Cannes 2019: le jury de la compétition au complet

Posté par vincy, le 29 avril 2019

Deux mois après la révélation du président du jury - le cinéaste mexicain Alejandro G. Inarritu - Pierre Lescure et Thierry Frémaux révèle le jury de la compétition du 72e Festival de Cannes, qui débutera dans un peu plus de deux semaines. "Le Jury de Cannes est invité à voir des films réalisés parmi les plus grands cinéastes de l’époque – c’est encore le cas cette année. Toutes celles et ceux qui figurent en compétition doivent aussi se savoir regardés par de grands artistes – c’est également le cas !" expliquent-ils.

Avouons que c'est un jury paritaire et cosmopolite poids lourd.

- Elle Fanning. L'actrice américaine connaît bien son Président puisqu'elle a tourné pour lui dans Babel, en compétition à Cannes. Elle est venue sur la Croisette en 2016 avec The Neon Demon de Nicolas Winding Refn puis l’année suivante avec Les Proies de Sofia Coppola.

- Maimouna N’Diaye. Actrice et réalisatrice du Burkina Faso, lauréate au FESPACO et Trophées francophones en 2015 pour son rôle dans L’Œil du Cyclone de Sékou Traoré, Maimouna N’Diaye a débuté chez Otar Iosseliani dans La chasse aux papillons (1992) et chez Michel Ocelot à qui elle prête sa voix dans Kirikou (1996). . Elle a réalisé des documentaires comme Warbassanga (1998) et Tranches de Vie.

- Kelly Reichardt. On l'attendait en compétition avec son nouveau film, First Cow, mais il est toujours en post-production. La réalisatrice, scénariste et monteuse américaine s'est faîte connaître avec des films singuliers et parfois radicaux. Avec Wendy et Lucy, elle est sélectionnée à Un Certain Regard en 2008. Son dernier long métrage Certaines Femmes a été projeté en avant-première au Festival du Film de Sundance en 2016.

- Alice Rohrwacher. Chouchou du Festival, la scénariste et cinéaste italienne a été révélée à la Quinzaine des Réalisateurs en 2011 avec Corpo celeste. Trois ans plus tard, elle revient à Cannes, cette fois en Compétition, avecLes Merveilles (Le Meraviglie), et remporte Grand Prix du jury. À nouveau en Compétition avec son dernier film Heureux comme Lazzaro (Lazzaro Felice), elle repart avec le Prix du Scénario en 2018.

- Enki Bilal. Un auteur de bandes-dessinées connu dans le monde entier, entre SF et dystopie, mais aussi un cinéaste. L'auteur de Bug, sa plus récente série, numéro 1 des ventes et bientôt en série TV pour France 2, est exposé partout, du Louvre à la Chine. Il a aussi réalisé trois films: Bunker Palace Hotel (1989) Tykho Moon (1996) et Immortel, ad vitam (2004).

- Robin Campillo. On se souvient tous de l'effet 120 battements par minute à Cannes il y a deux ans. Le cinéaste, qui a commencé en écrivant et montant les films de Laurent Cantet, dont Entre les murs, Palme d'or en 2008, a plongé dans le grand bain en réalisant son premier long métrage Les Revenants en 2004. En 2013, Eastern Boys est présenté à Venise. Puis c'est le sacre 120BPM, en Compétition, et Grand Prix du jury. Avant d'être césarisé l'année suivante. Campillo prépare son nouveau film actuellement.

- Yorgos Lanthimos. Nommé quatre fois aux Oscars, Yorgos Lanthimos est un cinéaste grec. Son deuxième lon, Canine,a reçu le Prix Un Certain Regard au 62e Festival de Cannes avant d’être nommé aux Oscars dans la catégorie Meilleur Film en langue étrangère. Puis vint, The Lobster, sen compétition, et finalement le Prix du Jury avant d'être nommé pour l’Oscar du Meilleur Scénario. De nouveau en Compétition en 2017 avec Mise à mort du cerf sacré, il est distingué par le Prix du Scénario. Cette année, La Favorite, Grand prix à Venise, a reçu dix nominations aux Oscars, dont Meilleur Film et Meilleur Réalisateur, a valu l’Oscar de la Meilleure Actrice à Olivia Colman pour sa performance.

- Pawel Pawlikowski est un autre cinéaste européen qui a connu un beau parcours aux Oscars. Son dernier film Cold War, prix de la mise en scène à Cannes l'an dernier, a été nommé trois fois pour le Meilleur Réalisateur, la Meilleure Photographie et le Meilleur Film en langue étrangère. L'Oscar du meilleur Film en langue étrangère, il l'avait obtenu avec Ida (2015). Il avait débuté avec des documentaires et s'était fait connaître au début des années 2000 avec My Summer of Love.

Kristen Stewart, Michelle Williams et Laura Dern dans le Montana

Posté par vincy, le 28 février 2015

Kristen Stewart a rejoint Michelle Williams et Laura Dern dans le drame toujours sans titre de Kelly Reichardt, dont le tournage aura lieu au printemps dans le Montana. Jared Harris et James Le Gros sont aussi annoncés.

Selon Deadline, la réalisatrice de Night Moves et de Wendy & Lucy, le film est une série de portraits d'une ville rurale américaine. La cinéaste aurait écrit son film à partir d'un recueil de nouvelles (Both Ways is the Only Way I Want It) de Maile Meloy, écrivain née à Helena, la capitale du Montana.
Kristen Stewart interprètera une avocate de Boise, dans l'Idaho, qui part enseigner à des heures de route de chez elle. Une amitié se créé avec une de ses élèves (Michelle Williams, dont c'est le troisième film avec la cinéaste), qui habite dans ce trou paumé.

Michelle Williams sera dans les cinémas en avril avec Suite Française. Elle vient de confirmer sa participation au film de Kenneth Lonergan, Manchester-by-the-Sea, avec Casey Affleck.

César du meilleur second-rôle féminin il y a une semaine pour Sils Maria, Kristen Stewart a terminé les tournages de Anesthesia de Tim Blake Nelson, Equals de Drake Doremus et American Ultra de Nima Nourizadeh. Elle sera à l'affiche prochainement de Still Alice, qui a valu un Oscar à Julianne Moore dimanche dernier. Camp X-Ray n'est toujours pas programmé en France.

Laura Dern, récemment vue dans Nos étoiles contraires et Wild (pour lequel elle a obtenu une nomination à l'Oscar du meilleur second rôle féminin), vient de finir Strings de Daniel Duran.

Venise 2013 : Vive la crise!

Posté par vincy, le 26 juillet 2013

70e festival de venise 2013

Les sélections :
Venise 2013 : Dolan, Franco, Miyazaki, Gilliam, Frears et Garrel en compétition
Venise 2013 : Albator, Gravity, Kim Ki-Duk et Amazonie hors-compétition
Venise 2013 : une sélection Orizzonti qui mise sur la découverte
Venise 2013 : les Venice Days accueillent Hiam Abbass, Daniel Radcliffe et Bruce LaBruce
Venise 2013 : La Semaine de la Critique dévoile sa sélection

La Mostra de Venise va célébrer sa 70e édition (28 août - 7 septembre) avec des films sombres, miroir de la réalité contemporaine.

"Le cinéma reflète les crises que nous traversons, économique, sociale, familiale, il est le miroir d'une réalité souvent tragique", a commenté devant la presse le directeur du Festival Alberto Barbera. Aussi les films dépeignent des "abus sexuels, violences sur les femmes, dissolution des liens familiaux, parents défaillants, crise des valeurs... Les cinéastes ne donnent pas de signal d'optimisme ou de voie d'issue".

Et pour en rajouter une couche, Barbera invite deux documentaires dans la compétition et un docu-fiction en clôture.

Malgré le casting alléchant de cette Mostra, Venise, qui a de plus en plus de mal à rivaliser avec Toronto, ne sera pas aussi glamour qu'attendu. "Notre travail n'est pas d'amener les acteurs sur le tapis rouge" justifie Alberto Barbera. Certes il y a "des motifs économiques". "Aujourd'hui ça coûte énormément d'argent d'amener les stars et leur staff imposant sur le Lido", concède-t-il. Mais, comme pour augmenter l'aspect dépressif, il n'y aura pas non plus matière à rire : "les comédies semblent être ce qui est le plus difficile à faire". De là à présenter des films de 2 à 4 heures...

Aussi Venise risque de désintéresser beaucoup de médias : la vie y est plus chère qu'à Cannes, l'absence de grand marché isole les festivaliers, et la plupart des oeuvres événementielles sont à Toronto. De quoi décourager les journalistes américains. Quant aux journalistes chinois ou coréens, qui déferlent à Cannes, ils n'auront pas assez de films asiatiques pour justifier leur déplacement.

scarlett johansson under the skinPourtant, cette 70e Mostra intrigue : des jeunes cinéastes comme James Franco (déjà sélectionné cette année à Cannes) qui adapte Cormac McCarthy ou Xavier Dolan avec une histoire très singulière, un film violent de Kim Ki-duk et une expérience spatiale signée Alfonso Cuaron, le nouveau Kelly Reichardt qui s'aventure dans le cinéma écolo-terroriste, Scarlett Johansson en extra-terrestre chez le réalisateur de Birth (photo), un film qui reconstitue l'assassinat de Kennedy, le nouveau Miyazaki, un Frears dont on murmure qu'il est à la hauteur de The Queen, et un Gilliam énigmatique avec l'acteur culte du moment, Christoph Waltz. Sans oublier le premier film d'Agnès B, un tour de périphérique romain, un Albator version cinéma...Venise continue de tracer un chemin singulier : pas forcément pointu, ni vraiment prestigieux. Juste l'envie de "patchworker" tous les cinémas quand l'uniformisation écrase toute tentative d'originalité.

Si toutes les crises pouvaient stimuler autant la créativité, alors, en effet, vive la crise!