Sam Shepard (1943-2017) s’offre une balade au Paradis

Posté par vincy, le 31 juillet 2017

Triste jour que ce 31 juillet. Voilà que Sam Shepard, écrivain, dramaturge, réalisateur et acteur est mort. Né le 5 novembre 1943, il avait 73 ans. Si sa carrière est avant tout théâtrale, aussi bien comme auteur, metteur en scène et acteur, il avait tourné dans une soixantaine de films et téléfilms.

C'est Terrence Malick qui lui offre son premier grand rôle, dans Les Moissons du ciel en 1978. Quatre ans plus tard, il rencontre Jessica Lange sur le tournage de Frances. Ils vivront ensemble jusqu'en 2009. Durant les années 1980, il enchaîne les tournages. D'autant qu'il est à l'affiche d'un gros succès en 1983: L'étoffe des héros de Philip Kaufman. Il faut dire qu'à cet âge, ce coureur de jupons était sacrément beau gosse... Fool for Love de Robert Altman, Crimes du cœur de Bruce Beresford, Potins de femmes d'Herbert Ross, ... Il alterne les mélos et les thrillers, les films de guerre et les westerns. Souvent cantonné aux seconds-rôles, on le voit s'impliquer avec perfectionnisme dans des films comme Cœur de tonnerre de Michael Apted, L'Affaire Pélican de Alan J. Pakula, La neige tombait sur les cèdues de Scott Hicks, De si jolis chevaux de Billy Bob Thornton, The Pledge de Sean Penn, Opération Espadon de Dominic Sena, La chute du faucon noir de Ridley Scott, N'oublie jamais de Nick Cassavetes ou Don't Come Knocking de Wim Wenders, qu'il scénarise lui-même.

Cette éclectisme ne lui a jamais permis de devenir une star de cinéma. Il avait cette image du cowboy, du sudiste, de cet homme des campagnes. Ce qui ne l'empêchait jamais de varier les plaisirs. Ces dix dernières années, il a joué dans des productions très réalisées par des cinéastes d'une autre génération: Andrew Dominik (L'Assassinat de Jesse James, Cogan: la mort en douce), Jim Sheridan (Brothers), Baltasar Kormakur (Etat de choc), Doug Liman (Fair Game), Daniel Espinosa (Sécurité rapprochée), Jeff Nichols (Mud, Midnight Special), John Wells (Un été à Osage County)...

C'est sur les planches que Shepard aimait se mettre en lumière. Avec sa pièce L'enfant enfoui, il obtient le prestigieux prix Pulitzer. C'est aussi dans l'écriture qu'il s'épanouissait. Ainsi il a été le scénariste d'une Palme d'or (Paris, Texas), d'un film de Bob Dylan (Renaldo and Clara), ou d'un Antonioni (Zabriskie Point). Il aimait détourner les formes classiques, voire conventionnelles, pour bousculer le public avec un ton plus expérimental. Il aimait "péter les codes". En tant qu'acteur, paradoxalement, il était davantage de la retenue, une forme de minimalisme, mettant tout son "poids" dans les gestes, les regards, une sorte de virilité élégante. Il appréciait les personnages tourmentés.

Intellectuel et engagé, fermier et enseignant, il était à la fois une de ses figures de la mythologie américaine, à la Eastwood, et un artiste adulé à New York, malmené par les studios, exigeant et respecté. Il n'aimait pas être acteur au départ. Cela le rendait fou aussi que le business soit plus important que l'art. Il constatait le déclin de l'Empire Américain, s'accrochant à la mythologie de sa civilisation. Alors il écrivait. Continuellement. Pour ne pas se sentir inutile. De tous ses métiers, c'était celui qu'il revendiquait.

Sam Shepard ne voulait pas être une star, car il désirait continuer à jouer librement les personnages qui l'attiraient, et ne voulait pas être considéré comme une entité. Il aimait le folk-rock, les femmes, les vastes horizons, et son stylo. On l'imagine bien au crépuscule face à l'immensité d'un grand Ouest fantasmé.

Deux projets très différents pour Gia Coppola et Sofia Coppola

Posté par vincy, le 4 avril 2016

sofia coppola gia coppolaDans la famille Coppola, la fille Sofia est sans aucun doute la plus digne héritière (si on parle de palmarès). Mais la plus prometteuse s'appelle Gia, petite fille de Francis Ford Coppola et nièce de Sofia. Les deux ont annoncé à quelques jours d'écart ce qui devrait être leur prochain film.

Gia Coppola a enrôlé Naomi Watts et Jessica Lange pour The Secret Life of the Lonely Doll. La réalisatrice de Palo Alto change de registre avec l'histoire de Dare Wright, auteur du best-seller The Lonely Doll (1957). Un journaliste la retrouve quarante plus tard dans un hôpital et explore son étrange vie, entre succès et isolement.

Sofia Coppola, de son côté, absente depuis The Bling Ring en 2013, annonçant des projets (Fairyland, La petite sirène) et les abandonnant, se serait décidée un remake des Proies ( The Beguiled), le western de Don Siegel réalisé en 1971 avec Clint Eastwood, adapté du roman de Thomas Cullinan. Nicole Kidman, Kirsten Dunst et Elle Fanning sont pressenties pour jouer les pensionnaires sudistes qui accueilleront et courtiseront un soldat nordiste qu'elles soigneront et protègeront (ou presque).

Je te promets : vain voeu de fidélité

Posté par cynthia, le 15 mai 2012

channing tatum rachel mcadams the vow je te prometsSynopsis : Paige et Leo étaient un jeune couple heureux, jusqu’à l’accident… Si Leo s’en sort indemne, Paige se réveille de son coma en ayant tout oublié des cinq dernières années de sa vie. Elle n’a plus aucun souvenir de Leo ni de ce qu’ils ont vécu. Son mari est un inconnu…
Paige découvre une vie dont elle ignore tout – la sienne. Elle se croit encore fiancée à Jeremy, un homme d’affaires toujours amoureux d’elle, et a beaucoup de mal à accepter Leo et son style de vie bohème…
Incapable d’aider sa femme à retrouver ses souvenirs, Leo va perdre la seule personne qui ait jamais compté pour lui. Prêt à tout, il décide de recommencer à zéro et de reconquérir Paige comme s’ils venaient juste de se rencontrer. Un grand amour peut-il naître deux fois ?


Notre avis :
Adorables, artistes, beaux (et plus que ça encore), Leo (Channing Tatum) et Paige (Rachel McAdams) sont un jeune couple éperdument amoureux l'un de l'autre, vivant dans un "loft" (faut bien faire bander la ménagère). Ils vivent de baisers, de caresses et de bonnes intentions, jusqu'à l'accident de voiture qui va bouleverser leur love story douce et sucrée. Paige oublie l'homme qui faisait battre son cœur, oublie tous ses souvenirs qui, quelques heures auparavant faisaient de sa vie une suave brise d'été. Là où tout homme aurait abandonné, Leo fait tout pour aider sa femme à se souvenir de leur histoire.

Adapté de faits réels qui ont été exploités par Nicolas Sparks dans un best-seller sirupeux, cette histoire d'amour, certes belle et émouvante, nous donnerait envie de croire en Cupidon. Laissons notre cynisme de côté, et laissons envahir nos coeurs ce grand Amour à la Guillaume Musso / Marc Levy, celui que l'on rêve de vivre mais qui tarde à venir.

Les deux protagonistes font face à une complexité qui les dépasse etle dénouement du film démontre que l'âme sœur est plus forte que les aléas du destin qui pourtant aime s'amuser et nous torturer.

Nous laissant avec la douce sensation du premier baiser, Je te promets s'adresse à ceux et celles, célibataires, qui croient encore au prince charmant et aux idylles sans routine. Un pot de glace au chocolat à proximité peut aider à faire monter le taux de sucre ambiant. Le film se perd un peu dans ses flash-backs clichés, n'est pas sauvé par sa musique sans aspérité, et la direction d'acteur semble plus obsédée par les tee-shirts moulants du jeune homme que par ses expressions. Rachel McAdams est en roue libre, pleurant ou souriant sur commande.

Alors, oui, ça sonne faux. Mais non on ne peut pas vous en vouloir si vous aimez ce genre de marshmallow.

Les Emmys couronnent quelques stars…

Posté par vincy, le 21 septembre 2009

glennclose-emmy.jpgLes Emmys, les Oscars de la télévision américaine, ont récompensé deux séries principalement : Mad Men et 30 Rock. Et donc aucune surprise. la plupart des émissions primées ont commencé leur carrière il y a au moins deux ans.

Pour ce qui concerne le 7e Art on notera six vainqueurs. Et d'abord la séquence de Hugh Jackman lors de son entrée en scène aux Oscars dans la catégorie meilleure musique ou chanson! De quoi renouveler le contrat? Surtout en tant que meilleurs comédiens, on remarque les noms de Glenn Close (photo), Alec Baldwin et Toni Collette. Comme quoi on peut réussir une reconversion sur le petit écran, ou même, pour le cas de l'actrice de Little Miss Sunshine, une tentative de séduction. Close ne tournait plus rien d'intéressant au cinéma avant que la série "Damages" ne prouve à tous quelle grande tragédienne manipularice elle pouvait jouer. Baldwin et Collette en avaient sans doute assez de jouer les seconds rôles...

Dans la prestigieuse catégorie des miniséries / téléfilm, le meilleur acteur est le grand Brendan Gleeson (The General, Harry Potter) et la meilleure actrice est Jessica Lange (Tootsie, Big Fish), qui est désormais plus célèbre sur le petit que sur le grand écran.

Les Emmys s'étaient offerts un superbe casting de nommés. William Hurt, Andy Sirkis, Kevin Bacon, Kiefer Sutherland, Kenneth Branagh, Michael C. Hall, Steve Carrell, Charlie Sheen, Gabriel Byrne, Kevin Kline (en Cyrano de Bergerac) et Sir Ian McKellen du côté masculin. Vanessa Williams, Elisabeth Perkins, Drew Barrymore, Sigourney Weaver, Holly Hunter (La leçon de Piano), Sally Field, ou encore Shirley MacLaine (en incarnant Coco Chanel) du côté féminin.

___________
la liste complète des nommés et des gagnants