Jean-Marie Villeneuve » Le Blog d'Ecran Noir

AXN de Jean-Marie Villeneuve en lice pour le Label Film MFC 2016

Posté par MpM, le 14 juin 2016

En 2014, on vous parlait de Jean-Marie Villeneuve et de son long métrage Tout est faux, sorti au cinéma parisien le St André des arts dans le cadre de ses "découvertes".

Cette année, entre divers projets et des courts qui tournent en festivals, le cinéaste indépendant est de retour avec AXN, un court métrage ambitieux et décapant qui concourt pour le Label Film 2016 de la Maison du Film court, un prix décerné à une proposition cinématographique singulière pour la réalisation d'un nouveau projet. Il est en lice avec neuf autres courts métrages qui seront présentés le mercredi 15 juin à 19h chez Commune Image.

L'occasion idéale de parler de ce film qui ne laisse pas indifférent ceux qui le voient, à la fois en raison de son ambiance envoûtante et de sa mise en scène élégante, servie par un noir et blanc somptueux. Dans une époque indéterminée, un couple se défait, un autre se forme, un tueur rôde, et la mort, elle, est partout. Il faut accepter de se laisser dérouter par ce que son auteur qualifie de "cauchemar éveillé sur fond d'épuisement conjugal", un film-puzzle qui déconstruit les codes traditionnels de narration, distord les voix et le récit, et laisse une part primordiale à l'intelligence de son spectateur.

Avec AXN, comme avec la veine parfois la plus captivante d'un certain cinéma fait de sensations et d'images plus que de sens et de dialogues, il ne faut en effet pas vouloir comprendre à tout prix ce que dit chaque scène du film, mais plutôt l'appréhender comme une expérience globale où les sensations (malaise, absurdité, humour, tension...) comptent plus que la sacro-sainte "intrigue". Une séquence du début, faussement documentaire, dans laquelle la figure du réalisateur évoque celle d'un démiurge tout puissant, peut ainsi éclairer a posteriori le film... ou n'être qu'une piste parmi d'autres, selon ce que le spectateur choisira d'y voir ou d'en retenir.

Jamais programmatique, le film nous fait toucher du doigt l'étrangeté d'un monde que l'on voudrait explorer plus avant, où les meurtriers convoient leurs victimes en barque vers un au-delà dont on ne sera jamais sûr de la nature, et où la mort vient littéralement frapper à la porte des défunts. Pourtant, cet univers plein de promesses ne se livrera jamais, comme s'il était l'aperçu alléchant d'une oeuvre encore à venir. Il nous laisse donc frustré, et c'est sans doute là sa petite faiblesse. Mais Jean-Marie Villeneuve refuse la facilité du sens et des explications et préfère se concentrer sur le style et la recherche d'une forme cinématographique qui se suffise à elle-même. Il évite ainsi le naufrage des œuvres si intrigantes qu'elles se dégonflent au moment du dénouement, suivant la voie plus difficile de celles justement bâties sur leur incompressible part de mystère.

Une démarche artistique que l'on croise trop peu souvent, même dans l'économie a priori plus libre du court métrage, et dont on a pourtant l'intuition qu'elle a encore beaucoup à livrer, entre singularité innée et recherche sincère. Parce que si Jean-Marie Villeneuve peut livrer un objet aussi intrigant et personnel avec des moyens ultra-limités, on est impatient de découvrir ce qu'il peut faire avec un budget plus confortable et une équipe technique étoffée. Heureusement, qu'il reçoive ou non le Label de la Maison du Film court, on sait qu'on aura bientôt de ses nouvelles : il ne cesse de tourner.

Les dix films en lice pour le Label Film MFC 2016

Soleil de Sonia Joubert
Je suis pas un bon modèle de Sabrina Tenfiche
L'enfant aux yeux verts d'Edouard Lanneau
Et après de Marc Ory
AXN de Jean-Marie Villeneuve
Séparation de Sylvie Audcoeur
La mer est ma mère de Luana Rocchesani
Dopado de Piotr Wieckowski
Les tigres en papier de Margot Pouppeville
Ultreïa de Jérôme Steinberg

_____________

Projection spéciale Label Film MFC 2016
Mercredi 15 juin à partir de 19h, entrée libre

COMMUNE IMAGE
8, rue Godillot
93400 Saint Ouen

Tout est faux : premier long métrage incisif cherche distributeur sincère

Posté par MpM, le 12 juin 2014

tout est fauxTout est faux est un premier long métrage fauché mais gonflé, qui capte avec une rare justesse la petite musique absurde d'une époque à bout de souffle. Son personnage principal se heurte partout à des discours vides de sens (le film a été tourné pendant la campagne pour l'élection présidentielle 2012 et est émaillé d'extraits de débats ou d'interventions télévisées), des expressions toutes faites, des mots creux. Lui-même est incapable d’articuler autre chose que des formules vagues : "oui", "non", "d'accord"... Comme si, plus la logorrhée absconse du monde l’envahissait, plus les sons s'étranglaient dans sa gorge.

Jean-Marie Villeuneuve, auteur de plusieurs courts métrages remarqués, dont The cream sélectionné au Festival Chéries, Chéris 2011, fait des films hors système depuis la fin des années 2000. "Pas par volonté", précise-t-il. "Sur certaines choses, oui, parce que c’est sympathique. Mais pour d’autres, j’aurais bien aimé avoir du financement. Il y a des scènes que je m’interdis de tourner parce que je ne peux pas les faire concrètement. Quand tu ne peux pas bloquer une rue, quand tu n’as pas les lumières pour transcender une scène… Ou alors sonoriser un lieu, avoir des figurants… Ca fait beaucoup de scènes dont on se prive, au final."

Un film bourré d'énergie pour un budget de 2000 euros

Ce n’est pourtant pas faute d’écumer les commissions d’aide, de contacter des producteurs et de remuer ciel et terre pour présenter ses scénarios. Le réalisateur peut probablement divertir ses interlocuteurs pendant toute une soirée avec les réponses (surréalistes) qu’il lui est arrivé d’obtenir. De quoi relancer le débat sur la frilosité d’un système français qui refuse de sortir de sa zone de confort. Quoi qu’il en soit, devoir toujours se battre pour imposer ses idées finit par être non seulement usant, mais surtout sclérosant. Beaucoup abandonnent. Jean-Marie Villeneuve, lui, a eu envie de tenter l’expérience du long métrage envers et contre tout.

C’est ainsi qu’est né Tout est faux, tout est fauxauto-financé avec un budget de deux mille euros qui ont principalement servi à restaurer l’équipe (à défaut de les rémunérer) et payer les lumières pour une séquence en boîte de nuit, la steadycam pour les scènes en forêt et le mixage du son. A mille lieux des clichés sur un cinéma amateur forcément bancal, et plutôt dans la lignée des œuvres auto-produites acclamées ces dernières années (Donoma, Rengaine…), le résultat est un film bourré d’énergie, ambivalent et complexe, sorte d’allégorie elliptique et parfois hallucinée de notre incapacité à prendre la parole pour dénoncer l’indécence et le cynisme, ou au contraire défendre ce qui mérite de l’être.

Un long métrage à la fois haletant (à l’image du premier long plan séquence tourné dans la rue, la caméra vissée sur la nuque du personnage principal) et cocasse, drôle et désenchanté. Si l’on s’identifie au personnage central, coincé dans un travail dépourvu de sens, désespérément solitaire au milieu d’individus agressifs ou tout simplement indifférents, privé d’une parole salvatrice ou au moins cathartique, il y a de quoi être sonné. Mais pour autant, Tout est faux raconte aussi la douceur. Celle des mondes intérieurs où il fait bon se réfugier, celle des rencontres, peut-être fugaces, peut-être fantasmées, mais plus réelles que la plupart des échanges machinaux que l’on égrène chaque jour.

Révélation d'un cinéaste

tout est fauxBien sûr, il y a des maladresses, surtout techniques (vous avez essayé de tourner un long métrage ambitieux sans moyens, vous ?), et des partis-pris qui peuvent surprendre, à l’instar du jeu complètement décalé des deux actrices qui semblent comme vues à travers une loupe déformante… mais n’est-il pas facile de faire abstraction de tout cela pour reconnaître du cinéma quand on en voit ? De comprendre instinctivement que l’on a en face de soi un cinéaste à part entière, avec son univers, son style et son ton bien à lui ?

Jusqu’à présent, le déclic se fait un peu attendre. Tout est faux est sélectionné au festival « Les saisons parisiennes » et sera projeté à Saint-Pétersbourg et à Londres. Il est également soutenu par le cinéma parisien St André des arts qui le proposera à partir du 17 septembre dans le cadre de ses "découvertes". Toutefois, aucune sortie "officielle" n’est encore prévue.

C’est vrai, le film ne battra jamais des records de fréquentation, et sans doute ne plaira-t-il pas à tout le monde, en dépit de son propos parfaitement universel. Mais qu’à notre époque, il n’existe pas de producteur assez visionnaire ou de distributeur assez courageux pour lui donner au moins une chance d’exister en salles, ou pour offrir à son réalisateur un passeport pour un 2e film, réalisé cette fois à l’intérieur des circuits traditionnels, est à la fois incompréhensible et tristement symptomatique d'une époque où l'industrie a pris le pas sur l'artistique. Depuis quand n’y a-t-il plus de place, sur les écrans, pour ceux qui aiment et font le cinéma ?

_________________

Tout est faux de Jean-Marie Villeneuve, au St André des Arts à partir du 17 septembre

Découvrir le travail du réalisateur
La page Facebook du film