3 raisons d’aller voir Une famille syrienne

Posté par wyzman, le 7 septembre 2017

Huit ans après Le Jour où Dieu est parti en voyage, le chef-op Philippe Van Leeuw repasse derrière la caméra. Pendant 1h26, il nous présente dans un huis-clos suffocant le quotidien d'une famille devenue atypique, confirmant la bonne forme du cinéma belge. Le film a reçu le Prix du public et le Prix Label Europa Cinémas à Berlin, où il était dans la sélection Panorama. A Angoulême, Une famille Syrienne est reparti avec le Valois de la mise en scène, le Valois du public et le Valois de la meilleure actrice pour Hiam Abbbass et Diamand Abou Abboud.

1. La guerre est invisible mais omniprésente. Dans la Syrie en guerre, une mère, ses enfants et leur grand-père tiennent bon, cachés dans leur appartement. Par solidarité, ils accueillent un couple et leur nouveau-né et tentent de garder espoir. Voilà pour le pitch. Si le film frappe c'est parce qu'avec précision, Philippe Van Leeuw montre la lourdeur d'un conflit. Les personnages attendent, tentent de se contenir et de se soutenir durant cette page de l'histoire qui dure. Intelligemment, le réalisateur belge laisse les soldats et les milices de l'autre côté de la porte, pour nous faire ressentir une promiscuité touchante et terrible à la fois.

2. Le scénario est en béton. On ne le dira jamais assez mais sans un bon scénario, un film ne peut pas être bon. Et avec Une famille syrienne, on frôle la perfection. En effet, si le synopsis du film peut faire redouter un projet dramatique et particulièrement difficile à regarder, il n'en est rien. Une famille syrienne est un drame qui s'intéresse frontalement et honnêtement au calvaire de ceux qui refusent ou ne peuvent pas fuir plutôt qu'aux tenants et aboutissants d'un conflit qui dure depuis maintenant 6 ans. Les dialogues sont justes et les rebondissements bien placés en plus d'être presque toujours imprévisibles.

3. La pédagogie d'Une famille syrienne réconforte. Très réaliste, le second long-métrage du Belge profite d'un véritable créneau : rares sont les films de fiction et européens qui traitent de ceux qui vivent au quotidien la guerre en Syrie. En ne montrant qu'à de petits moments ce qu'est l'enfer de la guerre et en se focalisant sur les épreuves que subissent les civils, Philippe Van Leeuw propose une œuvre didactique et prenante. Happé par cette histoire qu'il finit par s'approprier, le spectateur attend un rebondissement, un signe annonçant une quelconque résolution. Une famille syrienne ne fait jamais dans le larmoyant mais tire son épingle du jeu  par l'efficacité de l'ensemble. Une belle réussite.

Arras 2012 : Hiam Abbass, Costa-Gavras et Laurent Cantet invités d’honneur

Posté par MpM, le 10 octobre 2012

arras 2012Avalanche de stars et d’avant-premières pour la 13e édition du Arras Film Festival qui s'offre trois invités d'honneur prestigieux, une multitude de films directement venus de Cannes, une compétition d'inédits européens et plusieurs focus originaux.

Commençons par les invités. Cette année, ce sont les cinéastes Costa-Gavras et Laurent Cantet ainsi que la comédienne et réalisatrice Hiam Abbass qui viendront animer les célèbres leçons de cinéma du festival, et surtout présenter en avant-première leur nouveau film : Le capital pour Costa Gavras (sortie le 14 novembre), Foxfire pour Laurent Cantet (sortie le 2 janvier 2013) et Héritage pour Hiam Abbass (sortie le 12 décembre). Des rétrospectives de l’œuvre de chacun accompagneront leur venue.

Autre temps fort de la manifestation arrageoise, la compétition européenne qui réunit neuf longs métrages de fiction, parmi lesquels on remarque plusieurs films venus du nord (Islande, Danemark, Norvège). C'est Tonie Marshall qui présidera le jury chargé de décerner l'Atlas d'or du meilleur film.

Les festivaliers auront également la chance de découvrir avant tout le monde certains des films les plus excitants de l'automne. En ouverture, Arras retrouve Michel Leclerc (Le nom des gens) qui viendra présenter Télégaucho. En clôture, ce sont Valérie Donzelli et Jérémie Elkaïm (La guerre est déclarée) qui feront le déplacement avec Main dans la main. Entre ces deux temps forts se succéderont notamment Après mai d'Olivier Assayas, Au-delà des collines de Cristian Mungiu, Cogan - La mort en douce d'Andrew Dominik, La chasse de Thomas Vinterberg, L'homme qui rit de Jean-Pierre Améris, Mud de Jeff Nichols ou encore Twilight chapitre 5 : Révélation 2e partie.

Mais ce n'est pas tout ! Ce 13e Arras film festival propose également un regard sur le jeune cinéma d'auteur européen, un focus sur le cinéma croate, un focus sur le documentaire d'Europe, une sélection "cinéma du monde", une rétrospective "Algérie, de la conquête à l’indépendance",  un programme "Aventures dans l’espace, mythes et réalités", sans oublier un "festival des enfants" et des rencontres professionnelles.

Du 9 au 18 novembre prochain, Arras vibrera donc au rythme effréné d'un cinéma à la fois pointu et populaire faisant la part belle aux découvertes et aux surprises. Et comme tous les ans depuis 2008, Ecran Noir, partenaire de la manifestation, vous fera vivre cette grande fête cinéphile au jour le jour !

Cannes 2012 : le jury de la compétition officielle

Posté par vincy, le 25 avril 2012

Le Jury de la Compétition du 65e Festival de Cannes présidé par Nanni Moretti (réalisateur, acteur, producteur italien) accueillera dans ses rangs :  Hiam Abbass (actrice, réalisatrice palestinienne) ; Andrea Arnold (réalisatrice et scénariste britannique) ; Emmanuelle Devos (actrice française) ; Diane Kruger (actrice allemande) ; Jean Paul Gaultier (couturier français) ; Ewan Mc Gregor (acteur britannique) ; Alexander Payne (réalisateur, scénariste et producteur américain) ; Raoul Peck (réalisateur, scénariste, producteur haïtien).

Hiam Abbass enrôle Hafsia Herzi pour son premier film

Posté par vincy, le 2 juin 2011

L'actrice Hiam Abbass passe derrière la caméra. Elle commencera le tournage d'Inheritance dès juillet, avec un budget modeste de 2,5 millions d'euros. Elle y tiendra aussi un rôle face à son actrice principale Hafsia Herzi. Les deux comédiennes sont à l'affiche de La source des femmes, en compétition au 64e Festival de Cannes.

Abbass a co-écrit cette histoire d'une famille palestinienne vivant en Israël, près de la frontière libanaise. Alors que cette famille prépare un mariage, un conflit entre Israël et le Liban éclate en plein été 2006. Le beau Tom Payne (qui sera l'une des vedettes de la série "Luck" produite par Michael Mann) est aussi de la partie.

Hiam Abbass est sans doute l'actrice arabe israélienne la plus connue dans le cinéma contemporain. Elle a joué devant les caméras d'Amos Gitaï, Steven Spielberg, Tom McCarthy, Patrice Chéreau, Jim Jarmusch, Jean Becker... Elle a déjà réalisé deux courts métrages au début des années 2000 : Le Pain (2001) et La Danse éternelle (2004), avec Zinedine Soualem et Jules Sitruk.