« La Favorite » a les faveurs des British Independent Film Awards

Posté par vincy, le 3 décembre 2018

La Favorite de Yorgos Lanthimos engrange les prix depuis sa présentation à Venise, où il a remporté le Grand prix du jury et le prix d'interprétation féminine pour Olivia Colman. Il a aussi récolté un prix spécial pour tout son casting aux Satellite Awards et le même aux Gotham Awards, le prix du meilleur second-rôle féminin (Rachel Weisz) et des costumes aux Hollywood Film awards, le prix de la meilleure actrice (Olvia Colman) au Festival de Gijon, le prix du public à Camerimage. Et voilà que le film ramasse 10 prix aux British Independent Film Awards hier soir. Il était nommé dans 13 fois dans 12 catégories.

La Favorite a dont été récompensé en tant que meilleur film britannique indépendant, meilleur réalisateur, meilleur scénario, meilleure actrice (Colman), meilleur second-rôle féminin (Weisz), meilleure image, meilleur casting, meilleures costumes, meilleurs maquillages, meilleurs décors.

Autant dire qu'il reste des miettes aux autres films. Joe Cole a créé la surprise en recevant le prix du meilleur acteur pour le film français Une prière avant l'aube. Alessandro Nivola a été distingué en tant que meilleur second-rôle masculin pour Désobéissance. La chanteuse et actrice irlandaise Jessie Buckley a été sacrée meilleur nouveau talent. Richard Billingham, pour Ray & Liz, a ramené chez lui le Douglas Hickox Award (meilleur réalisateur pour un premier film), tandis que son producteur est reparti avec le trophée de meilleure révélation dans la production. Le prix du meilleur scénario est revenu à Bart Layton pour American Animals, qui a aussi été primé pour le montage.

Le prix des meilleurs effets a récompensé le film d'animation Cro Man. Enfin, You Were Never really here de Lynne Ramsay se console avec deux prix: musique et son.

Trois prix honorifiques ont été décernés: Horace Ové (Prix spécial du jury), Judi Dench (Richard Harris Outstanding Contribution accolade) et Felicity Jones (Variety Award).

Les BIFA ont distingué Evelyn comme documentaire, The Big Day comme court-métrage et Roma d'Alfonso Cuaron comme film étranger.

Dinard 2018: Quatre actrices légendaires sans filtre dans Nothing Like a Dame

Posté par vincy, le 28 septembre 2018

Roger Mitchell (Coup de foudre à Notting Hill), grand habitué du Dinard Film Festival, est sélectionné cette année hors-compétition avec un documentaire, Nothing Like a Dame.

Quatre actrices légendaires s'installent dans un cottage britannique. Pas n'importe lequel puisqu'il s'agit de la résidence de Sir Laurence Olivier et Lady Joan Plowright, par ailleurs anoblie au titre de Dame. C'est la plus ancienne d'entre elle, à 88 ans. Cette immense comédienne de théâtre, aux rares apparitions à Hollywood (Les 101 Dalmatiens, Last Action Hero, Les chroniques de Spiderwick) a été une fois nommée aux Oscars et deux fois gagnante aux Golden Globes.

A 84 ans, Dame Eileen Atkins, outre les planches londoniennes, a brillé dans Equus en 1977, mais aussi dans des films comme Wolf, Retour à Cold Mountain, Gosford Park, The Hours ou récemment Paddington 2.

Mais le réalisateur met davantage en lumière les deux autres comédiennes, elles aussi nées sur scène après la seconde guerre mondiale. Elles aussi pas forcément des canons de beauté quand elles étaient jeunes. Sans doute parce que le grand public les connait davantage. Dame Maggie Smith, 83 ans, amie et membre de la troupe de Laurence Oliver et de Joan Plowright, a eu de beaux rôles sur grand écran (Mort sur le Nil, Chambre avec vue, Hook) avant de devenir incontournable grâce à son second-rôle dans Sister Act. On la voit aussi dans Gosford Park (comme Atkins), Nanny McPhee et le Big Bang, Indian Palace et évidemment dans la saga Harry Potter en Minerva McGonagall. Un Oscar et cinq autres nominations, 3 Golden Globes et dix nominations: un beau palmarès. Mais finalement c'est Violet, comtesse douairière de Grantham, qui, durant 52 épisodes de Downton Abbey, la rend immortelle. Série dont elle a le coffret et qu'elle n'a toujours pas vue! De loin, elle balance les meilleures répliques.

Et il y a le cas de Dame Judi Dench, 83 ans aussi. Deux films film ont changé sa vie en 1995 et 1997, respectivement un James Bond (GoldenEye, où elle créé un M iconique dans 6 épisodes de la franchise) et La dame de Windsor qui va l'abonner aux rôles de reines. Avant la comédienne avait fait beaucoup de théâtre et de télévision (y compris une sitcom). C'est l'un des rares cas d'école où un/une artiste est devenu mondialement célèbre après ses 60 ans. Avec Smith, elle tourne aussi Indian Palace. Avec Smith et Plowright, elles sont à l'affiche de Un thé avec Mussolini. Tout se croise. Dench devient avec Helen Mirren, la comédienne "senior" la plus demandée à Hollywood (les trois autres "filles" du Docteur Mitchell en plaisantent d'ailleurs), tournant avec Burton, Eastwood, Frears, Branagh, Fukunaga, Marshall... récoltant au fil de sa carrière un Oscar (et six nominations) ainsi que deux Golden Globes (et 9 nominations). Avec humilité, elle prend son rôle de "reine" du quartet sans jamais le revendiquer.

Quartet harmonieux

Voilà donc quatre grandes comédiennes partageant leurs souvenirs personnels et leurs parcours professionnels, leur jardin secret et leurs peurs, malgré la mémoire défaillante, la vue déclinante, l'ouïe peu fiable. Un mélange de sérieux et d' inside jokes, de gravité et de dérisions, d'humour anglais et d'élégance intime, de franchise et de connivence. Tout est bienveillant, même si parfois c'est superficiel et léger, comme le Ruinart servi à la fin. Elles peuvent être théoriciennes du jeu et du théâtre comme elles peuvent se rappeler leurs 400 coups.

Il y a des moments franchement hilarants. On comprend qu'elles ont été connectées toute leur vie, par le travail (films ou pièces ou partenaires en commun) comme par l'amitié extra-professionnelle. Si on rit, c'est bien parce qu'elles nous divertissent. Mais au-delà des anecdotes et des archives rares déterrées, ou encore de l'admiration portée par le cinéaste Roger Mitchell sur ces quatre grandes "drama-queens", on retient finalement l'essentiel: des vérités sur ces déesses de l'illusion.

Si ici, elles sont de drôles de Dames, sans filtre et très expressives, elles s'interrogent toujours et encore sur les moyens de rendre le vrai en faisant du faux. Le jeu plutôt que le je. Comme si toute leur vie, elles n'avaient voulu que tendre à ce but: être une autre en restant en soi-même.

Kenneth Branagh a trouvé « son » Artemis Fowl

Posté par vincy, le 22 décembre 2017

Artemis Fowl est sur les rails. Le film en prises de vues réelles qui sera réalisé par Kenneth Barnagh, actuellement à l'affiche avec Le crime de l'Orient-Express, a trouvé son héros.

Après "une immense campagne de recherche qui a été organisée pour découvrir l’acteur qui incarnera Artemis Fowl, durant laquelle la directrice de casting Lucy Bevan a rencontré plus de 1200 candidats", explique le studio Walt Disney en charge du projet, c'est le jeune Irlandais Ferdia Shaw, qui fera ses débuts à l’écran dans le rôle-titre.

Le tournage débutera début 2018 au Royaume-Uni et sortira en salles aux États-Unis le 9 août 2019.

Artemis Fowl est adapté de la série de 8 livres jeunesse (parus entre 2001 et 2012) écrits par Eoin Colfer, sur un scénario du dramaturge Conor McPherson. Le jeune Artemis Fowl – 12 ans et une intelligence hors du commun –, descendant d’une longue lignée de cerveaux criminels, s’apprête à livrer un combat où se mêlent force et ingéniosité contre le Peuple des Fées, des créatures puissantes et mystérieuses qui pourraient bien être derrière la disparition de son père.

Au casting, on trouvera également Josh Gad dans le rôle de Mulch Diggums, un nain kleptomane qui travaille pour les fées  et pour son propre compte, Judi Dench qui sera la commandante Root, redoutable chef des forces de police des fées, Lara McDonnell qui incarnera la capitaine Holly Short, une elfe déterminée, et Nonso Anozie pour le personnage de Butler, l’impressionnant garde du corps d’Artemis Fowl.

ARTEMIS FOWL est tiré de la série de best-sellers écrits par Eoin Colfer, sur un scénario du dramaturge primé Conor McPherson. Le film sortira en salles aux États-Unis le 9 août 2019. Le tournage débutera début 2018 au Royaume-Uni.

Kenneth Branagh embarque Daisy Ridley, Johnny Depp et Judi Dench à bord de l’Orient-Express

Posté par wyzman, le 1 octobre 2016

On vous le disait en novembre dernier, c'est l'irlandais Kenneth Branagh qui a été choisi par la  Fox pour incarner sur grand écran le célèbre détective Hercule Poirot dans l'adaptation du Crime de l'Orient-Express (alias le plus gros succès d'Agatha Christie). Et comme si cela ne suffisait, c'est également lui qui réalisera le film. Dès lors, le comédien de 55 an s'est fait plaisir au niveau du casting.

Produit par Ridley Scott et Mark Gordon et scénarisé par Michael Green, le projet a le mérite d'attirer moult stars. Et pas n'importe lesquelles puisqu'il s'agit de celles de la liste A. Il y a quelques heures, le magazine Variety a ainsi révélé que la star de la pièce Hamilton, Leslie Odom Jr. serait de la partie et qu'il serait loin d'être seul. En pleine traversée du désert (si l'on omet Strictly Criminal), la superstar Johnny Depp viendra jouer les renforts et les mentors pour Daisy Ridley, la nouvelle icône de toute une génération depuis sa participation à Star Wars : Episode 7 - Le Réveil de la Force.

Et parce que plus on est de fous, plus on rit, c'est avec beaucoup de plaisir que l'on retrouvera Judi Dench dans un rôle encore inconnu. S'ajoutent ensuite Michelle Pfeiffer et Michael Pena, l'acteur passé par End of Watch, Fury et Ant-Man. En pleine promotion de Sing Street, l'actrice Lucy Boynton devrait faire un malheur dans cette nouvelle adaptation de Crime de l'Orient-Express.

Dans le reste de la distribution, on notera la participation du beau Tom Bateman (Da Vinci's Demons) et de l'incontournable Derek Jacobi (Vicious). Atypique et hétérogène, ce casting est l'assurance d'un public large au moment de la sortie du film. En effet, il faudrait être fou pour louper le nouveau film de Daisy Ridley et Lucy Boynton. Surtout si Johnny Depp et Judi Dench sont de la partie !

Avec Kenneth Branagh devant et derrière la caméra, nous pouvons d'ores et déjà nous attendre à de beaux fous rires. Car si Warner Bros. a son Sherlock Holmes, le réalisateur de Thor, The Ryan Initiative et Cendrillon pourrait bien livrer à la FOX sa prochaine saga !

Et de trois pour Stephen Frears et Judi Dench

Posté par vincy, le 12 août 2016

Stephen Frears retrouve son actrice de Mme Henderson présente et de Philomena, l'oscarisée Judi Dench, pour un troisième film, Victoria and Abdul.

Le réalisateur de The Queen et des Liaisons dangereuses va renouer avec la royauté et ses courtisans puisqu'il s'agira de la véritable histoire d'amitié entre la Reine Victoria (1837-1901) et le jeune Abdul Karim. Les trois derniers films du cinéastes étaient déjà inspirés d'histoires vraies (Philomena, The Program, Florence Foster Jenkins). Il mettra en scène le scénario de Lee Hall (Billy Elliot, Cheval de guerre), adapté du livre Victoria & Abdul: The True Story of the Queen’s Closest Confidant de Shrabani Basu (inédit en France).

En 1887, l'Empire britannique célébra le jubilé d'or de Victoria. Si on en croit le résumé de wikipédia, le 23 juin, la Reine recruta deux Indiens musulmans comme domestiques. L'un d'eux, Mohammed Abdul Karim devint Munshi (« secrétaire ») et enseigna l'hindoustani à la reine. Sa famille et les autres domestiques furent choqués et accusèrent Abdul Karim d'espionner pour la Muslim Patriotic League et de monter la reine contre les hindous. On découvrit qu'Abdul Karim avait menti au sujet de ses origines. Mais Victoria ignora toutes les plaintes, qu'elle qualifia de racistes. Abdul Karim resta à son service jusqu'à la mort de la souveraine en 1901 et il rentra alors en Inde avec une pension.

Abdul Karim sera interprété par Ali Fazal (Furious 7, Bang Baaja Baaraat). Judi Dench a déjà incarné Victoria dans La dame de Windsor de John Madden (1997), film qui relate, durant les années 1860, la relation scandaleuse, ambivalente et mystérieuse de la Reine, veuve depuis peu , avec un domestique écossais, John Brown. Elle avait reçu un Golden Globe et une nomination aux Oscars. A leurs côtés, Eddie Izzard sera le Prince de Galles.

Le film est prévu dans les salles l'an prochain.

Richard Gere et David Strathairn, nouveaux clients de l’Indian Palace

Posté par vincy, le 23 janvier 2014

Pour la première fois de son histoire, Fox Searchlight (Little Miss Sunshine, Slumdog Millionaire, 12 Years a Slave), la branche de la 20th Century Fox spécialisée dans les films "indépendants" ou de niche, a décidé de lancer une suite à l'un de ses films. Indian Palace (The Best Exotic Marigold Hotel) a été l'un des succès surprises de l'année 2012 : 137 millions de $ de recettes dans le monde dont 46 millions de $ en Amérique du nord. Le film n'avait coûté que 10 millions de $. Pour le studio, il s'agit de sa 7e meilleure performance historique aux Etats-Unis.

Pour cette suite à Indian Palace, Fox Searchlight a déjà ajouté quelques vedettes à son casting de seniors : Richard Gere, David Strathairn et Tamsin Greig ont rejoint le tournage du film en Inde. Gere et Strathairn sont les nouveaux pensionnaires de ce palace cheap pour retraités. Richard Gere, vu dans Arbitrage en 2012, est attendu cette année dans Franny, de Andrew Renzi, avec Dakota Fanning. David Strathairn, récemment à l'affiche de Lincoln, sera du casting du nouveau Godzilla cet été. Actrice très connue des téléspectateurs britanniques, Tamsin Greig a notamment été remarquée dans Shaun of the Dead et Tamara Drewe.

Toujours réalisé par John Madden, Indian Palace 2 réunit les membres du premier opus : Judi Dench, Maggie Smith, Bill Nighy, Dev Patel, Celia Imrie, Ronald Pickup, Penelope Wilton, Diana Hardcastle, Tena Desae et Lillete Dubey.

Screen Actors Guild Awards : 12 Years a Slave, August : Osage County et Le Majordome favoris

Posté par vincy, le 11 décembre 2013

12 Years A Slave

Les votants des Screen Actors Guild Awards, qui représentent le plus fort contingent de votants aux Oscars, ont réservé quelques surprises avec leur crû. Déjà notons l'absence de trois grands favoris : Le loup de Wall Street de Martin Scorsese, Inside Llewyn Davis des frères Coen et Her de Spike Jonze.

Le grand vainqueur des nominations est le film de Steve McQueen, 12 Years of Slave, nommé dans 4 catégories. August : Osage County marque aussi de nombreux points.

C'est aussi un match des multinominés. C'est la 9e nomination pour Meryl Streep dans la catégorie meilleure actrice, la 7e pour Cate Blanchett, la 6e pour Judi Dench, la 3e pour Jennifer Lawrence. Côté masculin, Tom Hanks reçoit sa 4e nomination.

Et puis l'arrivée de Daniel Brühl, ou la confirmation des comédiens du Majordome et de Nebraska, montrent à quel point cette année le jeu est très ouvert.

Un prix honorifique sera remis à Rita Moreno (West Side Story, Chantons sous la pluie, Le Roi et moi, The Ritz).

Meilleur acteur
Bruce Dern (Nebraska)
Chiwetel Ejiofor (12 Years of Slave)
Tom Hanks (Captain Phillips)
Matthew McConaughey (Dallas Buyers Club)
Forest Whitaker (Le Majordome)

Meilleure actrice
Cate Blanchett (Blue Jasmine)
Sandra Bullock (Gravity)
Judi Dench (Philomena)
Meryl Streep (August : Osage County)
Emma Thompson (Saving Mr. Banks)

Meilleur second-rôle masculin
Barkhad Abdi (Captain Phillips)
Daniel Brühl (Rush)
Michael Fassbender (12 Years a Slave)
James Gandolfini (All about Albert)
Jared Leto (Dallas Buyers Club)

Meilleur second-rôle féminin
Jennifer Lawrence (American Bluff)
Lupita Nyong'O (12 Years a Slave)
Julia Roberts (August : Osage County)
June Squibb (Nebraska)
Oprah Winfrey (Le Majordome)

Meilleur ensemble d'acteurs
12 Years a Slave
American Bluff
August : Osage County
Dallas Buyers Club
Le Majordome

Skyfall : l’abécédaire de Skyfall ou 26 facettes du nouveau James Bond

Posté par vincy, le 16 octobre 2012

A comme Aston Martin : vedette du dernier acte de Skyfall, rutilante et désuète, élégante et parfait gadget pour le final explosif.

B comme Bardem : Raoul Silva, un méchant pas comme les autres. Un brin psychopathe, un zest homo (il faut le voir caresser les cuisses de James Bond) et oedipien à souhait. Javier Bardem, faux blond, fait son show, flirtant avec son personnage de No Country for Old Men.

C comme Casino : grand classique de la franchise. Ce coup-ci pas besoin de jouer à Macao. Juste l'occasion de toucher les jackpots. C'est la première fois que 007 vient en Chine en s'offrant deux étapes : outre le casino de Macao, l'espion fait escale à Shanghai.

D comme Disque dur : l'enjeu initial de tout la série de dévastation, destruction et autres poursuites du film. D comme Dommage que ce fil conducteur se perde en route. Plus personne n'en parle et ne cherche à le récupérer au bout d'une heure.

E comme Eve : le prénom de la très jolie agent du MI6 dont le patronyme ne sera révélé qu'à la fin du film. Clairement, elle n'est pas à l'aise sur le terrain... Une planque dans un bureau lui conviendra mieux.

F comme Fiennes : nouvel arrivant dans la bureaucratie britannique. Ralph Fiennes est l'intermédiaire ambivalent et un peu raide entre le Ministre de la défense et M. Il perd ses cheveux, prend du ventre, mais il a un certain flegme aussi pour annoncer une mise à la retraite que pour prendre un flingue.

G comme Girls : il n'y en a qu'une dans cet épisode. Sorte de Geisha des temps modernes qui s'offrira une douche torride avec 007. S'il n'y avait pas M (en même temps, l'adage se confirme, toutes des p... sauf ma mère), ce serait sans aucun doute le Bond le plus misogyne de la série.

H comme Hashima : île japonaise abandonnée et désolée qui sert de QG au méchant. Ce décor impressionnant a déjà servi de cadre à Battle Royale II. Autrefois l'endroit le plus dense de la planète, cela fait près de 40 ans que les immeubles et bâtiments sont laissés au vent et à l'air marin.

I comme Istanbul : cadre du long prologue de Skyfall, avec poursuites en auto, moto et train, entre Grand Bazar et rues animées. Le prologue est radicalement différent (tout comme l'épilogue) puisqu'il nous fait croire à une fin plutôt qu'à un début. C'est la troisième fois que Bond visite la ville turque après Bons baisers de Russie et Le monde ne suffit pas.

J comme James : il prononce son nom au casino de Macao. Bond est un héros fatigué, presque hors-service, une épave pour certains. Mais sa volonté et sa loyauté lui feront surmonter tous ses handicaps. Daniel Craig avouait avant le tournage, qu'à 43 ans, lui-même ne se sentait plus capable de fournir les exigences physiques qu'imposent le personnage.

K comme Kleinman (Daniel) : Il a déjà réalisé six génériques pour la série (dont GoldenEye et Casino Royale). Il revient pour le générique de cet épisode, chanté par Adèle, avec des couteaux qui deviennent des tombes de cimetière, des dragons chinois, des jeux de miroirs et autres tests de Rorschach... Graphique, comme au bon vieux temps...

L comme comme Londres : la capitale britannique est la victime principale du méchant : explosion du MI6, attentat dans le métro, attaque dans un tribunal...

M comme M : M (parfaite Judi Dench, qui reprend son rôle pour la 7e fois) comme Mise à la retraite mais pas avant d'avoir accompli sa Mission. M comme Mistake (dès le prologue, la panique lui fait commettre une grosse bourde), comme Ministre (qui veut sa peau), comme Menace (de l'intérieure), comme Moteur du film (c'est la cible), comme Match (contre l'ennemi, qu'il soit bureaucratique, terroriste, ou simplement l'âge), comme Méfiance (qui pourrait faire confiance à quelqu'un capable de mettre les intérêts de l'Etat au dessus de ceux des individus), comme Menteuse (pour le bien de tous), comme Maman (voir R comme réplique), comme Mort (il y en a pas mal mais une seule nous surprendra).

N comme note : 3,5 sur 5. Assurément le meilleur de la trilogie avec Craig et l'un des meilleurs Bond grâce à sa mise en scène à la fois spectaculaire et léchée, une image magnifique de Roger Deakins, de beaux effets visuels, un rythme soigné, entre moments d'émotion et scènes d'action. Regrettable que le scénario oublie le disque dur au passage (après nous avoir bien fait monter la pression avec la révélation d'agents infiltrés) et se concentre sur une simple histoire de vengeance.

O comme Olympiques : le véritable buzz autour de Skyfall a débuté lors de la cérémonie d'ouverture des J.O. de Londres, où Daniel Craig fut le premier des agents fictifs à rencontre la vraie Reine d'Angleterre. Côté olympiades, James Bond n'aurait pas été champion de tir cette année...

P comme placement produits : 29 millions de livres sterling en différentes publicités introduites dans le film, de Virgin Atlantic à Audi en passant par Omega, Literary Review, Range Rover et même Heineken.

Q comme Q : il a rajeunit. Désormais interprété par l'assez sexy Ben Whishaw (Le parfum, Bright star), il est aussi geek (champion des hackers) que traditionaliste (il aime boire du thé en pyjama). Finit le temps des stylos qui explosent, la radio émettrice est le top du top. Son premier rendez-vous avec Bond se déroule dans un musée, à contempler un tableau. Mélancolique et classe.

R comme réplique : si le film en est rempli, avec sous entendus grivois ou constats du déclin de l'empire de l'espionnage, poèmes cités au tribunal ou mot cinglant résumant bien la situation, sns compter les réflexions sur l'âge de 007, la meilleure reste celle que Bardem murmure en parlant de M : "Maman a été très vilaine". Tout le film est là. En une phrase.

S comme Skyfall : le titre du film provient du nom du manoir écossais familial de James Bond. C'est le lieu choisi par Mendes pour le final pétaradant de l'épisode. Un peu délabré, paumé, pas franchement accueillant (mais gardé par Albert Finney tout de même), c'est aussi là que sont enterrés les parents de 007 ("les orphelins sont les meilleures recrues" rappelle M), dont la mère a un nom furieusement français (Monique Delacroix).

T comme traumatismes : véritable séance freudienne, Skyfall déroule les traumas de chacun. Bond et la mort de ses parents, Silva et sa haine/amour vis-à-vis de M et du MI6, M et ses angoisses liées aux responsabilités, erreurs, choix qu'elle a du faire. Tout le monde est vulnérable, dépendant ou méfiant. Et tous auraient besoin d'une bonne séance de divan.

U comme un autre? : comme dans l'ancien temps, le carton final célèbre le 50e anniversaire de la franchise et affirme que James Bond reviendra. Mais avec qui?

V comme véhicules : une moto, une jeep, un train, une audi noire, un 4x4, un ascenseur, un yacht, des hélicoptères, un métro, une aston martin, une camionnette de police... il y a de quoi être transporté.

W comme Walther PPK : l'un des rares gadgets du film. Mais attention, celui-ci a une reconnaissance palmaire. Un petit émetteur radio pour se géolocaliser et pour le reste Bond devra faire appel à ses connaissances en bricolage façon MacGyver/Agence tous risques.

X comme XXIII : 23e James Bond sous la bannière d'Eon productions. Peu d'inquiétudes sur les recettes au box office, le film cartonnera. D'un point de vue "chronologique", il se situe avant Dr. No. La trilogie avec Daniel Craig aurait ainsi pu s'intituler James Bond : les origines. Maintenant que la boucle est bouclée, que faire?

Y comme Yin et Yang : le film fonctionne par duos. Craig/Harris, Dench/Fiennes, Craig/Dench (par deux fois), Craig/Whishaw, Craig/Marlohe, Craig/Bardem, Dench/Bardem (par deux fois), Bardem/Craig, Craig/Finney, Dench/Finney, Craig/Fiennes. Les deux font la paire. Construction plus mécanique que quantique.

Z comme Zéro Zéro Sept : 50 ans après on ne s'en lasse pas.

James Bond : début du tournage de Skyfall lundi prochain

Posté par vincy, le 3 novembre 2011

Skyfall. Tel est le titre du 23e James Bond officiel qui sortira le 24 octobre 2012 en France, le 26 octobre 2012 au Royaume Uni et en Irlande (le 9 novembre aux USA). Annoncé aujourd'hui de manière officielle, le titre du nouveau 007 a été accompagné de confirmations sur le casting et les lieux de tournages.

A l'affiche, aux côtés de Daniel Craig, nous retrouverons Javier Bardem, Ralph Fiennes (voir notre actualité Deux méchants catégorie A pour le prochain James Bond), Judi Dench alias M (dont le passé va ressurgir et bousculer la loyauté de 007), Naomie Harris et la française Berenice Marlohe (photo) en James Bond Girls, Helen McCrory, Ben Whishaw et le vénérable Albert Finney.

Sam Mendès commencera le tournage lundi. Le film nous emmènera à Londres, en Chine (a priori dans des lieux jamais visités par Bond comme Shanghai), à Istanbul (déjà au coeur de deux épisodes de la série), et en Ecosse. Rien de très exotique (voir la la liste des destinations) et surtout cela annule les deux rumeurs persistantes : New York et l'Inde (dont le gouvernement avait protesté contre la mauvaise image des trains nationaux qui auraient été véhiculés par le film).

La production a engagé le grand chef opérateur neuf nommé aux Oscars Roger Deakins (True Grit, L'assasinnat de Jesse James.., No country for old men, Kundun, fargo, Jarhead, Revolution Road, Les noces rebelles, ...).

Le scénario a été écrit par Neal Purvis et Robert Wade (on leur doit Le Monde ne suffit pas, Meurs un autre jour, Casino Royale, Quantum of Solace et les deux Johnny English) en collaboration avec John Logan (Lincoln, Hugo Cabret, Rango).

Deux méchants catégorie A pour le prochain James Bond

Posté par vincy, le 18 octobre 2011

Il ne reste que deux inconnues : les James Bond Girl. Pour le reste, le 23e James Bond officiel a son casting au complet. Daniel Craig reprend du service après Casino Royale, épatant dans le genre, et Quantum of Solace, trop brouillon pour ne pas être déçu. Dans le rôle de Miss Moneypenny,  la belle métisse Naomi Harris (Pirates des Caraïbes 2 et 3) jouera les secrétaires secrètement amoureuses. Judi Dench devrait endosser de nouveau son costume de M. Et pour ce qui est des méchants, la production a décidé de doubler la mise : de quoi doubler l'intensité d'une formule archi-rabâchée. Ralph Fiennes et Javier Bardem vont donc tout faire pour rendre le Martini encore plus amer.

Reste les James Bond Girls : les deux actrices qui tiendraient la corde sont désormais Helen McCrory (alias Narcissa Malfoy dans Harry Potter, et Chérie Blair dans The Queen) et la française Bérénice Marlohe (L'art de séduire, et bientôt Un bonheur n'arrive jamais seul). Sam Mendès, qui réalisera le film, semble avoir eu le coup de foudre pour la jeune comédienne.

Le 23e James Bond pourrait s'appeler Carte Blanche, du nom du dernier roman paru avec l'espion de sa majesté comme héros. Les rumeurs évoquent comme décors Londres, l'Ecosse, Istanbul, New York, l'Inde et de façon moins sûre l'Afrique du Sud et la Chine. L'histoire devrait se concentrer une fois de plus sur l'organisation Quantum. Il sera en salles fin octobre 2012 au Royaume Uni, soit quatre ans après Quantum of Solace. C'est la première fois qu'un James Bond succède avec autant d'années d'écart au précédent. Les problèmes financiers de la MGM ont décalé d'un an le tournage (voir nos actualités du 21 avril 2010 et du 28 décembre 2010. Le 23e épisode de 007 se tournera finalement de novembre prochain à juin 2012.