Tous à Brive pour les 16e Rencontres internationales du moyen-métrage !

Posté par MpM, le 30 mars 2019

Dans la grande classification des films par type de durée, on oublie souvent le moyen-métrage, qui est comme son nom l'indique, le grand frère du court (ou le petit frère du long, c'est comme on veut). Un format (entre trente et soixante minutes) absolument aussi délicat, voire malaisé, qu'il en a l'air...

Bien sûr, pour les cinéphiles purs et durs, un film est un film, peu importe sa durée. Mais pour l'industrie du cinéma, il faut des cases, et le moyen métrage a le mauvais goût de ne pas y entrer de bonne grâce : trop court pour la salle, souvent trop long pour les festivals de courts, et donc toujours dans un entre-deux un peu flou. On ne résiste d'ailleurs pas au plaisir de vous raconter l'histoire de Ce magnifique gâteau d'Emma De Swaef et Marc James Roels, 44 minutes, qui remporta tour à tour le prix du meilleur long métrage à Zagreb et à Ottawa, et celui du meilleur court métrage à Clermont et Vilo da Conde. Question de perspective, sans doute, mais unanimité de reconnaissance, et c'est finalement tout ce qui compte.

Le moyen-métrage avait donc bien besoin d'un festival, et c'est là qu'entre en jeu la Société des Réalisateurs de Films (SRF) qui créa en 2004 à Brive ces Rencontres internationales qui mettent à l'honneur le "trop long" du court et le "trop court" du long. Parmi les films récompensés durant ces 15 éditions, on retrouve notamment ceux de Joachim Lafosse (Folie privée en 2006), Justine Triet (Sur place en 2007), Yann Gonzalez (Je vous hais petites filles en 2009), Sébastien Betbeder (La vie lointaine en 2009), Guillaume Brac (Un monde sans femmes en 2011), Bertrand Mandico (Boro in the box en 2012), Héloïse Pelloquet (Comme une grande en 2015) ou encore Emmanuel Marre (Le film de l'été en 2017).

Comme le souligne Guillaume Brac, cinéaste de la SRF : "Il y a quelque chose d’irrationnel et de romantique dans le moyen métrage, bien plus que dans le court métrage, trop souvent pensé comme une carte de visite. Un acte d’amour et de foi. Le cinéma envisagé comme passion, artisanat, camaraderie, à rebours de toute logique d’efficacité, de carrière, de marché (...) Il y a aujourd'hui plus que jamais quelque chose de politique dans le fait de tourner des films résistant aux injonctions du sacro-saint marché, au diktat du sujet, du casting, de l’air du temps, qui gangrène insidieusement le cinéma d’auteur."

On retrouve donc à Brive aussi bien des jeunes réalisateurs en début de carrière et des cinéastes plus confirmés, parfois passés par le long, qui aiment renouer avec un format affranchi des contraintes du marché où s’exerce pleinement leur liberté créatrice. Cette année, par exemple, Jean-Charles Hue est présent en compétition avec son nouveau film, Topo y wera. Une carte blanche est également offerte à Yann Gonzalez et Bertrand Mandico, qui montreront les films des autres (comme Le conte des contes de Youri Norstein ou Une Histoire immortelle d'Orson Welles) ainsi que le programme très spécial sorti en salles sous le titre Ultra-rêve, et qui réunit le meilleur du cinéma indépendant hype, à savoir After School Knife Fight de Caroline Poggi et Jonathan Vinel, Les Îles de Yann Gonzalez et Ultra Pulpe de Bertrand Mandico (trois moyens métrages passés par la Semaine de la Critique à Cannes).

Dans la compétition, on notera la présence de plusieurs films dont nous vous avions déjà parlé, dont D'un château l'autre d'Emmanuel Marre qui figurait parmi nos court préférés de l'année 2018 et Le chant d'Ahmed de Foued Mansour découvert à Clermont-Ferrand, mais aussi Côté coeur qui est le nouveau film d'Héloïse Pelloquet (L'âge des sirènes) et Braquer Poitiers de Claude Schmitz (Rien sauf l'été).

Parmi les autres temps forts figurent un hommage à Jonas Mekas disparu en début d'année 2019, des focus sur les cinéastes Claire Simon, Milos Forman, Jean-Daniel Pollet, Mickaël Hers et Pierre Clémenti, et la projection en intégralité de deux "séries" : Les Mystères de Lisbonne de Raoul Ruiz et Journal de David Perlov.

Le jury professionnel présidé par Pierre Salvadori, réunit Anaïs Demoustier, Laetitia Dosch, Thierry de Peretti et Katell Quillevéré. Ils remettront le Grand Prix et le Prix du Jury lors de la soirée de clôture le 7 avril. D'ici là, les festivaliers auront découvert 22 films en compétition, plusieurs rétrospectives, des tables rondes, et même un ciné-concert. De quoi rappeler que le moyen-métrage a évidemment tout d'un grand.

La compétition 2019

Akaboum de Manon Vila (France, 2018)
Boucan d’Antonin Schopfer et Thomas Szczepanski (Suisse, 2019)
Braquer Poitiers de Claude Schmitz (France, 2018)
Ce n'est qu'après de Vincent Pouplard (France, 2019)
Côté cœur d’Héloïse Pelloquet (France, 2018)
Daniel fait face de Marine Atlan (France, 2018)
D'un château l'autre d’Emmanuel Marre (Belgique, 2018)
Falaises de Sébastien Téot et Martin Tronquart (France, 2018)
Film catastrophe de Paul Grivas (France, 2018)
Frase d'arme de Federico Di Corato (Italie, 2018)
Gulyabani de Gürcan Keltek (Turquie, 2018)
Juste un jeu de Daniela Lanzuisi (France, 2018)
Le chant d'Ahmed de Foued Mansour (France, 2018)
Les amoureux de Pablo Dury (France, 2018)
Les grands fantômes de Louise Narboni et Yoann Bourgeois (France, 2018)
Presque un siècle de Pascale Bodet (France, 2019)
Tonnerre sur mer de Yotam Ben-David (France, 2018)
Topo y wera de Jean-Charles Hue (France, 2018)
Touching concrete d’Ilja Stahl (Allemagne, 2017)
Tsuma musume haha
d’Alain Della Negra et Kaori Kinoshita (France, 2019)
Vie et mort d'Oscar Pérez de Romain Champalaune (France, 2018)
Vivir alli no es el infierno, es el fuego des desierto. La plenitudo de la vida, que quedo ahi como un arbol de Javiera Véliz Fajardo (Chili/Brésil, 2018)

---

16e Rencontres internationales du moyen-métrage à Brive
Du 2 au 7 avril 2019
Informations et programme sur le site de la manifestation

Prix Jean Vigo 2018 : Yann Gonzalez et Jean-Bernard Marlin lauréats ex æquo

Posté par wyzman, le 15 juin 2018

Créés en 1951, les Prix Jean Vigo ont pour but de récompenser l’indépendance d’esprit, la qualité et l'originalité des cinéastes de court et long métrages. Sans jamais prétendre saluer l’excellence d’un film, le Prix Jean Vigo est régulièrement remis à un auteur d'avenir, un homme ou une femme qui mérite d'être découvert.e à travers sa passion et son don. Les organisateurs le rappellent tous les ans, le "Vigo" n'est pas un prix de consécration mais un prix d'encouragement.

Cette année, le jury était composé de : Marie Desplechin, Leïla Férault, Sophie Fillières, Charlotte Garson, Alain Keit, Jacques Kermabon, Quentin Mével, José María Riba, Nicolas Sand, Marcos Uzal et Gérard Vaugeois. Ils ont eu pour mission de visionner tous les films français datant de juillet 2018 à mai 2018. Annoncés lundi au Centre Pompidou et par Agnès Varda herself, les lauréats étaient on ne peut plus méritants. La surprise venant bien évidemment de Jean-Bernard Marlin et Yann Gonzalez, ex æquo face au Graal.

Le Vigo d'honneur : Jean-François Stévenin

Le Prix Jean Vigo du court-métrage : Guillaume Brac (L'Amie du dimanche)

Le Prix Jean Vigo du long métrage : Jean-Bernard Marlin (Shéhérazade) ex æquo avec Yann Gonzalez (Un couteau dans le cœur)

Cannes 2017 : Qui est Laure Calamy ?

Posté par MpM, le 19 mai 2017

Si Laure Calamy est si (trop) rare au cinema, c'est qu'elle avant tout comédienne de théâtre, formée au conservatoire national de Paris sous la direction de Daniel Mesguich et Catherine Hiegel. C'est là qu'elle fait la connaissance de Vincent Macaigne qu'elle retrouvera à plusieurs reprises au cours de sa carrière. Il la met ainsi en scène en 2012 dans Au moins j'aurai laissé un beau cadavre d'après Shakespeare, ainsi que dans le court métrage Ce qu'il restera de nous. Logiquement, elle figure également à l'affiche de son premier long métrage, Pour le réconfort, présenté en séance spéciale à l'ACID 2017.

Mais Laure Calamy a fait avant cela bien d'autres belles rencontres : au théâtre, elle joue chez Olivier Py (Au monde comme n'y étant pas, Orlando ou l'impatience), Léna Brabant (Bonjour - Où sont les mamans ?, Les Inséparables), Clément Poirée (Kroum, l'ectoplasme, Dans la jungle des villes, Homme pour Homme) ou encore Pauline Bureau (La Disparition de Richard Taylor, Modèles).

Au cinéma, elle multiplie les courts métrages (Superdog de Thomas Bardinet, La Contre-allée de Cécile Ducrocq, Vous m'éblouissez de Marie Madinier, Clitopraxis d'Emmanuel Laborie...) et, surtout, tient en 2011 l'un des rôles principaux du moyen métrage Un monde sans femmes de Guillaume Brac (face à Vincent Macaigne, décidément). Cela lui vaut une certaine reconnaissance (y compris un prix d'interprétation féminine à Pantin et à Belfort) et une belle visibilité. Elle devient peu à peu l'un de ces visages souvent aperçus au détour d'une scène ou d'un plan et qui savent capter la lumière en un instant.

On la retrouve entre autres chez Bruno Podalydès (Bancs publics), Pascal Chaumeil (Un plan parfait), Albert Dupontel (Neuf mois ferme), Audrey Dana (Sous les jupes des filles), Lucie Borleteau (Fidelio, l'odyssée d'Alice) et Thomas Bidegain (Les cowboys) mais aussi dans la série Dix pour cent (saisons 1 et 2) où elle est Noémie Leclerc, l'assistante drôlissime de l'agent artistique Mathias Barneville (interprété par Thibault de Montalembert). Elle est actuellement à l'affiche de Aurore, aux côtés d'Agnès Jaoui.

On apprécie son apparent franc-parler, sa spontanéité, et son côté solaire, aussi. C'est d'ailleurs sûrement ce qui a décidé Léa Mysius à lui confier le rôle de la mère dans Ava, un premier long métrage sélectionné à la Semaine de la critique cette année. Ni mère indigne ni mère coincée, elle y incarne avec justesse ce personnage d'habitude mal aimé du cinéma, celle d'une femme de bientôt 40 ans, mère de deux enfants, et qui ne veut pour autant renoncer ni à sa féminité, ni à sa liberté. Un rôle qui met en valeur sa spontanéité et sa sensualité, sans chichis. Et si ce mois de mai 2017 imposait son nom dans tous les esprits ? Doublement présente à Cannes, l'actrice a en tout cas deux fois plus de chance d'y rencontrer un succès amplement mérité.