Gisèle Casadesus (1914-2017), la doyenne des comédiennes s’en va en silence

Posté par vincy, le 25 septembre 2017

La doyenne du cinéma français Gisèle Casadesus "s'est éteinte paisiblement" le 24 septembre a déclaré son fils, le chef d'orchestre Jean-Claude Casadesus à l'AFP. Née le 14 juin 1914, elle avait 103 ans. Elle venait d'être élevée au grade de grand-croix de l'ordre de la Légion d'honneur.

Après un premier prix de comédie au Conservatoire national supérieur d'art dramatique à l'âge de vingt ans,elle était entrée à la Comédie-française à l'âge de 20 en 1934. Elle y resta durant 28 ans et devint la 400e Sociétaire de l'institution. Cette grande dame du théâtre (un Molière d'honneur, deux Molière du meilleur second-rôle) avait joué aussi bien les auteurs que classiques que Pirandello, Ionesco ou Duras. Elle a été sur les planches quasiment sans interruption jusqu'en 2014, soit 80 ans de scène!

Sa carrière au cinéma n'a pas été aussi impressionnante, même si, en vieillissant, on continuait de lui confier des rôles secondaires. C'est, paradoxalement, après ses 70 ans, qu'elle trouva sa place au cinéma. Gisèle Casadesus avait débuté en 1934 dans L'Aventurier de Marcel L'Herbier. On la retrouve dans Les Aventures de Casanova de Jean Boyer (1947), Le Mouton enragé de Michel Deville et Verdict d'André Cayatte, en épouse de Jean Gabin (1974), Hommes, femmes, mode d'emploi de Claude Lelouch (1996), Post coïtum animal triste de Brigitte Roüan (1997), Les Enfants du marais de Jean Becker et La Dilettante de Pascal Thomas (1999). Dans les années 2000, elle fut davantage sollicitée: par Guillaume Canet (Deux vieilles dames et l'accordeur, court métrage), Jeanne Labrune (C'est le bouquet !), Robert Guédiguian (Le Promeneur du Champ-de-Mars), Valérie Lemercier (Palais royal, en Reine-mère), Gilles Paquet-Brenner (Elle s'appelait Sarah). Mais c'est surtout Jean Becker qui lui offre son plus joli rôle au cinéma, celui de Margueritte dans La tête en friche en 2010, où elle incarne une vieille dame, autrefois voyageuse et fervente lectrice, qui lit des romans à haute voix pour Germain, quasi illettré (Gérard Depardieu).

Née dans le 18e arrondissement de Paris, Gisèle Casadesus est la fille du compositeur et chef d'orchestre d'origine espagnole Henri Casadesus et de la harpiste Marie-Louise Beetz. En 1934, ella épousé le comédien Lucien Probst (dit Lucien Pascal). Ils ont eu quatre enfants: Jean-Claude Casadesus, de la comédienne Martine Pascal, le compositeur Dominique Probst et l'artiste plasticienne Béatrice Casadesus.

Le Salon du Livre de Paris : le cinéma en vedette

Posté par vincy, le 15 mars 2012

Cette année, le Salon du livre de Paris, qui ouvre ses portes demain vendredi, fait une place au cinéma. "Du livre au film" reflète une tendance de plus en plus structurelle : les films font vendre les livres dont ils sont l'adaptation. Surtout, depuis quelques années, les écrivains préfèrent les adapter eux-mêmes. Philippe Claudel, David Foenkinos, Frédéric Beigbeder ou encore Virginie Despentes sont à la fois en librairie et sur les affiches de leurs films.

Depuis 4 ans, le salon du livre organisait les Rencontres SCELF des droits audiovisuels où producteurs et éditeurs passaient une journée en séances de speed dating.

Mais cette année, le Salon du livre a décidé de parler de cinéma autrement qu'aux professionnels. Plusieurs rendez-vous destinés au grand public vont permettre de mieux comprendre comment on passe de l'écrit à l'écran. Cette année, suprême bonus, les Comics arrivent pour la première fois Porte de Versailles avec une exposition des super héros de DC Comics. A cela s'ajoute les Mangas en grands invités de l'année, avec l'anniversaire de Naruto.

Demandez le programme!

Vendredi 16 mars

14h : Littérature jeunesse au cinéma et cinéma dans la littérature jeunesse.

15h30 : Autour du manuscrit Le Quai des brumes de Prévert.  Retour sur la genèse d'une création à travers le manuscrit d'un film.

16h : Ecrire pour le cinéma en Outre-mer.

16h30 : Présentation du film d'animation Aya de Yopougon, d'après la bande dessinée de Marguerite Abouet et Clément Oubrerie. Sortie du film cet été.

17h30 : remise des prix Animeland (meilleurs oeuvres japonaises)

19h : Ecrire des livres, écrire des films, avec Delphine de Vigan.

Samedi 17 mars

14h30 : Les interprètes du roman, avec Morgan Sportès et son adaptateur Richard Berry, mais aussi le scénariste Julien Rappeneau (Cloclo) et le cinéaste Jérôme Salle (Largo Winch).

16h : Master Class : L'adaptation, du livre au film

16h30 : Grand débat autour du Marsupilami, star de la BD européenne

17h30 : Grande rencontre avec David Foenkinos (La délicatesse)

18h30 : Grande rencontre avec Frédéric Beigbeder (L'amour dure 3 ans)

Dimanche 18 mars

12h : Présentation du film Le Petit Prince, la planète Libris.

12h30 : Grande rencontre avec Milena Agus et Nicole Garcia (Le mal de pierre)

14h30 : Présentation des Adieux de la Reine (en salles le 21 mars) avec Benoît Jacquot et Chantal Thomas.

15h : L'argent des autres, du roman à l'écran (nouvelles aides, écriture de scénario, ...)

16h30 : Le roman "idéal" pour le cinéaste, avec Jean Becker, Serge Joncourt et Jean-Christophe Grangé.

Lundi 19 mars

14h : Raconte-moi le cinéma : François Truffaut, pour les enfants de 8 ans et plus.

Robert Lamoureux (1920-2011) : le séduisant comique populaire dépose les armes

Posté par vincy, le 29 octobre 2011

On le connaissait surtout comme chansonnier et auteur (des films et des pièces de théâtre). Mais Robert Lamoureux était aussi réalisateur et comédien (trois fois nommé au Molières), doué pour le music-hall, voix de radio.... Il vient de mourir, à l'âge de 92 ans.

Ce comique très populaire a connu son heure de gloire avec le vaudeville militaire, Mais où est donc passée la septième compagnie (deux suites et des bons scores d'audience lors de ses multiples diffusions télévisées). Le film avait attiré 3,95 millions de spectateurs dans les salles en 1973, ce qui en fit le troisième succès de l'année. La suite en 1975 fidélisa 3,74 millions de trouffions, et fut là aussi le 3e succès de l'année. Le troisième épisode fut en revanche une déception avec 1,8 million de spectateurs , ce qui mit fin à l'aventure.

Né le 4 janvier 1920, Robert Lamoureux arrête sa scolarité à la fin de l'école primaire. Dans la vingtaine, après de multiples petits boulots, il se lance dans le cabaret et triomphe sur scène dans Papa, maman, la bonne et moi - qu'il jouera deux fois au cinéma en 1954 et 1956, attirant respectivement 5,4 et 3,8 millions de spectateurs - et La chasse au canard. Il écrira de nombreuses pièces de boulevard qui seront d'immenses succès, et jouées des centaines de fois à travers les décennies. Lamoureux impose, à contre-courant des tendances, un personnage très séduisant en plus d'être drôle.

Il a réalisé huit films en 1960 et 1977, dont certaines adaptations de ses pièces de théâtre. Ravissante, son premier film, mettait en scène Philippe Noiret et récolta 1 million d'entrées. Dans La brune que voilà, autre pièce adaptée par lui-même, il donne la réplique à Françoise Fabian et Michèle Mercier. Dans ses autres films, il reprenait souvent la même troupe composée de Jean Lefèbvre, Pierre Mondy, Henri Guybet, Pierre Tornade... Dans Opération Lady Marlène, relatif flop de 1975, film se déroulant sous l'occupation, il avait choisi Michel Serrault pour le rôle principal. Il fut aussi Arsène Lupin dans le film de Jacques Becker en 1957 (3 millions d'entrées) et celui d'Yves Robert en 1959 (1,7 millions d'entrées). Il trouve son plus beau rôle dans L'apprenti salaud en 1977, comédie policière adaptée d'un roman de Frank Neville par Michel Deville, avec Claude Piéplu, Georges Wilson, Jean-Pierre Kalfon.

Si sa carrière d'acteur n'a jamais été marquante dans le cinéma français (le cinéma l'ennuyait alors que le théâtre le passionnait), cantonné dans des comédies et des nanars, il a été plus remarqué au théâtre avec des personnages comme Knock ou en jouant du Feydeau et surtout de nombreuses pièces de Sacha Guitry. "Entre les cabarets, le music-hall et le théâtre, j'ai joué à peu près tous les soirs, sauf parfois pendant mes vacances. J'ai donc dû monter sur scène environ 16.000 fois! " racontera en 1998 cet acharné du travail

Depardieu s’engage sur deux nouveaux films

Posté par vincy, le 17 juillet 2009

Toujours aussi boulimique, le comédien français Gérard Depardieu a accepté deux nouveaux projets. Tout d'abord, il retrouvera Jean Becker, qui l'avait dirigé dans Elisa, en père alcoolique de Vanessa Paradis. La tête en friche, adaptation du roman de Marie-Sabine Roger paru il y a un an, lui fera jouer un homme géant, inculte, paresseux, bref le parfait idiot du quartier, ami d'une vieille dame, Margueritte, très érudite. Le tournage débutera le 28 septembre.  Becker sort d'un succès populaire avec Deux jours à tuer qui a réunit un peu plus d'un million de spectateurs en 2008.

Il s'est aussi engagé pour incarner le peintre Claude Monet dans le film de Chantal Picault (Accroche-coeur), dont le tournage est prévu au printemps prochain. Michel Galabru sera Clémenceau et Sandrine Bonnaire (le duo de Sous le soleil de Satan) interprètera l'élebe et assistante du maître, Blanche Hoschedé.

Deux jours à tuer ?

Posté par vincy, le 7 mars 2008

Monaco. La principauté accueille chaque année, avec un peu d'avance en 2008, le Forum Cinéma & Litterature. On y croise producteurs et éditeurs, cinéastes et écrivains, mais aussi des représentants de commissions de films. Très pro sous le glam.
Sir Alan Parker a ouvert le Forum. Petit tonneau anglais au sourire toujours prêt à jaillir, il lui a été rendu hommage : le cinéaste de The Wall, Fame, Evita, Midnight Express méritait bien ça. Mais heureusement Régis Wargnier, Président du jury, a rajouté plus tard Birdy et Angel Heart à la liste des films qui comptent. Il fut un grand, un de ceux pour qui on allait en salle, sans se soucier des critiques. Qui peut citer de tête, spontanément, le dernier film de ParKer? Désormais il doit cohabiter avec le créateur de Final Fantasy. Car l'adaptation n'est plus seulement littéraire. La BD (Enki Bilal sera en charge du jury du 9e Art) et le jeu vidéo font leur intrusion. De nombreuses adaptations sont en cours. Qui fera Rainman un jour?
Après une ouverture princière (Albert a mincit, disons-le; il devrait même annoncer ses fiançailles prochainement : il faut bien reconquérir les couvertures de magazines people envahies par le Président des Gaulois), nous avons découvert le nouveau film de Jean Becker, Deux jours à tuer. Un becker étonnant, très loin de ses récentes oeuvres "provincialistes". Caméra à l'épaule, ancré dans la vie moderne, cet hymne à la vie et ce désarroi devant nos vies devrait séduire un public qui jusqu'ici l'ignorait (voire le méprisait).