jeff daniels » Le Blog d'Ecran Noir

Danny Boyle tourne Steve Jobs avec Michael Fassbender

Posté par vincy, le 1 février 2015

Le casting a été compliqué à boucler. Le biopic sur Steve Jobs, adapté de la biographie (et best-seller) de Walter Isaacson, devait être réalisé par David Fincher. Mais, trop gourmand (10 millions de $), le réalisateur a été éjecté du projet. Christian Bale devait alors incarner le feu patron d'Apple. Sony engage alors Danny Boyle qui préfèrerait travailler avec Leonardo DiCaprio. Ce dernier, finalement, ne s'engage pas sur le projet. Sony et Boyle décident de revenir vers Christian Bale, qui accepte le rôle, dans un premier temps (lire notre actualité du 24 octobre 2014). Moins de trois mois avant le début du tournage, l'ex-Batman décide de ne pas signer le contrat, considérant qu'il n'était pas l'acteur idéal pour le rôle.

C'est alors que Danny Boyle décide d'approcher Michael Fassbender, moins cher, moins star. Fassbender accepte. Et entre temps, le projet passe de Sony à Universal. Ultime rebondissement avant la mise en production définitive du film.

Le tournage de Steve Jobs a commencé cette semaine à San Francisco. Seth Rogen dans le rôle de Steve Wozniack, co-fondateur d’Apple, Kate Winslet en Joanna Hoffman, ancienne directrice marketing de Macintosh, Jeff Daniels en John Sculley, vice-président d’Apple, Katherine Waterston (Night Moves) en ancienne compagne de Steve Jobs, Michael Stuhlbarg en Andy Hertzfeld, membre d'origine de l’équipe de développement du Macintosh, et aussi Sarah Snook, Perla Haney-Jardine, Makenzie Moss et Adam Shapiro sont au générique.

Le film se déroule des coulisses du lancement des produits phares de la marque jusqu’à la présentation de l’iMac  en 1998.

Steve Jobs est prévu sur les écrans en 2016.

Razzia d’Emmy Awards pour Ma vie avec Liberace

Posté par vincy, le 23 septembre 2013

Michael Douglas Emmy AwardsDimanche soir, les Emmy Awards, les Oscars de la TV américaine, n'ont pas fait dans la dentelle avec 11 statuettes pour le dernier film de Steven Soderbergh, Ma vie avec Liberace. En compétition à Cannes en mai dernier, le film n'avait pas pu trouver de distributeurs aux Etats-Unis et avait du "se contenter" d'une diffusion sur HBO (qui a battu des records d'audience).

Le téléfilm, actuellement dans les salles de cinéma françaises, a remporté plusieurs prix techniques : meilleure direction artistique, meilleur casting, meilleurs costumes, meilleures coiffures, meilleurs maquillages, meilleures prothèses, meilleur montage, meilleur mixage sonore.

Mais il a surtout raflé les trois récompenses les plus prestigieuses : meilleur téléfilm, meilleur réalisateur pour Steven Soderbergh et meilleur acteur pour Michael Douglas. L'acteur a remercié son épouse Catherine Zeta-Jones, bien qu'il soit récemment séparé d'elle, et son partenaire, Matt Damon : "Matt, tu mérites la moitié de ce prix. Tu veux la partie devant ou la partie derrière?"

Douglas devient membre du club très sélect des acteurs ayant gagné l'Oscar et l'Emmy. Douglas avait déjà été nommé trois fois aux Emmy Awards en tant que second rôle dans Les rues de San Francisco et une fois en tant que comédien invité dans la sitcom Will & Grace.

Autres vainqueurs notables:

Laura Linney, pour son rôle dans le téléfilm The Big C : hereafter

David Fincher, pour la réalisation de la série House of Cards

Claire Danes, pour son rôle dans la série dramatique Homeland

Jeff Daniels, pour son rôle dans la série dramatique The Newsroom

Melissa Leo, comme actrice invitée dans la série comique Louie

Ellen Burstyn, pour son second-rôle dans le téléfilm Political Animals

James Cromwell, pour son second-rôle dans le téléfilm American Horror Story : Asylum

Danny Boyle, pour la réalisation d'un événement spéciale (l'ouverture des J.O. 2012 à Londres)

Mama’s Boy en DVD : pour tomber amoureux d’Anna Faris

Posté par Benjamin, le 1 décembre 2009

Mama’s Boy est ce que l’on peut qualifier de comédie US pop de seconde zone. C'est-à-dire, celles qui ne traversent pas l’Atlantique mais qui mérite pourtant qu’on y jette un petit œil curieux. Ceci dit le film n'a jamais eu le droit à une exploitation en salles aux USA.

L'histoire : Jeffrey (Jon Heder) refuse de quitter la maison de sa mère car il n’est pas prêt et depuis plus d’une décennie il se cache derrière des soi-disant découvertes d’astronomie en cours. Jan, sa mère (Diane Keaton) se convainc que Mert (Jeff Daniels) ne peut lui mentir et qu’elle a enfin retrouvé le bonheur. Mert, lui, espère qu’il n’aura pas à dévoiler son «passé » à sa future. Et enfin, Nora (Anna Faris) croit durement en son rêve de chanteuse. Mais elle est peut-être la seule qui assume ses désirs et ses peurs, naïvement certes mais qui se dirige pas à pas vers son rêve, à Austin…

Notre avis : Si Jon Heder ne vous dira peut-être rien, les autres comédiens ont un certain poids. A commencer par Diane Keaton, plus rare ces derniers temps sur nos écrans mais toujours pétillante. L’accompagne un autre acteur chevronné, Jeff Daniels et une "petite" qui peine à se faire apprécier à sa juste valeur, Anna Faris. Aaaaaaaaaah.... Anna Fa-ri-s. L’étoile de ce film. On pourra aussi apprécier l’agréable participation d’Eli Wallach.

Mama’s boy, comme présenté sur le dvd, est un "Tanguy à l’américaine en plus déjanté". Accroche purement commerciale pour cette histoire d’un jeune homme de 29 ans qui, pour cacher ses échecs et son immense manque de confiance, ment et se glisse derrière le masque de l’intello incompris. Chaque personnage montre une autre fabrication d’eux-mêmes et pour ne pas avoir à faire l’effort de se dévoiler, et se compromettre avec leur propre sens des responsabilités, se bat vaillamment pour garder sa carapace et ses croyances rassurantes.

Au fur et à mesure que le film avance, que les personnages font face à des nœuds, des évidences qu’ils ne peuvent plus éviter, ils doivent les surpasser pour parvenir à ce qu’ils désirent, sous peine, sinon, d’abandonner et de rester au point mort. Mama’s Boy est une comédie qui n’a aucune prétention particulière et n'a rien de délirant. Le film se repose sur son plein d’énergie, avec, parfois, la réplique qui fuse et la garantie d'un happy ending des plus romantiques.

Et si en fait la véritable raison c’était.... Anna Fa-ri-s ? Juste, belle, attendrissante. Elle accroche le regard et on ne s’empêcher de dire que son talent n’est pas reconnu comme il devrait être... De films cultes en films cultes, inconnus, méconnus, maladroits, décalés, Anna est une "smiley face" idéale pour ce DVD de fin de soirée.

.