3 raisons d’aller voir « Une femme heureuse »

Posté par kristofy, le 25 avril 2018

Le pitch: Lui, le mari : « On a de la chance, c’est rare, tout le monde n’a pas ça »
Dans la tranquille banlieue de Londres et une maison confortable c'est un matin comme tant d'autres. Mark veut étreindre sa femme Tara avant de se préparer à aller au travail, il leur faut préparer le petit-déjeuner de leurs deux jeunes enfants qu'elle doit amener à l'école, puis il faut qu'elle fasse des courses... Pourtant Tara songeuse regarde souvent par la fenêtre. On voit dans ses yeux que ce n'est pas le bonheur, que cette vie calme et rangée lui pèse, qu'elle voudrait voir d'autres gens ou d'autres endroits...
Elle, l'épouse : « Je ne suis pas heureuse, j’ai besoin de changement »

Gemma Arterton, une actrice qu'on aime : Elle revient sur grand écran avec cette Femme heureuse. Elle est presque constamment à l'image tout le long du film. Impossible de la rater tant le cinéaste abuse d'elle avec de multiples gros plans. L'année passée illustrait déjà combien Gemma aimait les univers très variés : Orpheline de Arnaud des Pallières, The last girl - celle qui a tous les dons avec des infectés zombies, et l'irrésistible Their Finest de Lone Scherfig (malheureusement inédit en salles). Gemma Arterton est l'une des actrices britanniques de ces dernières années pas assez reconnue (qui n'a pas encore vu La Disparition d'Alice Creed ?), et on l'a adoptée bien volontiers en France (elle a d'ailleurs tourné pour Marjane Satrapi, Anne Fontaine, Radu Mihaileanu). Malgré des rôles importants dans ces différents films il lui manquait (et à nous aussi), un film qui repose entièrement sur ses épaules. C'est le cas ici avec ses regards parfois au bord des larmes. Dans Une femme heureuse Gemma est de tous les plans et s'impose comme une actrice de premier plan.

Gemma Arterton, son personnage de Tara : Dans cette histoire, elle s'appelle Tara une nouvelle fois. Elle s'appelait déjà Tara dans Orpheline, où il y avait déjà Jalil Lespert, qu'elle retrouve encore ici. Elle s'appelait aussi (presque pareil) Tamara dans le Tamara Drewe de Stephen Frears, une adaptation d'un roman graphique de l'auteure de Gemma Bovery, adapté au cinéma, avec toujours Arterton dans le rôle d'une certaine... Gemma (vous suivez?). Dans Tamara Drewe, elle rencontrait Dominic Cooper, musicien amoureux (éconduit) qui, dans Une femme heureuse interprète son mari. Ce curieux cercle de correspondances est aussi un cheminement personnel pour l'actrice. Une femme heureuse, dont elle est aussi co-productrice, a été tourné près de Gravesend, là où Gemma a grandi. Durant le film elle va fuir (The escape est le titre original) vers Paris : la France est devenue une seconde maison dans sa vraie vie. Dans ce nouveau film, où donc elle est une Tara qui s'interroge sur sa vie de famille, la comédienne a dû chercher et improviser certaines séquences. D'où cette sensation de voir Gemma naturelle.

Gemma Arterton, la Femme : Le titre Une femme heureuse apparait d'emblée comme une contradiction avec l'expression de son visage sur l'affiche. Pourtant dès le début on la découvre femme d'un beau mari au travail rémunérateur et aussi la mère de deux beaux enfants dans une belle maison : un couple et une famille, à priori la belle vie. Ces deux rôles de épouse et maman qui sont idéalisés par la société comme un but ne semble donc pas la rendre heureuse... Cette situation est celle d'une cellule familiale, et donc en quelque sorte d'une cellule. Elle se sent plutôt prisonnière de cette vie et aspire à redécouvrir sa vie à elle, en tant que femme. Quitter mari et enfants, est-ce envisageable ? Ce genre de questionnement est récurrent ces derniers temps sur nos écrans; par exemple avec Emmanuelle Devos dans La vie domestique, avec Catherine Deneuve dans Elle s'en va, avec Karin Viard dans Lulu femme nue, et bientôt à Cannes avec Marion Cotillard dans Gueule d'ange : des succès en salles qui saluent aussi des performances d'actrices.

C'est le moment de (re)découvrir Gemma Arterton (et de revoir ses anciens films).

Mon film de l’année : Okja de Bong Joon-ho, fable virtuose et film refuge

Posté par kristofy, le 27 décembre 2017

Vendredi 19 mai dans le Palais du Festival de Cannes: la première projection du matin est celle du nouveau film très attendu Bong Joon-ho, tout se passe bien dans la salle Debussy (c’est en salle Lumière qu’il y a eu des sifflets surtout à cause d’un incident technique de lever de rideau pendant le début), et en sortant on a tous un peu les yeux qui brillent. Alors que la croisette était agitée par la question de juger si un film Netflix (donc sans impôts payés en France ni participation au CNC pour le financement du cinéma, et sans sortie en salles…) peut ou ne doit pas être récompensé, une réponse est trouvée vers 11h : ce film, Okja, pourrait mériter d’être au palmarès. Il y a eu ensuite diverses tentatives pour faire en sorte que le public puisse le découvrir dans certaines salles de cinéma soit avec un visa temporaire soit avec des projections gratuites (contrecarrées par l’opposition des exploitants). Avec ce nouveau poids lourds de la production/diffusion, rien n’est réglé et on reparlera de nouveau de la chronologie des médias et d’éventuelles sorties simultanées en salles à propos du prochain film de Martin Scorsese The Irishman. Autre problème avec Netflix: l’absence du film en dvd/bluray. Bref, ce coup de cœur n’a rien à voir avec Netfli. Okja mérite simplement d'être cité dans les grands films de l'année.

Pourquoi Okja ? La jeune actrice Ahn Seo-hyun est épatante, Jake Gyllenhaal est impayable en guignol, et Tilda Swinton est encore métamorphosée avec le rôle de deux sœurs. Et puis il y a, bien entendu, l’énorme Okja, adorable avec son regard attendrissant. L’histoire démarre avec le calme d’une vie traditionnelle dans une campagne coréenne pour se déplacer jusqu’au capitalisme outrancier d’une corporation agro-alimentaire à New-York. Une fiction qui ne serait pas tellement éloignée du réel : mensonges à propos des OGM, violence des coups de matraque des policiers contre des manifestants altermondialistes, un immense abattoir qui ressemble un peu à un camp d’extermination… On peut être indigné par le cynisme verbal de l’industriel (Tilda à propos des consommateurs : ‘si c’est pas cher, ils mangeront’), bouleversé par la torture faite aux animaux (Okja est violée pour être inséminée), touché par le sauvetage d’un bébé cochon à la fin. Bong Joon-ho réalise avec brio une longue séquence d’action longue d’une dizaine de minutes avec une gamine poursuivant un camion conduit par des activistes qui kidnappe ce gros cochon convoité, jusqu'au carnage à la Marx brothers dans un centre commercial provoquant une panique générale…

Pour résumer au plus simple l’histoire de Okja : un enfant a pour meilleure amie une créature qui est capturée par des scientifiques qui vont lui faire du mal. Oui c’est un peu la trame narrative du célèbre ET de Steven Spielberg, comme un archétype de film-refuge. Bong Joon-ho est parvenu ici à nous exalter avec du spectaculaire, à nous faire vibrer avec du suspens, à nous émouvoir avec du merveilleux, et même à faire vibrer notre corde sensible prête à verser une larme. Ce film Okja a tout d’une aventure qui touche notre imaginaire de grand enfant.

Les autres films marquants de l'année

Le film de chorégraphie : romantique en plans larges avec la comédie musicale La La Land de Damien Chazelle ou sanglant ultra-découpé avec le film de sabre Blade Of The Immortal de Takashi Miike. La mise en scène c’est aussi mettre des corps en mouvements.

Le film français : le corps affaibli a besoin de médicaments contre le sida dans 120 battements par minute de Robin Campillo et de viande humaine pour assouvir un besoin cannibale dans Grave de Julia Ducournau, même si la mort plane le sexe reste une pulsion de vie. Quand il faut s’afficher ou se cacher de la société...

Le ‘blockbuster’ passé inaperçu : vu dans quelques festivals mais malheureusement pas sorti en salles Their Finest (Une belle rencontre) de Lone Scherfig a tous les atouts : réalisé par une femme, une histoire féministe avec la production d’un film durant la guerre, avec Gemma Aterton qui n’avait pas été valorisée ainsi depuis longtemps, et Bill Nighy très drôle qui joue avec son image. C’est le gros film britannique de l’année qui aurait dû rassembler.

Le film surfait : 2017 a été catastrophique pour des grands réalisateurs qui ont fait des films décevants comme Happy end de Michael Haneke, Valérian et la Cité des mille planètes de Luc Besson, Song to song de Terrence Malick, D’ après une histoire vraie de Roman Polanski, Creepy de Kiyoshi Kurosawa… 2017 a été également cataclysmique pour les comédies françaises à leur pire niveau comme Faut pas lui dire, Si j'étais un homme, Telle mère telle fille, Bad buzz, Loue moi, Mission pays basque.. :-(

L'objet filmique non identifié : Retour en 1983 avec le clip musical en forme de court-métrage Thriller pour lequel Michael Jackson avait demandé au réalisateur John Landis d’en faire un loup-garrou. Considéré comme le meilleur clip de tous les temps, il a été restauré avec une conversion en 3D pour quelques projections évènementielles avec son making-of (après le festival de Venise) Thriller 3D + Making Michael Jackson's Thriller (14 + 45 minutes).

Cabourg 2017 : Le romantisme dans tous ses états

Posté par kristofy, le 19 juin 2017

juliette binocheCabourg c'est "Le romantisme est un état dans tout ses états", pour l'écrivain Gonzague Saint Bris qui avait soutenu la création d'un festival de cinéma dans cette ville liée à cet autre écrivain autrement plus célèbre Marcel Proust. Célébration du glamour et ouverture d'esprit vers la découverte, depuis 31 ans Cabourg est autant un évènement pour les films d'aujourd'hui et pour les talents de demain, avec une compétition plus pointue et une sélection grand public qui n'hésite pas à sortir des sentiers battus. Le cœur ici a ses déraisons.

Cabourg, le glamour

Le Festival du film de Cabourg a fêté la 31ème édition de ses Journées Romantiques. Durant quelques jours caniculaires, sa plage normande est devenue un tapis rouge chic avec Marion Cotillard en présidente du jury. Le plus long tapis rouge, partant du Grand Hôtel et s'achevant au Casino. Cotillard le connaît bien puisqu'elle avait été récompensée dès 2000 avec un Swann d'or de la révélation pour Du bleu jusqu’en Amérique puis ensuite en 2007 avec un Swann d'or de la meilleure actrice pour La môme, qui lui vaudra ultérieurement un César et un Oscar.

© ecran noirDeux autres talents oscarisés étaient ici lors de la clôture et à l'occasion de deux séances spéciales : Juliette Binoche pour Un beau soleil intérieur et Michel Hazanavicius (venu avec l'actrice Stacy Martin qui a bien chauffé la piste de danse du Gatsby avec Félix Moati samedi soir) pour Le Redoutable, soit deux films qui étaient au Festival de Cannes en mai dernier.

En effet, de par son placement dans le calendrier, les salles de cinéma de Cabourg bénéficient d'un avantage: le public peut y découvrir avant de nombreux spectateurs certains films de la Croisette : Ava de Léa Mysius, Cuori Puri de Roberto De Paolis, Mobile Homes de Vladimir de Fontenay (mention spéciale du jury), Une vie violente de Thierry de Peretti, Jeune femme de Léonor Serraille (qui avait gagné laCaméra d'or), 120 battements par minute de Robin Campillo (Grand prix du jury à Cannes et prix du public à Cabourg), Le ciel étoilé au-dessus de ma tête d'Ilan Klipper, avec Camille Chamoux, Marilyne Canto et Alma Jodorowsky.

Quand on est romantique on fait des déclarations d'amour, c'est ce que Cabourg fait avec un Swann d'or remis à une personnalité qui a fait battre le coeur du cinéma français durant l'année. Le palmarès a donc fait briller Rabah Nait Oufella (révélation masculine), Doria Tillier (révélation féminine et excellente en chanteuse au piano-bar), Reda Kateb (meilleur acteur), Béatrice Dalle (meilleure actrice). Et pour le meilleur film Sage femme de Martin Provost : "Faire des films c’est apprendre quelque chose de soi pour le donner aux autres ."

Le Festival du film de Cabourg c'est environ une soixantaine de séances avec beaucoup de films européens (Espagne, Islande, Danemark, Allemagne, Italie...), et pour les 7 films en compétition pour la moitié il s'agit de premiers films.

Cabourg, les découvertes

L'amour a ses raisons que la raison ignore, et le romantisme à Cabourg c'est bien plus que de la comédie ou du drame selon Suzel Piétri, la déléguée générale : "des intermittences du coeur, des pulsions amoureuses, artistiques, politiques, des questions d'écologie, d'identité et de genre, des questions raciales et sociétales...". Ainsi on chante Céline Dion avec Anne Dorval, on plonge dans le décolleté d'Elodie Frégé, on se fait dédicacer le livre d'Aure Atika: il y a tant de manières de déclarer sa flamme à ce festival.

Pour la compétition il y a un film qui se détache des autres en ayant été récompensé à la fois par le jury de la compétition et par le jury de la jeunesse : Une femme fantastique (Una mujer fantástica) du chilien Sebastian Lelio, à découvrir dans les salles le 12 juillet. L'héroïne est confrontée à la famille de son amant décédé, car en plus d'être beaucoup plus jeune cette Marina s’appelait avant Daniel... Depuis quelques années Cabourg organise aussi une cérémonie pour le Prix du Premier Rendez-vous pour encourager la première apparition marquante dans un long-métrage, qu'on espère retrouver ensuite. Ont été ainsi remarqués pour ce prix la jeune actrice Léna Magnien dans Jamais contente de Emilie Deleuze et l'acteur Soufiane Guerrab dans Patients de Grand Corps Malade er Mehdi Idir. Dans la section courts-métrages certains réalisateurs sont d'ailleurs déjà en train de préparer leur prochain projet de film.
En plus des multiples sections (panorama, jeunesse, par amour de la musique...), le festival inaugure une nouvelle petite sélection au nom fleuri de Catleya, une variété d'orchidée chère à Marcel Proust qui avait fait de Cabourg son lieu de villégiature : Catleya compile quelques séances pour public majeur et averti. L'occasion de revoir Mademoiselle de Park Chan-wook mais surtout de découvrir en avant-première Passade avec Fanny Valette et Amaury de Crayencour dans une chambre d'hôtel, et Even lovers get the blues du belge Laurent Micheli.

Cabourg, la fête du cinéma avant l'été...

Le Festival de Cabourg c'est donc pour son public toujours quantité de films en avant-première : Les Ex de Maurice Barthélémy venu avec Stéfi Celma, Alice David, Amaury de Crayencour et Baptiste Lecaplain, le réjouissant Cherchez la femme présenté par Félix Moati, Willima Leghhil et Camélia Jordana, en salles le 28 juin, Loue-Moi! présenté par Déborah François, Alison Wheeler, prévu le 5 juillet, l'excellent 120 battements par minute de Robin Campillo à découvrir le 23 août, le surprenant Le chemin de Jeanne Labrune avec Agathe Bonitzer au Cambodge calé pour le 6 septembre... Il y en a pour tous les goûts: errances asiatiques entre fantômes et tentations pour Agathe Bonitzer ou duel névrotique entre Lars Eidinger et Adèle Haenel, voyage à Hiroshima avec un réalisateur japonais parisien ou questionnements d'un trentenaire parisien d'origine chinoise, deuil d'une jeune enfant espagnole ou battements du cœur d'adolescents islandais.

N'oublions pas le coup de cœur Their Finest réalisé par Lone Scherfig, avec la crème du cinéma britannique - Gemma Aterton, Bill Nighy, Sam Claflin, Eddie Marsan )- qui suit une femme devenue scénariste dans une société de production dominée par les hommes. Cela se déroule durant la guerre. La société doit produire un film à propos d'une opération de sauvetage de soldats à Dunkerque (ce qui fait écho au Dunkirk de Christopher Nolan). C'est le film romantique idéal : de la romance compliquée bien sûr, du féminisme, de l'humour, la passion de faire de continuer à faire du cinéma quoiqu'il arrive en temps de guerre... Their Finest sera prochainement distribué par EuropaCorp.

Un beau duo pour Vita & Virginia

Posté par vincy, le 12 février 2017

Eva Green et Gemma Arterton vont former le duo de Vita & Virginia. Réalisé par Chanya Button, le film retrace l'histoire d'amitié et d'amour entre Virginia Woolf, incarnée par Eva Green (rappelons que Nicole Kidman avait eu son Oscar avec ce personnage dans The Hours), et Vita Sackville-West, interprétée par Gemma Arterton. De cette liaison (1927-1928) inspirante, brillante, charnelle, intellectuelle et profonde, Viriginia Woolf en a tiré un de ses plus beaux livres, Orlando.

Chanya Button, dont ce sera le deuxième film après Burn Burn Burn, a co-écrit le scénario avec la grande Eileen Atkins, qui avait écrit une pièce de théâtre sur cette histoire à partir de la correspondance entre ces deux femmes flamboyantes et joueuses (lire aussi l'article consacré à cette liaison particulière sur le site des Inrocks).

Gemma Arterton sera à l'affiche cette année de L'orpheline d'Arnaud des Pallières, Their Finest de Lone Scherfig et de The Escape de Dominic Savage.

Eva Green, récemment vue dans Miss Peregrine et les enfants particuliers de Tim Burton, tourne D'après une histoire vraie de Roman Polanski, et sera dans les salles cet automne avec Euphoria, de Lisa Langseth, aux côtés d'Alicia Vikander.

Chiara Mastroianni, Robert Guédiguian et Serge Toubiana dans les jurys de Venise 2016

Posté par vincy, le 25 juillet 2016

Sam Mendes, président du jury du 73e Festival de Venise, sait désormais avec qui il devra composer pour choisir le palmarès dans la compétition officielle. La Mostra a choisi un jury très éclectique: l’artiste et musicienne américaine Laurie Anderson, l’actrice britannique Gemma Arterton, l’écrivain et scénariste italien Giancarlo De Cataldo (Romanzo criminale, Suburra), l’actrice allemande Nina Hoss (Ours d'argent à Berlin en 2007), l’actrice française Chiara Mastroianni, l’écrivain et documentariste américain Joshua Oppenheimer (The Look of Silence), le cinéaste vénézuélien Lorenzo Vigas (Lion d'or l'an dernier) et l’actrice et chanteuse chinoise Zhao Wei.

Le Festival s'ouvrira le 31 août avec La La Land de Damien Chazelle, avec Ryan Gosling et Emma Stone.

Pour la section Orizzonti, le français Robert Guédiguian a été désigné président et il sera entouré de l'actrice égyptienne Nelly Karim, du critique de cinéma et historien américain Jim Hoberman, de l'actrice italienne Valentina Lodovini, de l'actrice et réalisatrice sud-coréenne Moon So-ri, du critique espagnol José Maria Chema Prado et du réalisateur indien Chaitanya Tmhane.

Pour le prix Luigi de Laurentiis du meilleur premier film, l'acteur italien Kim Rossi Stuart sera entouré de la productrice espagnole Rosa Bosch, du réalisateur et acteur américain Brady Corbet, de l'actrice espagnole Pilar Lopez de Ayala et du critique de cinéma et ancien directeur de la Cinémathèque française Serge Toubiana.

#Brexit: 15 célébrités britanniques sur lesquelles nous pouvons toujours fantasmer

Posté par cynthia, le 25 juin 2016


Brexit...tout le monde ne parle que de ça: sur Twitter, sur Facebook, au bureau, dans le métro, chez le boulanger bref...on est tous un peu anglais cette semaine. Mais alors que certains s'inquiètent du sort de l'UE et du Royaume-Uni, d'autres se demandent s'ils peuvent toujours regarder un James Bond ou s'ils peuvent encore envisager d'épouser le Prince Harry (véridique le hastag Prince Harry a dominé la toile). Cela méritait bien un petit top (oui on adore les tops) subjectif des célébrités britanniques sur lesquelles nous pouvons fantasmer malgré le Brexit.

1) Dan Stevens

Du haut de ses 33 ans, ce sosie britannique de Ryan Gosling (vous ne me croyez pas? Regarder le film The Guest d'Adam Wingard) a fendu le cœur des demoiselles dans la série Downton Abbey et va continuer de nous faire rêver aux côtés d'Emma Watson dans le live de La Belle et la Bête (la bêbête poilue c'est lui).

2) Emilia Clarke

Surnommée la mère des dragons (Game of thrones), cette brunette incendiaire ferait tourner la tête d'un prêtre sicilien. Actuellement à l'affiche du film Avant Toi, elle a été élue la femme la plus sexy du monde l'année dernière...rien que ça!

3) Colin Firth

Comment évoquer le charme à l'anglaise sans prononcer le nom Colin Firth. Le Mr Darcy par excellence nous ferait aimer l'Angleterre sous la pluie, la gelée de fruit et même le Haggis (plat provenant d'Ecosse et constitué de panse de brebis farci avec un hachis de cœur de tripes et de foie d'agneau, avec de l'orge et des oignons). Nous pourrons, d'ailleurs, nous délecter de son joli minois dans le prochain Bridget Jones.

4) Keira Knightley

Keira est au cinéma ce qu'est Kate Moss à la mode: un emblème britannique. Avec ses faux airs à la Natalie Portman (c'est d'ailleurs pour cela qu'elle incarne sa doublure dans Star Wars I: La menace Fantôme), Keira Knightley a su conquérir le pays de l'Oncle Sam ainsi que nos cœurs en quelques battements de cils.

5) Tom Hiddleston

Le Brexit, il nous en a donné un aperçu lorsqu'il s'est entiché de Taylor Swift (on ne parle que de ça dans les médias à croire que leur relation amoureuse est un coup de pub). Véritable coup de massue, on a eu l'impression d'avoir été largué: un sentiment de divorce avant le Brexit.

6) Emma Watson

Belle, engagée, intelligente, drôle et stylée, Emma Watson est un peu comme la fille du lycée qui t'exaspère par sa perfection mais que tu ne peux pas détester car elle est gentille. Elle est la future Belle, et pourrait alors devenir la grande star britannique des prochaines années. Quand on vous disait qu'Hermione était la meilleure...

7) Henri Cavill

Henri Cavill c'est comme le chocolat... tout le monde aime le chocolat! Avec sa belle gueule et son corps à faire démissionner une bonne sœur, Henry a su s'imposer comme étant le fantasme par excellence de tout le monde! Nous n'avons pas attendu Superman pour baver sur cet Apollon puisque l'acteur avait déjà montré ses capacités de beauté dans la série The Tudors... on y voit d'ailleurs ses superbes fesses!

8 ) Idris Elba

Il suffit de dire son nom pour que le mot sexuel vous vienne à l'esprit. Ce n'est donc pas une surprise que l'on évoque ce beau mâle talentueux pour le prochain James Bond.

9) Gemma Arterton

Il n'est pas étonnant que Fabrice Lucchini ait craqué sur cette magnificence dans son film Gemma Bovary. Avec ses courbes généreuses et son regard de braise, Gemma éblouit tout sur son passage, de James Bond à Ryan Reynolds. Une bombe sexuelle en soi.

10) Emily Blunt

Prochainement à l'affiche dans La Fille du train, cette rousse flamboyante n'est plus à présenter: on l'aime tous d'amour! Parce que son charme singulier supplante les beautés calibrées et son sourire nous plante un couteau droit dans le coeur.

11) Le Prince Harry

Certes il n'est pas acteur mais il est beau, intelligent, généreux et c'est un Prince: gros lot/maxi lot! Connasse, barre-toi, il est pour moi!

12) Audrey Hepburn

Audrey est universelle, elle traverse l'espace-temps sans prendre une ride et en gardant sa première place d'icône. C'est l'anglaise parfaite. La plus européenne de toutes. Le chic naturel, l'élégance atemporelle, une icône qui ne prend pas une ride. Comme Sean Connery du côté masculin. Mais bon Connery est écossais, on ne va pas le mettre dans cette liste, ça l'offenserait.

13) Hayley Atwell

La petite copine de Captain America mérite sa place dans ce classement. Belle et talentueuse, elle a su donner vie au personnage d'Agent Carter avec une classe que peu de personnes ont.

14) Taron Egerton

Découvert dans Kingsman: The secret Service, Taron Egerton émoustille telle une coupe de champagne après 6 ans d’abstinence. Sa petite bouille angélique a su conquérir la planète et ce n'est pas prêt de s'arrêter!

15) Daniel Craig

Avant on aimait bien James Bond puis Daniel Craig est arrivé... et on a toutes essayé de passer le casting pour être une James Bond girl afin d'avoir la chance de le tripoter un peu. Craig c'est God(e) Save the Queen puissance 7. Et il a fait très fort avec son t-shirt à la veille du vote sur le Brexit: viral et britannique jusqu'au bout.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Marjane Satrapi a choisi son casting pour L’extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa

Posté par vincy, le 25 janvier 2016

Si on savait déjà que le fameux Fakir du romancier Romain Puértolas serait incarné par la star bollywoodienne Dhanush (lire notre article du 20 mai 2015), on ignorait qui pourrait être les autres personnages dans l'adaptation du best-seller réalisée par Marjane Satrapi. Il était temps des les annoncer puisque TF1 International doit commencer les pré-ventes au prochain marché du film de Berlin.

L'extraordinaire voyage du fakir qui était resté coincé dans une armoire Ikéa aura donc à son générique Uma Thurman (qu'on ne présente plus malgré sa destruction plastique du visage, et qui, on imagine, devrait jouer le personnage de la star de cinéma; dans le livre le Fakir rencontre Sophie Marceau à Rome), Alexandra Daddario (San Andreas, la saison 1 de True Detective et la dernière saison de American Horror Story), Barkhad Abdi (nommé à l'Oscar pour Capitaine Phillips et bientôt à l'affiche de Opération Eye in the Sky de Gavin Hood), Laurent Lafitte (de la Comédie française), Gemma Arterton (Tamara Drewe, Gemma Bovery, The Voices - de Marjane Satrapi -, Prince of Persia), Abel Jafri (Dans la tourmente, Timbuktu) et Seema Biswas (La reine des bandits).

Produit par Brio films, Vamonos Films, Little Red Car (Inde) et Paco Cinematografica (Italie), le film devrait séduire les distributeurs du monde entier puisque le roman a été traduit dans plus de 35 langues. Le scénario est co-écrit par le romancier, le producteur Luc Bossi et Jon Goldman (réalisateur de courts métrages, et notamment Diplomacy primé 8 fois dans le monde).

Le film doit se tourner cette année pour une sortie en 2017.

Fabrice Luchini et Gemma Arterton dans Gemma Bovery

Posté par vincy, le 8 août 2013

On avait découvert l'univers de Posy Simmons avec Tamara Drewe, son roman graphique transposé au cinéma par Stephen Frears et présenté hors-compétition à Cannes en 2010. Tamara Drewe était l'adaptation écrite et dessinée d'un roman du XIXe siècle, Far from the Madding Crowd, de Thomas Hardy.

On retrouvera au cinéma en 2014 le même humour de l'auteure avec Gemma Bovery, autre roman graphique, ce coup-ci inspiré par Madame Bovary de Gustave Flaubert. C'est Anne Fontaine qui s'attaque à cette comédie britannique, après avoir adapté le roman de Doris Lessing, Perfect Mothers. Pour son 13e film, dont le tournage commence dans deux semaines, la plus internationale des réalisatrices françaises réunit un casting franco-anglais : Fabrice Luchini et Gemma Arterton (qui incarnait la jeune et farouche Tamara dans le Frears) sont entourés de Elsa Zylberstein, Niels Schneider, Jason Flemyng, Mel Raido et Pip Torrens.

Anne Fontaine a écrit le scénario avec Pascal Bonitzer : Martin, ex-bobo parisien passionné de littérature, vient de se reconvertir en boulanger dans un petit village normand. Il voit un jour une couple d'anglais, Gemma et Charles) Bovery, s'installer dans une ferme; c'est alors que son excitation s'accroît quand il s'aperçoit qu'ils se comportent comme les protagonistes de Madame Bovary : découverte émerveillée de la vie française, puis, très vite, retour à l'ennui et au dégoût.

Le tournage va durer plus de 40 jours, en Haute Normandie, à Paris et à Londres. Le film devrait être prêt au printemps 2014.

Le roman graphique Gemma Bovary est disponible en français chez Denoël depuis un an.

Neil LaBute adapte Agatha Christie

Posté par vincy, le 24 mai 2011

Casting très classe pour une nouvelle adaptation d'Agatha Christie, Crooked House (La Maison biscornue). Neil LaBute a engagé Julie Andrews (Mary Poppins, Victor Victoria, Il était une fois...), Gemma Arterton (Tamara Drewe, Prince of Persia, Le choc des Titans), Matthew Goode (A Single Man, Watchmen, Match Point) et Gabriel Byrne (The Usual Suspects, la série En analyse).

La maison biscornue, publié en 1949, est l'un des livres favoris de l'écrivaine et, paradoxalement, l'un des rares à n'avoir jamais été adapté. Le scénario a été rédigé par Julian Fellowes (Gosford Park, The Young Victoria, The Tourist) et Tim Rose Price (Le baiser du Serpent).

On est d'ailleurs très proche de Gosford Park du côté de l'intrigue. Un millionnaire âgé est retrouvé mort, empoisonné par un médicament. Chaque excentrique de sa famille a une raison de l'avoir tué.  L'enquête est dirigée par un commissaire de Scotland Yard et son neveu, qui est en passe de se marier avec la petite fille de la victime.

Le tournage de ce film à 16 millions d'euros commencera cet été.

Actuellement, Neil LaBute met en scène au théâtre à Londres In a Forest Dark and Deep, avec Olivia Williams et Matthew Fox. Il a réalisé de nombreuses comédies de moeurs comme In the Company Men, Entre amis et voisins, Nurse Betty.

Cannes 2010 : Qui est Gemma Arterton ?

Posté par MpM, le 18 mai 2010

gemma arterton2010 pourrait bien être l'année Gemma Arterton. Encore débutante il y a deux ans à peine, cette jeune actrice britannique de 24 ans est ces jours-ci à l'affiche de trois films extrêmement attendus : Le choc des titans, où elle incarne l'immortelle Io aux côtés de Persée (Sam Worthington) ; Prince of Persia : les sables du temps, où elle accompagne là-encore le héros (Jake Gyllenhaal) dans sa quête, guidant ses pas et lui prêtant main forte à l'occasion.

Et enfin en héroïne (et créatrice d'emmerdes) dans Tamara Drewe, adaptation colorée et comique par Stephen Frears du roman graphique de Posy Simmonds, présenté hors compétition à Cannes. Trois rôles qui n'ont rien de décoratifs et lui permettent de s'imposer comme l'une des jeunes actrices les plus intéressantes du moment.

Passionnée de théâtre, c'est pendant ses études à la Royale Academy of Art de Londres qu'elle décroche son premier rôle pour la télévision (Capturing Mary, 2007). Dans le même temps, elle coiffe Sienna Miller au poteau pour le rôle de Kelly dans la comédie britannique (ultra populaire) St. Trinian's. Parfaitement aguerrie aux rôles plus classique, de par sa formation théâtrale, elle est ensuite Tess D'Urberville puis Elizabeth Bennet pour la télévision.

C'est paradoxalement Rocknrolla de Guy Ritchie (2008) qui lui ouvre les portes d'Hollywood. Choisie parmi 1500 candidates, elle est "Strawberry Fields", l'une des James Bond Girl de Quantum of Solace, avant d'enchaîner les blockbusters. Toutefois, cela ne l'empêche pas de tourner régulièrement en Angleterre, notamment dans la comédie sociale Good morning England ou la suite de St Trinian's, qui se vend actuellement au Marché du film cannois.

On a vu pires débuts... Hollywood devrait craquer pour son joli minois.