Asia Argento joue du violoncelle pour Fanny Ardant

Posté par vincy, le 12 janvier 2013

3 ans après Cendres et Sang (un bide au box office avec moins de 15 000 entrées), la réalisatrice Fanny Ardant prépare son deuxième long métrage, Cadences Obstinées.

Après Cendres et sang, histoire de vendetta en Roumanie, la comédienne a opté pour l'histoire d'une violoncelliste qui revient à la musique après avoir abandonné son métier par amour pour un homme qui finalement la délaisse.

La musicienne sera interprétée par Asia Argento, qui sera entourée de Nuno Lopes, Gérard Depardieu et Tudor Istodor. Le film, comme son premier, sera produit par Paulo Branco. Le tournage débute ce dimanche à Lisbonne.

Ça balance pas mal à Paris (sur le cinéma français)

Posté par vincy, le 2 janvier 2013

[Actualisé le 10 janvier 2013]

Plutôt que de vous faire une synthèse, nous vous laisseront lire les différentes tribunes et coups de gueule pour/contre le système actuel du cinéma Français. Une revue de web que nous mettrons à jour si besoin est.

Tout est parti du fameux exil fiscal de Gérard Depardieu. Les acteurs se sont enflammés. Torreton a pris sa plume, belle, pour renvoyer Cyrano à son métier. Deneuve, pourtant avare en paroles publiques, a répliqué, avec justesse. Libération a alors donné la parole à d'autres : Moreau, Goupil, Berling... Globalement, ce n'était finalement pas l'usage que Depardieu faisait de son fric qui choquait mais plutôt la déchéance du personnage, s'acoquinant avec des dictateurs ou remplissant les chroniques "faits divers".

Puis Vincent Maraval, producteur et distributeur (Wild Bunch) profita de cet élan pour taper du poing en révélant chiffres et scandales financiers du moment. Le problème est plus profond, plus lourd, moins flatteur. Depardieu et consorts sont surtout trop payés. La charge est lourde, parfois difficile à suivre tant le système est plus complexe, omettant des revenus dérivés (recettes publicitaires à la TV, nouvelles chaînes de TV à remplir de contenus, ventes de DVD/Blu-Ray, exportation des films...). Mais au moins, on mettait le débat sur la table. Et depuis, chacun y va de ses témoignages, analyses, points de vue. En moins d'une semaine, entre 2012 et 2013, on n'en a jamais autant su sur les rouages du cinéma français qu'en 5 ans. Il faut remonter au Club des 13 de Pascale Ferran pour avoir une vision aussi clinique des tumeurs qui rongent le système.

Ce n'est pas une polémique, c'est un cap : celui d'un débat. La Ministre de la Culture a d'abord rappelé un constat : le cinéma français est en forme. «La fréquentation des salles augmente depuis plus de 10 ans. Les Français vont de plus en plus au cinéma. Ils vont surtout voir de plus en plus de films français. On est quasiment à 40% de spectateurs pour des films français. Ce qui est exceptionnel. Nulle part ailleurs dans le monde, si ce n'est en Inde, vous ne trouverez un pays qui résiste à ce point au cinéma américain», a déclaré Aurélie Filippetti.

Filippetti ouvre cependant la porte à une éventuelle réforme : «Maintenant, évidemment il y a des améliorations à apporter. Et ce qu'il [Vincent Maraval] dit sur la participation des chaînes de télé au financement cinéma, et bien à l'heure où les chaînes ont des budgets qui diminuent des recettes moindres, c'est une question que l'on pourra se poser dans le cadre d'une réflexion globale sur l'amélioration des services rendus à nos concitoyens à travers la télévision notamment le financement de la création, le soutien et l'accompagnement des films d'auteur et des films de qualité».

Une réforme qui semble plus qu'utile. Joann Sfar en parlait déjà en septembre!

Mercredi 9 janvier 2013 : "Maraval cherche un bouc émissaire à ses échecs" par Pascal Rogard, président de la SACD
Mardi 8 janvier 2013 : Les matins de France Culture : Faut-il revoir le système de financement du cinéma français avec Robert Guédiguian, Michel Hazanavicius, Marie Masmonteil (vidéo)
Dimanche 6 janvier 2013 : Dany Boon : "Mon vrai salaire" dans le JDD ; plus de détails accessibles dans l'article du Parisien
Samedi 5 janvier 2013 : "Les gros salaires dans le cinéma, ça se règle par la fiscalité" par Aurélie Filippetti, Ministre de la Culture, dans un entretien au Monde
Samedi 5 janvier 2013 : "Payons les acteurs en fonction du budget" par Marc Missonnier, producteur indépendant du dernier "Astérix" et président de l'Association des producteurs de cinéma (APC)
Vendredi 4 janvier 2013 : Non, Vincent Maraval, je ne suis ni un parvenu ni un assisté du cinéma par Philippe Lioret, réalisateur de "Welcome" et scénariste
Vendredi 4 janvier 2013 : Le cinéma français est-il devenu masochiste? par Christine Gozlan, directrice de Thelma Films
Jeudi 3 janvier 2013 : Règles, éditorial de Sylvain Bourmeau (Libération)
+ Star-system : ça tourne avide par Didier Péron, journaliste à Libération
+ «Le système de financement français est peut-être périmé», entretien avec Olivier Bomsel, professeur d’économie
+ L’affaire Maraval agite encore le milieu par Burno Icher, journaliste à Libération
+ Des actrices grand luxe par Clément Ghys, journaliste à Libération
Jeudi 3 janvier 2013 : Le cinéma français desservi par des scénarios trop faibles par Eric Neuhoff, journaliste au Figaro
Jeudi 3 janvier 2013 : Interview sur France Inter d'Eric Garandeau, président du CNC (vidéo)
Mercredi 2 janvier 2013 : Vive l'exception culturelle ! par Jérôme Clément, ancien président du Centre national de la cinématographie et d'Arte
Mardi 1er janvier 2013 : Avis de tempête sur le cinéma français par Isabelle Regnier, journaliste au Monde
Lundi 31 décembre 2012 : Maraval Gate par Florence Gastaud, délégué générale de l'Arp
Lundi 31 décembre 2012 : Hypertension par Pascal Rogard, président de la SACD
Lundi 31 décembre 2012 : Toubiana répond à Maraval sur son blog
Lundi 31 décembre 2012 : Les acteurs français sont trop payés ? C'est un peu plus compliqué que ça... par Aurélien Ferenczi, journaliste à Télérama
Dimanche 30 décembre : Cinéma français : la flambée des prises par Didier Péron et Bruno Icher, journalistes à Libération
Samedi 29 décembre 2012 : De la fortune des vedettes en particulier et des perversions d’un bon système en général par Jean-Michel Frodon, critique de cinéma et ancien directeur des Cahiers du Cinéma
Samedi 29 décembre 2012 : Réponse de Sam Karmann à l’article de Vincent Maraval sur les salaires des acteurs français sur Le Mague
Vendredi 28 décembre 2012 : Les acteurs français sont trop payés! par Vincent Maraval, distributeur et producteur, fondateur de la société de distribution de films Wild Bunch
Mercredi 7 septembre 2012 : Si notre nouvelle ministre de la Culture ne sait pas quoi faire du cinéma français, qu'elle lise cette double page ! par Joann Sfar dans son Journal de Merde sur le site Télérama

Le jour le plus court 2012 : la vie est dure ! Non, c’est le travail qui est dur ! d’Aurélie Martin et Jean-François Gallotte

Posté par MpM, le 21 décembre 2012

Le 21 décembre, c'est le Jour le plus court ! Ecran Noir s'associe à cet événement national et vous propose un court métrage chaque heure.

La vie est dure ! Non, c'est le travail qui est dur ! est un court métrage engagé réalisé par Aurélie Martin et Jean-François Gallotte. Ce film inédit diffusé par l'excellente coopérative audiovisuelle "Les mutins de Pangée" suit deux journalistes people dans leur traque d'images glamour. Jusqu'au jour où le père de l'une d'elle perd son travail.

Un regard fort et drôle à la fois sur l'opposition entre info futile qui passionne les foules et triste réalité passée sous silence. Avec, en guest star, l'acteur français qui a le plus fait parler de lui ces dernières semaines : Gérard Depardieu, dans son propre rôle.

Cécile Telerman trouve son casting pour Les yeux jaunes des crocodiles

Posté par vincy, le 16 novembre 2012

emmanuelle béart julie depardieuCécile Telerman va adapter le best-seller de Katherine Pancol (1,5 million d'exmplaires), Les yeux jaunes des crocodiles, premier opus d'une trilogie littéraire qui comprend La valse lente des tortues et Les écureuils de Central Park.

Grosse pression pour la réalisatrice de Tout pour plaire (1 million d'entrées) et Quelque chose à te dire (400 000 entrées) tant le livre est devenu culte au fil de la parution des suivants.

Après l'échec d'une adaptation en série TV, le producteur Manuel Munz (La vérité si je mens) a mis du temps à trouver les moyens et les talents nécessaires pour concrétiser une version cinématographique.

L'histoire est celle d'Iris (Emmanuelle Béart), la quarantaine, a décidé d'abandonner son existence brillante mais vaine et de donner un sens à sa vie. Après avoir prétendu être en train d'écrire, elle persuade sa soeur Joséphine (Julie Depardieu), littéraire et historienne, d'écrire à sa place. Joséphine, éclipsée depuis l'enfance par sa soeur et affaiblie par une vie privée désastreuse, abandonnée par son mari, acculée par les dettes, accepte. Elle est habituée : depuis qu'elles sont enfants, Iris la magnifique la domine. Le destin de chaque soeur va basculer.

Béart et Deardieu ont déjà joué ensemble notamment dans Les destinées sentimentales et Les témoins.

On retrouvera également Gérard Depardieu dans le rôle de Marcel et Karole Rocher dans celui de Josyane. Il reste quelques beaux personnages à distribuer.

Le scénario est confié à Charlotte de Champfleury. Le tournage débute au premier semestre 2013. Si le succès est au rendez-vous, nul ne doute que les deux autres romans seront aussi adaptés.

D'ici là Cécile Telerman sortira en tant que productrice Rendez-vous à Kiruna, d'Anne Novion (dans les salles le 30 janvier prochain, et qui vient d'être présenté à Arras).

Un seul roman de Pancol a été transposé sur grand écran jusque là : La barbare, sorti en 1989, réalisé par Mireille Darc.

Abel Ferrara veut filmer l’Affaire DSK avec Depardieu et Adjani

Posté par vincy, le 6 février 2012

Quelques mois après "l'Affaire DSK" - le président du FMI a été accusé de viol sur une femme de ménage d'un grand hôtel new yorkais, emprisonné, blanchi au procès civil, et mis sur la touche au niveau politique - le cinéma s'empare du sujet. On a déjà vu des téléfilms qui avaient anticipé ce genre de faits divers (un homme blanc de l'élite accusé des mêmes faits sur une femme de ménage noire). Mais le cinéma aurait peut-être pu attendre la fin de la procédure judiciaire, puisqu'il reste le procès pénal. Cependant rien n'est fait. Entre rumeurs, démentis, annonces, le projet est encore hypothétique. A moins que les producteurs attendent une version définitive d'un script qui promet d'être sulfureux ou veuillent s'éviter des menaces de procès...

Abel Ferrara a avoué dès cet été s'intéresser à ce scandale mondial. Le montage financier s'est fait discrètement durant l'automne malgré les démentis (voir plus bas). Les rumeurs enflaient. Le Monde a révélé ce week-end que le réalisateur tournerait bien un film, avec Gérard Depardieu dans le rôle de Dominique Strauss-Kahn et Isabelle Adjani dans celui d'Anne Sinclair. Les deux comédiens ont joué ensemble dans Barocco, Camille Claudel, Bon voyage, et récemment Mammuth.

Ferrara revient donc aux affaires. Go Go Tales, présenté à Cannes en 2007, sort enfin sur les écrans français. 4:44 Last Day on Earth, présenté à Venise en septembre dernier, va être à l'affiche aux USA. Après 4 ans de silence, de drogue, d'alcool, de désintox, il annonce qu'il tournera en juin ce film sur DSK, entre Paris, Washington et New York.

Wild Bunch dément l'annonce du réalisateur

Et pourtant, selon son producteur Wild Bunch rien n'est fait. Vincent Maraval, fondateur de la société, précise :"C'est vrai qu'on aimerait qu'Abel tourne en juin, mais il a quatre projets en tête, et nous n'avons pas encore arrêté notre choix." Selon Ferrara, Maraval veut conserver ce projet à l'écart des médias, le plus longtemps possible : "Personne ne va m'empêcher de parler de mon film." Le cinéaste y voit la chute des puissants et le rapport à leurs dépendances. Ce lien entre le pouvoir politique et la boulimie sexuelle n'est pas exclusive à DSK. Le réalisateur cite le président Bill Clinton, d'autres affaires américaines plus récentes comme celle du député démocrate Anthony Weiner ou encore d'Herman Caine, un temps candidat républicain à l'investiture pour la présidentielle de 2012. Sans oublier Berlusconi.

Et puis il invoque d'autres signes : "c'est la même chambre que celle où j'ai tourné New Rose Hotel. La 2806... Une de ces chambres où il se passe de sales trucs..." "Ce sera une fiction sur la politique et le sexe avec Depardieu et Adjani. Autant dire que ce sera tout autant un film sur eux deux" rapporte Le Monde.

Blagues et coïncidences

S'il continue de démentir semaines après semaines, Vincent Maraval, qui assure qu’il "n’y a aucun projet de production de ce type" confirme que Ferrara est actuellement en train d’écrire un scénario autour du monde politique, la faiblesse de l’homme politique à la fois tout-puissant et paumé. "Comme on a fait plusieurs de ses films, la rumeur est partie de là", a-t-il ajouté. Maraval ajoute, comme pour expliquer ou justifier qu'il ne s'agit que de rumeurs que l'équipe était à New York "sur le tournage de 4:44 quand l’affaire DSK a éclaté: nous avons plaisanté en disant à Abel que c’était un sujet pour lui, une affaire d’addiction, comme dans Bad Lieutenant" . "Puis Isabelle Adjani a croisé Abel Ferrara au festival du cinéma américain à Deauville où il présentait ’4:44, Last Day on Earth’ et ils sont convenus qu’ils devraient travailler ensemble. Gérard Depardieu a également évoqué la possibilité d’incarner DSK sur le ton de la blague", explique-t-il.

Mais dans ce cas pourquoi Ferrara annonce déjà une date de tournage, "en fonction de l'agenda de Gérard Depardieu" ? Wild Bunch botte en touche et explique dans les médias et par communiqués : "on ne sait toujours pas si on fera ce film, Abel nous a présenté trois quatre scénarios qui à ce stade ne nous ont pas convaincus". La même rengaine. En attendant mieux.

Gérard Depardieu tourne actuellement L'homme qui rit, d'après Victor Hugo, le nouveau film de Jean-Pierre Améris (Les émotifs anonymes). La sortie est prévue en décembre.

2011 – avril : début du tournage d’Astérix 4

Posté par vincy, le 27 décembre 2011

1er avril 2011. Premier clap de tournage pour le nouvel Astérix, et ce n'est pas un poisson d'avril. L'une des productions les plus importantes pour l'année 2012 (17 octobre précisément, n'est-il pas?) se met sur les flots. Ce quatrième épisode a longtemps chercher son titre : God Save Britannia a laissé la place à Au service de sa majesté. Sa majesté n'est autre que Catherine Deneuve en Cordélia, Reine des Bretons. Elle retrouvera l'inusable Depardieu / Obélix, qui défraiera la chronique lors du tournage, à cause d'une pause pipi insolite dans un avion. Pour le reste, tout a été changé : producteurs, réalisateur (Laurent Tirard qui, après Le Petit Nicolas retrouve les mots de Goscinny), héros (Edouard Baer), seconds rôles (Luchini en césar va certainement affronter Deneuve, son ex-Potiche)... Ce mix de deux albums (Chez les Bretons et Les Normands) a coûté 50 millions d'euros, soit un tiers de moins que le précédent Astérix, qui n'avait pas convaincu le public, les ayant-droits et encore moins ses producteurs.

Tout le bilan 2011

Lumière 2011 : Gérard Depardieu sous le soleil de Pialat

Posté par Morgane, le 9 octobre 2011

Samedi 8 octobre, Gérard Depardieu, le monstre sacré de ce Festival Lumière 2011, est arrivé à Lyon et a couru de salle en salle pour présenter différents films.

C’est à 16h qu’on l’a retrouvé au Pathé Bellecour pour la présentation de Sous le soleil de Satan de Maurice Pialat. Accompagné de Gustave Kervern, Benoit Delépine et Albert Dupontel, rapidement rejoints par Xavier Giannoli. La petite discussion introductive était donc, comme vous pouvez l’imaginer, très instructive mais aussi très drôle.

Gérard Depardieu a tout d’abord rendu hommage à la diversité du festival disant que ce n’était pas seulement un festival, mais « de l’amour ». Quant à Gustave Kervern et Benoit Delépine, ils sont revenus sur l’épisode de tournage avec Pialat, ce dernier ayant en effet tourné dans un sketch de Groland, Toc toc toc, dont le principe était de jouer mal le mieux possible. À Pialat de dire : « non, vous pouvez mieux jouer mal ».

Concernant Sous le soleil de Satan, Gustave de Kervern trouve que ce film a une puissance autre que Des hommes et des dieux. « C’est une énorme interrogation sur la foi, le Bien, le Mal, un film d’une intensité folle, à la fois très minimaliste et exigeant. » Pour lui, les scènes qui restent sont celles où Gérard Depardieu marche dans la campagne, comme quoi « le cinéma peut être très simple finalement. »

Pour Xavier Giannoli, Sous le soleil de Satan est « un des plus grands chefs-d’œuvre du cinéma, non pas français mais mondial. » Xavier Giannoli à qui Maurice Pialat a dit un jour « qu’il aurait voulu faire les films de Renoir filmés par Carné. »

Et Gérard Depardieu de revenir sur le poing levé de Maurice Pialat lors du festival de Cannes 1987 qui n’était en réalité qu’un poing de victoire.

La Remise du Prix Lumière

Le soir même s’est déroulée à l’Amphithéâtre du Centre des Congrès la Cérémonie de la Remise du Prix Lumière 2011. Succédant à Clint Eastwood et Milos Forman, c’est au monstre sacré du cinéma français qu’il a été remis cette année à l’issue de la projection du superbe La Femme d’à côté de François Truffaut.

Bertrand Tavernier lui a rendu un hommage rempli de paroles admiratives pour une carrière aussi longue et aussi belle finissant sur cette phrase : « je pense qu’il y a eu des dizaines de metteurs en scène qui ont connu de grands moments où ils ont été heureux grâce à Gérard Depardieu. »

La star du soir est alors montée sur scène sous un tonnerre d’applaudissements où nombreux acteurs, cinéastes, personnalités du 7e Art étaient présents pour remettre le prix à Gérard Depardieu qu’il a reçu des mains d’une Fanny Ardant très timide. Arrivé après la projection d’un petit film retraçant la grande filmographie de Gérard Depardieu, ses premiers mots ont été, toujours avec un grand sourire de bon vivant, « ça sent le sapin ». Puis, parlant de son métier d’acteur, des réalisateurs, il a remercié Lyon : « merci à Lyon pour ce prix et aussi d’avoir un si beau festival et des gens qui aiment tant le cinéma, qui aiment aussi le sens de la fête car le cinéma, ça se partage. » Pour finir par ces quelques mots : « on fait un métier formidable et vous, spectateurs, c’est extraordinaire le métier que vous faites en regardant les films. »

Festival Lumière 2011 : Lyon éclaire le patrimoine cinéphilique

Posté par Morgane, le 3 septembre 2011

Dans un mois s’ouvrira la troisième édition (du 3 au 9 octobre) du festival Lumière dans plus de 30 salles de Lyon et sa région. Nombreux invités, rétrospectives, exposition, ciné-concerts etc. Voici un petit aperçu de ce qui vous attend...

Le Festival Lumière est consacré à l’Histoire du Cinéma. Sont alors présentés de grands classiques mais également des films quelque peu méconnus. Pour les uns comme pour les autres, le festival met un point d’honneur à la restauration des oeuvres rendue possible par différentes boîtes de production.

Le Festival, c’est aussi l’occasion de rencontres et de Masterclass avec cette année un focus sur les nouvelles formes de cinéphilie, notamment par le biais d’internet. Le fondateur d’IMDB (groupe Amazon), Col Needham, sera d’ailleurs présent.

Le Festival Lumière, c’est également l’occasion de rencontrer nombreux cinéastes, acteurs, historiens du cinéma etc., venus présenter des films, les leurs parfois, mais surtout ceux des autres. Ils sont là pour partager avec les spectateurs leurs coups de coeur, leurs films qui ont changé leur vision du cinéma, les acteurs qu’ils admirent... Ce sera donc l’occasion d’entendre Jean Becker, Anouk Aimée, Micheline Presle, Stephen Frears, le "résident" habitué Bertrand Tavernier, Kevin Brownlow, Roger Corman, Benicio del Toro, Fatih Akin, Helmut Berger etc...

Gérard Depardieu succèdera à Clint Eastwood et Milos Forman comme invité d’honneur du festival : on lui remettra le Prix Lumière 2011 le samedi 8 octobre, cérémonie durant laquelle sera projeté La femme d’à côté de François Truffaut.

Différents cycles, rétrospectives, nuits seront donc à l’honneur de ce 3e opus?:

- Rétrospective Jacques Becker avec une restauration de ses films par Gaumont et Studio Canal.

- Rétrospective de William Wellman, cinéaste de l’âge d’or du cinéma hollywoodien qui a abordé aussi bien le western que la comédie, le film de gangster...

- Cycle de cinq films de Yakuzas.

- Focus sur Roger Corman, cinéaste et producteur américain et qui a lancé les carrières, notamment, de Jack Nicholson, Joe Dante, Francis Coppola, Martin Scorsese et Monte Hellman.

- Hommage à Kevin Brownlow, historien du cinéma muet qui présentera le ciné-concert des Quatre cavaliers de l’Apocalypse accompagné par l’Orchestre National de Lyon.

- La Cinémathèque à l’honneur cette année sera celle de Turin.

- Il y aura également une Nuit de la science-fiction (Le voyage dans la lune, Soleil vert, District 9, La machine à explorer le temps et 2001?: l’Odyssée de l’espace) et une mini-nuit de la bande-annonce (environ 3h).

- Le Temps Retrouvé est une sélection de copies restaurées ou neuves. Seront projetés cette année Les Enfants du Paradis, La machine à tuer les méchants, L’assassin, Frankenstein Junior, The Plague Dogs, Le quai des brumes...

- Dans la série Déjà Classiques?!, le festival rend hommage à des films français des années 70. Seront projetés, en présence des réalisateurs, La Fiancée du pirate de Nelly Kaplan (1969), Le Sauvage de Jean-Paul Rappeneau (1975), Le Sucre de Jacques Rouffio (1978), L’Important c’est d’aimer d’Andrzej Zulawski (1975).

Enfin, le festival ouvrira et fermera ses portes à la Halle Tony Garnier avec, le 3 octobre en avant-première, The Artist de Michel Hazanavicius (primé à Cannes) et le 9 octobre, Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau.

Rendez-vous dans un mois... Ecran Noir couvrira l'événement.

________
site internet du festival

Locarno 2011 : un palmarès ouvert

Posté par redaction, le 15 août 2011

Pour sa 64ème édition, le festival de Locarno, l’un des cinq plus grands festival européens, dirigé par Olivier Père pour la deuxième année consécutive, a montré une programmation très diverse et a mis en avant les “Maîtres du 7ème art” en devenir (Voir actu du 04 Août). Retour sur le palmarès, dévoilé samedi 13 Août.

La plus haute récompense, le Léopard d’or, a été décerné au film Abrir puertas y ventanas, premier long métrage de Milagros Mumenthaler (Argentine/Suisse). "Le film le plus complet, le plus abouti, et en plus c'est une première oeuvre", a déclaré Paulo Branco, le président du jury du concours international. L’histoire du film raconte la vie de trois jeunes filles, trois soeurs, vivant à Buenos Aires à la fin de leur adolescence. L’actrice Maria Canale, interprétant l’une des trois soeurs, s’est vu récompensée en recevant le Léopard de la meilleure interprétation féminine. Le film ne faisait pourtant pas partie des favoris à l’ouverture du festival.

Le film de  Milagros Mumenthaler n’est pas le seul à avoir été doublement récompensé, puisque le Léopard de la mise en scène est allé au film Din dragoste cu cele mai bune intentii, deuxième long métrage de Adrian Sitaru , qui a également reçu le Léopard de la meilleure interprétation masculine, décerné à l’acteur Bogdan Dumitrache.

Le Japonais Shinji Aoyama s’est vu attribué un Léopard d’or spécial du jury pour son film Tokyo Koen, et pour la totalité de sa carrière.

La France a quant à elle obtenu une Mention spéciale pour Un Amour de Jeunesse de Mia Hansen-Love, ainsi que le Léopard de la meilleure première oeuvre pour Nana de Valérie Massadian. Laurent Achard (en compétition avec Dernière séance) n’a reçu aucun prix cette année. Il avait remporté, en 2006, le Léopard de la mise en scène pour Le dernier des fous.

Beaucoup de personnalités étaient présentes lors de ce tte 64e édition, comme Gérard Depardieu, Isabelle Huppert, Claudia Cardinale, Leslie Caron, Daniel Craig ou encore Harrison Ford. Ce dernier a d'ailleurs reçu à cette occasion un prix pour l'ensemble de sa carrière. Isabelle Huppert, elle, a reçu le prix de l'Excellence Award qui récompense chaque année un ou plusieurs acteurs de renommée internationale (voir actualité du 20 juillet). Quatre longs-métrages de sa filmographies ont été diffusés pour lui rendre hommage. Gérard Depardieu a de son côté eu droit à une véritable ovation pour sa première venue à Locarno où venait présenté Loulou de Maurice Pialat.

Pour la clôture du festival, c’est un film français réalisé par un jeune metteur en scène, Stéphane Robelin, qui a été projeté. Est-ce qu'on ne pourrait pas vivre ensemble, choisi par Olivier Père, est une “comédie douce-amère” abordant les problèmes survenant avec l’âge. On retrouve, parmi le casting, Jane Fonda, Geraldine Chaplin, Guy Bedos, Pierre Richard et Claude Rich.

________________

Le palmarès 2011

Le jury officiel, présidé par Paulo Branco, a remis les prix suivants:

Pardo d'Oro:
Abrir Puertas y Ventanas (Back to Stay) de Milagros Mumenthaler, Argentine/Suisse

Pardo d'Oro spécial du jury :
Shinji Aoyama, pour son film Tokyo Koen et "pour son oeuvre remarquable", Japon

Prix spécial du jury:
Hashoter (Policeman) de Nadav Lapid, Israël

Pardo de la mise en scène:
Adrian Sitaru pour Din dragoste cu cele mai bune intentii (Best Intentions), Roumanie/Hongrie

Pardo de la meilleure interprétation féminine:
Maria Canale pour le film Abrir Puertas y Ventanas de Milagros Mumenthaler, Argentine/Suisse

Pardo de la meilleure interprétation masculine:
Bogdan Dumitrache pour le film Din dragoste cu cele mai bune intentii (Best Intentions) de Adrian Sitaru, Roumanie/Hongrie

Mention Spéciale:
Un Amour de jeunesse de Mia Hansen-Love, France/Allemagne

Tobey Maguire et Gérard Depardieu chez Ang Lee

Posté par vincy, le 9 avril 2011

L'ex-Spider-Man Tobey Maguire retrouvera Ang Lee pour l'adaptation du best-seller de Yann Martel, L'histoire de Pi (Life of Pi). L'acteur avait joué sous sa direction dans The Ice Storm et Ride with the Devil. Il y sera un écrivain qui interview Pi, adulte, incarné par Irrfan Khan (le policier dans Slumdong Millionaire), dans le but de retranscrire sa vie. Cela signifie que la narration du film se fera par des flash-backs.

Le casting est désormais bouclé avec Suraj Sharma, dans le rôle de Pi (voir actualité du 29 octobre 2010), Gérard Depardieu, Adil Hussain et l'actrice bollywoodienne Tabu, qui interprétera la mère du héros.

Ang Lee a aussi confirmé que le film, prévu dans les salles le 14 décembre 2012, sera tourné en 3D.

Par ailleurs, Tobey Maguire est prévu dans l'adaptation de Gatsby le Magnifique, de Baz Luhrmann (Moulin Rouge, Australia), avec son ami Leonardo DiCaprio et Carey Mulligan.