Tenet sera donc au même tarif que The Dark Knight Rises. Il sera plus coûteux qu'Avatar et beaucoup moins que le dernier Avengers qui, hors marketing, avait coûté 360M$, ou que Pirates des Caraïbes 4 : La fontaine de jouvence qui bat tous les records de notre époque avec plus de 400M$.

Le risque est cependant mesuré puisque les 5 derniers films du cinéastes ont rapporté entre 500 millions et un milliard de dollars de recettes dans le monde.

Tenet, film d'espionnage mondialisé (dans la ligné d'Inception côté ambitions soit un blockbuster d'action qui cherche l'épate) a débuté ses prises de vues il y a quelques semaines. Le tournage est prévu dans sept pays, dont l'Estonie. On sait aussi que la musique ne sera pas signée Hans Zimmer pour une fois, mais Ludwig Göransson (Black Panther).

Robert Pattinson (ironiquement le nouveau Batman de la Warner Bros), John David Washington (Blackkklansman), Elizabeth Debicki sont entourés de Kenneth Branagh, Michael Caine, Aaron Taylor-Johnson, Clémence Poésy et la star indienne Dimple Kapadia au générique d'un film dont le pitch est gardé secret.

La sortie est calée en France pour le 22 juillet 2020.

Kenneth Branagh a trouvé « son » Artemis Fowl

Posté par vincy, le 22 décembre 2017

Artemis Fowl est sur les rails. Le film en prises de vues réelles qui sera réalisé par Kenneth Barnagh, actuellement à l'affiche avec Le crime de l'Orient-Express, a trouvé son héros.

Après "une immense campagne de recherche qui a été organisée pour découvrir l’acteur qui incarnera Artemis Fowl, durant laquelle la directrice de casting Lucy Bevan a rencontré plus de 1200 candidats", explique le studio Walt Disney en charge du projet, c'est le jeune Irlandais Ferdia Shaw, qui fera ses débuts à l’écran dans le rôle-titre.

Le tournage débutera début 2018 au Royaume-Uni et sortira en salles aux États-Unis le 9 août 2019.

Artemis Fowl est adapté de la série de 8 livres jeunesse (parus entre 2001 et 2012) écrits par Eoin Colfer, sur un scénario du dramaturge Conor McPherson. Le jeune Artemis Fowl – 12 ans et une intelligence hors du commun –, descendant d’une longue lignée de cerveaux criminels, s’apprête à livrer un combat où se mêlent force et ingéniosité contre le Peuple des Fées, des créatures puissantes et mystérieuses qui pourraient bien être derrière la disparition de son père.

Au casting, on trouvera également Josh Gad dans le rôle de Mulch Diggums, un nain kleptomane qui travaille pour les fées  et pour son propre compte, Judi Dench qui sera la commandante Root, redoutable chef des forces de police des fées, Lara McDonnell qui incarnera la capitaine Holly Short, une elfe déterminée, et Nonso Anozie pour le personnage de Butler, l’impressionnant garde du corps d’Artemis Fowl.

ARTEMIS FOWL est tiré de la série de best-sellers écrits par Eoin Colfer, sur un scénario du dramaturge primé Conor McPherson. Le film sortira en salles aux États-Unis le 9 août 2019. Le tournage débutera début 2018 au Royaume-Uni.

Hercule Poirot embarque sur le Nil

Posté par vincy, le 24 novembre 2017

Le crime de l'Orient-Express (Lire notre critique) à peine sorti sur les écrans (en France, ce sera pour le 13 décembre), la Fox confirme que le détective belge d'Agatha Christie Hercule (sans s) Poirot reprendra du service. C'était attendu, et pour une fois on se réjouira d'une suite. D'une part, le film a déjà rapporté 160M$ au box office mondial, soit trois fois son budget, faisant un joli carton en Chine, au Royaume Uni et en Australie. D'autre part, le polar de Kenneth Branagh se termine sur un Poirot appelé en urgence du côté du Nil pour résoudre un meurtre crapuleux d'une jeune épouse, aussi belle que riche.

Mort sur le Nil sera ainsi, logiquement, le prochain film que vient de confirmer la 20th Century Fox. Le livre d'Agatha Christie a été publié en 1937, trois ans après Le Crime de l'Orient-Express. C'est l'une des 33 aventures du détective Poirot. Il a déjà été adapté au cinéma. Si Albert Finney incarnait Poirot dans Le crime de l'Orient-Express de Sidney Lumet en 1974, c'est Peter Ustinov qui a repris le rôle quatre ans plus tard, pour Mort sur le Nil, réalisé par John Guillermin, avec Bette Davis, Mia Farrow, Maggie Smith, Angela Lansbury, George Kennedy, Jane Birkin, Jack Warden et David Niven. Ustinov a d'ailleurs endosser le costume du détective deux autres fois, dans Meurtre au soleil en 1982 et dans Rendez-vous avec la mort en 1988.

La Fox tiendrait peut-être là une nouvelle franchise. Le studio a engagé le scénariste du Crime de l'Orient-Express, Michael Green, et a commencé à négocier avec Kenneth Branagh pour qu'il reprenne son personnage et la réalisation.

Mort sur le Nil tourne autour du meurtre de Linnet Ridgeway. Cette héritière tombe amoureuse de Simon Doyle, le fiancé de sa meilleure amie, Jacqueline de Bellefort. Elle l'épouse et les jeunes mariés partent en voyage de noces, poursuivis par la jeune femme délaissée jusqu'en Égypte, où ils séjournent dans un hôtel où se trouve également Hercule Poirot. Le détective, les jeunes mariés et leur harceleuse, ainsi que divers clients de l'hôtel seembarquent tous pour une croisière à bord du vapeur S.S. Karnak, où Linnet se fait assassiner.

Kenneth Branagh embarque Daisy Ridley, Johnny Depp et Judi Dench à bord de l’Orient-Express

Posté par wyzman, le 1 octobre 2016

On vous le disait en novembre dernier, c'est l'irlandais Kenneth Branagh qui a été choisi par la  Fox pour incarner sur grand écran le célèbre détective Hercule Poirot dans l'adaptation du Crime de l'Orient-Express (alias le plus gros succès d'Agatha Christie). Et comme si cela ne suffisait, c'est également lui qui réalisera le film. Dès lors, le comédien de 55 an s'est fait plaisir au niveau du casting.

Produit par Ridley Scott et Mark Gordon et scénarisé par Michael Green, le projet a le mérite d'attirer moult stars. Et pas n'importe lesquelles puisqu'il s'agit de celles de la liste A. Il y a quelques heures, le magazine Variety a ainsi révélé que la star de la pièce Hamilton, Leslie Odom Jr. serait de la partie et qu'il serait loin d'être seul. En pleine traversée du désert (si l'on omet Strictly Criminal), la superstar Johnny Depp viendra jouer les renforts et les mentors pour Daisy Ridley, la nouvelle icône de toute une génération depuis sa participation à Star Wars : Episode 7 - Le Réveil de la Force.

Et parce que plus on est de fous, plus on rit, c'est avec beaucoup de plaisir que l'on retrouvera Judi Dench dans un rôle encore inconnu. S'ajoutent ensuite Michelle Pfeiffer et Michael Pena, l'acteur passé par End of Watch, Fury et Ant-Man. En pleine promotion de Sing Street, l'actrice Lucy Boynton devrait faire un malheur dans cette nouvelle adaptation de Crime de l'Orient-Express.

Dans le reste de la distribution, on notera la participation du beau Tom Bateman (Da Vinci's Demons) et de l'incontournable Derek Jacobi (Vicious). Atypique et hétérogène, ce casting est l'assurance d'un public large au moment de la sortie du film. En effet, il faudrait être fou pour louper le nouveau film de Daisy Ridley et Lucy Boynton. Surtout si Johnny Depp et Judi Dench sont de la partie !

Avec Kenneth Branagh devant et derrière la caméra, nous pouvons d'ores et déjà nous attendre à de beaux fous rires. Car si Warner Bros. a son Sherlock Holmes, le réalisateur de Thor, The Ryan Initiative et Cendrillon pourrait bien livrer à la FOX sa prochaine saga !

Christopher Nolan fait le plein pour Dunkirk

Posté par wyzman, le 29 décembre 2015

La nouvelle a déjà fait le tour de la Toile - et donc de la planète - durant le week-end de Noël : le prochain film de Christopher Nolan sera tourné à Dunkerque. C'est d'ailleurs avec une certaine fierté que La Voix du Nord a annoncé la nouvelle. Mais aujourd'hui, les choses se précisent davantage. Traitant de l'évacuation de Dunkerque en mai et juin de l'année 1940, le prochain film du réalisateur de la trilogie The Dark Knight suivra l'opération Dynamo. Cette dernière, que l'on appelle également la bataille de Dunkerque, opposait les armées française et britannique à l'Allemagne. Dans une situation périlleuse, les deux premières armées auraient fait preuve d'une résistance héroïque, exemplaire mais désespérée…

Variety vient de révéler le titre final du film : Dunkirk. Prévu pour une sortie le 21 juillet 2017, le film sera produit par Warner Bros., comme tous les films de Christopher Nolan depuis Memento. Celui-ci continue donc de creuser son chemin avec ce nouveau thriller d'action. Mais le plus intéressant est à venir : une partie du casting aurait déjà été trouvée. Après Matthew McConaughey et Jessica Chastain pour Interstellar, ce serait au tour de Mark Rylance et Kenneth Branagh de se retrouver devant la caméra du réalisateur de 45 ans. Pour rappel, Mark Rylance est actuellement à l'affiche du Pont des espions tandis que Kenneth Branagh a récemment réalisé le live-action movie Cendrillon de Disney. Les négociations sont en cours.

Et ce n'est pas fini ! Trois ans après avoir incarné Bane, Tom Hardy serait également sur le point de retrouver l'auteur de The Dark Knight Rises. Alors qu'il a cartonné cette année dans Mad Max : Fury Road, l'acteur sera dans les jours qui viennent à l'affiche de The Revenant d'Alejandro Gonzelez Inarritu (qui devrait permettre à Leonardo DiCaprio de décrocher son fameux Oscar) et dans Legend de Brian Helgeland (où sa double performance a déjà été saluée par les critiques). Comme le précise Deadline, Dunkirk sera filmé en IMAX et en 65mm.

Le tournage devrait débuter en mai prochain. D'ici là, il ne fait aucun doute que d'autres stars viendront grossir les rangs… On sait que Nolan est un as pour "teaser" chaque annonce concernant ses films.

Kenneth Branagh réalisera Le crime de l’Orient-Express

Posté par vincy, le 22 novembre 2015

Le meurtre de l'orient express

Deux ans après avoir acquis les droit d'adaptation (lire notre actualité du 15 décembre 2013), la 20th Century Fox lance enfin la pré-production pour transposer le roman le plus populaire d'Agatha Christie, Le Crime de l'Orient Express. Kenneth Branagh a été engagé pour réaliser cette adaptation, en plus d'incarner le détective mythique Hercule Poirot (qui rappelons-le est belge et un peu rondouillard à l'origine).

Produit par Branagh, Ridley Scott, Mark Gordon et Simon Kinberg, il reste à s'offrir le casting du siècle pour rivaliser avec la version certes un peu désuète mais délicieusement vintage de 1974.

Le scénario a été confié à Michael Green (Green Lantern, Blade Runner 2).

Kenneth Branagh a toujours aimé les "classiques": outre ses premiers films, tous adaptés des pièces de William Shakespeare, il s'est attaqué à Frankenstein, Thor et Cendrillon.

Le Crime de l'Orient Express
, publié en 1934, est l'une des 33 enquêtes d'Hercule Poirot. Entre Istanbul et Londres, dans le fameux train, M. Ratchett, un riche américain, est tué au milieu de la nuit. Il examine le corps avec l’aide du docteur Constantine. Il a été tué de douze coups de couteau. Mais en enquêtant, le détective s'aperçoit qu'il avait beaucoup d'ennemis dans ce train...

Le film a été adapté une fois sur grand écran et deux fois pour le petit (en 2001 et 2010). En 1974, Sidney Lumet, avec Albert Finney dans le rôle d'Hercule Poirot, réussit surtout l'exploit de réunir un casting affolant Lauren Bacall, Jacqueline Bisset, Michael York, Sean Connery, Vanessa Redgrave, Jean-Pierre Cassel, Ingrid Bergman, Anthony Perkins, John Gielgud et Richard Widmark. Le film récolte un Oscar pour Ingrid Bergman (second-rôle féminin) et cinq nominations (acteur, scénario, musique, costumes, image), trois BAFTA pour John Giegul et Ingrid Bergman (seconds-rôles) et la musique, avec sept nominations en plus (film, réalisateur, acteur, direction artistique, image, montage, costumes). La Directors Guild of America Awards nomine également comme meilleur réalisateur Sidney Lumet.

Si en France le film n'a attiré que 550 000 spectateurs dans les salles, ses multiples rediffusions à la télé en ont fait "un classique". Aux Etats-Unis, en revanche, ce fut un énorme succès (36M$ de recettes à l'époque), le classant 11e dans le box office annuel.

Berlin 2015: 23 films dans la sélection officielle

Posté par vincy, le 19 janvier 2015

berlin 201519 films sont en compétition pour la 65e Berlinale (5-15 février) et quatre autres sont hors-compétition: la sélection officielle est bouclée avec 21 avant-premières mondiales et des films venus de 29 pays (en comptant les coproductions). géographiquement, le Festival de Berlin fait la part belle à l'Asie et  l'Europe. Notons les films attendus de Wim Wenders, Werner Herzog, Pablo Larrain, Terrence Malick, le dernier Benoît Jacquot et le nouveau Jafar Panahi.

45 Years Andrew Haigh

Aferim! Radu Jude

Als wir träumten (As We Were Dreaming) Andreas Dresen

Body Malgorzata Szumowska

Cha và con và (Big Father, Small Father and Other Stories) Phan Dang Di

Cinderella - hors compétition - Kenneth Branagh

Eisenstein in Guanajuato Peter Greenaway

El botón de nácar (The Pearl Button) - documentaire - Patricio Guzmán

El Club (The Club) Pablo Larraín

Elser (13 Minutes) - Hors compétition - Oliver Hirschbiegel

Every Thing Will Be Fine - Hors compétition - Wim Wenders

Ixcanul (Ixcanul Volcano) - premier film - Jayro Bustamante

Journal d'une femme de chambre (Diary of a Chambermaid) Benoit Jacquot

Knight of Cups Terrence Malick

Mr. Holmes - hors compétition - Bill Condon

Nobody Wants the Night - film d'ouverture - Isabel Coixet

Pod electricheskimi oblakami (Under Electric Clouds) Alexey German

Queen of the Desert Werner Herzog

Taxi Jafar Panahi

Ten no chasuke (Chasuke's Journey) Sabu

Vergine giurata (Sworn Virgin) - premier film - Laura Bispuri

Victoria Sebastian Schipper

Yi bu zhi yao (Gone with the Bullets) Jiang Wen

Terrence Malick et Cendrillon en sélection officielle à Berlin

Posté par vincy, le 15 décembre 2014

cendrillon afficheLe 65e Festival de Berlin a révélé 7 films de sa compétition ce lundi 15 décembre. On note la présence très attendue du nouveau film de Terrence Malick, Knights of Cup, mais aussi, hors compétition, le nouveau Kenneth Branagh qui s'est attaqué à Cendrillon. Les deux films ont Cate Blanchett en tête d'affiche.

Parmi les films attendus et possibles, on peut espérer lors de la prochaine Berlinale (5-15 février 2015) American Sniper de Clint Eastwood, Hacker de Michael Mann, Big Eyes de Tim Buron, ou encore Journal d'une femme de chambre de Benoît Jacquot.

45 Years (Royaume Uni) de Andrew Haigh (Week-end), avec Charlotte Rampling et Tom Courtenay
Als wir träumten / As We Were Dreaming (Allemagne) de Andreas Dresen (Pour lui) avec Merlin Rose et Julius Nitschkoff.
Cinderella / Cendrillon (Etats-Uns) de Kenneth Branagh (Thor) avec Cate Blanchett, Richard Madden et Helena Bonham Carter
Eisenstein in Guanajuato (Pays-Bas/Mexique) de Peter Greeneaway (Le ventre de l'architecte) avec Elmer Bäck et Luis Alberti
Ixcanul Volcano (Guatemala) de Jayro Bustamente (premier film), avec Maria Mercedes Coroy et Maria Telon
Knights of Cup (Etats-Unis) de Terrence Malick (The Tree of Life) avec Christian Bale, Cate Blanchett et Natalie Portman
Pod electricheskimi oblakami / Under Electric Clouds (Russie) d'Alexey German (Kroustaliev, ma voiture!) avec Lui Frank et Merab Ninidze

Emma Watson en Cendrillon, Daniel Radcliffe chez Frankenstein

Posté par vincy, le 2 mars 2013

emma watson daniel radcliffe

Les deux stars d'Harry Potter naviguent dans des eaux très différentes depuis l'arrêt de la saga.

Emma Watson a une préférence pour les cinéastes reconnus ou les productions indépendantes, quitte à jouer les seconds-rôles. Tandis que Daniel Radcliffe opte pour des films de genre, en vedette.

Watson, cependant, grimpe d'un échelon en négociant actuellement le premier rôle d'une version de Cendrillon que doit réaliser Kenneth Branagh. Cate Blanchett devrait incarner la belle-mère. Après Alice au pays des merveilles, La belle au bois dormant et Blanche Neige, une autre héroïne de conte de fée va être "upgradée" en film contemporain.

Le film doit se tourner cet automne pour une sortie l'année prochaine. Selon Variety, Watson n'est pas le premier choix du studio : Gabriella Wilde, Imogen Poots et Alicia Vikander ont toutes été approchées mais ont du décliner le film pour des raisons de conflits d'agenda.

Celle qui fut Hermione est à l'affiche du Monde de Charlie, qui a reçu la semaine dernière le prix Independent Film Spirit Awards de la meilleure première oeuvre, après avoir joué dans My Week with Marilyn. On la verra bientôt dans le Noah de Darren Aronofsky (avril 2014), avec Russell Crowe, This is the End de Seth Rogen (septembre 2013), avec James Franco et The Bling Ring de Sofia Coppola (juin 2013), qui pourrait être sélectionné à Cannes.

Côté Harry, c'est-à-dire Daniel Radcliffe, le registre choisi est très différent. Il négocie actuellement sa participation dans un nouveau Frankenstein, où il incarnerait Igor. Réalisé par Paul McGuigan (Push, Slevin), sur un scénario de Max Landis, le film, qu'on annonce "gothique", doit être tourné cet automne. Il y a déjà plus de 35 versions du mythe créé par Mary Shelley filmées pour le cinéma. Ironiquement, la dernière en date qui a marqué l'esprit, est signée ... Kenneth Branagh (1994).

Radcliffe passe beaucoup de son temps sur les planches. Entre deux pièces, il a tourné La dame en noir, sorti l'an dernier, Kill your Darlings, biopic sur Allen Ginsberg (qu'il incarne), The F Word, comédie romantique et dramatique d'après la pièce de T.J. Dawe, et le film d'horreur Horns, d'Alexandre Aja.

Danny Boyle, Saigneur des anneaux des Jeux Olympiques

Posté par vincy, le 28 juillet 2012

Orchestrée par le réalisateur Danny Boyle, assisté par Stephen Daldry, la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Londres n'a pas fait dans la demi-mesure : des stars, 10 000 figurants, 23 000 costumes et un budget total évalué à 34,5 millions d'euros.

Baptisé "Isle of Wonder", le spectacle n'avait pourtant rien de merveilleux. Gros barnum patriotique où les anachronismes (et oublis de l'histoire digne d'un révisionnisme positif) en faisait une pièce montée (certes verdoyante et plantée de drapeaux) souvent indigeste, le show devait être difficile à comprendre pour les spectateurs du stade. Pour les téléspectateurs (à qui ce divertissement était destiné), entre films pré-tournés, reconstitution en "live" et rituels obligatoires (le défilé des athlètes a bien plombé l'ambiance), c'était surtout très long...

Ce que l'on peut reprocher à Boyle, c'est d'avoir fait côtoyer le pire avec le meilleur, sans avoir fait le tri. La trame sonore est sans doute ce qu'il y a eu de mieux : un régal jouissif pour les oreilles. Insufflant du punk, du rock, de la pop, du hip-hop, le cinéaste était dans son élément. D'ailleurs, on reste bien plus convaincu par ses virgules audiovisuelles que par sa mise en scène pesante comme un pudding congelé. L'histoire du pays s'est ainsi transformée en foire kitsch médiévale avant de basculer dans l'ère industrielle en fer fondu. Ces anneaux incandescents dans le ciel était sans doute l'idée la moins inspirée et la plus banale qui soit. Un peu plus et on nous plaçait les sponsors au détour d'une séquence subliminale...

Toute la première partie, déroulée par un Kenneth Branagh tempêtant hors-jeu, a démontré que le Royaume Uni avec des chansons, des comédiens, mais aucun sens du bon goût artistique. Heureusement, ils ont aussi de l'humour. Rowan Atkinson, alias Mister Bean, jouant du Vangélis (Les chariots de feu) façon David Guetta (une note, toujours la même), nous a amuéé avec un sketche où la triche est autorisée. Au second degré, il y a aussi David Beckham en pilote de hors-bord sur la Tamise, style James Bond avec sa belle ou pub de parfum cheveux au vent - on hésite tellement c'était peu crédible et assez risible. Mais le summum est évidemment l'arrivée en taxi au Palais de Buckingham de 007, le "vrai", c'est-à-dire Daniel Craig. Pour la première fois, la Reine d'Angleterre a accepté d'apparaître dans une (courte) oeuvre de fiction, escortée par l'espion au service d'elle-même, sa Majesté. Une façon peu royale d'arriver au stade : un saut en parachute d'un hélicoptère. Insolite, classe et drôle.

En réutilisant tous les mythes britanniques, Boyle a montré que la culture de son pays était universelle, de Shakespeare à J.K. Rowling (présente en personne, accompagnée d'un Voldemort gigantesque) en passant par "Alice au pays des merveilles" et Mary Poppins. La séquence "enfance" n'était pas réellement séduisante ni dynamique. Boyle fut plus inspiré avec celle sur la jeunesse, avec les réseaux sociaux, la télévision et la musique en valeurs étalon. Fouillis mais pêchu.

On peut regretter que son hommage au cinéma ait été si bâclée (Chaplin, 4 mariages et un enterrement, une auto-citation avec Trainspotting), que la comédie musicale ait été oubliée. Que l'ensemble était finalement assez laid ou trop niais, selon les tableaux. Cette cérémonie boursouflée s'est cependant achevée avec une véritable belle idée : des pétales enflammés s'élevant à l'unisson vers le ciel d'un stade prêt à déclencher son feu d'artifice pour ne former qu'une seule torche, gigantesque. Révérence et référence à Mordor et Tolkien.

Hélas après trois heures de spectacle et de défilé, le téléspectateur n'avait plus le courage de s'enflammer. Comme un gros blockbuster aussi vite vu qu'oublié, Boyle nous aura plus ennuyé qu'excité.